Hollande 2012
Follow
Find tag "Industrie"
10.8K views | +6 today
Hollande 2012
François Hollande candidat à Présidence de la République / Running For President / 2012
Curated by Erwan Lescop
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

François Hollande : "Je serai le président du redressement productif et industriel"

François Hollande : "Je serai le président du redressement productif et industriel" | Hollande 2012 | Scoop.it

François Hollande a visité, le 19 décembre, les chantiers navals de Saint Nazaire, avant de rencontrer les salariés d’ « Espace » et d’Airbus. « Je suis aujourd'hui à Saint Nazaire et sur ses chantiers, car notre pays a un avenir industriel » a affirmé François Hollande visitant les chantiers naval de Saint Nazaire. Dressant le bilan de la politique industrielle de Nicolas Sarkozy, le candidat à l’élection présidentielle a évoqué les « 400 000 emplois » qui ont été supprimés. Revenant sur le "pacte productif", un contrat avec les entreprises, « dans lequel nous fixerons les grandes filières d'avenir », et où « nous dégagerons les moyens financiers, sur le plan budgétaire, fiscal et de l'épargne », François Hollande a conclu sa visite par ces mots : « Je serai le président du redressement financier, mais aussi du redressement productif et industriel »

[Vidéo : cliquez sur l'image] 

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

François Hollande : "Je crois en l'industrie de mon pays"

Visite de François Hollande dans les usines d'Eolane et d'Alsthom lors de son déplacement dans commune du Creusot le 07/12/2011

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Hollande, en VRP du « patriotisme industriel »

Hollande, en VRP du « patriotisme industriel » | Hollande 2012 | Scoop.it

Au « Café de la poste », une longue tablée autour de laquelle ont pris place des ouvriers et des syndicalistes : François Hollande est venu partager une andouillette maison. Alors que la crise des dettes souveraines menace de plonger la France dans la décroissance, le candidat socialiste s’est rendu mercerdi 7 décembre en Saône-et-Loire pour apporter de « l’espoir » à la France qui se lève tôt. Le matin, à Montceau-les-Mines, il visitait le site de l’entreprise Eolane qui a relocalisé en 2010 la production d’une tablette numérique qu’elle avait lancée en Asie. 150 salariés travaillent sur ce produit parti à l’assaut de la grande distribution. En blouse blanche, François Hollande, accompagné d’Arnaud Montebourg, vante ce produit 100 % français et se fait l’avocat d’un « patriotisme industriel » . « Les usines, dit-il au milieu de la chaîne de montage, il ne faut pas en parler mais les garder. » Dans l’après-midi, c’est sur le site de l’usine Alstom, au Creusot, devant plusieurs centaines d’ouvriers que le candidat est venu rappeler les grandes orientations de son « pacte productif » destiné à retrouver « une fierté industrielle » . « Certains appellent à l’union nationale pour redresser les comptes de la nation, moi j’appelle à l’union nationale pour le redressement productif de la France », a-t-il martelé. En cas d’alternance en 2012, le candidat propose de mettre en place un nouvel « État stratège » : création d’une banque publique d’investissement, lancement d’un livret industriel sur le modèle du livret A pour orienter l’épargne vers les PME. François Hollande s’engage à développer les transferts de technologie de la recherche vers les entreprises ou encore à relancer une grande politique européenne d’investissement dans des secteurs clés comme celui des énergies renouvelables. « La France a perdu ces dernières années 750 000 emplois dans l’industrie. Il faut montrer qu’il n’y a pas de fatalité », assure le député Bernard Cazeneuve, l’un de ses porte-parole. L’enjeu de ce déplacement est aussi d’engager la reconquête des classes populaires à travers un discours clair sur sa volonté de rétablir la société du travail. En 2002, Lionel Jospin n’avait attiré que 13 % du vote ouvrier. Dans l’entourage de François Hollande, on est plutôt confiant. On souligne que, selon les derniers sondages, il réalise de bons scores dans le monde ouvrier. « Il incarne un PS qui n’est pas un parti de bobos mais qui peut redonner la confiance à tous ceux qui sont touchés par la crise », estime Bernard Cazeneuve.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

François Hollande à Saint-Nazaire n'oublie pas... Pierre Mauroy ("Le mot ouvrier n'est pas un gros mot")

François Hollande à Saint-Nazaire n'oublie pas... Pierre Mauroy ("Le mot ouvrier n'est pas un gros mot") | Hollande 2012 | Scoop.it

Poursuivant sa tournée ouvrière, le candidat PS visite aujourd’hui deux sites industriels. «Le mot ouvrier n’est pas un gros mot» : François Hollande a retenu la leçon de Pierre Mauroy qui chapitrait Lionel Jospin en 2002 dans le vain espoir de réorienter la campagne présidentielle. Mais le 21 avril, seuls 13% des ouvriers portaient leurs suffrages sur le candidat socialiste, éliminé au premier tour. En 2007, le «travailler plus pour gagner plus» de Nicolas Sarkozy avait drainé une bonne partie du vote des couches populaires. En plaçant l’industrie, «des ouvriers aux ingénieurs», au cœur de sa précampagne, Hollande veut faire d’une pierre deux coups : attaquer le bilan de son adversaire en lui opposant son «travailler mieux et produire davantage» et viser l’électorat populaire. Dix jours après sa visite dans les ateliers d’Alstom en Saône-et-Loire, le député de Corrèze continue sa tournée du «patriotisme industriel» aujourd’hui par une étape à Saint-Nazaire, où il doit visiter un chantier naval et la chaîne de fabrication de l’A350, le futur long courrier d’Airbus qui est déjà un succès commercial : son premier vol est prévu en 2013, mais l’avionneur a déjà enregistré près de 600 commandes et le site de Montoir-de-Bretagne a embauché près de 300 personnes en 2011. Du velours pour un Hollande qui tient dans la sinistrose ambiante un discours volontairement positif, parlant des «atouts», de l’«excellence» et du «redressement» de la France. Dans un contexte budgétaire de plus en plus contraint, sous la menace d’une dégradation de la note française, le PS joue serré. Le rétablissement des comptes publics sera l’alpha du futur quinquennat. Mais comment se différencier de la droite alors que les marges de manœuvre s’amenuisent ? «En étant le candidat de tous les redressements : budgétaire, mais aussi productif, éducatif et républicain, explique Guillaume Bachelay, cheville ouvrière du programme du PS. Tout cela va bien au-delà de la stratégie électorale : l’anticipation dans la crise, c’est la meilleure façon de gouverner.» Quand tous y vont de leur slogan - «acheter français» pour François Bayrou, «produire en France» pour Nicolas Sarkozy -, les socialistes défendent l’antériorité de leur candidat sur ce terrain industriel. Le premier discours de François Hollande sur le «pacte productif» remonte à juin 2009. «Nicolas Sarkozy a un mauvais bilan, Marine Le Pen énonce un dangereux slogan, François Bayrou fait du roman et seul François Hollande a un plan», assure Guillaume Bachelay, vraie usine à formules.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

François Hollande appelle à une "union pour le redressement productif"

François Hollande appelle à une "union pour le redressement productif" | Hollande 2012 | Scoop.it

"Je suis venu vous parler de la production, de la croissance, de l'industrie, du pouvoir d'achat et de l'emploi", a attaqué François Hollande, mercredi 7 décembre en début d'après midi, face aux ouvriers de l'usine Alsthom du Creusot (Saône-et-Loire). Vaste programme. En visite pour la journée sur les terres d'Arnaud Montebourg et sur le thème de la réindustrialisation, le candidat socialiste a tenu un discours des plus volontaristes, qui n'a manifestement pas déplu aux salariés présents. "La désindustrialisation n'est pas une fatalité", a martelé M. Hollande, à deux pas de la chaîne d'assemblage du métro. Juché sur une petite estrade au milieu d'un cercle d'ouvriers en bleu de travail, en un saisissant parallélisme des formes avec Nicolas Sarkozy, lequel s'était déjà rendu deux fois sur ce site de production, le candidat socialiste n'a pas hésité, comme son adversaire en son temps, à jouer de la fibre compassionnelle. "J'ai vu des hommes et des femmes pleurer parce que leur entreprise fermait", a raconté François Hollande, qui "mesure l'urgence". Mais il a aussi tenté de se démarquer du président de la République : "Au moment où certains appellent à une union nationale contre le déficit budgétaire, qu'ils ont eux mêmes creusé, je vous appelle à une véritable union pour le redressement productif". De l'industrie comme moyen de se démarquer de la position et du bilan de Nicolas Sarkozy, alors que la crise européenne et budgétaire limite les marges de manœuvres programmatique du candidat Hollande. "L'horizon ne doit pas être le déclin", a conclu, après avoir insisté sur la "fierté industrielle", le candidat socialiste, avant de se fait offrir une petite maquette de TGV. Quelques heures plus tôt, sur le site industriel d'Eolame à Montceau-les-Mines, qui a rapatrié la production des tablettes numériques Qooq après une délocalisation en Chine, François Hollande avait vanté le concept de "patriotisme industriel".

more...
No comment yet.