Hollande 2012
Follow
Find tag "Législatives"
11.0K views | +0 today
Hollande 2012
François Hollande candidat à Présidence de la République / Running For President / 2012
Curated by Erwan Lescop
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Hollande approuve le "gel" de la circonscription de M. Kucheida dans le Pas-de-Calais

Hollande approuve le "gel" de la circonscription de M. Kucheida dans le Pas-de-Calais | Hollande 2012 | Scoop.it

Oui, François Hollande a bien eu Jean-Pierre Kucheida au téléphone, mais ce n'était pas pour l'assurer de son soutien. "Kucheida a appelé Hollande vendredi, c'est vrai. Mais Hollande lui a seulement dit qu'il était d'accord avec la décision prise par Martine Aubry la veille de geler sa circonscription", a indiqué Manuel Valls, le responsable de la communication du candidat socialiste, contacté par Le Monde dimanche soir. Contrairement à ce qu'affirme le Journal du dimanche dans son édition du 11 décembre, ce n'est donc pas M. Hollande qui aurait "appelé Kucheida sur son portable" mais l'inverse. De plus, le contenu de leur conversation aurait été différent de ce qu'en rapporte l'hebdomadaire dominical. "Tiens bon, on va laisser le vent retomber. Ca va passer", aurait dit le candidat socialiste au député et maire de Liévin (Pas-de-Calais), tout en l'assurant "de son soutien et de son amitié". La version donnée par M. Valls, dimanche soir, suggère une plus grande distance de M. Hollande vis-à-vis de M. Kucheida, même si, précise M. Valls, "dans cette affaire il faut naturellement respecter la présomption d'innocence". Accusé par Gérard Dalongeville, ancien maire d'Hénin-Beaumont, d'être au coeur d'un système de corruption impliquant la fédération socialiste du Pas-de-Calais, M. Kucheida avait vu son investiture aux élections législatives de juin 2012 suspendue par Martine Aubry, jeudi soir, après la publication par l'AFP d'une lettre adressée par Arnaud Montebourg à la première secrétaire du PS faisant état des dysfonctionnements de la fédération et lui demandant de mettre à l'écart deux députés sortants, dont M. Kucheida. Jusqu'à présent, François Hollande s'était refusé à tout commentaire dans cette affaire. Samedi, en marge de la convention nationale d'investiture du PS pour les législatives, M. Valls avait indiqué que le candidat socialiste "ne se laisserait pas entraîner par les affaires internes" du parti, appelant "au ressaisissement de chacun et au rassemblement de tous".

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

"Hollande pris dans la nasse du PS" : le point de vue de G. Andrieu (Marianne)

"Hollande pris dans la nasse du PS" : le point de vue de G. Andrieu (Marianne) | Hollande 2012 | Scoop.it

Avec la multiplication des affaires et des bisbilles autour des circonscriptions aux législatives, le Parti socialiste vient une nouvelle fois fragiliser son candidat à la présidentielle. «Les Verts sont capables du meilleur comme du pire. Mais c'est dans le pire qu'ils sont les meilleurs ». Il est des sentences, comme celle prononcée par Gaby Cohn-Bendit qui mériterait d’être recyclées à l’usage du Parti socialiste. On avait déjà eu droit à l’affaire DSK, à sa saison 1 new-yorkaise et sa saison 2, tout aussi glauquissime, du Carlton de Lille. Dans un tout autre registre, on avait eu droit à l’affaire Guérini et à la « pizza connection » d’un autre baron local, Robert Navarro. Et voilà que l’on écope désormais du « scandale du Pas-de-Calais », la nouvelle « affaire qui embarrasse le PS ». Et pour couronner le tout, dans ce dernier dossier encore une fois tout à la gloire du premier parti d’opposition, on apprend que Jack Lang compte porter plainte contre Arnaud Montebourg. Parce qu’au PS, plus encore que chez les Verts, le meilleur du pire est toujours certain. Évidemment, toutes ces affaires ont peu à voir les unes avec les autres. Bien entendu, les Français semblent faire la part des choses entre les histoires à haute teneur en testostérone de l’ex-directeur général du FMI et le Parti socialiste lui-même. Il n’empêche l’effet d’accumulation fonctionne à plein. À l’heure où, nous dit-on, François Hollande veut « dialoguer » directement avec eux, il se retrouve avec un boulet en fonte solidement fixé à la cheville. Un boulet qui ne lui facilitera pas cette rencontre. Un boulet décoré de deux belles et grandes lettres : PS. Ce PS qui, pour le meilleur et surtout pour le pire, s’est donc allié à des experts en la matière, les écologistes. Certes, François Hollande a depuis pris ses distances avec l’accord liant sa formation à Europe écologie. Il n’empêche, encore une fois, l’effet d’accumulation fonctionne à plein. Car la cession de circonscriptions à EELV a exacerbé les tensions entre socialistes. Ceux qui doivent désormais composer avec des candidats Verts sur ce qu’ils jugent être « leurs terres » (Gérard Collomb, Danièle Hoffman-Rispal...) sont pareils à une Rachida Dati redoutant de voir débarquer un François Fillon à Paris : de véritables « grenades dégoupillées ». Mais il faut être honnête, les socialistes n’ont pas toujours besoin des écologistes pour se dévorer entre eux par médias interposés et nuire in fine à leur candidat. Surtout quand vient l’heure de la grande distribution des « circos ». Là encore, l’effet d’accumulation fait des ravages. On a eu droit au duel Faouzi Lamdaoui (pro-Hollande) versus Pouria Amirshahi (pro-Aubry) au sujet de la 9e circonscription des Français de l’étranger. On a aujourd’hui droit à l’affrontement entre deux anciens « potes » de SOS-Racisme, Malek Boutih et Julien Dray, le premier accusant le second de fraude lors de sa désignation dans la 10e circonscription de l’Essonne. Comme on a droit à un Christophe Borgel tentant de justifier bizarrement son parachutage dans la Somme et à une Ségolène Royal qui, si elle reconnaît que sa désignation à La Rochelle relève d’une « procédure inhabituelle », la justifie par sa situation « hors du commun » (sic) d’ancienne candidate à la Présidentielle ! Elle qui avait déjà fait savoir très hâtivement (histoire sans doute que François Hollande et Martine Aubry tiennent leur promesse) qu’elle visait la Présidence de l’Assemblée nationale… Et c’est sans compter sur ceux qui ont choisi le mauvais cheval lors de la primaire, qui n’ont pas non plus réussi à décrocher une circonscription aux législatives, et reconnaissent déjà « préparer » le prochain congrès du PS… « Désolant Parti socialiste », doit se dire aujourd'hui François Hollande qui a peut-être oublié qu’il hérite d’une situation dont il est en partie responsable. Ce boulet qui l’entrave dans cette campagne, il a contribué à le façonner lorsqu’il était, près de dix ans durant, à la tête de Solférino. À moins qu’il n’arrive à se libérer de ce boulet. Les socialistes lui permettront-ils seulement de le faire ? Avec eux, François Hollande peut s’attendre à tout. Surtout au pire.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Europe Ecologie-Les Verts valide l'accord conclu avec le PS

Europe Ecologie-Les Verts valide l'accord conclu avec le PS | Hollande 2012 | Scoop.it

Le conseil fédéral d'Europe Ecologie-Les Verts a validé samedi 19 novembre l'accord conclu avec le Parti socialiste pour 2012. La secrétaire nationale du parti écologiste, Cécile Duflot, a annoncé la décision vers 18h15 sur son compte Twitter, à l'issue d'un vote à huis clos. La secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts, Cécile Duflot, a annoncé le 19 novembre 2011 sur Twitter la validation de l'accord conclu avec le PS (vers 18H15 : "résultat du vote sur la validation de l'accord : adopté à 74% 96 pour 31 contre 3 blancs"). Mardi, les deux partis étaient parvenus dans la douleur à un "accord de mandature", validé par Martine Aubry (PS) et Cécile Duflot (EE-LV) et prévoyant, en cas de victoire de la gauche, une coalition des deux formations à l'Assemblée nationale. Mais mercredi, la cacophonie avait régné après le retrait la veille au soir en bureau national du PS d'un passage du texte sur le combustible nucléaire MOX, sur fond de lobbying d'Areva. Un "caviardage" révélé par Le Monde. Un paragraphe finalement réapparu jeudi après une mise au point des deux camps, calmant le jeu. L'accord programmatique a aussi permis de coucher sur le papier les nombreux points d'accord : retraite à 60 ans à taux plein pour ceux qui ont commencé tôt ou ont eu des métiers pénibles, taxe carbone, réforme fiscale d'ampleur, politique d'immigration, dose de proportionnelle aux futures législatives voulue par EE-LV (pour 15 à 20 % du total des députés), etc. Le volet électoral de l'accord laisse entrevoir aux écologistes, qui n'ont actuellement que quatre députés, la possibilité de pouvoir former "un groupe parlementaire" à l'Assemblée en 2012. Avec plus de 60 circonscriptions qui lui sont réservées par le PS, EELV peut désormais prétendre à 25 à 30 députés en cas de victoire de la gauche et 15 en cas de défaite. Mais la question d'une entrée au gouvernement des écologistes, en cas de victoire en mai 2012, reste toujours posée, ces derniers n'ayant pas obtenu l'abandon de l'EPR de Flamanville (Manche) et du projet de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes. Ces deux désaccords sont inscrits dans le document global de 30 pages, désormais validé par les deux partis.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Législatives : le double ultimatum d'Eva Joly au PS

Législatives : le double ultimatum d'Eva Joly au PS | Hollande 2012 | Scoop.it
  • Eva Joly, candidate d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) à la présidentielle, a lancé dimanche à midi, sur France 3 un double ultimatum aux socialistes sur la date et le contenu de l'accord entre les deux partenaires de la gauche sur le programme et les législatives.
  • «L'accord avec le PS doit intervenir avant notre conseil fédéral du 19 novembre. Au-delà du 19 novembre, il n'y a plus d'accord», a-t-elle répété en conclusion d'une longue interview sur France 3. «Si François Hollande dit non pour arrêter le chantier de Flamanville, il n'y aura pas d'accord. Si nous achevons cet EPR-là, nous aurons l'énergie nucléaire pour les cinquante prochaines années, ce qui rend la sortie du nucléaire impossible. Nous voulons sortir du nucléaire», a insisté l'ancienne magistrate. Les négociations entre les deux partis achoppent notamment sur la question du nucléaire, plus encore depuis que François Hollande a remporté la primaire socialiste. Eva Joly a aussi répété son opposition au projet d'aéroport Notre-Dame des Landes près de Nantes, soutenu par les responsables socialistes de la région.
  • «Nous souhaitons un accord et nous souhaitons avoir des circonscriptions et un groupe parlementaire. Mais nous ne céderons pas sur ce qui est notre combat historique et très légitime pour quelques circonscriptions», a-t-elle dit, estimant toutefois «absolument légitime» la candidature de Cécile Duflot, n°1 de son parti, dans une circonscription parisienne pour les législatives, et, en creux, pour les municipales de 2014. «Nous ne sommes pas les supplétifs du Parti socialiste. C'est nous qui portons l'avenir», a insisté Joly.
more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Valls : «Hollande ne se laissera pas entraîner par les affaires internes du PS»

Valls : «Hollande ne se laissera pas entraîner par les affaires internes du PS» | Hollande 2012 | Scoop.it

Manuel Valls, le directeur de la communication de campagne de François Hollande, a assuré samedi à propos de la situation dans le Pas-de-Calais que le candidat PS à la présidentielle "ne se laissera pas entraîner par les affaires internes" du PS""François Hollande est candidat à la présidence de la République, il est dans un rapport personnel, de confiance avec les Français et rien ne le détournera de sa mission", a déclaré M. Valls à la presse avant l'ouverture de la Convention nationale d'investiture du PS pour les législatives au Cnit de La Défense. "Il ne se laissera pas entraîner par des affaires internes au Parti socialiste. Tout ce qui concourt à blesser François Hollande ne l'atteint pas, et il ne plongera pas dans ce petit bain de petites phrases qui n'ont aucun sens", a-t-il ajouté. "Les socialistes, la gauche, par des mots blessants peuvent faire perdre, égratigner cette espérance" portée par François Hollande, a mis en garde le député de l'Essonne, avant "d'en appeler au ressaisissement de chacun et au rassemblement de tous""C'est indispensable" notamment "face à une droite arrogante, dure", a-t-il estimé souhaitant que la justice "s'intéresse aussi aux basses oeuvres de M. Guéant, à la manière dont il a occulté un certain nombre d'affaires graves", citant celle de Karachi. "Laissons la justice faire son travail et les décisions courageuses de Martine Aubry se mettre en oeuvre, et consacrons nous à l'essentiel : la France et les Français", a demandé M. Valls. "Le PS prend des décisions courageuses, la justice fait son travail et François Hollande prépare l'alternance et le changement", a résumé M. Valls.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Législatives : le PS valide 900 candidatures, ne revient pas sur Paris ou Lyon

Législatives : le PS valide 900 candidatures, ne revient pas sur Paris ou Lyon | Hollande 2012 | Scoop.it

Le Bureau national du PS a validé mardi "près de 900 candidatures" de socialistes voulant se présenter aux législatives de juin 2012, première étape du processus, a déclaré à la presse le secrétaire national chargé des élections, Christophe Borgel. Le BN n'est par ailleurs pas revenu sur la question des circonscriptions qui suscitent des remous, comme à Paris (la 5e réservée à EELV Cécile Duflot par exemple) ou à Lyon (une circonscription réservée à un PRG), qui avaient provoqué la semaine dernière l'ire du maire de Paris Bertrand Delanoë ou de Lyon Gérard Collomb. "C'est acté", a affirmé un cadre du parti. "On a un accord avec les Verts, on fera le travail qu'il faut pour le faire respecter", a souligné M. Borgel. Selon lui, au total, près de 900 candidatures, déposées "entre le 18 et le 21 novembre, ont été validées par le bureau national. Elles portent sur 438 circonscriptions en métropole". Dans "90%" de ces 438 circonscriptions, "il va ensuite y avoir un vote d'investiture les 1er et 2 décembre" par les militants, avant une convention nationale le 10 décembre, qui accordera l'investiture in fine. Le sujet était sensible car des circonscriptions ont été gelées pour des partenaires du PS (au premier rang desquels les écologistes à la suite de l'accord validé la semaine dernière), et d'autres candidatures ont été réservées aux femmes, au nom de la parité, ou à des candidats issus de la "diversité". Les candidatures de l'Héraut, les Bouches-du-Rhône et du Pas-de-Calais n'ont pas été validées, elles le seront la semaine prochaine. La question des candidatures à la circonscription des Français de l'étranger (duel entre Pouria Amirshahi, poulain de Martine Aubry, et Faouzi Lamdaoui, poulain de François Hollande) n'a pas été tranchée, une décision interviendra "dans les jours qui viennent", selon M. Borgel. Dans les circonscriptions réservées aux partenaires et à la parité, le vote du 1er et 2 décembre n'aura pas lieu. Pour les circonscriptions "diversité", il y aura "une régulation nationale", la convention du 10 décembre pouvant décider in fine, selon M. Borgel. Le BN s'est tenu en l'absence de Bertrand Delanoë et de Gérard Collomb. Devant le siège de Solférino, des militants et élus du Val-de-Marne ont protesté symboliquement contre le fait que la 6e circonscription ait été réservée à EELV, en distribuant une rose et un tract aux membre du BN.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Najat V. - Belkacem, porte-parole de F. Hollande, refuse un parachute du PS

Najat V. - Belkacem, porte-parole de F. Hollande, refuse un parachute du PS | Hollande 2012 | Scoop.it

En ces temps d'investiture pour les législatives de juin 2012, où la pratique du parachute passe pour une discipline olympique, la décision de Najat Vallaud-Belkacem pourrait bien faire figure d'exception. Le PS lui proposait une circonscription réputée imperdable, la 6e du Rhône, située dans Villeurbanne. Mais la toute nouvelle porte-parole de François Hollande a annoncé, lundi, à la commission électorale de son parti qu'elle déclinait l'offre et préférait partir au casse-pipe dans la 4e circonscription de Lyon (ville dont elle est adjointe au maire), tenue par l'ancien garde des Sceaux, l'UMP Dominique Perben. "J'ai deux motivations convergentes", confie-t-elle. "La première, c'est que j'ai dans cette circonscription une légitimité politique, l'avantage de la durée, de la constance." Lors des législatives de juin 2007, elle s'était en effet déjà présentée sur ce territoire ancré à droite - c'est l'ex-fief de Raymond Barre - face à Perben. Elle s'était inclinée au second tour avec 43,43 % des voix. "Je trouve qu'il y a une beauté du geste à relever le gant dans une circonscription difficile, à la faire tomber dans l'escarcelle de la gauche", développe-t-elle. Surtout que, depuis leur dernier affrontement, Perben a perdu toutes les élections intermédiaires, les municipales de 2008 face à Gérard Collomb qui l'avait emporté au premier tour, et les cantonales de mars 2011. La socialiste avait, elle, été élue conseillère générale du Rhône à cette occasion. "La deuxième raison, c'est que le parachutage se fait toujours au détriment d'un autre." Si Najat Vallaud-Belkacem avait opté pour Villeurbanne, la députée PS sortante Pascale Crozon aurait été priée de s'effacer. Pour Vallaud-Belkacem, proche de Ségolène Royal - elle était sa porte-parole en 2007 -, qui défend la parité, aller déloger une femme était gênant. Sa décision n'a pas réjoui tout le monde au PS, car son accession à l'Assemblée nationale en 2012 serait une triple victoire pour un parti qui promet éternellement sa rénovation : celle de la jeunesse (34 ans), de la diversité et de la parité. En se présentant à Lyon, ses chances de victoires sont considérablement réduites. Mais Najat Vallaud-Belkacem a au moins reçu deux soutiens : ceux de François Hollande et de Ségolène Royal, qu'elle a informés en début de semaine. "Ils ont réagi avec enthousiasme", souligne-t-elle. "Ils se souviennent qu'eux aussi sont allés chercher leur circonscription. François Hollande, c'était la Corrèze, alors il sait ce que c'est, les circonscriptions ingagnables !" Il s'y était en effet repris à deux fois avant d'être élu député. Un modèle.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

EE-LV : Le “plan B” de Cécile Duflot

EE-LV : Le “plan B” de Cécile Duflot | Hollande 2012 | Scoop.it

La scène se passe la semaine dernière. En urgence, Cécile Duflot a réuni ses amis et tous les ténors d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV). Ce jour-là, le ton grave, elle prend beaucoup d’entre eux à contre-pied. A gauche, tout le monde est en effet persuadé que socialistes et écologistes parviendront, au-delà de leur actuel bras de fer, à s’entendre et sur leur vision de la « sortie du nucléaire » et sur la répartition des circonscriptions législatives (dont trois gagnables à Paris). Or Duflot – qui a délibérément choisi de passer son tour en 2012 au profit d’Eva Joly, mais qui apparaît plus que jamais comme « la » patronne – douche son monde. « Il faut regarder les choses en face, dit-elle. Il n’est plus certain du tout que Hollande veuille vraiment d’un accord avec nous. Beaucoup lui montrent les sondages, l’incitent à s’affirmer et le poussent donc à faire cavalier seul. Il faut préparer notre plan B. ». A cet instant, un ange passe dans la salle. Car, dans l’assistance, sont présents beaucoup de ceux qui, en cas d’accord PS-EELV (et, bien sûr, si la gauche l’emporte en 2012), savent qu’ils iront grossir à l’Assemblée nationale les rangs du groupe que rêve de présider Duflot, après les futures législatives. Devenu sénateur de l’Essonne, le stratège Jean-Vincent Placé – qui, dans les « négos », n’est pas un tendre – a sorti sa calculette : au strict minimum 15 députés, sinon 35 voire nettement plus, puisque 200 députés seraient élus demain à la proportionnelle. Trois ou quatre de ces élus « virtuels » s’étonnent, à voix haute, du virage qu’annonce Duflot. Un « plan B », c’est-à-dire des candidats écologistes qui défieraient partout en France les candidats du PS ? « Qu’est-ce qui se passe ? Où va-t-on ? On devient fous », soupire l’un d’entre eux. Dans la salle, un certain malaise est perceptible, car l’hypothèse « rassurante » – Duflot ne montrerait ses « muscles » au PS que pour le faire reculer – n’est pas la plus plausible. Une fraction du camp Hollande s’agace, et c’est peu dire, des surenchères permanentes des écologistes, qui prétendent parler d’égal à égal avec le PS alors que leur candidate, Eva Joly, plafonne aujourd’hui à 6 % dans les sondages. Quelques-uns incitent Hollande à en finir avec la posture de l’homme qui excelle dans la synthèse permanente. Surtout, les exigences antinucléaires des Verts exaspèrent plus d’un socialiste : non seulement les écologistes réclament que les travaux du chantier de l’EPR sur le site de la centrale nucléaire de Flamanville (Manche) soient définitivement stoppés, mais ils demandent que l’accord global avec le PS soit rédigé de telle façon qu’ils puissent ensuite le présenter comme une étape clé vers la sortie (par étapes, mais totale) du nucléaire. Une requête mal vécue par une partie de la gauche qui, historiquement, a « porté » les succès de l’industrie nucléaire « à la française ». Le virage serait brutal. Mais les écolos ne cèdent pas. Eux pensent que le « vent de l’histoire » souffle en leur faveur et que les socialistes, à bien des égards, appartiennent au « vieux monde ». Va-t-on alors vers un clash ? Seule certitude : Cécile Duflot, tout en refusant de parler d’ultimatum, a déjà fixé une date butoir. Le 19 novembre, martèle-t-elle, « il y aura un accord avec le PS, ou pas d’accord. Nous n’irons pas plus loin ». Et d’insister, un brin cruelle : « La politique, ce n’est pas le pays des anguilles. » La patronne des écolos – qui entretenait avant les primaires des relations (politiques et personnelles) excellentes avec la très conciliante Martine Aubry mais assure que, jusqu’à une date récente, cela se passait correctement avec Hollande – sait qu’elle joue désormais gros. Rien ne prouve, bien au contraire, que le PS soit sur le chemin des concessions. Et si rien ne s’arrange, il lui faudrait alors sauter dans l’inconnu. « Ce ne serait pas notre faute », se rassure-t-elle. La balle est donc aujourd’hui entre les mains du candidat Hollande et aussi des membres du bureau national du PS qui se réunira le 15 novembre, soit trois jours avant l’ultimatum de « Cécile ». Les écologistes s’amusent à dire que, lorsque le député de la Corrèze était premier secrétaire du PS, ils étaient, à ses yeux, « plutôt un sujet d’embarras ». Mais Hollande, depuis, aurait bougé. En 2007 à Toulouse, n’avait-il pas dit qu’il y avait deux scénarios qui conduisaient la gauche à la défaite : un candidat PS bas et des partenaires très hauts (le cas de 2002) ; un candidat PS très haut et des partenaires très bas (le cas de 2007) ? Le Hollande 2011 en tirera-t-il les conséquences ? En attendant, les écolos accentuent leur pression. « Eux, c’est eux et nous, c’est nous. Mais on veut travailler ensemble », dit Duflot. Avant d’ajouter, à mi-voix : « Ce serait triste que Hollande s’enferme dans la peau de quelqu’un du temps d’avant. » Puis, en stratège presque aussi redoutable que son ami Placé, elle assène, mine de rien, le coup de grâce afin de ramener les socialistes, grisés par les sondages, sur la terre ferme : « En 2012, il ne faut pas s’y tromper, ça se jouera sur le fil. Ce sera du 51-49, mais au profit de qui ? »

more...
No comment yet.