Histoire, généalo...
Follow
Find tag "généalogie"
14.7K views | +4 today
Histoire, généalogie et sourds
Un mélange de généalogie, d'histoire et des sourds donne naissance à cette page !
Curated by Yann Cantin
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Yann Cantin
Scoop.it!

Comment retrouver un acte quand on ne sait pas dans quelle commune chercher - Le Blog Généalogie - Toute l'actualité de la généalogie - GeneaNet

Comment retrouver un acte quand on ne sait pas dans quelle commune chercher - Le Blog Généalogie - Toute l'actualité de la généalogie - GeneaNet | Histoire, généalogie et sourds | Scoop.it

 

Lors de recherches dans l'état civil, le cas se présente très souvent : les parents d'un ancêtre que l'on vient de découvrir ne se sont pas mariés ou ne sont pas nés dans la commune où nous faisons nos recherches. Et bien entendu, cette commune d'origine n'est pas indiquée. C'est là que le généalogiste éprouve à la fois un sentiment bien légitime de déception, doublé d'une grande excitation liée à ce nouveau challenge : retrouver la commune récalcitrante.

 

  
more...
No comment yet.
Scooped by Yann Cantin
Scoop.it!

Archives nationales : les premiers cartons filent vers Pierrefitte

Archives nationales : les premiers cartons filent vers Pierrefitte | Histoire, généalogie et sourds | Scoop.it
Les archives nationales postérieures à la Révolution quittent le centre historique des Archives dans le Marais à Paris pour le nouveau bâtiment de Pierrefitte-sur-Seine. Le ballet des camions de déménagement a commencé pour 18 mois de mouvements.
more...
No comment yet.
Scooped by Yann Cantin
Scoop.it!

Généalogie : des ancêtres en nombres (3) - degrés de parenté | Yvon Généalogie

Généalogie : des ancêtres en nombres (3) - degrés de parenté | Yvon Généalogie | Histoire, généalogie et sourds | Scoop.it

Après le nombre d’ancêtres et leur numérotation, poursuivons notre épopée généalogique chiffrée avec les différents modes de calcul du degré de parenté.
Compliqué, le calcul du degré de parenté ? Que nenni ! Pas de formules mathématiques alambiquées, juste un simple comptage… mais selon deux méthodes différentes.

more...
No comment yet.
Scooped by Yann Cantin
Scoop.it!

Nous sommes tes mères … | Papiers et poussières

Nous sommes tes mères … | Papiers et poussières | Histoire, généalogie et sourds | Scoop.it

Nous avons tous, dans nos greniers, un album ou une boîte à chaussures avec de vieilles photos de famille. Parmi celles-ci, il en est toujours une à laquelle nous sommes plus attachés, une qui éveille quelque chose en nous d’indéfinissable qui nous fait considérer cette photo comme un bien précieux, que nous voudrions préserver à tout prix. En cette journée de la femme, je voudrais vous présenter la mienne.

more...
No comment yet.
Scooped by Yann Cantin
Scoop.it!

GénéInfos: L'Yonne met en ligne ses recensements

GénéInfos: L'Yonne met en ligne ses recensements | Histoire, généalogie et sourds | Scoop.it
Les listes de recensements font leur apparition sur le site des Archives départementales de l'Yonne. Pour être précis, il s'agit des registres civiques et des listes nominatives de recensement de la population.
more...
No comment yet.
Scooped by Yann Cantin
Scoop.it!

Les enfants nés de père et de mère inconnus

Les enfants nés de père et de mère inconnus | Histoire, généalogie et sourds | Scoop.it

Le problème des enfants nés de père et de mère inconnus est, pour le généalogiste, que la lignée s'arrête brusquement.

Sauf cas assez rare selon moi, on ne peut d'ailleurs jamais identifier de manière certaine les parents biologiques de cet enfant.

Mais au-delà de cette contrariété très égoïste finalement, il faut penser à ces enfants qui n'ont jamais connu leurs parents et qui, surtout dans les temps reculés, étaient considérés différemment des autres. Tout en sachant que "différemment" sous l'Ancien Régime avait un sens beaucoup plus rude qu'à notre époque.

more...
No comment yet.
Scooped by Yann Cantin
Scoop.it!

Comment citer une archive, une thèse ou un mémoire ? | Devenir historien-ne

Comment citer une archive, une thèse ou un mémoire ? | Devenir historien-ne | Histoire, généalogie et sourds | Scoop.it

Dans le cadre d’une recherche, il est important de ne pas négliger les travaux universitaires qui pourraient vous être utiles. D’autant plus qu’il est désormais plus facile d’identifier les thèses en cours ou soutenues sur des sujets précis (voir, par exemple, le moteur de recherche “theses.fr” ou le serveur TEL (thèses en ligne) de HAL-SHS).

more...
No comment yet.
Scooped by Yann Cantin
Scoop.it!

Du côté obscur de la généalogie

Du côté obscur de la généalogie | Histoire, généalogie et sourds | Scoop.it

Non la généalogie ce n'est pas un toujours un beau roman, une belle histoire. S'agissant, entre bien autres choses, de la constitution d'une armée de trépassés, on se doute que ce n'est pas gai tous les jours... La généalogie, c'est même parfois carrément glauque, si l'on réfléchit deux secondes à la condition des femmes.

more...
No comment yet.
Rescooped by Yann Cantin from Archives de la Shoah
Scoop.it!

Chronique d'archives : Les archives de la Préfecture de Police de Paris

Chronique d'archives : Les archives de la Préfecture de Police de Paris | Histoire, généalogie et sourds | Scoop.it


Cela a commencé comme une boutade il y a quelques années entre collègues et si nous classions les services d’archives que nous visitons de manière totalement subjective en notant l’accueil, les services proposés aux lecteurs, les outils informatiques, les inventaires, le confort de la salle de lecture mais aussi l’accessibilité, la présence ou non de machines à café pour les pauses, la propreté des toilettes.
Comme nous avions pour mission de négocier des accords avec ces archives pour une institution privée il nous a semblé plus sage de nous abstenir. Libérée de cette obligation, j’ai donc décidé de vous faire partager ces grands moments de solitude que sont la première visite dans un centre d’archive en commençant par les archives de la Préfecture de Police de Paris.

 


Tout bon chercheur prépare sa visite et parfois envoie un mail en précisant les fonds qu’il souhaite consulter afin d’éviter un déplacement qui peut être onéreux et attend une réponse. Parfois on obtient une réponse. Parfois rapidement.
J’ai pour ma part adressé un mail à l’adresse indiquée sur le site en date du 15 février, à ce jour je n’ai pas obtenu de réponse.
Le 7 mars je me suis présentée au 4 de la rue de la Montagne Sainte Geneviève. Le bâtiment de la préfecture est signalé et le Musée de la Police qu’il abrite aussi. En entrant dans le hall d’accueil plus aucune signalétique et le personnel d’accueil n’est pas encore en poste. Je demande donc à un policier où se situe le service des archives il est au 3e étage face aux salles du Musée.
Il est 8.45 et comme il fait froid je décide d’attendre à l’intérieur, pensant déposer mes vêtements et sacs au vestiaire. Au 3e étage les portes sont déjà ouvertes mais l’employé des archives ne veut pas me donner la clef du casier de vestiaire. Une dame charmante du Musée me propose d’attendre sur les fauteuils. A 9.00 je pénètre donc dans la salle de lecture, et retourne me présenter à l’employé en blouse bleue pour m’inscrire et demander une clé.
Je demande des renseignements sur les inventaires et il me montre des classeurs en m’indiquant rapidement lesquels pourraient m’intéresser.
Les vestiaires sont situés à l’étage supérieur dans une salle de sport réaffectée en salle de tri d’archives à en croire les boites présentes sur les tables et en cantine pour le personnel puisqu’il y a un frigo et un micro onde.
Une fois délestée de mon sac et de mon manteau je redescends. Les inventaires sont assez sommaires et il n’y a qu’un ordinateur qui semble fonctionner sous une version de Windows que plus personne n’utilise.
Pas de Wifi dédié mais les voisins de la préfecture sont plus accueillants.
Après une bonne demi-heure un autre employé arrive qui semble être l’archiviste. Il se met tout de suite sur son ordinateur et au vu de son sourire doit lire ses mails. Au bout de 10 minutes je me décide à me présenter ainsi que lui préciser ma recherche. Il est courtois mais guerre plus motivé à me proposer des sources. Je finis par repérer des cotes et commande une première série de boites, 2 précisément puisque la fiche ne permet que de commander deux boites par levée.
Le magasinier en blouse bleue va chercher les boites qui reviennent assez rapidement poussiéreuses à souhait.
Les documents ne sont pas classés, ni par ordre chronologique ni par ordre alphabétique, on va dire que ce sont les chercheurs qui on dérangé l’ordre.. ou pas.
La salle est petite elle est annoncée pour 17 personnes mais au fur et à mesure de la matinée nous sommes 5 à travailler, une universitaire de renom, deux thésards, un généalogiste et moi et cela commence à être compliqué de circuler ou de poser les documents.
L’accueil a été le même pour tous. A minima.
Nous sommes libres de photographier, aucun document à signer sur l’utilisation des images. On ne vérifie pas votre identité non plus.
Toute la matinée un étrange phénomène apparait épisodiquement, par une porte du fond de la salle qui s’ouvre brutalement, une dame en veste de velours orange fluo assez chic , balance un «cette porte reste fermée » qui nous étonne un peu, vu que personne n’ouvre la dite porte. Elle va et vient aussi dans la salle en parlant fort ce qui dérange un peu puis retourne dans son bureau. Je pense qu’il s’agit du commissaire en charge des archives. Madame Gicquel que je croyais partie avec l’arrivée du nouveau conservateur.
Je ne sais si l’annonce de la création d’un poste de conservateur est une réalité ou une fiction http://www.enssib.fr/breves/2011/11/18/la-prefecture-de-police-de-paris-soigne-ses-archives
Toujours est-il que la révolution n’est pas en marche.
J’ai tenté de redemander des conseils mais visiblement l’archiviste était plus occupé à discuter avec ses collègues policiers ou employés du Musée je ne saurai vous le dire ou à boire son café derrière son ordinateur qu’à se soucier des lecteurs.
Au final j’ai trouvé un dossier de naturalisation un de ceux qui sont aussi à Fontainebleau dont je devrais avoir la copie rapidement vu qu’ils ont été enfin identifiés. Je l’ai photographié. J’ai aussi trouvé des éléments intéressants dans la collection des Renseignements généraux et dans le fonds de Drancy.
Je suis persuadée qu’il existe d’autres sources et retenterai ma chance un autre jour.

Les toilettes sont propres, il y a une machine à café au rez-de chaussée, mais le café du coin de la rue est plus accueillant et le plat du jour pas cher et bon. 

 

Adresse : Hôtel de police du 5ème arrondissement, 4 rue de la Montagne Sainte-Geneviève 75005 Paris (métro MAUBERT - MUTUALITE, Ligne 10).

Horaires : Ouvert au public du mardi au vendredi de 9H à 17H 

Aucun document n’est communiqué aux lecteurs entre 12h et 14h.

Modalités : Pas de délivrance de carte de lecteur, mais obligation de compléter un formulaire de demande. Recherches et consultations gratuites. Le site extérieur est sécurisé, les archives et musée étant dans les étages d'un bâtiment de police.

Téléphone : standard de l'hôtel de police, 01 44 41 52 50

Site web


Via Mawyl
more...
Merline's comment, March 9, 2012 7:32 AM
Oui l'ambiance du truc est ici fidèlement restituée mais le musée lui vaut le détour
Mawyl's comment, March 9, 2012 8:41 AM
Merline les archives aussi sont intéressantes pour peu qu'on trouve ce qu'on cherche :)
Merline's comment, March 9, 2012 9:58 AM
En effet Manuela, et même quand on ne trouve pas ! J'y ai passé un bon moment, en vain, à la recherche d'un charretier, noyé avec son cheval (registres de la Morgue).