Hollande 2012
Follow
Find tag "Copé"
11.0K views | +0 today
Hollande 2012
François Hollande candidat à Présidence de la République / Running For President / 2012
Curated by Erwan Lescop
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

M. Valls : la règle d'or est un "piège grossier" pour "faire diversion"

M. Valls : la règle d'or est un "piège grossier" pour "faire diversion" | Hollande 2012 | Scoop.it

Manuel Valls (PS), chargé de la communication de campagne de François Hollande, a jugé mardi que "la règle d'or" renforcée est "un piège grossier" de la droite qui cherche "à faire diversion" alors que Nicolas Sarkozy est "paniqué" et "enfermé dans une impasse". "Nicolas Sarkozy est enfermé dans une impasse manifeste depuis hier avec la rencontre qu'il a eue avec Mme Merkel. De manière tout à fait paniquée, il lance des sujets type règle d'or ou union nationale", a affirmé M. Valls dans les couloirs de l'Assemblée. "Nous n'allons pas tomber dans le piège grossier d'un pouvoir et d'une droite qui, sans imagination, sans capacité de peser dans le débat, aujourd'hui cherche à faire diversion", a-t-il ajouté. "Pour être le garant de l'union nationale, il ne faut pas avoir divisé les Français pendant quatre ans (...). Quant à l'état des finances publiques, la responsabilité du pouvoir est engagée, il est un peu facile de tenter pendant la campagne d'en appeler à la règle d'or", a-t-il dit. Il a rappelé la position du candidat socialiste de proposer une loi de programmation des finances publiques après l'élection. Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, avait affirmé mardi que les socialistes étaient "à nouveau invités à la table des responsabilités" pour l'instauration d'une "règle d'or" budgétaire, prévue dans l'accord franco-allemand. Le ministre de l'Economie, François Baroin, avait indiqué que "la règle d'or" pourrait être soumise au vote du Congrès avant la présidentielle si une "fenêtre de tir" se présentait, interrogé sur les menaces qui pèsent sur le triple A français.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Copé : Hollande est passe du "malentendu à l'imposture"

Copé : Hollande est passe du "malentendu à l'imposture" | Hollande 2012 | Scoop.it

Jean-François Copé a déclaré que le candidat PS à la présidentielle, François Hollande, était passé du "malentendu" sur ses propositions à "l'imposture" puisqu'il "n'assume plus vraiment" les engagements qu'il a pris. "Je veux vraiment alerter les Français sur le caractère irresponsable des propositions faites par le PS (...) A chaque fois, ils disent que c'est une caricature mais ils ont bien signé un accord avec les Verts" qui prévoit notamment "la fermeture de 24 réacteurs" nucléaires, a déclaré le secrétaire général de l'UMP, invité du "Forum Radio J". François Hollande "a une difficulté énorme à piloter son bateau" et "ce n'est pas d'ailleurs un hasard si (Jean-Luc) Mélenchon, qui est pourtant son allié, parle de pilote de pédalo". "Je constate la difficulté qu'il a à conduire un projet clair pour la France et cela devient extrêmement préoccupant", a ajouté M. Copé. "Moi, j'ai dit, y compris dans la période des primaires où tout était beau et merveilleux au PS, qu'il y avait (un risque) qu'on soit dans une vraie imposture avec les Français. C'était un malentendu, c'est en train de devenir une imposture. Il a fait campagne sur des thèmes qu'aujourd'hui il n'assume plus vraiment", a-t-il insisté. "Sur la question du nucléaire, lorsqu'il dit que c'est une caricature, on est dans l'imposture absolue", a déclaré M. Copé. "Les socialistes se sont compromis dans un accord avec les Verts, qui en France sont beaucoup plus proches du gauchisme que de l'écologie, et ne l'assument pas. Pour donner le change, ils ont recours à l'injure, à l'insulte et aux amalgames", notamment vis-à-vis de Nicolas Sarkozy, a affirmé M. Copé.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Hollande attaché au droit de veto à l'ONU

Hollande attaché au droit de veto à l'ONU | Hollande 2012 | Scoop.it

François Hollande a affirmé sur BFM TV et RMC lundi matin qu'il n'y aurait pas de remise en cause du veto français à l'ONU s'il est président. "Tant que je serai dans la situation d'exercer la responsabilité de mon pays, si les Français me la confient, il n'y aura pas de remise en cause du droit de veto, de remise en cause unilatérale du droit de veto", a lancé le candidat socialiste à la présidentielle. Un paragraphe de l'accord PS-EELV sur des propositions à faire pour réformer l'ONU a suscité en fin de semaine dernière une vive polémique. Le texte dispose qu'en cas de victoire de la gauche "la France fera des propositions précises pour réformer et démocratiser l'ONU afin qu'elle structure un ordre juridique et normatif global : siège européen, suppression du droit de veto (dont bénéficient la France et les quatre autres membres permanents du Conseil de sécurité, NDLR), meilleure représentativité des pays du Sud au sein du Conseil de sécurité, renforcement du rôle des ONG""Il n'est pas question de remettre en cause le statut de membre permanent de la France au Conseil de sécurité de l'ONU, ni le droit de veto tant que le système international n'a pas profondément changé et évolué", avait déjà déclaré Pierre Moscovici, directeur de campagne de François Hollande. Il avait cependant admis : "Dans un monde idéal, il serait souhaitable qu'on revienne aux idéaux des fondateurs de l'ONU et à une plus grande démocratie." De ce fait, rien d'anormal à vouloir, "avec les Verts, poursuivre des idéaux et souhaiter des changements de long terme". Mais en attendant, il ne s'agit pas de renoncer unilatéralement à quoi que ce soit, a expliqué en substance l'ancien ministre. Côté écolos, la position semblait plus tranchée : pour la candidate EELV Eva Joly, le droit de veto de la France à l'ONU est "un privilège dépassé, réservé à quelques pays". Elle a proposé "une réforme fondamentale de l'ONU qui redonne toute sa place au multilatéralisme avec un siège européen au Conseil de sécurité qui permette à tous les pays européens de porter une politique étrangère commune". Et la numéro un des écologistes Cécile Duflot de qualifier d'"anachronique" le droit de veto de la France, "que, d'ailleurs, elle n'ose plus utiliser". Le président du MoDem François Bayrou, en se déclarant candidat à l'Élysée jeudi, a jugé "infiniment troublant" que l'on veuille gommer "la seule arme qui permette encore à la France d'être au rang des puissances majeures". La droite s'est, pour sa part, empressée de demander des comptes. La semaine dernière, le ministre de l'Intérieur Claude Guéant avait accusé François Hollande d'"organiser l'abaissement de la France". Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, lui a "solennellement" demandé de "sortir de l'ambiguïté". Le député UMP Jacques Myard, l'un des chefs de file de la Droite populaire, a accusé Cécile Duflot de se ranger "dans la catégorie des anti-France" et "les alliés de François Hollande" de faire "preuve de l'utopie la plus irresponsable"Pourtant, il semblerait que l'UMP ait, dans sa précipitation à contrer le PS, de nouveau la mémoire courte.... En effet, le rapport Laschet, adopté en 2004 par le Parlement européen, par le Parti populaire européen, auquel appartient l'UMP, proposait la même chose que l'accord PS-EELV. Parmi les votants, le député européen Brice Hortefeux a révélé Le Monde.fr.

more...
No comment yet.