Hollande 2012
Follow
Find tag "Campagne"
10.8K views | +0 today
Hollande 2012
François Hollande candidat à Présidence de la République / Running For President / 2012
Curated by Erwan Lescop
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

PS : Hollande écrit aux électeurs des primaires

PS : Hollande écrit aux électeurs des primaires | Hollande 2012 | Scoop.it

François Hollande prépare ses troupes à la grande bagarre de 2012. Le candidat socialiste adressera mardi une courte lettre aux électeurs qui, durant le vote de la primaire, ont accepté de laisser au PS leurs coordonnées afin de s’engager dans la campagne présidentielle. Soit entre 700 et 800 000 personnes sur plus de 3 millions d’électeurs aux primaires. «Votre mobilisation a constitué un message clair. J’y ai vu le signe d’une attente forte pour le changement en 2012», écrit François Hollande dans cette lettre dont nous publions la teneur. Assurant que «cette campagne sera dure et âpre», le candidat lance un appel à la mobilisation au delà des rangs du parti socialiste et des Radicaux de gauche qui le soutiennent déjà : «J’aurai donc besoin de la participation de chacun, bien au delà des partis qui soutiennent ma candidature». «Vous avez été les acteurs des primaires, vous serez demain les artisans de la victoire de la gauche en 2012», conclut Hollande.

_________________

Chère Madame, Cher Monsieur,
 

Vous avez participé les 9 et 16 octobre aux primaires citoyennes.
Je voulais vous dire ma fierté d’avoir été désigné par une procédure qui a associé plus de 3 millions de personnes.
Je mesure ma responsabilité. Elle doit être à la hauteur de la confiance que vous m’avez accordée.
Votre mobilisation a constitué un message clair. J’y ai vu le signe d’une attente forte pour le changement en 2012 dans un moment particulièrement difficile pour la France et pour l'Europe.
La crise économique, l'endettement public record, la montée du chômage nécessiteront pour être conjurés un effort de rassemblement et de justice pour redresser notre pays.
Je porterai trois grands engagements : le pacte productif pour rehausser le niveau de l'emploi et de la croissance, le pacte redistributif pour réduire les inégalités et le pacte éducatif pour faire de la jeunesse la grande priorité du prochain quinquennat.
Je veux aussi montrer que le changement exigera une conception de la démocratie dans laquelle le président respectera les citoyens et les valeurs de la République.
Cette campagne sera dure et âpre. Je sais que nos concurrents ne répugneront pas à user de la caricature, du dénigrement, voire du déni de leur propre bilan. J'aurai donc besoin de la participation de chacun, bien au-delà des partis qui soutiennent ma candidature.
Vous avez été les acteurs des primaires, vous serez demain les artisans de la victoire de la gauche en 2012.
Je vous fournirai régulièrement argumentaires et informations. N'hésitez pas à faire connaître à mon équipe vos suggestions.
Je souhaite en cette fin d'année 2011 que la France connaisse, le 6 mai 2012, l’avenir qu’elle mérite.

François Hollande 

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Le camp Hollande institue un «observatoire des déplacements» de Sarkozy

L'équipe de campagne de François Hollande a annoncé vendredi soir la création en son sein d'un «observatoire des déplacements du Président» Sarkozy afin de «contrôler que le président, dans la période précédant l'annonce éventuelle de sa candidature à la présidentielle respecte la réglementation en vigueur. Dans un communiqué, Daniel Vaillant, mandataire de la campagne de François Hollande, et Pascal Terrasse, président de la commission de contrôle financier du PS, expliquent que "soucieux de l'équité démocratique entre tous les candidats à l'élection présidentielle, cet observatoire aura pour mission essentielle de contrôler que le président, dans la période précédant l'annonce éventuelle de sa candidature à la prochaine élection, s'en tienne au respect rigoureux de la réglementation en vigueur concernant les comptes de campagne"«Toute infraction à ces principes, et notamment l'exposition éventuelle d'éléments d'un programme du futur candidat, préviennent-ils, fera l'objet d'une saisine de la Commission nationale des comptes de campagne (CNCC) afin qu'elle puisse vérifier que les dépenses réalisées avant la déclaration officielle ou l'investiture et supportées par la collectivité publique (l'Etat, au cas particulier) ont bien été réintégrées dans les comptes de campagne déposés par le candidat à l'issue de la campagne.» Pour justifier leur démarche, ils mettent en avant l'avis mercredi de la CNCCFP qu'ils avaient saisie. La commission avait estimé qu'une partie du coût des déplacements du chef de l'Etat pourrait être intégrée à son compte de campagne s'il était «amené à exposer les éléments d'un programme de futur candidat» avant sa déclaration de candidature. «Si au cours de ces manifestations auxquelles il participe dans la période précédant l'annonce éventuelle de sa candidature à la prochaine élection», le chef de l'Etat «est amené à exposer les éléments d'un programme de futur candidat, le coût de l'organisation de ces manifestations devrait être réintégré ultérieurement au compte de campagne, en tout ou partie», avait écrit François Logerot, président de la commission, dans sa réponse aux représentants de François Hollande.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Le QG de campagne de Hollande avenue de Ségur, dans le VIIe à Paris

Le QG de campagne de Hollande avenue de Ségur, dans le VIIe à Paris | Hollande 2012 | Scoop.it

L'équipe de campagne de François Hollande prendra ses quartiers définitifs début janvier avenue de Ségur dans le VIIe arrondissement de Paris, a indiqué à l'AFP Pierre Moscovici le directeur de campagne du candidat PS, confirmant une information du Monde.fr. Le QG, d'environ 1.000 m2, est situé au 59 avenue de Ségur, dans l'immeuble qui abritait le Haut commissariat aux Solidarités actives de Martin Hirsch, a détaillé M. Moscovici, précisant que le bail avait été signé ce mercredi. "C'est un local sans ostentation, de taille tout à fait humaine pour un siège de campagne. Il est conçu pour être fonctionnel et permettre à une équipe de travailler de manière opérationnelle et conviviale", a-t-il expliqué, soulignant également qu'il n'était pas trop éloigné de l'Assemblée nationale et du siège du PS. Le député du Doubs a précisé que le bailleur était "la caisse de sécurité sociale des mines""On a choisi un local à taille humaine et à coût raisonnable, le moins onéreux possible", a-t-il aussi fait valoir. Dans un premier temps, l'équipe de campagne du candidat PS avait envisagé de s'installer au 103 rue de Grenelle (VIIe arrondissement) dans un luxueux immeuble, mais c'était "beaucoup, beaucoup trop cher", a expliqué M. Moscovici. Pour le moment, et dans l'attente de l'installation avenue de Ségur, le QG est provisoirement installé rue de l'Arcade, près de la Madeleine dans le VIIIe.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

"Hollande : une campagne pour et vers le peuple" (P. Trannoy)

"Hollande : une campagne pour et vers le peuple" (P. Trannoy) | Hollande 2012 | Scoop.it

Initiateur de l’appel des Républicains pour François Hollande, Patrick Trannoy rappelle les fondamentaux de la campagne du candidat socialiste. Loin des bavardages, des épiphénomènes, des peccadilles de la politique avec un petit p, François Hollande se veut au plus près des soucis des Français. Depuis quelques semaines, il est de bon ton dans les milieux médiatiques autorisés de répéter en boucle que la campagne de François Hollande patine un peu, qu’il peine à trouver un second souffle après le succès des primaires, et certains en concluent volontiers que le scénario de 2007 est en train de se reproduire, oubliant un peu vite la persistance d’intentions de vote toujours extrêmement élevées pour François Hollande - mais chacun sait les sondages précaires. La réalité est différente : François Hollande fait une campagne présidentielle, en direction du peuple, et sur les fondamentaux. L’abaissement du débat politique depuis des années, et notamment la gesticulation incessante du candidat permanent Nicolas Sarkozy, ont fini par nous faire oublier ce qu’est une telle campagne – et, au fond, une conception digne de la démocratie. Si bien que nombre d’observateurs, qui ne portent pas toujours bien ce nom, ne voient pas celle de François Hollande, aveuglés par le rideau de fumée de leurs propres centres d’intérêt. Psychodrame avec EELV, foire d’empoigne des désignations pour les législatives, saillies du chevalier blanc de la Bresse, amertumes et esquives du presque septuagénaire éternel porte-parole de la « formidâble-jeunesse-de-gôche », et même, un peu plus sérieusement, polémiques sur la proposition de loi sénatoriale accordant le droit de vote aux résidents étrangers aux élections locales, tous nos écrans, écouteurs et journaux fourmillent de commentaires sur cette écume des choses, en s’étonnant que François Hollande ne s’en mêle pas. Pendant ce temps là, François Hollande n’a pas cédé sur la sortie du nucléaire (tout en donnant une chance au développement des énergies nouvelles et renouvelables). Parce que sa responsabilité n’est pas de jouer à « je t’aime moi non plus » avec Cécile Duflot, mais de garantir à la France la plus grande indépendance énergétique possible, au meilleur prix, pour ne pas obérer les chances du rebond industriel qu’il veut impulser, alors que nos usinent foutent le camp, et avec elles nos emplois. Parce que le climat qui lui importe est celui de la planète, pas celui de ses relations avec Jean-Vincent Placé, et les enjeux en la matière, tels qu’ils viennent d’être rappelés au sommet de Durban (dont on a hélas moins parlé que des états d’âme d’Eva Joly) n’autorisent pas à envisager une politique de retour aux centrales à charbon ! Pendant ce temps-là, François Hollande défend la souveraineté de la France : son siège au Conseil de Sécurité de l’O.N.U., son libre-choix budgétaire, et même son patriotisme industriel. Le député de la Corrèze ne s’en laisse pas conter par les bonnes âmes de la fausse gauche germanopratine, pas plus que de la vraie droite néolibérale, qui voudraient toutes les deux en faire le héraut de l’abandon national : il a rencontré, dans les salles des fêtes des villes moyennes de cette France qu’il sillonne depuis des années, le peuple « normal », qui aime son pays, connaît ses ressorts, et ne demande qu’à s’en saisir pour sortir de la nasse. Il est le candidat d’une France qui veut mobiliser toutes les forces de son histoire, de son présent, pour avoir encore un avenir ! Pendant ce temps-là, François Hollande prépare le nouveau pacte éducatif, sans lequel il n’est plus de promesse républicaine. Ils sont un peu surpris, ceux qui ont pris l’habitude de voir la gauche ne s’adresser à la jeunesse que pour lui promettre une contestable dépénalisation des drogues dites « douces », ou une moins contestable libéralisation des mœurs… Ils sont un peu désorientés, ceux qui voudraient faire croire aux jeunes que la réponse de la gauche à leurs problèmes n’est que la légalisation du mariage homosexuel (souhaitable) et la distribution généralisée d’allocations (parfois indispensables) ! Perdu : François Hollande travaille surtout sur un projet ambitieux de relèvement de l’Ecole de la République. Ce creuset de la citoyenneté, aujourd’hui gravement fissuré. Ce parcours d’émancipation et de réussite de chacun, qui se termine aujourd’hui trop souvent en impasse. Cet irremplaçable moteur d’égalité des chances, aujourd’hui globalement incapable de contrarier le déterminisme de la reproduction sociale. Eh oui, François Hollande fait une campagne présidentielle : il se prépare à nous débarrasser de nos dirigeants actuels, aux ordres des plus privilégiés ; il se prépare surtout à conduire la France, et se soucie des intérêts majeurs de son peuple. Il ne tombera pas dans le piège des fausses priorités sociétales et du divorce entre une certaine caste privilégiée et la masse des Français. Quant aux bavardages, aux épiphénomènes, aux peccadilles de la politique avec un petit p, ils ne le concernent plus.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

François Hollande, le roman d'une campagne par Laurent Binet

François Hollande, le roman d'une campagne par Laurent Binet | Hollande 2012 | Scoop.it

"Quoi de plus vulgaire qu'un personnage inventé ?" s'interroge Laurent Binet dans HHhH, son livre qui a reçu en 2010 le Goncourt du meilleur premier roman. Il y retraçait méticuleusement le parcours de l'Allemand Reinhard Heydrich, artisan de la solution finale, jusqu'à son assassinat à Prague en 1942. Rien à voir a priori avec la présidentielle 2012, le PS et François Hollande. C'est pourtant le nouveau sujet d'étude de Laurent Binet. "C'est dans la continuité logique de mon dernier livre", assure-t-il. "Je m'intéressais à l'histoire, là, l'histoire est en train de se faire", nous explique l'agrégé de lettres. Et puis, son personnage n'est pas inventé. Et il peut pour cette fois "être son propre témoin oculaire". Alors... Paradoxalement, c'est en regardant une série-fiction américaine que l'envie de raconter une campagne lui est venue : The West Wing, qui se déroule à la Maison-Blanche. En juin dernier, Laurent Binet contacte Valérie Trieweiler, compagne de François Hollande, mais surtout journaliste culture à Paris Match. Il l'avait rencontrée pour la sortie de HHhH. Elle passe le message à Hollande qui dit banco. Il ne lui reste qu'à remporter la primaire. C'est chose faite en octobre 2011. Désormais, de Bruxelles à Berlin, du Parlement européen au congrès du SPD, Laurent Binet fait partie de la troupe qui suit Hollande dans l'aventure, intégré au groupe de journalistes..., mais avec un regard décalé. "J'ai une liberté totale, je peux raconter tout ce que je veux. J'ai une hyper-subjectivité, je ne vais pas m'empêcher de donner mon avis." Grâce à HHhH, on sait que l'auteur est obsédé de précision, fou du détail, intransigeant lorsqu'il s'agit de vérité. Sur l'oeuvre qui sera publiée chez Grasset en septembre - quarante pages sont déjà écrites sous la forme d'un journal - il livre : "Une heure d'attente à l'aéroport peut me fournir plus de matière que le congrès du SPD." Laurent Binet n'a pas "une âme de militant", mais il est "déjà fasciné" par les politiques, par Hollande et son équipe, "par cette somme de volontés tendues vers un seul but", confie-t-il. "Je n'avais pas réalisé à quel point ils sont à fond tout le temps. C'est une performance d'athlète." Il sait que, sans doute, les observateurs le compareront à Yasmina Reza qui avait rencontré un franc succès en 2007 avec L'aube le soir ou la nuit, récit de l'intérieur de la campagne de Nicolas Sarkozy. "Une comparaison pratique", dit-il simplement. Mais il n'est pas le seul écrivain à se pencher en ce moment sur François Hollande. Lors du déplacement du candidat en Saône-et-Loire mercredi, c'est Dan Franck, dont le nom est tant et tant revenu dans la presse depuis le mois de mai dernier, car il est l'un des très proches de Dominique Strauss-Kahn, qui était de la partie. Télérama lui a commandé un portrait pour le mois de janvier. "Je soutiens publiquement la gauche", justifie Dan Franck. Mais surtout, le projet l'intéressait, car il vient d'écrire le scénario d'un feuilleton de 6 x 52 minutes, qui sera diffusé sur France 2 à partir de janvier. "Cela démarre par une visite d'usine, il y a un attentat. Le président est assassiné. Nathalie Baye et Bruno Wolkowitch s'affrontent pour lui succéder", confie-t-il. Cette fois, c'est bien de la fiction.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Pour Nicolas Sarkozy, Hollande est une bulle

Pour Nicolas Sarkozy, Hollande est une bulle | Hollande 2012 | Scoop.it

Nicolas Sarkozy estime que François Hollande reste anormalement haut dans les sondages. C’est ce qu’il a expliqué le 30 novembre, à l’Elysée, devant le comité de pilotage de sa campagne où figurent Fillon, Juppé, Raffarin, Copé, Guéant... Depuis sa victoire aux primaires, le candidat du PS a pourtant déjà connu un décrochage notable (il se situe globalement aujourd’hui autour de 30 %). Mais, d’après le président, il devrait encore perdre jusqu’à une dizaine de points. Ceux-ci devraient, toujours selon les pronostics présidentiels, être récupérés par Eva Joly et Jean-Luc Mélenchon. Par consé­quent, le chef de l’Etat a demandé à ses troupes de ne plus attaquer les candidats d’Europe Ecologie et du Front de gauche, mais de se concentrer sur Hollande. Chacun prépare donc de nouvelles munitions. Dans le début de campagne de l’ex-patron du PS, l’Elysée a déjà repéré plusieurs « failles, qui pèseront lourdement » pour la suite du combat. D’abord son équipe. Celle-ci est composée essentiellement d’élus. « Cela ne peut pas fonctionner, souligne un conseiller de Nicolas Sarkozy. Ils n’auront pas le temps de travailler. Cela ne va être que des guerres de posture des uns par rapport aux autres. Sarkozy en 2007 avait un commando de dix types fonctionnels qui n’étaient là que pour lui. » Autre erreur majeure selon l’entourage présidentiel : l’absence de propositions du socialiste. « Nous avons été dominés pendant les primaires. Mais, depuis un mois, nous avons repris la main sur la bataille des idées », se félicite un collaborateur du chef de l’Etat. Il y a enfin la personnalité de l’adversaire. « Au moins Ségolène Royal était charismatique », dit l’un. « Hollande est un candidat de substitution. Cela remontera forcément », anticipe un autre. Le portrait de François Hollande fait par Tristane Banon dans son livre « Le bal des hypocrites » n’est pas passé inaperçu à l’Elysée. « Il était mon héros. Il n’avait pas vraiment de charisme, pas franchement de prestance, je lui disais l’allure d’un poulpe, mais c’était un homme brillant et bon », écrit la jeune femme aujourd’hui déçue par celui qu’elle appelle « l’ancien gros ». « C’est très bien vu », sourit un proche de Sarkozy. Une future munition ?

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Hollande esquisse sa stratégie : à Sarkozy la peur, à moi l'espoir

Hollande esquisse sa stratégie : à Sarkozy la peur, à moi l'espoir | Hollande 2012 | Scoop.it
  • François Hollande s'explique sur les flottements de ces dernières semaines. Ses maîtres-mots : durée, confiance, espoir. Et l'exemple de Mitterrand.
  • François Hollande n'est pas « mou » mais « serein ». Il n'est pas « en plein flottement », il « gère la durée ». Et s'il ne répond pas aux attaques de la droite, ce n'est pas qu'il en est « incapable », c'est qu'il les ignore. Devant quelques journalistes, ce mardi midi, le candidat socialiste à la présidentielle a ainsi tenté de transformer en choix assumés ce qui est présenté comme des symptômes de ses faiblesses. « Je n'ai reçu l'investiture que depuis cinq semaines ! Dans le mois écoulé, j'ai dû constituer une équipe, bâtir un calendrier [il présentera son programme en janvier, ndlr], répondre aux événements, prévoir l'imprévisible. Je dois aller dans mon département chaque semaine : je dois aussi gérer la dette corrézienne ! » Voilà pour les socialistes qui, en privé, commençaient à s'alarmer du « faux-plat » dans lequel leur candidat s'enlisait : il avait à faire (et le fiasco de l'accord PS-EELV à digérer.) François Hollande a décidé de prendre son temps. « Je sais que la campagne qui va suivre va être longue. » « Il faut rester serein, résistant, tenace. » Et dans la conjoncture actuelle, « la seule certitude », dit-il, « c'est l'incertitude. » Derrière la formule fastoche : une évidente volonté de se préserver.
  • Il semble nostalgique du temps où Mitterrand pouvait disparaître trois semaines en Chine et en Corée du Nord, en février 1981, sans que cela ne choque qui que ce soit. « Le temps médiatique n'est plus le même », dit-il. Et même s'il admet que le contexte est très différent (crise, FN, pression médiatique...), il s'intéresse de près aux recettes suivies par Mitterrand dans ses campagnes, soufflées par Jacques Pilhan. Une des leçons de Pilhan, le « Sorcier de l'Elysée », l'imprègne : la certitude qu'une élection se gagne sur le désir que l'on suscite, l'espérance que l'on incarne. Selon Hollande, l'élection de 2012 va se jouer autour de deux notions : la peur et l'espoir. « Obama a gagné parce qu'il incarnait une espérance. Mitterrand en 1981 pouvait certes faire peur par certains côtés – il y avait son alliance avec le PCF – mais il a su lui aussi faire en sorte que l'espoir et la force qu'il portait surpassent cette peur. Aujourd'hui, la question est la même : qui fait le plus peur ? Qui donne le plus d'espoir ? » L'espoir, ce « rêve français » qu'il veut porter, consiste d'abord, pour reprendre une de ces expressions éculées de congrès, à « faire en sorte que demain soit meilleur qu'aujourd'hui », à ne pas obérer l'avenir de la jeunesse. Son grand thème, depuis les premières semaines de la primaire, qu'il n'entend pas abandonner.
  • En face, il y a la peur, sur laquelle joue Nicolas Sarkozy. Pour Hollande, la crise ne pourra pas l'aider : « Pour les citoyens, le fait que la Bourse tombe ou que la dette souveraine soit attaquée n'est pas concret. Mais la crise va atteindre un deuxième niveau avec les licenciements, la hausse du chômage. Si vous leur annoncez simplement que vous allez serrer la vis, vous tentez de régler leur problème de peur par une peur supplémentaire. Il faut leur montrer le chemin de la croissance. » Le chef de l'Etat a perdu, dit-il, la confiance des Français. Et celui qui cherche à se présenter comme le « capitaine » dans la tempête s'est, dit-il, « pris la barre en pleine figure » : « Sarkozy à Toulon 1 [2008], promettait ni austérité ni impôts. A Toulon 2 [2011] il annonce austérité et impôts. »
  • Son absence relative de charisme ne l'inquiète pas plus que ça : « Le charisme, il apparaît quand les électeurs vous ont choisi. Il y a des gens qui disaient que jamais Mitterrand ne pourrait gagner : c'est Giscard qui apparaissait comme charismatique. Puis on disait : “Jamais Chirac ne sera élu.” Idem pour Sarkozy, jugé trop petit, trop nerveux... Raffarin, par exemple, n'y croyait pas. Pour le charisme, il faut attendre. » En attendant, il a cessé de se présenter comme un « candidat normal », Sarkozy ayant depuis fait des progrès sur ce terrain. L'important, désormais, c'est de créer de l'empathie chez les Français : pour être élu, il est « très important d'être aimé des gens ». Mais en se gardant de toute promesse tapageuse : « Si j'annonce que j'ai trouvé des milliards, les Français seront sceptiques sur mes capacités à gérer cette crise. »
  • Ses adversaires ne manquent pas de pointer qu'en plus d'une pose éthique, le candidat s'est ainsi trouvé une excellente excuse pour renvoyer « après la présidentielle » toutes les décisions difficiles : répéter qu'on ne peut « promettre que ce qu'on est capable de tenir ». C'est-à-dire pas grand-chose, vu les circonstances. « Le truc de Hollande, c'est la pirouette. Et pirouette-cacahuète, cela ne marche pas », nous disait Brice Hortefeux la semaine dernière. Il ne leur répondra pas : « La droite a toujours fait campagne sur deux thèmes : la gauche est irresponsable et son représentant est illégitime. J'entends les attaques, les grossièretés. Je laisse faire : les excès sont toujours mauvais pour la droite. »
  • Alors, quitte à désarçonner certains de ses partisans, il a décidé de ne pas riposter. Seuls les coups venus de gauche, eux, ne sont pas tolérables à ses yeux. « Le capitaine de pédalo » de Mélenchon lui est resté en travers de la gorge : « Tout peut être dit sur notre programme, nos choix, c'est normal. Mais on ne peut pas s'en prendre à la personne du candidat de la gauche. » Le message a, paraît-il, été passé au candidat du Front de Gauche par Martine Aubry et par le PCF. Il n'est pas certain que cela ait été d'une grande efficacité.
more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

"François Hollande, la stratégie du hors-bord" (Serge Raffy)

"François Hollande, la stratégie du hors-bord" (Serge Raffy) | Hollande 2012 | Scoop.it
  • Et s’il avait enfin compris ? François Hollande, le "capitaine de pédalo" selon la formule de Jean-Luc Mélenchon, est-il en train de passer à la vitesse supérieure et de se glisser au volant d’un hors-bord ? Son périple bruxellois, en terre d’Eurocratie, est au moins le signe qu’il a décidé d’imposer son propre rythme et de ne plus se laisser embringuer dans la tactique du suiveur. En s’en prenant rudement au couple Merkozy, en défendant à sa manière la souveraineté nationale par rapport au diktat des marchés, il a grillé la politesse à Sarkozy et à son discours de Toulon. Certes, il n’aura pas l’armada médiatique sarkozyste, qui va claironner avec force décibels les nouveaux tours de passe-passe du Président, oubliant qu’il fut celui qui, en 2007, défendait avec outrance l’endettement des ménages, et, qui, donc, a participé activement au système qui a conduit l’économie occidentale dans le mur. Mais il faut s’en accommoder. Cette fois, semble-t-il, François Hollande n’est plus engoncé dans un attentisme qui le condamnait à un rôle bien pâle de commentateur de la gestuelle présidentielle.
  • Le candidat socialiste paraît enfin libéré des pesanteurs et des petites mesquineries des marquis de la rue de Solférino, qui n’ont toujours pas digéré sa victoire. Aubrystes et fabiusiens, derrière les déclarations d’amour de façade, sont déjà en train de plomber le vainqueur de la primaire. En prenant de la vitesse et de la hauteur, Hollande joue les voltigeurs non seulement face à la machine Sarkozy, mais aussi face aux éléphants du PS, ces faux ralliés qui rêvent déjà d’un nouveau désastre de la gauche. Le "mollasson" n’est pas condamné à jouer les durs. Il a une autre alternative. Il doit reprendre le dicton de La Fontaine : "Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage.", mais en accélérant l’allure. En terme de football, il doit multiplier les crochets et les passements de jambe. La crise a rendu obsolète la vieille tactique mitterrandienne de la gestion du temps… François Hollande, qu’il le veuille ou non, ne peut échapper à la vitesse. Il faut qu’il s’y fasse : il conduit un scooter des mers lancé sur un océan truffé de mines, posée par ses amis et ses ennemis.
  • Paradoxe : celui qu’on surnommait il y a quelques mois "la Tortue", va devoir godiller ferme pour échapper à tous ces pièges. Et au pas de charge. La séquence de l’accord avec les Verts, épisode calamiteux pour son image, a prouvé qu’il devait anticiper les coups, même ceux de son propre camp, car il s’est bel et bien empêtré dans un traquenard qui le renvoyait à sa pusillanimité légendaire. Merci, Martine. Cette stratégie du rassemblement chère à Hollande a des allures de sables mouvants. Comment ne pas s’y enliser et désespérer une fois encore la Gauche ? En poussant les moteurs du hors-bord. Pour avoir toujours un coup d’avance. Pas simple ? Evidemment, non…
more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

M. Hollande ajuste sa campagne pour mieux riposter à la droite

M. Hollande ajuste sa campagne pour mieux riposter à la droite | Hollande 2012 | Scoop.it

Jusque-là, il n'omettait jamais de souligner que l'avenir des jeunes était la priorité de ses priorités. Lundi 28 novembre, au terme d'une visite de deux heures de l'usine Placo-Saint-Gobain de Vaujours (Seine-Saint-Denis), François Hollande n'a pas oublié "l'enjeu de la jeunesse", mais ne l'a mentionné qu'au troisième rang de ses "grandes priorités", derrière le "redressement financier et industriel" puis la "justice". Après une séquence dominée par ses interventions au congrès du Mouvement de jeunes socialistes, le 19 novembre, au forum sur la jeunesse organisé par France Inter et Le Monde le 24 novembre, et au Salon de l'éducation, le 27 novembre, le candidat socialiste à la présidentielle est bel et bien en train d'infléchir son discours. "François Hollande va se battre sur un front sensible qui concerne les couches populaires, celui de l'industrie et de l'emploi", indique son directeur de campagne, Pierre Moscovici. L'agenda a été pensé en conséquence. "L'idée, résume un collaborateur du candidat, est que François aille à la fois en bas, à la rencontre des gens, et en haut, où se prennent les décisions importantes." Dans le premier cas, il s'agit de tirer profit du différentiel de popularité qui existe entre un François Hollande qui "a un rapport positif avec les Français" et un Nicolas Sarkozy qui "a besoin d'un cordon de CRS quand il se déplace", explique Vincent Peillon. Dans le second, il s'agit de polir la stature présidentielle du candidat, au moment même où le chef de l'Etat, comme l'indiquent les enquêtes d'opinion, profite de la crise de la zone euro pour se refaire une santé. Le déplacement prévu mercredi à Bruxelles obéit clairement à ce double objectif : M. Hollande y jouera à la fois la carte de la proximité, en rencontrant les salariés d'Arcelor-Mittal-Florange, et celle de la présidentialité, en s'entretenant avec José Manuel Barroso, le président de la Commission européenne. Le choix de la thématique – l'industrie – ne doit rien au hasard. Comme l'a montré le dernier sondage réalisé par l'institut BVA, les 18 et 19 novembre, c'est auprès des catégories populaires que le candidat du PS a le plus reculé. Avec 20 % d'intentions de vote auprès des ouvriers, il n'arriverait qu'en troisième position au premier tour, loin derrière Marine Le Pen (43 %) et même, pour la première fois, derrière Nicolas Sarkozy (22 %). Preuve que la question est prise au sérieux : un séminaire de travail est prévu, jeudi 1er décembre, entre M. Hollande et les auteurs de Plaidoyer pour une gauche populaire (Le Bord de l'eau), un ouvrage paru le 22 novembre dans lequel des sociologues et des politologues expliquent que "la capacité à renouer avec les couches populaires" est, pour la gauche, "la clé de son succès pour 2012". Soucieux de repositionner son discours sur le fond, M.Hollande a aussi pour dessein de l'ajuster sur la forme. "Il faut s'appliquer un minimum de protocole et de discipline", avait plaidé Benoît Hamon, le porte-parole du PS, lors du bureau national du parti, le 22 novembre. S'il reste "quelques boulons à serrer", comme le concède un poids lourd de l'équipe, l'heure est désormais à une "coordination plus intense" des prises de parole des uns et des autres. Un calage a désormais lieu chaque jour, sous la houlette de Manuel Valls, responsable de la communication du candidat, avec les quatre porte-parole de M. Hollande ainsi qu'avec le sénateur de Paris, David Assouline, secrétaire national du PS à la communication, et Guillaume Bachelay, chargé dans l'équipe de campagne des argumentaires. L'objectif de cette réunion quotidienne, qui aura lieu d'ici quelques jours dans le nouveau QG de campagne de M. Hollande, dans le quartier de la Madeleine à Paris, est notamment de mieux ajuster la riposte face à une droite qui, concède un proche du candidat, "[les] a un peu pris de court par la violence de ses attaques". Désormais, "tout doit être ramené à l'impasse dans laquelle Sarkozy a conduit la France", selon M. Valls. Plusieurs figures de la majorité seront ainsi "marquées à la culotte", comme François Fillon, Jean-François Copé, Alain Juppé, Xavier Bertrand et surtout Claude Guéant. "Ce qu'on leur réserve va en asseoir deux ou trois. Ils ne sont pas à l'abri. Il y a du biscuit", prévient M. Hamon. Outre les porte-parole de M.Hollande et les anciens candidats à la primaire, une poignée de personnalités socialistes seront sollicitées pour mener la riposte, tels Bertrand Delanoë, Laurent Fabius, Hubert Védrine, François Rebsamen, Jean-Marc Ayrault, Jean-Pierre Bel, Vincent Peillon et même Lionel Jospin, dont l'entourage du candidat indique qu'il pourrait intervenir prochainement.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Hollande fait "une bonne campagne" selon 47% des Français (TNS-Sofres)

Hollande fait "une bonne campagne" selon 47% des Français (TNS-Sofres) | Hollande 2012 | Scoop.it

Près de la moitié des Français, 47% exactement, considère que François Hollande fait une "bonne campagne" en tant que candidat PS à l'élection présidentielle. 34% d'entre eux estimant au contraire qu'elle est mauvaise, selon un sondage TNS-Sofres pour Canal+ rendu public mardi. En revanche, 19% sont sans opinion. Parmi les sympathisants du PS, 74% répondent que leur candidat fait une "bonne campagne", 16% une "mauvaise campagne", et 10% sont sans opinion. Sondage réalisé les 22 et 23 novembre par téléphone auprès d'un échantillon de 970 personnes, sélectionné par quota et représentatif de la population française de 18 ans et plus.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Nucléaire : Hollande pointe un Sarkozy "en campagne et dans la caricature"

Nucléaire : Hollande pointe un Sarkozy "en campagne et dans la caricature" | Hollande 2012 | Scoop.it
  • Les socialistes n'ont pas vraiment apprécié la sortie de Nicolas Sarkozy sur l'accord PS-EELV concernant la filière nucléaire. Ils accusent le président de mentir en vue de l'élection présidentielle de 2012. François Hollande, candidat socialiste à l'élection présidentielle a estimé vendredi 25 novembre que "Nicolas Sarkozy est en campagne et dans la caricature" quand ce dernier l'accuse de vouloir "détruire la filière nucléaire""J'ai comme perspectives l'indépendance nationale, le pouvoir d'achat des Français et leur sécurité. Le nucléaire restera la source principale. Je préfère avoir cette vision équilibrée que d'être comme le candidat sortant dans une espèce de caricature et d'affirmation d'un modèle qui me paraît aujourd'hui dépassé", a dit le candidat socialiste en marge du forum Libération, auquel il participait. "Je suis pour la diversification des énergies pour produire de l'électricité, c'est-à-dire avec du nucléaire, puisque j'ai fixé la perspective pour 15-20 ans de réduire la part du nucléaire dans l'électricité de 75 à 50%, mais en même temps de faire monter les énergies renouvelables", a mis au clair François Hollande.
  • "Toujours la même méthode, des mensonges" / La première secrétaire du PS Martine Aubry a, elle, dénoncé les "mensonges" de Nicolas Sarkozy, sur les propositions de la gauche sur le nucléaire. Le chef de l'Etat "a préféré s'attaquer à la gauche et aux écologistes (...) toujours avec la même méthode, des mensonges, mensonges sur l'emploi, mensonges sur nos propositions plutôt que (...) de s'attaquer aux problèmes du pays", a déclaré Martine Aubry devant la presse à la mairie de Lille.
  • "Sortir du tout nucléaire et du tout pétrole""Préparer l'avenir, c'est d'abord la sobriété énergétique. C'est proposer un mix énergétique, sortir du tout nucléaire et du tout pétrole. M. Sarkozy est un président du siècle dernier", a-t-elle ajouté. "Il y a des centaines de milliers d'emplois à créer dans les énergies renouvelables tout en maintenant - c'est ce que propose François Hollande - une part de nucléaire à 50% dans la production d'électricité en 2025", a poursuivi la maire de Lille. "La France a toujours été en pointe dans les révolutions qu'il a fallu faire en matière énergétique. Nous avons une filière extraordinaire" sur laquelle il "faut s'appuyer, à la fois pour réduire la part du nucléaire (...) et en même temps pour développer ces énergies renouvelables", a-t-elle fait valoir.
  • Des "caricatures" pour "faire peur" / L'augmentation de la part des énergies renouvelables permettra aussi "une plus grande indépendance de la France (...) et une réduction du coût de l'électricité (...). L'uranium, c'est comme le pétrole, ce n'est pas renouvelable", a souligné la maire de Lille. Martine Aubry a également évoqué le problème de la "sécurité" du nucléaire, après la catastrophe de Fukushima, qu'il faut selon elle "mettre au premier rang". Elle a jugé "extrêmement choquant de voir un président de la République annoncer des mensonges les uns derrière les autres sur les propositions de ses adversaires", un chef de l'Etat qui "caricature les positions de chacun" et "veut faire peur".
  • Chantage à l'emploi / Pascal Terrasse a pour sa part accusé, dans un communiqué, le président de procéder "à un odieux chantage à l'emploi à des fins politiciennes". "Alors qu'il devrait être le garant du modèle français au coeur de la mondialisation ainsi que de l'unité républicaine, il agite le spectre des délocalisations", estime l'élu socialiste, qui préside la commission locale d'information de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse (Ardèche). Pascal Terrasse affirme par ailleurs qu'il va "solliciter le Conseil constitutionnel au sujet des visites récurrentes" du chef de l'Etat en province, "qui s'apparentent aujourd'hui à des meetings politiques".
more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Le politologue Stéphane Rozès conseille discrètement François Hollande

Le politologue Stéphane Rozès conseille discrètement François Hollande | Hollande 2012 | Scoop.it

Son nom, qui n'avait jusqu'ici pas filtré, ne figure pas dans l'organigramme officiel de campagne. Le politologue Stéphane Rozès est néanmoins l'un des visiteurs du soir, fort régulier quoique très discret, de François Hollande. "Il ne s'occupe pas du tout du suivi de l'opinion, il ne produit ni sondage, ni enquête 'qualis' [qualitatives]. Il fait partie des gens qui discutent avec lui sur les sujets de fond", assure un proche du candidat socialiste. L'ancien directeur général de l'institut de sondages CSA, aujourd'hui patron de la société Cap (Conseils analyses et perspectives), qui conseille essentiellement des entreprises, des collectivités ou des Etats tels que Monaco ou des pays africains, confirme : "Je travaille avec François sur la question des fondamentaux du pays. J'échange avec lui sur la symbolique présidentielle." (...) C'est pourquoi l'ex-sondeur, qui avait participé au débat organisé en juin 2009 à Lorient, premier pas de la longue marche de M. Hollande vers la présidentielle, a choisi "François", convaincu que ni Dominique Strauss Kahn, "dont la désinvolture ne correspondait pas à l'imaginaire français", ni Martine Aubry, qui "se mettait sans cesse au milieu d'un dispositif interne au PS dont elle s'est détachée trop tardivement", ne pourraient emporter la primaire. Diagnostic de M. Rozès : "François a renoué un lien singulier avec les Français. Son apparence s'est transformée, comme quelqu'un qui se prépare à des épousailles avec le pays. Comme quand Nicolas Sarkozy expliquait qu'il pensait à la présidentielle en se rasant". Mais attention : le discret conseiller "n'a pas autre chose qu'un rôle intellectuel. Il n'a aucun pouvoir occulte. Ce n'est pas le gourou caché", jure un proche de M. Hollande. L'intéressé en convient volontiers : "François s'entoure de conseils très divers. Il n'est prisonnier de personne. Il écoute les uns et les autres et fait ensuite sa propre équation." Pour preuve, M. Hollande ne prend pas toujours en compte ses avis. Ainsi, lorsque Stéphane Rozès lui a expliqué que "l'accord entre les écologistes et le PS était une mauvaise chose, sur la forme et le fond, car il mettait un écran entre lui et le pays." Le candidat, à l'évidence, ne l'a pas suivi.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Hollande est-il un vrai chef ?

Hollande est-il un vrai chef ? | Hollande 2012 | Scoop.it
  • "Interrogations sur sa personnalité, doutes sur sa parole, confusion autour de son programme: l'état de grâce du candidat socialiste n'aura pas duré. Il devient déjà urgent pour lui de mieux maîtriser sa campagne. Car il reste cinq mois avant le premier tour. Et rien n'est joué !"
  • "Ce jour-là, François Hollande décide de reprendre la situation en main. Dimanche 13 novembre, après une période de flottement, le candidat réunit son premier cercle dans une salle de l'hôtel Mercure de Pantin, en Seine-Saint-Denis. Il veut secouer ses lieutenants. Ses premiers mots sonnent comme un avertissement: "Si vous n'êtes pas en mesure de faire le travail en vous montrant exigeants, je vous sortirai de l'équipe de campagne", prévient-il. Avant d'insister: "Votre présence dans l'organigramme n'est pas une obligation." Fini, sa bonhomie habituelle. Les mots du vainqueur de la primaire sont des lames. Le candidat est furieux. "Il y a trop de fuites dans la presse", déplore-t-il, accusateur. Les journaux viennent de publier le lieu et la date de leur séminaire, alors que cette rencontre était censée rester secrète. Inadmissible! L'un des 30 participants a vendu la mèche. Hollande poursuit en évoquant un article qui vient de paraître dans le Journal du dimanche. Il y est question de sa sécurité. Le candidat aurait choisi, peut-on y lire, de se passer des fonctionnaires du Service de protection des hautes personnalités (SPHP) ayant travaillé en 2007 avec Ségolène Royal. "C'est faux et hallucinant, s'exclame le député de la Corrèze. Je n'ai jamais vu cette liste de noms. Par ces bavardages, qui sont une connerie, on donne le sentiment que je ne veux pas être au contact des gens." Sa consigne, dès lors, va être claire. Il lance à l'assistance, médusée: "Ne parlez pas à la presse, cessez les commentaires sur notre propre campagne." (...)"
more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Sarkozy, "président-candidat" : le PS va lancer une offensive à l'Assemblée

Sarkozy, "président-candidat" : le PS va lancer une offensive à l'Assemblée | Hollande 2012 | Scoop.it

L'opposition va intensifier son offensive contre le "président-candidat" Nicolas Sarkozy, qu'elle accuse de mener campagne aux frais de l'Etat. Après avoir saisi la Commission des comptes de campagne, et mis en place une équipe pour chiffrer le coût des déplacements du chef de l'Etat, deux députés de gauche ont prévu de lancer une nouvelle offensive, la semaine prochaine, en utilisant la tribune de l'Assemblée nationale. Le député socialiste Jean-Jacques Urvoas et celui apparenté PS, René Dosière, qui est spécialiste des comptes de l'Elysée, ont déposé deux motions de procédure pour s'opposer au projet de loi organique du gouvernement relatif au remboursement des dépenses de campagne de l'élection présidentielle, a annoncé M. Urvoas au Monde.fr, vendredi 16 décembre. Présenté le 30 novembre en conseil des ministres, ce projet de loi prévoit notamment de réduire de 5 % le plafond du remboursement public des dépenses des candidats à la présidentielle de 2012. MM. Urvoas et Dosière ont prévu de défendre leurs motions de procédure lors de la discussion de ce texte lundi 19 décembre, à 17 h, à l'Assemblée nationale. Ils devraient disposer chacun de trente minutes pour présenter leur requête et vont angler leurs interventions à l'Assemblée de manière à démontrer que Nicolas Sarkozy est en campagne pour sa réélection. "Nos motions sont un peu un prétexte pour passer notre message sur les déplacements de M. Sarkozy", reconnaît M. Urvoas. "Elles vont nous permettre de bénéficier d'une tribune et faire passer notre message au Conseil constitutionnel, qui doit relire toutes les motions de procédure", explique-t-il. Le député du Finistère, qui va déposer une motion de renvoi en commission, affirme qu'il va baser son argumentation sur la décision du Conseil d'Etat (en PDF), rendue en avril 2009, concernant le temps de parole du président de la République, et cassant celle du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) d'octobre 2007. Objectif du député PS : démontrer juridiquement qu'outre sa fonction de chef de l'Etat, M. Sarkozy exerce aussi une fonction partisane, pour qu'in fine, ses dépenses soient intégrées dans les comptes de campagne de l'UMP. De son côté, M. Dosière devrait déposer une motion de procédure, dite de renvoi en commission, pour demander que le projet de loi du gouvernement soit amendé. Le député de l'Aisne devrait axer son intervention sur la fréquence des visites présidentielles. René Dosière entend démontrer que leur rythme s'est accéléré depuis 2010 dans un but électoraliste. Selon ses calculs, M. Sarkozy aurait effectué 45 déplacements en province en 2010, pour atteindre 70 à 75 cette année.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Hollande accuse l'Elysée d'orchestrer les attaques à son encontre

Hollande accuse l'Elysée d'orchestrer les attaques à son encontre | Hollande 2012 | Scoop.it

A Bondy (Seine-Saint-Denis), en marge d'un déplacement consacré à l'éducation, le candidat du PS à la présidentielle, François Hollande, a accusé Nicolas Sarkozy d'orchestrer la campagne de dénigrement le concernant, qui s'est intensifiée ces derniers jours. "Ces messages sont organisés, partent du plus haut niveau, ils sont répétés, scandés, quand ils ne sont pas préparés au QG de campagne du président qui n'est pas candidat (...). Moi je ne tomberai pas dans ces travers, je n'utiliserai pas de mots qui peuvent abaisser le niveau de la politique (...). Je ne voudrais pas que la campagne soit simplement organisée autour des formules et des dénigrements des uns et des autres. Les mots qui sont utilisés, les formules qui sont prises, ça ne m'atteint pas, en aucune façon. Moi, je conduis mon parcours avec sérénité et avec le sens des responsabilités."

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Hollande appelle à ''la combativité''

Hollande appelle à ''la combativité'' | Hollande 2012 | Scoop.it

François Hollande a appelé ce soir [13/12] à "la mobilisation" des socialistes face à la droite lors de la première réunion de son conseil politique de campagne, réuni au siège du PS, rue de Solférino. Lors d'une intervention liminaire, le candidat socialiste à la présidentielle a appelé à une "combativité forte" de ses équipes "face à une droite dont on sent bien qu'elle est en train de monter le ton" avec "des attaques permanentes, personnelles à un niveau tout à fait indigne du débat démocratique", a rapporté Pierre Moscovici, son directeur de la campagne, lors d'une conférence de presse, à l'issue de la réunion. M. Hollande est arrivé et reparti de la rue de Solférino en évitant la presse. "La droite est en train de franchir chaque jour un pas supplémentaire dans la virulence de ses attaques" mais "elle n'a aucune leçon à nous donner", a déclaré M. Moscovici citant "les affaires" Karachi, Bettencourt et Takkiedine. "Nous rendrons coup pour coup" et "avec énormément de fermeté", a prévenu le député du Doubs, accusant le gouvernement et l'UMP "de plonger la campagne dans le caniveau". Au programme de la réunion figuraient l'accord de Bruxelles et le patriotisme industriel, qui fait désormais partie des thèmes majeurs de la campagne du candidat PS. Il y avait aussi la clarification sur l'âge de départ à la retraite, après les propos de François Hollande. "La position qui est celle du bureau national, de François Hollande, de Martine Aubry, de tout le monde c'est que, sans attendre la négociation, nous commencerons par permettre tout de suite à ceux qui ont commencé à travailler tôt de partir avec une retraite pleine parce qu'ils ont cotisé assez", a déclaré à la presse le porte-parole du PS Benoît Hamon, après la réunion. "Ensuite, ce qui doit être soumis à la négociation avec les syndicats et le patronat, c'est le montant de la décote qui se déclenche à partir de la retraite à 60 ans dès lors qu'on n'a pas assez d'annuités de cotisations pour partir avec une retraite à taux plein", a-t-il expliqué. Le conseil politique rassemble une cinquantaine de personnes : membres du Bureau national du PS, de l'équipe de campagne du candidat, ainsi que des représentants du partenaire PRG. Il est présidé par la première secrétaire du PS Martine Aubry, secondée par le président du Parti radical de gauche Jean-Michel Baylet, tous deux ex candidats à la primaire.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Campagne Hollande 2012 : 1er "conseil politique" bimensuel ce 13/12 avec le PS et le PRG

Campagne Hollande 2012 : 1er "conseil politique" bimensuel ce 13/12 avec le PS et le PRG | Hollande 2012 | Scoop.it

Un lieu de coordination entre le parti et l'équipe du candidat. Voilà comment les dirigeants socialistes définissent le rôle du conseil politique de la campagne de François Hollande qui se tient pour la première fois aujourd'hui au siège du PS. Coprésidé par deux anciens concurrents de François Hollande, Martine Aubry et Jean-Michel Baylet, cette instance réunit les membres du bureau national (sorte de gouvernement du PS) auquel se grefferont des proches du candidat. « Il s'agit avant tout de discuter ensemble des thèmes de campagne », glisse Safia Otokoré, chargée de mission auprès du directeur de campagne, Pierre Moscovici. L'essentiel est également de donner un rôle actif aux cadres du PS et notamment à Martine Aubry, qui a affirmé à plusieurs reprises sa loyauté envers Hollande. Le divorce entre Ségolène Royal et le parti avait été une des principales failles de 2007. « Ce conseil politique permet de reconnaître à leur juste valeur les instances dirigeantes du PS, mais ce sera également un lieu privilégié d'écoute pour François Hollande, qui pourra ressentir les humeurs », résume Bruno Le Roux, porte-parole du candidat. Cette instance se réunira a priori une fois tous les quinze jours, en alternance avec le bureau national.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

L'équipe de François Hollande écrira à ses sympathisants avant Noël

Les coordonnées des 650 000 sympathisants de gauche récoltées lors de la primaise n'ont pas encore été exploitées à l'échelle nationale par François Hollande et son équipe de campagne. Deux tests ont été effectués à l'échelle locale lorsque François Hollande s'est déplacé à Strasbourg et en Saône-et-Loire. Un premier courriel devrait arriver dans les messageries de tous les sympathisants dans les jours à venir ; en tout cas "avant Noël", a confirmé le responsable de la web-campagne de François Hollande, Vincent Feltesse. Les modalités d'utilisation de ce trésor de guerre du PS seront précisées lors d'une réunion avec les mandataires de la rue de Solférino dans les fédérations socialistes. Elle doit avoir lieu dans le week-end du 10 et 11 décembre.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Aubry : Sarkozy "veut faire peur", Hollande "apporte l'espoir"

Aubry :  Sarkozy "veut faire peur", Hollande "apporte l'espoir" | Hollande 2012 | Scoop.it

Martine Aubry, première secrétaire du PS, estime, dans un entretien à Libération [07/12], que "Nicolas Sarkozy divise et veut faire peur" alors que "François Hollande veut redresser notre pays et apporte l'espoir". Interrogée sur la menace de dégradation de la note de la France par Standard and Poor's, Mme Aubry répond : "aucun responsable ne peut souhaiter une dégradation de la note de notre pays" car "les Français en subiraient les conséquences par une augmentation des taux d'intérêt". "Aujourd'[ui, la France est affaiblie par une mauvaise gestion financière et une mauvaise politique économique" et "le président persiste dans des politiques de stricte austérité qui nous mènent au mur", déplore-t-elle, appelant à une "bataille économique contre la récession et le chômage, au côté d'une réduction de la dette"Pour Mme Aubry qui dénonce "le duo Sarkozy-Merkel" et son "Europe technocratique et libérale", "se lancer dans une révision des traités est aussi inefficace qu'inutile" et "la règle d'or, c'est la même histoire": "on veut nous faire croire que l'on ferait demain ce qu'on n'a pas fait depuis des années". Au lieu de s'inspirer de l'Allemagne "quand elle soutient ses PME" et "booste sa recherche et la formation de ses salariés", le chef de l'Etat "n'a malheureusement pas choisi de retenir ce qui est positif dans le modèle allemand, mais de s'aligner sur la libérale Mme Merkel", juge-t-elle. Interrogée quant à savoir si l'antisarkozysme suffira pour gagner en 2012, la maire de Lille assure que "les Français n'ont pas besoin de nous pour mesurer l'échec considérable de M. Sarkozy" en matière de chômage, pouvoir d'achat, "casse des services publics" ou insécurité. Mais "ils nous demandent de montrer qu'il y a un autre chemin possible pour sortir de la crise". Mme Aubry plaide pour "un nouveau modèle de développement économique social et écologique, et une société plus démocratique et plus solidaire". "Nicolas Sarkozy divise et veut faire peur. François Hollande veut redresser notre pays et apporte l'espoir", estime-t-elle. La patronne du PS qui entamera une "campagne de terrain dès janvier", affirme également travailler "de manière très proche et dans la confiance" avec le candidat du parti, qui l'avait battue au second tour de la primaire. "On se parle en continu et on se voit chaque semaine. Tout le parti est mobilisé pour que François Hollande gagne en 2012".

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Equipe de campagne de F. Hollande : organigramme détaillé

Equipe de campagne de F. Hollande : organigramme détaillé | Hollande 2012 | Scoop.it

Retrouvez les différentes personnalités qui composeront les pôles thématiques, l’organisation opérationnelle et le cabinet de François Hollande au sein de l’équipe de campagne sur le site du candidat.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Le "candidat" Sarkozy déjà en campagne ? L'équipe de François Hollande exige une enquête.

Le "candidat" Sarkozy déjà en campagne ? L'équipe de François Hollande exige une enquête. | Hollande 2012 | Scoop.it

Le Parti socialiste dénonce le financement par l'Etat des derniers déplacements en date de Nicolas Sarkozy. Lorsqu'il se rend devant les maires ou sur un site nucléaire par exemple, les socialistes estiment que c'est plus en tant que futur candidat à l'élection présidentielle que comme président de la République. Le mandataire de la campagne de François Hollande, Daniel Vaillant, et le président de la commission de contrôle financier du PS, Pascal Terrasse, ont donc saisi mercredi la Commission nationale des comptes de campagne (CNCCFP) pour enquêter. Le déplacement de Nicolas Sarkosy à Tricastin dans la Drôme la semaine dernière notamment ne passe pas auprès des deux députés socialistes. Ces derniers demandent au président de la CNCCFP, François Logerot, "s'il est légitime que les frais engagés par le président de la République lors de déplacements qui relèvent d'actes de propagande soient assumés par le contribuable, et s'ils doivent ou non entrer dans le cadre des comptes de campagne". Selon eux, "depuis plusieurs semaines, le président de la République multiplie les déplacements en province, dont le choix des thèmes et l'organisation indiquent qu'il est d'ores et déjà candidat à sa propre succession, et que ces déplacements réguliers relèvent d'actes de propagande". A l'occasion de ce déplacement à Tricastin, "a par ailleurs été organisé le déplacement de nombreux militants du parti politique dont il est issu, sans que toute transparence ait été faite sur l'origine des fonds", accusent-ils. "Les frais engagés lors de ce déplacement qui s'inscrit dans le cadre de la campagne présidentielle n'ont pas été intégrés aux comptes de campagne de Nicolas Sarkozy", affirment les deux lieutenants de François Hollande. "Nous estimons que la démarche de Nicolas Sarkozy ne relève pas de ses fonctions de président de la République mais de celles de candidat à sa propre succession", soulignent les deux députés dans un courrier adressé à François Logerot. "Le président de la République se sert de l'argent des contribuables pour financer sa stratégie de communication, et ce sans que les frais engagés ne soient par ailleurs intégrés à ses comptes de campagne", conformément au code électoral, ajoutent-ils. Le compte de campagne retrace l'ensemble des recettes perçues et des dépenses engagées ou effectuées par un candidat au cours de l'année précédant le premier jour de l'élection et jusqu'au dépôt de ce compte auprès de la CNCCFP. "Outre un détournement des fonds publics et du pouvoir conféré par son statut présidentiel, la démarche de Nicolas Sarkozy paraît constituer une infraction à la législation électorale", soulignent les deux responsables socialistes. Interrogé sur France Info à ce sujet, Patrick Ollier, ministre des relations avec le Parlement, a répliqué que c'est "une fausse polémique : "une campagne électorale commence quand le candidat dit qu'il est candidat"Au final, ce sera pourtant à la Commission nationale des comptes de campagne de déterminer si Nicolas Sarkozy a bien respecté les règles du jeu.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Présidentielle : François Hollande trouve des bureaux

Présidentielle : François Hollande trouve des bureaux | Hollande 2012 | Scoop.it

Enfin un toit. Après quelques tâtonnements (le 7e? Trop bourgeois. Le 14e? Pas assez pratique.), l’équipe de campagne de François Hollande a trouvé des locaux de campagne, dans le 8e arrondissement, près de l’Elysée, selon une information diffusée par Europe 1 puis confirmée par Pierre Moscovici. «Ces locaux seront temporaires et dédiés au candidat et à la direction de campagne», a expliqué le directeur de campagne. A peine déposés, les cartons pourraient donc vite être remballés. «Ce n’est qu’une solution provisoire, pas encore son QG définitif de campagne. Son bureau de l’Assemblée devenait trop petit pour organiser des réunions», affirme un proche du candidat. Le candidat, qui n’en a pas fini avec ses recherches, s’installera dans un vrai QG de campagne début janvier. Ce lieu définitif accueillera toute la caravane : l’équipe du candidat, les journalistes et les militants. Le personnel du PS restera au siège de Solferino. Ces bureaux temporaires du 21 rue de l'Arcade vont dans un premier temps permettre de réunir des équipes réduites et donc de mieux coordonner la campagne. Manuel Valls a confirmé, mardi matin, qu’une réunion sur la communication y aurait lieu tous les matins, à partir de cette semaine. L’occasion de régler la mire entre les porte-paroles de l’équipe de campagne dirigés par Valls et les porte-flingues du PS (Benoît Hamon et David Assouline, secrétaire national à la communication). Au moment de l’assassinat d’Agnès au Chambon-sur-Lignon, le PS et l’équipe avaient réagi de façon totalement désordonnée. D’autre part, la stratégie de campagne devrait être affinée dans les jours qui viennent. Enfin, l’équipe de François Hollande devrait tenir son premier Conseil politique le 13 décembre. «François Hollande agira en toute liberté, s’exprimant sur les sujet s au moment où il le souhaite mais on ne sera pas dans la contre-attaque systématique», affirme un membre de l’équipe du candidat qui souhaite imposer ses thématiques et son agenda à la campagne.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

La "team féminine" de François Hollande

La "team féminine" de François Hollande | Hollande 2012 | Scoop.it

Le 21 novembre, onze femmes membres de l’équipe de campagne du candidat PS se sont réunies place de la République à Paris. De gauche à droite : Safia Otokoré (Chargée de mission auprès de Pierre Moscovici) -  Marie-Hélène Aubert (Cette ex-députée écolo, 56 ans, n’a pas sa carte au PS. Hollande a confié à cette prise de guerre les questions environnementales. Cette prof-documentaliste s’est présentée aux cantonales en mars pour EELV) - Mireille Le Corre (Cette haute fonctionnaire de 35 ans est responsable de l’immigration et de ­l’intégration : « La gauche a de vraies propositions à ­avancer », promet-elle) - Isabelle Sima (Originaire de Corrèze, elle connaît Hollande depuis trente ans. Aux côtés de Stéphane Le Foll, responsable de l’organisation, cette ex- permanente du PS gère les déplacements et les meetings du candidat) - Laurianne Deniaud (Responsable des relations avec les jeunes) -  George Pau-Langevin (Chargée des questions sociétales) - Najat Vallaud-Belkacem (A 34 ans, pour sa ­seconde campagne présidentielle, cette avocate est porte-­parole, comme en 2007. Elle a refusé d’être parachuté à Villeurbanne pour les législatives) - Delphine Batho (La députée de l’ex-circonscription de Royal dans les Deux-Sèvres fait partie des trois « royalistes » intégrés dans l’équipe. A 38 ans, l’ex-présidente de la Fidl, militante de « l’ordre juste », est une des porte-parole) - Marisol Touraine (Députée et présidente du conseil général d’Indre-et-Loire, cette ex-strauss-kahnienne de 52 ans, fille du sociologue Alain Touraine, se retrouve en charge du social) - Aurélie Filippetti (Elle est passée par les Verts avant de rejoindre Royal, puis de passer dans le camp Hollande. Cette fille de mineur, auteure de deux romans remarqués, est, à 38 ans, députée de la Moselle. Son dossier : la culture) - Fleur Pellerin (Responsable de l’économie numérique).

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Hollande s'offre un bain de foule et de hourras à Bordeaux, terre de Juppé

Hollande s'offre un bain de foule et de hourras à Bordeaux, terre de Juppé | Hollande 2012 | Scoop.it

Le candidat PS à la présidentielle François Hollande s'est offert un bain de foule imprévu jeudi à Bordeaux, ville dont Alain Juppé est le maire, alors qu'il se rendait dans une librairie, accompagné de hourras, pour dédicacer son ouvrage, a constaté un journaliste de l'AFP. "C'est encourageant", a reconnu le candidat PS devant une longue file d'attente de personnes désireuses d'obtenir un exemplaire du "Rêve français" dédicacé. "Il y a une relation qui se noue déjà depuis plusieurs mois et qui doit conduire à la victoire si les Français veulent nous accompagner dans ce cheminement de relation de confiance", a-t-il ajouté. M. Hollande, à qui l'on demandait si selon lui "la mayonnaise prend avec les Français", a répondu que "pour l'instant, on n'est pas dans la cuisine, on est dans la construction d'une relation avec des Français qui doutent, qui s'inquiètent - et il y a de quoi- et qui veulent qu'on leur dise qu'il y a un autre chemin". Auparavant dans les rues de Bordeaux, qu'il a parcourues aux côtés d'élus socialistes girondins, pour se rendre dans la librairie depuis le théâtre de la ville où il participait à un débat sur la jeunesse, François Hollande a estimé ressentir "un élan" avec pour preuve selon lui "des sondages qui sont très favorables""Ce sera une lutte, une bataille, un combat dans l'intérêt de la France", a-t-il prédit : "Mon seul devoir, fort de la confiance qui m'est attribuée, c'est d'aller vers les Français et les convaincre", a-t-il déclaré, entouré de badauds et de jeunes militants PS qui l'acclamaient.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Hollande "sommé de se ressaisir"

Hollande "sommé de se ressaisir" | Hollande 2012 | Scoop.it
  • La campagne du candidat PS bat de l'aile depuis quelque temps. Des soutiens l'exhortent à réagir. Cacophonie sur le nucléaire, sondages en baisse, flottements dans l'organisation de campagne. Certains observateurs commencent à s'interroger sur le leadership du candidat socialiste alors que la droite s'en donne à coeur joie. Et en privé François Hollande ne s'en cache pas : difficile de trouver un rythme. Des critiques commencent même à s'élever dans le propre camp du socialiste.
  • "Il faut qu'il reprenne les choses en main" C'est un bruit que l'on entend depuis plusieurs jours dans les rangs socialistes. Pour la première fois, un soutien de François Hollande pendant la primaire, le maire de Lyon Gérard Collomb, le dit tout haut. "Il faut que François Hollande reprenne les choses en main et dise comment il voit la France, avec quels alliés, les thèmes programmatiques, le projet, parce qu'on voit bien que cela fait un peu désordre", explique au micro d'Europe 1 le sénateur socialiste.
  • "Le pilote, c'est François" Certains dans le camp de François Hollande préfèrent y voir une période de rodage, comme Jack Lang, ambassadeur du candidat à l'étranger. "Aujourd'hui, c'est la mise en place progressive des équipes, de l'organisation. Je suis de ceux qui pensent qu'il ne faut pas aller trop vite en besogne", estime le député du Pas-de-Calais. Et ce dernier l'assure : "le pilote, c'est François Hollande. Il ne cède pas aux agitations du moment. Il n'est pas fébrile. Il est tourné vers l'élection du mois de mai".
  • Selon L'Express, François Hollande aurait déjà recadré ses troupes, leur demandant de "cesser les commentaires" sur sa "campagne". Et Pour tenter de fermer cette parenthèse chaotique, François Hollande préparerait deux déplacements européens, à Bruxelles la semaine prochaine et Berlin début décembre.
more...
No comment yet.