François Hollande, le roman d'une campagne par Laurent Binet | Hollande 2012 | Scoop.it

"Quoi de plus vulgaire qu'un personnage inventé ?" s'interroge Laurent Binet dans HHhH, son livre qui a reçu en 2010 le Goncourt du meilleur premier roman. Il y retraçait méticuleusement le parcours de l'Allemand Reinhard Heydrich, artisan de la solution finale, jusqu'à son assassinat à Prague en 1942. Rien à voir a priori avec la présidentielle 2012, le PS et François Hollande. C'est pourtant le nouveau sujet d'étude de Laurent Binet. "C'est dans la continuité logique de mon dernier livre", assure-t-il. "Je m'intéressais à l'histoire, là, l'histoire est en train de se faire", nous explique l'agrégé de lettres. Et puis, son personnage n'est pas inventé. Et il peut pour cette fois "être son propre témoin oculaire". Alors... Paradoxalement, c'est en regardant une série-fiction américaine que l'envie de raconter une campagne lui est venue : The West Wing, qui se déroule à la Maison-Blanche. En juin dernier, Laurent Binet contacte Valérie Trieweiler, compagne de François Hollande, mais surtout journaliste culture à Paris Match. Il l'avait rencontrée pour la sortie de HHhH. Elle passe le message à Hollande qui dit banco. Il ne lui reste qu'à remporter la primaire. C'est chose faite en octobre 2011. Désormais, de Bruxelles à Berlin, du Parlement européen au congrès du SPD, Laurent Binet fait partie de la troupe qui suit Hollande dans l'aventure, intégré au groupe de journalistes..., mais avec un regard décalé. "J'ai une liberté totale, je peux raconter tout ce que je veux. J'ai une hyper-subjectivité, je ne vais pas m'empêcher de donner mon avis." Grâce à HHhH, on sait que l'auteur est obsédé de précision, fou du détail, intransigeant lorsqu'il s'agit de vérité. Sur l'oeuvre qui sera publiée chez Grasset en septembre - quarante pages sont déjà écrites sous la forme d'un journal - il livre : "Une heure d'attente à l'aéroport peut me fournir plus de matière que le congrès du SPD." Laurent Binet n'a pas "une âme de militant", mais il est "déjà fasciné" par les politiques, par Hollande et son équipe, "par cette somme de volontés tendues vers un seul but", confie-t-il. "Je n'avais pas réalisé à quel point ils sont à fond tout le temps. C'est une performance d'athlète." Il sait que, sans doute, les observateurs le compareront à Yasmina Reza qui avait rencontré un franc succès en 2007 avec L'aube le soir ou la nuit, récit de l'intérieur de la campagne de Nicolas Sarkozy. "Une comparaison pratique", dit-il simplement. Mais il n'est pas le seul écrivain à se pencher en ce moment sur François Hollande. Lors du déplacement du candidat en Saône-et-Loire mercredi, c'est Dan Franck, dont le nom est tant et tant revenu dans la presse depuis le mois de mai dernier, car il est l'un des très proches de Dominique Strauss-Kahn, qui était de la partie. Télérama lui a commandé un portrait pour le mois de janvier. "Je soutiens publiquement la gauche", justifie Dan Franck. Mais surtout, le projet l'intéressait, car il vient d'écrire le scénario d'un feuilleton de 6 x 52 minutes, qui sera diffusé sur France 2 à partir de janvier. "Cela démarre par une visite d'usine, il y a un attentat. Le président est assassiné. Nathalie Baye et Bruno Wolkowitch s'affrontent pour lui succéder", confie-t-il. Cette fois, c'est bien de la fiction.