Hollande 2012
Follow
Find tag "Merkel"
10.8K views | +0 today
Hollande 2012
François Hollande candidat à Présidence de la République / Running For President / 2012
Curated by Erwan Lescop
Your new post is loading...
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Sarkozy Rival [Hollande] Calls ECB Key to Saving Euro (Wall Street Journal)

Sarkozy Rival [Hollande] Calls ECB Key to Saving Euro (Wall Street Journal) | Hollande 2012 | Scoop.it

François Hollande, the Socialist opposition candidate and opinion-poll leader, said that if he is elected France's president in May, he will seek help from the only institution he feels can salvage the euro : the European Central Bank. Speaking in an interview at his campaign's headquarters in central Paris, Mr. Hollande, 57 years old, said only the ECB has enough credibility and financial firepower to restore investor confidence and unravel the debt crisis that has been roiling the euro zone for two years. "Everyone knows that without a powerful intervention by the ECB, it will be impossible to restore calm on markets," Mr. Hollande said. Mr. Hollande's approach would mark a significant shift from the euro zone's latest anticrisis plan, under which members of the monetary union are expected to abide with the ECB's statutory independence. At a recent meeting, French President Nicolas Sarkozy, German Chancellor Angela Merkel and Italian Prime Minister Mario Monti agreed not to interfere with the ECB's policy. Mr. Hollande said he was well aware that Germany would staunchly oppose any attempt to amend the ECB's core mandate : to keep inflation in check. He said that were he to be elected president next year, however, he would still ask that the ECB play a bigger role in stemming the crisis within the framework of current bylaws. "I would rather have a change in practice than a change in the treaty," Mr. Hollande said. "I would rather reach tangible results than get into a stalemate." To assist troubled euro-zone nations, the ECB could commit to buying more sovereign bonds, he said. With Germany's backing, the ECB has so far refused to become a lender of last resort, even as a growing number of euro-zone countries are struggling to raise debt at affordable costs. Last year, euro-zone members agreed to set up a rescue fund to assist the monetary union's most troubled members. But the fund is not yet fully operational and investors fear it won't have the might of the ECB. In the interim, the ECB has accepted to buy bonds issued by the most troubled members. But its president, Mario Draghi, repeated on Thursday that the program was "neither eternal, nor infinite." Mr. Hollande said were he to be elected in May, he would benefit from a "reinforced legitimacy," which would give him a stronger bargaining power to redefine the ECB's role with Ms. Merkel, who faces elections in September 2013. In the first round of the presidential contest, Mr. Hollande would garner 31.5% of the votes, with Mr. Sarkozy at 26%, according to a survey conducted by French polling agency LH2 that was published on Sunday. In the second round, Mr. Hollande would defeat Mr. Sarkozy, getting 57% of the votes. Mr. Hollande, a former Socialist Party chief and head of the Corrèze, a largely depopulated region in central France, has never held a position in government. A graduate of Ecole Nationale d'Administration, France's elite school for civil servants, his political career took off in 1981, when, as an economic adviser to then-President François Mitterrand, he contributed to the implementation of a plan to nationalize the country's biggest companies and banks. The politician, often seen riding a scooter around Paris and known for his sense of humor, has said his goal would be to "pacify" France and turn a page on what he described as Mr. Sarkozy's "divisive" style. Yet, the election campaign is likely to revolve chiefly around the state of France's finances. Mr. Hollande said he was concerned that France's borrowing costs will climb if the country loses its prized triple-A debt rating. He said a downgrade would hit France badly, especially because unlike the U.S.—which lost its triple-A from Standard & Poor's in August—the country wouldn't receive support from the central bank. Talk of a credit downgrade has intensified in recent days after US credit rating agency S&P put France and 14 other euro zone countries on negative watch, saying it was worried about the bloc's continued inability to find a durable fix to the crisis. Mr. Sarkozy spent a large part of this year trying to convince investors his country deserved to keep its triple-A. He passed two rounds of austerity measures this summer, and took steps to enshrine budget discipline in the constitution. In recent days, however, Mr. Sarkozy appeared to have given up hope France could retain its top rating, telling French newspaper Le Monde on Monday that losing it would be "an added difficulty, but not insurmountable." Mr. Hollande said he disagreed. "It will be a political catastrophe for those who govern us, because they presented the triple-A as a national treasure," Mr. Hollande said. "When a team loses the treasure, they don't deserve compliments." Mr. Hollande also criticized Mr. Sarkozy on the recent accord all European Union countries with the exception of the U.K. reached last week to reinforce fiscal discipline within the bloc, saying it was "vague and incomplete." Mr. Hollande said he wouldn't challenge the drive toward deeper fiscal integration and deficit reduction, which he said are "necessary." Yet, there are many legal uncertainties on how EU countries will enforce the agreement, he said, adding that it lacked provisions to boost economic growth. "How can we meet deficit-reduction targets without a return to growth?" he said. In addition to enrolling the ECB, he said, EU leaders should increase collective funding for pan-European projects in areas such as renewable energy and infrastructure. However, he said he agreed with the decision of EU leaders last week to press ahead with the fiscal-pact agreement without the U.K. "We can't accept a situation whereby the U.K. would use the possibility of an agreement to gain advantages for the City," Mr. Hollande said.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Aubry : Sarkozy "veut faire peur", Hollande "apporte l'espoir"

Aubry :  Sarkozy "veut faire peur", Hollande "apporte l'espoir" | Hollande 2012 | Scoop.it

Martine Aubry, première secrétaire du PS, estime, dans un entretien à Libération [07/12], que "Nicolas Sarkozy divise et veut faire peur" alors que "François Hollande veut redresser notre pays et apporte l'espoir". Interrogée sur la menace de dégradation de la note de la France par Standard and Poor's, Mme Aubry répond : "aucun responsable ne peut souhaiter une dégradation de la note de notre pays" car "les Français en subiraient les conséquences par une augmentation des taux d'intérêt". "Aujourd'[ui, la France est affaiblie par une mauvaise gestion financière et une mauvaise politique économique" et "le président persiste dans des politiques de stricte austérité qui nous mènent au mur", déplore-t-elle, appelant à une "bataille économique contre la récession et le chômage, au côté d'une réduction de la dette"Pour Mme Aubry qui dénonce "le duo Sarkozy-Merkel" et son "Europe technocratique et libérale", "se lancer dans une révision des traités est aussi inefficace qu'inutile" et "la règle d'or, c'est la même histoire": "on veut nous faire croire que l'on ferait demain ce qu'on n'a pas fait depuis des années". Au lieu de s'inspirer de l'Allemagne "quand elle soutient ses PME" et "booste sa recherche et la formation de ses salariés", le chef de l'Etat "n'a malheureusement pas choisi de retenir ce qui est positif dans le modèle allemand, mais de s'aligner sur la libérale Mme Merkel", juge-t-elle. Interrogée quant à savoir si l'antisarkozysme suffira pour gagner en 2012, la maire de Lille assure que "les Français n'ont pas besoin de nous pour mesurer l'échec considérable de M. Sarkozy" en matière de chômage, pouvoir d'achat, "casse des services publics" ou insécurité. Mais "ils nous demandent de montrer qu'il y a un autre chemin possible pour sortir de la crise". Mme Aubry plaide pour "un nouveau modèle de développement économique social et écologique, et une société plus démocratique et plus solidaire". "Nicolas Sarkozy divise et veut faire peur. François Hollande veut redresser notre pays et apporte l'espoir", estime-t-elle. La patronne du PS qui entamera une "campagne de terrain dès janvier", affirme également travailler "de manière très proche et dans la confiance" avec le candidat du parti, qui l'avait battue au second tour de la primaire. "On se parle en continu et on se voit chaque semaine. Tout le parti est mobilisé pour que François Hollande gagne en 2012".

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

M. Valls : la règle d'or est un "piège grossier" pour "faire diversion"

M. Valls : la règle d'or est un "piège grossier" pour "faire diversion" | Hollande 2012 | Scoop.it

Manuel Valls (PS), chargé de la communication de campagne de François Hollande, a jugé mardi que "la règle d'or" renforcée est "un piège grossier" de la droite qui cherche "à faire diversion" alors que Nicolas Sarkozy est "paniqué" et "enfermé dans une impasse". "Nicolas Sarkozy est enfermé dans une impasse manifeste depuis hier avec la rencontre qu'il a eue avec Mme Merkel. De manière tout à fait paniquée, il lance des sujets type règle d'or ou union nationale", a affirmé M. Valls dans les couloirs de l'Assemblée. "Nous n'allons pas tomber dans le piège grossier d'un pouvoir et d'une droite qui, sans imagination, sans capacité de peser dans le débat, aujourd'hui cherche à faire diversion", a-t-il ajouté. "Pour être le garant de l'union nationale, il ne faut pas avoir divisé les Français pendant quatre ans (...). Quant à l'état des finances publiques, la responsabilité du pouvoir est engagée, il est un peu facile de tenter pendant la campagne d'en appeler à la règle d'or", a-t-il dit. Il a rappelé la position du candidat socialiste de proposer une loi de programmation des finances publiques après l'élection. Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, avait affirmé mardi que les socialistes étaient "à nouveau invités à la table des responsabilités" pour l'instauration d'une "règle d'or" budgétaire, prévue dans l'accord franco-allemand. Le ministre de l'Economie, François Baroin, avait indiqué que "la règle d'or" pourrait être soumise au vote du Congrès avant la présidentielle si une "fenêtre de tir" se présentait, interrogé sur les menaces qui pèsent sur le triple A français.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Moscovici : "manipulation grotesque" de l'Elysée anti-PS sur l'Allemagne

Moscovici : "manipulation grotesque" de l'Elysée anti-PS sur l'Allemagne | Hollande 2012 | Scoop.it

Pierre Moscovici, directeur de campagne de François Hollande, a dénoncé lundi une "manipulation grotesque engendrée à l'Elysée" pour attaquer le PS sur une germanophobie qu'il conteste. Comme on lui demandait sur LCI s'il condamnait les comparaisons historiques - Daladier, Bismarck, la flotte française sabordée à Toulon - avancée par certains de ses collègues, le député du Doubs a répondu : "ils ont exprimé avec leur mots le rejet d'une politique franco-allemande menée par Nicolas Sarkozy dans une situation de grave faiblesse""La seule chose que je condamne aujourd'hui, c'est cette manipulation grotesque engendrée à l'Elysée par Nicolas Sarkozy, développée par François Fillon au gouvernement", a accusé le responsable socialiste. "Ils tentent un discrédit de la gauche, on sait que François Hollande propose, lui, une stratégie ambitieuse", a-t-il plaidé alors que le candidat PS à l'Elysée s'est rendu à Berlin pour s'exprimer devant le SPD. "Il dira ce que chacun sait, c'est que les socialistes sont attachés à la relation franco-allemande. Les images les plus fortes ont été celles d'Helmut Kohl et François Mitterrand main dans la main à Verdun en 1984 ou celle de François Mitterrand au Bundestag. C'est dans cette tradition-là que nous nous inscrivons", a poursuivi l'élu PS. Alors que le Premier ministre a demandé dimanche à François Hollande de faire cesser une "dérive stupide aux relents germanophobes", M. Moscovici a tranché : "On n'a pas entendu de commentaires germanophobes au PS et François Fillon ferait mieux de se taire et de faire son travail" au lieu de "donner ce genre de leçons". M. Moscovici a encore dénoncé une "opération de communication bien montée depuis l'Elysée" et relayée par les ministres. "Comme si la gauche était l'anti-France, comme s'ils étaient, eux, patriotes et nous les exilés ou germanophobes". "C'est honteux, c'est lamentable", a-t-il lancé. "Ils sont dans une stratégie de discrédit qui leur fait dire n'importe quoi", a insisté le directeur de campagne. "J'appelle la droite républicaine à retrouver un peu de dignité""Quand on parle de la relation franco-allemande c'est un patrimoine commun", a-t-il fait valoir.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Hollande en réunion de travail avec le SPD à Berlin dès hier [04/12]

Hollande en réunion de travail avec le SPD à Berlin dès hier [04/12] | Hollande 2012 | Scoop.it

François Hollande est arrivé dimanche à Berlin où le candidat PS à l'Elysée en 2012 est lundi "l'invité d'honneur" du congrès du SPD, sur fond de rencontre Sarkozy-Merkel à Paris, de débat sur l'avenir de la zone euro et, en France, d'accusation de "germanophobie" lancée par François Fillon. Lundi, M. Hollande s'exprimera à 9h00 devant le congrès du SPD, quelques heures avant la rencontre Nicolas Sarkozy/Angela Merkel à l'Elysée. Dès dimanche soir, le vainqueur de la primaire PS devait aborder les sujets chauds à l'agenda du couple franco-allemand (projet de révision des traités européens, rôle de la BCE, eurobonds, taxation des transactions financières...) avec la "troïka" du SPD, son président Sigmar Gabriel, et les anciens ministres Peer Streinbrück et Franck-Walter Steinmeier. Les élections en Allemagne où les sociaux-démocrates sont dans l'opposition depuis 2005, sont prévues en 2013. "Nous avons des convergences, nous avons des points de débat", a commenté le conseiller spécial de François Hollande, le patron des députés PS Jean-Marc Ayrault, qui assiste à ce dîner. "Cette histoire est derrière nous", a-t-il ajouté au sujet de l'attaque de François Fillon (le Premier ministre a enjoint François Hollande "de mettre un terme aux dérapages de ses amis", et de ne pas "être l'otage complaisant d'une dérive stupide aux relents germanophobes"). Une allusion à Arnaud Montebourg, qui a accusé l'Allemagne d'Angela Merkel de mener "une politique à la Bismarck". Responsable de la communication de François Hollande, présent à Berlin, Manuel Valls a souhaité "que Fillon s'occupe d'abord des problèmes des Français, qu'il s'occupe de Claude Guéant, ce ministre étrange qui fouille dans les poubelles".

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

A Bruxelles, M. Hollande cherche à se démarquer de M. Sarkozy et Mme Merkel

A Bruxelles, M. Hollande cherche à se démarquer de M. Sarkozy et Mme Merkel | Hollande 2012 | Scoop.it

S'aventurer sur la route de l'Europe, tout en proposant un autre chemin que celui offert par Nicolas Sarkozy. C'est le délicat exercice auquel s'est livré François Hollande, mercredi 30 novembre, lors d'une visite d'une journée au Parlement de Bruxelles. C'était le deuxième déplacement international du candidat socialiste à la présidentielle après celui effectué à Madrid, trois jours après sa désignation. L'objectif : asseoir le standing européen et diplomatique du candidat, mais tout en ayant dans le même temps une pensée pour les catégories populaires et la France du "non", un segment électoral qui semble faire défaut à M. Hollande. Dans le TGV qui emportait la délégation socialiste vers Bruxelles, le député européen Harlem Désir, numéro deux du PS, résumait le dilemme : "C'est une journée importante. François Hollande est un européen convaincu, mais c'est un euroréaliste, pas un eurobéat." S'exprimant d'abord devant les parlementaires du Parti socialiste européen (PSE), le candidat socialiste a fustigé la perspective, évoquée par le chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, et la chancelière allemande, Angela Merkel, d'une révision des traités européens. "Nous n'avons pas besoin d'un nouveau traité, de révision des traités, mais d'appliquer les instruments pour que l'Europe soit plus forte qu'aujourd'hui", a estimé François Hollande. Avant de s'en prendre à l'hypothèse d'une "intervention de la Cour de justice européenne" au chapitre budgétaire. "Pourrait-on admettre que les parlements nationaux puissent être ainsi privés de toute liberté d'action ? Que les peuples soient aussi privés d'intervenir dans le débat public ? (...) Je connais la réponse, ce sera non", a lancé M. Hollande. Un peu plus tard devant la presse, le candidat socialiste a proposé cinq mesures : "Doter autant qu'il soit possible le FESF [Fonds européen de stabilité financière]", "mutualiser une part des dettes nationales avec la mise en place d'euro-obligations", "faire jouer à la BCE [Banque centrale européenne] un rôle actif", introduire une "taxe sur les transactions financières" et lancer des "initiatives de croissance" dont il n'a pas précisé davantage la nature. Outre un rendez-vous avec Elio di Rupo, le "formateur" du gouvernement belge, M. Hollande a ensuite rencontré Catherine Ashton, le chef de la diplomatie européenne, avec laquelle il s'est notamment entretenu du rôle de l'Union européenne dans le soutien aux printemps arabes et dans le processus de paix au Proche-Orient. Il a également vu Michel Barnier, commissaire européen chargé des marchés financiers, pour évoquer ses propositions de régulation financière et de création d'une agence de notation européenne. En fin d'après-midi, le candidat du PS était en rendez-vous avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne. Il devait l'entretenir de la reconversion de l'usine ArcelorMittal de Florange (Moselle), et en particulier du projet européen de captage-stockage de CO2 Ulcos, que la commission doit décider d'autoriser – ou non – en juin 2012. François Hollande devait aussi rencontrer les syndicalistes de l'usine de Florange. "Il s'agit aussi de rassurer le monde du travail ouvrier, sur le fait que l'Europe est une chance pour eux", indique la députée de la Moselle Aurélie Filipetti, qui faisait partie de la délégation. "Du point de vue politique et stratégique, c'est très important qu'il puisse défendre un projet auprès des ouvriers."

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

François Hollande : «Si on gagne l'élection, on renégociera le traité»

François Hollande : «Si on gagne l'élection, on renégociera le traité» | Hollande 2012 | Scoop.it
  • François Hollande revendique depuis des mois son «sérieux» budgétaire et affirme qu'il veut mettre du «sens» dans la rigueur. En Corrèze, dont il est le président du conseil général, il vient de voter un plan d'économies de plus de 11 millions d'euros, en contrepartie d'une aide de l'Etat pour le département le plus endetté de France. Un cas d'espèce qui illustre la méthode et la politique Hollande. | Entretien Mediapart
  • Vous venez d'adopter un vaste plan d'austérité en Corrèze. En quoi ce département est-il votre laboratoire ? Il prouve qu'au-delà de l'endettement du conseil général qui est l'héritage de la majorité précédente, il y a en Corrèze, comme ailleurs, une impasse financière. Elle est provoquée par des compensations de prestations insuffisantes, par une montée continue des dépenses liées au vieillissement de la population et à l'absence de recettes affectées pour l'autonomie. Le laboratoire est celui du dépérissement de la structure départementale, et celui de la politique de l'Etat en matière de financement de la dépense sociale. Par ailleurs, la Corrèze est la preuve que la droite gère mal. La droite crée la dette. Dans le département, quand Chirac était président, elle a mis en place une politique d'investissement inconsidérée. Aujourd'hui, cette dette doit être honorée. Au niveau national aussi, depuis cinq ans, Nicolas Sarkozy a considérablement augmenté la dette. À un moment, il faut faire des choix. Et moi je veux faire en sorte que ces choix soient justes. Mais ce n'est pas de l'austérité...
  • Il s'agit tout de même de 11,5 millions d'euros d'économies avec une hausse des impôts et la diminution de prestations sociales... L'austérité voudrait dire qu'on augmente beaucoup plus les impôts et qu'on remette en cause des prestations – ce qu'on ne fait pas, puisque toutes les allocations ont été maintenues. Elles ont, pour partie, été mises sous condition de ressources. On essaie d'éviter que ce soit pénalisant pour les familles modestes et moyennes.
  • C'est votre «rigueur juste»? C'est du sérieux. Et c'est de la justice. On fait du sérieux dans la justice et de la justice dans le sérieux.
  • Pourquoi n'avez-vous pas choisi de vous opposer frontalement à l'Etat, et d'en faire un exemple, en dénonçant l'insuffisance des transferts financiers vers les départements, comme ont pu le faire la Seine-Saint-Denis ou la Saône-et-Loire ? Si je ne l'avais pas fait, et opté pour une politique de rupture consistant à dire «je ne veux pas de votre argent, dégagez», il fallait que j'augmente beaucoup plus les impôts. Je ne voulais pas faire payer aux gens un conflit politique. Moi, je n'ai pas ces 11 millions d'euros... D'autres départements pouvaient le faire, comme la Seine-Saint-Denis car si elle compte beaucoup de pauvres, elle dispose aussi d'une richesse économique plus importante. Quant à la Saône-et-Loire, Arnaud Montebourg a dû augmenter beaucoup plus les impôts et supprimer davantage de prestations que moi en Corrèze.
  • En Corrèze, tout le monde vous compare à Jacques Chirac, y compris pour votre manière de faire de la politique. En quoi assumez-vous cette comparaison ? Je ne l'assume pas du tout. Je l'ai combattu pendant des années, à la fois au plan local et au plan national. Et je n'ai pas la même méthode: j'essaie d'avoir une relation plus durable. Je ne suis pas dans une relation clientélaire. Je ne sers pas des catégories, j'essaie de servir les populations et d'être proche. Ce qui est vrai, c'est que Chirac avait cette méthode de la proximité. Cette méthode est celle de la démocratie locale tout simplement ! Il faut voir ce qu'était le système Chirac, il y a vingt ou trente ans: c'était un système de contrôle qui a coûté cher avec des emplois fictifs payés par la mairie de Paris, des correspondants et un journal local payé par Dassault... Moi je ne suis pas dans un système. Je me mets au service de la population. J'essaie d'être plutôt aimable, et lui l'était d'ailleurs... Parce qu'il vaut mieux l'être !
  • Vos proches, comme vos adversaires, évoquent un «pacte de non-agression» entre vous et Bernadette Chirac. Pourquoi ? Quand j'ai été élu en mars 2008, je ne voulais pas tomber dans la mesquinerie, je ne voulais pas donner l'impression que je réglais des comptes. Je n'avais aucune raison d'être dans l'agressivité. Nous sommes des gens courtois. Bernadette Chirac a aussi apporté des choses: on était embêté avec le musée Chirac qui est totalement démesuré et coûte très cher. La seule façon pour le faire vivre est d'avoir des expositions de renom et elle les a apportées. Ce qui ne nous a pas empêché de diminuer substantiellement les dépenses de personnel de cette structure... On est en bonne intelligence. Et c'est bien qu'il en soit ainsi. Chirac n'est plus président. Je n'avais pas de raison de poursuivre un combat politique qui avait cessé.
  • Pourquoi n'avez-vous pas déposé de recours lors de la cantonale qui a donné gagnante Bernadette Chirac avec une voix d'écart ? Partout ailleurs, cela aurait été le cas ! Sans compter qu'on vous reproche de ne pas avoir beaucoup soutenu le candidat socialiste en septembre... Cette élection, il fallait la gagner en mars. Le candidat ne voulait pas faire de recours... Après, de toute façon, ce n'était plus possible.
  • Lors de la primaire, en Corrèze, plusieurs figures du chiraquisme ont voté pour vous. En quoi ces électeurs, et les déçus du sarkozysme plus généralement, peuvent jouer un rôle crucial lors de la présidentielle ? Il y a une dimension locale : ce sont des chiraquiens qui se disent qu'il serait bien d'avoir un président pour la Corrèze. Sur le plan national, je rencontre aussi des gens qui ont voté Chirac et qui ne veulent pas le faire pour Nicolas Sarkozy. Ce n'est pas négligeable. Il y a bien sûr eu la phrase de Chirac (appelant à voter Hollande - ndlr), qui était de l'ordre de la plaisanterie et qu'il n'aurait sans doute pas prononcée s'il avait vu qu'il était filmé. C'est un électorat qui est toujours précieux dans une campagne présidentielle parce que celle-ci se joue toujours à peu de choses. Au second tour, c'est bien de les avoir. Mais je ne fais rien pour les capter... Nicolas Sarkozy a senti la menace : il est venu pour la première fois en Corrèze au printemps dernier, notamment pour montrer qu'il était proche de Madame Chirac.
  • En Corrèze, on sent que vous travaillez en bonne intelligence avec les élus communistes. Mais que c'est un peu difficile avec les écologistes... Pourquoi ? C'est vrai. Il faut bien comprendre que la Corrèze est un département où l'influence communiste était très significative. Le PCF faisait 25% des voix il y a encore vingt ans; il était dominant à gauche, plus important que le PS. Quand j'ai été élu député en 1988, j'ai battu le député sortant, Jean Combasteil, qui était communiste. J'ai été ensuite son adjoint à la mairie de Tulle. Et quand j'ai repris la ville de Tulle en 2001, je lui ai demandé d'être le premier adjoint et le président de la communauté de communes. J'ai beaucoup de respect pour le Parti communiste localement. Je suis un grand partisan de l'union de la gauche avec les communistes.
  • Et moins avec les écologistes ? Ils sont moins influents. Leur élu au conseil général est un ancien socialiste. Ce n'est pas la même force ni la même histoire que le Parti communiste. Je les avais quand même pris à la mairie de Tulle avec moi... Mais c'est vrai que c'est un partenaire difficile.
  • Certains à gauche nous ont dit en Corrèze qu'ils attendaient désormais de vous un «coup de barre à gauche»: ont-ils raison ? Oui, ils ont raison! Mais on l'a donné depuis le départ. Par exemple, lors des investitures aux cantonales, il y avait beaucoup de candidats du Front de gauche. Ils ont deux vice-présidents au conseil général... Après, sur les politiques, on fait ce qu'on peut avec les moyens dont on dispose. On mène des combats, et j'essaie d'avoir une démarche respectueuse des partis et de la démocratie. On discute. C'est ça être à gauche...
  • Mais y compris des gens au PS le disent... Je fais ce que je peux avec les moyens qui me sont donnés. Et ils ne sont pas vastes.
  • Soit une situation comparable avec celle de l'Etat si vous gagnez la présidentielle... Sans compter les contraintes imposées par le traité européen proposé par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel... On ne pourra pas l'accepter. Si on gagne l'élection, on renégociera le traité.
more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Les socialistes dénoncent un traité "de pure contrainte budgétaire pour plus tard" et "rien pour maintenant"

Les socialistes dénoncent un traité "de pure contrainte budgétaire pour plus tard" et "rien pour maintenant" | Hollande 2012 | Scoop.it

Les propositions de nouveau traité, conjointement lancées lundi 5 décembre par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel, n'ont fort logiquement pas convaincu les socialistes. A commencer par leur candidat François Hollande. "Face à une crise de confiance, ce n'est pas l'annonce d'un traité quel qu'il soit, à 17 ou à 27, qui peut être de nature à redonner aux citoyens et aux marchés une vision, explique au Monde M. Hollande. La réponse doit être immédiate. Ce qui est attendu par les marchés, c'est une intervention massive de la BCE [Banque centrale européenne], la mise en place des eurobonds ou un renforcement du fonds de stabilité financière qui deviendrait une banque. Aucune de ces mesures n'ayant été prise, l'annonce d'un traité ne peut être le règlement d'un problème immédiat." Pour le candidat socialiste, le traité pose "deux problèmes" : "Le premier, c'est que le traité ne pourra être ratifié que bien après la présidentielle. Le second, c'est qu'il n'y aura pas de majorité pour voter la révision constitutionnelle" qu'il implique. Argument repris par Jean-Marc Ayrault, président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale : "Nicolas Sarkozy est un président en fin de mandat qui fait campagne: il n'a pas la légitimité politique pour demander au Parlement actuel de modifier la Constitution." Pour le député et maire de Nantes, "face à la gravité de la crise, Nicolas Sarkozy montre une totale impuissance. Le traité qu'il propose va demander du temps". Voilà la principale critique adressée par les socialistes: l'incapacité présumée du dispositif Sarkozy-Merkel à faire face en temps et en heure à la gravité de la crise économique. "Un traité de pure contrainte budgétaire pour plus tard et rien pour maintenant", regrette Michel Sapin. Pour le conseiller de François Hollande, "malheureusement, il n'y a aucune surprise. Cela ressemble à un alignement complet, total et absolu sur la position de l'Allemagne". Les socialistes trouvent, dans les annonces du président français et de la chancelière allemande, la justification a posteriori de leurs récentes attaques sur l'hégémonisme allemand. "Si on dresse les colonnes crédit et débit, Mme Merkel rentre à la maison avec une victoire", résume Benoît Hamon. "Sur le fond, l'Allemagne voulait un nouveau traité, elle l'a", poursuit le porte-parole du PS, y ajoutant le contrôle moins avéré que pourrait exercer la Cour de justice européenne sur les parlements nationaux. Et de conclure : "Nicolas Sarkozy, je vois mal ce qu'il a à vendre. Pour la France, c'est une défaite, un KO." Sur la règle d'or, au chapitre de laquelle le chef de l'Etat a remis la pression sur le PS, "cette question sera traitée après l'élection présidentielle", rappelle François Hollande. Le candidat socialiste estime que "si la règle d'or était prévue, il ne s'agit plus de la même : elle est renforcée, c'est-à-dire qu'elle ne dit pas simplement que les budgets doivent être conformes aux engagements européens, mais ajoute des dates. Cela en dit long sur le caractère improvisé de ces annonces". "Incapable de la faire accepter par les Français, Sarkozy réimpose la règle d'or sous couvert de Merkel", estime Jean-Christophe Cambadélis, secrétaire national du PS à l'international. Quant aux menaces de dégradation de l'agence Standard and Poor's, "les agences ne pouvaient ignorer qu'il y avait une réunion qui se tenait ce lundi", indique M.Hollande, pour qui ces menaces "ne sont pas une réaction à l'accord mais à une situation qui dure depuis plusieurs semaines, avec un ralentissement de la croissance et des banques en situation difficile". Alors que pour M.Cambadélis, "Sarkozy et Merkel ne rassurent ni les peuples, ni les marchés".

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Le projet de traité européen est «une illusion» selon Hollande

Le projet de traité européen est «une illusion» selon Hollande | Hollande 2012 | Scoop.it

François Hollande, tout juste rentré de Berlin où il a rencontré « ses camarades » du SPD allemand, était invité ce matin sur France Inter. L'occasion pour lui de donner son avis sur l'accord signé hier entre Nicolas Sarkozy et Angela Merkel et la menace de perte du triple A qui plane sur la France. Sa position : ne pas tirer sur les ambulances, même si la situation économique européenne est bel et bien au coeur de tous les débats de la campagne présidentielle. Pour autant, le candidat socialiste l'assure en début d'entretien. «Je ne vais pas faire de commentaires sur un pronostic», explique François Hollande qui asssure qu'il allait d'abord regarder «ce que feraient les agences de notations». Pour lui, les agences mettent l'accent sur le fait qu'il n'y a «pas assez de croissance» et sur «le systeme bancaire». «Cela marque un échec», mais «je ne souhaite pas un dégradation de la note de la France, car je pense a l'après 2012», explique François Hollande, tout en estimant que la France «devrait reprendre les allégements fiscaux» pour mettre fin à une inégalités face aux efforts réclamés aux Français pour échapper à la crise, car «les plus favorisés y ont échappé». Un raisonnement partagé par Pierre Moscovici, invité quelques minutes auparavant à la matinale de Canal +. «Je souhaite qu'elle (la France) garde son AAA», a déclaré le directeur de campagne. Pour le député du Doubs, lorsque cette note se dégrade, «notre dette coûte plus cher et les Français s'appauvrissent». Il y a vu une marque de «doute», de «défiance» vis-à-vis du pays, «plus menacé que les autres» puisque sa note pourrait baisser de deux crans. Pour lui, «l'annonce d'un traité comme remède d'une crise de gouvernance de la zone euro est une illusion». Et même si certains socialistes européens plaident pour la règle d'or, François Hollande se refuse toujours à la voter avant mai prochain, et répond ainsi à une des propositions lancées hier par Nicolas Sarkozy. «C'est quoi une règle d'or renforcée ?» s'interroge-t-il, tout en rappelant que son objectif s'il est élu est d'arriver «à l'équilibre des comptes en 2017». «La règle d'or, ce sera après l'élection présidentielle», conclut-il sur ce thème. Se projetant une nouvelle fois à l'horizon 2012, il assure : «Nicolas Sarkozy a divisé, je veux rassembler» tout en martelant que sa «responsabilité, c'est de faire gagner, de faire gagner la gauche».

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Hollande à Berlin pour proposer l'alternative

Hollande à Berlin pour proposer l'alternative | Hollande 2012 | Scoop.it
  • Dimanche, François Hollande s'est offert un après-midi détente à Berlin, avec, entre autres, le président du groupe PS à l'Assemblée nationale, Jean-Marc Ayrault, son directeur de la communication, Manuel Valls, mais aussi sa compagne, la journaliste Valérie Trieweiler. Ayrault a raconté en live - et en photos - sur twitter, la ballade qui les a menés de la Potsdamer Platz, "ancien no man' s land du temps du mur, symbole de la renaissance de Berlin", précise l'ancien prof d'allemand, à "une partie du mur de Berlin conservée et saisie par les artistes." Une pause dans cette campagne démarrée tôt, mais surtout à la veille d'un discours crucial. Alors que Angela Merkel doit arriver à Paris lundi pour rencontrer Nicolas Sarkozy, Hollande doit lui s'exprimer comme invité d'honneur - c'est une première - au congrès du SPD, le parti social démocrate allemand, dirigé par Sigmar Gabriel. "C'est un tournant de la campagne", assure un cadre du PS, au fait des questions internationales.
  • "Lundi, on clôt les bazars successifs et on reprend la main", promet cet élu, faisant référence à l'épisode chaotique de l'accord avec Europe Écologie-Les Verts, à celui des investitures aux législatives, mais surtout à la polémique provoquée par les propos de deux élus socialistes. C'est d'abord Arnaud Montebourg, le troisième homme de la primaire, qui a accusé Angela Merkel de "mener une politique à la Bismarck", et c'est ensuite le député de Paris Jean-Marie Le Guen, qui a assuré que Nicolas Sarkozy ressemblait plus à "Edouard Daladier qu'à Charles de Gaulle." Rappelons qu'Edouard Daladier, alors président du Conseil, avait signé en 1938 les accords de Munich qui accordaient à Hitler l'annexion des Sudètes en Tchécoslovaquie. Largement de quoi provoquer des cris d'orfraies à droite, le Premier ministre François Fillon sommant dimanche matin Hollande de mettre un terme à une "dérive stupide aux relents germanophobes." Dans Le Journal du Dimanche, le socialiste appelle simplement à éviter des déclarations "qui pourraient donner le sentiment que nous sommes en conflit alors que nous avons des différends qu'il nous appartient de régler dans l'intérêt général de l'Europe". Mais ses lieutenants sont montés au créneau pour attaquer la droite en retour. Le député européen Harlem Désir, présent à Berlin, a ainsi rappellé sur son blog que, "dans son discours du 17 avril 2007", Sarkozy s'était "livré à des attaques d'une violence inouïe contre l'Allemagne". Et de citer le chef de l'Etat : "La France n'a jamais cédé à la tentation totalitaire. Elle n'a jamais exterminé un peuple. Elle n'a pas inventé la solution finale, elle n'a pas commis de crime contre l'humanité, ni de génocide".
  • Hollande tient donc à reprendre la main à Berlin, et au PS, on n'est pas loin de remercier Nicolas Sarkozy de ne pas avoir voulu le laisser seul sur la scène européenne lundi. "François Hollande n'avait pas de tribune à la hauteur du discours de Toulon. En insistant pour que Merkel vienne à Paris lundi, il lui offre." En effet, ce sera l'occasion de comparer deux photos : le couple franco-allemand actuellement aux manettes mais à la peine, sans position commune à la veille d'un énième sommet européen de sortie de crise d'un côté, et les têtes d'affiche de l'opposition de l'autre. François Hollande compte populariser son alternative, qu'il a présentée lors d'une tournée express à Bruxelles mercredi dernier : le pacte de responsabilité, de gouvernance et de croissance. Et au passage, combler un peu un déficit de crédibilité dont il souffre sur la scène internationale.
more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Hollande appelle la gauche à ne pas "ranimer des relents anti-allemands"

Hollande appelle la gauche à ne pas "ranimer des relents anti-allemands" | Hollande 2012 | Scoop.it

Pierre Moscovici, directeur de campagne de François Hollande, a déclaré vendredi à l'AFP que pour le candidat PS à la présidentielle, "la gauche ne doit pas, en aucune façon, ranimer des relents et des sentiments anti-allemands", en référence aux débats actuels autour de la zone euro. "Le couple franco-allemand est plus que jamais nécessaire pour sortir de la crise en Europe", a souligné M. Moscovici, ajoutant que "François Hollande en est convaincu et le dira dès dimanche à Berlin au congrès du SPD [Parti socialiste allemand] dont il est l'invité". Plus tôt dans la journée, le ministre des affaires étrangères, Alain Juppé, a dénoncé dans un communiqué "les socialistes" qui "prennent les risques de ressusciter en France les vieux démons de la germanophobie", et ce "par pure tactique politicienne, avec pour seul objectif l'affaiblissement du président français". Dans le cas d'espèce, M. Juppé s'est essentiellement attaqué aux propos tenus par le député de Saône-et-Loire Arnaud Montebourg : "'Nationalisme allemand', 'politique à la Bismarck', 'droite prussienne'. L'emploi de ces termes fait froid dans le dos. Il est honteux, par hargne partisane, de fragiliser notre acquis le plus précieux : la réconciliation, l'amitié franco-allemande." Le ministre a aussi critiqué "les dirigeants socialistes [qui] accusent la France de se mettre à la remorque de l'Allemagne. Par exemple, François Hollande qui déclare : 'Depuis plusieurs mois, c'est Mme Merkel qui décide et M. Sarkozy qui suit'. Non seulement c'est faux – et il sera facile de le démontrer – mais c'est irresponsable". Vendredi, le député PS de Paris Jean-Marie Le Guen a répondu au communiqué de M. Juppé en affirmant que "dénoncer la politique aveugle et égoïste de la droite allemande et regretter que le président de la République n'ait ni la force ni la lucidité de s'y opposer est non seulement un devoir national mais aussi l'expression de l'espoir d'une autre politique européenne enfin dégagée de ses oripeaux idéologiques". La semaine dernière, M. Le Guen avait affirmé que la rencontre entre Nicolas Sarkozy et Angela Merkel sur la crise de l'euro, c'était "Daladier à Munich". Arnaud Montebourg, troisième homme de la primaire du Parti socialiste, avait plaidé mercredi en faveur d'une confrontation dure avec Angela Merkel qu'il a accusée d'être en train de "tuer l'euro" et de mener "une politique à la Bismarck", en référence au chancelier allemand qui a vaincu la France en 1870. Le soir même, face aux prises de distance de plusieurs membres du PS, dont François Hollande, M. Montebourg avait précisé : "Ce n'est pas l'Allemagne que j'accuse, c'est l'annexion par la droite prussienne de la droite française que je condamne." Il a ensuite développé son propos dans une tribune publiée sur le site Rue89.

more...
No comment yet.