La garde rapprochée de Mélenchon tire sur Hollande | Hollande 2012 | Scoop.it
  • La garde rapprochée de Jean-Luc Mélenchon veille au grain. Deux lieutenants du représentant Front de gauche à la présidentielle ont dégainé leurs communiqués à peine François Hollande avait-il quitté l'antenne de France Inter. Ce dernier avait déclaré à la radio qu'il n'irait pas «sur une estrade faire un duel avec la candidate écologiste, le candidat du Front de gauche ou un candidat de l'extrême gauche» et qu'il n'était donc pas question qu'il réponde positivement à «l'offre public de débat» de Mélenchon.
  • Le premier à tirer, Alexis Corbière, secrétaire national du Parti de gauche (PG) et conseiller de Paris, a critiqué «cette réponse pleine de mépris. Elle dit très clairement le cas que le candidat du PS fait de la démocratie. Débattre publiquement n’a rien d’un spectacle ni d’un combat mortel, c’est la condition élémentaire pour que nos concitoyens puissent élaborer librement leur choix en 2012 [...] Deux cohérences leur sont présentées à gauche : celle du Front de gauche qui défend la relance de l’activité et celle de François Hollande, partisan de l’austérité.»
  • L'élu du XIIe arrondissement fut suivi, vingt minutes plus tard, d'Eric Coquerel, responsable PG et «conseiller spécial» de Mélenchon: «François Hollande a enrobé de formules alambiquées la politique de rigueur qu'il compte mettre en oeuvre s'il était élu [...] Il suffit de voir ce qu’il fait en Corrèze en tant que président du Conseil général : en réduisant le budget consacré à l’action sociale du département, il applique une politique de rigueur inique», tacle Coquerel. Petite précision de cette attaque corrézienne : ce dernier se présente aux législatives dans la 2e circonscription de Corrèze... celle voisine de Hollande. De quoi allumer le candidat PS à la présidentielle : «Si François Hollande se couche aujourd’hui devant le chantage du gouvernement qui conditionnait sa subvention à ces coupes budgétaires, demain il se couchera comme M. Papandréou devant les marchés financiers et les agences de notation.»
  • «Mon seul adversaire c'est la droite et j'ajoute l'extrême droite. Je ne veux pas être dans une confrontation avec ce qui peut demain être un allié. Je ne veux pas me mettre dans une situation où nous aurions à montrer nos divergences [...] Le débat se fera forcément à travers la campagne électorale», a précisé Hollande sur France Inter pour justifier ce refus de discuter sur un plateau télé avec son ex-camarade du PS. Même quand le patron n'attaque plus l'ancien premier secrétaire frontalement, les soldats de Mélenchon sont aux aguets.