M. Valls : la règle d'or est un "piège grossier" pour "faire diversion" | Hollande 2012 | Scoop.it

Manuel Valls (PS), chargé de la communication de campagne de François Hollande, a jugé mardi que "la règle d'or" renforcée est "un piège grossier" de la droite qui cherche "à faire diversion" alors que Nicolas Sarkozy est "paniqué" et "enfermé dans une impasse". "Nicolas Sarkozy est enfermé dans une impasse manifeste depuis hier avec la rencontre qu'il a eue avec Mme Merkel. De manière tout à fait paniquée, il lance des sujets type règle d'or ou union nationale", a affirmé M. Valls dans les couloirs de l'Assemblée. "Nous n'allons pas tomber dans le piège grossier d'un pouvoir et d'une droite qui, sans imagination, sans capacité de peser dans le débat, aujourd'hui cherche à faire diversion", a-t-il ajouté. "Pour être le garant de l'union nationale, il ne faut pas avoir divisé les Français pendant quatre ans (...). Quant à l'état des finances publiques, la responsabilité du pouvoir est engagée, il est un peu facile de tenter pendant la campagne d'en appeler à la règle d'or", a-t-il dit. Il a rappelé la position du candidat socialiste de proposer une loi de programmation des finances publiques après l'élection. Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, avait affirmé mardi que les socialistes étaient "à nouveau invités à la table des responsabilités" pour l'instauration d'une "règle d'or" budgétaire, prévue dans l'accord franco-allemand. Le ministre de l'Economie, François Baroin, avait indiqué que "la règle d'or" pourrait être soumise au vote du Congrès avant la présidentielle si une "fenêtre de tir" se présentait, interrogé sur les menaces qui pèsent sur le triple A français.