Hollande 2012
Follow
Find tag "Dette"
10.8K views | +0 today
Hollande 2012
François Hollande candidat à Présidence de la République / Running For President / 2012
Curated by Erwan Lescop
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Hollande "ouvert à toutes les discussions" sur la crise de la zone euro

Hollande "ouvert à toutes les discussions" sur la crise de la zone euro | Hollande 2012 | Scoop.it

François Hollande s'est dit lundi "ouvert à toutes les discussions" sur la crise de la zone euro, après la proposition de Daniel Cohn Bendit que Nicolas Sarkozy, François Hollande, François Bayrou, Eva Joly et Jean-Luc Mélenchon se mettent autour d'une table sur le sujet. Le coprésident des Verts au Parlement européen avait proposé dimanche soir sur France 2 que Nicolas Sarkozy, François Hollande, François Bayrou, Eva Joly et Jean-Luc Mélenchon se mettent autour d'une table à propos de la crise de la dette dans l'UE, en appelant à "l'intelligence nationale". Eva Joly, candidate d'EELV à la présidentielle, a décidé de rebondir "immédiatement" sur cette proposition, annonçant qu'elle "lance" dès lundi "les invitations" à l'opposition. Interrogé sur la proposition Cohn-Bendit par la presse lors d'un déplacement à Saint-Nazaire sur le thème de l'industrie, le candidat du PS à la présidentielle a répondu : "j'ai toujours été ouvert à toutes les discussions. Je constate que depuis deux ans et demi que nous sommes entrés dans cette crise de la zone euro, il n'y a pas eu de compréhension par le président de la République de cette utilité de l'intelligence collective""Nous avons d'ailleurs fait des propositions régulièrement sur le fond. Aucune n'a été reprise, notamment sur les eurobonds", a-t-il regretté. "S'il veut prendre une inititiative, il n'est pas trop tard. Mais enfin je ne veux pas tomber non plus dans une politique 'spectacle'", a-t-il dit. Car il faut "encore qu'il y ait un ordre du jour clair et une compréhension de la position que nous pouvons adopter. Il ne s'agit pas non plus de co-décision", a-t-il averti. Selon lui, "si un jour le président de la République, entre deux déplacements de campagne, veut associer les principales formations de l'opposition, je pense qu'elles y répondront". Alors qu'on lui demandait s'il pourrait s'assoir à la même table que le chef de l'Etat, M. Hollande a répondu : "nous, la démarche du dialogue, dans la République, de la concertation, de l'échange a toujours été de notre côté une position de principe""Sarkozy, le seul dialogue qu'il connaisse, c'est le dialogue avec lui, ce qui quand même, à un moment, fait éventuellement désordre".

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

"La cure d'austérité de François Hollande en Corrèze" [Conseil Général]

"La cure d'austérité de François Hollande en Corrèze" [Conseil Général] | Hollande 2012 | Scoop.it

François Hollande a lui aussi son plan de rigueur. Version Corrèze. Président du conseil général, le candidat socialiste à la présidentielle défendait, vendredi 2 décembre, un programme d'économies et d'augmentations d'impôts pour un total de 11,5 millions d'euros. Une sorte de répétition générale ? "Je vis au niveau de la Corrèze ce que j'aurai peut-être à vivre au niveau de l'Etat. En étant à la tête de ce département, je me suis préparé à gérer les inconséquences de la droite au niveau national", explique M. Hollande. Ce programme est le préalable à l'attribution, par l'Etat, d'une subvention exceptionnelle d'un même montant, au titre de l'aide aux départements en difficulté pour des raisons structurelles. Sur le plan national, sept départements doivent se partager une enveloppe de 75 millions d'euros. Concrètement, aux mesures de contraction des dépenses et de limitation de l'investissement engagées depuis 2008, où la gauche avait hérité d'un endettement approchant les 300 millions d'euros, s'en ajoutent d'autres à la symbolique beaucoup plus forte. Le plan d'économies prévoit ainsi de mettre fin à la gratuité totale des transports scolaires, et la prime de 1 000 euros par foyer pour l'aide à la garde des enfants sera supprimée pour les ménages imposables. S'agissant du personnel départemental, "aucun plan social" ne touchera les 1 380 agents de la collectivité, souligne le socialiste Gérard Bonnet, vice-président chargé des finances. "Mais, ajoute-t-il, chaque remplacement sera étudié au cas par cas. L'objectif étant la stabilité des effectifs." Sur le plan des recettes nouvelles, la taxe foncière sera augmentée de 6,5 %, le taux de la taxe d'aménagement (sur les permis de construire) sera triplé et une hausse de la taxe de transport sera mise à l'étude sur les agglomérations de Brive et de Tulle. Le tout pour une recette supplémentaire de 3,5 millions d'euros, dans une masse budgétaire qui devrait s'établir à près de 330 millions. Côté UMP, on ironise. "Nous, la méchante droite antisociale, on a mis la gratuité des transports scolaires. Avec la gauche, c'est fini", lance Claude Nougein, le rival de M.Hollande en Corrèze, qui insiste par ailleurs sur les augmentations d'impôts. Patron de la fédération UMP, Michel Paillassou renchérit : "Que vaut-il mieux, donner aux familles un transport scolaire gratuit ou des iPad aux collégiens, qui coûtent 1,5 million d'euros par an et sont un dogme ?" La gauche répond en rappelant "les transferts de charges sociales de l'Etat non compensés, la charge de la dette et l'asphyxie budgétaire". "On est à l'os pour la diminution des dépenses, et la marge de manœuvre pour les recettes est réduite", a lâché Dominique Ceaux, le directeur général des services. François Hollande va dans le même sens, en estimant que "la décentralisation est de plus en plus à bout de souffle, épuisée. Il n'y aura de nouvelles étapes que s'il y a davantage de clarté sur chacun de ses niveaux et des finances modernisées".

more...
No comment yet.