SandyPims
Follow
Find tag "semences"
80.9K views | +10 today
SandyPims
Actualités,humour,,buzz,insolite,culture générale,musique,vidéo  Français Anglais
Curated by SandyPims
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by SandyPims from Mon vrac :
Scoop.it!

Alternatives : Trois beaux documentaires à ne pas manquer

Alternatives : Trois beaux documentaires à ne pas manquer | SandyPims | Scoop.it

En ce premier semestre 2014, en matière d’alternatives écologiques, il y avait quelques documentaires à ne pas manquer. Je vous en présente trois, qui m’ont particulièrement plu. Ils nous parlent de graines voyageuses, de plantes médicinales, de jardins différents…

 

 


Via Aurélien BADET, Corinne Mayer, gasno
more...
No comment yet.
Rescooped by SandyPims from Economie sociale et solidaire, Alternatives
Scoop.it!

Plantes gratuites dans votre quartier

Plantes gratuites dans votre quartier | SandyPims | Scoop.it
PlantCatching vous aide à trouver plantes, surplus de récoltes et matériaux de jardinage donnés par vos voisins jardiniers, tout près de chez vous.

Via Kaelle, Pierre-Yves JAN, Bene Marot
more...
No comment yet.
Rescooped by SandyPims from Vu de mon village du Jura
Scoop.it!

Légumes clandestins : halte à la répression des petits maraîchers

Légumes clandestins : halte à la répression des petits maraîchers | SandyPims | Scoop.it

En mai dernier, des petits maraîchers ont reçu la visite d’un agent de la répression des fraudes, sur un marché en Ariège. Leur délit : vendre des plants de tomates non inscrites au catalogue officiel, et ne pas disposer de la carte de l’interprofession nationale des semences et des plants. Alors qu’ils encourent une amende potentielle de 450 euros, un collectif d’organisations appelle à un rassemblement le 15 janvier devant le siège de la répression des fraudes à Toulouse. Basta ! relaie leur appel.

 

 


Via Aurélien BADET, échoplanète, Roger REY
more...
Thierry Curty's comment, January 20, 2014 6:54 AM
Je ne vois pas le rapport? Ces pays moins favorisés n'ont pas pour rôle de nourrir la population mondiale. La France, elle, est le plus grand exportateur d'Europe de blé, par exemple, le deuxième mondial. Troisième producteur mondial de maïs. Les responsabilités ne sont pas les mêmes. Et, justement, ces pays moins favorisés dont vous parlez, qui ne sont pas encore pleinement structurés connaissent des crises alimentaires et la FAO intervient régulièrement pour stabiliser l'approvisionnement autant que possible. Ils sont au contraire la preuve qu'il est nécessaire de réguler, d'imposer une qualité minimale. Si le goût de ce qui est produit en France ne vous convient pas, rien ne vous interdit de le cultiver vous-même. Sans compter que, je le redis, le catalogue contient plus de 24'000 références et toutes ne sont pas dépourvues de goût. Beaucoup de semences sont des semences issues de la conservation historique. Les semences qui ne figurent pas dans le catalogue, c'est simple, c'est qu'elles ne respectent pas les exigences de qualité minimales pour y figurer. Bon nombre ont figuré dans le catalogue. Mais perdant de leur intérêt ou ne respectant plus les nouvelles normes, elles en ont été retirées. Si la personne condamnée veut cultiver ses légumes, qu'elle les inscrive au catalogue. Elle pourra ensuite même vendre sa semence. Mais pour être inscrit, il faut une qualité minimale et rien ne dit qu'elle y parvienne. Pour votre lien, je le connais depuis sa sortie. C'est très marrant...mais c'est très primaire! Curieusement, en général ce sont les mêmes qui soutiennent que la Terre pourrait nourrir bien plus de monde, mais qui ne veulent pas des conditions que ça induit pour ce faire. La différence avec les gouvernants, c'est que eux sont confrontés à la réalité. Et je vous rappelle qu'à l'époque où on n'utilisait pas de pesticides et où l'inscription au catalogue n'était pas obligatoire pour la culture (avant 1950 pour les pesticides et avant 1966 pour le catalogue, qui était alors facultatif, à but informatif pour l'agriculteur), l'Europe connaissait de grandes famines. Le catalogue a été instauré en 1906, en même temps que de grands plans de lutte contre les ravageurs, les maladies. On a interdit purement et simplement des milliers de varietés à problèmes, organisé la lutte et la dernière grande famine date alors de 1915. Quelques épisodes de disette se sont encore produits en 1937 et en 1948, mais sans commune mesure avec les famines drastiques à répétition des décennies précédentes. De soutenir le droit de cultiver n'importe quelle merde pour un maraîcher, c'est nier des milliers d'années de civilisation, de bataille de l'homme pour nourrir l'humanité de manière abondante et stable. Et à priori ça n'a pas trop mal marché, quoi qu'on en dise, quand on voit à quel point la population s'est multipliée ces soixante dernières années et à quel point la faim dans le monde a reculé malgré le nombre.
Pierre Antoine's comment, January 20, 2014 7:11 AM
Je ne peux que constater que vous connaissez parfaitement votre sujet. Je vois également qu'avec 28 réactions et une trentaine de retwitt ce sujet passionne beaucoup de monde. Encore une fois, bien que vous ayez probablement raison, nous restons dans le domaine de la perception. Votre perception est que ces produits sont de la m..... et la perception de la majorité des lecteurs est que c'est plutôt l'inverse. L'avenir vous donnera raison car la marche arrière n'est plus possible même la phytothérapie y passe.
Thierry Curty's comment, January 20, 2014 7:22 AM
Attention, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. J'adore les légumes et les fruits et j'adore les vieux goûts, les vieilles productions. Je parle strictement d'un point de vue humanitaire. Le rôle du professionnel est purement utilitaire. S'il ne respecte pas cette condition d'utilitarisme, par conviction ou quoi que ce soit, la Terre n'a plus la capacité de s'offrir le luxe de disposer d'individus qui n'en ont rien à battre des règles quand leur responsabilité est de nourrir la population au-delà de leur famille. J'ai dit que si ce maraîcher veut cultiver son produit, qu'il l'inscrive dans le catalogue. Pour un "petit" (parce que pour les gros, Monsanto ou Syngenta, c'est beaucoup plus dur) les conditions sont simples : la plante et la récolte doivent être parfaitement documentés et bien connus, identifiés et nommés, appartenir à celui qui les inscrit ou être dans le droit public et avoir une stabilité de qualité et de quantité de récolte sur deux années consécutives et payer 250€. Franchement, pas de quoi fouetter un chat. Si cette inscription n'est pas possible, alors oui, c'est que ce produit est inférieur en qualité à ceux qui existent aujourd'hui. Pour plus d'infos, je vous propose de suivre ces liens sur mon Scoop.it, vous verrez qu'après vous verrez la chose de manière très différente, en particulier sur la notion de semence open source : http://www.scoop.it/t/le-monde-en-chantier/?tag=semence