histoire
56 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by François Dubé from Kiosque du monde : Amériques
Scoop.it!

Etat-Unis: Cahokia était une cité étonnament diversifiée | Les Découvertes Archéologiques

Etat-Unis: Cahokia était une cité étonnament diversifiée | Les Découvertes Archéologiques | histoire | Scoop.it

Qu'il soient morts de causes naturelles ou pour des offrandes sacrificielles, les habitants de la plus grande ville préhistorique d'Amérique, Cahokia, étaient très diversifiés...


Via musée du quai Branly - Jacques Chirac
more...
No comment yet.
Rescooped by François Dubé from EXPLORATION
Scoop.it!

Nouvelles découvertes archéologiques d'une civilisation perdue Indonésienne datant d'il y a au moins 24.000 ans

Nouvelles découvertes archéologiques d'une civilisation perdue Indonésienne datant d'il y a au moins 24.000 ans | histoire | Scoop.it

"Une nouvelle découverte vient encore une fois de mettre à mal le « fait établi » selon lequel les plus anciennes civilisations remonteraient de -3400 à -4500 ans. Une nouvelle fois également, malgré de solides preuves démontrant le caractère exceptionnel de la découverte, il est déconcertant de constater le comportement de certains personnages qui semblent s'opposer à la suite des recherches.." (.....)

 


Via L'Esprit Du Moment
more...
No comment yet.
Rescooped by François Dubé from Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
Scoop.it!

Civilisation avant l'humanité

Civilisation avant l'humanité | histoire | Scoop.it


Une super-civilisation existait sur la Terre

avant l’humanité (scientifiques)

 

Des scientifiques russes ont fait une déclaration sensationnelle : une civilisation surdéveloppée existait sur la Terre avant l’humanité. Cette conclusion a été faite par des chercheurs des régions de Rostov et de Krasnodar après qu’un habitant de Labinsk ait fait une découverte unique.


Pendant la pêche, Viktor Morozov a découvert une pierre inconnue, à l’intérieur de laquelle se trouvait une « puce », a déclaré l’édition Mir Novosteï (Monde de nouvelles). Après une analyse de l’« artefact » trouvé, les experts ont conclu qu’elle appartenait à une civilisation plus avancée que l’humanité, celle qui a vécu sur la Terre avant nous. La découverte unique a été conservée depuis les temps anciens grâce à l’« immersion » dans la pierre, expliquent les chercheurs.

 

La veille, le laboratoire du Département de géologie de l’Institut polytechnique de Novotcherkassk dans la région de Rostov a établi l’âge de la découverte. Il s’est avéré que la pierre inhabituelle avait environ 250 millions d’années.


Ce fait est la preuve de l’existence sur la Terre d’une civilisation surdéveloppée longtemps avant l’apparition de l’homme antique. Probablement, nous pourrons atteindre leur niveau de technologie seulement dans un avenir lointain.

 

 

Par french.ruvr.ru – le 25 novembre 2014



---------------------------



Et un peu plus ....


Toutes les découvertes archéologiques prouvent qu’une civilisation intelligente a existé à une époque où, d’après nos chers professeurs, l’homme n’en était qu’à l’âge de pierre, c’est à dire qu’il était pratiquement nu, qu’il commençait à peine à fabriquer ses outils et vivait de cueillette et de chasse.

 
Alors, comment se fait-il que nous retrouvions des vestiges remontant à plus de 30.000 ans et réalisé avec des techniques que nous sommes incapables de reproduire au XXIème siècle ? D’autre part, ces vestiges apparaissent brusquement sur notre sol sans que nous ayons le moindre début d’évolution de la technologie employée !
 
Posons nous la question suivante : est-il possible que l’homme de l’âge de pierre ait pu construire des monuments comme les pyramides de Gizeh en Égypte ou celle d’Amérique Centrale ou les gigantesques monuments de Yonaguni au Japon aujourd’hui sous la mer ?
 
Il faut se rendre à l’évidence, l’espèce humaine est bien plus ancienne que nous le pensons. La planète Terre a vu plusieurs civilisations dont certaines étaient très évoluées et qui ont malheureusement disparu à la suite de cataclysmes planétaires (ou guerres mondiales) et ne laissant à chaque période que quelques survivants incapables de continuer l’évolution technologique brutalement stoppée.
 
Nous nous trouvons alors avec une poignée d’érudits côtoyant une majorité d’hommes revenus à un stade primaire de la civilisation, ce qui est l’inverse de ce qui se passe aujourd’hui au XXI siècle où la majorité de la population est civilisée et possède une technologie de pointe face à une minorité d’hommes vivant comme à l’âge de pierre, exemple : les aborigènes d’Australie, certaines peuplades d’Afrique et d’Amazonie.


Pour étayer ce qui a été dit, nous allons faire un tour dans le passé.


Si on se réfère à l’histoire officielle, les dinosaures ont disparu à la fin du Jurassique il y a 70 millions d’années à peu près. Selon les savants, l’homme n’avait pas encore vu le jour. Comment expliquer dans ce cas, les pierres gravées trouvées au Pérou en 1966 par le Docteur Cabrera Darquera, professeur de biologie ? 
 
Sur ces pierres, on voit gravé des dinosaures côtoyant des êtres humains qui ne ressemblent pas du tout à Toumaï ou à Lucy et encore moins à Neanderthal mais à des hommes avec un physique moderne. Il y a près de 15.000 pierres répertoriées.


Si nous trouvions ces pierres gravées uniquement au Pérou, on pourrait hurler à l’imposture (ce qui a été fait par quelques autorités scientifiques orthodoxes), mais nous en retrouvons partout dans le monde comme en France, en Amérique du Nord et en Australie où les aborigènes du Queensland racontent l’histoire de Yarru, un animal au long cou et muni de nageoires. Cela ressemble à un Plésiosaure. Le système digestif décrit laisse penser que cet animal a été chassé et dépecé (article du Los Angeles Herald-Examiner du 07-01-1970).
 
Nous avons donc la preuve que l’homme tel que nous sommes a bien vu le jour, non pas il y a 30.000 ans comme on veut nous l’imposer, mais il y a plus de 200.000 ans ou alors, les dinosaures étaient encore sur terre il y a moins de 30.000 ans.


Erreurs volontaires ou omerta ?


Nous en trouvons tout au long de l’histoire de l’humanité.


Sources : Les chroniques d'Arcturius



Et bien d'autres faits allant dans le même sens, alors ?


Duc

 


Via Koter Info
more...
Koter Info's curator insight, November 30, 2014 10:33 PM


Quid ?   Mais passionnant !


Rescooped by François Dubé from Conscience
Scoop.it!

Les 25 découvertes archéologiques les plus intenses de l'histoire humaine

Les 25 découvertes archéologiques les plus intenses de l'histoire humaine | histoire | Scoop.it
Les 25 découvertes archéologiques les plus intenses de l'histoire humaine

Via ESM
more...
No comment yet.
Rescooped by François Dubé from World History - SHS
Scoop.it!

The Hundred Years War : Battle of Agincourt

The Hundred Years War : Battle of Agincourt | histoire | Scoop.it
The Battle of Agincourt of the Hundred Years War and established England in its succession of victories between King Henry V and the Constable of France Charles d'Albret, Comte de Dreux.

Via Joy Kinley
more...
Joy Kinley's curator insight, March 14, 2014 1:54 PM

The Battle of Aginourt is one of the more important battles of the Middle Ages

Rescooped by François Dubé from World History - SHS
Scoop.it!

Roman Britain brought to life in amazing digital reconstructions - Daily Mail

Roman Britain brought to life in amazing digital reconstructions - Daily Mail | histoire | Scoop.it
Daily Mail
Roman Britain brought to life in amazing digital reconstructions
Daily Mail
This CGI image shows the bustling Roman town of Calleva Atrebatum, which was near Silchester in Hampshire.

Via Joy Kinley
more...
Joy Kinley's curator insight, November 22, 2013 9:11 AM

Computer technology helps us to visualize how the past was.  We tend to think that people in the past all lived in small villages, there were great empires with huge cities and vast transportation and trading networks and being able to see a digital recreation will help many to understand this.

Cameron Crowell's curator insight, November 22, 2013 4:04 PM

These images look really realistic

Rescooped by François Dubé from World History - SHS
Scoop.it!

Nelson Mandela, South Africa's anti-apartheid icon, dies aged 95 - Telegraph

Nelson Mandela, South Africa's anti-apartheid icon, dies aged 95 - Telegraph | histoire | Scoop.it
Nelson Mandela, the former South African president and anti-apartheid hero, dies

Via Joy Kinley
more...
Joy Kinley's curator insight, December 6, 2013 10:27 AM

Nelson Mandela was an inspiration to everyone.  To have went through his lengthy imprisonment and then rather than speaking hate he spoke of peace and working together in South Africa.  The world has lost a great leader.

Rescooped by François Dubé from World History - SHS
Scoop.it!

Japanese WWII Soldier Who Hid In Jungle For 30 Years, Dies

Japanese WWII Soldier Who Hid In Jungle For 30 Years, Dies | histoire | Scoop.it
Hiroo Onoda was an intelligence officer who came out of hiding on Lubang Island in the Philippines in 1974. He surrendered only when his former commander flew there to reverse his 1945 orders to stay behind.

Via Joy Kinley
more...
Joy Kinley's curator insight, January 17, 2014 9:15 AM

Imagine continuing to fight a war that had ended almost thirty years before - no contact with your friends and family - it is hard for most of us to understand his loyalty.

Nick Lesley's comment, February 10, 2014 8:18 PM
I think this article is very cool and is a fun read I just wish the article would have gone into more detail about the 30 years he did spend in the forest, how he survived and all but all I'm all
Nick Lesley's comment, February 10, 2014 8:19 PM
All in all it was interesting
Rescooped by François Dubé from Histoire et Archéologie
Scoop.it!

Une mystérieuse structure en pierre retrouvée sous les eaux du Lac ... - Maxisciences

Une mystérieuse structure en pierre retrouvée sous les eaux du Lac ... - Maxisciences | histoire | Scoop.it
Maxisciences
Une mystérieuse structure en pierre retrouvée sous les eaux du Lac ...
Maxisciences
Une structure géante en pierre découverte sous les eaux du Lac de Tibériade, en Israël, laisse les archéologues perplexes.

Via GJ
more...
No comment yet.
Rescooped by François Dubé from Histoire et Archéologie
Scoop.it!

Dans le désert turkmène, une cité antique émerge peu à peu du sable

Dans le désert turkmène, une cité antique émerge peu à peu du sable | histoire | Scoop.it
Enfouie pendant des millénaires dans les sables du désert turkmène de Karakoum, la cité antique de Gonour-Tepe, découverte à l'époque de l'URSS,...

Via GJ
more...
No comment yet.
Rescooped by François Dubé from Histoire et Archéologie
Scoop.it!

Un robot découvre trois chambres funéraires sous un temple ... - Science et Vie

Un robot découvre trois chambres funéraires sous un temple ... - Science et Vie | histoire | Scoop.it
Un robot découvre trois chambres funéraires sous un temple ...

Via GJ
more...
No comment yet.
Rescooped by François Dubé from Histoire et Archéologie
Scoop.it!

Lost Underwater Lion City: Rediscovery of China's 'Atlantis'

Lost Underwater Lion City: Rediscovery of China's 'Atlantis' | histoire | Scoop.it
Once upon a time, an ancient city in China was named Lion City because Five Lion Mountain loomed large behind it. The city, also known as Shi Cheng, has been buried beneath the water for 53 years. ...

Via Larkworthy Antfarm, GJ
more...
Larkworthy Antfarm's curator insight, May 13, 2013 8:20 PM

An underwater wonder!  One of those unexpected treasures I encounter surfing the net looking for something else.  Thousand Island Lake (Qiandao Lake) made when the Chinese created a huge hydroelectric project that submerged the city 53 years ago. 

 

"In Xanadu did Kubla Khan a pleasure dome decree..."

 

Lark

Rescooped by François Dubé from Histoire et Archéologie
Scoop.it!

Des centaines de peintures préhistoriques découvertes

Des centaines de peintures préhistoriques découvertes | histoire | Scoop.it
Des archéologues ont découvert de nombreuses peintures rupestres dans les grottes d'une chaîne de montagne au Mexique.L'ensemble (Majeur comme découverte archéologique pour dater la présence humaine en Amérique.

Via GJ
more...
No comment yet.
Rescooped by François Dubé from Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
Scoop.it!

Dissimulations archéologiques ?

Dissimulations archéologiques ? | histoire | Scoop.it

 

Dissimulations archéologiques ?

   

Qui contrôle le passé, contrôle le futur. Qui contrôle le présent, contrôle le passé. George Orwell, 1984


Nous avons presque tous en mémoire la dernière scène du film populaire sur les aventures archéologiques d’Indiana Jones, Les Aventuriers de l’Arche Perdue, où un important artefact historique, l’Arche d’Alliance du temple de Jérusalem est enfermée dans une caisse et placée dans un gigantesque entrepôt, invisible pour toujours, empêchant ainsi toute réécriture des livres d’histoire et toute remise en question des cours donnés par les professeurs d’histoire sur les quarante années précédentes.


Bien que le film soit une fiction, la scène pendant laquelle l’ancienne relique est enterrée dans l’entrepôt est désagréablement proche de la réalité pour de nombreux spécialistes de la recherche. Pour ceux qui enquêtent sur les allégations de dissimulations archéologiques, il existe des indications perturbantes sur le fait que l’institut archéologique le plus important des USA, l’Institut Smithsonian, agence fédérale indépendante, aurait sérieusement supprimé certaines découvertes archéologiques américaines les plus intéressantes et les plus importantes.


Le Vatican a été longtemps accusé de conserver des artefacts et d’anciens livres dans ses vastes sous-sols sans permettre au monde extérieur d’y accéder. Ces trésors secrets, de nature souvent controversée sur le plan historique ou religieux, auraient été supprimés par l’Église catholique parce qu’ils pouvaient nuire à la crédibilité de l’église ou mettre peut-être en doute leurs textes officiels. Il y a malheureusement des preuves que quelque chose de très semblable se soit produit avec l’Institut Smithsonian.


Le Smithsonian a été créé en 1829 lorsqu’un Britannique excentrique, du nom de James Smithson, mourut en laissant 515.169 $ pour créer une institution « en vue d’un accroissement de la connaissance et de sa diffusion parmi les hommes ». Des preuves indiquent, hélas, que le Smithsonian s’est montré depuis un siècle plus actif à supprimer la connaissance... qu’à la diffuser.


La dissimulation et la suppression de preuves archéologiques auraient commencé fin 1881 quand John Wesley Powell, archéologue rendu célèbre pour son exploration du Grand Canyon, nomma Cyrus Thomas comme directeur de la Section des Tumulus du Bureau d’ethnologie de l’institut Smithsonian.


Quand Thomas arriva au Bureau d’ethnologie il, « croyait fermement à l’existence d’une race de bâtisseurs de tumulus [Mound Builders], différente de la race amérindienne. »


John Wesley Powell, directeur du Bureau d’Ethnologie, qui avait une grande sympathie pour les Amérindiens, ayant vécu dans sa jeunesse plusieurs années avec les paisibles Indiens Winnebago du Wisconsin, pensait que l’idée d’Amérindiens primitifs et sauvages était malhonnête.


Le Smithsonian commença à répandre l’idée que les Amérindiens, en cours d’extermination à cette époque avec les guerres indiennes, descendaient de civilisations avancées et étaient dignes de respect et de protection. Ils mirent aussi en route un programme de suppression de toute preuve archéologique qui accréditait l’école de pensée connue comme le Diffusionnisme, école qui croyait qu’il y avait eu au cours de l’histoire une large dispersion de la culture et de la civilisation via des contacts par mer et par les routes commerciales majeures.


Le Smithsonian opta pour l’école opposée, connue comme l’Isolationnisme. L’Isolationnisme soutient que la plupart des civilisations sont isolées les unes des autres et qu’il n’y a eu que très peu de contact entre elles, surtout celles séparées par des océans. Pendant cette guerre intellectuelle qui démarra dans les années 1880, on proclamait que même le contact entre les civilisations des vallées de l’Ohio et du Mississippi était rare, et que ces civilisations n’avaient forcément aucun contact avec des civilisations avancées comme celles des Mayas, des Toltèques ou des Aztèques au Mexique et en Amérique centrale.


Selon les normes de l’Ancien Monde, c’est une idée extrémiste et même ridicule, sachant que le système fluvial débouchait dans le golfe du Mexique et que ces civilisations étaient très proches de la rive opposée du golfe. C’est comme si on disait que les cultures de la région de la mer Noire ne pouvaient avoir de contact avec la Méditerranée.

 

Quand on examina le contenu de nombreux tumulus et pyramides du Midwest, il fut démontré que l’histoire des vallées du Mississippi était celle d’une culture ancienne et sophistiquée qui avait été en contact avec l’Europe et d’autres pays. De plus, le contenu de plusieurs tumulus révélait des sépultures d’hommes très grands, mesurant parfois jusqu’à 2,30 m, en armure avec des épées et entourés parfois de grands trésors.


Quand le Spiro Mound d’Oklahoma fut mis au jour dans les années 1930, par exemple, un homme de grande taille en armure fut découvert avec un coffret de milliers de perles et autres artefacts, le plus important trésor documenté jusqu’ici. L’origine de l’homme en armure est inconnue et il y a tout lieu de penser qu’il fut emmené au Smithsonian.


Lors d’une conversation privée avec un chercheur en histoire bien connu (qui restera anonyme), j’ai appris qu’un ancien employé du Smithsonian, qui a été renvoyé pour avoir défendu le point de vue diffusionniste des Amériques (c’est-à-dire l’hérésie disant que d’anciennes civilisations ont pu visiter les rives de l’Amérique du Nord et du Sud pendant les nombreux millénaires précédant l’arrivée de Colomb), affirmait que le Smithsonian avait à une époque envoyé une barge remplie d’artefacts étranges en Atlantique et qu’ils ont été largués dans l’océan.


Bien que l’idée d’une dissimulation par le Smithsonian de découvertes archéologiques de valeur, soit difficiles à accepter par certains, il existe, malheureusement, un grand nombre de preuves suggérant qu’il a délibérément dissimulé et « perdu » des reliques archéologiques importantes. La lettre d’information Stonewatch de la société Gungywamp du Connecticut, qui fait des recherches sur les sites mégalithiques en Nouvelle-Angleterre, proposait une curieuse histoire dans son numéro de l’hiver 1992 à propos de la découverte en 1892 de cercueils de pierre en Alabama qui furent envoyés à l’institut Smithsonian et par la suite « perdus ».


Selon la lettre d’information, le chercheur Fredérick J. Pohl écrivit en 1950 une lettre intrigante au Dr T.C. Lethbridge, un archéologue britannique.


La lettre de Pohl déclarait :


« Un professeur de géologie m’a envoyé un retirage de l’Institut Smithsonian d’un livre intitulé « La grotte sépulture de Crumf » de Frank Burns, d’après un rapport du National Museum de 1892. Dans cette grotte (accessible par le fleuve) ont été trouvés des cercueils de bois évidés par le feu à l’aide de ciseaux de pierre ou de cuivre. Huit de ces cercueils ont été emportés au Smithsonian. Ils mesuraient environ 2,30 m de long sur 45 cm de large et 18 cm de profondeur. Les couvercles étaient ouverts. »


J’ai écrit récemment au Smithsonian et j’ai reçu le 11 mars une réponse du conservateur en chef du département d’anthropologie. Il disait « Nous n’avons pu retrouver les spécimens dans nos collections, bien que les archives montrent qu’ils sont bien arrivés.


David Barron, président de la société Gungywamp fut finalement avisé en 1992 par le Smithsonian que les cercueils étaient en fait des auges en bois et qu’on ne pourrait pas les voir parce qu’ils étaient stockés dans un entrepôt contaminé par de l’amiante. Cet entrepôt devait être fermé pendant les dix prochaines années et personne n’y était autorisé sauf le personnel du Smithsonian !


Ivan T. Sanderson, zoologue de renom, raconta un jour une curieuse histoire sur une lettre qu’il a reçue concernant un ingénieur basé sur l’île Aléoutienne de Shemya pendant la Seconde Guerre mondiale. Pendant la construction d’une piste d’atterrissage, son équipe passa au bulldozer un groupe de collines et découvrit sous plusieurs couches sédimentaires ce qui semblait des restes humains. Le tumulus Alaskan était en fait un cimetière de squelettes humains gigantesques, constitué de boites crâniennes et d’os de la jambe longs.


Les crânes mesuraient de 56 à 61 cm de la base jusqu’au sommet. Le crâne d’un adulte mesurant normalement environ 20 cm d’arrière en avant, un crâne aussi grand impliquerait une taille immense pour un humain normalement proportionné. De plus, tous les crânes avaient été trépanés avec précision (procédé de découpe d’un trou dans la partie supérieure du crâne).


En fait, l’habitude d’aplatir le crâne des nouveau-nés et de l’obliger à grandir en prenant une forme allongée était une pratique qu’utilisaient les anciens Péruviens, Mayas, et les Indiens à Tête plate du Montana. Sanderson tenta de rassembler d’autres preuves, il reçut finalement une lettre d’un autre membre de l’unité qui continuait le compte-rendu. Les lettres indiquaient toutes que l’institut Smithsonian avait réuni les restes, puis plus aucune nouvelle. Sanderson semblait convaincu que le Smithsonian avait reçu les bizarres reliques, mais il se demandait pourquoi ils ne publiaient pas les données.


Il demande, "...Serait-ce que ces gens ne peuvent faire face à la réécriture de tous les livres ? »


En 1944, une découverte accidentelle d’une nature encore plus controversée fut faite par Waldemar Julsrud à Acambaro, au Mexique. Acambaro se situe dans l’état de Guanajuato, à 280 km au nord-ouest de Mexico. Un étrange site archéologique y rassemblait plus de 33.500 objets de céramique et de pierre, dont du jade et des couteaux en obsidienne (plus aiguisé que l’acier et toujours en usage aujourd’hui pour la chirurgie cardiaque).


Julsrud, commerçant local reconnu, trouva aussi des statues d’une taille allant de moins de 2 cm jusqu’à 1,80 m, représentant de grands reptiles, certains d’entre eux associés activement aux humains – en général en train de les manger, mais sur certaines bizarres statuettes il y avait l’indication d’une association érotique. Pour les observateurs une bonne partie de ces nombreuses créatures ressemblait à des dinosaures.


Jalsrud a entassé cette collection dans douze pièces de sa résidence. On y trouvait de surprenantes représentations de personnages négroïdes, orientaux et de Caucasiens barbus avec des rappels de motifs égyptiens, sumériens et d’autres anciennes civilisations, ainsi que des représentations de Bigfoot et de créatures aquatiques monstrueuses, mélanges bizarres mi-humains mi-animaux, et une foule d’autres créations inexplicables. Des dents d’un cheval de l’ère glaciaire, le squelette d’un mammouth et plusieurs crânes humains furent découverts sur le même site que celui des artefacts en céramique.


Une datation au radiocarbone dans les laboratoires de l’université de Pennsylvanie et des tests supplémentaires par thermoluminescence de datation des poteries furent réalisés pour déterminer l’âge des objets.


Les résultats indiquèrent que les objets avaient été fabriqués il y a environ 6 500 ans, aux alentours de – 4500. Une équipe d’experts d’une autre université ayant vu une demi-douzaine d’échantillons de Jalsrud, mais ne connaissant pas leur origine éliminèrent la possibilité qu’ils pouvaient être des reproductions modernes. Ils devinrent cependant silencieux quand on leur parla de leur origine controversée.


Par David Hatcher Childress

 

Article source :

http://www.bibliotecapleyades.net/ciencia/supressed_inventions/suppressed_inventions19.htm

Traduit par Hélios

 


Via Koter Info
more...
No comment yet.
Rescooped by François Dubé from Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
Scoop.it!

Le Déluge expliqué par la Science

Le Déluge expliqué par la Science | histoire | Scoop.it

Légende de la photo : mosaïque de la basilique Saint-Marc, à Venise, qui illustre le Déluge.


Le Déluge expliqué par la science


Les chapitres 6, 7, 8 de la Genèse, dans l’Ancien Testament, contiennent l’histoire du Déluge. Dieu veut supprimer le mal qui a envahi la Terre et décide d’anéantir l’humanité corrompue. Un seul homme mérite d’être sauvé : Noé. Dieu s’adresse à lui et lui ordonne de construire une arche pour y abriter les siens et un couple d’animaux de chaque espèce.


Le récit biblique dit :

« il y eut le Déluge pendant 40 jours sur la Terre. Les eaux montèrent de plus en plus sur la Terre et toutes les plus hautes montagnes qui sont sous tout le ciel furent couvertes. Les eaux montèrent quinze coudées plus haut, recouvrant les montagnes. Alors périt toute chair qui se meut sur Terre : oiseaux, bestiaux… et tous les hommes. La crue des eaux sur la terre dura 150 jours. »


Quand les eaux baissèrent, Noé et les siens furent déposés sur le Mont Ararat, à partir duquel ils repeuplèrent la Terre.



Le Déluge dans le Monde


Plusieurs mythes indiens relatent les mêmes faits. Le récit biblique a lui-même des origines sumériennes. Dans cette version, Noé se nomme Ziousoudra. Au total, 13 récits du Déluge sont arrivés jusqu’à nous. L’épopée de Gilgamesh qui nous vient d’un récit babylonien met en scène un héros que l’on retrouve souvent figuré sur nos églises romanes.


Tous ces récits s’accordent sur un point : le Déluge aurait eu lieu entre – 3 500 et – 3 300 avant notre ère.



Les premiers vestiges géologiques du Déluge


En 1929, des fouilles archéologiques sur le site de l’antique ville sumérienne d’Our révèlent une couche argileuse de plus de 2 m. Les analyses prouvent qu’il s’agit d’un dépôt laissé par les eaux. Mais, ce qui est encore plus intéressant c’est que les vestiges d’une civilisation sont présents sous cette couche.


À Our, dans l’ancien pays de Sumer, les couches stratigraphiques indiquent de très fortes précipitations


Cette couche est en quelque sorte une rupture brutale dans l’histoire. Son épaisseur indique que l’inondation a été hors du commun.

D’autres fouilles effectuées à Babylone, Shourouppak, Ourour, Kish, Tello, Ninive et Fara ont mis à jour la même couche sédimentaire.



Les découvertes récentes


En 1998, deux géologues américains publient un livre « Noah’s flood ». Leur conclusion est la suivante : « ce que les textes anciens qualifient de « Déluge » n’a pas été la conséquence de précipitations d’une abondance et d’une durée exceptionnelles. Il ne se situerait pas entre le Tigre et l’Euphrate, et il serait plus ancien que l’on croyait ».


Toujours en 1998, une expédition franco-roumaine établit une image des fonds de la Mer Noire. Cette étude montre l’existence de dunes de type « aérien », vieilles de 7.100 ans. Ces dunes se trouvaient donc à cette époque à l’air libre.


Il y a 7.500 ans, des coquillages d’eau salée ont remplacé ceux d’eau douce dans toute la mer Noire. Cette mer n’existait donc pas à ce moment-là.



Une théorie révolutionnaire


Dans leur livre publié en 1998, Ryan et Pitman formulent l’hypothèse suivante : « À l’origine, il y avait à l’emplacement de l’actuelle Mer Noire, une dépression au fond de laquelle se trouvait un grand lac d’eau douce».


Il y a environ 12.000 ans, un réchauffement de la planète mettait fin à l’âge glaciaire. La fonte des glaces provoqua une montée du niveau de la mer. Selon les auteurs américains, c’est une cataracte d’eau salée qui se précipita dans l’ancien lac « avec la puissance de 200 chutes du Niagara».



Un peuple « moderne » essaime la planète


Les deux auteurs vont encore plus loin. Après les découvertes de vestiges — céramiques, amphores, des restes de construction dont certains sont datés de 3.500 ans —, il est clair que la révolution néolithique ne provient pas de Mésopotamie.


De là, les chercheurs tentent d’expliquer le bond en avant de l’humanité il y a quelques millénaires.


Pour eux, ce peuple aurait fui les territoires de l’actuelle mer Noire pour créer les grandes civilisations, des Égyptiens prédynastiques aux Pro Indo-Européens.


Jusqu’en 1998, les scientifiques étaient convaincus que ce « Déluge » s’était étalé sur plusieurs siècles. Ryan et Pitman avancent, eux, une période d’un an.



La révolution du Néolithique


Nous appartenons à la période appelée « holocène » depuis 12.000 ans. C’est à ce moment-là que l’homme franchit une étape déterminante dans son évolution. En effet, il abandonne la cueillette et la chasse pour démarrer une économie de production : l’agriculture et l’élevage.


De nombreuses inventions apparaissent alors :


1 - Apparition de la technique de la pierre polie qui permet de créer des outils mieux adaptés comme les haches ou les lames de faucille, mais également de nouveaux objets tels les vases, les plats ou les bracelets


Outillage en pierre polie du Néolithique


2 - Apparition de l’agriculture, il y a environ 8 000 ans

 

Meule et pilon de pierre

 

Statuette en terre cuite du Néolithique qui est peut-être une image de la fertilité et des moissons


3 - Art de la céramique, il y a environ 6 000 ans

 

Céramique du Néolithique


4 - Essor de l’architecture


5 - Apparition de l’écriture, il y a environ 5 000 ans



Révolution ou Évolution ?


On ne peut nier qu’un bond en avant a été effectué au néolithique. Cette grande transition a abouti aux civilisations modernes. Cependant, il serait précipité d’en arriver aux mêmes conclusions que les deux scientifiques américains.


En effet, si la période comprise entre 10.000 et 4.000 av. J.C. témoigne du progrès le plus important de l’humanité, elle correspond également à la fin de la dernière période glaciaire. De nombreux chercheurs voient dans le changement climatique le facteur déterminant de cette « révolution ».



Le Déluge : une réalité prouvée


Oui, il s’est bien passé un bouleversement important, il y a environ 7.500 ans. On a la preuve que le niveau de la mer Noire a augmenté de 150 m à cette période. Rien pour l’instant ne prouve que cette montée des eaux se soit effectuée en seulement un an. D’ailleurs, s’agit-il bien du « Déluge » ?


Les différents vestiges de ce cataclysme n’ont pas été tous datés de la même période. Donc, selon les lieux, il n’y aurait pas eu « un », mais « des » Déluges.


Difficile d’imaginer un seul cataclysme submergeant toute la planète. Par contre, l’existence d’une période agitée apportant des phénomènes météorologiques très violents est quasiment certaine.



Origine du « Déluge »


La question qui se pose est de savoir ce qui a provoqué ces cataclysmes en chaîne. On évoque le basculement de la Terre sur son axe. Les océans auraient alors submergé les terres. D’autres théories favorisent un « Déluge » étalé sur plusieurs siècles. Ce changement correspondrait au réchauffement consécutif à la fin de la dernière glaciation.


Si la notion de « Déluge » est aujourd’hui admise par tous, de nombreuses zones d’ombres subsistent.



Des mystères non élucidés


Il y a un premier point que personne n’a su expliquer pour l’instant. Les textes qui racontent le mythe du Déluge remontent à moins de 5.000 ans puisque, avant cette date, l’écriture n’est pas censée avoir existé. Mais, les datations au carbone font remonter une partie du cataclysme à au moins 7.500 ans. Ce qui signifie que la tradition orale dut conserver ces évènements pendant au moins 2.500 ans. Comment ? Le mystère reste entier.


Selon la bible, Noé a été déposé en haut du mont Ararat. Cette montagne existe bien, elle est située en Anatolie, dans l’actuelle Turquie.


De nombreuses expéditions ont été menées pour chercher l’Arche de Noé. Mais, c’est en 1955, que les alpinistes français Navarra et De Riquier arrivent à dégager une partie de la structure de bois enfouie sous la glace. Ils ramènent un morceau de poutre. Les analysent démontrent qu’il s’agit d’une pièce de chêne équarrie vieille de plus de 5.000 ans.


 

Le Mont Ararat aujourd’hui


La présence d’un navire avait déjà été signalée, notamment par des ouvriers turcs en 1839.


Il est scientifiquement impossible que le niveau de la mer ait pu s’élever à 4.500 m d’altitude. Pourtant, on ne peut nier que les restes d’une construction en bois reposent en haut du glacier.


Quoi qu’il y ait pu avoir en haut de cette montagne, il semble qu’aujourd’hui, les scientifiques n’y ont rien trouvé. En effet, un groupe de scientifiques russes a annoncé : "ce que l’on pensait être les vestiges de l’arche de Noé sur les pentes du mont Ararat en Turquie se révèle, être des formations naturelles".


L’expédition s’est rendue sur la pente ouest en automne 2004. Elle a rapporté des bandes vidéos et des échantillons d’objets. Après plusieurs tests, les scientifiques ont conclu que les échantillons avaient une origine exclusivement volcanique, et n’étaient pas les restes d’un bateau quelconque.


V.Battaglia (03.2004). M.à.J 05.2005

 


Via Koter Info
more...
No comment yet.
Rescooped by François Dubé from Le creuset d'Histophile ✔
Scoop.it!

Archéologie : tombe, momie, trésors engloutis... une année riche en découvertes

Archéologie : tombe, momie, trésors engloutis... une année riche en découvertes | histoire | Scoop.it

Archéologie
Égypte, Honduras, Grèce, Espagne... Petit tour du monde des découvertes archéologiques rendues publiques depuis le début de l'année, alors que la France s'émerveille à juste titre devant la tombe princière de Lavau, dans l'Aube.


Via Histophile
more...
No comment yet.
Rescooped by François Dubé from Meilleure revue de presse de l'univers connu
Scoop.it!

Une gigantesque ville souterraine découverte en Turquie

Une gigantesque ville souterraine découverte en Turquie | histoire | Scoop.it
La découverte accidentelle d'une immense ville souterraine sous Nevşehir, en Turquie, est surement l'une des plus belles découvertes archéologiques de ces dernières années.

Via Christophe Tisseyre
more...
Rescooped by François Dubé from World History - SHS
Scoop.it!

Archaeologists uncover secrets of Portus, once gateway to Rome

Archaeologists uncover secrets of Portus, once gateway to Rome | histoire | Scoop.it
University of Southampton team finds evidence explaining why opulent Roman empire port was dismantled in 6th century British archeologists digging near Rome have built up an accurate picture of Portus, the once-mighty port that could host 350 ships...

Via Joy Kinley
more...
Joy Kinley's curator insight, November 12, 2013 1:19 PM

The size of this port was huge.  But by dismantling the port, even though they could have used it, kept it out of the hands of their enemies.

Rescooped by François Dubé from World History - SHS
Scoop.it!

Tribal Peoples' Contributions to Humanity

Tribal Peoples' Contributions to Humanity | histoire | Scoop.it
Today we're thankful for tribal peoples' contributions to the world. Please retweet if you agree! http://t.co/QzONIT42W5

Via Mr. David Burton, Kathy Bosiak, Joy Kinley
more...
Benny Haoxiang Liang's curator insight, December 11, 2013 10:24 PM

So how does .1% of the population of the world manage to be the origin for 16% of the worlds languages?  I believe the absence of communications between other peoples is the cause of this.  And without the trade relationships associated with the lack of communications, people become much more likely to sustain themselves by native plants, instead of the above mentioned mass produced 12 plants that the world relies on.  It is a pity though, that with the modern methods of production, that natural forested lands that were the birthplaces of the discoveries of aspirin and rubber, are now being replaced by roads and cornfields.

Rescooped by François Dubé from World History - SHS
Scoop.it!

Top 10 Roman Forts in Britain - HeritageDaily

Top 10 Roman Forts in Britain - HeritageDaily | histoire | Scoop.it
HeritageDaily
Top 10 Roman Forts in Britain
HeritageDaily
The following is our view of the top ten roman forts in Provincia Britannia.

Via Joy Kinley
more...
Joy Kinley's curator insight, January 6, 2014 12:25 PM

Forts were used for protection and storage especially along frontier areas.  Britain would have been one of the extreme areas of the Roman Empire and these forts would have been needed.  Today by studying the location and the artifacts found there we can understand a lot about daily life under the Romans.

Rescooped by François Dubé from 21st Century Learning and Teaching
Scoop.it!

Histoire Universelle : toute l'histoire du monde

Histoire Universelle : toute l'histoire du monde | histoire | Scoop.it
Histoire Universelle Des origines de l'humanité jusqu'à nos jours, découvrez la merveilleuse histoire du monde !

Via Gust MEES
more...
Rescooped by François Dubé from Histoire et Archéologie
Scoop.it!

Famous emperor's tomb found in E. China

Famous emperor's tomb found in E. China | histoire | Scoop.it
The tomb of one of the most famous emperors in Chinese history was discovered on Sunday at a construction site in Yangzhou, Jiangsu province, while a fake burial site has been a tourist attraction for many years.

Via GJ
more...
No comment yet.
Rescooped by François Dubé from Histoire et Archéologie
Scoop.it!

Stonehenge occupé 5000 années plus tôt qu'on ne le pensait | Les ...

Stonehenge occupé 5000 années plus tôt qu'on ne le pensait | Les ... | histoire | Scoop.it
Les résultats, révélés par des bénévoles et un petit budget, sont de 5000 ans plus tôt qu'on ne le pensait précédemment. Le Dr Josh Pollard, de l'Université de Southampton, a déclaré que l'équipe avait "trouvé la ...

Via GJ
more...
No comment yet.
Rescooped by François Dubé from Histoire et Archéologie
Scoop.it!

Origins of agriculture in China pushed back by 12,000 years

Origins of agriculture in China pushed back by 12,000 years | histoire | Scoop.it
The first evidence of agriculture appears in the archaeological record some 10,000 years ago. But the skills needed to cultivate and harvest crops weren't learned overnight.

Via GJ
more...
No comment yet.
Rescooped by François Dubé from Histoire et Archéologie
Scoop.it!

The biggest wonder about the Hanging Gardens of Babylon? They weren’t in Babylon

The biggest wonder about the Hanging Gardens of Babylon? They weren’t in Babylon | histoire | Scoop.it
The Hanging Gardens of Babylon, one of the  Seven Wonders of the Ancient World, weren’t in Babylon at all – but were instead located 300 miles to the north in Babylon’s greatest rival Nineveh, according to a leading Oxford-based historian.

Via Starr Price, GJ
more...
No comment yet.