Toulouse : l'interrogatoire de 2007 qui révèle tout | CRAKKS | Scoop.it

Comme quoi il suffit parfois de se poser les bonnes questions. A voir celle de la thèse du loup solitaire littéralement martélée par un nombe imposant de proches du pouvoir, thèse de l'individu ingérable et par conséquent indétectable par la police, je me suis dit que c'était du côté inverse quil fallait chercher l'origine de la dérive d'un jeune banlieusard fantasque, un jour religieux et l'autre punk en crête colorée. Et cette idée, je l'ai retrouvée dans un document rédigé par un bon connaisseur du milieu jihadiste, Romain Caillet, de l'Institut du Proche-Orient. L'homme a en effet à son actif une thèse d’histoire contemporaine "Les nouveaux muhâjirûn. L’émigration des salafistes français en « terre d’Islam »" qui en fait un personnage doté d'une crédibilté et d'un sérieux difficile à mettre en doute. L'homme a concentré ses travaux sur ce qu'il appelle "la théologie de l'exil", à savoir sur ces jeunes français embrigadés partis un jour épouser les thèses les plus radicales en devenant combattant jihadistes. Or, parmi toutes ces contributions, un texte devient aujourd'hui fondamental...


Via Alcofribas