Hollande 2012
Follow
Find tag "AAA"
10.8K views | +0 today
Hollande 2012
François Hollande candidat à Présidence de la République / Running For President / 2012
Curated by Erwan Lescop
Your new post is loading...
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

François Hollande : "La perte du AAA serait un échec de plus pour Nicolas Sarkozy"

Conférence de presse 15/12/2011 : extrait

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Fabius : «Nous ne continuerons pas la règle du 1 sur 2, mais nous n'augmenterons pas le nombre de fonctionnaires»

Fabius : «Nous ne continuerons pas la règle du 1 sur 2, mais nous n'augmenterons pas le nombre de fonctionnaires» | Hollande 2012 | Scoop.it

Ce matin [07/12], les ténors socialistes se sont exprimés dans les émissions matinales pour donner leur vision de la crise de la zone Euro. Si pour l'ensemble des caciques de gauche, le gouvernement est responsable de la situation économique de pays, Laurent Fabius, l'ancien premier ministre n'a pas manqué de distiller habilement quelques pistes du projet PS pour la présidentielle. Parmi ces annonces qui risquent bien de faire réagir, le fait que les socialistes ne comptent pas augmenter le nombre de fonctionnaires, alors qu'une des mesures-phares de François Hollande est de créer 60 000 postes dans l'éducation nationale. Par ailleurs, l'intervention du premier ministre François Fillon, la veille au soir au journal de 20 heures qui a exclu un troisième plan de rigueur n'a pas réussi à calmer les ardeurs de l'opposition à gauche. Michel Sapin, secrétaire national à l'économie du PS a lancé la première salve. Invité sur RTL chez Jean-Michel Apathie, il a assuré qu'il y a «dans la tête de François Fillon une vision de la France qui se dégrade». Selon lui, si «la France n'a plus de croissance» et qu'«elle est en récession», «le gouvernenement et le président de la République en porte une forte responsabilié». Le proche de François Hollande chargé de la rédaction du projet présidentiel, assure que ce nouveau contexte économique change la donne dans le programme du PS. « Il faut prendre en compte cette réalité », admet l'ancien ministre du gouvernement Jospin, mais avant de positiver. «J'espère bien que la France ne sera pas en récession pendant des dizaines d'années », assure-t-il. Michel Sapin, a également mis en garde contre un nouveau traité européen qui ne serait fait que de «procédures» pour «mettre en oeuvre que de l'austérité, sans solidarité». Quant à savoir si à l'avenir, François Hollande pourrait être engagé par ce nouveau traité. Le député de l'Indre a été très clair : «la seule chose qui engage, c'est un traité ratifié, pas un traité négocié».  Invitée sur France 2, Martine Aubry, la patronne du PS, a exhorté le président de République à «agir» contre la crise au lieu de «bavasser sur des règles juridiques pour faire plaisir aux agences de notation.» «J'aurais été rassurée si le Premier ministre avait dit qu'il allait enfin faire en sorte de sortir de la crise en supprimant des cadeaux fiscaux non financés qui expliquent une grande partie de nos déficits, et en aidant à la relance de la croissance», a affirmé la maire de Lille. Pas question non plus pour elle, de se rassurer après l'annonce du refus du troisième plan de rigueur. «On nous avait dit qu'il n'y aurait pas de second. Chacun sait que les promesses du président du gouvernement sont rarement tenues», attaque-t-elle. «Relancez la croissance, réduisez vos déficits, les avantages fiscaux accorés aux plus favorisés», a conclu Martine Aubry. Quelques minutes plus tard, Laurent Fabius a pris le relais, au rendez-vous RMC-BFM-TV. Invité chez Jean-Jacques Bourdin, l'ancien premier ministre n'a pas mâché ses mots. «La politique économique de la France a été menée en dépit du bon sens», a affirmé le député de Seine-Maritime. «Si on est menacé par la perte du triple A, c'est parce que la situation en France est mauvaise, déclare le socialiste, qui se défend «de jouer la politique du pire» «La vraie règle d'or c'est de gérer correctement les finances publiques aujourd'hui», a-t-il déclaré. Pour l'avenir, celui qui travaille actuellement avec d'autres experts sur le projet PS a donné quelques pistes à suivre, notamment sur le nombre de fonctionnaires. «Nous ne continuerons pas la règle du 1 sur 2, mais nous n'augmenterons pas le nombre de fonctionnaires», a-t-il annoncé. Même s'il concède qu'il n'a pas toujours été d'accord avec François Hollande dans le passé, il annonce qu'il jouera un rôle déterminant dans sa campagne : «je vais aller à l'étranger pour le représenter en février». Mais pas question d'adhérer à l'idée du traité européen porté par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel pour sortir de la crise. «Il faut aller vite alors qu'un traité ca met des mois et des années, il ne répond pas à l'urgence. Cela ne permet pas de relancer la croissance», a-t-il critiqué.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Les socialistes dénoncent un traité "de pure contrainte budgétaire pour plus tard" et "rien pour maintenant"

Les socialistes dénoncent un traité "de pure contrainte budgétaire pour plus tard" et "rien pour maintenant" | Hollande 2012 | Scoop.it

Les propositions de nouveau traité, conjointement lancées lundi 5 décembre par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel, n'ont fort logiquement pas convaincu les socialistes. A commencer par leur candidat François Hollande. "Face à une crise de confiance, ce n'est pas l'annonce d'un traité quel qu'il soit, à 17 ou à 27, qui peut être de nature à redonner aux citoyens et aux marchés une vision, explique au Monde M. Hollande. La réponse doit être immédiate. Ce qui est attendu par les marchés, c'est une intervention massive de la BCE [Banque centrale européenne], la mise en place des eurobonds ou un renforcement du fonds de stabilité financière qui deviendrait une banque. Aucune de ces mesures n'ayant été prise, l'annonce d'un traité ne peut être le règlement d'un problème immédiat." Pour le candidat socialiste, le traité pose "deux problèmes" : "Le premier, c'est que le traité ne pourra être ratifié que bien après la présidentielle. Le second, c'est qu'il n'y aura pas de majorité pour voter la révision constitutionnelle" qu'il implique. Argument repris par Jean-Marc Ayrault, président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale : "Nicolas Sarkozy est un président en fin de mandat qui fait campagne: il n'a pas la légitimité politique pour demander au Parlement actuel de modifier la Constitution." Pour le député et maire de Nantes, "face à la gravité de la crise, Nicolas Sarkozy montre une totale impuissance. Le traité qu'il propose va demander du temps". Voilà la principale critique adressée par les socialistes: l'incapacité présumée du dispositif Sarkozy-Merkel à faire face en temps et en heure à la gravité de la crise économique. "Un traité de pure contrainte budgétaire pour plus tard et rien pour maintenant", regrette Michel Sapin. Pour le conseiller de François Hollande, "malheureusement, il n'y a aucune surprise. Cela ressemble à un alignement complet, total et absolu sur la position de l'Allemagne". Les socialistes trouvent, dans les annonces du président français et de la chancelière allemande, la justification a posteriori de leurs récentes attaques sur l'hégémonisme allemand. "Si on dresse les colonnes crédit et débit, Mme Merkel rentre à la maison avec une victoire", résume Benoît Hamon. "Sur le fond, l'Allemagne voulait un nouveau traité, elle l'a", poursuit le porte-parole du PS, y ajoutant le contrôle moins avéré que pourrait exercer la Cour de justice européenne sur les parlements nationaux. Et de conclure : "Nicolas Sarkozy, je vois mal ce qu'il a à vendre. Pour la France, c'est une défaite, un KO." Sur la règle d'or, au chapitre de laquelle le chef de l'Etat a remis la pression sur le PS, "cette question sera traitée après l'élection présidentielle", rappelle François Hollande. Le candidat socialiste estime que "si la règle d'or était prévue, il ne s'agit plus de la même : elle est renforcée, c'est-à-dire qu'elle ne dit pas simplement que les budgets doivent être conformes aux engagements européens, mais ajoute des dates. Cela en dit long sur le caractère improvisé de ces annonces". "Incapable de la faire accepter par les Français, Sarkozy réimpose la règle d'or sous couvert de Merkel", estime Jean-Christophe Cambadélis, secrétaire national du PS à l'international. Quant aux menaces de dégradation de l'agence Standard and Poor's, "les agences ne pouvaient ignorer qu'il y avait une réunion qui se tenait ce lundi", indique M.Hollande, pour qui ces menaces "ne sont pas une réaction à l'accord mais à une situation qui dure depuis plusieurs semaines, avec un ralentissement de la croissance et des banques en situation difficile". Alors que pour M.Cambadélis, "Sarkozy et Merkel ne rassurent ni les peuples, ni les marchés".

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Triple A : Hollande ne "souhaite pas" la dégradation et dénonce "l'échec" de Sarkozy

Triple A : Hollande ne "souhaite pas" la dégradation et dénonce "l'échec" de Sarkozy | Hollande 2012 | Scoop.it

Au lendemain de l'avertissement de S&P, le candidat socialiste à la présidentielle, François Hollande, a affirmé mardi qu'il ne souhaitait "pas qu'il y ait une dégradation de la note de la France" par les agences de notation, tout en dénonçant "un échec de la politique conduite depuis cinq ans" par Nicolas Sarkozy." "Je ne souhaite pas qu'il y ait une dégradation de la note de la France, à la fois pour les Français, parce que ça voudrait dire que nous serions obligés les uns et les autres d'emprunter à des taux plus élevés, mais aussi parce que je pense à l'après-2012", a déclaré François Hollande sur France Inter. "Je ne veux rien dire qui puisse affaiblir la France au moment où elle affronte des difficultés, elle les affronte d'ailleurs depuis plusieurs années", a-t-il ajouté. Il a toutefois estimé que "la situation marque un échec de la politique qui est conduite depuis cinq ans" par le chef de l'État. Le député de Corrèze a notamment mis en cause "les plans successifs de rigueur, l'absence de soutien de l'activité" par le gouvernement qui ont abouti à "une croissance minimale au premier semestre 2012. Et donc le doute s'est installé sur l'affichage des perspectives de réduction des déficits" de la France. "D'autre part, a-t-il dit, notre système bancaire est fragile." Selon le candidat PS, "la France devrait d'ores et déjà reprendre les allègements fiscaux qui ont été consentis aux plus favorisés et qui n'ont pas été repris par les deux derniers plans dits de rigueur présentés par le gouvernement".

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Hollande fait le jeu de la défaite sur le triple A, dit Le Maire

"Bruno Le Maire a reproché dimanche à François Hollande de "jouer le jeu de la défaite" face aux marchés financiers par ses déclarations sur le triple A français. Le candidat socialiste pour l'élection présidentielle a estimé vendredi que les marchés financiers avaient déjà anticipé une dégradation de la note française sur les marchés obligataires. "Soit on fait le jeu de la spéculation, on est défaitiste, on fait comme François Hollande 'de toute façon c'est foutu, on n'y arrivera pas' et on se résigne à la défaite. Moi, je ne me résigne pas à la défaite", a déclaré le ministre de l'Agriculture sur Europe 1. "Je reproche à François Hollande, en tenant ce genre de propos, de se résigner à la défaite face aux marchés financiers. Je reproche à François Hollande de jouer le jeu de la défaite", a insisté Bruno Le Maire. Pour le ministre de l'Agriculture, "dans cette guerre-là, il faut choisir son camp et il faut tout faire pour sauver effectivement le triple A de la France. (...)"

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Hollande : les marchés ont « anticipé » une dégradation de la note française

François Hollande, candidat PS à la présidentielle, a « constaté que les marchés ont déjà anticipé » une dégradation de la note française, en commentant l’envoi par erreur jeudi soir d’une dégradation de la note française par l’agence Standard & Poor’s. M. Hollande, qui était interrogé vendredi par la presse, en marge d’un déplacement sur la commémoration du 11 novembre à Vienne-le-Château (Marne), a dit « ne pas souhaiter que la note de la France soit dégradée »Alors qu’on lui demandait s’il pensait que la France avait perdu son triple A, il a répondu : « Nous payons nos emprunts d’Etat avec un taux d’intérêt supérieur aux Allemands. D’une certaine façon, c’est comme si nous étions déjà dégradés »« Mais nous ne le sommes pas encore. Je ne souhaite pas que la note de la France soit dégradée. Je constate simplement que les marchés ont déjà anticipé », a poursuivi le candidat socialiste pour qui « dégradation ou pas de la note française, il y a une inquiétude que nous devons avoir : la France est mal gérée ».

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Hollande : si la France perdait son "triple A", "échec très grave" pour Sarkozy

Hollande : si la France perdait son "triple A", "échec très grave" pour Sarkozy | Hollande 2012 | Scoop.it

Le candidat PS à la présidentielle, François Hollande, a déclaré jeudi qu'il ne "souhaitait pas" la dégradation de la note de la France, mais a estimé que si cela arrivait, ce serait "un échec très grave pour Nicolas Sarkozy", lors d'un déplacement à Bondy (Seine-Saint-Denis). Alors que la France pourrait perdre son "triple A", la meilleure note possible, M. Hollande a assuré: "Je souhaite pour mon pays qu'il n'y ait pas cette dégradation". "Je ne veux pas laisser penser qu'il y aurait je ne sais quelle fatalité, d'autant que Nicolas Sarkozy nous a plusieurs fois dit que c'était son objectif, sa priorité: garder le triple A", a-t-il poursuivi. "Je veux croire donc que cet objectif sera tenu. S'il ne l'était pas, ce serait un échec très grave pour le président de la République, mais surtout ça aurait des conséquences tout à fait pénibles, coûteuses, pour l'Etat, et les Français." "Le prochain président de la République aurait là un héritage lourd à prendre et il y aurait des marges de manœuvres plus étroites encore", a estimé le candidat socialiste.

"Je ne fais pas de spéculation, je ne fais pas de pronostic, ce n'est pas moi qui ai dit que ce serait la perte d'un trésor national, ce n'est pas moi qui ait dit non plus que ce [ne] serait pas un cataclysme comme un membre éminent du gouvernement vient de le confesser", a-t-il ajouté, en référence aux propos du ministre des affaires étrangères, Alain Juppé. Selon lui, "ça a été clairement l'objectif fixé par Nicolas Sarkozy pour justifier deux plans d'ajustement ou de rigueur. Je ne veux pas croire que ces plans n'auraient servi à rien".

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

AAA : Wauquiez reproche à Hollande de "donner le sentiment malsain de de jouer contre le camp de la France"

AAA : Wauquiez reproche à Hollande de "donner le sentiment malsain de de jouer contre le camp de la France" | Hollande 2012 | Scoop.it

Non, non, vous ne rêvez-pas, Laurent Wauquiez a bien déclaré le 06/12 au soir ce qui suit à l'AFP...

Laurent Wauquiez, ministre de la Recherche, a reproché mardi à François Hollande, candidat socialiste à la présidentielle, ainsi qu'au PS de "donner le sentiment malsain de jouer contre le camp de la France" par leurs critiques de l'action du chef de l'Etat pour tenter de sauver la zone euro. "François Hollande et le PS ont du mal à ne pas se frotter les mains" à la perspective d'une dégradation de la note de la France envisagée par l'agence de notation Standard and Poor's, a déclaré à l'AFP le leader du collectif UMP de la Droite sociale. "François Hollande, une sorte de Iago (dans Othello), et le PS donnent le sentiment malsain de jouer contre le camp de la France", a poursuivi M. Wauquiez, leur demandant "d'arrêter d'attendre le salut des agences de notation""L'heure est à une trêve sacrée et à la défense de notre monnaie et non pas à saper la France", a ajouté le ministre.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Le projet de traité européen est «une illusion» selon Hollande

Le projet de traité européen est «une illusion» selon Hollande | Hollande 2012 | Scoop.it

François Hollande, tout juste rentré de Berlin où il a rencontré « ses camarades » du SPD allemand, était invité ce matin sur France Inter. L'occasion pour lui de donner son avis sur l'accord signé hier entre Nicolas Sarkozy et Angela Merkel et la menace de perte du triple A qui plane sur la France. Sa position : ne pas tirer sur les ambulances, même si la situation économique européenne est bel et bien au coeur de tous les débats de la campagne présidentielle. Pour autant, le candidat socialiste l'assure en début d'entretien. «Je ne vais pas faire de commentaires sur un pronostic», explique François Hollande qui asssure qu'il allait d'abord regarder «ce que feraient les agences de notations». Pour lui, les agences mettent l'accent sur le fait qu'il n'y a «pas assez de croissance» et sur «le systeme bancaire». «Cela marque un échec», mais «je ne souhaite pas un dégradation de la note de la France, car je pense a l'après 2012», explique François Hollande, tout en estimant que la France «devrait reprendre les allégements fiscaux» pour mettre fin à une inégalités face aux efforts réclamés aux Français pour échapper à la crise, car «les plus favorisés y ont échappé». Un raisonnement partagé par Pierre Moscovici, invité quelques minutes auparavant à la matinale de Canal +. «Je souhaite qu'elle (la France) garde son AAA», a déclaré le directeur de campagne. Pour le député du Doubs, lorsque cette note se dégrade, «notre dette coûte plus cher et les Français s'appauvrissent». Il y a vu une marque de «doute», de «défiance» vis-à-vis du pays, «plus menacé que les autres» puisque sa note pourrait baisser de deux crans. Pour lui, «l'annonce d'un traité comme remède d'une crise de gouvernance de la zone euro est une illusion». Et même si certains socialistes européens plaident pour la règle d'or, François Hollande se refuse toujours à la voter avant mai prochain, et répond ainsi à une des propositions lancées hier par Nicolas Sarkozy. «C'est quoi une règle d'or renforcée ?» s'interroge-t-il, tout en rappelant que son objectif s'il est élu est d'arriver «à l'équilibre des comptes en 2017». «La règle d'or, ce sera après l'élection présidentielle», conclut-il sur ce thème. Se projetant une nouvelle fois à l'horizon 2012, il assure : «Nicolas Sarkozy a divisé, je veux rassembler» tout en martelant que sa «responsabilité, c'est de faire gagner, de faire gagner la gauche».

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Hollande promet un effort budgétaire de 50 milliards

Hollande promet un effort budgétaire de 50 milliards | Hollande 2012 | Scoop.it

"François Hollande envisage un effort de 50 milliards d'euros de redressement budgétaire supplémentaire sur 2012 et 2013 pour réduire le déficit public à 3 %, a dit à Reuters une conseillère du candidat socialiste à l'élection présidentielle. Deux tiers viendraient de mesures fiscales, dont l'annulation du "paquet fiscal" de 2007, et un tiers d'économies, la répartition définitive pouvant aller jusqu'à moitié-moitié, a précisé l'économiste Karine Berger. "On parle de 50 milliards", a-t-elle déclaré. "On est un peu tôt dans la campagne pour donner des éléments précis, mais notre ligne est qu'il faut évidemment continuer un contrôle des dépenses extrêmement strict." L'accent sera mis sur le redressement des comptes de santé, avec un objectif de progression des dépenses d'assurance maladie nettement inférieur aux 2,5 % par an désormais prévus par le gouvernement, en mettant notamment les consultations médicales à contribution. Une fois le déficit ramené à 3 % du PIB fin 2013, le PS mènera une politique de croissance et équilibrera les comptes publics d'ici à 2017, consolidant la note "triple A" de la France auprès des agences de notation ou permettant de la retrouver si elle est dégradée, a ajouté Karine Berger. "Notre sujet, c'est : règlement des questions de finances publiques dès 2013 et croissance économique dans les quatre années qui suivent." (...)"

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

"AAA" : l'UMP fustige la «légèreté» de François Hollande 

"AAA" : l'UMP fustige la «légèreté» de François Hollande  | Hollande 2012 | Scoop.it

"(...) «Il faut garder sa sérénité», a répliqué Valérie Pécresse. «La gauche spécule sur l'aggravation de la situation et ce n'est pas très respectueux des Français à qui sont demandés des efforts», a ajouté la ministre du Budget, qui a expliqué que «la France sera au rendez-vous de ses engagements de réduction des déficits» et que l'Europe «a donné un satisfecit» aux nouvelles mesures de rigueur présentées par le gouvernement. «Ce sont des propos contraires à l'intérêt national, à l'intérêt de chacun de nos compatriotes, de nos entreprises et de nos salariés», a pour sa part jugé le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer. C'est, selon lui, «très inquiétant de la part d'un responsable politique qui prétend aux plus hautes responsabilités». «Il aurait mieux fait de tourner sept fois sa langue dans sa bouche», soupire de son côté Hervé Novelli. Pour le secrétaire général adjoint de l'UMP, les dernières déclarations de François Hollande sont «d'une grande légèreté». «Anticiper un tel événement, c'est soit le souhaiter, soit se tromper. Dans les deux cas, c'est désolant», estime Novelli. François Hollande n'est cependant pas le premier à juger que la France a déjà perdu de facto sa note triple A. «Ne nous faisons pas d'illusions : sur les marchés, la dette (française) n'est déjà plus AAA», avait ainsi estimé jeudi Jacques Attali. Une déclaration qui avait indigné la ministre du Budget, Valérie Pécresse. «Des propos de ce type sont irresponsables» , avait-elle répliqué."

more...
No comment yet.