Hollande 2012
Follow
Find tag "UMP"
11.0K views | +1 today
Hollande 2012
François Hollande candidat à Présidence de la République / Running For President / 2012
Curated by Erwan Lescop
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Retraites : Michel Sapin juge "raisonnable" le chiffrage de l'institut Montaigne

Retraites : Michel Sapin juge "raisonnable" le chiffrage de l'institut Montaigne | Hollande 2012 | Scoop.it

Michel Sapin, chargé du projet présidentiel de François Hollande, a qualifié lundi de "tout à fait raisonnable" le chiffrage de l'institut Montaigne, selon qui la mesure sur les retraites du candidat du PS coûtera un milliard d'euro la première année. "Un milliard d'euro la première année, c'est un chiffre tout à fait raisonnable", a déclaré M. Sapin, en référence au coût des mesures de François Hollande sur la retraite, évalué par le cercle de réflexion réputé libéral et dévoilé par le quotidien Les Echos lundi. François Hollande a réaffirmé mercredi au sujet de l'âge de départ à la retraite que s'il était élu en 2012, ceux ayant commencé à travailler tôt (18 ans ou avant) et ayant 41 annuités pourraient partir à 60 ans, mais que tout le reste serait négocié. "L'institut Montaigne d'une manière générale a fait des estimations qui sont parfaitement correctes de ce que François Holande a jusqu'à présent apporté", a ajouté M. Sapin. Le député de l'Indre s'est aussi félicité "des estimations (de l'institut) sur les quelques promesses qu'on a pu entendre chez le "candidat-président" comme par exemple la création de plusieurs dizaines de milliers de places de prison supplémentaires", en référence à une proposition de l'UMP de parvenir à 80.000 places de prison d'ici à 2017, "ce qui coûte plus cher que les créations de postes dans l'Education nationale", mesure de François Hollande décriée par la majorité. L'ancien ministre de l'Economie a par ailleurs jugé que le second chiffre annoncé par l'institut Montaigne, un coût de 5 milliards en 2017 pour la mesure sur le départ à la retraite, était "tenable à deux conditions : la première c'est qu'on ne veuille pas faire tout le reste, tout de suite. C'est la question des priorités (...). La deuxième condition, c'est qu'à chaque fois que quelque chose va coûter, il faudra mettre en place soit une recette du montant équivalent, soit une diminution des dépenses ailleurs".

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Belkacem : "Le projet zéro euro de l'UMP, un projet zéro croissance"

Belkacem : "Le projet zéro euro de l'UMP, un projet zéro croissance" | Hollande 2012 | Scoop.it
  • L'UMP a présenté jeudi 15 décembre la synthèse de son projet pour 2012. Najat Vallaud Belkacem, adjointe au Maire de Lyon et Porte parole de François Hollande, Bruno Le Maire a promis un projet à "zéro euro", cela vous parait-il possible ? Ce projet UMP est une entreprise de démolition qui continue. On est dans un Etat ruiné, la confiance des Français se dégrade… Voilà pour le bilan de Nicolas Sarkozy. Le programme dévoilé, c'est de l'austérité, de l'austérité et de l'austérité. Rien pour créer de l'emploi, c'est du fatalisme. Après avoir détruit beaucoup de choses, ils vont détruire les collectivités locales qui sont les mieux placées pour relancer la croissance, soutenir les PME, rendre accès aux services publics… 75% de l'investissement en France se fait par les collectivités. Leur projet à zéro euro revient à détruire les collectivités, le service public et l'emploi. C'est un projet à zéro croissance.
  • Ce projet implique un effort de 2 milliards d'euros par an pour les collectivités locales. Quelles seront les conséquences ? Ce projet risque de porter atteinte à l'emploi directement. Les conseils généraux, les villes, les départements n'auront plus les moyens d'assumer les services publics. Les collectivités sont la dernière digue de protection pour les plus fragiles. Ce projet vise à la faire sauter.
  • Selon Bruno Le Maire, en charge du projet présidentiel, "les collectivités locales ont depuis plusieurs années augmenté leurs dépenses de fonctionnement et n'ont pas fait les mêmes efforts que l'Etat". C'est faux ! C'est la technique habituelle : plus c'est gros plus ça passe ! Les collectivités sont tenues de présenter des budgets à l'équilibre contrairement à l'Etat qui a creusé le déficit de 600 milliards d'euros. Ce ne sont pas des économies mais un jeu de dupe. L'Etat s'est déjà beaucoup déchargé sur les collectivités, notamment avec la réforme de la taxe professionnelle. Le but c'est de les appauvrir encore davantage. Il faut au contraire une grande réforme fiscale pour redresser les comptes publics, et avec les marges dégagées investir notamment dans la croissance verte ou encore l'économie numérique…
more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

H. Guaino à propos de F. Hollande : "Ce n'est pas la gauche molle, c'est la gauche mollet"

H. Guaino à propos de F. Hollande :  "Ce n'est pas la gauche molle, c'est la gauche mollet" | Hollande 2012 | Scoop.it

"Ce n'est pas la gauche molle, c'est la gauche mollet", a lancé jeudi soir Henri Guaino, conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, lors d'une réunion publique à Vaujours (Seine-Saint-Denis) où il venait de comparer François Hollande à Guy Mollet "qui n'a jamais pris de décision". Devant plus de 600 personnes invitées par l'UMP 93 et son président le député-maire Eric Raoult, Henri Guaino a comparé le candidat du PS à la présidentielle, François Hollande, à Guy Mollet, "président d'un parti de notables" qui "n'a jamais pris de décision""Les primaires, c'est l'esprit de parti", "le marchandage tire la fonction présidentielle vers le bas", a-t-il insisté. Henri Guaino a également abordé la question de la crise économique alors que s'ouvrait le sommet européen de Bruxelles. "Les marchés n'imagineront pas, n'inventeront pas l'avenir à notre place", a-t-il dit. "Ce sont bien les politiques qui depuis trois ans, jour après jour, ont empêché que les marchés devenus fous, que l'argent fou, les traders (...) ne conduisent le monde à un désastre", a-t-il déclaré sous les applaudissements. Le conseiller du président s'est ensuite exprimé sur "l'intégration". "La République, c'est l'assimilation", a-t-il dit.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Hollande attaché au droit de veto à l'ONU

Hollande attaché au droit de veto à l'ONU | Hollande 2012 | Scoop.it

François Hollande a affirmé sur BFM TV et RMC lundi matin qu'il n'y aurait pas de remise en cause du veto français à l'ONU s'il est président. "Tant que je serai dans la situation d'exercer la responsabilité de mon pays, si les Français me la confient, il n'y aura pas de remise en cause du droit de veto, de remise en cause unilatérale du droit de veto", a lancé le candidat socialiste à la présidentielle. Un paragraphe de l'accord PS-EELV sur des propositions à faire pour réformer l'ONU a suscité en fin de semaine dernière une vive polémique. Le texte dispose qu'en cas de victoire de la gauche "la France fera des propositions précises pour réformer et démocratiser l'ONU afin qu'elle structure un ordre juridique et normatif global : siège européen, suppression du droit de veto (dont bénéficient la France et les quatre autres membres permanents du Conseil de sécurité, NDLR), meilleure représentativité des pays du Sud au sein du Conseil de sécurité, renforcement du rôle des ONG""Il n'est pas question de remettre en cause le statut de membre permanent de la France au Conseil de sécurité de l'ONU, ni le droit de veto tant que le système international n'a pas profondément changé et évolué", avait déjà déclaré Pierre Moscovici, directeur de campagne de François Hollande. Il avait cependant admis : "Dans un monde idéal, il serait souhaitable qu'on revienne aux idéaux des fondateurs de l'ONU et à une plus grande démocratie." De ce fait, rien d'anormal à vouloir, "avec les Verts, poursuivre des idéaux et souhaiter des changements de long terme". Mais en attendant, il ne s'agit pas de renoncer unilatéralement à quoi que ce soit, a expliqué en substance l'ancien ministre. Côté écolos, la position semblait plus tranchée : pour la candidate EELV Eva Joly, le droit de veto de la France à l'ONU est "un privilège dépassé, réservé à quelques pays". Elle a proposé "une réforme fondamentale de l'ONU qui redonne toute sa place au multilatéralisme avec un siège européen au Conseil de sécurité qui permette à tous les pays européens de porter une politique étrangère commune". Et la numéro un des écologistes Cécile Duflot de qualifier d'"anachronique" le droit de veto de la France, "que, d'ailleurs, elle n'ose plus utiliser". Le président du MoDem François Bayrou, en se déclarant candidat à l'Élysée jeudi, a jugé "infiniment troublant" que l'on veuille gommer "la seule arme qui permette encore à la France d'être au rang des puissances majeures". La droite s'est, pour sa part, empressée de demander des comptes. La semaine dernière, le ministre de l'Intérieur Claude Guéant avait accusé François Hollande d'"organiser l'abaissement de la France". Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, lui a "solennellement" demandé de "sortir de l'ambiguïté". Le député UMP Jacques Myard, l'un des chefs de file de la Droite populaire, a accusé Cécile Duflot de se ranger "dans la catégorie des anti-France" et "les alliés de François Hollande" de faire "preuve de l'utopie la plus irresponsable"Pourtant, il semblerait que l'UMP ait, dans sa précipitation à contrer le PS, de nouveau la mémoire courte.... En effet, le rapport Laschet, adopté en 2004 par le Parlement européen, par le Parti populaire européen, auquel appartient l'UMP, proposait la même chose que l'accord PS-EELV. Parmi les votants, le député européen Brice Hortefeux a révélé Le Monde.fr.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

"AAA" : l'UMP fustige la «légèreté» de François Hollande 

"AAA" : l'UMP fustige la «légèreté» de François Hollande  | Hollande 2012 | Scoop.it

"(...) «Il faut garder sa sérénité», a répliqué Valérie Pécresse. «La gauche spécule sur l'aggravation de la situation et ce n'est pas très respectueux des Français à qui sont demandés des efforts», a ajouté la ministre du Budget, qui a expliqué que «la France sera au rendez-vous de ses engagements de réduction des déficits» et que l'Europe «a donné un satisfecit» aux nouvelles mesures de rigueur présentées par le gouvernement. «Ce sont des propos contraires à l'intérêt national, à l'intérêt de chacun de nos compatriotes, de nos entreprises et de nos salariés», a pour sa part jugé le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer. C'est, selon lui, «très inquiétant de la part d'un responsable politique qui prétend aux plus hautes responsabilités». «Il aurait mieux fait de tourner sept fois sa langue dans sa bouche», soupire de son côté Hervé Novelli. Pour le secrétaire général adjoint de l'UMP, les dernières déclarations de François Hollande sont «d'une grande légèreté». «Anticiper un tel événement, c'est soit le souhaiter, soit se tromper. Dans les deux cas, c'est désolant», estime Novelli. François Hollande n'est cependant pas le premier à juger que la France a déjà perdu de facto sa note triple A. «Ne nous faisons pas d'illusions : sur les marchés, la dette (française) n'est déjà plus AAA», avait ainsi estimé jeudi Jacques Attali. Une déclaration qui avait indigné la ministre du Budget, Valérie Pécresse. «Des propos de ce type sont irresponsables» , avait-elle répliqué."

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Un dimanche à l'UMP : que dire ?

Un dimanche à l'UMP : que dire ? | Hollande 2012 | Scoop.it



C'est dimanche et l'UMP tente de s'occuper en cette journée paisible pour laquelle seuls la messe et Michel Drucker sont à l'agenda. C'est vrai, tout va bien en France et dans le Monde, comme chacun sait : on s'ennuie en somme, à en périr.

Et puis tout a déjà été dit sur la terrible, que dis-je, apocalyptique perte du triple A, l'alpha et oméga de tous les problèmes et des moyens de les résoudre. Au demeurant, suis-je bête, ce n'est désormais plus qu'un faux problème comme chacun sait : amen.

Alors, comme dirait Lénine, que faire  ? Rien : jusque là, cela ne change guère.

Alors que dire ?

Ne surtout pas trop réfléchir, faire appel aux réflexes pavloviens : normal, vous me direz, pour des pitbulls. Donc : moquer, rabaisser, insulter François Hollande, si possible au ras des pâquerettes et sans craindre de verser dans la fange : normal, vous me direz, cela ne change guère. Voici ce que certaines éminences de l'UMP ont ainsi... tenté de dire :

 

  • Nadine Morano a lu le JDD (enfin, a regardé les photos, point trop n'en faut, c'est dimanche, et c'est Nadine Morano) et a succombé à sa nouvelle addiction : entre deux macarons Ladurée, elle a offert à la France un nouveau tweet mémorable, qui vaudra à celui qui le comprendra un macaron gratuit : "#Hollande en photo dans le jdd entre des présentoirs de cartes postales en Italie.... A l'image de son déplacement !"... Que dire ?
     
  • Michèle Alliot-Marie faisait son grand retour politico-médiatique (c'est fou comme elle nous avait manqué) sur Europe 1 et n'avait pas grand chose... à dire. Sauf pointer avec une folle originalité "l'inexpérience totale" de "l'irresponsable" François Hollande, avec un argument chic et choc : "Il ne sait pas comment se passe un Conseil des Ministres"... Que dire ?
     
  • Christian Jacob était l'invité du "Forum" Radio J. Passons sur les éléments de langage habituels sur l'absence de CREDIBILITE (majuscules, pour bien se remémorer cette terrible absence) et retenons cette formule ciselée avec soin après une semaine de travail acharné : François Hollande est "le seul socialiste au monde [Oui, au MONDE, ne vous frottez pas les yeux] qui refuse les principes évidents d'économies et de réduction des déficits".... Que dire ?


Il n'est que 16H00. Le niveau s'élèvera-t-il jusqu'à ce soir ? Je n'y crois guère, mais si tel était le cas, mandez-moi un... "vas-y-dire".
 

Ite missa est / allez, la messe est dite.


Erwan Lescop
 

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

François Hollande clarifie sa position sur la retraite à 60 ans

François Hollande clarifie sa position sur la retraite à 60 ans | Hollande 2012 | Scoop.it

François Hollande a tenté mercredi de clore plusieurs jours de polémique avec la droite sur la retraite à 60 ans en confirmant la possibilité de départ à cet âge pour les personnes ayant commencé à travailler tôt et cotisé suffisamment. Les autres aspects du sujet - durée légale, décote, pénibilité -, feront l'objet de négociations ultérieures avec les partenaires sociaux, a précisé le candidat socialiste à l'élection présidentielle de 2012 en France. "Pour celles et ceux qui ont leur durée de cotisation, qui ont donc commencé tôt à travailler, 18 ans, et qui peuvent prétendre partir à la retraite à 60 ans, la première décision que je prendrai ira en direction de ceux-là", a-t-il déclaré à la presse en marge de la visite d'un centre Emmaüs à Paris. "Deuxième acte : une négociation avec les partenaires sociaux sur la durée légale, la décote, la pénibilité", a-t-il ajouté. Face aux accusations de "mensonges" de la droite, le candidat a assuré qu'il n'avait jamais dévié sur le sujet. "J'avais pris position sur cette question dans ce qu'on a appelé les primaires et je continue d'affirmer la même démarche. C'est toujours au nom de la justice", a-t-il dit. La proposition de François Hollande ouvre un droit nouveau par rapport au système actuel né de la réforme engagée par l'actuel gouvernement, qui a repoussé à 62 ans l'âge légal de départ à la retraite. Les salariés concernés sont les personnes ayant cotisé pendant 41,5 années, soit 166 trimestres. "Ce que dit François Hollande est une avancée sociale majeure par rapport à la réforme du gouvernement", a estimé Marisol Touraine, chargée des questions sociales dans l'équipe de campagne du candidat socialiste. L'UMP a reproché ces derniers jours à François Hollande de reculer par rapport à l'idée d'un rétablissement de l'âge légal de départ à la retraite à 60 ans défendue par le passé par certains dirigeants socialistes, et mentionnée dans le projet du PS adopté au printemps dernier.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

François Hollande demande une "intensification" de la lutte contre le sida

François Hollande demande une "intensification" de la lutte contre le sida | Hollande 2012 | Scoop.it

François Hollande, candidat du Parti socialiste à la présidentielle, a plaidé, mardi 29 novembre, pour une "intensification" de la mobilisation dans la lutte contre le sida et a, en particulier, réclamé la "généralisation" des centres de dépistage "sur le territoire""La lutte contre le sida doit continuer aussi bien en France qu'au plan international. Rien ne doit être relâché. Les moyens doivent être concentrés, la mobilisation doit être encore intensifiée, l'information diffusée, et tous les efforts de recherche amplifiés", a déclaré M. Hollande. Il intervenait lors des états généraux de l'association Elus locaux contre le sida (ELCS), avant de visiter un centre de dépistage rapide installé par l'association Aides et la Croix-Rouge dans une rue à proximité de l'Hôtel de Ville. "Le dépistage rapide a fait ses preuves (...) ces lieux de prévention, de dépistage et de soins doivent être généralisés sur le territoire." Pour favoriser la recherche, "rien ne doit être négligé sur la mobilisation du don", a-t-il dit. Aussi, "il ne peut être question de remettre en cause les mécanismes fiscaux qui permettent de rassembler des dons". Côté prévention, M. Hollande a plaidé pour "informer, et notamment dès l'école", pour mener parallèlement une "action ciblée en direction d'un certain nombre de personnes, notamment les personnes homosexuelles", et une action envers "un public spécifique – celui des prisons". M. Hollande a aussi appelé "Etat, collectivités locales" à "mobiliser les financements pour éviter que ceux touchés par la maladie puissent être exclus encore davantage" par les discriminations à l'emploi, au logement, au crédit et autres. Il veut aussi "rétablir l'aide médicale d'Etat [AME]" pour qu'"aucun risque ne soit encouru pour l'ensemble de la communauté nationale". Depuis plusieurs mois, cette aide dont peuvent bénéficier les personnes sans papiers est attaquée par l'UMP, qui disait encore récemment vouloir la "recentrer". Enfin, le vainqueur de la primaire socialiste a trouvé "dommage" que la taxe sur les billets d'avion instaurée par les présidents brésilien Luiz Ignacio Lula da Silva et français Jacques Chirac pour pouvoir acheter des médicaments "n'ait pas été relevée", privant ainsi la lutte contre la maladie de "financements qui nous seraient précieux aujourd'hui pour financer l'action internationale".

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Hollande et les sobriquets (blog G. Tabard - Les Echos)

Hollande et les sobriquets (blog G. Tabard - Les Echos) | Hollande 2012 | Scoop.it

"Luc Chatel, au grand jury hier soir, a comparé François Hollande à Babar et Nicolas Sarkozy à Asterix. Drôle de Match, non ? Oui, ce qui est étonnant c’est que François Hollande suscite à ce point les comparaisons et les images, pas toutes flatteuses, tant s’en faut. Laurent Fabius il y a dix ans, l’avait comparé à une fraise des bois. Luc Chatel le compare aujourd’hui au roi des éléphants. Arnaud Montebourg qui le soutient aujourd’hui l’avait rebaptisé Flamby ; ce n’était pas très flatteur. Sur un terrain politique, Martine Aubry avait joué, et perdu, la primaire en s’en prenant à la « gauche molle » incarnée par le député de la Corrèze. Cette fois que Jean-Luc Mélenchon qui l’affuble de qualificatif de « capitaine de pédalo dans la tempête ». Toutes ces images au mieux ironiques, au pire désobligeantes, visent toutes à une chose : mettre en cause la crédibilité, l’autorité, la stature, de celui qui est désormais le candidat socialiste à l’élection présidentielle. « Babar, disait ainsi Chatel hier soir, c’est l’histoire qu’on raconte aux enfants pour les endormir le soir ». L’inverse bien sûr du devoir de vérité qu’impose la crise. L’UMP, qui a réuni sa « cellule de riposte » à la veille du week-end du 11 novembre a décidé de pilonner Hollande avec cet angle d’attaque. C’est normal, après tout la gauche n’a jamais retenu ses coups contre Nicolas Sarkozy. La droite, à son tour ne va pas se gêner de prendre sa revanche d’autant qu’elle a un gros retard à rattraper. Le plus embarrassant pour François Hollande, ce sont les coups venant de ceux avec qui il devra former une majorité en cas d’élection. Il y a le problème avec les Verts sur le nucléaire, on va y venir. Mais il y a surtout Jean-Luc Mélenchon qui accuse le candidat PS d’avoir la « même analyse » de la crise que Nicolas Sarkozy et d’être une sorte de « Papandréou français » - ce n’est pas un compliment – et d’être « incapable de rassembler une majorité populaire ». il y a, comme toujours, de la posture dans le discours de Mélenchon mais le problème pour Hollande c’est que pour exister, le candidat du Front de gauche a besoin de se démarquer donc ses attaques risques d’être incessantes durant les mois qui viennent. (...)"

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Hollande veut contrer les attaques de la droite

Hollande veut contrer les attaques de la droite | Hollande 2012 | Scoop.it

Le candidat PS à la présidentielle est décidé à ne pas se laisser dicter sa conduite par l'UMP. François Hollande a remis au travail son conseil politique. En attendant que son équipe de campagne soit constituée, ses principaux soutiens à la primaire se réunissent trois fois par semaine à l'Assemblée. Selon les informations du Buzz politique d'Europe 1, ils réfléchissent à la façon de contrer l'UMP dont les ténors présentent leur champion comme un indécis. Laurent Wauquiez a ainsi parlé jeudi de "Monsieur Ptet ben que oui, Ptet ben que non". Pour les socialistes, il n'y a toutefois pas d'urgence à agir. "La droite met la pression sur François, mais il n'est pas président de la République que je sache. Ce n'est pas à lui quand même de régler la crise grecque", lance la député Aurélie Filipetti. Les lieutenants de François Hollande, dont Pierre Moscovici, François Rebsamen ou encore Bruno Leroux, se sont interrogés jeudi sur la façon la plus pertinente de montrer que le candidat suit au plus près les dossiers économiques, mais sans paraître fébrile. L'ancien ministre des Finances, Michel Sapin, a ainsi indiqué que François Hollande prendrait des initiatives "spectaculaires" en matière économique dès la semaine prochaine. "François doit proposer, pas seulement commenter, incarner un contrepoint à 'l'agité de Cannes'".

more...
No comment yet.