Hollande 2012
Follow
Find tag "Europe"
10.8K views | +0 today
Hollande 2012
François Hollande candidat à Présidence de la République / Running For President / 2012
Curated by Erwan Lescop
Your new post is loading...
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Hollande salue le gouvernement Monti qui "ferme la parenthèse Berlusconi"

Le candidat socialiste français à la présidentielle 2012 François Hollande a salué vendredi à Rome le gouvernement italien de l'ancien commissaire européen Mario Monti qui "ferme la parenthèse Berlusconi""Les Italiens ont changé de gouvernement, ils sont (avec Mario Monti) dans un programme de redressement indispensable et la gauche italienne fait preuve d'une grande responsabilité", a déclaré M. Hollande à la presse au siège du Parti démocrate (PD, gauche italienne). Vendredi, les députés de ce parti ont voté, à quelques exceptions près, la confiance au gouvernement Monti sur un nouveau plan de rigueur anti-crise. Le vote était destiné à accélérer l'adoption des mesures. "Nous avons besoin d'une Italie qui ferme la parenthèse de Berlusconi et s'ouvre à des exigences que nous partageons, c'est-à-dire d'être pleinement partie prenante de la nouvelle Europe que nous avons à bâtir", a affirmé le candidat PS, à l'issue d'un entretien privé avec le président italien Giorgio Napolitano. Avec l'Italie "nous avons beaucoup de points communs", a-t-il aussi déclaré, citant notamment le renforcement du rôle de la BCE et des instruments d'intervention pour favoriser la croissance. "Je pense que l'Italie a tout à fait sa place dans l'Europe que j'imagine pour demain", a-t-il aussi jugé soulignant qu'elle était "un pays fondateur, majeur de cette Europe". Interrogé sur un éventel axe franco-italien de préférence à l'axe franco-allemand, M. Hollande a estimé que "le couple franco-allemand est nécessaire pour faire avancer l'Europe". "Mais, a-t-il ajouté, il ne doit pas être fermé sur lui-même, il doit être ouvert, cohérent. Il doit porter une politique et pas simplement une discipline".
Il a indiqué qu'il ne rencontrerait pas Mario Monti, comme prévu initialement, celui-ci étant "retenu au parlement par la question de confiance". M. Hollande doit en revanche s'entretenir avec le président du PD Pier Luigi Bersani et l'ancien président du conseil Massimo d'Alema.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Sarkozy Rival [Hollande] Calls ECB Key to Saving Euro (Wall Street Journal)

Sarkozy Rival [Hollande] Calls ECB Key to Saving Euro (Wall Street Journal) | Hollande 2012 | Scoop.it

François Hollande, the Socialist opposition candidate and opinion-poll leader, said that if he is elected France's president in May, he will seek help from the only institution he feels can salvage the euro : the European Central Bank. Speaking in an interview at his campaign's headquarters in central Paris, Mr. Hollande, 57 years old, said only the ECB has enough credibility and financial firepower to restore investor confidence and unravel the debt crisis that has been roiling the euro zone for two years. "Everyone knows that without a powerful intervention by the ECB, it will be impossible to restore calm on markets," Mr. Hollande said. Mr. Hollande's approach would mark a significant shift from the euro zone's latest anticrisis plan, under which members of the monetary union are expected to abide with the ECB's statutory independence. At a recent meeting, French President Nicolas Sarkozy, German Chancellor Angela Merkel and Italian Prime Minister Mario Monti agreed not to interfere with the ECB's policy. Mr. Hollande said he was well aware that Germany would staunchly oppose any attempt to amend the ECB's core mandate : to keep inflation in check. He said that were he to be elected president next year, however, he would still ask that the ECB play a bigger role in stemming the crisis within the framework of current bylaws. "I would rather have a change in practice than a change in the treaty," Mr. Hollande said. "I would rather reach tangible results than get into a stalemate." To assist troubled euro-zone nations, the ECB could commit to buying more sovereign bonds, he said. With Germany's backing, the ECB has so far refused to become a lender of last resort, even as a growing number of euro-zone countries are struggling to raise debt at affordable costs. Last year, euro-zone members agreed to set up a rescue fund to assist the monetary union's most troubled members. But the fund is not yet fully operational and investors fear it won't have the might of the ECB. In the interim, the ECB has accepted to buy bonds issued by the most troubled members. But its president, Mario Draghi, repeated on Thursday that the program was "neither eternal, nor infinite." Mr. Hollande said were he to be elected in May, he would benefit from a "reinforced legitimacy," which would give him a stronger bargaining power to redefine the ECB's role with Ms. Merkel, who faces elections in September 2013. In the first round of the presidential contest, Mr. Hollande would garner 31.5% of the votes, with Mr. Sarkozy at 26%, according to a survey conducted by French polling agency LH2 that was published on Sunday. In the second round, Mr. Hollande would defeat Mr. Sarkozy, getting 57% of the votes. Mr. Hollande, a former Socialist Party chief and head of the Corrèze, a largely depopulated region in central France, has never held a position in government. A graduate of Ecole Nationale d'Administration, France's elite school for civil servants, his political career took off in 1981, when, as an economic adviser to then-President François Mitterrand, he contributed to the implementation of a plan to nationalize the country's biggest companies and banks. The politician, often seen riding a scooter around Paris and known for his sense of humor, has said his goal would be to "pacify" France and turn a page on what he described as Mr. Sarkozy's "divisive" style. Yet, the election campaign is likely to revolve chiefly around the state of France's finances. Mr. Hollande said he was concerned that France's borrowing costs will climb if the country loses its prized triple-A debt rating. He said a downgrade would hit France badly, especially because unlike the U.S.—which lost its triple-A from Standard & Poor's in August—the country wouldn't receive support from the central bank. Talk of a credit downgrade has intensified in recent days after US credit rating agency S&P put France and 14 other euro zone countries on negative watch, saying it was worried about the bloc's continued inability to find a durable fix to the crisis. Mr. Sarkozy spent a large part of this year trying to convince investors his country deserved to keep its triple-A. He passed two rounds of austerity measures this summer, and took steps to enshrine budget discipline in the constitution. In recent days, however, Mr. Sarkozy appeared to have given up hope France could retain its top rating, telling French newspaper Le Monde on Monday that losing it would be "an added difficulty, but not insurmountable." Mr. Hollande said he disagreed. "It will be a political catastrophe for those who govern us, because they presented the triple-A as a national treasure," Mr. Hollande said. "When a team loses the treasure, they don't deserve compliments." Mr. Hollande also criticized Mr. Sarkozy on the recent accord all European Union countries with the exception of the U.K. reached last week to reinforce fiscal discipline within the bloc, saying it was "vague and incomplete." Mr. Hollande said he wouldn't challenge the drive toward deeper fiscal integration and deficit reduction, which he said are "necessary." Yet, there are many legal uncertainties on how EU countries will enforce the agreement, he said, adding that it lacked provisions to boost economic growth. "How can we meet deficit-reduction targets without a return to growth?" he said. In addition to enrolling the ECB, he said, EU leaders should increase collective funding for pan-European projects in areas such as renewable energy and infrastructure. However, he said he agreed with the decision of EU leaders last week to press ahead with the fiscal-pact agreement without the U.K. "We can't accept a situation whereby the U.K. would use the possibility of an agreement to gain advantages for the City," Mr. Hollande said.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

International : Hollande critique la méthode Sarkozy

International : Hollande critique la méthode Sarkozy | Hollande 2012 | Scoop.it

Le candidat PS à l'Elysée, François Hollande, a déploré ce soir de n'être "tenu informé de rien" par son futur probable rival, le chef de l'Etat Nicolas Sarkozy, sur les grands dossiers internationaux comme la Syrie ou la crise de l'euro. "D'une manière générale, je ne suis tenu informé de rien de la part du président de la République et du gouvernement", a-t-il déclaré à la presse après une rencontre avec le président palestinien Mahmoud Abbas dans un hôtel parisien. "Par rapport à la préparation de l'accord intervenu à Bruxelles (ndlr: vendredi dernier), il n'y a eu aucune concertation ni avec les partie ni avec les candidats", a poursuivi M. Hollande, regrettant "une curieuse façon de préparer les sommets". "C'est une méthode que si j'étais moi-même en responsabilité de la France, je n'utiliserais pas", a-t-il affirmé. "Je ferais en sorte, sur ces grandes questions, de donner de l'information et d'ouvrir des concertations""Sur la question syrienne, par exemple, il y a des échanges dans le cadre du Parlement, mais vous avez remarqué que le président ne faisait aucune consultation sur aucun sujet", a-t-il dit. M. Hollande a suscité le feu nourri des critiques de l'UMP en affirmant lundi qu'il entendait "renégocier", s'il était élu président en 2012, l'accord sur le projet de traité européen obtenu vendredi à Bruxelles, afin de le compléter par "ce qui lui manque", notamment sur le rôle de la BCE.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Hollande juge urgent de "changer la pratique de l'intervention de la BCE"

François Hollande (PS) a dit vendredi qu'il restait "favorable à la renégociation d'un traité" européen, afin notamment de renforcer les prérogatives de la Banque centrale européenne, tout en précisant que "l'urgence commande d'abord de changer la pratique de l'intervention de la BCE"Dans un entretien au quotidien américain The Wall Street Journal, le candidat socialiste à la présidentielle indique que le renforcement du rôle de la BCE, qu'il appelle de ses voeux face à la crise des dettes en zone euro, doit se faire "dans la pratique". "Je préférerais un changement dans la pratique qu'un changement dans le traité", affirme François Hollande, qui, après l'accord de Bruxelles du 9 décembre sur un projet de nouveau traité européen, avait assuré qu'il en renégocierait les termes, s'il était élu à l'Elysée en mai prochain. Invité à expliciter ses propos en marge d'un déplacement à Rome, il a affirmé : "aujourd'hui, ce qui m'importe, ce serait de changer la pratique de la BCE pour qu'elle puisse acheter des titres en premier et dernier ressorts, plutôt que de rentrer dans la négociation sur un nouveau traité concernant la BCE""Je suis favorable à la renégociation d'un traité", a-t-il ajouté, "mais je sais que l'urgence commande d'abord de changer la pratique de l'intervention de la BCE". Le 12 décembre, M. Hollande avait déclaré : "Si je suis élu président de la République, je renégocierai cet accord (européen du 9 décembre, ndlr) pour y mettre ce qui lui manque aujourd'hui". A savoir : la possibilité d'une intervention accrue de la BCE, l'introduction d'eurobonds pour mutualiser les dettes des pays de la zone euro (jugés par de nombreux économistes comme une des seules mesures susceptibles de calmer les marchés), un fonds de secours financier "doté à un niveau élevé" et des mesures pour favoriser la croissance. Vendredi, dans une tribune publiée dans le Monde, il affirme vouloir, s'il est élu en 2012, "rééquilibrer et compléter le futur traité dans l'esprit de responsabilité, de gouvernance et de croissance que je réclame, avec mes amis de la gauche européenne".

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

M. Ayrault : "Hollande est un Européen convaincu, pas un Européen béat"

M. Ayrault : "Hollande est un Européen convaincu, pas un Européen béat" | Hollande 2012 | Scoop.it
  • Le président du groupe socialiste de l'Assemblée nationale, Jean-Marc Ayrault, a été nommé conseiller spécial de François Hollande pour sa campagne. Dans un entretien au Monde, il revient sur la promesse du candidat du PS à l'élection présidentielle de renégocier le projet de traité européen trouvé à Bruxelles le 9 décembre, s'il est élu président de la République. Le projet d'accord, selon M. Ayrault, "se résume à un carcan budgétaire et disciplinaire".
  • Vous avez accompagné François Hollande au congrès du SPD (Parti social-démocrate) en Allemagne. A quoi a servi ce déplacement outre-Rhin ? François Hollande a été l'invité d'honneur au congrès du SPD parce que nous partageons la même volonté de réorienter l'Europe. Mais il rencontrera aussi, début 2012, les dirigeants en place, Mme Merkel, le Parlement, parce que c'est avec eux qu'il négociera. Ce qui se joue, c'est la sortie de la crise et une nouvelle étape de l'intégration européenne. Nous n'avons pas le droit de rater ce rendez-vous crucial.
  • L'avenir de l'Europe passe par le couple franco-allemand ? La qualité de la relation franco-allemande passe par une empathie réciproque des dirigeants mais aussi par la franchise qui créé la confiance. Aujourd'hui, elle n'existe pas. M. Sarkozy et Mme Merkel se livrent une sourde compétition. Dès le départ, Nicolas Sarkozy croyait l'axe franco-allemand dépassé ; puis il a cherché à tirer la couverture à lui. Pour terminer, il a négocié en position de faiblesse parce que son quinquennat a affaibli la France. Comment aurait-il pu obtenir quoi que ce soit de l'Allemagne, qui a réussi son redressement, quand lui-même a plongé la France dans le surendettement et la récession ? François Hollande est perçu en Allemagne comme un partenaire fiable qui pose les cartes sur la table : assainissement budgétaire d'un côté ; stratégie de croissance de l'autre. Pour autant, l'Europe ne peut pas fonctionner uniquement à deux. La relation franco-allemande est un levier à condition qu'elle soit équilibrée et pas exclusive. Elle est le moteur de l'Europe, elle n'en est pas le directoire.
  • Qu'est-ce qui ne vous convient pas dans le projet d'accord négocié à Bruxelles ? Il se résume à un carcan budgétaire et disciplinaire. Il n'y aucune mesure d'urgence pour stopper la spéculation, rien pour relancer la croissance, aucune vision du devenir de l'Europe. L'austérité n'est pas une politique. Elle nous enfoncera dans la crise. Ce n'est pas moi qui le dit, c'est la présidente du patronat italien [Emma Marcegaglia].
  • L'accord qui sera proposé à la signature des Etats membres en mars 2012 n'engagera-t-il pas la parole de la France ? Un accord entre gouvernements n'est pas une ratification. Les peuples et les parlements peuvent exiger des modifications. A quoi servirait l'élection présidentielle si on ne peut rien changer, rien exiger ? L'Europe ne peut pas marcher sans la France. François Hollande tiendra sa parole de mettre de l'ordre dans nos affaires et de respecter les critères de Maastricht. Son intention n'est pas de tout bloquer, mais que l'accord de Bruxelles soit rééquilibré par une panoplie de mesures contre la spéculation, une stratégie de croissance, un agenda social et aussi une volonté de se défendre et de parler d'une même voix face à la Chine ou aux Etats-Unis. L'Europe a besoin d'un esprit de combat.
  • Les socialistes français ne sont-ils pas isolés, aujourd'hui, en Europe ? Non. Beaucoup de nos partenaires partagent nos propositions sur les eurobonds [euro-obligations] ou sur la taxation des transactions financières. Même sur l'intervention de la Banque centrale européenne [BCE], les choses sont en train de bouger. Le débat a lieu en Allemagne, en Italie, où François Hollande se rendra vendredi [16 décembre]. Simplement, il ne faut pas faire porter ce débat sur le statut de la BCE mais sur sa capacité à intervenir et soutenir la croissance. L'article 2 du traité de Maastricht lui donne cette latitude. Si on ne fait que de la discipline budgétaire, on plombe l'Europe, ce n'est pas tenable.
  • Comment François Hollande peut-il envisager de revenir sur un accord approuvé par la quasi-totalité des Etats membres ? Je le répète, ce n'est qu'un accord entre gouvernements. Chaque nation doit maintenant se prononcer. François Hollande pourra s'appuyer sur le soutien des Français. Il aura été élu sur la base d'une renégociation. Nos partenaires ne peuvent pas ne pas en tenir compte. François Hollande est un Européen convaincu mais pas un Européen béat. Il veut que la France soit respectée et entendue. Il sait que nos compatriotes doutent de l'Europe. Ce qu'il leur demande, c'est le mandat de réorienter le projet européen.
  • Est-ce que ça ne mériterait pas un référendum ? Le référendum, c'est l'élection présidentielle. Si Nicolas Sarkozy est réélu, rien ne changera. La France et l'Europe continueront de plonger dans la récession. Ce ne sont pas ceux qui nous ont plongés dans la crise qui vont nous en sortir, avec les mêmes recettes libérales. François Hollande est le seul qui a la crédibilité aujourd'hui pour redresser les choses. Le changement en Europe commence par le changement en France.
more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

A Bruxelles, M. Hollande cherche à se démarquer de M. Sarkozy et Mme Merkel

A Bruxelles, M. Hollande cherche à se démarquer de M. Sarkozy et Mme Merkel | Hollande 2012 | Scoop.it

S'aventurer sur la route de l'Europe, tout en proposant un autre chemin que celui offert par Nicolas Sarkozy. C'est le délicat exercice auquel s'est livré François Hollande, mercredi 30 novembre, lors d'une visite d'une journée au Parlement de Bruxelles. C'était le deuxième déplacement international du candidat socialiste à la présidentielle après celui effectué à Madrid, trois jours après sa désignation. L'objectif : asseoir le standing européen et diplomatique du candidat, mais tout en ayant dans le même temps une pensée pour les catégories populaires et la France du "non", un segment électoral qui semble faire défaut à M. Hollande. Dans le TGV qui emportait la délégation socialiste vers Bruxelles, le député européen Harlem Désir, numéro deux du PS, résumait le dilemme : "C'est une journée importante. François Hollande est un européen convaincu, mais c'est un euroréaliste, pas un eurobéat." S'exprimant d'abord devant les parlementaires du Parti socialiste européen (PSE), le candidat socialiste a fustigé la perspective, évoquée par le chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, et la chancelière allemande, Angela Merkel, d'une révision des traités européens. "Nous n'avons pas besoin d'un nouveau traité, de révision des traités, mais d'appliquer les instruments pour que l'Europe soit plus forte qu'aujourd'hui", a estimé François Hollande. Avant de s'en prendre à l'hypothèse d'une "intervention de la Cour de justice européenne" au chapitre budgétaire. "Pourrait-on admettre que les parlements nationaux puissent être ainsi privés de toute liberté d'action ? Que les peuples soient aussi privés d'intervenir dans le débat public ? (...) Je connais la réponse, ce sera non", a lancé M. Hollande. Un peu plus tard devant la presse, le candidat socialiste a proposé cinq mesures : "Doter autant qu'il soit possible le FESF [Fonds européen de stabilité financière]", "mutualiser une part des dettes nationales avec la mise en place d'euro-obligations", "faire jouer à la BCE [Banque centrale européenne] un rôle actif", introduire une "taxe sur les transactions financières" et lancer des "initiatives de croissance" dont il n'a pas précisé davantage la nature. Outre un rendez-vous avec Elio di Rupo, le "formateur" du gouvernement belge, M. Hollande a ensuite rencontré Catherine Ashton, le chef de la diplomatie européenne, avec laquelle il s'est notamment entretenu du rôle de l'Union européenne dans le soutien aux printemps arabes et dans le processus de paix au Proche-Orient. Il a également vu Michel Barnier, commissaire européen chargé des marchés financiers, pour évoquer ses propositions de régulation financière et de création d'une agence de notation européenne. En fin d'après-midi, le candidat du PS était en rendez-vous avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne. Il devait l'entretenir de la reconversion de l'usine ArcelorMittal de Florange (Moselle), et en particulier du projet européen de captage-stockage de CO2 Ulcos, que la commission doit décider d'autoriser – ou non – en juin 2012. François Hollande devait aussi rencontrer les syndicalistes de l'usine de Florange. "Il s'agit aussi de rassurer le monde du travail ouvrier, sur le fait que l'Europe est une chance pour eux", indique la députée de la Moselle Aurélie Filipetti, qui faisait partie de la délégation. "Du point de vue politique et stratégique, c'est très important qu'il puisse défendre un projet auprès des ouvriers."

more...
No comment yet.