Hollande 2012
Follow
Find tag "Energie"
10.8K views | +0 today
Hollande 2012
François Hollande candidat à Présidence de la République / Running For President / 2012
Curated by Erwan Lescop
Your new post is loading...
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

"Le prix du gaz flambe, les Français se gèlent" (N. V.-Belkacem)

"Le prix du gaz flambe, les Français se gèlent" (N. V.-Belkacem) | Hollande 2012 | Scoop.it

Le gouvernement a annoncé une nouvelle augmentation de 4,3% des prix du gaz à compter du 1er janvier 2012. Par cette décision en plein cœur de l’hiver, le gouvernement accentue la précarité énergétique qui touche déjà 8 millions de personnes, soit 1 ménage sur 6. Une fois de plus les classes populaires et moyennes feront les frais de l’augmentation des prix de l’énergie. Depuis avril 2010, le prix du gaz a augmenté de 25%. Il est inadmissible que la revalorisation des prix du gaz permette à GDF de maintenir ses bénéfices et ses dividendes, sur le dos des familles qui ont de plus en plus de mal à se chauffer. Pour François Hollande, la lutte contre la pauvreté passe par une juste maîtrise des prix de l’énergie. Une tarification progressive des énergies (eau, électricité, gaz) sera mise en place dès 2012 ainsi que l’instauration d’un bouclier énergétique. C’est une question de dignité humaine.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Hollande promet un «grand débat» sur l'énergie

Hollande promet un «grand débat» sur l'énergie | Hollande 2012 | Scoop.it

Pour faire taire les critiques ayant suivi l'accord avec les Verts, François Hollande s'est employé à recadrer la politique énergétique qu'il entend mettre en oeuvre s'il l'emporte en 2012. Rassurer sans se renier ; répliquer à ceux qui l'accusent de vouloir sacrifier un pan de l'industrie nationale et les emplois allant avec ; effacer la fâcheuse impression que l'avenir du nucléaire en France s'est décidé sur un coin de table et en catimini lors des négociations entre les états majors écologistes et socialistes. Lundi 28 novembre sur BFM TV, puis dans une tribune publiée par « Le Monde » et enfin lors de son déplacement chez Saint Gobain, François Hollande s'est employé à recadrer la politique énergétique qu'il entend mettre en oeuvre s'il est élu président. En prenant soin, comme à son habitude, de ménager les uns et les autres : écologistes, socialistes pro-nucléaire, CGT énergie. François Hollande s'est évertué d'abord à requinquer les employés de la filière nucléaire et les partisans de l'atome à gauche. « Nous avons des centrales, nous avons là une industrie, elle doit continuer à produire », a-t-il déclaré. « Des investissements importants devront être consacrés aux centrales pour éventuellement les prolonger », a-t-il ajouté. Ramener de 75 % à 50 % d'ici à 2025 la part du nucléaire dans la production électrique « prendra du temps » et « supposera des étapes d'évaluation en fonction des progrès de science et des prix relatifs des sources d'énergie », a-t-il aussi prévenu. L'élu corrézien n'a mentionné expressément que la fermeture de la centrale de Fessenheim. De quoi accréditer l'idée que, sur le quinquennat à venir seules, une ou deux centrales tout au plus seraient arrêtées, comme l'avait déjà affirmé le député Michel Sapin, chargé du programme de François Hollande. Autre concession aux pro-nucléaire de son camp : « le système retraitement des déchets et la filière qui l'accompagne seront préservés ». Ce que ne prévoit pas l'accord final entre le PS et les écologistes. Selon le député de Corrèze, « l'industrie nucléaire, loin d'être affaiblie, sera à plusieurs titres sollicitée et donc renforcée. » De quoi interpeller les écologistes. Pour tenter d'apaiser un peu ces derniers, François Hollande a insisté lundi sur la nécessaire « sobriété énergétique ». Et fait sienne l'une des propositions du projet socialiste allant dans ce sens : la mise en place de « tarifs progressifs » pour le gaz, l'électricité et l'eau. « Je propose des mesures de protection des consommateurs avec un tarif de base pour l'essentiel et un tarif progressif pour le confort », a-t-il indiqué. Cette mesure travaillée de longue date par les experts du PS permettrait à la fois de lutter contre la précarité énergétique des ménages les plus modestes et de réduire la consommation aux heures de pointe, qui fait appel à des centrales à gaz ou à fioul, chères et émettrices de CO2. Enfin, à tous ceux qui l'accusent -à droite comme à gauche -d'avoir laissé les négociateurs de l'accord entre le Parti socialiste et les Verts engager le futur énergétique du pays, François Hollande a promis l'ouverture « au lendemain de l'élection présidentielle », s'il la gagne, d'un «grand débat sur l'énergie en France ». Il associerait « largement les acteurs et les citoyens dont le Parlement fixera la conclusion par le vote d'une loi de programmation ». Une annonce qui lui a permis au passage de riposter à Nicolas Sarkozy et la droite : « ce débat mérite mieux que la caricature, l'outrance, l'aveuglement, voire le mensonge », dont ceux-ci feraient preuve, selon lui, en matière nucléaire.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

François Hollande au chevet des acteurs des "cleantechs"

François Hollande au chevet des acteurs des "cleantechs" | Hollande 2012 | Scoop.it

Le candidat du Parti socialiste à la présidentielle 2012 était en déplacement ce matin [29/11], au salon Pollutec, à Paris Nord Villepinte. Il a profité de cette première journée pour affirmer sa volonté de mener "une politique volontariste en matière de technologies de l'environnement". Pour François Hollande, qui a déjà annoncé vouloir ramener la part du nucléaire dans la production d'électricité de 75 % à 50% à l'horizon 2025, les nouvelles énergies mais aussi la sobriété énergétique doivent monter en puissance pour assurer la transition énergétique. Le candidat socialiste pointe le retard de la France en particulier dans le domaine des cleantechs. "Un de mes concurrents parle beaucoup du rapprochement avec l'Allemagne. Je m'en réjouis mais alors il faut regarder jusqu'au bout", a-t-il conseillé lors d'un échange avec les acteurs du secteur. "En Allemagne, 250 000 personnes travaillent dans les énergies renouvelables. En France, si on gonfle un peu la statistique on arrive à 50 000 alors même que nous avons des entreprises leader dans le domaine." Le député et président du Conseil général de la Corrèze déplore également les "nombreuses illusions qui ont été créées pour les acteurs des cleantechs". "Je vois toutes les contraintes réglementaires qui pèsent sur vous. On l'a bien vu avec les tours de vis dans le solaire ou dans l'éolien et la biomasse qui n'ont pas vraiment démarré en France". François Hollande s'est engagé, s'il est élu le 12 mai 2012, à stabiliser le cadre règlementaire des énergies renouvelables sur cinq ans mais aussi à clarifier la règle fiscale qui "est remise en cause tous les ans". "Nous avons trop d'entreprises nouvelles qui peinent à trouver financements". Autre engagement de la part du candidat PS : mobiliser dans le cadre du Fonds stratégique d'investissements (FSI), un fonds dédié au renouvellement énergétique et à l'innovation dans le dom de l'environnement.

more...
No comment yet.