Hollande 2012
Follow
Find tag "Moscovici"
10.8K views | +2 today
Hollande 2012
François Hollande candidat à Présidence de la République / Running For President / 2012
Curated by Erwan Lescop
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Le QG de campagne de Hollande avenue de Ségur, dans le VIIe à Paris

Le QG de campagne de Hollande avenue de Ségur, dans le VIIe à Paris | Hollande 2012 | Scoop.it

L'équipe de campagne de François Hollande prendra ses quartiers définitifs début janvier avenue de Ségur dans le VIIe arrondissement de Paris, a indiqué à l'AFP Pierre Moscovici le directeur de campagne du candidat PS, confirmant une information du Monde.fr. Le QG, d'environ 1.000 m2, est situé au 59 avenue de Ségur, dans l'immeuble qui abritait le Haut commissariat aux Solidarités actives de Martin Hirsch, a détaillé M. Moscovici, précisant que le bail avait été signé ce mercredi. "C'est un local sans ostentation, de taille tout à fait humaine pour un siège de campagne. Il est conçu pour être fonctionnel et permettre à une équipe de travailler de manière opérationnelle et conviviale", a-t-il expliqué, soulignant également qu'il n'était pas trop éloigné de l'Assemblée nationale et du siège du PS. Le député du Doubs a précisé que le bailleur était "la caisse de sécurité sociale des mines""On a choisi un local à taille humaine et à coût raisonnable, le moins onéreux possible", a-t-il aussi fait valoir. Dans un premier temps, l'équipe de campagne du candidat PS avait envisagé de s'installer au 103 rue de Grenelle (VIIe arrondissement) dans un luxueux immeuble, mais c'était "beaucoup, beaucoup trop cher", a expliqué M. Moscovici. Pour le moment, et dans l'attente de l'installation avenue de Ségur, le QG est provisoirement installé rue de l'Arcade, près de la Madeleine dans le VIIIe.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Campagne Hollande 2012 : 1er "conseil politique" bimensuel ce 13/12 avec le PS et le PRG

Campagne Hollande 2012 : 1er "conseil politique" bimensuel ce 13/12 avec le PS et le PRG | Hollande 2012 | Scoop.it

Un lieu de coordination entre le parti et l'équipe du candidat. Voilà comment les dirigeants socialistes définissent le rôle du conseil politique de la campagne de François Hollande qui se tient pour la première fois aujourd'hui au siège du PS. Coprésidé par deux anciens concurrents de François Hollande, Martine Aubry et Jean-Michel Baylet, cette instance réunit les membres du bureau national (sorte de gouvernement du PS) auquel se grefferont des proches du candidat. « Il s'agit avant tout de discuter ensemble des thèmes de campagne », glisse Safia Otokoré, chargée de mission auprès du directeur de campagne, Pierre Moscovici. L'essentiel est également de donner un rôle actif aux cadres du PS et notamment à Martine Aubry, qui a affirmé à plusieurs reprises sa loyauté envers Hollande. Le divorce entre Ségolène Royal et le parti avait été une des principales failles de 2007. « Ce conseil politique permet de reconnaître à leur juste valeur les instances dirigeantes du PS, mais ce sera également un lieu privilégié d'écoute pour François Hollande, qui pourra ressentir les humeurs », résume Bruno Le Roux, porte-parole du candidat. Cette instance se réunira a priori une fois tous les quinze jours, en alternance avec le bureau national.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Le projet de traité européen est «une illusion» selon Hollande

Le projet de traité européen est «une illusion» selon Hollande | Hollande 2012 | Scoop.it

François Hollande, tout juste rentré de Berlin où il a rencontré « ses camarades » du SPD allemand, était invité ce matin sur France Inter. L'occasion pour lui de donner son avis sur l'accord signé hier entre Nicolas Sarkozy et Angela Merkel et la menace de perte du triple A qui plane sur la France. Sa position : ne pas tirer sur les ambulances, même si la situation économique européenne est bel et bien au coeur de tous les débats de la campagne présidentielle. Pour autant, le candidat socialiste l'assure en début d'entretien. «Je ne vais pas faire de commentaires sur un pronostic», explique François Hollande qui asssure qu'il allait d'abord regarder «ce que feraient les agences de notations». Pour lui, les agences mettent l'accent sur le fait qu'il n'y a «pas assez de croissance» et sur «le systeme bancaire». «Cela marque un échec», mais «je ne souhaite pas un dégradation de la note de la France, car je pense a l'après 2012», explique François Hollande, tout en estimant que la France «devrait reprendre les allégements fiscaux» pour mettre fin à une inégalités face aux efforts réclamés aux Français pour échapper à la crise, car «les plus favorisés y ont échappé». Un raisonnement partagé par Pierre Moscovici, invité quelques minutes auparavant à la matinale de Canal +. «Je souhaite qu'elle (la France) garde son AAA», a déclaré le directeur de campagne. Pour le député du Doubs, lorsque cette note se dégrade, «notre dette coûte plus cher et les Français s'appauvrissent». Il y a vu une marque de «doute», de «défiance» vis-à-vis du pays, «plus menacé que les autres» puisque sa note pourrait baisser de deux crans. Pour lui, «l'annonce d'un traité comme remède d'une crise de gouvernance de la zone euro est une illusion». Et même si certains socialistes européens plaident pour la règle d'or, François Hollande se refuse toujours à la voter avant mai prochain, et répond ainsi à une des propositions lancées hier par Nicolas Sarkozy. «C'est quoi une règle d'or renforcée ?» s'interroge-t-il, tout en rappelant que son objectif s'il est élu est d'arriver «à l'équilibre des comptes en 2017». «La règle d'or, ce sera après l'élection présidentielle», conclut-il sur ce thème. Se projetant une nouvelle fois à l'horizon 2012, il assure : «Nicolas Sarkozy a divisé, je veux rassembler» tout en martelant que sa «responsabilité, c'est de faire gagner, de faire gagner la gauche».

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Hollande appelle la gauche à ne pas "ranimer des relents anti-allemands"

Hollande appelle la gauche à ne pas "ranimer des relents anti-allemands" | Hollande 2012 | Scoop.it

Pierre Moscovici, directeur de campagne de François Hollande, a déclaré vendredi à l'AFP que pour le candidat PS à la présidentielle, "la gauche ne doit pas, en aucune façon, ranimer des relents et des sentiments anti-allemands", en référence aux débats actuels autour de la zone euro. "Le couple franco-allemand est plus que jamais nécessaire pour sortir de la crise en Europe", a souligné M. Moscovici, ajoutant que "François Hollande en est convaincu et le dira dès dimanche à Berlin au congrès du SPD [Parti socialiste allemand] dont il est l'invité". Plus tôt dans la journée, le ministre des affaires étrangères, Alain Juppé, a dénoncé dans un communiqué "les socialistes" qui "prennent les risques de ressusciter en France les vieux démons de la germanophobie", et ce "par pure tactique politicienne, avec pour seul objectif l'affaiblissement du président français". Dans le cas d'espèce, M. Juppé s'est essentiellement attaqué aux propos tenus par le député de Saône-et-Loire Arnaud Montebourg : "'Nationalisme allemand', 'politique à la Bismarck', 'droite prussienne'. L'emploi de ces termes fait froid dans le dos. Il est honteux, par hargne partisane, de fragiliser notre acquis le plus précieux : la réconciliation, l'amitié franco-allemande." Le ministre a aussi critiqué "les dirigeants socialistes [qui] accusent la France de se mettre à la remorque de l'Allemagne. Par exemple, François Hollande qui déclare : 'Depuis plusieurs mois, c'est Mme Merkel qui décide et M. Sarkozy qui suit'. Non seulement c'est faux – et il sera facile de le démontrer – mais c'est irresponsable". Vendredi, le député PS de Paris Jean-Marie Le Guen a répondu au communiqué de M. Juppé en affirmant que "dénoncer la politique aveugle et égoïste de la droite allemande et regretter que le président de la République n'ait ni la force ni la lucidité de s'y opposer est non seulement un devoir national mais aussi l'expression de l'espoir d'une autre politique européenne enfin dégagée de ses oripeaux idéologiques". La semaine dernière, M. Le Guen avait affirmé que la rencontre entre Nicolas Sarkozy et Angela Merkel sur la crise de l'euro, c'était "Daladier à Munich". Arnaud Montebourg, troisième homme de la primaire du Parti socialiste, avait plaidé mercredi en faveur d'une confrontation dure avec Angela Merkel qu'il a accusée d'être en train de "tuer l'euro" et de mener "une politique à la Bismarck", en référence au chancelier allemand qui a vaincu la France en 1870. Le soir même, face aux prises de distance de plusieurs membres du PS, dont François Hollande, M. Montebourg avait précisé : "Ce n'est pas l'Allemagne que j'accuse, c'est l'annexion par la droite prussienne de la droite française que je condamne." Il a ensuite développé son propos dans une tribune publiée sur le site Rue89.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Pierre Moscovici plaide pour les centres fermés, Valls pointe les risques de récidive

Pierre Moscovici plaide pour les centres fermés, Valls pointe les risques de récidive | Hollande 2012 | Scoop.it

Pierre Moscovici, directeur de campagne du candidat PS à l'Elysée François Hollande, a estimé lundi, en évoquant le cas de l'assassin présumé d'Agnès en Haute-Loire, que "quand un mineur est dans cette situation-là, il faut des centres fermés".

Le député du Doubs a jugé, comme l'a fait lundi matin aussi Manuel Valls, autre pilier de la campagne de M. Hollande, que cette affaire posait la question du suivi des risques de récidive. Il faut "se garder de toute forme de récupération politique, mais réfléchir uniquement sur ce qui a pu engendrer un tel drame, une telle monstruosité", a déclaré M. Moscovici sur Europe 1. Il y a "sans doute un défaut d'information de l'établissement scolaire -un point à éclaircir- mais, en même temps, il ne faut pas mettre sur l'institution scolaire ce qu'elle ne peut faire", a-t-il ajouté. Autre point à vérifier selon lui : "Il n'y a pas eu d'évaluation suffisamment fine, forte, de la récidive." "D'autres pays ont des dispositifs mieux calibrés que le nôtre", a relevé Pierre Moscovici, une allusion au Canada notamment. Invité à détailler les propositions de son parti sur ce sujet, le directeur de campagne du candidat socialiste a lancé : "C'est trop sérieux pour ramener au projet du PS dans l'heure." Cependant, a-t-il assuré, "il y aura dans le projet présidentiel de François Hollande des dispositions extrêmement précises". "Quand un mineur est dans cette situation-là, il faut des centres fermés", a estimé par exemple Pierre Moscovici. Mais "il faut éviter la récupération politique", a-t-il martelé. "Je ne vais pas, moi, dire que le pouvoir sur ce terrain est en échec grave", a-t-il ajouté. Sur France 2, Manuel Valls s'est pour sa part dit convaincu qu'"on va nous dire bientôt qu'il n'y avait peut-être pas les moyens nécessaires pour le suivi de ce criminel". Le député-maire d'Evry a exprimé sa "compassion à l'égard de cette famille qui cherche l'explication": "pourquoi ce jeune garçon, ce criminel, a-t-il été mis dans un collège normal, même si c'était un internat ?". Le garde des Sceaux et le ministre de l'Education doivent "savoir pourquoi il y a eu ce type de dysfonctionnement""Même si, évidemment, il faut éviter toute exploitation politique de cette affaire, nous n'avons pas, comme au Canada par exemple, le dispositif qui permet d'éviter cela et permet de contrôler les délinquants sexuels", a-t-il observé. "Je ne voudrais pas que de la réunion autour du Premier ministre cet après-midi, on nous ressorte une nouvelle loi, une nouvelle exploitation de cette situation", a averti M. Valls. "Ce qu'il faut changer, c'est tout le système mais ça se fait en regardant de près ce qui fonctionne ou dysfonctionne. Nous avons voté 17 ou 19 lois qui concernent la sécurité et la justice depuis 2002. Avec quels résultats ?". "Les Français se rendent compte de cet échec", a lancé le député, relevant que "Nicolas Sarkozy a voulu à satiété incarner le sujet" de la sécurité.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Pour sa campagne, M. Hollande veut éviter de reproduire les erreurs de 2007

Pour sa campagne, M. Hollande veut éviter de reproduire les erreurs de 2007 | Hollande 2012 | Scoop.it

"Plus question d'improviser. L'expérience des campagnes présidentielles passées a nourri la réflexion de François Hollande et de ses proches. "Nous avons regardé ce qui avait été fait depuis 1981, résume Pierre Moscovici, son directeur de campagne. Ce qui a marché ou non chez nous, ce qu'ont fait nos adversaires. Nous avons tiré les leçons des échecs." Le candidat socialiste de 2012 entend se prémunir contre le défaut de coordination entre le PS et son candidat, qui avait gêné Lionel Jospin en 2002 et s'était transformé en gouffre béant avec Ségolène Royal en 2007, en bâtissant une relation privilégiée avec Martine Aubry. Il veut aussi se protéger contre certaines errances et bévues alors commises, en partie liées à des défauts de préparation (...)"

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

En s'attaquant à Hollande, Mélenchon sert la droite selon Moscovici

En s'attaquant à Hollande, Mélenchon sert la droite selon Moscovici | Hollande 2012 | Scoop.it

Le député PS Pierre Moscovici a estimé dimanche que le leader du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon servait "la droite ou l'extrême droite" en s'attaquant comme il l'a fait à François Hollande, qu'il a traité de "capitaine de pédalo" dans une "saison des tempêtes""La déclaration de Jean-Luc Mélenchon m'a choqué", a déclaré sur Radio J l'élu du Doubs, proche de François Hollande. "C'est une faute. Cette idée reprend le thème de la droite, "le marin d'eau douce"... Elle est vraiment à côté de la plaque", a déclaré M. Moscovici. "François Hollande est un homme qui garde son rythme, qui sait où il va, il est expérimenté, il a le sens de l'Etat. Ce n'est pas, contrairement à Nicolas Sarkozy, un leader brutal (...) c'est un homme qui veut rassembler. Et vouloir rassembler, ce n'est pas manquer de fermeté", a-t-il poursuivi. Pierre Moscovici reproche aussi à Jean-Luc Mélenchon d'attaquer François Hollande comme un "candidat du système". "Cette rhétorique est une rhétorique classique, qui n'est pas toujours de gauche, celle de "l'UMPS""Quand on est comme Jean-Luc Mélenchon un candidat de gauche, on ne parle pas ainsi du candidat du PS, parce que ce faisant qui sert-on, sinon la droite ou l'extrême droite ?", a-t-il dit.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Hollande donne du temps au temps

Hollande donne du temps au temps | Hollande 2012 | Scoop.it
  • Plus mitterrandien que jamais, le candidat socialiste ne veut pas courir derrière Nicolas Sarkozy ni précipiter son entrée en campagne. Il a regardé celui qu’il appelle le "Président sortant" et Barack Obama sur l’écran d’un ordinateur portable dans un bureau du club house du stade de Brive, vendredi soir. François Hollande assume ce côté "drôle d’endroit pour une réponse". Le candidat socialiste ne veut pas jouer au président. "Chacun doit être à sa place, confie-t-il au JDD. Je n’allais pas inventer un contre-G20 ou participer à une contre-manifestation. Je ne vais pas demander à rencontrer Barack Obama. Je suis candidat, auteur et président du conseil général. La Foire du livre de Brive est une des manifestations les importantes de l’année en Corrèze. Je suis donc à ma place." Le monde est en crise, la zone euro au bord du chaos et François Hollande est sur ses terres corréziennes, au conseil général, à un match de rugby et à cette Foire du livre de Brive-la-Gaillarde. Le candidat sait ce qu’il doit à cette terre qui a donné d’autres présidents à la France. Il ne veut pas brûler les étapes, de peur de se brûler les ailes. Sa seule présidence, c’est celle du conseil général, il la revendique : "Je fais le travail que les électeurs de Corrèze m’ont demandé, assume le candidat. Vendredi, je présidais une séance, je m’occupais des terres agricoles, des déplacements scolaires. Si je ne le faisais pas, les Corréziens seraient en droit de me demander de démissionner." Hollande fait le job que ses électeurs lui ont confié et il aime ça. Samedi, il a passé des heures à dédicacer son livre, Le Rêve français, au stand de son éditeur, Privat. Et chaque lecteur repartait avec son petit mot personnalisé. "C’est leur feuille de route pour 2012", s’amuse le candidat, qui griffonne "À Émilie, une amie de l’Aveyron qui attend avec impatience le changement… en 2012" ou "Rendez-vous en 2012" ou "En attendant avec espoir 2012". Il sourit pour les photos et n’oublie jamais que chaque voix comptera en mai prochain. À Michèle, qui lui demande "la dédicace du futur président", il répond : "Vous êtes à la bonne adresse." À tous, Hollande lance : "Continuez le travail, ce qu’il faut c’est gagner, même d’un point." Ici, il n’y a que des fans, convertis de la première ou de la dernière heure. Une brune, la cinquantaine tend son livre : "Vous m’avez parfois profondément agacé, mais là, je suis conquise. Je suis profondément amoureuse de ce qui se passe en ce moment, j’espère vous dire bientôt Monsieur le Président", il acquiesce. Partout où il passe, Hollande pense à la présidentielle. Et même si la primaire est désormais derrière lui, il n’a rien oublié. Vendredi soir, les allées de la Foire du livre semblent bien étroites tant les auteurs comme les lecteurs veulent voir le "président normal". Et Hollande savoure ce bain de foule, posant pour tous les portables qui se tendent. Et vérifiant que les photos sont réussies. À une dame déçue, qui dit qu’"elle est floue", le candidat malicieux lance : "Refaites-la, il y en a qui disent que je suis flou, faites-la nette et dure."
  • François Hollande prend son temps, il n’a pas encore de locaux de campagne, peaufine sa future équipe et veut maîtriser cet entre-deux, avant de se lancer en janvier dans la présidentielle "C’est une période de transition, de préparation et de réactivité, il faut réfléchir et agir, préparer et parler, arbitrer." Il sait que la bataille face à Nicolas Sarkozy sera plus âpre que les sondages le laissent penser aujourd’hui. Il assume cette étrange période : "Je n’allais pas me lancer dans une campagne présidentielle avant l’heure. J’ai un projet à caler, des équipes à organiser, des solidarités à cimenter. Laurent Fabius m’a remis son rapport sur la première année. J’aurai encore à travailler. Je rencontre mercredi prochain des économistes pour prendre toute la mesure de ce que nous vivons. Je vois des philosophes, je voulais cette période." Dans deux semaines au plus tard, François Hollande aura constitué son équipe présidentielle, l’armature ne sera pas très différente de celle de la primaire, mais elle sera plus large. "On précisera des fonctions, annonce-t-il. Et j’appellerai un préfet pour gérer les questions d’organisation, de déplacements, de sécurité. Ce sera un secrétaire général de campagne, à côté d’un directeur de campagne politique." Ce dernier devrait être Pierre Moscovici, comme dans la primaire. L’équipe Hollande sera plurielle, intégrant des proches de ses adversaires de la campagne interne. "Je veux que chacun et chacune trouve sa place. Après dix ans d’opposition et vingt-trois ans sans président de gauche, toutes les générations du PS veulent gagner." Vendredi, il célébrera le 11-Novembre et fera d’ici à Noël, quelques déplacements à l’étranger. "J’irai sûrement aux États-Unis puisque j’y suis invité. J’irai en Allemagne au congrès du SPD et à Bruxelles puisque le moment et le lieu le justifient." François Hollande ne peut se tenir trop loin de la crise économique.
more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

F. Hollande : "Cela abîme la République" (Karachi)

F. Hollande : "Cela abîme la République" (Karachi) | Hollande 2012 | Scoop.it

"Selon le favori de la course à la candidature à gauche, "cette découverte qu’il existerait une sorte de cabinet noir de l’Elysée, qui ferait pression sur les juges, cela abîme la République (...) Tout cela éloigne de l’enjeu démocratique". François Hollande a ensuite promis de "sortir" de ce système : "il faudra en sortir après 2012 (…) je ne veux rien dire sur le plan judiciaire, rien dire qui puisse être interprété comme une condamnation avant l'heure", a-t-il continué avant de lancer que "ce climat, le règne des intermédiaires, les commissions, c'est tout ce que nous devons proscrire pour l'avenir". Son coordinateur de campagne, Pierre Moscovici a, lui, affirmé qu’ »il faudra bien" que le président "s'explique". "C'est en train de devenir une affaire d'Etat politico-financière", a-t-il estimé jeudi sur Canal +."

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Hollande appelle à ''la combativité''

Hollande appelle à ''la combativité'' | Hollande 2012 | Scoop.it

François Hollande a appelé ce soir [13/12] à "la mobilisation" des socialistes face à la droite lors de la première réunion de son conseil politique de campagne, réuni au siège du PS, rue de Solférino. Lors d'une intervention liminaire, le candidat socialiste à la présidentielle a appelé à une "combativité forte" de ses équipes "face à une droite dont on sent bien qu'elle est en train de monter le ton" avec "des attaques permanentes, personnelles à un niveau tout à fait indigne du débat démocratique", a rapporté Pierre Moscovici, son directeur de la campagne, lors d'une conférence de presse, à l'issue de la réunion. M. Hollande est arrivé et reparti de la rue de Solférino en évitant la presse. "La droite est en train de franchir chaque jour un pas supplémentaire dans la virulence de ses attaques" mais "elle n'a aucune leçon à nous donner", a déclaré M. Moscovici citant "les affaires" Karachi, Bettencourt et Takkiedine. "Nous rendrons coup pour coup" et "avec énormément de fermeté", a prévenu le député du Doubs, accusant le gouvernement et l'UMP "de plonger la campagne dans le caniveau". Au programme de la réunion figuraient l'accord de Bruxelles et le patriotisme industriel, qui fait désormais partie des thèmes majeurs de la campagne du candidat PS. Il y avait aussi la clarification sur l'âge de départ à la retraite, après les propos de François Hollande. "La position qui est celle du bureau national, de François Hollande, de Martine Aubry, de tout le monde c'est que, sans attendre la négociation, nous commencerons par permettre tout de suite à ceux qui ont commencé à travailler tôt de partir avec une retraite pleine parce qu'ils ont cotisé assez", a déclaré à la presse le porte-parole du PS Benoît Hamon, après la réunion. "Ensuite, ce qui doit être soumis à la négociation avec les syndicats et le patronat, c'est le montant de la décote qui se déclenche à partir de la retraite à 60 ans dès lors qu'on n'a pas assez d'annuités de cotisations pour partir avec une retraite à taux plein", a-t-il expliqué. Le conseil politique rassemble une cinquantaine de personnes : membres du Bureau national du PS, de l'équipe de campagne du candidat, ainsi que des représentants du partenaire PRG. Il est présidé par la première secrétaire du PS Martine Aubry, secondée par le président du Parti radical de gauche Jean-Michel Baylet, tous deux ex candidats à la primaire.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Moscovici assure à ses amis que François Hollande «sait où il va»

Moscovici assure à ses amis que François Hollande «sait où il va» | Hollande 2012 | Scoop.it

En mai dernier, ils s’étaient déjà réunis au Sénat. Ces strauss-kahniens préparaient l’atterrissage de DSK. Aujourd’hui, tout a changé. Le printemps semble si loin. Mais les amis de Pierre Moscivici, rassemblés au sein de son courant « Besoin 2 gauche », se sont à nouveau retrouvés au restaurant de la Haute assemblée, ce midi à l’heure du déjeuner. Environ 70 personnes, députés, sénateurs et militants. « On avait besoin et envie de se voir », explique la sénatrice PS du Puy-de-Dôme, Michèle André. Gilles Finchelstein, directeur de la fondation Jean-Jaurès, qui a été l’un des plus proches conseillers de DSK, est passé pour le café. Seule différence aujourd’hui – et de taille – l’ambition a changé de nom : il faut faire gagner François Hollande. Pierre Moscovici est devenu son directeur de campagne. C’est pourquoi « la réunion était élargie aux hollandais et aux aubrystes », précise le sénateur François Patriat, présent. « Chacun a fait remonter le ressenti du terrain ». Les élus avaient-ils besoin d’être rassurés sur le rythme de campagne du candidat PS ? Toujours est-il que « Pierre a dit que François Hollande traçait son sillon. Qu’il savait où il allait. Il a une ligne », rapporte François Patriat, chargé des questions de ruralité pour la campagne. « Il a dit qu’on ne va pas tout mettre dans les premiers jours de la bataille », complète Michèle André, « il faut se préparer pour mener une bataille sereine. Se préparer sur les équipes, les thématiques principales. On est dans la préparation de fond ». La sénatrice, chargé de plancher sur les questions d’égalité professionnelle homme-femme pour le programme d’Hollande, compare le rythme d’une campagne à celui d’un « marathon ». « Tout ceux qui le pratiquent disent que le plus dure, ce sont les derniers kilomètres, voire les derniers mètres. Il vaut mieux y aller avec toutes les forces au début. Il faut se préparer avant et minutieusement ». Devant les participants, Pierre Moscovici a aussi souligné qu’il était dommage que certains aient tenu des propos « pas adaptés » vis à vis de l’Allemagne… Le directeur de campagne a rappelé qu’il était utile que chacun fasse attention aux propos qu’il tenait. Dans un marathon, les couacs internes sont déconseillés.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Moscovici : "manipulation grotesque" de l'Elysée anti-PS sur l'Allemagne

Moscovici : "manipulation grotesque" de l'Elysée anti-PS sur l'Allemagne | Hollande 2012 | Scoop.it

Pierre Moscovici, directeur de campagne de François Hollande, a dénoncé lundi une "manipulation grotesque engendrée à l'Elysée" pour attaquer le PS sur une germanophobie qu'il conteste. Comme on lui demandait sur LCI s'il condamnait les comparaisons historiques - Daladier, Bismarck, la flotte française sabordée à Toulon - avancée par certains de ses collègues, le député du Doubs a répondu : "ils ont exprimé avec leur mots le rejet d'une politique franco-allemande menée par Nicolas Sarkozy dans une situation de grave faiblesse""La seule chose que je condamne aujourd'hui, c'est cette manipulation grotesque engendrée à l'Elysée par Nicolas Sarkozy, développée par François Fillon au gouvernement", a accusé le responsable socialiste. "Ils tentent un discrédit de la gauche, on sait que François Hollande propose, lui, une stratégie ambitieuse", a-t-il plaidé alors que le candidat PS à l'Elysée s'est rendu à Berlin pour s'exprimer devant le SPD. "Il dira ce que chacun sait, c'est que les socialistes sont attachés à la relation franco-allemande. Les images les plus fortes ont été celles d'Helmut Kohl et François Mitterrand main dans la main à Verdun en 1984 ou celle de François Mitterrand au Bundestag. C'est dans cette tradition-là que nous nous inscrivons", a poursuivi l'élu PS. Alors que le Premier ministre a demandé dimanche à François Hollande de faire cesser une "dérive stupide aux relents germanophobes", M. Moscovici a tranché : "On n'a pas entendu de commentaires germanophobes au PS et François Fillon ferait mieux de se taire et de faire son travail" au lieu de "donner ce genre de leçons". M. Moscovici a encore dénoncé une "opération de communication bien montée depuis l'Elysée" et relayée par les ministres. "Comme si la gauche était l'anti-France, comme s'ils étaient, eux, patriotes et nous les exilés ou germanophobes". "C'est honteux, c'est lamentable", a-t-il lancé. "Ils sont dans une stratégie de discrédit qui leur fait dire n'importe quoi", a insisté le directeur de campagne. "J'appelle la droite républicaine à retrouver un peu de dignité""Quand on parle de la relation franco-allemande c'est un patrimoine commun", a-t-il fait valoir.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Hollande attaché au droit de veto à l'ONU

Hollande attaché au droit de veto à l'ONU | Hollande 2012 | Scoop.it

François Hollande a affirmé sur BFM TV et RMC lundi matin qu'il n'y aurait pas de remise en cause du veto français à l'ONU s'il est président. "Tant que je serai dans la situation d'exercer la responsabilité de mon pays, si les Français me la confient, il n'y aura pas de remise en cause du droit de veto, de remise en cause unilatérale du droit de veto", a lancé le candidat socialiste à la présidentielle. Un paragraphe de l'accord PS-EELV sur des propositions à faire pour réformer l'ONU a suscité en fin de semaine dernière une vive polémique. Le texte dispose qu'en cas de victoire de la gauche "la France fera des propositions précises pour réformer et démocratiser l'ONU afin qu'elle structure un ordre juridique et normatif global : siège européen, suppression du droit de veto (dont bénéficient la France et les quatre autres membres permanents du Conseil de sécurité, NDLR), meilleure représentativité des pays du Sud au sein du Conseil de sécurité, renforcement du rôle des ONG""Il n'est pas question de remettre en cause le statut de membre permanent de la France au Conseil de sécurité de l'ONU, ni le droit de veto tant que le système international n'a pas profondément changé et évolué", avait déjà déclaré Pierre Moscovici, directeur de campagne de François Hollande. Il avait cependant admis : "Dans un monde idéal, il serait souhaitable qu'on revienne aux idéaux des fondateurs de l'ONU et à une plus grande démocratie." De ce fait, rien d'anormal à vouloir, "avec les Verts, poursuivre des idéaux et souhaiter des changements de long terme". Mais en attendant, il ne s'agit pas de renoncer unilatéralement à quoi que ce soit, a expliqué en substance l'ancien ministre. Côté écolos, la position semblait plus tranchée : pour la candidate EELV Eva Joly, le droit de veto de la France à l'ONU est "un privilège dépassé, réservé à quelques pays". Elle a proposé "une réforme fondamentale de l'ONU qui redonne toute sa place au multilatéralisme avec un siège européen au Conseil de sécurité qui permette à tous les pays européens de porter une politique étrangère commune". Et la numéro un des écologistes Cécile Duflot de qualifier d'"anachronique" le droit de veto de la France, "que, d'ailleurs, elle n'ose plus utiliser". Le président du MoDem François Bayrou, en se déclarant candidat à l'Élysée jeudi, a jugé "infiniment troublant" que l'on veuille gommer "la seule arme qui permette encore à la France d'être au rang des puissances majeures". La droite s'est, pour sa part, empressée de demander des comptes. La semaine dernière, le ministre de l'Intérieur Claude Guéant avait accusé François Hollande d'"organiser l'abaissement de la France". Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, lui a "solennellement" demandé de "sortir de l'ambiguïté". Le député UMP Jacques Myard, l'un des chefs de file de la Droite populaire, a accusé Cécile Duflot de se ranger "dans la catégorie des anti-France" et "les alliés de François Hollande" de faire "preuve de l'utopie la plus irresponsable"Pourtant, il semblerait que l'UMP ait, dans sa précipitation à contrer le PS, de nouveau la mémoire courte.... En effet, le rapport Laschet, adopté en 2004 par le Parlement européen, par le Parti populaire européen, auquel appartient l'UMP, proposait la même chose que l'accord PS-EELV. Parmi les votants, le député européen Brice Hortefeux a révélé Le Monde.fr.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Moscovici  : Hollande "est conforté"

Malgré la semaine précédente marquée par une confusion avec les partenaires écologistes, malgré un mauvais sondage, Pierre Moscovici, le bras droit de François Hollande, a estimé lundi matin que la semaine n’avait pas été si terrible pour François Hollande. Au contraire, même. "Je pense que François Hollande est sorti conforté de cette semaine", a lancé sur Europe 1 le directeur de campagne du candidat socialiste. "Il voulait un accord avec les Verts, il est là. Il voulait une transition énergétique, elle est prévue. Et il souhaitait aussi qu’on préserve notre industrie nucléaire, c’est fait. Il n’a cédé sur rien." Quant au sondage, Pierre Moscovici a parlé d’un "réajustement logique".

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Nucléaire : Selon Moscovici, c'est au tour des écologistes de faire des concessions

Nucléaire : Selon Moscovici, c'est au tour des écologistes de faire des concessions | Hollande 2012 | Scoop.it

Le député PS Pierre Moscovici, proche de François Hollande, a estimé ce dimanche que son parti avait fait des avancées «considérables» sur le nucléaire et qu'il revenait désormais à EELV de faire des concessions dans le cadre des négociations en cours pour 2012. «François Hollande a pris un engagement que je redis ici : s'il est élu président de la République, nous ferons l'EPR de Flamanville», a répété l'élu sur Radio J, alors que cette position continue de braquer les écologistes. Mais dans le même temps, le PS a fait sur ce thème «des propositions qui sont d'une ambition extraordinaire» comme de proposer de passer de 75% d'énergie électrique d'origine nucléaire aujourd'hui à 50% d'ici 2025, de fermer certaines centrales ou de ne pas faire de deuxième EPR, a-t-il ajouté. «Nous avons fait des mouvements considérables... Quand on fait un accord c'est sur la base du compromis (...). Nous avons mis sur la table des propositions très fortes, il faut que les écologistes réfléchissent aussi», a poursuivi le député du Doubs. Selon lui, les négociations avec EELV «ne sont pas dans l'impasse» mais elles sont «compliquées». «François Hollande et le PS souhaitent un accord avec les Verts : nous voulons diriger le pays avec eux. C'est important», a-t-il encore dit.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Pierre Moscovici : "la candidature Chevènement n'a pas la même force qu'en 2002"

Pierre Moscovici : "la candidature Chevènement n'a pas la même force qu'en 2002" | Hollande 2012 | Scoop.it
Invité de Christophe Barbier sur LCI, le socialiste Pierre Moscovici commente l'éventuelle candidature Jean-Pierre Chevènement.
more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Hollande veut contrer les attaques de la droite

Hollande veut contrer les attaques de la droite | Hollande 2012 | Scoop.it

Le candidat PS à la présidentielle est décidé à ne pas se laisser dicter sa conduite par l'UMP. François Hollande a remis au travail son conseil politique. En attendant que son équipe de campagne soit constituée, ses principaux soutiens à la primaire se réunissent trois fois par semaine à l'Assemblée. Selon les informations du Buzz politique d'Europe 1, ils réfléchissent à la façon de contrer l'UMP dont les ténors présentent leur champion comme un indécis. Laurent Wauquiez a ainsi parlé jeudi de "Monsieur Ptet ben que oui, Ptet ben que non". Pour les socialistes, il n'y a toutefois pas d'urgence à agir. "La droite met la pression sur François, mais il n'est pas président de la République que je sache. Ce n'est pas à lui quand même de régler la crise grecque", lance la député Aurélie Filipetti. Les lieutenants de François Hollande, dont Pierre Moscovici, François Rebsamen ou encore Bruno Leroux, se sont interrogés jeudi sur la façon la plus pertinente de montrer que le candidat suit au plus près les dossiers économiques, mais sans paraître fébrile. L'ancien ministre des Finances, Michel Sapin, a ainsi indiqué que François Hollande prendrait des initiatives "spectaculaires" en matière économique dès la semaine prochaine. "François doit proposer, pas seulement commenter, incarner un contrepoint à 'l'agité de Cannes'".

more...
No comment yet.