Hollande "tend la main" à Bayrou | Hollande 2012 | Scoop.it

La main est tendue et les conditions sont claires. «Je n'écarterai personne mais à la condition que les formations politiques ou les dirigeants politiques aient appelé à voter pour moi au second tour.» Ce lundi matin, au micro de RMC, François Hollande, candidat PS à la présidentielle, a défini les modalités d'éventuels ralliements en sa faveur. Concernant le candidat du MoDem, il a ainsi précisé sa position : «Si François Bayrou fait un choix, nous verrons lequel, au second tour, eh bien il sera dans la majorité présidentielle qui se sera constituée autour du vainqueur du second tour, s'il a appelé (à voter) pour le bon candidat, sous-entendu celui que je pourrais représenter.» Le député de Corrèze a néanmoins souligné que le centriste «pour l'instant, est dans une ambiguïté dont il n'est pas sorti». A ses potentiels alliés, François Hollande a par ailleurs lancé : «Je dirai : tous ceux qui ont contribué au changement peuvent gouverner le pays dans le cadre du projet que j'ai présenté.» Invité du «Grand jury» RTL/LCI/Le Figaro dimanche, Xavier Bertrand, le ministre du Travail, avait, lui, demandé à François Bayrou qu'il «ne se trompe plus d'adversaire». Ce dernier avait auparavant assuré dans les colonnes du «Parisien» - «Aujourd'hui en France» : «Nous allons au combat pour être au second tour et l’emporter, sans manœuvres, ni compromissions.» Le candidat centriste à la présidentielle, qui devrait entrer en campagne début décembre, avait également affirmé qu'il faudrait «un gouvernement dont l’esprit soit d’union nationale».