"Un préfet, oui mais lequel ? Pour faire tourner son équipe, Hollande s'est laissé convaincre de recruter un de ces commis de l'Etat dont la mission serait d'assurer le secrétariat général de la campagne. Cette semaine, il a ainsi rencontré Bernard Boucault, directeur de l'ENA dont il estime qu'il a le profil idéal pour cette mission difficile. Agé de 63 ans, Boucault n'est pas membre du PS, mais il a travaillé depuis trente ans dans de nombreux cabinets de gauche, aux côtés de Delors, Joxe ou Vaillant. Préfet de Midi-Pyrénées quand Jospin était Premier ministre, préfet des Pays de la Loire et donc bien connu du maire de Nantes, Jean-Marc Ayrault, il a été mis sur la touche pour des raisons éminemment politiques, après 2007, par Nicolas Sarkozy. Avec pareil pedigree, Boucault a donc toutes les qualités pour devenir demain une des pièces clés du dispositif hollandais. Mais le candidat socialiste, qui le connaît mal, lui offre une mission dans la campagne, qui, pour le moment, ne le séduit guère. Sa première réaction, quand on lui a parlé de ce poste, a été pour le moins mitigée. Le problème de Hollande, qui n'a jamais été ministre, est de ne pas disposer dans la préfectorale d'hommes qui lui soient vraiment dévoués. Si Boucault dit non, qui d'autre ? Le député de Corrèze a bien un ami, issu comme lui de la promotion Voltaire de l'ENA. Pierre-René Lemas est une des grosses pointures de la préfectorale. Mais il vient d'accepter la direction du cabinet du nouveau président du Sénat, Jean-Pierre Bel."