Immobilier
86.5K views | +0 today
Follow
Immobilier
Immobilier,Economie,Décoration,Design.Jardin,Energie,Qualité de Vie,Urbanisme,Transports,Street Arts
Curated by 694028
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by 694028 from L'immobilier: un marché, un métier
Scoop.it!

LES FRANCAIS N'AIMENT PAS LES AGENTS IMMOBILIERS - Le blog de oraklio.over-blog.com

LES FRANCAIS N'AIMENT PAS LES AGENTS IMMOBILIERS - Le blog de oraklio.over-blog.com | Immobilier | Scoop.it

Les français adorent l’immobilier  

Mais n’aiment pas les agents immobiliers.  

   

Messieurs les agents immobiliers qu’avez-vous faits du temps privilégié de la rencontre    ?  

   

Ces dernières années, les grandes organisations immobilières se sont employées à    percer  

des autoroutes à travers la forêt du petit monde immobilier. Des autoroutes    meurtrières.  

Avec elles, fini de faire un achat à la « va-comme je te pousse », dans le sourire, la    bonne  

humeur et l’incompétence. Avec elles, l’immobilier se barbouille de sérieux. L’immobilier    se  

la joue "professionnel" et raisonnable. Quand on livre un tel combat idéologique,    Monsieur,  

tout devient extrêmement grave, terriblement sérieux. Il s’agit de défendre un    message  

sacré dont on est le dépositaire, l’élu. Impossible d’avoir encore le plus petit recul sur    les  

choses. Impossible de s’accorder cette petite indulgence qui fait qu’on regarde les    sujets  

importants sous une autre perspective, voire même qu’on s’en amuse, voire encore, dans    les  

cas extrêmement extrêmes, qu’on en vienne à se moquer de soi-même. Quand on livre    un  

combat « idéologique », on ne rit pas, Monsieur, on liquide. Les grandes ambitions    ne  

prospèrent que sur les autoroutes, alors tant pis pour les petites agences de    quartier.  

Sous le règne des grandes organisations, on généralisa des techniques « rabat-joie » où    l’on  

commença à se sentir médiocrement traité – que l’on fût client ou opérateur. Avant    cette  

époque, l’art et le charme de la rencontre immobilière consistaient à mettre toute    son  

expérience dans chaque rencontre, à dégager des choses imprévues, d’exciter les  

intelligences et les imaginations avec du nouveau, d’user de biais inédits pour aborder    et  

faire découvrir des solutions nouvelles, parfois même paradoxales, favoriser des remises    en  

question. Avec l’informatique, tout cela disparaît automatiquement puisque, au contraire,    le  

propre de la découverte informatisée est de répéter toujours la même chose,    d’enfoncer  

inlassablement les mêmes boutons. Avec l’informatique, on a institué un modèle unique    par  

lequel on ne cesse de vouloir conduire le client à faire des choix « raisonnables»     qui  

l’ennuient, alors qu’il aimerait faire des choix qui le divertissent. Mais la profession    juge  

désormais immoral qu’on achète encore du plaisir.  

En systématisant la rencontre immobilière informatisée on a tué l’honneur d’une    fonction.  

Avec elle, on a perdu la reconnaissance du talent et de la sincérité. En verrouillant    les  

options avec des boutons, on a instauré l’intolérance. En plaçant par-dessus tout  

l’automatisation, on a perdu une certaine exigence morale. L’automatisation, c’est    la  

commodité, c’est la facilité. La commodité, c’est le contraire de l’exigence. La    découverte  

par l’informatique, c’est confortable. Il n’y a plus d’incertitude, plus de parti à prendre,    plus  

de peur. Il n’y a rien à comprendre. C’est un outil que l’on place entre soi et le reste    du  

monde au nom de cette grande imposture qu’est l’objectivité.  

Pour ma part, je soutiens que tous ceux qui continuent d’emprisonner « l’aventure  

humaine » dans leurs calculs à trois inconnues sont des malfaiteurs. Que tous ceux    qui  

contribuent à faire de notre profession cet univers laid, stupide et uniforme dans    lequel  

nous nous enfonçons sont à classer résolument dans la catégorie des fossoyeurs de    notre  

profession.  

En normalisant la méthode et l’outil, on a aussi normalisé l’opérateur :  

Sous prétextes de rigueur, on a tout retiré de la rencontre. Autrefois, rien n’était assez    beau  

pour recevoir notre client. Les vendeurs, rasés de frais, se levaient et se mettaient en    frais  

pour fêter sa venue. Aujourd’hui, ils affichent cet ennui distingué qu’ils prennent pour    le  

dernier chic et pour le comble du professionnalisme. Ce n’est pas parce qu’on a rangé    nos  

vieux costumes dans les placards, qu’on arbore une barbe de trois jours, un Jean’s blazer     -  

cravate et des chaussures à pointe - Une garde robe qui semble constituer pour nos  

opérateurs la forme la plus subtile du chic et de la modernité - que l’on est plus proche    de  

notre interlocuteur. A trop se regarder être, on perd de vue son vis-à-vis.  

Comme, de toutes les relations, dès lors que vous cessez de vous intéresser à l’autre, il    cesse  

réciproquement de s’intéresser à vous. Ce fût le cas de notre client.  

Ainsi périrent des « amours » qui ne surent aucunement tenir compte du temps et de    ses  

changements.  

On a perdu, ces derniers temps, quelques belles occasions de rétablir un peu les choses    mais  

nos leaders n’ont guère de goût pour l’anticonformisme, le risque et les idées    différentes  

pourtant nécessairement à la base de toutes innovations. Ils persistent dans    l’autisme  

malgré le formidable obstacle qui s’accumule à leur porte depuis des années.  

Ce qui est à la fois drôle et pathétique dans la pratique immobilière, c’est qu’à    chaque  

occasion, elle croit avoir trouvé la clef qui va ouvrir le coffre aux œufs d’or. Mais à    chaque  

fois elle se trompe. C’est toujours une fausse clef, ou bien la clef n’ouvre pas, ou bien    les  

œufs sont en toc. En définitive, nos meneurs restent empêtrés dans les    travestissements  

d’une fausse modernité.  

Le monde où se pratiquait la lénifiante maxime : « il faut bien que tout le monde vive     »  

n’existe plus ; il n’est plus question que de survie où chacun n’a qu’un but : flanquer    l’autre  

par terre pour rester seul. Les mises en causes surgissent. Mais ne craignez rien. Je ne    m’y  

associerai pas. Je ne toucherai pas à vos chefs-d’œuvre en périls. Je ne dessinerai pas    de  

moustaches à votre Joconde. Je ne m’en prendrai pas à ce qui génère chez vous cette  

passion de conserver à tous prix ce qui est dépassé et de mettre sous globe vos    chefs  

d’œuvres anciens ?  

Je veux juste vous redire que les pratiques et les outils actuels employés pour la    rencontre  

immobilière s’expriment uniquement en termes de contraintes et non d’aspirations. A    côté  

de ces contraintes, il y a des aspirations profondes et secrètes dans le cœur des gens    qui  

modifient le cours de leurs choix et l’on est souvent étonné que, pourtant bien partis    dans  

un sens, on se retrouve à l’opposé. Dans vos procédures, la personne n’a plus    d’importance.  

Les individus n’existent plus qu’en fonction de l’arbitrage d’un logiciel.    L’informatique  

procure la satisfaction naïve que la réalité de la recherche s’exprime uniquement par    la  

collecte de faits « nus » et qu’il n’y a rien à comprendre au-delà. On néglige le nécessaire    en  

le prenant pour du superflu. Les personnages de nos rencontres se meurent dans vos  

logiciels en raison de saisies incertaines, bâclées, comme si on avait voulu se    débarrasser  

d’eux. On a de plus en plus le sentiment que n’importe qui pourrait en faire autant ;    que  

n’importe qui pourrait faire ce métier. En fait, tout le monde peut en faire autant. Pas    la  

peine d’être un « professionnel ». Ce n’est pas moi qui le prétends, c’est votre client, las    de  

votre folklore pseudo professionnel. C’est votre client qui vous dit vouloir sauter toutes    les  

étapes, tous les process que vous lui imposez et qui l’ennuient et qui aimerait, comme    avant  

l’ère maudite de l’informatisation, pouvoir s’étendre au contraire longuement sur ce    qui  

l’inspire.  

Si l’on prend, une par une, toutes les personnes de vos logiciels, on s’aperçoit    qu’aucune  

n’est véritablement vivante. Aucune ne comporte un minimum de traits de caractère,    même  

pas ébauchés de quelques commentaires indécis. Rien sur son projet de vie, rien sur    son  

évolution, rien sur sa destinée. Rien. Aucun plaisir, aucun éclat, aucun imprévu.  

Pas étonnant que nos clients aient fini par abdiquer faute de ne pouvoir vous faire changer    ;  

C’est d’ailleurs pourquoi le métier est devenu si ennuyeux, si décourageant pour eux    comme  

pour vous. En vous interdisant la découverte, vous vous interdisez le plaisir que vous    y  

prendriez et que vous leur feriez y prendre.  

La découverte immobilière, c’est tout le contraire de ce que vous faites ordinairement.    Ça  

consiste à bien réécrire ensemble une histoire trop rapidement ou trop    paresseusement  

écrite. La découverte, c’est permettre à l’autre de se rencontrer et de s’expliquer avec lui même.  

Le plus grand charme de la rencontre immobilière est de trouver des choses  

imprévues, de celles qu’on appelle les « coups de cœur » ; cet espoir secret qui se    dissimule  

derrière chaque rencontre immobilière. Curieux quand même cette persistance à    vouloir  

Ignorer l’émotion et l’imaginaire pour une profession où l’on parle si souvent de « coups    de  

cœur ». La découverte, c’est ce moment où les personnes parlent d’elles-mêmes, de    leurs  

habitudes, de leur manière d’être, de leurs actions avec une surprise amusée    d’observateur  

objectif. La découverte c’est laisser être la demande.  

On ne travaille pas assez l’imaginaire de nos opérateurs : On peut peindre un portrait    sans  

rien connaître de l’anatomie ; il ne s’agit que de rendre l’âme du modèle. La sensibilité    de  

l’artiste est plus importante que ses connaissances en anatomies. A la limite, elle doit    y  

suppléer. Il en va de même de la relation client.  

La pensée immobilière roupille. Nos chefs sont héréditairement durs d’oreille; Une    infirmité  

qui les rend à la longue insupportables. Il est impossible d’être un membre    opérationnel  

d’une organisation et d’être à la fois un créateur. Ces deux états sont    incompatibles.  

N’attendons donc aucune innovation de nos dirigeants. Quant à la nécessité de    formation  

que l’on nous ressasse à chaque occasion, cela ressemble un peu aux prodiges qu’on    réalise  

aujourd’hui pour sauver une dent abimée alors qu’une fausse dent la remplacerait à    bien  

moins de frais mais il semble encore impossible d’envisager les choses d’une façon    originale  

et moins dispendieuse. Les grands sujets que l’on s’emploie à y traiter ne sont pas  

nécessairement les bons sujets. Il n’est pas possible que l’opinion générale de nos    dirigeants  

à propos de la formation soit la bonne au regard du désaveu croissant de nos    clients.  

Cherchez l’erreur !  

Que veux-tu mon cher Jean-Michel, c’est à ses splendides gaspillages qu’on mesure    la  

grandeur de notre institution. Un jour très prochain, ils paraîtront inconcevables, pour    ne  

pas dire sacrilèges. Ça vient.  

En ces temps où les progrès de la technologie ne cessent de nous émerveiller, que    la  

précipitation et l’insistance à répondre à la demande vient étouffer la relation au lieu de    la  

servir. Que la demande de nos clients appelle un autre regard parce que la réponse de    la  

technique ne leur suffit plus. Que les bienfaits technologiques font oublier la part    d’humain  

et que la recherche de la perfection mécanisée laisse échapper la vie, il n’est pas rare que    la  

demande dise l’inverse de la singularité de son histoire. Ecouter une personne qui    parle,  

cache ou exprime un désir, éclaire quelque fois la demande d’un nouveau jour. Le  

scientisme, appliqué à un être humain, n’entend rien de son histoire et de son désir. Il n’y    a  

que l’aventure individuelle qui soit passionnante et génératrice de progrès et d’envie.    Sans  

envie point d’achat.  

Dans un monde qui remue sans cesse, il est d’un grand réconfort pour certains de    maintenir  

un système qui ne bouge pas, qui reste immuable, semblable à lui-même. La fraternité    des  

gens de pouvoir qui nous maintiennent dans un « patriotisme » dépassé sont    convaincus  

d’avance que le monde de l’immobilier en a vu d’autres et qu’il faudra autre chose que    des  

« réformateurs » pour le flanquer par terre. Et pourtant le visage martial de notre    institution  

vieillissante s’efface peu à peu derrière le sourire ironique et conquérant de l’affreux    monde  

moderne des clients affranchis. Leurs derniers disciples, tels les rats de l’histoire,    captivés  

par la mélopée hypnotique de ce joueur de flûte qui traverse la rivière, se noient tous,    les  

uns après les autres.  

J’arrête là mon plaidoyer sachant que notre institution ne juge plus, depuis longtemps,    d’un  

travail sur sa valeur intrinsèque ou sur sa contribution à la progression d’une profession    mais  

en fonction des idées « politiques » qui le composent. On y apprécie peu les essayistes    et  

moins encore les polémistes. Il ne reste plus à espérer que dans le banal et le    quotidien  

surgisse un temps qui fera bouger la vie et nous fera renouer avec ce temps privilégié de    la  

rencontre. Ce temps où l’on aimait l’immobilier et les agents immobiliers.  

   

ORAKLIO.


Via SCOOP Immobilier - L'adresse Jourdain - Guénahel TREMELO
more...
No comment yet.
Rescooped by 694028 from immobilier bourgogne
Scoop.it!

Impact de la hausse des TVA sur l'immobilier

Impact de la hausse des TVA sur l'immobilier | Immobilier | Scoop.it

A compter du 1er janvier 2014, les taux de TVA seront modifiés : 


 - Passage de 19,60% à 20% pour la TVA taux normal ;
 - Passage de 7% à 10%, pour la TVA à taux réduit pour tous les travaux de rénovation des logements à l'exception des travaux de rénovation énergétiques


- Passage de 7% à 5,5% pour la TVA à taux réduits sur les travaux de rénovation énergétique mais aussi sur les travaux induits par ceux-ci comme par exemple le fait de refaire un mur dû à un changement de fenêtres.


Pour les travaux achevés après le 1er janvier 2014 :


La règle est la suivante :


- Les taux de 10 % ou de 20 % s’appliqueront aux travaux achevés après le 1er janvier 2014 même si le devis a été accepté et signé par le client en 2013 en faisant mention d’une TVA à 7 % ou à 19,60%, et même si les travaux ont commencé en 2013.


Ainsi, pour une commande passée auprès d’un artisan en 2013 au titre de travaux relevant du taux de


- 7 %, et exécutée en 2014, l’acompte versé à la commande en 2013 est soumis au taux de 7 %. Les acomptes versés à partir du 1er janvier 2014 ainsi que le solde payé à l’achèvement de la prestation
seront soumis au taux de 10 %.

Compte tenu de la faible activité dans le bâtiment, la Fédération française du bâtiment, aurait obtenu du ministre du Budget et de celui du commerce que les travaux de rénovation ayant fait l'objet d'un devis signé en 2013 avec des versements d'acomptes significatifs d'au moins 30% garderaient une TVA à 7% si ces travaux sont achevés au 1er mars 2014.


Ceci n'est pas officiellement confirmé à ce jour.


Via Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com), IB Immobilier
more...
No comment yet.
Scooped by 694028
Scoop.it!

immobilier l'Espagne et ses encombrantes villes-fantômes ...!!!

immobilier l'Espagne et ses encombrantes villes-fantômes ...!!! | Immobilier | Scoop.it

L'Espagne avait beaucoup misé sur l'immobilier mais l'éclatement de la bulle a eu raison de ses ambitions. Restent sur son territoire de nombreuses villes-fantômes et chantiers inaboutis.

Bill Gates, le fondateur de Microsoft, (MSFT 37.60.67%) avait surpris son monde fin octobre en annonçant un investissement de 113,5 millions d'euros dans le groupe de construction ibérique FCC.

Madrid a rapidement salué cette décision, la présentant comme un signe de l'attractivité retrouvée de l'Espagne. Et le gouvernement annonçait peu après que le pays était officiellement sorti de deux ans de récession.

Il n'en reste pas moins que l'Espagne continue de garder sur son territoire les cicatrices de la folie immobilière qui s'est emparée d'elle durant la première décennie du nouveau millénaire.

Qu'il est loin, le temps où José María Aznar, alors Premier ministre, déclarait: «nous construirons l'année prochaine 650'000 nouveaux logements, soit plus que la France et l'Allemagne réunie». C'est le 27 novembre 2003. Dès juin 2007, la construction s'effondrait et les ventes d'immobilier ancien piquait du nez. Le secteur reste sinistré à l'heure actuelle.

 

more...
No comment yet.
Rescooped by 694028 from L'expertise immobilière
Scoop.it!

Savez-vous combien de temps faut-il en moyenne pour trouver un locataire ?

Savez-vous combien de temps faut-il en moyenne pour trouver un locataire ? | Immobilier | Scoop.it

Alors que les loyers progressent moins que l'inflation, la durée de vacance entre deux locataires s'allonge, selon l'étude Clameur sur les loyers du marché locatif privé.

 

 

 

 

 

 

Lorsqu'un locataire quitte un logement, plus de neuf semaines en moyenne sont nécessaires au propriétaire pour retrouver un nouvel occupant, d'après l'observatoire Clameur (Connaître les loyers et analyser les marchés sur les espaces urbains et ruraux).

Cette vacance locative, en progression de 14,8 % depuis 2009, cause chaque année au propriétaire une perte de 4,8 % des loyers perçus.

 

Ces chiffres ne traduisent que le constat d'un marché déstabilisé par la baisse de la demande, contrecoup de la hausse du chômage et de la chute du pouvoir d'achat.

 

En conséquence, la hausse des loyers de marché reste donc modérée. Depuis le début d'année 2013, les loyers des nouveaux contrats de location ne progressent que de 0,6 %, soit toujours à un niveau inférieur à la progression des prix à la consommation, évaluée à 0,9 %, sur la même période.


Au niveau régional, le prix du mètre carré loué varie toujours du simple au double. L'Île-de-France est naturellement la zone plus chère à 19 €/m⊃2;, alors qu'en Auvergne, en Franche-Comté et dans le Limousin, le prix stagne à 8,7 €/m⊃2;.


Via Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
more...
No comment yet.
Scooped by 694028
Scoop.it!

Les taux des crédits immobiliers vont rester bas en cette fin d’année

Les taux des crédits immobiliers vont rester bas en cette fin d’année | Immobilier | Scoop.it
Avec la remontée du coût du crédit immobilier entamée depuis le début de l’été, beaucoup d’acheteurs pensaient avoir laissé filer leurs chances
more...
No comment yet.
Scooped by 694028
Scoop.it!

Engagement des travaux par le propriétaire avant la vacance d'un logement

Le propriétaire qui a opté pour cette solution dispose d'un mois pour adresser un programme de travaux assorti d'un échéancier - Droit de propriété _MOT|url_absolue)]" rel="tag">(Engagement des travaux par le propriétaire avant la vacance d’un logement|texte_backend)...
more...
No comment yet.
Scooped by 694028
Scoop.it!

Plus-values immobilières : Le Snal "prend acte" de l'invalidation de la réforme par le Sénat

Plus-values immobilières : Le Snal "prend acte" de l'invalidation de la réforme par le Sénat | Immobilier | Scoop.it
Dans un communiqué, le Syndicat national des aménageurs lotisseurs (SNAL) « prend acte de l’annulation au Sénat de l’article 18 du projet de loi ...
more...
No comment yet.
Scooped by 694028
Scoop.it!

Robots pour toitures solaires

Robots pour toitures solaires | Immobilier | Scoop.it
Quand on vous dit que le solaire est une énergie d’avenir ! EDF ENR, filiale d’EDF Energies Nouvelles spécialisée dans le photovoltaïque en toiture, se lance dans la maintenance du futur.
more...
No comment yet.
Scooped by 694028
Scoop.it!

Loyers : La GUL à nouveau mise à mal

Loyers : La GUL à nouveau mise à mal | Immobilier | Scoop.it
Selon un rapport de l’Inspection générale des finances, la garantie universelle des loyers (GUL), en préparation par le gouvernement, pourrait coûter ...
more...
No comment yet.
Scooped by 694028
Scoop.it!

Acheter par l'intermédiaire d'une Société Civile Immobilière (SCI)

Acheter par l'intermédiaire d'une Société Civile Immobilière (SCI) | Immobilier | Scoop.it
Le terme de société civile immobilière (SCI) désigne une catégorie de sociétés civiles ayant vocation à détenir des biens immobiliers.
more...
No comment yet.
Scooped by 694028
Scoop.it!

Des syndics plus chers, mais plus efficaces ?

Des syndics plus chers, mais plus efficaces ? | Immobilier | Scoop.it
Les charges de copropriété ont nettement augmenté ces dernières années et les objectifs du Gouvernement vont également peser sur les prix de l’énergie dans les années à venir.
more...
No comment yet.
Scooped by 694028
Scoop.it!

Acheter en concubinage : Quelques points à savoir

Acheter en concubinage : Quelques points à savoir | Immobilier | Scoop.it
Le concubinage désigne la situation juridique d'un couple de deux personnes adultes ayant décidé de vivre ensemble de manière durable et notoire, sans avoir célébré leur union de manière officielle.
more...
No comment yet.
Scooped by 694028
Scoop.it!

Copropriété : le montant moyen des charges dévoilé

Copropriété : le montant moyen des charges dévoilé | Immobilier | Scoop.it
La FNAIM Paris Ile de France a publié son Observatoire 2013 des charges de copropriété.
more...
No comment yet.
Scooped by 694028
Scoop.it!

Les prix de l’immobilier baissent un peu, les transactions augmentent doucement ...!!!

Les prix de l’immobilier baissent un peu, les transactions augmentent doucement ...!!! | Immobilier | Scoop.it

Le prix des logements anciens en France a affiché une baisse de 0,2 % au troisième trimestre par rapport aux trois mois précédents, et un recul de 1,4 % sur un an, selon l’indice Notaires-Insee publié, publié jeudi 28 novembre. Ce repli met fin à deux hausses trimestrielles d’affilée. Sur un an, la baisse atteint 1,2 % pour les appartements et 1,6 % pour les maisons.

La tendance est la même en Île-de-France. À troisième trimestre 2013, les prix ont reculé de 0,3 % (– 0,6 % pour les appartements, mais + 0,3 % pour les maisons). Sur un an, les prix franciliens décroissent de 1,2 %, soulignent les notaires de la région parisienne.

Dans le même temps le volume annuel des transactions continue de se redresser au troisième trimestre, comparé aux trois mois précédents, avec 689 000 ventes sur les douze mois écoulés dans toute la France, en hausse de 2,2 % comparé à fin juin. En revanche sur un an, à fin septembre, le volume annuel de transactions sur les douze mois écoulés est en recul de 5,7 %.

 

LES LOYERS S’ASSAGISSENT

Après avoir augmenté deux fois plus vite que l’inflation de 1998 à 2006, les loyers progressent depuis à un rythme annuel à peu près identique, sauf dans six régions où ils ont grimpé davantage depuis janvier, selon les chiffres publiés mardi 26 novembre par l’Observatoire Clameur.

Dans l’ensemble du territoire, « les loyers de marché ont crû de 0,6 % en rythme annuel » depuis début 2013, indique l’observatoire, qui analyse les loyers à partir des données fournies par des professionnels du secteur. Une progression identique à celle des prix à la consommation (+ 0,6 %), selon le dernier chiffre publié par l’Insee, mi-novembre. L’an dernier « à la même époque, les loyers de marché augmentaient de 2,4 %, pour des prix alors en hausse de 2 % », rappelle Clameur.

 

UN MARCHÉ IMMOBILIER MEILLEUR QUE PRÉVU

Au final, le marché immobilier semble avoir finalement mieux résisté que prévue en 2013, souligne de son côté, le courtier meilleurtaux.com et le cabinet Xerfi dans une étude conjointe, publiée mercredi 27 novembre. Trois explications sont avancées : « des taux historiquement bas, une vague de renégociations des crédits et une volonté des banques de prêter ».

La production de crédits immobilière devrait ainsi afficher une hausse de 40 % cette année, pour atteindre 140 milliards d’euros selon les calculs de Xerfi. Elle retrouverait ainsi son niveau de 2011.

Grâce à la baisse récente du loyer de l’argent, le gain réalisé par les ménages qui achètent un bien est important. Pour 200 000 € de crédit, les mensualités sur vingt ans sont ainsi passées de 1 244 € en janvier 2012 à 1 150 € en novembre 2013, pour un taux passé sur la période de 4,3 % à 3,4 %. Selon Xerfi, la hausse des transactions se poursuivrait légèrement pour atteindre les 700 000 unités, avec une poursuite de la baisse des prix dans l’ancien (– 1 %).

 

LE CAS PARTICULIER DE LA RÉGION PARISIENNE

Les notaires d’Île-de-France se montrent moins optimistes, même si 42 320 logements (anciens et neufs) ont été vendus dans la région entre juillet et septembre, soit 14 % de plus qu’à la même période de 2012 (+ 13 % à Paris, + 15 % en petite couronne, + 14 % en grande couronne), confirmant ainsi le léger mieux du deuxième trimestre.

« Au-delà des volumes de ventes, les notaires observent dans leur activité quotidienne un marché encore figé et difficile, où les aspirations des vendeurs ne sont toujours pas en phase avec les capacités financières des acquéreurs, où les financements sont particulièrement difficiles à trouver. Et l’offre et la demande peinent toujours à se rencontrer », soulignent les notaires franciliens dans leur point trimestriel sur le marché, présenté jeudi 29 novembre.

Du côté des prix, il n’y a pas de changement. Dans Paris intra muros, les prix des appartements anciens ont gagné 0,5 % à 8 260 € m2 au troisième trimestre comparé au 2e trimestre (– 2,1 % et 180 € de moins sur un an) après avoir flambé de fin 2009 à fin 2011.

 

TOUJOURS AUSSI DIFFICILE DE SE LOGER À PARIS

Or la hausse des prix, quasi ininterrompue depuis 1998 en dépit d’une croissance économique en berne, a eu pour effet « d’exclure de plus en plus d’acquéreurs potentiels : leur solvabilité ne leur permet plus d’accéder à la propriété à Paris bien évidemment mais également, d’une manière moins marquée, en 1re et 2e couronnes. Si les prix accusaient une baisse de 20 %, on se situerait au niveau du 2e trimestre 2010 », a expliqué Frédéric Dumont, notaire à Montreuil, lors de la présentation de l’étude.

Dans la capitale, on est donc encore loin d’un ajustement, si souvent évoqué, de l’offre à la demande. « le scénario d’un ajustement brutal et généralisé des prix, suivant avec quelques mois de retard la baisse des ventes, ne s’est enclenché », constatent les notaires. Selon Thierry Delesalle, notaire à Paris, « les acquéreurs sont là, mais ils attendent que les prix s’ajustent. Les vendeurs sont restés sur les prix d’il y a deux ans, et à Paris ces prix sont aujourd’hui beaucoup trop élevés par rapport à la réalité du marché ».

more...
No comment yet.
Rescooped by 694028 from Hightech, domotique, robotique et objets connectés sur le Net
Scoop.it!

Découverte de la nouvelle caméra autonome MyFox - Maison et Domotique

Découverte de la nouvelle caméra autonome MyFox - Maison et Domotique | Immobilier | Scoop.it

MyFox, que nous connaissons maintenant bien pour sa centrale d’alarme / domotique, vient d’annoncer un nouveau produit, qui ravira ceux qui cherchent un système de vidéo surveillance simple: la caméra connectée Myfox, autonome, qui peut donc se passer de centrale d’alarme.

Tous ceux qui ont déjà installé une caméra IP chez eux savent à quel point il peut être difficile de configurer son réseau correctement pour accéder à sa caméra depuis l’extérieur (redirection de ports, ouverture du firewall, etc…). Même en s’y connaissant un peu, on arrive encore à s’arracher les cheveux pour que ca fonctionne.

C’est là que MyFox fait très fort, en promettant une installation en 3 min ! J’ai eu la chance de tester pour vérifier cela…


Via Mau
more...
No comment yet.