François Hollande au chevet des acteurs des "cleantechs" | Hollande 2012 | Scoop.it

Le candidat du Parti socialiste à la présidentielle 2012 était en déplacement ce matin [29/11], au salon Pollutec, à Paris Nord Villepinte. Il a profité de cette première journée pour affirmer sa volonté de mener "une politique volontariste en matière de technologies de l'environnement". Pour François Hollande, qui a déjà annoncé vouloir ramener la part du nucléaire dans la production d'électricité de 75 % à 50% à l'horizon 2025, les nouvelles énergies mais aussi la sobriété énergétique doivent monter en puissance pour assurer la transition énergétique. Le candidat socialiste pointe le retard de la France en particulier dans le domaine des cleantechs. "Un de mes concurrents parle beaucoup du rapprochement avec l'Allemagne. Je m'en réjouis mais alors il faut regarder jusqu'au bout", a-t-il conseillé lors d'un échange avec les acteurs du secteur. "En Allemagne, 250 000 personnes travaillent dans les énergies renouvelables. En France, si on gonfle un peu la statistique on arrive à 50 000 alors même que nous avons des entreprises leader dans le domaine." Le député et président du Conseil général de la Corrèze déplore également les "nombreuses illusions qui ont été créées pour les acteurs des cleantechs". "Je vois toutes les contraintes réglementaires qui pèsent sur vous. On l'a bien vu avec les tours de vis dans le solaire ou dans l'éolien et la biomasse qui n'ont pas vraiment démarré en France". François Hollande s'est engagé, s'il est élu le 12 mai 2012, à stabiliser le cadre règlementaire des énergies renouvelables sur cinq ans mais aussi à clarifier la règle fiscale qui "est remise en cause tous les ans". "Nous avons trop d'entreprises nouvelles qui peinent à trouver financements". Autre engagement de la part du candidat PS : mobiliser dans le cadre du Fonds stratégique d'investissements (FSI), un fonds dédié au renouvellement énergétique et à l'innovation dans le dom de l'environnement.