Hollande demande aux élus d'être ses relais vers la victoire | Hollande 2012 | Scoop.it

François Hollande et Martine Aubry ont sonné mercredi la mobilisation des élus socialistes, majoritaires dans les collectivités locales, pour les élections présidentielle et législatives de 2012. Devant les membres de Fédération nationale des élus socialistes républicains (FNESR) réunis à Paris, le prétendant à l'Elysée et la première secrétaire du PS ont présenté les élus de leur camp en "relais" vers la victoire. "J'ai à vous demander de participer pleinement à la campagne que je vais conduire", a déclaré François Hollande devant quelque 560 élus - maires, députés, conseillers généraux, présidents de régions - réunis à déjeuner au parc des Expositions de la porte de Versailles. "Je vous demande d'être des relais dans la campagne que je vais conduire. Nous avons le réseau le plus dense, le plus large d'élus qu'une formation politique est capable de rêver", a souligné le député de Corrèze. Les socialistes dirigent 21 régions métropolitaines sur 22, une soixantaine de départements sur 101 et de grandes agglomérations comme Paris, Lyon, Lille et Nantes. "Mobilisez-vous, montrez que ce changement que vous avez été capables de faire dans les élections territoriales, nous devons maintenant le réussir pour l'élection principale", a dit François Hollande. "Quand on leur demande quel est celui à qui ils accordent davantage leur confiance les Français répondent 'le maire'", a-t-il souligné. "Dans cinq mois, quand on leur demandera à qui ils font le plus confiance, je souhaiterais qu'ils disent 'le président'". Le candidat a demandé aux édiles, "élus de référence", de veiller à l'inscription sur les listes électorales avant le 31 décembre prochain. François Hollande, qui avait rencontré dans la matinée les présidents des régions socialistes, a aussi rappelé que son programme prévoyait une nouvelle étape dans la décentralisation. Avant lui à la tribune, Martine Aubry, maire de Lille, a elle aussi souligné le rôle des élus locaux pour permettre en 2012 la victoire de son ancien rival de la primaire. "Il faut que nous, maires, lancions la mobilisation derrière notre candidat. Nous savons, peut-être mieux que les autres, ce que vivent les Français", a-t-elle dit. "François annoncera sa plate-forme programmatique dans quelques semaines. Nous, nous devons dès maintenant passer à l'offensive", a demandé la première secrétaire.