la pourriture d’hôpital | Histoire de la Médecine et de la Chirurgie | Scoop.it

Avant la découverte de l’asepsie et de l’antisepsie, la pratique hospitalière est grevée d’une lourde mortalité, directe (choc septique, tétanos, botulisme de plaies), mais aussi indirecte, des infections chronique ou laissant des séquelles (ostéomyélite, …) entrainant une infirmité qui compromettait l’espérance de vie des malades.

En dehors des établissements, on peut penser que les germes rencontrés sont de nature communautaire, «naïfs» d’antibiotiques qui n’existent pas encore ou en tous cas pas sous forme préparée magistrale. Les résistances sont donc naturelles et non par sélection.
L’avènement des premières structures de soins, le regroupement des malades mais surtout le développement d’antibiotiques, sulfamides et pénicillines va amener progressivement une sélection de ces germes sur le mode multi-résistant.