Hollande 2012
Follow
Find tag "Ayrault"
11.0K views | +0 today
Hollande 2012
François Hollande candidat à Présidence de la République / Running For President / 2012
Curated by Erwan Lescop
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

François Hollande : "Je serai le président du redressement productif et industriel"

François Hollande : "Je serai le président du redressement productif et industriel" | Hollande 2012 | Scoop.it

François Hollande a visité, le 19 décembre, les chantiers navals de Saint Nazaire, avant de rencontrer les salariés d’ « Espace » et d’Airbus. « Je suis aujourd'hui à Saint Nazaire et sur ses chantiers, car notre pays a un avenir industriel » a affirmé François Hollande visitant les chantiers naval de Saint Nazaire. Dressant le bilan de la politique industrielle de Nicolas Sarkozy, le candidat à l’élection présidentielle a évoqué les « 400 000 emplois » qui ont été supprimés. Revenant sur le "pacte productif", un contrat avec les entreprises, « dans lequel nous fixerons les grandes filières d'avenir », et où « nous dégagerons les moyens financiers, sur le plan budgétaire, fiscal et de l'épargne », François Hollande a conclu sa visite par ces mots : « Je serai le président du redressement financier, mais aussi du redressement productif et industriel »

[Vidéo : cliquez sur l'image] 

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Hollande à Berlin pour proposer l'alternative

Hollande à Berlin pour proposer l'alternative | Hollande 2012 | Scoop.it
  • Dimanche, François Hollande s'est offert un après-midi détente à Berlin, avec, entre autres, le président du groupe PS à l'Assemblée nationale, Jean-Marc Ayrault, son directeur de la communication, Manuel Valls, mais aussi sa compagne, la journaliste Valérie Trieweiler. Ayrault a raconté en live - et en photos - sur twitter, la ballade qui les a menés de la Potsdamer Platz, "ancien no man' s land du temps du mur, symbole de la renaissance de Berlin", précise l'ancien prof d'allemand, à "une partie du mur de Berlin conservée et saisie par les artistes." Une pause dans cette campagne démarrée tôt, mais surtout à la veille d'un discours crucial. Alors que Angela Merkel doit arriver à Paris lundi pour rencontrer Nicolas Sarkozy, Hollande doit lui s'exprimer comme invité d'honneur - c'est une première - au congrès du SPD, le parti social démocrate allemand, dirigé par Sigmar Gabriel. "C'est un tournant de la campagne", assure un cadre du PS, au fait des questions internationales.
  • "Lundi, on clôt les bazars successifs et on reprend la main", promet cet élu, faisant référence à l'épisode chaotique de l'accord avec Europe Écologie-Les Verts, à celui des investitures aux législatives, mais surtout à la polémique provoquée par les propos de deux élus socialistes. C'est d'abord Arnaud Montebourg, le troisième homme de la primaire, qui a accusé Angela Merkel de "mener une politique à la Bismarck", et c'est ensuite le député de Paris Jean-Marie Le Guen, qui a assuré que Nicolas Sarkozy ressemblait plus à "Edouard Daladier qu'à Charles de Gaulle." Rappelons qu'Edouard Daladier, alors président du Conseil, avait signé en 1938 les accords de Munich qui accordaient à Hitler l'annexion des Sudètes en Tchécoslovaquie. Largement de quoi provoquer des cris d'orfraies à droite, le Premier ministre François Fillon sommant dimanche matin Hollande de mettre un terme à une "dérive stupide aux relents germanophobes." Dans Le Journal du Dimanche, le socialiste appelle simplement à éviter des déclarations "qui pourraient donner le sentiment que nous sommes en conflit alors que nous avons des différends qu'il nous appartient de régler dans l'intérêt général de l'Europe". Mais ses lieutenants sont montés au créneau pour attaquer la droite en retour. Le député européen Harlem Désir, présent à Berlin, a ainsi rappellé sur son blog que, "dans son discours du 17 avril 2007", Sarkozy s'était "livré à des attaques d'une violence inouïe contre l'Allemagne". Et de citer le chef de l'Etat : "La France n'a jamais cédé à la tentation totalitaire. Elle n'a jamais exterminé un peuple. Elle n'a pas inventé la solution finale, elle n'a pas commis de crime contre l'humanité, ni de génocide".
  • Hollande tient donc à reprendre la main à Berlin, et au PS, on n'est pas loin de remercier Nicolas Sarkozy de ne pas avoir voulu le laisser seul sur la scène européenne lundi. "François Hollande n'avait pas de tribune à la hauteur du discours de Toulon. En insistant pour que Merkel vienne à Paris lundi, il lui offre." En effet, ce sera l'occasion de comparer deux photos : le couple franco-allemand actuellement aux manettes mais à la peine, sans position commune à la veille d'un énième sommet européen de sortie de crise d'un côté, et les têtes d'affiche de l'opposition de l'autre. François Hollande compte populariser son alternative, qu'il a présentée lors d'une tournée express à Bruxelles mercredi dernier : le pacte de responsabilité, de gouvernance et de croissance. Et au passage, combler un peu un déficit de crédibilité dont il souffre sur la scène internationale.
more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Ayrault : Sarkozy "caricature la position de François Hollande"

Ayrault  : Sarkozy "caricature la position de François Hollande" | Hollande 2012 | Scoop.it

Réagissant aux déclarations du chef de l'État sur l'énergie nucléaire, le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale Jean-Marc Ayrault a accusé, vendredi, Nicolas Sarkozy de "mentir" et "d'être le président du déclin". "Il faut vraiment que le président de la République, candidat à sa propre succession, soit aux abois pour mentir à ce point et caricaturer la position de François Hollande, au point de parler de la bougie et de retour au Moyen Âge, et allant jusqu'à affirmer que François Hollande était adversaire du nucléaire", a déclaré celui qui est aussi conseiller spécial du candidat PS. Selon lui, "François Hollande porte un projet ambitieux : réussir la transition énergétique pour le XXIe siècle, alors que Nicolas Sarkozy est le président du déclin". "Si Nicolas Sarkozy veut maintenir 75 % d'électricité d'origine nucléaire, comment va-t-il faire dans les années qui viennent ? A-t-il l'intention de les remplacer et avec quel argent ?" a lancé le responsable socialiste. "Passer de 75 % à 50 % d'électricité d'origine nucléaire (comme le propose le candidat socialiste, NDLR), cela implique à la fois de garder la Hague, de construire Flamanville et d'investir dans les énergies renouvelables", a souligné Jean-Marc Ayrault.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Lagarde / Tapie : "Une affaire d'Etat"

Lagarde / Tapie : "Une affaire d'Etat" | Hollande 2012 | Scoop.it

Alors que la CJR ouvre aujourd'hui l'enquête, Olivier Faure revient sur la procédure engagée par J.M. Ayrault et le groupe socialiste à l'Assemblée Nationale.

more...
Joseph's comment, August 5, 2011 2:08 PM
Le devoir des juges c'est de rendre justice dans cette affaire, leur métier de la différer. Il ya certainement quelques-uns qui savent leur devoir et font leur métier. La justice est si sacrée, elle semble si nécessaire aux succès des affaires que ceux-là mêmes qui la foulent au pied prétendent n'agir que d'après ses principes. Nous socialistes voulons et espérons que justice sera vraiment rendue de sorte que les Français ne puissent pas perdre confiance en la justice qui finalement pour eux serait comparable à un filet de pêche à travers lequel passent les gros poissons et où sont retenus tous les petits sans exception!
Joseph's comment, August 5, 2011 2:08 PM
Le devoir des juges c'est de rendre justice dans cette affaire, leur métier de la différer. Il ya certainement quelques-uns qui savent leur devoir et font leur métier. La justice est si sacrée, elle semble si nécessaire aux succès des affaires que ceux-là mêmes qui la foulent au pied prétendent n'agir que d'après ses principes. Nous socialistes voulons et espérons que justice sera vraiment rendue de sorte que les Français ne puissent pas perdre confiance en la justice qui finalement pour eux serait comparable à un filet de pêche à travers lequel passent les gros poissons et où sont retenus tous les petits sans exception!
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

M. Ayrault : "Hollande est un Européen convaincu, pas un Européen béat"

M. Ayrault : "Hollande est un Européen convaincu, pas un Européen béat" | Hollande 2012 | Scoop.it
  • Le président du groupe socialiste de l'Assemblée nationale, Jean-Marc Ayrault, a été nommé conseiller spécial de François Hollande pour sa campagne. Dans un entretien au Monde, il revient sur la promesse du candidat du PS à l'élection présidentielle de renégocier le projet de traité européen trouvé à Bruxelles le 9 décembre, s'il est élu président de la République. Le projet d'accord, selon M. Ayrault, "se résume à un carcan budgétaire et disciplinaire".
  • Vous avez accompagné François Hollande au congrès du SPD (Parti social-démocrate) en Allemagne. A quoi a servi ce déplacement outre-Rhin ? François Hollande a été l'invité d'honneur au congrès du SPD parce que nous partageons la même volonté de réorienter l'Europe. Mais il rencontrera aussi, début 2012, les dirigeants en place, Mme Merkel, le Parlement, parce que c'est avec eux qu'il négociera. Ce qui se joue, c'est la sortie de la crise et une nouvelle étape de l'intégration européenne. Nous n'avons pas le droit de rater ce rendez-vous crucial.
  • L'avenir de l'Europe passe par le couple franco-allemand ? La qualité de la relation franco-allemande passe par une empathie réciproque des dirigeants mais aussi par la franchise qui créé la confiance. Aujourd'hui, elle n'existe pas. M. Sarkozy et Mme Merkel se livrent une sourde compétition. Dès le départ, Nicolas Sarkozy croyait l'axe franco-allemand dépassé ; puis il a cherché à tirer la couverture à lui. Pour terminer, il a négocié en position de faiblesse parce que son quinquennat a affaibli la France. Comment aurait-il pu obtenir quoi que ce soit de l'Allemagne, qui a réussi son redressement, quand lui-même a plongé la France dans le surendettement et la récession ? François Hollande est perçu en Allemagne comme un partenaire fiable qui pose les cartes sur la table : assainissement budgétaire d'un côté ; stratégie de croissance de l'autre. Pour autant, l'Europe ne peut pas fonctionner uniquement à deux. La relation franco-allemande est un levier à condition qu'elle soit équilibrée et pas exclusive. Elle est le moteur de l'Europe, elle n'en est pas le directoire.
  • Qu'est-ce qui ne vous convient pas dans le projet d'accord négocié à Bruxelles ? Il se résume à un carcan budgétaire et disciplinaire. Il n'y aucune mesure d'urgence pour stopper la spéculation, rien pour relancer la croissance, aucune vision du devenir de l'Europe. L'austérité n'est pas une politique. Elle nous enfoncera dans la crise. Ce n'est pas moi qui le dit, c'est la présidente du patronat italien [Emma Marcegaglia].
  • L'accord qui sera proposé à la signature des Etats membres en mars 2012 n'engagera-t-il pas la parole de la France ? Un accord entre gouvernements n'est pas une ratification. Les peuples et les parlements peuvent exiger des modifications. A quoi servirait l'élection présidentielle si on ne peut rien changer, rien exiger ? L'Europe ne peut pas marcher sans la France. François Hollande tiendra sa parole de mettre de l'ordre dans nos affaires et de respecter les critères de Maastricht. Son intention n'est pas de tout bloquer, mais que l'accord de Bruxelles soit rééquilibré par une panoplie de mesures contre la spéculation, une stratégie de croissance, un agenda social et aussi une volonté de se défendre et de parler d'une même voix face à la Chine ou aux Etats-Unis. L'Europe a besoin d'un esprit de combat.
  • Les socialistes français ne sont-ils pas isolés, aujourd'hui, en Europe ? Non. Beaucoup de nos partenaires partagent nos propositions sur les eurobonds [euro-obligations] ou sur la taxation des transactions financières. Même sur l'intervention de la Banque centrale européenne [BCE], les choses sont en train de bouger. Le débat a lieu en Allemagne, en Italie, où François Hollande se rendra vendredi [16 décembre]. Simplement, il ne faut pas faire porter ce débat sur le statut de la BCE mais sur sa capacité à intervenir et soutenir la croissance. L'article 2 du traité de Maastricht lui donne cette latitude. Si on ne fait que de la discipline budgétaire, on plombe l'Europe, ce n'est pas tenable.
  • Comment François Hollande peut-il envisager de revenir sur un accord approuvé par la quasi-totalité des Etats membres ? Je le répète, ce n'est qu'un accord entre gouvernements. Chaque nation doit maintenant se prononcer. François Hollande pourra s'appuyer sur le soutien des Français. Il aura été élu sur la base d'une renégociation. Nos partenaires ne peuvent pas ne pas en tenir compte. François Hollande est un Européen convaincu mais pas un Européen béat. Il veut que la France soit respectée et entendue. Il sait que nos compatriotes doutent de l'Europe. Ce qu'il leur demande, c'est le mandat de réorienter le projet européen.
  • Est-ce que ça ne mériterait pas un référendum ? Le référendum, c'est l'élection présidentielle. Si Nicolas Sarkozy est réélu, rien ne changera. La France et l'Europe continueront de plonger dans la récession. Ce ne sont pas ceux qui nous ont plongés dans la crise qui vont nous en sortir, avec les mêmes recettes libérales. François Hollande est le seul qui a la crédibilité aujourd'hui pour redresser les choses. Le changement en Europe commence par le changement en France.
more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

"Toulon 2" / J.M. Ayrault : "L'homme du déclin ne sera jamais l'homme du destin"

"Toulon 2" / J.M. Ayrault : "L'homme du déclin ne sera jamais l'homme du destin" | Hollande 2012 | Scoop.it

Le conseiller spécial du candidat socialiste à l'Elysée François Hollande, Jean-Marc Ayrault, a estimé que "l'homme du déclin ne serait jamais l'homme du destin", en réaction au discours de Nicolas Sarkozy sur la crise jeudi à Toulon. "L'homme du déclin ne sera jamais l'homme du destin. C'est lui qui a abaissé la France financièrement, économiquement et socialement. C'est lui qui a privé la France de sa souveraineté économique et financière. C'est lui qui a dégradé la signature et le rang de la France", écrit M. Ayrault dans un communiqué. "C'est lui qui a privé la France de la capacité de traiter d'égal à égal avec Mme Merkel et avec les autres puissances du monde. C'est lui qui a déclassé les Français", ajoute le député-maire de Nantes qui doit accompagner François Hollande lundi à Berlin à la rencontre du SPD, quand la chancelière allemande rencontrera M. Sarkozy à Paris. "Ce qu'il nous a proposé ce soir, c'est que la France se redresse avec la politique qui l'a abaissée", a ajouté le patron des députés PS à l'Assemblée. "Comme tant d'autres dans notre histoire, l'homme du déclin habille des grands mots de la souveraineté, sa défaite et l'abaissement du pays", conclut M. Ayrault.

more...
No comment yet.
Scooped by Erwan Lescop
Scoop.it!

Sécu/fraude : Sarkozy choisit ses thèmes de campagne, estime M. Ayrault

Le président du groupe PS à l'Assemblée, Jean-Marc Ayrault, a estimé mardi que le chef de l'Etat "choisit ses thèmes" pour être réélu en mettant l'accent sur la lutte contre la fraude à la Sécurité sociale. "Voilà que le président sortant, le candidat choisit ses thèmes" a déclaré M. Ayrault, lors de son point de presse hebdomadaire, parlant aussi d'un appel du pied aux députés UMP de la Droite populaire. "Mais qui est pour la fraude, contre le respect des lois ? On ne peut être que pour l'exemplarité, à condition que l'on s'attaque aux problèmes", a ajouté le député-maire de Nantes, proche de François Hollande. Il a cité la fraude fiscale "que le syndicat des impôts, le Snui, évalue à 40 milliards d'euros: est-ce que ce chantier va être entrepris ?" "Certains entendent que lorsque l'on aura un arrêt maladie, on sera déjà coupable, malade et coupable", a-t-il ironisé. "Il faut être un peu sérieux. La situation de la France est telle que le gouvernement fait tout pour faire oublier sa manière de gouverner. On gouverne à vue, au jour le jour", a-t-il conclu. Le président Nicolas Sarkozy a déclaré mardi à Bordeaux que "voler la Sécurité sociale, c'est trahir la confiance de tous les Français". Le Premier ministre François Fillon a jugé "raisonnable", mardi devant les députés UMP, d'instaurer une journée de carence pour les fonctionnaires en arrêt maladie, selon des propos rapportés de source proche du groupe UMP et confirmés dans son entourage.

more...
No comment yet.