Grande conso
8 views | +0 today
Follow
Grande conso
Grande conso
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Flore Marketing from Learning Technology News
Scoop.it!

How To Teach English Infographic

How To Teach English Infographic | Grande conso | Scoop.it

We surveyed more than 500 ESL teachers, including our own, from around the world to discover what tools they use to enhance their lessons.

Take a look at the results in our infographic! Do you agree with the findings? Let us know by leaving a comment.


Via Nik Peachey
more...
Dr. Doris Molero's comment, April 20, 2013 5:16 PM
mmm Second Life is there... nice!
Ricard Garcia's curator insight, April 22, 2013 2:26 AM

Always useful to learn on how to do it better :-)

Tatiana Kuzmina's curator insight, April 30, 2013 8:49 AM

Not all ideas seem to be easy to implement.., but interesting

Scooped by Flore Marketing
Scoop.it!

Digital et TV : un couple qui booste les ventes de la grande conso

Digital et TV : un couple qui booste les ventes de la grande conso | Grande conso | Scoop.it
L'association du média digital à une campagne TV peut permettre aux marques de grande consommation d'augmenter de 25% leurs ventes en magasin.
more...
No comment yet.
Scooped by Flore Marketing
Scoop.it!

Le crédit conso a reculé de plus de 20 % depuis 2008

Le crédit conso a reculé de plus de 20 % depuis 2008 | Grande conso | Scoop.it
Au cours des deux premiers mois de l'année, la production a reculé de plus de 6 %. Le crédit à la consommation ne...
more...
No comment yet.
Scooped by Flore Marketing
Scoop.it!

Surgelés sucrés : Partenariat réussi entre Boncolac et Marie

Surgelés sucrés : Partenariat réussi entre Boncolac et Marie | Grande conso | Scoop.it
Epicerie :
Redynamiser le rayon pâtisserie surgelé en GMS : tel était le challenge du partenariat noué entre Boncolac et Marie en octobre...
Flore Marketing's insight:

article datant de 2012

more...
No comment yet.
Rescooped by Flore Marketing from Nature to Share
Scoop.it!

Agro-alimentaire : l’heure est venue de repenser la distribution

Agro-alimentaire : l’heure est venue de repenser la distribution | Grande conso | Scoop.it

Comme chaque année, les négociations commerciales entre les grandes enseignes de distribution et l’industrie agro-alimentaires viennent de se terminer. Et plus que d'habitude encore peut-être cette fois, elles se terminent dans la douleur et la mauvaise foi.

 

Indirectement mais violemment, elles touchent en particulier les producteurs de viande et de lait, qui subissent des hausses de coûts de production, dépendants de cours mondiaux (alimentation animale) et sont priés de laisser leurs prix de vente stagner ou baisser.

 

Dans un communiqué du 18 mars, la Fédération du Commerce et de la Distribution - censée réunir les grands distributeurs mais qui ne les fédère de fait pas tant que ça - s’érige comme à son habitude en grande défenseuse des consommateurs, en gardienne du pouvoir d’achat et en protecteur des petites et moyennes entreprises face aux géants industriels.

 

On apprend d’ailleurs qu’elle a accepté de répercuter des hausses sur les produits issus de ces PME. Très bien, pourrait-on dire, mais ça ne suffit pas : les agriculteurs ne font souvent pas le choix de livrer leur production à telle ou telle entreprise. Plus d’un steak haché sur deux en France est par exemple fabriqué par l'entreprise Bigard, les agriculteurs qui produisent la viande pour Bigard sont en droit d'attendre que des hausses passent et leur reviennent.

 

Les distributeurs se cachent derrière le sacro-saint pouvoir d’achat du consommateur pour ne pas passer de hausses aux fournisseurs, ils se vantent de leur capacité de négociation pour vendre au meilleur prix et se félicitent de la Loi de Modernisation de l'Economie (LME) votée en 2010 qui leur a donné les armes qui leur manquaient encore pour faire le bien de l'humanité.

 

Les distributeurs ont beau jeu de se glorifier de leurs talents de négociateurs quand ils sont en situation objective d'oligopole, un cartel qui impose son diktat depuis des années sous couvert de philanthropie alors qu’ils n’ont qu’un seul objectif : maintenir le niveau de consommation et leurs marges, en pressurisant leurs fournisseurs. Si la LME convient aux distributeurs, alors c'est un très bon signe qu'il faut la modifier, pour qu’elle soit utile à ceux qui en ont in fine le plus besoin : les agriculteurs.

 

L’ambiance dans la filière agro-alimentaire est délétère et on peut penser que les dérapages graves et récents sur les lasagnes en sont un des symptômes. Jusqu’où irons-nous ? Il est évident que dans le contexte de crise actuel, la préservation du pouvoir d’achat des consommateurs est primordiale, mais les distributeurs ne feront croire à personne qu’ils s’en préoccupent autrement que pour mieux asseoir leur suprématie. Ils se préoccupent de leurs marges. Il y a quelques années nous avons obtenu la mise en place d'un observatoire des prix et des marges, qui observe, qui observe…puis d'accords qui devaient « engager » les acteurs des filières à répercuter les hausses des matières premières.

 

Ces outils sont une belle avancée, mais ils ne suffisent pas. Le dernier rapport de l’observatoire des prix et des marges nous révélaient que sur 1€ d’achat alimentaire, seuls 7,6 centimes allaient à la production et 11 à la transformation. Bien que la transparence sur les marges nettes de la grande distribution ne soit pas totale, on peut déjà affirmer qu’une meilleure répartition des marges entre les acteurs est possible sans que les consommateurs n’aient à payer plus cher. Il manque aujourd’hui un cadre règlementaire plus contraignant et plus de transparence pour une meilleure répartition des marges.

 

Mais au delà, force est de constater qu'on est au bout d'un système.


La filière agro-alimentaire française est une caricature où les ficelles sont toujours entre les mains des mêmes, des ficelles usées qui plus est. Il faut engager une véritable révolution dans la construction des prix au sein de la chaîne alimentaire. Chacun se montre régulièrement du doigt. Les distributeurs qui n'aiment pas passer pour les méchants de l'histoire aiment se renvoyer la balle entre eux mais ça ne peut malheureusement plus durer.

 

Alors aujourd'hui une fois de plus les agriculteurs se mobilisent. Nous attendons dans les jours qui viennent des rencontres bilatérales avec chaque enseigne au cours desquelles nous exigerons des engagements. Si les principales enseignes ne répondent pas à nos sollicitations d’ici fin avril, nous passerons à l’action sur le terrain. Nous ne sommes pas naïfs, nous irons aussi vérifier si les hausses promises sont visibles sur les factures des producteurs, si ce n’est pas le cas, nous rendrons visite à nos acheteurs directs.

 

Et pour demain, nous savons maintenant que le temps est largement venu de réfléchir, nous, agriculteurs de tous les territoires, aux moyens de se passer de la grande distribution française. Nous en avons collectivement la capacité, nous savons que nous sommes attendus et que nous pouvons tout simplement, pour vivre du prix de nos produits, construire une nouvelle distribution alimentaire qui serve aux consommateurs et aux agriculteurs.

 

Nous le méritons…

Par François Thabuis  


Via Damoclès
more...
No comment yet.
Scooped by Flore Marketing
Scoop.it!

Palmarès des produits de grande conso : l’électronique rafle la mise | CB News

Palmarès des produits de grande conso : l’électronique rafle la mise | CB News | Grande conso | Scoop.it
Palmarès des produits de grande conso : l’ #électronique rafle la mise | CB News http://t.co/ZzmmuvHeZm via @CB_News
more...
No comment yet.
Scooped by Flore Marketing
Scoop.it!

France: les prix dans la grande distribution progressent sur un an

France: les prix dans la grande distribution progressent sur un an | Grande conso | Scoop.it
Les étiquettes ont gonflé de 0,6% en mars annonce l’Insee. Les prix des produits dans la grande distribution française ont augmenté de 0,6% en mars sur un an et de 0,1% sur un mois, a annoncé ce mercredi l’Insee.
more...
No comment yet.
Scooped by Flore Marketing
Scoop.it!

Boncolac s'attaque aux surgelés salés

Boncolac s'attaque aux surgelés salés | Grande conso | Scoop.it
Après avoir vendu son activité crèmes glacées à R & R, Boncolac se recentre sur le traiteur surgelé avec l'acquisition de Terre des Lys.
Flore Marketing's insight:

article datant de 2012

more...
No comment yet.