Home
Follow
Find
4.5K views | +1 today
Home
To keep our tiny home sweet
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Global warming deal lies in Delhi not Paris as debate heats up

Global warming deal lies in Delhi not Paris as debate heats up | Home | Scoop.it

India's wants the West to pay for polution

 

Deal to reduce emissions and limit global warming depends on developing world and business not Western academics

 

Boris Johnson was in Paris this week with the leaders of 30 other major European cities to agree on a raft of measures intended to promote green policies and help to limit climate change.

The talks come ahead of a key international summit due to take place in the French capital later this year and which aims to contain global warming. However, with world energy demand forecast to increase by 37pc through to 2040 and people in emerging economies continuing to strive for higher standards of living there is no guarantee of success.

The risks of failing to set an achievable and binding target that works as much for advanced nations such as Britain as it does for emerging economies such as India are immense. However, the gulf between the two worlds on this issue is equally vast and ignored by campaigners who are fighting hardest for action.

Many emerging nations will need to burn huge amounts of fossil fuels, including dirty thermal coal, for the best part of this century if they are to lift general living standards, whereas the UK has already burned the vast share of its oil, natural gas and coal since the industrial revolution created the foundations for our advanced economy and middle-class prosperity.

News that the UK’s carbon dioxide emissions fell by 9.7pc last year, the largest drop on record, will only add to the sense of injustice in Delhi over the fact that the developing world will inevitably be expected to make the biggest sacrifices if global warming is to be reversed. For a large number of Indians, the climate change debate is just another example of their country suffering a perverse form of post-colonial oppression.

Given the shift in economic activity towards the fast growing economies of Asia, wouldn’t it make more sense to hold the UN climate change summit in a major Chinese industrial city like Chongqing instead of the leafy boulevards of Paris?

The blunt realities of the climate debate - which many campaigners choose to gloss over - is that countries in Africa, Asia and Latin America that are striving to provide better standards of living for their populations will have to make the greatest sacrifices if global warming is to be reversed. It is far easier for Mr Johnson and his fellow European city mayors to agree to small measures to encourage more cycle lanes or “green” procurement but far harder for their counterparts in India and China to do the same.

Although the time of “peak coal” consumption may be approaching it will continue to be the cheapest and most efficient source of fuel for power generation across Asia for some time to come. A shift from coal, which emits around 900 grams of CO2 per kilowatt hour, to natural gas, which emits about 400 grams of CO2 per kilowatt hour of electricity in Asia, would significantly reduce power plant emissions but require billions of dollars of new investment.

Activists claim that climate change poses the greatest threat to mankind and the world economy and want major industrialised nations to agree to binding targets that will limit global warming to no more than 2 degrees Celsius. According to the International Energy Agency a 20pc increase in overall emissions that is expected to occur by 2040 will result in an average temperature increase of 3.6 degrees.


Some experts including the influential academic Petra Tschakert, who sits on the Intergovernmental Panel on Climate Change, even argue that this figure is too high. She argues that global warming should be restricted to 1.5 degrees Celsius, or lower, in order for the world to avoid catastrophic climate change and rising sea levels.

Others such as the activist and founder of the environmental campaign group 350.org Bill McKibben blame business and specifically the energy industry for the state of the world’s climate. Mr McKibben has polarised the debate by portraying companies such as Exxon Mobil and BP like something approaching war criminals.

He believes the only real solution to climate change is for investors and pension funds to dump their holdings of fossil fuel producing companies. In an opinion piece he recently published in a UK newspaper he labelled companies like Shell and major oil producing countries such as Kuwait as “rogues”, while claiming that the climate change debate was being led by a form of “resistance” comprised of the young and oppressed.

Just who does Mr McKibben think he is kidding?

We all have an interest in protecting the environment and addressing climate change but Mr McKibben’s bellicose rhetoric suggesting that you’re either with the environment lobby or against it is dangerous.

Contrary to being a bunch of “rogues” the energy industry is acutely aware of its responsibility to protect the environment. With their vast financial resources and technical expertise oil companies can play an important role in finding workable solutions to climate change, which can be a win-win solution for both the developed and the developing world.

Carbon capture technology is one solution that offers more than a glimmer of hope for the hydrocarbons industry and the green lobby to co-exist in harmony. For example, a recent report by the Energy Technology Institute claims that up to 50m tonnes of CO2 emissions could be feasibly captured in the UK by 2030 if carbon capture and storage was introduced on a wide scale.

In Scotland, Royal Dutch Shell is moving ahead with the world’s first industrial-scale carbon capture project at Peterhead. The plant will eventually provide power for 500,000 homes with emissions stored in the depleted reservoir of the Goldeneye gas field in the North Sea. One other major carbon capture project is on the drawing board in the UK in Yorkshire but the game changing potential will come if the technology can be perfected to work in larger consuming countries like China and India.

However, this technological shift will come at a price which many in the developing world are not prepared to pay. India’s environment minister Prakash Javadekar recently said that the Paris climate talks later this year will come at a cost that the West should pay. “I can’t make my poor pay for somebody who has polluted the world,” he told a newswire. “Why does the developed world want to profit from disaster?”

Taking Mr McKibben’s advice and choking off investment to the energy industry while branding hydrocarbons producers as an axis of evil isn’t the solution and won’t help ameliorate the concerns of the developing world.

A lasting solution to climate change must involve business, not exclude it and treat it like a pariah.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Doctors and academics call for ban on 'inherently risky' fracking

Doctors and academics call for ban on 'inherently risky' fracking | Home | Scoop.it

Prime minister David Cameron has been an enthusiastic supporter of fracking, which Medact says potentially exposes communities to leaks of dangerous chemicals.


Letter to BMJ prompted by new report from health charity Medact recommending UK-wide moratorium on fracking for shale gas

 

Fracking should be banned because of the impact it could have on public health, according to a prominent group of health professionals.

In a letter published by the British Medical Journal on Monday, 20 high-profile doctors, pharmacists and public health academics said the “inherently risky” industry should be prohibited in the UK.

“The arguments against fracking on public health and ecological grounds are overwhelming. There are clear grounds for adopting the precautionary principle and prohibiting fracking,” they said.

The signatories include former chair of the Royal College of General Practitioners Dr Clare Gerada, chief executive of the Royal Pharmaceutical Society Helen Gordon and former deputy chief medical officer Dr Sheila Adam.

The letter was prompted by a report from health charity Medact, to be released on Monday, which recommended a UK-wide moratorium be placed on fracking. Scotland has already imposed a ban on the industry pending the results of a public health impact assessment. The Department of Energy and Climate Change declined to respond to the letter.

Medact director and report co-author Dr David McCoy said fracking potentially exposes communities to leaks of chemicals linked to cancer, birth defects and lung disease. He also raised concerns over noise and air pollution.

Prime minister David Cameron has been an enthusiastic supporter of fracking and last year told reporters the industry will be “good for our country”.

“What we don’t yet have is an adequate and proper study to determine the level of those potential benefits and to weigh them against the potential harms,” said McCoy.

Advertisement

The shale gas industry said all fracking sites are subject to an environmental impact assessment before receiving planning consent. CEO of UK Onshore Oil and Gas Ken Cronin said: “Medact’s report fundamentally fails to understand the regulatory system put in place in the UK to cover shale gas exploration.”

He said Medact had ignored the current regulatory framework being put in place across the UK and failed to acknowledge “warnings by recognised experts of the dangers of incorrectly and inappropriately applying experiences from other countries to the UK”.

Cronin said Medact’s findings were contradictory to a 2014 report by Public Health England, which found the risks of public exposure to dangerous chemicals was “low if the operations are properly run and regulated”.

“I am questioning that,” said McCoy. “[Firstly] there is evidence of regulatory capacity being eroded as a result of staff and budget cuts. The second is that it does appear as though there’s been so much pressure to promote fracking that there seems to be a readiness to compromise on safety in order to make fracking commercially viable.”

Last year David Cameron announced that the government was going “all out for shale” and would seek to boost the fracking industry. The Department of Energy And Climate Change declined to respond to the letter and report.

Medact’s report said “regulatory gaps and uncertainties” existed that could expose the public to hazards. It noted that in the densely-populated UK, fracking would necessarily take place in and around communities.

McCoy said the conclusions of the report should not stoke ‘alamism’ over fracking. Instead he encouraged the government to follow Scotland’s lead in halting the progress of the industry until a full assessment was made of the health risks of fracking.

“We’re not trying to be alarmist and we’re not trying to over-egg the risks. And I certainly know that there’s a lot of anti-fracking groups that really exaggerate the risks of fracking and I don’t think that that’s particularly helpful. But on the other side I think that there’s an exaggeration of the extent to which fracking is safe and can be effectively regulated. What’s really important is that we have to live with this holistically and comprehensively,” said McCoy.

In addition to the health risks of fracking, both McCoy and the signatories of the BMJ letter questioned the place of shale gas in the decarbonisation of the UK energy sector.

The letter said: “Shale gas is not a clean source of energy. Methane is a potent greenhouse gas in its own right, and when burnt, produces carbon dioxide. Shale gas extraction would undermine our commitment to reducing greenhouse gas emissions and be incompatible with global efforts to prevent global warming from exceeding two degrees centigrade.”

McCoy said shale gas could only be considered clean if it hastened the demise of the coal sector by providing an alternative, cheap source of electricity generation. But all parties have committed to phasing out coal power without capture and storage before the end of the 2020s and energy analysts predict the shale gas industry will struggle to build a significant presence in the UK before the early 2020s. McCoy said this raised questions over the value of the shale gas industry.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Nucléaire: la Ville réengage une ex-ministre française

Nucléaire: la Ville réengage une ex-ministre française | Home | Scoop.it

Au palais Eynard, Rémy Pagani (à droite) a annoncé l’engagement par la Ville de l’avocate française Corinne Lepage (à gauche).


Après Creys-Malville arrêté fin 1998, les antinucléaires genevois veulent la peau de la centrale sise à 70 km à vol d’oiseau de Genève.


Une ancienne ministre, ni plus ni moins! Pour relancer son combat contre la centrale du Bugey (Ain), la Ville de Genève mise sur l’engagement de l’avocate Corinne Lepage, chargée de l’Environnement dans le gouvernement Juppé de 1995 à 1997 et ex-députée européenne. Après plusieurs recours infructueux contre les projets d’EDF sur ce site situé à 70 kilomètres à vol d’oiseau de Genève, la Ville entend ainsi «passer la vitesse supérieure», selon les termes du conseiller administratif Rémy Pagani, qui brigue un nouveau mandat.

La lutte genevoise contre le nucléaire ne date pas d’hier. Dans les années 90, les antinucléaires genevois s’étaient fortement mobilisés pour la fermeture de Creys-Malville (Isère). A l’époque déjà, une certaine Corinne Lepage avait défendu les intérêts de Genève dans ce dossier (lire ci-contre).

 

«Une des plus vieilles»

Cette fois, c’est celle du Bugey qui est dans le viseur. Elle comprend cinq réacteurs. Si le numéro 1 est en cours de démantèlement, quatre sont encore en activité. «Nous allons attaquer la demande de prolongation du réacteur 5», annonce Corinne Lepage. L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a donné son aval en janvier pour la poursuite du fonctionnement de ce réacteur, jusqu’au prochain réexamen de sûreté d’ici au 15 juin 2022.

De quoi inquiéter la militante française Elisabeth Brenière, membre de Sortir du nucléaire Bugey, présente aux côtés de Rémy Pagani: «C’est l’une des plus vieilles centrales de France encore en activité. De plus, elle est située sur une zone où les risques sont multiples. Il sont aussi bien sismiques que liés à de possibles inondations, notamment en cas de rupture de barrages, ou encore à la proximité d’une zone industrielle. Sans compter la maintenance qui laisse à désirer.»

Autre dossier jugé inquiétant par les écologistes, l’avocate et ses clients: Iceda. En cours de construction sur ce site, ce centre de stockage de 8000 m2 devrait accueillir les déchets issus du démantèlement de neuf réacteurs, dont Bugey 1. La Ville a déjà déposé plusieurs recours contre ce projet. En vain. Le Conseil d’Etat français a tranché. Corinne Lepage a ainsi été mandatée pour tenter de trouver le moyen juridique de poursuivre l’opposition. Selon elle, «l’intérêt à agir» de la Ville est tout à fait fondé dès lors qu’un accident nucléaire à cette distance pourrait avoir des conséquences jusqu’à Genève.

 

«Une action électorale»

Dernier point: Rémy Pagani regrette que le Canton ne s’associe pas à la démarche. S’appuyant sur la Constitution genevoise, le conseiller administratif estime que «l’attitude du Conseil d’Etat est contestable. J’espère qu’il reviendra à une résolution plus déterminée».

Interrogé sur ce point, Antonio Hodgers, conseiller d’Etat chargé de l’énergie, réagit: «Il n’y a rien de nouveau sur le fond. Les procédures sont en cours. Et l’Etat est impliqué dans ce dossier au même niveau que la Ville.» Et d’ajouter: «Je n’étais pas au courant de la conférence de presse de ce matin (ndlr: jeudi) qui ressemble plus à une action électorale qu’à une démarche antinucléaire.»

(TDG)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

PÉTITION – Roundup : interdisons ce pesticide maintenant ! | Roundup Non Merci

PÉTITION – Roundup : interdisons ce pesticide maintenant ! | Roundup Non Merci | Home | Scoop.it

Nous relayons la pétition de l’association Agir pour l’environnement. Il est plus que temps d’interdire le Roundup et le glyphosate!
L’Organisation Mondiale de la Santé vient de classer cinq pesticides, dont le célèbre « glyphosate », substance active du Roundup, comme « cancérigène probable pour l’Homme ».

Commercialisé par la multinationale Monsanto, le Roundup est un herbicide total. Plus de 80% des organismes génétiquement modifiés sont des plantes résistantes au glyphosate. Glyphosate et OGM sont donc les deux faces d’une même pièce.

La décision de l’OMS n’est pourtant pas une surprise :

  • En effet, les études menées par le professeur Gilles-Eric Séralini ont démontré, dès 2012, les effets génotoxiques du Roundup sur des rats exposés.
  • En 1985, l’Agence de protection de l’environnement des Etats-Unis avait déjà classé le glyphosate comme « cancérigène possible » avant de se dédire, vraisemblablement sous l’effet d’un lobbying intense des géants de l’agrochimie…

Ne doutant de rien, Monsanto commit, en 1998, une publicité présentant le Roundup comme un produit « biodégradable » et « bon pour la Terre » ; avant d’être condamné pour publicité mensongère.

  • De fait, le glyphosate est présent dans plus de 750 produits utilisés en agriculture et vendus massivement en jardinerie.
  • Chaque année, la France épand plus de 8000 tonnes de glyphosate, contaminant les eaux de surface et nappes phréatiques.

Jardiniers amateurs et agriculteurs sont les plus exposés et présentent un risque de développer des cancers du sang (lymphome non hodgkinien). Le désherbant phare de Monsanto semble également induire sur des animaux des dommages chromosomiques, des cancers de la peau ou encore des cancers du tube rénal.

Face à ces signaux d’alerte répétés, les ministres de la Santé, de l’Agriculture et de l’Ecologie doivent agir avec rapidité pour limiter l’exposition des agriculteurs, des jardiniers amateurs et des populations riveraines des espaces traités.

Sans attendre d’hypothétiques nouvelles études, le gouvernement doit interdire la commercialisation et l’épandage des pesticides incriminés par l’Organisation Mondiale de la Santé.

Signez la pétition pour envoyer un message aux ministres de la santé, de l’agriculture et de l’environnement !
http://stop-roundup.agirpourlenvironnement.org/
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Chine : comprendre l'ampleur de la pollution en trois minutes

"Airpocalypse", c'est ainsi que les Chinois surnomment les situations d'extrême pollution qui plongent les grandes villes du pays dans un épais brouillard toxique. A mesure que le temps passe, le phénomène s'agrave, et les records de contamination de l'air se succèdent à grande vitesse. Mais comment la Chine en est-elle arrivée là ?
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le mensonge nucléaire reste impuni en France

Le mensonge nucléaire reste impuni en France | Home | Scoop.it

Jeudi 26 mars, le tribunal de grande instance de Nanterre a rendu son jugement à propos de Cigeo. Les associations opposées au projet d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure poursuivaient l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs), au motif que celle-ci a caché l’existence d’une importante ressource géothermique sur le lieu même du site envisagé. Le tribunal n’a pas contesté les faits, mais jugé que c’était, non pas aux associations de poursuivre, mais à l’Etat... Quant aux associations, elles sont condamnées à payer 3 000 euros à l’Andra !

L’avocat des association, Me Ambroselli, réagit.

L’ANDRA peut désinformer depuis quinze ans les Français sans que sa responsabilité puisse être mise en cause. Les associations de protection de l’environnement n’ont pas d’intérêt à agir contre l’ANDRA. Seules, selon le juge de grande instance, les « autorités publiques » peuvent engager la responsabilité de l’ANDRA pour faute dans l’exécution de sa mission.

C’est ce que l’on est contraint conclure des termes du jugement rendu le 26 mars 2015 par le Tribunal de grande instance de Nanterre dans la procédure dont les associations Réseau Sortir du nucléaire, Bure Stop 55, le Cedra, l’l’Asodedra, Les Habitants Vigilants de Gondrecourt et Mirable Lorraine Nature Environnement ont pris l’initiative.

L’objectif de l’action des associations antinucléaires est de mettre fin à cette désinformation qui est un mode de fonctionnement aussi habituel que daté et antidémocratique, malheureusement habituel chez les exploitants nucléaires historiques.

Il s’agit plus particulièrement ici d’obtenir la reconnaissance par le juge civil de la faute de l’ANDRA pour avoir manqué à sa mission d’information du public.

L’ANDRA a divulgué des informations erronées en ce qui concerne l’intérêt particulier de la ressource géothermique du site de Bure sur lequel est envisagée l’implantation du centre d’enfouissement des déchets radioactifs les plus dangereux appelé Cigeo et les risques de perforation des déchets qui en résultent lorsque la mémoire de l’existence de ce centre et de son contenu sera susceptible d’avoir disparu.

Ces déchets radioactifs resteront dangereux pour des centaines de milliers d’années. Pour déterminer un lieu destiné à leur enfouissement, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a mis en place des règles de sûreté : en particulier, ne pas enfouir de déchets à l’aplomb d’une ressource géothermique présentant un intérêt particulier. Une fois le site construit, l’ASN reconnaît le risque d’une perte de mémoire de celui-ci, qu’elle situe « raisonnablement au-delà de 500 ans ». Si la ressource géothermique -aujourd’hui déjà exploitable- venait à être exploitée dans plusieurs siècles, les conséquences de la perforation des alvéoles de stockage et, de ce fait, des conteneurs de déchets seraient gravissimes pour la santé et la sécurité des populations.

Or, le sous-sol de Bure renferme précisément une ressource géothermique conséquente, connue des géologues depuis les années 1980 mais dont l’ANDRA s’est efforcée avec ténacité de cacher l’existence pour y faciliter l’implantation du centre ! Pourtant, cette ressource géothermique est mise en évidence par les analyses du docteur en géologie Antoine Godinot et les associations depuis quinze ans et est maintenant officiellement reconnue comme exploitable par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) et le cabinet d’experts indépendants Geowatt, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) et depuis peu … l’ANDRA.

Aujourd’hui, les associations sont profondément déçues que le tribunal de Nanterre ait renoncé à sanctionner la désinformation de l’ANDRA en se bornant à déclarer que les associations n’ont pas d’intérêt à agir.

Quoi qu’il en soit, la procédure lancée par les associations a permis d’obtenir que l’existence et le caractère économiquement exploitable de la ressource géothermique à Bure soient désormais communément admis, y compris par l’ANDRA. Il convient d’en tirer les conséquences : le périmètre d’implantation retenu à tort pour le centre Cigéo présente des risques inacceptables.

Les associations viennent de demander à l’Élysée, au Ministère de l’Écologie et à l’ANDRA de renoncer à implanter CIGEO à un endroit aussi inadapté et dangereux
pour les générations futures.

Lutter contre la désinformation en matière nucléaire est un combat difficile mais n’est pas un vain combat !

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Five Reasons China Should Care About Climate Change

Five Reasons China Should Care About Climate Change | Home | Scoop.it

A worker wears a mask to protect from a haze blanketing the Singapore Central Business District, skyline in the background on Thursday, June 20, 2013.

 

Chinese officials don’t usually go into detail on the challenges that climate change poses for the world’s most populous and largest carbon-emitting country. But in a speech on March 23, a top meteorologist warned of the severe risks facing China, including droughts, floods, falling crop yields, vanishing water supplies, and a “serious threat” to critical infrastructure projects such as the Three Gorges Dam. 

The average surface temperature in China has been going up by 0.4F (0.23C) every decade since halfway through the last century, twice as fast the global average, said Zheng Guoguang, director of China’s meteorological administration in Beijing. Meanwhile, losses due to weather disasters since 2000 have amounted to 1 percent of gross domestic product, 8 times as high as the rest of the world. "As the world warms, risks of climate change and climate disasters to China could become more grave," Zheng said. Below are the five biggest risks that Zheng outlined in his recent speech.

 
Delays in new infrastructure

Warming temperatures are bad news for some of China’s biggest energy and transportation infrastructure projects. Those include the massive Three Gorges Dam, the Qinghai-Tibet Railway (the world’s highest and built on melting permafrost), a major gas pipeline supplying Shanghai and other Chinese cities, and the mammoth South-North Water Transfer Project, which aims to sate a parched Beijing. “The safe production and operation of major strategic projects is facing a serious threat,” Zheng said. 

 
Food insecurity

Climate change will also negatively affect China’s food security, Zheng said, particularly alarming for a country with a centuries-old concern with ensuring adequate grains for its huge population. Crop yields for wheat, corn, and soybeans are likely to fall, while river runoff will decrease or become “unstable,” he said.

Meanwhile, rice production in particular is likely to be adversely affected as temperatures rise, with eastern China among “the most vulnerable regions for reduced rice yield” in Asia (western Japan and the northern regions of South Asia are also at risk), wrote environmental journalist Joydeep Gupta, reporting on the latest assessment of the Intergovernmental Panel on Climate Change on website China Dialogue last March.

 
Extreme weather

One particularly frightening impact will be a marked increase in extreme weather patterns, including more floods in regions of China and droughts elsewhere. Climate change will also lead to further deterioration of air quality in Chinese cities, already a notorious problem. Plus, unpredictable weather means constraints on "the development of wind and solar energy resources,” Zheng said, which are one part of the government's plan to clean up the country's air.

 
Cities at risk of submersion

The typhoons that regularly slam China’s coast are expected to increase in frequency, the meteorologist noted. Rising ocean levels will put scores of Chinese cities at risk of being partially submerged, including the densely populated megalopolises of Guangzhou and Shanghai.

“More frequent floods and natural disasters such as typhoons are expected to erode [Shanghai’s] floodwalls,” wrote Michael Werz and Lauren Reed in Climate Change, Migration, and Nontraditional Security Threats in China, a May 2014 report by Washington (D.C.)-based Center for American Progress. “The potential inundation of Shanghai could cause a mass migration, shifting migratory trends and increasing resource pressure in other areas,” the scholars warned.

 
The spread of illnesses

Finally, Zheng noted that climate change could have deleterious effects on the health of the Chinese public, particularly through the spread of mosquito-borne diseases including malaria and dengue fever (last year China saw its worst outbreak of dengue in two decades) as well as schistosomiasis, a parasitic disease that often afflicts children who play in infected water.

“Changes in climate are likely to lengthen the transmission seasons of important vector-borne diseases and to alter their geographic range,” the World Health Organization wrote last August. “For example, climate change is projected to widen significantly the area of China where the snail-borne disease schistosomiasis occurs.”

For more, read this QuickTake: Choking China

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Qualité de l'air: le bal des hypocrites

Qualité de l'air: le bal des hypocrites | Home | Scoop.it

POLITIQUE - Les tergiversations autour de l'application la loi sur l'air (loi Lepage) en ce qui concerne la seule circulation alternée sont à la fois consternantes et très symptomatiques des dysfonctionnements de notre gouvernance.

La loi sur l'air votée avec bien des difficultés le 30 décembre 1996 n'a en réalité jamais été appliquée sauf dans son volet de surveillance. Les plans d'urgence permettant la circulation alternée mais également d'autres mesures touchant à la pollution industrielle ou agricole, qui devaient être connus à l'avance de tous afin que l'organisation individuelle soit possible, s'inséraient dans un ensemble plus vaste, celui des plans de protection de l'atmosphère.

Ces plans étaient eux-mêmes un des deux outils d'application des plans régionaux de la qualité de l'air, établis pour cinq ans, qui devaient permettre de fixer des objectifs régionaux par définition plus ambitieux que les minima des réglementations communautaires rendaient obligatoires. Le second outil d'application était les plans de déplacements urbains. La pastille verte prévue par la loi devait permettre de différencier les véhicules en fonction de leur degré de pollution pour jouer un rôle incitatif. Enfin la loi comportait de nombreuses dispositions techniques, dont certaines sont reprises dans le projet de loi sur la transition énergétique comme l'obligation de disposer de véhicules dit "propres" (GNV, GPL, électrique) pour une partie des flottes captives ou la mise en place de dispositifs permettant l'alimentation de ces véhicules "propres".

Enfin, un volet fiscal, certes très insuffisant, devait conduire à une fiscalité des carburants en rapport avec leur incidence sur la santé, notamment l'environnement. Le changement de majorité a tué la loi dans l'œuf puisque les décrets d'application des PPA et des PDU sont sortis très tardivement. Les documents locaux ont été préparés dans la première décennie de l'an 2000 sans aucune cohérence avec des PRQA très antérieurs; les objectifs de ces PRQA bien loin d'être ambitieux se sont révélés, au moins en ce qui concerne celui d'Île-de-France, inférieurs à nos obligations communautaires. La pastille verte définie en 1997 par Dominique Voynet n'avait plus aucun sens puisqu'elle a été donnée aux véhicules diesels et en réalité à l'immense majorité des véhicules.

Les seuils fixés par Roselyne Bachelot en 2002 pour l'information et l'alerte étaient très supérieurs aux obligations communautaires c'est la raison pour laquelle la France est aujourd'hui poursuivie devant la Cour de Justice de l'Union Européenne pour les émissions de particules fines. Enfin, les dispositions techniques sont restées lettre morte comme les dispositions fiscales.

Cela démontre la capacité de nos lobbys, aidés par une partie de notre administration, à vider une loi de sa substance et à préférer sacrifier des milliers de personnes chaque année tout en chargeant massivement les comptes de la sécurité sociale plutôt que de s'attaquer réellement à un problème de santé publique. Mais le plus grave est sans doute la légèreté avec lesquels les politiques traitent ces sujets et la réalité de leur ordre de priorité. Les promesses n'engagent certes que ceux qui y croient comme les lois n'engagent que ceux qui acceptent de les appliquer. Le plus tragique de l'histoire et que nous avons perdu sur les deux tableaux.

Non seulement rien à n'a vraiment été fait en 20 ans pour lutter contre la pollution atmosphérique en France (merci à l'Europe, aux normes euro 5 et 6 en particulier, et à la législation imposant des maximums pour les principaux polluants) mais encore et surtout cette préférence pour l'industrie et la rentabilité économique n'a été favorable ni à l'une ni à l'autre.

La diéselisation, proposition industrielle française, est devenue un obstacle majeur à l'exportation et nous affichons un retard catastrophique dans la proposition de véhicules hybrides qui sont aujourd'hui ceux qui répondent le mieux à l'enjeu. Sur le plan de l'image, du tourisme, de la qualité générale de produits, notre inertie est très coûteuse. Quant au coût sanitaire et humain, il est colossal: 10 fois plus que les morts sur les routes, un coût astronomique pour les finances publiques.

Combien d'année faudra-t-il encore attendre pour comprendre qu'il ne peut désormais y avoir politique économique sans intégration complète de la politique sanitaire et environnementale et vice versa?

 

Corinne Lepage Devenez fan

Députée européenne Cap21, ancienne ministre de l'Environnement sous Chirac

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Vanuatu / réchauffement : Libé plus prudent que Le Monde

Vanuatu / réchauffement : Libé plus prudent que Le Monde | Home | Scoop.it

Le cyclone Pam qui a frappé l'archipel du Vanuatu dans la nuit du 13 au 14 mars est-il une conséquence du dérèglement climatique ? La presse française est divisée entre les médias qui répondent par l'affirmative... et ceux, plus prudents, qui s'en tiennent à un "c'est difficile à dire".

Le Monde a choisi d'en faire sa manchette : "La catastrophe de Vanuatu, nouvelle alerte au dérèglement climatique". Le cyclone qui a frappé l'archipel serait lié au changement de climat sur la Terre : "Avec le changement climatique, le nombre de cyclones aussi destructeurs devrait continuer à augmenter", détaille la Une. La version web du quotidien du soir abonde : "Vanuatu, symbole de l'urgence climatique", et "Les Vanuatu, pays le plus exposé au changement climatique".


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

Une du Monde daté du 16 mars 2015

Le quotidien s'appuie, pour établir ce lien entre dérèglement climatique et fréquence des cyclones destructeurs, sur un rapport des Nations unies sur la réduction du risque de catastrophe qui explique qu' "à travers l'évolution des températures, des précipitations et du niveau des océans, entre autres facteurs, le changement climatique mondial modifie le niveau des aléas et exacerbe les risques de catastrophe dans certaines régions".

Mais à la lecture de Libération, le lien est moins évident. Le quotidien publie ce lundi une interview du vice-président du Groupement d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), Jean Jouzel. À la question du journaliste de Libé, qui lui demande si "la fréquence des catastrophes est liée au réchauffement climatique", Jouzel commence par répondre : "On reste toujours très prudents sur ces grands cyclones. D’abord, c’est une région où il y a des cyclones de force5, comme Pam, à peu près tous les cinq ans. C’est toujours difficile d’affirmer que leur rythme augmente si le climat devient plus chaud."


Libération du 16 mars 2015

Ce n'est qu'ensuite que le scientifique complète : "Mais il y a une relation entre la température de la mer et la génération de tels cyclones. Bien entendu, il faut introduire d’autres paramètres concernant les vents en altitude mais, globalement, selon les projections du Giec, il y a une menace non pas d’avoir plus de cyclones, mais des cyclones encore plus violents. Et ceci avec des dégâts associés qui risquent d’être encore plus lourds."

Pas plus de cyclones, mais des cyclones plus violents : l'analyse de Jouzel semble même opposée à l'affirmation de Une du Monde sur "le nombre de cyclones" qui "devrait continuer à augmenter". En réalité, la formulation est légèrement alambiquée mais dit la même chose : Le Monde parle du nombre de cyclones... "aussi destructeurs".

Les précautions de l'expert du Giec interrogé par Libé apportent donc des nuances que ne reflètent pas forcément les titres du Monde. Si une partie de la presse française a été prompte à faire le lien avec le dérèglement climatique, c'est peut-être autant pour des raisons politiques que scientifiques : le cyclone a frappé le Vanuatu la veille d'une conférence des Nations unies sur la prévention des risques de catastrophes, à laquelle était présent le président de l'Etat dévasté– érigeant ainsi le drame en "symbole" concret d'une réalité, le dérèglement climatique, parfois difficile à illustrer.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le gouvernement flanque un coup de massue à l’agriculture biologique

Le gouvernement flanque un coup de massue à l’agriculture biologique | Home | Scoop.it

Malgré ses discours en faveur de l’agriculture biologique, le ministre de l’Agriculture vient de décider une coupe sombre dans les aides à celle-ci. Alors qu’elle rend services à l’intérêt général - en ne polluant pas - et crée de nombreux emplois.

Stéphanie Pageot et Denis L’Hostis

Alors qu’en mai 2013, le ministre de l’Agriculture annonçait son programme « Ambition bio » avec l’objectif de doubler les surfaces cultivées en France selon les méthodes de l’agriculture biologique d’ici 2017 (passer de 1 à 2 millions d’hectares, soit de 4 à 8 % de la surface agricole utile), l’annonce par arrêté du 7 mars 15 d’une réduction de 25 % des aides au maintien pour les producteurs bio est vécue comme une injustice flagrante et une incohérence totale avec les ambitions.

Pourquoi ?

Parce que cela signifie d’abord que le ministère ne croyait pas en la réussite de son plan puisqu’il n’a pas prévu de budget suffisant alors que nous avions prévenu, dès 2012, des risques de dépassement budgétaire.

Deuxièmement, parce que l’agriculture biologique est le système le plus abouti de l’agro-écologie, chère à Stéphane Le Foll, et qu’il aurait dû la soutenir avant toute chose.

Enfin, parce que dans un système agricole malheureusement basé sur les aides d’une Politique Agricole Commune insuffisamment liée à l’environnement, il est indispensable de remettre un minimum de sens collectif à ces aides payées par les contribuables européens.

L’agriculture biologiques rend des services d’intérêt général

Ces aides au maintien que nous appelons, nous, producteurs bio et défenseurs de l’environnement, « aides à la reconnaissance des services environnementaux », permettent de rémunérer les services que nous rendons dans l’intérêt général, à savoir la protection de l’eau des pollutions diffuses (pas de pesticides, pas d’engrais azotés de synthèse), la protection de la biodiversité cultivée et sauvage, l’entretien et le développement des infrastructures écologiques (haies, fossés, mares, prairies permanentes…), la protection du citoyen de la pollution de l’air par les pesticides, la création d’emplois (+ 60% en bio) et enfin la fourniture de produits sains…

Il faut donc garantir ces aides, les budgéter et les promouvoir pour qu’elles accompagnent les producteurs dans leur conversion à la bio et dans leurs recherche de démarches de progrès permanentes vers plus de cohérence économique, écologique et sociale (fermes certifiées bio).

Nous demandons donc au gouvernement de trouver une solution à la problématique budgétaire qu’il a créé lui-même, pour redonner de la cohérence aux politiques publiques, pour faire de la prévention et pour réduire les coûts environnementaux des pollutions agricoles (54 milliards d’euros de coûts pour la dépollution de l’eau) et 120 milliards de coûts, selon par une étude de la commission européenne sur les perturbateurs endocriniens causés par les pesticides).

Nous appelons les citoyens à se mobiliser pour une nouvelle agriculture.

Lire aussi : M. Le Foll parle d’agro-écologie, mais il promeut l’agriculture industrielle !


more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Pékin:Chine: triomphe d'un documentaire web sur la pollution

Pékin:Chine: triomphe d'un documentaire web sur la pollution | Home | Scoop.it

Le smog recouvre le 9 décembre 2009 un des axes principaux de Linfen, une ville du centre de la Chine (dans la province du Shanxi), considérée parmi les plus polluées du monde

afp.com/Peter Parks

 

Pékin - Un documentaire vidéo incisif sur la pollution atmosphérique en Chine a connu un succès fulgurant ce week-end sur internet, enregistrant plus de 155 millions de vues, soit l'équivalent d'un Chinois sur neuf.

"Sous le dôme", documentaire réalisé à titre privé par Chai Jing, ancienne présentatrice vedette de la télévision d'Etat CCTV, détaille avec force pédagogie et entretiens percutants les causes et conséquences sur l'épais smog brunâtre qui embrume de façon endémique les métropoles chinoises. 

Avec une liberté de ton peu courante en Chine, la journaliste dénonce successivement la dépendance au charbon, l'envolée des automobiles, le laxisme des gouvernements locaux --réticents à fermer des aciéries sources d'emplois--, la non-application des lois environnementales et les amendes dérisoires pour les pollueurs. 

Il présente également des points de comparaison, interrogeant un élu de Londres et des officiels de Los Angeles pour examiner les politiques adoptées par ces deux métropoles, autrefois lourdement polluées. 

Le film se termine sur un vibrant appel --inhabituel dans un univers médiatique étroitement censuré-- à "dire non" et à "se lever" pour changer la situation. 

Le film de 103 minutes --dont la réalisation nerveuse rappelle "Une vérité qui dérange" de l'ancien vice-président américain Al Gore-- a été mis en ligne samedi, et repris par des médias officiels. 

Aussitôt, le succès a été viral auprès des internautes chinois, pour qui le "smog" est une préoccupation majeure: au cours du week-end, il enregistrait quelque 155 millions de vues, selon le journal étatique Global Times. 

Un triomphe dû en partie à la personnalité de Chai Jing, intervieweuse populaire et tenace qui avait démissionné de CCTV. Pour elle, ce documentaire était "un combat personnel" après avoir découvert que sa fille était atteinte d'une tumeur bénigne, attribuée à la pollution. 

Alors que le smog délétère nourrit un mécontentement populaire croissant en Chine, le Parti communiste au pouvoir avait indiqué l'an dernier "déclarer la guerre à la pollution" avec l'ambition de réduire la part des énergies fossiles. 

"Sous le dôme" n'en a pas moins provoqué sur les réseaux sociaux un déferlement de critiques contre l'inertie des autorités. 

"Nous devons utiliser la force de l'internet pour sensibiliser le peuple de Chine et forcer le système politique à sortir de sa léthargie", plaidait un internaute sur la plateforme de microblogs Weibo. 

Récemment nommé, le ministre de la Protection de l'environnement, Chen Jining, a félicité publiquement Chai Jing, espérant que son documentaire "encouragera les individus à agir pour améliorer la qualité de l'air". 

De hauts officiels retraités avaient reconnu que 500.000 morts pouvaient être imputées à la pollution chaque année en Chine. Comme l'an dernier, les problèmes environnementaux devraient figurer cette semaine au menu de la session plénière annuelle de l'Assemblée nationale du peuple, le Parlement chinois. 


 
Jacques Le Bris's insight:


Under the dome en version sous-titrée

http://youtu.be/T6X2uwlQGQM


more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La bataille de l’air pur, nouvel enjeu écologique et économique du siècle

La bataille de l’air pur, nouvel enjeu écologique et économique du siècle | Home | Scoop.it

Gonand, Kerting et Lorenzi : « Selon l’OMS, l’exposition à la pollution de l’air serait responsable de 7 millions de décès prématurés en 2012, soit un décès sur 8 au niveau mondial »


Les faits - Frédéric Gonand est professeur d’économie associé à l’Université Paris-Dauphine. Entrepreneur de l’air, Thomas Kerting a fondé et dirige « Aircology ». Mathilde Lorenzi, diplômée de l'EDHEC et de Sciences Po Paris, est déléguée générale des Respirations, la conférence de la qualité de l'air en France et à l'international. Ils ont cosigné La bataille de l’air : enjeux économiques de la qualité de l’air (Editions Descartes & compagnie).

 

Jusqu’à récemment, la pollution de l’air, au moins dans l’opinion publique, était surtout l’apanage des métropoles asiatiques. Sur le passé récent, la situation a changé : des pics de pollution atmosphériques sans précédent ont été enregistrés en Europe. Les particules fines en suspension dans l’air sont un mélange de substances organiques et minérales, composées de sulfates, de nitrates, d’ammonium, de chlorure de sodium, de carbone, de matière minérale et d’eau.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Pas d'argent pour le nucléaire – arrêtons Bruxelles !


Ajoutée le 20 déc. 2014

Joignez-vous à nous ! https://www.ews-schoenau.de/campagne

Le groupe Électricité de France (EdF) veut construire en Angleterre, à Hinkley Point, l'une des plus grandes centrales nucléaires du monde. Ce projet n'est toutefois finançable que s'il est massivement subventionné par le gouvernement britannique, ce qui constitue une très nette violation de la loi européenne sur la protection de la concurrence. La Commission Européenne précédente a autorisé ces aides à l'énergie atomique dans son avant-dernière séance.

Cette décision scandaleuse est la porte ouverte à la construction de nouvelles centrales nucléaires en Europe. Le gouvernement autrichien veut porter plainte auprès de la Cour de Justice de l’Union Européenne, le distributeur électrique Schoenau a directement déposé un recours auprès de la Commission Européenne.

Tous les citoyens de l’UE peuvent déposer un recours officiel devant la Commission Européenne (sans frais occasionnés) pour contester cette décision. Si la pression exercée par les citoyens européens est plus forte que l’influence du lobby nucléaire, nous pourrons amener la Commission fraîchement nommée à revenir sur cette mauvaise décision. Rejoignez notre recours – ou formulez votre propre recours – et exigez avec nous : Pas d'argent pour le nucléaire – arrêtons Bruxelles !

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Contre la pollution, Paris doit faire plus et plus vite

Contre la pollution, Paris doit faire plus et plus vite | Home | Scoop.it

Pour participer à la lutte contre la pollution à l’échelle européenne, la ville ne devra pas se contenter de quelques journées de circulation alternée dans l’année: rien ne pourra remplacer les investissements en infrastructures pour développer des transports publics respectueux de l'environnement.

«Si le dérèglement climatique est global, les solutions, elles, sont avant tout locales»: c’est le credo des trente maires de grandes villes européennes qui ont cosigné une tribune publiée à l’occasion d’un sommet organisé le 26 mars par Anne Hidalgo, maire de Paris et cosignataire, pour préparer la conférence de décembre prochain sur le climat.

Certes, la lutte contre les émissions de gaz polluants et de particules fines passe par des initiatives locales. A ce titre, la circulation alternée pour réduire les pics de pollution n’est pas inutile. Mais il n’y a pas que les pics et, à y regarder de plus près, il ne s’agit pas d’une solution à la hauteur du problème. Surtout lorsque, comme en France le 23 mars dernier, on débat pendant quatre jours sous un ciel pollué avant de prendre une décision qui ne s’appliquera qu’une seule journée.

C’est surtout en matière de communication que la circulation alternée aura été la plus efficace, pour sensibiliser l’opinion, comme pour la journée sans voiture, la prochaine étant programmée pour le 27 septembre. Pour le reste, le bilan est plutôt maigre.

 

Un nuage de pollution sur l’Europe du nord

La polémique sur la circulation alternée a braqué les projecteurs sur la pollution automobile dans le ciel parisien. Il convient toutefois de rappeler que la pollution aux particules fines n’est pas la seule contre laquelle l’opinion publique doit être alertée, et que l’automobile n’est pas le seul vecteur de pollution. «Le trafic routier représente plus d'un quart des rejets de gaz à effet de serre, plus de la moitié des rejets d'oxydes d'azote, environ un quart des émissions de particules et plus de 15 % des émissions d'hydrocarbures», indique Airparif, qui surveille les polluants atmosphériques et les gaz à effet de serre en Ile de France.

La voiture serait donc globalement responsable d’un peu plus d’un quart de la pollution. Elle n’est donc qu’une partie du problème. Ce qui explique, si on se réfère aux résultats enregistrés en mars 2014 à l’occasion d’un épisode de circulation alternée, que la diminution moyenne de pollution à Paris n’ait été que de 6% pour les particules ce jour-là et de 10% pour les oxydes d’azote, alors que le trafic automobile avait baissé de 18% dans la capitale (et de 13% en petite couronne). Certes, le bénéfice de la circulation alternée n’est pas contestable; mais il est très limité.

C’est que, de toute façon, les pics de pollution ne proviennent pas des émissions produites sur place, qu’il s’agisse de Paris comme de n’importe quelle autre agglomération. Les épisodes de pollution printaniers comme celui que les Parisiens viennent de vivre sont des phénomènes connus des spécialistes de météorologie. Ils sont de grande échelle et intéressent des régions bien plus larges que la seule agglomération parisienne et même que l’Ile-de-France, puisque toute l’Europe du nord est concernée.

Un nuage de pollution circule en fonction des vents et de la rotation de la terre. La Nasa est d’ailleurs parvenue à modéliser la circulation de la pollution au gaz carbonique sur une année complète, montrant combien l’hémisphère nord de la planète est parcouru par ces polluants qui, bien sûr, ignorent les frontières et se déplacent différemment selon les saisons.

Dans ces conditions, lorsque les Parisiens ont plus de mal à respirer, ce n’est pas à cause des émissions de leurs voitures. La pollution est un problème global qui pénalise tout le monde au-delà des limites de la capitale et même de l’Ile-de-France, et réclame par là une mobilisation générale.

D’où l’intérêt de coordonner les efforts au niveau international, comme la maire de Paris en a pris l’initiative. Car sans cette mobilisation globale, les initiatives locales prises isolément, comme quelques jours de circulation alternée, seraient perçues comme autant de coups d’épée dans l’eau.

 

La voiture électrique, une réponse utile mais imparfaite

Encore faut-il que ces initiatives locales soient véritablement à la hauteur du problème. On a vu que la focalisation sur l’automobile n’était pas une réponse totalement appropriée. On peut promouvoir la voiture électrique, mais il faut raison garder: en France, sur l’année 2014, 15.000 immatriculations ont été enregistrées. Pour le seul mois de février 2015, on applaudit au doublement des ventes avec… 1.400 voitures électriques vendus dans le mois en France. Il faudra du temps pour électrifier le parc automobile!

D’autant que le débat est ailleurs, car plus d’un Parisien sur deux ne possède pas d’automobile. Et qui en possède ne la prend généralement pas pour se déplacer dans la capitale. La pollution des voitures particulières provient plutôt des automobilistes en transit ou des «commuters» qui viennent de la périphérie. Et qui ne pourraient pas forcément utiliser un véhicule électrique dont l’autonomie est limitée –surtout l’hiver quand le chauffage contribue à épuiser plus vite les réserves des batteries.

Le choix d’une voiture est toujours un compromis. Selon les automobilistes, la propulsion électrique peut être une solution lorsque les trajets quotidiens sont courts, mais elle ne saurait être généralisable. Il faudrait notamment multiplier les bornes de recharge. Les projets sont nombreux, les réalisations ne suivent pas. La loi sur la transition énergétique prévoit l’installation de 7 millions de bornes d’ici à 2030 en France, mais on en est loin avec, en tout, quelque 16.000 points de charge sur tout le territoire.

Bien sûr, les solutions hybrides font partie des compromis possibles, et les constructeurs multiplient les modèles – à l’exception des marques françaises, en retard sur ce créneau. Mais ce sont pour la plupart des modèles de haut de gamme qui ne sont pas à la portée de toutes les bourses: seulement 43.000 voitures hybrides ont été immatriculées en 2014 dans toute la France. Pour qu’elles aient de véritables effets, ces motorisations devraient être développées à grande échelle, ce qui n’est pas encore le cas.

 

Autocars et utilitaires dans le collimateur

L’initiative d’Anne Hidalgo pour accélérer l’électrification du parc des utilitaires dans la capitale, responsables de plus du tiers des émissions polluantes selon le Laboratoire d’économie des transports, devrait être plus efficace que la circulation alternée, car les effets seront durables. Il s’agit d’un programme d'aide à l'achat de véhicules utilitaires propres (électriques ou au gaz) pour les professionnels travaillant à Paris, pouvant correspondre à 15% du prix des véhicules. Le Conseil de Paris a prévu de débloquer 12 millions d'euros à cet effet jusqu'à la fin de l’actuelle mandature. La date d'entrée en vigueur du dispositif est prévue pour le début de l'été.

On pourrait même imaginer que des dispositions contraignantes soient prises pour les véhicules de livraison, au même titre que pour toutes les flottes captives d’entreprises, pour qu’elles soient uniquement équipées de voitures non polluantes. Le mouvement a été amorcé avec la loi sur la transition énergétique mais il y a bien longtemps que des mesures auraient pu être prises.

Les lobbies de toutes sortes, à commencer par les constructeurs automobiles et les pétroliers, mais aussi les transporteurs et les artisans, ont toujours su faire reculer les politiques. Les professionnels du tourisme n’ont pas été les derniers à lutter contre toutes les décisions qui auraient pu restreindre la circulation des autocars à Paris.

Anne Hidalgo est passé outre, souhaitant interdire la circulation des cars et des poids lourds les plus polluants dès le 1er juillet 2015. On verra si, au final, les mêmes intérêts qui avaient freiné les élans de Corinne Lepage en 1996 lors de l’élaboration de la loi sur l’air, devront cette fois reculer. Paris, qui accueille quelque 30 millions de touristes par an, ne peut se permettre de leur en compliquer l’accès; l’économie de la capitale en dépend. Mais en améliorant la qualité de l’accueil en luttant plus efficacement contre la pollution, la mairie peut aussi contribuer à favoriser le tourisme. Il appartient aux professionnels de trouver des solutions techniques adaptées.

 

Anticiper les infrastructures de demain

Reste que rien ne peut remplacer les investissements en infrastructures pour développer les réseaux de transports publics. Et de ce point de vue, Paris paie aujourd’hui le retard pris par l’interruption des grands travaux. Les dernières grandes décisions, pour la construction des lignes Eole et Meteor, remontent à 1989!

Aujourd’hui, avec les prolongements de lignes de métro et la construction de lignes de tramways, les travaux ont repris. Mais d’ores et déjà, alors que le projet de Grand Paris s’accompagne de la construction d’un métro express automatique ceinturant la métropole, des expertises remettent en question le bien-fondé du projet. Dommage: s’agissant d’infrastructures dont la durée de construction s’étale sur plus d’une décennie, les atermoiements rendent impossibles l’adaptation des moyens de transport aux besoins d’une capitale comme Paris.

On connaît le problème avec l’absence de liaison moderne et de transports de masse entre Paris et Roissy-Charles de Gaulle, à cause de débats interminables depuis plus de vingt ans. Aujourd’hui, la desserte de l’aéroport parisien est un handicap majeur pour la capitale.

Pour participer à la lutte contre la pollution à l’échelle européenne, Paris ne devra pas se contenter de quelques journées de circulation alternée dans l’année. Les grandes infrastructures, comme le métro et le RER, furent à l’origine des grandes avancées. Elles supposent une volonté d’anticipation sans laquelle il n’existe pas de vision ni d’ambition pour la cité.

 

Gilles Bridier

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

28,000 Rivers Disappeared in China: What Happened?

28,000 Rivers Disappeared in China: What Happened? | Home | Scoop.it

Government officials say it's been caused by statistical inaccuracies and climate change. But is that the whole story?

 

As recently as 20 years ago, there were an estimated 50,000 rivers in China, each covering a flow area of at least 60 square miles. But now, according to China's First National Census of Water, more than 28,000 of these rivers are missing. To put this number into context, China's lost rivers are almost equivalent, in terms of basin area, to the United States losing the entire Mississippi River.

Why have these rivers "vanished" from the maps and national records?

Official explanations from the Chinese government have attributed the significant reduction to statistical discrepancies, water and soil loss, and climate change.

"The disparity in numbers was caused mainly by inaccurate estimates in the past, as well as climate change and water and soil loss. Due to limited technology in the past, the previous figures were estimated using incomplete topographic maps dating back to the 1950s," said Huang He, China's Deputy Director of the Ministry of Water Resources, in an interview with the South China Morning Post.

ADVERTISEMENT

While this explanation seems plausible, Chinese web users, an active and formidable force for raising environmental issues with the Chinese government, are not satisfied. One user named Yami Laoliu, writing on the popular Chinese social media platform Sina Weibo, voiced skepticism: "I am surprised to learn that 28,000 rivers have already disappeared in the map. Is it natural disaster? Or man-made mistake? I think both played a role, but it was mainly a man-made mistake."

Peter Gleick, president of the Pacific Institute and a leading water expert agrees: "Climate change is a real threat to the world's resources, and we already see evidence of impacts on water availability, quality, and extreme events. But the water challenges in China are far greater than just climate change," he said.

Pinning the rivers' disappearance on climate change is politically palatable right now, and the human origin of global warming is not controversial in China. But in an unusual twist, blaming climate change allows officials to absolve themselves of the poor management, governance, lack of groundwater extraction controls, and rapid development that are more likely culprits for the river's disappearances.

"As China's population and economy have rapidly grown, the country has experienced serious degradation of its water resources, including massive overuse and contamination," Gleick said. "The 'disappearance' of major rivers and streams is far more likely to be directly connected to uncontrolled and unsustainable extraction of water for industry and agriculture, though climate change may play a greater role in the future."

***

The past 30 years in which these rivers vanished have coincided with a phase of rapid industrialization and urban growth in China. From 1990 to 2000, urban areas expanded by more than 5,000 square miles, an area the size of Puerto Rico, and the expanding economy has correspondingly strained water and energy resources. In Yale University's 2012 Environmental Performance Index, China is one of the worst performers (ranked 116 out of 132 countries) with respect to its performance on changes in water quantity due to consumption, including industrial, agricultural, and household uses.

Poor management of water resources has also exacerbated the situation. The main water resource law in China only requires permits for groundwater extractions for "large-scale" projects. The lack of specificity in this language has led to what Gleick says is substantial overdraft of groundwater throughout the country. Weak water governance also caused last September's red water flow in to the Yangtze River, an occurrence that left even Chinese officials perplexed.

What about the statistical discrepancies that the government says could have factored in to the rivers' disappearance? While some updates to river classification are plausible, cartography and mapping techniques have been very sophisticated in China for many years. One user on Sina Weibo tweeted an old map of waterways for Qingdao, showing abundant waterways in considerable detail. The maps are accurate and Qingdao's rivers have not been wiped away by "improved surveying methods" -- they have simply been converted into Qingdao's sprawling roadways, said one of the city's urban historians.

So why is the Chinese government blaming only climate change and statistical inaccuracies? Climate change is an easy and popular scapegoat and allows the government to save face by pinning the disappearance on natural causes rather than anthropogenic (and arguably preventable) ones.

However, as the Chinese online reaction demonstrates in this case and in recent air pollution events, the Chinese public may not be as willing to accept such a backseat approach to environmental management. Given the current state of the waterways and growing demand for water in China, authorities would be better served by thoroughly examining the root causes of the challenge and striving to be more transparent about both the certainties and the  uncertainties surrounding the issue.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les villes de France en chemin vers le zéro phyto

Les villes de France en chemin vers le zéro phyto | Home | Scoop.it

Bonne nouvelle, nos villes et villages devront se passer de pesticides d’ici à 2016. Mais plusieurs collectivités se sont déjà lancées dans l’aventure... et démontrent que les produits phytosanitaires ne sont pas nécessaires.

- Versailles, reportage

A première vue, aucune différence : les abords de la gare de Versailles n’ont rien d’exceptionnel. Pourtant, la ville de Louis XIV figure parmi les pionnières du Zéro-phyto. Le paradis des abeilles ressemble donc à cela ?

Après quelques instants d’observation, les intrus se révèlent. Le long des trottoirs, de la mousse, des herbes folles et des pousses de pissenlit se faufilent à travers le béton. Plus loin, un agent des espaces verts examine les massifs armé d’une binette... plutôt que d’un pulvérisateur.

Malgré la grisaille hivernale, des narcisses déploient leurs pétales jaunes au milieu des avenues. Au pied des arbres ou autour des massifs, copeaux de bois et broyat végétal recouvrent la terre, freinant ainsi la croissance des plantes invasives et l’évaporation.

Depuis 2005, la ville de 90 000 habitants a peu à peu banni les produits phytosanitaires des parcs, des routes, des voiries puis des cimetières. Une ambition portée par Cathy Biass-Morin, l’énergique directrice des espaces verts. « Dans les années 2000, trois agents ont été gravement brûlés suite à l’explosion d’une cuve de produits chimiques », raconte-t-elle. « Ça a été le déclic, on ne pouvait plus continuer ainsi. »

Cathy Biass-Morin

Ingénieure horticole de formation, elle se rend à Rennes, où des expérimentations sont en cours, rencontre des jardiniers bio, puis se charge de convaincre les élus. « Nous ne voulions pas de cancers, et la municipalité nous a fait confiance. »

Impliquer les jardiniers

« Le plus difficile, mais aussi le plus important, c’est de changer les habitudes des jardiniers », observe Cathy Biass-Morin. « Pendant des années, ils ont travaillé avec des pesticides, ils ont appris à désherber à coup de Round Up. » Pour les persuader, elle organise des formations sur mesure : gestion écologique, plantes vivaces.

Les agents sont aujourd’hui entièrement impliqués dans le processus : devenus « éco jardiniers », ils proposent des compositions végétales ou florales, et prennent part aux réflexions de la municipalité. « Tout le monde a peur du changement, il faut montrer que d’autres manières de faire existent. »

Car les alternatives aux herbicides sont légion. Binette, brûleur thermique, tondeuse à gazon. Mais il s’agit surtout d’une réflexion globale. « Il faut gérer différemment les espaces verts, et réfléchir dès la conception des parcs », explique Cathy Biass-Morin. Préférer les vivaces aux plantes annuelles, plus résistantes. Passer du désherbage à la gestion de l’herbe.

« En fonction des lieux, des usages, il n’est pas nécessaire de tondre tout, tout le temps », précise Caroline Gutleben, de l’association Plante et cité. « On peut laisser certains espaces en friche, en prairie fleurie. »

A Courdimanche, dans le Val d’Oise, moutons et chèvres assistent les jardiniers dans le débroussaillage. Pour le plus grand bonheur des enfants, sensibilisés dès la crèche aux questions de biodiversité. « Nous avons mis en place des jardins aromatiques et des potagers dans les écoles », raconte Sylvette Amestoy, adjointe au maire écologiste.

Un travail de pédagogie essentiel d’après elle pour faire passer le Zéro-phyto. Troc de plantes, fête du miel, conférence... L’élue ne lésine pas sur les moyens pour impliquer les quelques 6000 riverains. « Au début, certains, dont d’anciens agriculteurs, étaient sceptiques. Ils avaient peur que ça ne soit "pas propre". »

L’association Plante et cité a mené son enquête. « La plupart des gens ne voient pas la biodiversité comme une préoccupation. Pour eux, ne pas désherber, c’est délaisser un lieu, c’est le négliger. » Caroline Gutleben préconise donc un changement culturel. Les "mauvaises" herbes ne sont pas sales ou dangereuses.

« Nous devons accepter la flore spontanée, sauvage. » Pour développer la sensibilité des habitants, Cathy Biass-Morin organise des inventaires participatifs d’insectes. « Les gens sont heureux de voir que les papillons reviennent, et ils entretiennent les roses trémières qui poussent spontanément. »

Pas touche au cimetière !

Pour autant, le chemin vers le Zéro-phyto n’est pas sans obstacle. Difficile notamment de laisser s’enherber les cimetières. « Pour les agents, c’était la corvée, car il fallait tout le temps débroussailler. Et les habitants, surtout les seniors, n’étaient pas satisfaits », se rappelle Sylvette Amestoy.

La municipalité décide donc de réorganiser l’espace : certaines allées sont ressemées, pour que les plantes indésirables se fondent dans le gazon, d’autres sont au contraire recouvertes de béton. Surtout, des lieux de repos et de détente sont aménagés, « pour créer un endroit agréable. » Même démarche à Versailles, où les cimetières ressemblent aujourd’hui à des parcs urbains, où il fait bon se promener.

 Lire à ce propos : Enfin un cimetière écologique !

Autre épine dans le pied des défenseurs de la biodiversité en ville, les terrains de sport. « Les clubs ne veulent pas entendre parler de plantes sauvages, il leur faut une pelouse impeccable », explique Cathy Biass-Morin. Pour contourner la difficulté, la plupart des communes optent pour des gazons synthétiques... une solution pas forcément satisfaisante d’un point de vue environnemental.

Les politiques se rattrapent

La loi Labbé, qui interdit le recours aux pesticides par les collectivités dès 2017, a d’ailleurs sciemment exclu les terrains de sport et les cimetières de son champ d’application, « pour ne pas créer des blocages et des peurs inutiles », précise Joël Labbé. L’an dernier, le sénateur écologiste s’est battu pour faire adopter son texte, afin d’« enfoncer un coin », et entamer ainsi l’hégémonie des phytosanitaires.

Le sénateur écologiste Joël Labbé

« Bien sûr, 80 % des produits phytosanitaires concernent l’agriculture », admet-il. « Cette loi ne va pas tout résoudre, mais ce sera déjà ça de gagné. » Lui espère surtout créer une prise de conscience, « faire savoir que les pesticides sont des saloperies dont on peut se passer ! » Les communes récalcitrantes encourront jusqu’à 75 000 € d’amendes et deux ans d’emprisonnement.

Pourtant, pour Jonathan Flandin, de Natureparif, ce texte, bien que nécessaire, ne devrait pas changer la situation. « Il ne s’applique pas à la voirie, donc seuls les espaces verts sont vraiment concernés », regrette-t-il. « Or beaucoup de collectivités sont déjà engagées dans la réduction des pesticides dans les parcs et jardins. »

Depuis 2011, l’Agence régionale dresse un état des lieux de l’usage des pesticides en Île-de-France. 10 %, soit 130 communes sont passées au Zéro-phyto. 15 % n’utilisent les pesticides que pour les cimetières. Des chiffres encore insuffisants pour Jonathan Flandin.

« Sans volonté politique et sans une implication des services municipaux, les réglementations restent lettre morte. » Pour valoriser les initiatives existantes, les labels foisonnent, comme Ecojardin ou Terre saine. « Le but est de donner envie aux autres de se lancer », explique Caroline Gutleben.

Ainsi, (trop) lentement mais sûrement, villes et villages français se sèvrent des phytosanitaires. La loi Labbé jouera peut-être un rôle de catalyseur, mais l’essentiel est ailleurs. Pour Sylvette Amestoy, « le zéro-phyto n’est qu’une étape d’un projet global de transition écologique et durable des collectivités. » Cantines bio, préservation des terres agricoles, ville comestible... Bannir les produits toxiques et dangereux n’est qu’un premier pas, vital, vers la cité de demain.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les nouveaux résilients

Les nouveaux résilients | Home | Scoop.it

Du Togo au Congo, en passant par les Philippines et la Papouasie-Nouvelle Guinée, des hommes et des femmes rivalisent de trouvailles et d'énergie pour permettre aux populations de résister au changement climatique qui approche.

 

Ici, le changement climatique n’est encore qu’une épée de Damoclès. Là-bas, il sévit déjà. Sécheresse, dégradation des sols, insécurité alimentaire… Dans de nombreux pays du Sud, des populations sont, dans leur quotidien, aux prises avec les conséquences du dérèglement. Pour s’en prémunir ou s’y adapter, des porteurs de projets rivalisent d’inventivité. Ils imaginent de nouvelles sources d’énergie, redécouvrent des plantes, réapprennent à cultiver en milieu aride. Le Centre de coopération international en recherche agronomique pour le développement (Cirad) et l’Agence française du développement (AFD) a lancé le concours Challenge Climat pour récompenser ces initiatives. Terra eco est allé à la rencontre de ces nouveaux résilients.


Jacques Le Bris's insight:

Retrouvez tous ces acteurs ci-dessous :

 

Les nouveaux résilients (1/7) : le gardien des solsComment cultiver sur des terres que le changement climatique rend de plus en plus arides ? Au Togo, Bakary Samake tente de lutter contre ce fléau en brisant l’addiction aux engrais.

 

Les nouveaux résilients (2/7) : la planteuse d’arbresInondations, typhons, incendies : les Philippines sont l’un des pays les plus vulnérables au changement climatique. Sans attendre l’« Appel de Manille », Norma Llemit a cherché à protéger son île. Sa solution : la reforestation. 


Les nouveaux résilients (3/7) : le VRP du hanza mal-aiméAu Niger, on dénigre certaines plantes autochtones. Or, elles sont parfois les plus aptes à résister aux épisodes de sécheresse. Josef Garvi s’est donné pour mission de redorer leur réputation.

 

Les nouveaux résilients (4/7) : la militante antibrûlisAu Cameroun, l’agriculture sur brûlis fait des ravages et accélère la déforestation. Dans un village du bassin du Congo, des jeunes gens apprennent aux paysans à planter des vergers écologiques et à diversifier leurs revenus. 

 

Les nouveaux résilients (5/7) : le marchand de carboneEn République démocratique du Congo, Olivier Mushiete Nkole s’est lancé dans un vaste programme d’agroforesterie. Et pour financer les investissements initiaux nécessaires, il a fait appel au marché carbone.


Les nouveaux résilients (6/7) : le sourcier indienHumidifier les racines grâce à de simples bouteilles d’eau plantées dans le sol. C’est le système inédit et peu coûteux développé pour contrer les sécheresses par Gopal Komandur et l’ONG Centre for Environment Concerns.

 

Les nouveaux résilients (7/7 ) : l’ingénieur lumineuxInventer une machine qui transforme la coco en huile, utiliser cette huile pour générer de l’électricité, décortiquer du riz à l’énergie solaire... En Papouasie-Nouvelle Guinée, Gregory Denn fourmille d’idées pour donner de l’énergie aux villageois.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Réchauffement climatique : la santé humaine sous pression

Réchauffement climatique : la santé humaine sous pression | Home | Scoop.it
Les premiers effets du changement climatique sur la santé sont déjà perceptibles et risquent de chambouler les priorités sanitaires, mettent en garde des experts français en santé publique.

Si les menaces physiques du réchauffement climatique (fonte de la banquise, montée du niveau de la mer, pics de pollution etc…) sont bien connues et même prédictibles sur plusieurs années, elles ont aussi de nombreuses répercussions sur la santé humaine, parfois de manière détournée. Afin de déterminer efficacement ces risques, le Haut conseil de la santé publique, organe consultatif du ministère de la Santé, a mené une étude depuis 2013 sur les impacts sanitaires liés au réchauffement du climat.

Les résultats, présentés lundi en conférence de presse par le professeur Jean-François Toussaint, sont alarmants: selon le rapport, c'est tout l'environnement sanitaire humain qui sera modifié par le changement climatique. Les premiers bouleversement sont déjà visibles et pourraient vite s'amplifier, estiment les experts.

 

Les seniors seront les premiers touchés

Le réchauffement climatique a tout d'abord un impact direct sur les populations vulnérables: les personnes âgées, les jeunes enfants et les individus en situation précaire. Selon le rapport, le nombre de morts augmente dès que la température moyenne dépasse les 25°C. Le réchauffement favoriserait aussi l'apparition de phénomènes extrêmes, en particulier des canicules, et ferait des ravages dans une population toujours plus vieillissante. Enfin le rayonnement solaire provoquerait aussi, par l'augmentation de la durée d'ensoleillement estivale, l'apparition de cancers ou de mélanomes cutanés: ceux-ci ont augmenté de 45 % chez les hommes et de 19% chez les femmes entre 1990 et 2010.

Les maladies infectieuses pourraient avoir des dynamiques inédites et atteindre de nouvelles régions. En effet, «les changements climatiques peuvent modifier et rendre imprévisibles les évolutions d'espèces microbiennes» et ainsi avoir «des effets directs et immédiats sur le paysage infectieux auquel est confrontée notre espèce», prévient l'étude. Le moustique vecteur de la dengue Aedes albopictus est par exemple présent dans le sud-est de la France depuis 2010. Si son implantation est le fruit de l'intensification des échanges internationaux et de l'usage massif d'antibactériens induisant des résistances accrues, le réchauffement climatique y a aussi contribué, estime le Haut conseil de la santé publique.

 

L'économie et l'agriculture impactent la santé

Mais certains dangers sanitaires sont aussi imprévisibles. Le rapport recommande de ne pas «réduire les conséquences du changement climatique à des relations simples de cause à effet». En effet, le réchauffement augmente les risques d'incendie et de submersion/inondation des littoraux très concentrés en population, et selon le rapport, il faudrait «dès à présent envisager certaines relocalisations». Les effets sur la biodiversité pourraient se répercuter sur l'économie et la production agricole, posant de sérieux problèmes de nutrition.

Si le Haut conseil de la santé publique recommande d'intégrer ces notions de complexité et de vision à long terme dans les réflexions politiques, il préconise surtout d'agir en amont afin d'éviter un tel scénario. Cela nécessite de réduire drastiquement les émissions de gaz carbonique, en renonçant totalement aux énergies fossiles d'ici 2100. Quand on lui demande quelles sont les chances que l'humanité suive ces directives, le président du Haut conseil de la santé publique Roger Salamon affirme, fataliste: «infimes, entre 3 et 5%».

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Pour lutter contre le changement climatique, les villes s’engagent et l’Europe doit les appuyer

Pour lutter contre le changement climatique, les villes s’engagent et l’Europe doit les appuyer | Home | Scoop.it

Si le dérèglement climatique est global, les solutions, elles, sont avant tout locales. Parce qu’elles se situent à l’articulation entre ces deux échelles, les grandes villes sont en première ligne dans le combat contre le dérèglement climatique.

C’est la raison pour laquelle nous, capitales et métropoles européennes qui représentons plus de 60 millions d’habitants et disposons d’une capacité d’investissements significative (2 000 milliards d’euros de PIB), faisons le choix de mettre en commun et de renforcer nos outils de transition énergétique et écologique.

Notre ambition est d’identifier et de combattre les principales causes des émissions de gaz à effet de serre que sont les transports polluants, les bâtiments anciens et mal isolés et l’approvisionnement en énergie. En parallèle, nous ouvrons d’ambitieux chantiers d’avenir comme ceux de la lutte contre l’étalement urbain, la (ré) introduction de la nature et de la biodiversité dans nos villes, l’intensification du recyclage, la lutte contre le gaspillage, la promotion de l’économie circulaire, la priorité aux transports en commun, l’accroissement de la mobilité électrique, la rénovation de bâtiments et l’amélioration de l’efficience énergétique. La création d’emploi et la recherche de partenariats avec les territoires ruraux voisins sont des clefs essentielles pour y parvenir. Réunies à Paris le 26 mars 2015, nous prenons l’engagement d’amplifier nos « plans Climat » respectifs.

Le deuxième niveau d’actions est l’échelon européen. Il est temps que les capitales et les métropoles européennes unissent leurs forces pour lutter contre le dérèglement climatique. Cela passe par un dialogue plus étroit entre les villes, par des échanges plus réguliers d’expertises et de bonnes pratiques. Cette diplomatie européenne des villes, respectueuse de la diversité des territoires et des cultures locales, a vocation à se déployer rapidement et durablement. Au sein de l’Union européenne, elle doit être davantage soutenue par le Parlement et par la Commission européenne, et bénéficier directement des financements européens.

 

VOLONTARIAT

Nous devons même aller encore plus loin, en favorisant sur la base du volontariat la coordination des investissements publics. Ensemble, les métropoles européennes représentent des marchés considérables de commande publique, de l’ordre de 10 milliards d’euros par an, auxquels s’ajoutent les effets d’entraînement sur le secteur privé qui aligne souvent ses propres exigences sur celles du secteur public. Ces dépenses d’investissement devraient se concentrer sur les filières « vertes », les industries (modernisation des outils de production et innovation) et les services « sobres en carbone ». C’est l’initiative que nous lançons à Paris : coordonner nos marchés publics pour faire émerger des offres plus respectueuses de l’environnement. L’Europe des villes prendra forme de cette manière, audacieuse et collaborative.

Enfin, nous devons nous impliquer davantage au niveau mondial. Les efforts que nous faisons, les politiques que nous menons dans nos villes doivent contribuer à l’adoption d’un accord mondial sur le climat. Nous devons nous appuyer sur les réseaux de villes et de gouvernements locaux engagés dans la lutte contre le dérèglement climatique pour favoriser une gouvernance mondiale.

Depuis le Sommet de la Terre à Rio en 1992, il y a 23 ans, les Nations Unies recherchent le consensus international pour faire face au défi que constitue le dérèglement climatique et qui ne cesse de s’aggraver. Aujourd’hui, nous n’avons plus le choix. La prochaine conférence de Paris sur le Climat, à Paris en décembre 2015, doit montrer que nous avons enfin pris la mesure des enjeux. Dès maintenant, les métropoles européennes peuvent contribuer à la lutte contre le dérèglement climatique en proposant, localement, des solutions concrètes.

Le 26 mars, nous joindrons nos efforts à ceux d’autres villes à travers la planète - en Amérique du Nord et du Sud, en Afrique, en Asie - qui mettent en œuvre des solutions locales innovantes. C’est ensemble, grâce aux villes rassemblées en réseaux et en lien avec les citoyens, les ONG, la communauté scientifique, le monde de l’entreprise que nous ferons la différence.

Parce que les grandes villes ont tout leur rôle à jouer dans la lutte contre le dérèglement climatique, trouvons ensemble les chemins d’un avenir durable. La collaboration des villes dans laquelle nous nous engageons doit déboucher sur des solutions coordonnées. Communes, bien plus souvent.



Jacques Le Bris's insight:

Les signataires de ce texte sont : Ana Botella (maire de Madrid), Christy Burke (maire de Dublin), Gérard Collomb (maire de Lyon), Antonio Costa (maire de Lisbonne), Alexiei Dingli (maire de La Vallette), Jordanka Fandakova (maire de Sofia), Michael Häupl (maire de Vienne), Anne Hidalgo (maire de Paris), Zoran Janković (maire de Ljubljana), Frank Jensen (maire de Copenhague), Alain Juppé, (maire de Bordeaux), Boris Johnson (maire de Londres), Yiorgos Kaminis, (maire d’Athènes), Sami Kanaan (maire de Genève), Eberhard van der Laan (maire d’Amsterdam), Ignazio Marino (maire de Rome), Yvan Mayeur (maire de Bruxelles), Michael Müller (bourgmestre régnant de Berlin), Dario Nardella (maire de Florence), Sorin Oprescu (maire de Bucarest), Jussi Pajunen, (maire de Helsinki), Giuliano Pisapia (maire de Milan), Lydie Polfer (maire de Luxembourg), Roland Ries (maire de Strasbourg), Johanna Rolland (maire de Nantes), Edgar Savisaar (maire de Tallinn), István Tarlós (maire de Budapest), Karin Wanngård (maire de Stockholm), Constantinos Yiorkadjis (maire de Nicosie), Artūras Zuokas (maire de Vilnius)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Colzas et tournesols génétiquement modifiés : la contamination a commencé

Colzas et tournesols génétiquement modifiés : la contamination a commencé | Home | Scoop.it

En 2013, les OGM cachés ont représenté en France près de 20 % des cultures de tournesols.


En décembre 2014, neuf organisations écologistes ont demandé au Premier ministre de prendre un moratoire sur la vente et mise en culture de ces plantes rendues tolérantes aux herbicides. L’absence de réponse les amène à engager un recours juridique.

Concernant la menace OGM, nous ne pouvons que féliciter le gouvernement d’avoir, par une loi promulguée le 2 juin 2014, interdit la culture de maïs génétiquement modifié. Mais c’est l’épi de maïs qui cache la forêt !

Chaque année, en France, 4 millions de tonnes de soja et maïs OGM sont toujours importés pour nourrir le bétail et les volailles que nous retrouvons dans nos assiettes.

Depuis 2008, les entreprises semencières ont mis sur le marché de nouvelles variétés de semences dont le génome a été manipulé pour les rendre tolérantes à des herbicides spécifiques. Ces Variétés rendues Tolérantes aux Herbicides (VrTH) sont de véritables éponges à pesticides puisque, à l’instar de la plupart des OGM, elles survivent aux pulvérisations d’herbicides qu’elles absorbent. Ces «OGM cachés» sont cependant arbitrairement exclus du champ d’application de la réglementation sur les OGM, sous le seul prétexte qu’ils ont été obtenus par une autre technique de manipulation génétique que la transgenèse. Ils échappent ainsi à toute évaluation sur l’environnement, la santé, à toute obligation d’étiquetage, de traçabilité et d’information des utilisateurs et des consommateurs.

Des risques graves de contamination

En 2013, les OGM cachés ont représenté en France près de 20 % des cultures de tournesols. Plus inquiétant encore, les premiers semis de colzas VrTH ont démarré en 2014 et risquent de se poursuivre à une plus grande échelle en 2015. Or, comme l’a souligné une étude réalisée conjointement par une équipe de l’Inra/CNRS en 2013, «la caractéristique de tolérance aux herbicides, introduite par manipulation génétique pourrait être diffusée à d’autres plantes, cultivées ou sauvages». Cette contamination est particulièrement importante avec le colza qui peut transmettre cette caractéristique à toutes les crucifères sauvages qui lui sont botaniquement proches : moutarde des champs, ravenelle, rapistre, etc. Autrement dit, une contamination génétique à grande échelle. Ce sont ces mêmes risques graves de contamination qui avaient d’ailleurs amené le gouvernement français à suspendre en 1998 la mise sur le marché de colzas transgéniques résistants à un herbicide.

Face à cette menace, la société civile n’est pas restée immobile. L’alerte a été lancée dès 2010, avec les premières actions de dénonciation d’essais par des organisations paysannes et de la société civile, puis de fauchage de tournesols VrTH par le Collectif des Faucheurs Volontaires d’OGM. Parallèlement, la mobilisation contre les OGM cachés a été engagée par un collectif constitué de 18 organisations de la société civile (associations écologistes, fédérations d’agriculture biologique et syndicats d’agriculteurs) signataires de l’Appel de Poitiers pour sauver la biodiversité (www.appeldepoitiers.org). Depuis ces deux dernières années, ce Collectif a été plusieurs fois reçu par les représentants des ministères de l’Agriculture et de l’Environnement afin d’alerter les décideurs politiques sur cette problématique, et leur demander de s’opposer au développement des cultures de colzas et tournesols tolérants aux herbicides.

 

Un modèle agricole à bout de souffle

Prenant acte de l’inertie des décisions politiques face au désastre annoncé, en décembre 2014, nous, organisations soutenues par le collectif de l’Appel de Poitiers avons adressé au Premier ministre un courrier argumenté, l’enjoignant d’appliquer les réglementations existantes lui permettant de prononcer un moratoire sur la vente et la mise en culture de ces VrTH en attendant les évaluations équivalentes à celles réglementairement obligatoires pour les OGM. En l’absence de réponse, nous venons d’engager un recours juridique en s’appuyant sur les réglementations françaises et européennes qui encadrent les semences (en particulier celles issues de technologies modifiant le génome) et sur le principe de précaution inscrit dans la Charte de l’environnement. Cette dernière impose une évaluation des risques préalables à l’utilisation de toutes les techniques scientifiques présentant un danger potentiel pour l’environnement ou pour la santé humaine. Ayant valeur constitutionnelle, elle s’applique donc au législateur.

Ces OGM cachés, de quelque technologie dont ils sont issus, correspondent à un modèle agricole à bout de souffle, dans lequel les manipulations génétiques et la chimie constituent les deux béquilles. C’est encore et toujours plus de pesticides, dont les victimes sont les agriculteurs mais aussi les consommateurs qui respirent et absorbent dans leur alimentation les pesticides diffusés dans l’air et dont les plantes sont imbibées.

Il est temps que la France prenne ses responsabilités vis-à-vis des VrTH. Prendre un moratoire, c’est mettre en application la volonté affichée par le gouvernement de réduire les pesticides et par le ministre de l’Agriculture de faire de l’agro-écologie le modèle agricole français.

Le changement, c’est maintenant ?

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Dans 15 ans, selon l'ONU, si rien ne change, l'eau manquera

Dans 15 ans, selon l'ONU, si rien ne change, l'eau manquera | Home | Scoop.it


Demain, est-ce qu'il y aura assez d'eau pour tous sur notre planète ? La réponse est oui, mais si l'on change notre façon de l'utiliser et de la partager. C'est ce que dit l'ONU dans son rapport annuel sur l'eau. Sinon, on se dirige vers une grave pénurie d'eau d'ici 2030. Décryptage en 6 questions avec Jean-Michel Decroly, professeur à l'ULB et spécialiste de la géopolitique de l'eau.


Dans son rapport, l'ONU souligne ce risque de grande pénurie d'ici 2030. Cette prévision, elle est plausible selon vous?

Jean-Michel Decroly: Parler de pénurie globale d’eau à l’horizon 2030 ou 2050, c'est un peu difficile à accepter tel quel. Mais en revanche, considérer qu’il y aura dans plusieurs régions du monde des situations de pénurie ou de stress hydrique [lorsque la demande en eau dépasse les ressources disponibles] qui seront marquées, c’est incontestable. En effet, on est dans un contexte ou d’une part, il y a une croissance des prélèvements en eau pour les différents usages sociaux et économiques. Cette croissance résulte à la fois de la croissance démographique et de la croissance de la consommation d’eau par habitant. Et d’autre part, dans des régions qui sont déjà en stress hydrique, les changements climatiques vont provoquer une réduction des précipitations et donc une réduction de la ressource renouvelable en eau douce.

L'ONU pointe aussi dans son rapport les conséquences de l'amélioration de l'accès à l'eau. En quelque sorte, la lutte contre la pauvreté s'accompagne d'une surexploitation de l'eau. Vous en pensez quoi?

Jean-Michel Decroly: Il y a deux choses à distinguer : tout d'abord, la question qui a trait à l’agriculture. La lutte contre la pauvreté conduit à rendre plus facilement accessible l’eau à usage agricole pour l’irrigation, ce qui permet d’augmenter les rendements. Cela permet aussi de nourrir plus facilement les gens mais cela comporte effectivement un stress hydrique significatif.

Un autre aspect, c'est la question de l’approvisionnement des ménages. Cela représente 10 % à l’échelle mondiale. Il faut donc souhaiter que cet approvisionnement en eau potable continue à s’améliorer, que l'on réduise la fracture sociale de l’accès à l’eau. 770 millions de personnes dans le monde n’ont pas accès à une eau de qualité. Donc en fait, dire qu'une amélioration de l’accès à l’eau et une réduction de la pauvreté vont peser sur l’accès général à l’eau et accroître la pression sur les ressources en eau, ce n'est pas très pertinent.

Le réchauffement climatique jouera aussi un rôle dans cette éventuelle pénurie? 

Jean-Michel Decroly: Oui! Les modèles relatifs aux changement climatiques pointent d’une part une évolution dans les précipitations. Ce que l’on prévoit, c'est que dans certaines régions du monde, notamment les latitudes tempérées, les précipitations risquent d’augmenter. Dans d'autres, elles vont diminuer. Les régions concernées, ce sont les régions tropicales, des zones où les précipitations sont assez faibles comme dans le monde arabo-musulman. La diminution des précipitations va provoquer un accroissement du stress hydrique. Du coup, dans plusieurs régions, l’eau va devenir un bien de plus en plus rare.

L’autre aspect, c’est le fait qu’avec l’élévation du niveau marin, il va y avoir des zones côtières qui vont être confrontées à une montée des eaux marines. Et cette montée est problématique parce qu’elle va entraîner une salinisation accrue des nappes phréatiques qui se trouvent sur les littoraux ou dans les arrières pays proches des mers, ce qui va réduire les possibilités de prélèvements.

L'ONU dit aussi dans son rapport que cette pénurie d'eau risque aussi de renforcer les tensions dans le monde.

Jean-Michel Decroly: Il y a des avis très contradictoires à ce sujet. Là où l’eau est peu abondante, elle doit être partagée entre plusieurs types d’usagers ou d’états, notamment dans le cadre des grands fleuves transnationaux comme le Nil ou le Tigre et l'Euphrate. Là, la situation de pénurie peut provoquer des tensions et cela pourrait eventuellement déboucher sur des conflits. Jusqu’à présent, il n’y a pas encore eu de guerres ouvertes autour de l’eau, mais il y a déjà eu des tensions très vives entre la Syrie, la Turquie et l’Irak, à propos du partage des eaux du Trigre et l'Euphrate et récemment, des tensions vives entre l'Egypte, le Soudan et l’Ethyopie concernant le partage du Nil.

Et en ce qui concerne les conséquences en cascade de situation de sécheresse par exemple? L'ONU fait un lien direct entre la sécheresse en Russie et les printemps arabes.

Jean-Michel Decroly: Dans le contexte d’une économie mondialisée comme la nôtre, une sécheresse en Russie qui provoque une réduction de la production céréalière russe et qui se répercute sur le prix des céréales au niveau mondial peut avoir des répercussions sur les coûts alimentaires au Moyen-Orient et provoquer une déstabilisation des états en question. Surtout si ce sont des états qui sont dans une situation de dépendance alimentaire.

Qu'est-ce qu'il faudrait faire pour mieux gérer l'eau?

Jean-Michel Decroly: Il y a deux aspects, l'un technique et l'autre lié à la gouvernance. En ce qui concerne l'aspect technique, le principal usage de l’eau aujourd’hui est un usage agricole et donc lié à l’irrigation. Et donc il faudrait améliorer ces techniques d'irrigation, c'est à dire passer d’une irrigation par nappes, où l'on ouvre les vannes d’un canal d’irrigation pour couvrir le champ d’eau, à des sytèmes plus coûteux, plus difficiles à mettre en œuvre, qui sont des systèmes d'irrigation goutte à goutte. Cela permettrait de réduire les prélèvements en eau pour les usages agricoles.

Et il y a aussi la question de la gouvernance de l’eau, à tous les niveaux, au niveau international, national ou local. Au niveau international, il n’existe pas de règles de droit international sur le partage des fleuves internationaux, ce qui ouvre la voie à des conflits. Il y a aussi cette question: comment mieux gérer l’eau dans des états pauvres, est-ce qu’il faut développer des infrastructures lourdes pour distribuer l’eau potable par le réseau comme cela se fait chez nous ou trouver des systèmes alternatifs qui permettent d’équiper des ménages avec des outils qui permettent de purifier l’eau qu’ils prélèveraient dans des puits. Ce sont là des enjeux complexes et qui se situent à différentes échelles.

A.W.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Fessenheim, récit d'une promesse envolée

Fessenheim, récit d'une promesse envolée | Home | Scoop.it
L'arrêt des deux réacteurs était programmé au plus tard le 31 décembre 2016. Un calendrier intenable.

Engagement du candidat Hollande, la fermeture de la centrale ne figure même pas dans la loi sur la transition énergétique. Une reculade qui illustre les atermoiements de l'exécutif face aux enjeux de la filière nucléaire.

 

Ce 28 septembre 2012, l'ambiance est presque détendue au palais de l'Elysée. Il faut dire que les flonflons de l'élection du 6 mai ne se sont pas encore totalement tus. Le projet de budget pour 2013 promettant un retour des déficits publics à 3% du PIB -déjà !- est passé sans encombre à l'Assemblée nationale, et Lakshmi Mittal se dit même prêt à céder Florange -on connaît la fin de l'histoire...  

Pour la première fois de son quinquennat, François Hollande réunit le conseil de politique nucléaire, un organe créé par son prédécesseur et qui vise à dessiner les grandes lignes de la politique nucléaire du pays. Autour de la table, le président a convié -outre le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault- Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères, Pierre Moscovici, le patron de Bercy, son voisin de bureau Arnaud Montebourg, Delphine Batho, la ministre chargée de l'Ecologie, le chef d'état-major des armées et le directeur du Commissariat à l'énergie atomique.  

Le communiqué de presse publié à la sortie de la réunion est laconique et sans équivoque : " Le conseil de politique nucléaire confirme l'engagement de réduction de la part du nucléaire de 75 à 50% à l'horizon 2025 dans la production d'électricité française. Dans cette optique, les deux réacteurs de la centrale de Fessenheim seront arrêtés définitivement au plus tard le 31 décembre 2016."  

Rien de surprenant à ce stade. Quelques jours auparavant, lors du discours d'ouverture de la grande conférence environnementale, le chef de l'Etat avait déjà confirmé l'engagement n°41 de son programme présidentiel : fermer Fessenheim avant la fin du quinquennat. Une promesse cruciale pour s'assurer du soutien inconditionnel des Verts dans le gouvernement. Lionel Jospin a eu la peau de Superphénix, François Hollande aura celle de Fessenheim.  

image: http://static.lexpress.fr/medias_10082/w_400,c_fill,g_north/segolene-royal-78_5162013.jpg

La ministre de l'Ecologie a beau affirmer que la promesse présidentielle sera tenue, les opposants à la centrale en doutent de plus en plus.

AFP PHOTO XAVIER LEOTY

Deux ans et demi après, alors que la loi sur la transition énergétique est en train d'être discutée au Parlement, le nom de Fessenheim a soigneusement été gommé des textes, même si la réduction de la part du nucléaire dans la production d'électricité, elle, a bien été inscrite. Mais aucune indication ne précise le chemin à parcourir pour parvenir à ces fameux 50%...  

 

Un problème de calendrier doublé d'un hic juridique

Au ministère de l'Ecologie, on temporise et on compte surtout sur un tour de passe-passe mathématique pour tenir la promesse présidentielle. Le texte de loi prévoit en effet le plafonnement de la production nucléaire à 63,2 gigawatts. Lorsque l'EPR de Flamanville, la centrale flambant neuve d'EDF d'une puissance de 1600 mégawatts, entrera en fonctionnement, le géant français de l'électricité devra forcément couper le courant sur d'autres sites pour rester sous le plafond légal. Et comme les deux réacteurs de Fessenheim affichent chacun une puissance de 800 mégawatts, l'affaire est dans le sac. Problème : EDF vient d'annoncer que la mise en service de l'EPR était de nouveau reportée à... 2017, au mieux.  

"Je suis prête à parier que Fessenheim ne fermera pas. Le lobby nucléaire a encore gagné", s'enflamme la présidente de Cap 21, Corinne Lepage. En cause : une histoire de calendrier et un micmac juridique. Car on ne ferme pas une centrale nucléaire comme le McDo du coin. Pour que Fessenheim soit débranchée dans deux ans, il faudrait que le décret de mise à l'arrêt et de démantèlement soit signé d'ici là. Or la procédure administrative dure en moyenne près de quatre ans et nécessite une enquête de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), qui prend au minimum deux ans pour valider toutes les phases du démantèlement. "Pour l'instant, nous n'avons reçu aucun document d'EDF et ne travaillons sur aucun projet de fermeture de centrale", confirme Thomas Houdré, le directeur chargé des centrales nucléaires à l'ASN.  

Comment cet engagement de campagne s'est-il évaporé? Tout commence fin 2013. " Les experts à la direction de l'énergie et du climat du ministère de l'Ecologie, qui commencent à plancher sur le texte de loi sur la transition énergétique, mettent le doigt sur un gros hic juridique ", raconte Sébastien Blavier, le chargé de campagne nucléaire à Greenpeace. Impossible de doter l'Etat du pouvoir d'imposer à EDF de fermer une centrale au risque d'être retoqué par le Conseil constitutionnel pour violation du droit de propriété. François Hollande a promis trop vite... Pourtant, l'Elysée s'acharne à affirmer que Fessenheim fermera. "Jusqu'au printemps dernier, on a continué à nous promettre que l'arrêt serait inscrit dans la loi. Le gouvernement nous a menti", tempête André Hatz, le président de l'association Stop Fessenheim.  

Pendant ce temps-là, le lobby nucléaire entre en action et attaque sur trois fronts: la sûreté, les finances et l'emploi. La centrale serait dangereuse ? "C'est une des plus sûres de France", rétorque Bertrand Barré, spécialiste du nucléaire et ancien conseiller d'Areva. EDF aurait engagé près de 300 millions d'euros pour répondre aux prescriptions faites par l'ASN lors des dernières visites décennales. Sauf qu'EDF omet de mentionner que les travaux exigés après le drame de Fukushima, eux, restent à faire. "En termes de complexité et d'envergure des travaux, l'essentiel est devant nous", confirme l'ASN.

 

 

Bataille de chiffres autour du coût du démantèlement

Et puis, il y a le volet financier. Hasard du calendrier, fin septembre, soit quelques jours avant le début des discussions sur la loi à l'Assemblée, les députés Hervé Mariton (UMP) et Marc Goua (PS) publient un rapport qui évalue à 5 milliards d'euros le coût de l'arrêt des deux réacteurs de Fessenheim. "Dont 4 milliards pour l'indemnisation d'EDF et des actionnaires étrangers de la centrale", calcule Hervé Mariton. Des chiffres fondés sur une exploitation du site pendant soixante ans... Ce que l'ASN n'a absolument pas autorisé. "Un chiffrage farfelu", attaque le député vert Denis Bau-pin. Sauf que l'Etat se refuse à tout calcul d'indemnisation. Car tout dépend de la rentabilité du site, des chiffres aussi secrets que les codes de la bombe atomique...  

Sur les documents officiels d'EDF datant de la mise en service de la centrale en 1976, il est inscrit qu'elle a pour objectif de produire 11,7 térawatts par an. Sauf que, depuis trente-six ans, elle n'a atteint et dépassé ce seuil que huit fois... Reste enfin l'impact sur l'emploi local. La CGT -main dans la main avec EDF- veille au grain, et Thierry Lepaon, qui s'est fendu d'un voyage à Fessenheim cet été, brandit le chiffon rouge du chômage. Aucun plan n'est prévu pour transformer le site et revitaliser une économie locale où les revenus de près de 5 000 personnes, d'après l'Insee, dépendent de la centrale. En attendant, le maire de Fessenheim, Claude Brender, fait chauffer sa calculette. La centrale lui assurait depuis des décennies 80% de ses recettes fiscales. "En 2018, la ville sera virtuellement en faillite", s'alarme-t-il. Mais, après tout, 2018, c'est loin, et d'autres promesses électorales auront coulé dans le grand canal d'Alsace qui borde Fessenheim.  



Jacques Le Bris's insight:


Les chiffres clés d'une centrale symbole

 

1976
Date de la mise en service des réacteurs.  

 

300 millions d'euros
C'est le montant que l'opérateur EDF prétend avoir dépensé pour renforcer la sûreté de sa centrale depuis 2011.  

 

5000
C'est le nombre de personnes qui vivent directement ou indirectement de l'activité de la centrale.  



more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

▶ Chai Jing's review: Under the Dome – Investigating China’s Smog 柴静雾霾调查:穹顶之下


Ajoutée le 1 mars 2015


For more information: http://www.linghein.me/tr_u/

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Nucléaire : changer dès maintenant ?

Nucléaire : changer dès maintenant ? | Home | Scoop.it

C'était un fleuron, c'est devenu un boulet. Le modèle nucléaire français n'est plus ce qu'il était. Les pertes colossales d'Areva placent désormais cette entreprise en situation de faillite virtuelle. Le fleuron de la technologie française était maintes fois cité comme un exemple de notre innovation, de notre dynamisme. C'était dans un autre siècle, du temps où le nucléaire n'était contesté que par quelques chevelus marginaux. Puis est arrivée la catastrophe de Fukushima et, avec elle, une époque de doutes et d'interrogations. La fin du nucléaire-roi.

En quatre ans, on a vu l'Allemagne s'engager dans une sortie du nucléaire. La France s'est engagée dans la transition énergétique comme on plonge son pied dans une eau glacée. A part l'engagement réitéré, hier, de fermer Fessenheim d'ici 2017, que fait le président de la République ? Il y a bien ses promesses de réduire à 50 % la part du nucléaire dans la production d'électricité d'ici 2025, mais en attendant, le programme nucléaire est maintenu et l'argent nécessaire pour "rénover" un parc vieillissant interdit tout autre investissement massif sur les autres énergies. Le jour où une centrale claquera, il faudra payer toutes ces ardoises au prix lourd.

Le nucléaire, c'est une dette cachée pour les générations qui viennent. Les pertes colossales d'Areva de 4,8 milliards d'euros sont peut-être l'occasion de tourner une nouvelle page. Il faut arrêter avec cette politique d'un autre siècle, où l'on menait grand train avec des investissements douteux : des milliards d'argent public ont été gâchés pour l'achat par Areva d'une entreprise minière canadienne inexploitable ! Sans parler des retards et surcoûts engendrés sur les projets d'EPR en Finlande et de Flamanville en France. Il faut regarder le nucléaire en face, comme vient de le faire Naoto Kan. Il était le chef du gouvernement japonais lors de la catastrophe de Fukushima. Depuis, Naoto Kan n'est plus le même : "J'étais partisan auparavant d'une énergie nucléaire couvrant la moitié des besoins du Japon en électricité et je faisais confiance dans la solidité d'une industrie pouvant assurer la sûreté des installations. Après la catastrophe, j'ai fait fermer toutes les centrales et voter une loi réduisant à zéro la part du nucléaire, puis institué le cadre d'un développement rapide des énergies renouvelables."

C'est que maintenant, on s'aperçoit que le prix du nucléaire n'est plus si compétitif. Les exigences de sécurité étant de plus en plus grandes, ce qui renchérit le coût du nucléaire, la Cour des comptes a estimé le mégawatt/heure nucléaire "entre 70 et 90 euros", c'est-à-dire à parité avec le mégawatt des éoliennes terrestres ! Alors, ne serait-ce pas le moment de tourner la page, monsieur le Président ?

more...
No comment yet.