Hollande 2012
Follow
Find tag "Besson"
10.8K views | +0 today
Hollande 2012
François Hollande candidat à Présidence de la République / Running For President / 2012
Curated by Erwan Lescop
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Le moins-disant numérique d'Eric Besson (Fleur Pellerin)

Le moins-disant numérique d'Eric Besson (Fleur Pellerin) | Hollande 2012 | Scoop.it

Le numérique est bien plus qu'une question de chiffres : c'est une révolution sociétale, industrielle et populaire qui mérite mieux que le vague plan "France 2020 " présenté par Eric Besson à l'occasion des Assises du numérique. La notion même de plan numérique relève de l'oxymore... Mais qu'on se rassure : le travail de M.Eric Besson ne comporte ni grande vision d'avenir, ni gestion prudente de père de famille ! C'est un ensemble de mesurettes, qui sont non seulement incohérentes entre elles, mais aussi contradictoires avec les nouveaux modèles d'affaires de l'Internet, avec les intérêts stratégiques des entreprises françaises et avec les directives européennes en vigueur ou en préparation. Selon les propres données d'Éric Besson, le numérique représente 3,7% de l'emploi en France, et expliquerait un quart - et bientôt un tiers - de la croissance. En outre, il aurait créé 700.000 emplois depuis quinze ans et en créerait 450.000 de plus d'ici à 2015. Avec pour toile de fond ces prévisions mirifiques dans la période de crise que nous traversons, chacune des mesures annoncées aujourd'hui apparaît conçue comme si le numérique fonctionnait en silo, secteur par secteur, avec, suivant la méthode qui restera la marque des années Sarkozy, des petits cadeaux entre amis... Développer la 3D ? Créons une chaîne pour cela, et qu'importe si elle se fait sans contenus ni technologie française, faute de moyens adéquats pour les soutenir ! Améliorer la compétitivité ? La valorisation de la recherche sera le modèle de référence, même si le numérique crée des interactions nouvelles entre chercheurs, designers, entrepreneurs et société civile ! Prendre pied dans le "cloud " ? Assimilons-le au calcul intensif et maquillons les investissements d'avenir pour soutenir des programmes déjà prévus depuis plusieurs années ! Le comble est atteint quand M. Besson affirme vouloir soutenir les "start up" alors que la majorité a rogné au printemps le statut des jeunes entreprises innovantes (JEI) et raboté le crédit d'impôt recherche. La France n'a pas besoin d'un plan 2020 ! Elle dispose déjà d'écoles de niveau international dans tous les secteurs du numérique, d'un vrai terreau d'entrepreneurs et d'acteurs associatifs, souvent très impliqués dans la communauté du logiciel et des contenus libres. Elle a su préserver un vivier de créateurs capables d'alimenter les "tuyaux" et de développer les services sur Internet. Ce qui manque à notre pays, c'est un écosystème en ordre de marche et un environnement juridique stable. Après les revirements de la droite sur le statut des jeunes entreprises innovantes, que la nouvelle majorité de gauche au Sénat essaie de rétablir, les investisseurs français et étrangers ont besoin d'être rassurés. Les défis de la télévision connectée, de la Net-neutralité, de l'e-santé, de l'e-éducation ou du "green IT ", pour n'en citer que quelques-uns, méritent qu'on s'y intéresse bien plus sérieusement. Après dix ans d'une gestion calamiteuse de l'innovation par la droite, nos entreprises, nos chercheurs et nos start-up ne rêvent que d'une chose : partir ! A nous de leur donner envie de rester. Retrouvons la "french touch " du numérique !

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Sarkozy et Hollande, les oreilles et les yeux de l'un sur l'autre

Sarkozy et Hollande, les oreilles et les yeux de l'un sur l'autre | Hollande 2012 | Scoop.it
  • Le déjeuner allait débuter, ce 7 novembre, dans ce petit salon de l'Elysée où Nicolas Sarkozy reçoit presque chaque semaine les ministres et élus qui préparent sa campagne, quand Eric Besson a pris la parole. "Ne vous trompez pas, Hollande sera plus solide que ne l'a été Ségolène en 2007, a assuré le ministre de l'industrie. Mais il a une incapacité à décider et à trancher sur les hommes. Lorsqu'il était premier secrétaire, c'était déjà son principal défaut. Je suis bien placé pour le savoir…" Puis il s'est arrêté net, notant le silence général. "Evidemment, je ne veux pas que ce que je vous dis se retrouve dans la presse." M. Sarkozy a aussitôt coupé court : "S'il y a des fuites, je saurai d'où elles viennent…" Depuis 2007 – quand le président de la République a fait venir cet ancien socialiste en rupture de ban –, Eric Besson est plus qu'un précieux transfuge. Il est son meilleur analyste de la culture socialiste. Son plus fin connaisseur de la psychologie de François Hollande aussi. Longtemps chargé de l'économie au sein du bureau national du PS, M.Besson était l'un des proches de celui qui était alors premier secrétaire du parti… jusqu'à ce que la candidature de Ségolène Royal les éloigne et qu'Eric Besson "trahisse" son camp en passant à l'adversaire, après le premier tour de l'élection présidentielle de 2007. Déjà, au moment de l'entre-deux-tours, il s'était proposé pour "jouer" le rôle de la candidate Royal afin de mieux préparer Nicolas Sarkozy au débat télévisé qui devait les opposer. Depuis, il assume d'endosser celui de décrypteur de la gauche à l'Elysée.
  • Le député de la Corrèze ne dispose pas d'un tel transfuge. Les ministres d'ouverture, Bernard Kouchner et Jean-Marie Bockel, sont sortis du gouvernement sans revenir vers la gauche. L'ancien haut-commissaire aux solidarités Martin Hirsch, s'il a revu François Hollande au moment de la campagne de la primaire PS, se tient à l'écart de la campagne. Seul l'ex-secrétaire d'Etat aux affaires européennes Jean-Pierre Jouyet a vraiment renoué avec celui qui était son ami de trente ans, mais les deux hommes s'interdisent encore d'aborder ce qui les a un temps séparés. Le candidat socialiste dispose pourtant, dans son entourage, de quelques bons connaisseurs de la droite. Un de ses proches cite sa compagne, Valérie Trierweiler, ancienne journaliste politique. Il peut aussi compter dans son équipe au moins deux familiers de la psychologie du président : Julien Dray et Manuel Valls. Tous deux courtisés par Nicolas Sarkozy, qui rêva en 2007 de les ajouter à son tableau de chasse des ministres venus de la gauche. Le responsable de l'animation et le patron de la communication de sa campagne savent la capacité de séduction, la brutalité et la réactivité du chef de l'Etat. M. Dray, notamment, connaît Nicolas Sarkozy depuis 1988, lorsque l'un et l'autre étaient chargés de la jeunesse pour la gauche et le RPR. Depuis, comme M. Valls, il a maintes fois débattu avec lui, notamment de la sécurité, lorsque Nicolas Sarkozy tenait le ministère de l'intérieur. "Ne te méprends pas, ont-ils dit tous deux à François Hollande. Il se battra jusqu'au dernier sang." Inquiets, ces dernières semaines, de constater une relative faiblesse de l'organisation de l'équipe de campagne du candidat socialiste, ils ont l'un et l'autre alerté François Hollande. "Sarkozy veut gagner le premier round par KO, a rappelé Julien Dray. Il balance d'emblée le maximum de coups pour t'ébranler. Si tu lui laisses de l'espace, il reprendra l'initiative…"
more...
No comment yet.