Géographie : les dernières nouvelles de la toile.
26.5K views | +0 today
Follow
 
Scooped by François Arnal
onto Géographie : les dernières nouvelles de la toile.
Scoop.it!

L’éolien flottant se jette à l’eau - Journal de l'environnement

L’éolien flottant se jette à l’eau - Journal de l'environnement | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Encore à l’état de prototypes, les éoliennes marines flottantes pourraient représenter l’avenir de la technologie. Plus puissantes et bénéficiant de vents plus réguliers, elles seraient plus productives que leurs petites cousines du bord de mer. Si le résultat des expérimentations se révèle positif.

Alors que les résultats du second appel d’offres éolien en mer doivent être prochainement publiés, les professionnels préparent l’avenir. Les centaines de turbines éoliennes qui seront installées d’ici 2022 au large des côtes françaises seront toutes «posées», comme l’on dit en jargon technique. En clair, les aérogénérateurs reposeront sur des piles enfoncées dans le sol marin ou sur des structures tripodiques, en métal ou en béton. Mais de l’aveu des professionnels, l’avenir n’est pas là. Pour de multiples raisons.

François Arnal's insight:

Les éoliennes en bordure de mer sur le littoral sont contestées de plus en plus pour des raisons de voisinage et d'intégration paysagère. La solution sera probablement dans les gisements off shore avec les éoliennes flottantes de grande capacité.

more...
No comment yet.
Géographie : les dernières nouvelles de la toile.
Last news on the web. Geography around the world. Les nouvelles de la géographie rassemblées par François Arnal
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

« Dessine-moi une île ! » - Visionscarto

« Dessine-moi une île ! » - Visionscarto | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

François Arnal mène depuis plusieurs années une expérience originale avec ses élèves : cartographier et dessiner un paysage, un lieu imaginaire, et se servir de ces représentations pour y appliquer le « raisonnement géographique ». Quelles sont nos perceptions spatiales individuelles ou collectives ? Peut-on leur appliquer les grilles d’analyse classiques de la géographie ? Comment mieux comprendre — à travers cet exercice — ce qu’est un objet géographique ?

 

 

François Arnal's insight:

L'article porte sur le travail réalisé avec les hypokhâgnes du lycée C Fauriel depuis de nombreuses années. En 2007, en hypokhâgne, l'imaginaire géographique ne faisait pas très sérieux dans cette docte institution. Depuis la géographie des représentations est reconnue à sa juste valeur et les exercices sur les cartes mentales sont validés par les chercheurs actuels. Le FIG2015 a pu en témoigner avec de nombreuses interventions sur ce thème. Pour ceux qui n' ont pu assister à la conférence ou qui souhaitent garder une trace de ce travail, l'article présente le point de mes réflexions et propose une sélection des dessins des étudiants en 2015.

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Quelle est la bonne distance pour comprendre le monde ?

Quelle est la bonne distance pour comprendre le monde ? | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Le monde est multipolaire. Pourtant, nous continuons à le regarder avec nos lunettes d’hier, celles d’un ordre international qui n’existe plus. Mais où faut-il se placer pour avoir le bon point de vue ?



Il n’y aura pas de minute de silence dans les stades de l’Euro 2016 pour rendre hommage aux victimes de la fusillade d’Orlando aux Etats-Unis. Ainsi en a décidé l’UEFA, provoquant l’indignation sur les réseaux sociaux : la plus haute instance dirigeante du football européen y est accusée de tous les maux, coupable d’indifférence voire de mépris en ne participant pas au grand mouvement de compassion qui accompagne désormais certaines tragédies. Pourtant, c’est bien l’UEFA qui semble avoir été la plus lucide, et la moins exaltée dans cette affaire, en justifiant son refus de cette manière : ‘’il y a malheureusement des événements tragiques qui se déroulent presque quotidiennement partout dans le monde, il serait tout simplement irréaliste de rendre hommage à toutes les victimes’’.

François Arnal's insight:
la carte murale est l'œuvre de Dimitri Tsykalov exposée en 2015 à l’occasion de la Paris Art Fair .
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Des entrées de métro aux kiosques à journaux, un siècle de polémiques sur le mobilier urbain

Des entrées de métro aux kiosques à journaux, un siècle de polémiques sur le mobilier urbain | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Dessiné par Matali Crasset, le projet de nouveau kiosque à journaux parisien ne fait pas l'unanimité. Ses adversaires veulent garder le style haussmannien de l'actuel. Qui ne date pas d'Haussmann, comme la majorité du mobilier urbain…

A peine présenté dans la presse, le futur kiosque à journaux parisien, conçu pour être plus accueillant, est pris dans une tourmente médiatique, depuis que ses adversaires l'ont qualifié de « poubelle géante » ou de « sanisette ». Contactée, la designer Matali Crasset, choisie par la Ville de Paris, précise que le projet doit encore évoluer et qu’elle le défendra le moment venu. En attendant, une pétition l’accuse d’enlaidir la Capitale et réclame le maintien des « kiosques à journaux de style haussmannien avec leur balustrade emblématique en fer forgé » qui font « tout le charme et l’attrait » de ce « Paris romantique » cher aux touristes.

Que l’objet plaise à certains et pas à d’autres, c’est inévitable. Mais l’argument d’une inamovible identité hausmannienne n’a pas de sens. Car les actuels kiosques sont en réalité des imitations récentes, des boîtes rectangulaires sur lesquelles on a plaqué un bout de colonne XIXe. La version originale, elle, a quitté depuis longtemps les trottoirs. Il existe aussi d’autres modèles, en verre fumé anguleux, très datés années 1970, qui, eux, curieusement, ne font pas scandale.
François Arnal's insight:
En matière de mobilier urbain, la capitale n’en est pas à sa première polémique. Il y a quelques mois, les nouveaux abribus, adaptés par Marc Aurel aux personnes à mobilité réduite, étaient traités d’abris à courants d’air. Déjà, vers 1900, un architecte Art nouveau, Hector Guimard (1867-1942), essuyait des rafales de critiques. Jeune professeur à l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs, Guimard reçoit commande des entrées des stations du nouveau métro. Refusant l’éclectisme et le pastiche sévissant au XIXe siècle, il dessine des balustrades ondulantes en fonte de fer peinte en vert, et des lampes-tiges d’inspiration végétale. Aussitôt, Le Figaro dénonce ces « lampadaires bossus » aux « énormes yeux de grenouille » et réclame la destruction de tous les ornements Art nouveau. D’autres comparent les globes lumineux à « des berlingots à demi sucés ». Des nationalistes accusent la couleur verte de faire « germanique ». Des défenseurs du vieux Paris s’en prennent à la typographie dansante inventée par Guimard pour les panneaux portant le mot « métropolitain » : « Ces hiéroglyphes désordonnés [.…] causent la stupeur des étrangers en promenade dans Paris. Pour tranquilliser les petits enfants, pour rassurer les touristes, et surtout pour l’honneur du goût français, il faut faire disparaître ces inscriptions ridicules. »
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

La mort de Xavier de Planhol, géographe

La mort de Xavier de Planhol, géographe | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Professeur à la Sorbonne

Fort de ce préceptorat paternel, l’adolescent ne découvre le lycée de Clamecy qu’à la rentrée 1940, à 14 ans, pour préparer la seconde partie du baccalauréat qu’il obtient, avec dispense, à l’été 1941. Deux ans plus tard, le voilà titulaire d’une licence de lettres en Sorbonne et il est reçu à l’agrégation de géographie à 20 ans (1946). Aussitôt nommé au Prytanée militaire de La Flèche (Sarthe), il devient membre de l’Institut français d’archéologie d’Istanbul (1946-19­50). Il entreprend, sous la direction de Jean Despois, une thèse qu’il soutient en 1956 et qui est publiée deux ans plus tard, De la plaine pamphylienne aux lacs pisidiens. Nomadisme et vie paysanne.

Le jeune Planhol est sur tous les fronts. Recherche (grande médaille d’argent de la Société de géographie en 1959, puis médaille de bronze du CNRS en 1960) et enseignement : il est assistant à la Sorbonne (1951­-1954), avant un long passage par la faculté de Nancy (1954­-1969), où il est successivement chargé d’enseignement, maître de conférences (1956), finalement professeur (1960). Il retrouve ensuite la Sorbonne, où il est, un quart de siècle durant, titulaire de la chaire de géographie de l’Afrique blanche et du Moyen-­Orient (1969-­1994), enseignant à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco).
François Arnal's insight:
Géographe du monde turco-­iranien, spécialiste des relations entre l’homme et le milieu naturel, Xavier de Planhol est mort à Paris, le 17 mai, à l’âge de 90 ans.
Ses recherches sur le monde turco-­iranien, commencées dès son doctorat, puis élargies aux pays arabes, le conduisent à établir une comparaison suggestive entre le nomadisme du désert arabo-­syrien et celui des steppes eurasiatiques, à étudier les relations entre bédouins, paysans et citadins, et à en mesurer les conséquences tant sociales que politiques. Il interroge aussi la difficulté à réaliser une unité politique de l’Islam là où l’unité de la croyance le suggère… En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2016/06/02/la-mort-de-xavier-de-planhol-geographe_4930936_3382.html#4AzehSuCpUlexO6V.99

more...
No comment yet.
Rescooped by François Arnal from L'Afrique australe (Afrique du Sud, Namibie, Botswana, Lesotho-Swaziland, Zimbabwe, Mozambique)
Scoop.it!

Audio : Géographie de la ville du Cap (Sophie Didier)

Audio : Géographie de la ville du Cap (Sophie Didier) | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Après la musique et la cuisine, il est temps de découvrir la géographie de la ville du Cap. Pour cela, la Nouvelle Internationale était en ligne avec Sophie Didier, géographe et maître de conférences à Paris 13, qui a contribué à la rédaction de l'ouvrage Le Cap après l'apartheid. 


Elle a vécu plusieurs à Johannesburg, où elle a dirigé l'Institut Français d'Afrique du Sud. Elle s'est intéressée plus particulièrement à la problématique de la sécurité dans l'espace public, sachant que Cape Town fait partie des dix villes les plus dangereuses du monde, selon une étude publiée en janvier 2016. C'était aussi l'occasion d'évoquer la ségrégation spatiale qui frappe la ville du Cap : là bas, les townships noirs font face à de luxueuses villas, et les traces de l'apartheid sont encore loin d'être effacées.

François Arnal's insight:
Signalé par Ville en Guerre, merci Bénédicte.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Hygiènisme, antisémitisme, chasse aux pauvres… les tribulations du Marais 1900-1980

Hygiènisme, antisémitisme, chasse aux pauvres… les tribulations du Marais 1900-1980 | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Menacé de démolition par les hygiénistes, les modernes, les antisémites et les spéculateurs, le Marais, à Paris, est passé en moins d'un siècle du statut d'îlot insalubre à celui de quartiers bobo-friqué. Une histoire haletante racontée dans ses moindres détails par l'historienne Isabelle Backouche.

L’action se passe à Paris, à deux pas de l’hôtel de Ville, derrière l’église Saint Gervais, dans une partie du Marais délimitée au nord par les rues François Miron et Saint-Antoine, la rue Saint-Paul à l’est, la Seine au sud. Une note de la Préfecture du 16 mai 1942 précise que sur cette superficie de 14,6 hectares, on compte « 403 immeubles habités par 10 515 personnes réparties en 4 898 foyers, 419 d’entre eux étant des commerçants ». Classé « insalubre » sous la dénomination d’Ilot 16, ce périmètre doit être rasé au plus vite. Mais quelque chose coince... L’historienne Isabelle Backouche a mené l’enquête, ouvert les placards, épluché les archives, retrouvé d’anciens locataires, exhumé photos et notes de services, relu les gazettes, étudié les plans des autorités et ceux des architectes... Dans Paris transformé, le Marais 1900 - 1980 (Creaphis éditions, 25 €), elle nous sert, sur 430 pages, tous les ingrédients d’un thriller urbain haletant.
François Arnal's insight:
entre rénovation et réhabilitation, le quartier du Marais a échappé en partie aux pelleteuses dans les années 70/80. Mais la politique de la table rase et l'implication des promoteurs avait commencé plus tôt pour des raisons diverses pas toujours très heureuses.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Bayer-Monsanto, alchimie monstrueuse

Bayer-Monsanto, alchimie monstrueuse | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Certains le surnomment déjà «le mariage des affreux». Le groupe allemand Bayer, connu pour fabriquer, entre autres, les très décriés pesticides «tueurs d’abeilles», convoite l’américain Monsanto, spécialiste des semences OGM, fabricant de l’herbicide Roundup et bête noire des écologistes. Pour parvenir à ses fins, Bayer s’est dit prêt, lundi, à faire un gros, un immense chèque : 62 milliards de dollars (55 milliards d’euros). Ce qui en ferait la plus grosse acquisition d’un groupe étranger par une entreprise allemande, loin devant celle de Chrysler par Daimler à la fin des années 90, pour 36 milliards de dollars. Et ce qui donnerait naissance à un mastodonte de l’agrochimie. Au détriment, accusent les ONG et associations paysannes, des producteurs et des citoyens.
François Arnal's insight:
Le secteur de l’agrochimie vit en effet une période centrifuge sans précédent… alors qu’il était déjà très concentré : en 2015, dix entreprises contrôlaient quelque 75 % du marché mondial des semences, estimé à 45 milliards de dollars par an (les trois premières, Monsanto, DuPont et Syngenta monopolisant plus de 50 % du marché). Et elles étaient six à se partager les trois quarts du marché mondial des pesticides, qui pèse 60 milliards de dollars.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

La Champagne viticole

La Champagne viticole | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Poursuivant notre exploration des appellations d’origine contrôlée, nous publions une simple carte de localisation des vignobles de Champagne, dont l’organisation permet de mettre en évidence la diffusion d’un modèle agro-industriel à toute une région viticole.


L’image du Champagne, produit mondialisé et concurrencé, reste historiquement associée à la montagne de Reims dont le site permettait d’articuler un bassin d’approvisionnement formé par les coteaux historiques, avec des unités de production implantées dans des caves souterraines, et des espaces de commercialisation en ville incarnés par les célèbres « maisons de Champagne ».


Devenu un patrimoine remarquable reconnu par la labellisation récente de l’UNESCO, la Champagne viticole est en réalité beaucoup plus étendue.



Les 14 sites reconnus par la dénomination « Coteaux, maisons et caves de Champagne » retenue par l’UNESCO permettent en effet de mettre en valeur un paysage agro-industriel spécifique construit autour de « la méthode d’élaboration des vins effervescents, grâce à la seconde fermentation en bouteille, depuis ses débuts au XVIIe siècle jusqu’à son industrialisation précoce au XIXe siècle ». Mais de fait, ce « bien culturel » illustre le passage d’une production vers une entreprise agro-industrielle, dont l’emprise spatiale a depuis largement débordé sur les départements voisins.

De la seule Marne originelle, se sont aujourd’hui 6 départements qui sont concernés par l’Appellation d’Origine Contrôlée créée en 1974 (devenue AOP). Mais ce périmètre législatif illustre mal l’emprise des 35.000 hectares de vigne de la région. La surface plantée en vigne (dont l’encépagement témoigne de l’assemblage nécessaire à la fabrication du précieux nectar), est concentrée sur les talus et les versants des vallées. En effet, situé à la limite septentrionale de la culture de la vigne, la pente et l’orientation des coteaux viticoles joue ici tout son rôle...

François Arnal's insight:
Très bel article de Pierre Marie Georges que l'on croise de temps en temps à Fauriel (BCPST), avec une superbe carte de synthèse.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Le Corbusier en cinq œuvres majeures

Le Corbusier en cinq œuvres majeures | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

EN IMAGES - À l'occasion du cinquantième anniversaire du décès de l'architecte, le Centre Pompidou lui consacre une rétrospective à partir du 29 avril. Petit tour d'horizon de ses réalisations à visiter en France.

Charles-Édouard Jeanneret-Gris, plus connu sous le pseudonyme de Le Corbusier est décédé le 27 août 1965 à l'âge de 77 ans. Afin de célébrer le cinquantième anniversaire de sa mort, le Centre Pompidou lui consacre une rétrospective intitulée Le Corbusier, mesures de l'Homme, du 29 avril au 3 août. L'architecte a conçu de nombreux bâtiments tout au long de sa carrière: villas, cités, maisons, immeubles, musée, chapelle et même un couvent. Découvrez ci-dessous cinq de ses réalisations architecturales.


● Villa Savoye, Poissy (Yvelines), 1928 Construite sur un terrain en hauteur dominant la Seine, la villa dite «les Heures claires» est une maison de week-end dessinée par Le Corbusier, en collaboration avec son cousin Pierre Jeanneret, entre 1928 et 1931, pour le compte des Savoye, une riche famille bourgeoise parisienne. L'architecte a conçu la Villa Savoye comme un cube posé sur la pelouse. Endommagée pendant la guerre, la villa fut restaurée et classée monument historique. ● Cité radieuse, Marseille (Bouches-du-Rhône), 1947 L'unité d'habitation de Marseille, plus connue sous le nom de Cité radieuse, a été concue par Le Corbusier en 1947. D'une hauteur de 56 mètres et d'une largeur de 165 mètres, le bâtiment comprend aujourd'hui 337 appartement. Véritable ville verticale, il renfermait à l'époque de sa création des boutiques, des équipements sportifs, médicaux et scolaires, ainsi qu'un hôtel de 21 chambres. Le toit était conçu comme une terrasse commune avec une école maternelle, un gymnase, une piste d'athlétisme, un petit bassin pour enfants et un auditorium en plein air.
Construite sur un terrain en hauteur dominant la Seine, la villa dite «les Heures claires» est une maison de week-end dessinée par Le Corbusier, en collaboration avec son cousin Pierre Jeanneret, entre 1928 et 1931, pour le compte des Savoye, une riche famille bourgeoise parisienne. L'architecte a conçu la Villa Savoye comme un cube posé sur la pelouse. Endommagée pendant la guerre, la villa fut restaurée et classée monument historique.

● Cité radieuse, Marseille (Bouches-du-Rhône), 1947

L'unité d'habitation de Marseille, plus connue sous le nom de Cité radieuse, a été concue par Le Corbusier en 1947. D'une hauteur de 56 mètres et d'une largeur de 165 mètres, le bâtiment comprend aujourd'hui 337 appartement. Véritable ville verticale, il renfermait à l'époque de sa création des boutiques, des équipements sportifs, médicaux et scolaires, ainsi qu'un hôtel de 21 chambres. Le toit était conçu comme une terrasse commune avec une école maternelle, un gymnase, une piste d'athlétisme, un petit bassin pour enfants et un auditorium en plein air.

François Arnal's insight:
La villa Savoye et les Unités d'habitation (Marseille ou Firminy) constituent les oeuvres majeures de Le Corbuiser
more...
François Arnal's comment, May 27, 4:32 AM
je ne comprends pas le rapport avec la Russie ? vous avez la possibilité de créer un autre scoop it sur des sujets divers...
Rescooped by François Arnal from Cercle polaire Arctique, nouvel Eldorado ?
Scoop.it!

Présentation du projet

Présentation du projet | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
.

Via Janet S. & Alexiane P.
François Arnal's insight:
Share your insight
more...
Janet S. & Alexiane P.'s curator insight, May 1, 10:48 AM
Ce scoop-it a été crée par Janet et Alexiane, deux étudiantes en classe prépa AL à Saint Etienne et dans le cadre de la géographie. 

Nous avons choisi de nous concentrer sur la zone géographique qu'est le cercle polaire arctique, non seulement par une certaine fascination personnelle, mais également par le mystère qui l'entoure. 
La plupart pense que cette région est vide de vie et d'intérêt, glaciale et se résumant à un léger écho autour du réchauffement climatique. 
Néanmoins, l'intérêt de cette région du monde devient de plus en plus grandissant, et ce sur tous les plans : 

- Politique : L'Arctique se voit disputé entre plusieurs puissances mondiales, comme le Canada, les Etats-Unis mais également la Russie et le Danemark. 

- Militaire : ce conflit d'intérêt concerne notamment la puissance militaire du Canada, jugée insuffisante par les Etats-Unis qui souhaitent posséder le monopole sur la région.

- Economique : cet intérêt grandissant est évidemment lié aux richesse de l'Arctique, qui posséderait sous sa glace les plus grandes réserves en gaz, pétrole et pierres précieuses. 

- Climatique : ce soudain engouement pour cette zone s'explique par l'apparition de nouvelles routes maritimes permettant ainsi son exploitation. Néanmoins, la cause de la découverte de ces routes est amère : le réchauffement climatique, qui risque bien d'anéantir et de faire disparaître l'Arctique. 

- Vivant : mais l'Arctique n'est pas vide, et des êtres y vivaient avant l'arrivé de ces puissances, notamment les Inuits, qui connaissent des mutations irréversibles dans leur cadre de vie, particulièrement à cause du réchauffement climatique qui met en danger leurs condition de vie. Mais également la faune, élément primordial dans la vie de cette région. 

Par ce scoop-it, nous tentons de faire prendre conscience à nos visiteurs de l'importance de cette région et de l'intérêt urgent à la protéger. 

Alexiane P. et Janet S.
Rescooped by François Arnal from Géographie & Littérature
Scoop.it!

Zola et le Paris d'Hausmann

Zola et le Paris d'Hausmann | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Via Tommy Bonnevialle
more...
Tommy Bonnevialle's curator insight, April 30, 7:21 AM
         
         Ce sont les travaux d'Hausmann ! À vos pelles et pioches, nous démolissons tout ! Le Paris du XIXème connaît un véritable bouleversement de sa structure interne, de ses paysages, ces rues et ces quartiers découpés et charcutés à grand coups de spéculation immobilière.

Ce dossier proposé par la BNF montre jusqu'à quel point
Zola fait de ce nouveau Paris à la fois l’espace privilégié de certains de ses romans et un personnage à part entière.
Par soucis de visibilité, je n'ai pas voulu ajouter la troisième page de cette brillante carte, annotée de citations d'oeuvres et de commentaires géographiques très précis de ce "système urbanistique" que représente le nouveau Paris.

Sous la plume du romancier, la ville devient un objet neuf, un spectacle permanent, à regarder autrement. Paris est une femme, un monstre, un labyrinthe. Zola distille l'émulation de cette ville en pleine mutation pour en offrir un témoignage d'une rare précision, et d'un intérêt géographique considérable.

Retrouvez l'étude complète ici : http://passerelles.bnf.fr/documents/zola_paris.pdf
François Arnal's comment, June 15, 5:59 AM
hors sujet ?
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Les contradictions de l’urbanisation globale du monde

Les contradictions de l’urbanisation globale du monde | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Le mardi, place Saint-Germain-des-Prés, se tient un rendez vous secret. Les Mardis de la Philo organise des conférences philosophiques afin « de mettre une pensée philosophique à la portée de non philosophes ». Au programme, « Albert Camus, vivre sans appel », « Le principe solidarité », « S’instruire et rêver avec Bachelard », « Philosophie de l’identité »… mais aussi, « Le Devenir urbain du monde » et « La Ville dans la pensée contemporaine ». Ce sont ces deux derniers thèmes, animés par le duo explosif Thierry Paquot – philosophe – et Michel Lussault – géographe – qui nous ont évidemment intéressés.

 

« Le jardinier d’aujourd’hui c’est l’ensemble des habitants de la planète », constate le fameux paysagiste Gilles Clément. « La population humaine est responsable dans son ensemble du jardin planétaire ». En d’autres termes, chacun a le devoir personnel de penser à son échelle la condition du monde. L’« écoumène », c’est-à-dire, l’espace anthropisé[1] est par essence l’affaire de tous. Chacun de nous est co-responsable de son avenir. Cependant, Lussault se détache de la pensée de Clément lorsqu’il affirme que la planète ne peut être assimilée à un immense jardin compte tenu de son urbanisation généralisée. La planète, méta-urbanisée, est marquée par l’urbanisation au-delà même de ses limites terrestres. Les océans, eux aussi, en portent l’empreinte, sillonnés d’immeubles flottants, griffés par des chalutiers, percés par des tubes d’extraction minière et piqués de parcs éoliens offshore.

François Arnal's insight:
confrontation entre les idées de Gilles Clément sur le "jardin planétaire" et celles de Michel Lussault, géographe sur "l'urbain généralisé".
L’urbanisation des individus et des sociétés est donc généralisée. Afin de la caractériser, Michel Lussault reprend l’expression de Vladimir Jankélévitch de « complexité avec exposant ». La complexité de l’urbanisation résiderait dans la mise en lien de chaque réalité avec l’ensemble de toutes les autres. La complexité serait donc portée à la puissance N par cet effet-système généralisé et comme chacun sait, lorsque l’exposant N devient supérieur à 2, ça se gâte ! Un effet de puissance provoqué par la mondialisation urbaine, en quelque sorte. Bref, pour reprendre un vocabulaire plus intelligible : les réalités urbaines sont paradoxales sur de nombreux points et nos relations à elles sont ambiguës. D’où notre grande difficulté à identifier les situations urbaines et à cerner les conséquences les plus évidentes de l’urbanisation. Quelques couples de notions contraires permettent d’éclairer les processus en cours.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Séminaire expérimental : villes et séries télévisées - saison 3 - Département de Géographie de l'ENS

Séminaire expérimental : villes et séries télévisées - saison 3 - Département de Géographie de l'ENS | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Séminaire expérimental : villes et séries télévisées - saison 3

S2, 8 séances de 3h, 3 crédits

Responsable : P. Guinard


Descriptif

The Wire, Treme ou bien encore House of Cards sont autant de séries qui mettent en scène la ville, à la fois comme un décor et comme un élément consubstantiel à l’intrigue. L’objet de ce séminaire est alors de mettre en œuvre une démarche de recherche visant à analyser l’espace urbain et l’urbanité, tels qu’ils sont présentés dans différentes séries télévisées, grâce aux outils et aux concepts de la géographie. Nous chercherons aussi à comprendre le regard que nos contemporains portent sur la ville, les représentations véhiculées par les séries télévisées, mais aussi la diffusion éventuelle de modèles (ou de stéréotypes) qui se fait à travers elles. Ce séminaire reposera sur la participation active des étudiants.

Cette année, nous nous proposons d’étudier le New York des années 1960 en mettant en regard la série MadMen et les écrits des spécialistes des villes nord-américaines, dont ceux de Jane Jacobs.

Après un cours d’introduction, chaque séance comprendra le visionnage collectif d’un épisode, l’analyse de l’épisode par un ou plusieurs étudiants, et une reprise.
François Arnal's insight:
Pauline Guinard professeur de géographie à l'ENS Ulm, nous propose ici une réflexion sur les séries télévisées face au raisonnement géographique. Qui a dit que l'ENS est une institution poussiéreuse ?
more...
No comment yet.
Rescooped by François Arnal from Rock et géographie : lieux emblématiques et attirants des blousons noirs
Scoop.it!

174 groupes et artistes rassemblés sur une carte du Royaume-Uni

174 groupes et artistes rassemblés sur une carte du Royaume-Uni | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
174 groupes et artistes ont été rassemblés à travers une carte du Royaume-Uni. Un travail monstrueux pour mieux résumer l'apport d'un pays à la musique pop.

Via Antoine et Aurélien
more...
Antoine et Aurélien's curator insight, April 3, 3:55 PM
Ah l'Angleterre ! Même si ce n'est pas le berceau du rock'n'roll, combien a-t-elle fait naître de groupes et de rockeurs ? L'artiste James Chapman s'est lancé un défi : recenser le lieu de naissance des principaux (174 !) groupes et chanteurs britanniques. Avec certaines surprises à la clé ! Que diriez-vous si je vous disais que Manchester avait engendré Oasis, les Chemical Brothers et les Bee Gees ; que Sting, les Dire Straits et The Animals étaient nés à Newcastle ? Sans parler de Londres, qui, à défaut d'être la "ville lumière", peut bien être surnommée la "rock city" : David Bowie, les Sex Pistols, Iron Maiden, Amy Winehouse, Led Zep, Police, les Who, T-Rex, Motörhead et d'autres ont hanté ses bars et boîtes de nuit... Et cette nuit, un groupe se forme dans la banlieue londonienne, un groupe qui sera universellement connu dans quelques années, et l'on pourra alors ajouter un nouveau point à cette carte évolutive, qui se construit depuis soixante ans déjà...
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Autoroute A10 : la vérité sur les origines de l'inondation

Autoroute A10 : la vérité sur les origines de l'inondation | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Autoroute A10 : la vérité sur les origines de l'inondation

La portion de voie hors service était construite sur une zone humide et tout le monde le savait depuis longtemps

L’autoroute A10, notamment dans la partie toujours inondée en amont d’Orléans, a été construite dans les années 70. Une époque à laquelle les avertissements et préconisations des écologistes et des organismes officiels étaient encore moins écoutés ou respectés qu’en 2016.

Donc, lors de la construction de l’autoroute, les ingénieurs ignorèrent volontairement le contenu d’un rapport du BRGM (Bureau de recherche géologique et minière), organisme d’État en charge de tout ce qui concerne le sous-sol du territoire. Tout comme ils négligèrent les protestations des protecteurs de la nature.

Que disaient les uns et les autres, en des termes différents mais concordants ?

Tout simplement qu’il fallait éviter la proximité du village de Gidy, là où l’inondation a surgi, et donc modifier le tracé de l’autoroute. Modification et détour suggérés pour éviter d’avoir à supprimer une grande zone humide que les ingénieurs voulaient assécher. Parce que, expliquaient alors les spécialistes du BRGM, rien ne prouvait que « l’effacement » de l’étang et la zone humide qui l’entourait pouvait être durable et permanent, le fonctionnement d’un sous-sol, quel qu’il soit, recélant des mystères généralement ignorés par les bâtisseurs. Les protecteurs de la nature d’Orléans et les responsables du Muséum naturel de la ville, eux, faisaient un pronostic semblable et insistaient évidemment sur les dommages écologiques causés par la disparition d’une faune et d’une flore très riches en bord d’une plaine de la Beauce et de la forêt d’Orléans.

François Arnal's insight:
le BRGM et les écologistes n'ont pas été entendus et une erreur de tracé est donc responsable de l'inondation qui a recouvert un zone humide pourtant connue des spécialistes de l'environnement.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Géographies en mouvement - A qui appartient le paysage? - Libération.fr

Géographies en mouvement - A qui appartient le paysage? - Libération.fr | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Accueil › Blogs › Géographies en mouvement

A qui appartient le paysage?

Brice Gruet 1 juin 2016

(mise à jour : 2 juin 2016)
A qui appartient le paysage?
Installation de l'immense photo réalisé par JR qui permet d'effacer la pyramide du Louvre, le 24 mai 2016. Photo Joël Saget / AF

La liberté de panorama contre les ayants-droits abusifs?

Un paysage peut-il être confisqué? L’artiste JR propose une installation sur et à propos de la pyramide du Louvre, et ce faisant il pose incidemment la question des droits d’auteur sur les monuments visibles dans les lieux publics, un concept à haut risque.

L’artiste JR devant son intervention «effaçant» du paysage la pyramide du Louvre, le 27 juin 2016. Photo Joël Saget / AFP

En effet, son travail consiste souvent à orner des lieux ouverts de portraits ou de tirages en noir et blanc qui mobilisent fortement l’espace environnant. Venant du street art, JR ne revendique pas, lui, que l’on paie systématiquement des droits d’auteur sur ses productions. D’autres au contraire surveillent de très près leurs droits, quitte à rendre quasiment impossible les photos de leurs œuvres. Trois exemples célèbres: Buren avec le Palais royal, à Paris, et la place des Terreaux, à Lyon, ou encore la BNF imaginée par Claude Perrault, sont des lieux presque verrouillés, y compris pour les photographes privés. Plus récemment, le viaduc de Millau est lui aussi sous surveillance, et gare aux contrevenants!

En faisant disparaître la pyramide du Louvre dessinée par l’architecte Pei, un autre monument très surveillé, JR voulait faire réfléchir sur les selfies: le selfie fonctionne avec un monument. Si ce monument disparaît, que reste-t-il du selfie?

Mais finalement le propos est involontairement inversé: si le selfie existe par rapport au monument, qu’est-ce que le monument si l’on cherche à le faire disparaître? Tout comme Christo, JR enrobe et transforme les lieux pour en faire ressortir autre chose que ce que l’on croit en connaître.
François Arnal's insight:
Brice Gruet pose la question de l'appartenance et de l'appropriation du paysage en France.
Les juristes, quant à eux, pointent le fait que, si la loi française interdit tout usage, commercial ou non, des photos de monuments ou d’œuvres d’art à l’extérieur, d’artistes soit vivants, soit morts depuis moins de 70 ans, dans les faits l’usage privé de ces photos était toléré. Comme si l’inscription de ces monuments dans l’espace public ne devait pas remettre en cause le droit d’auteur. Mais c’est juste une tolérance. D’un point de vue juridique, les milliers de photos de la Tour Eiffel, par exemple, qui circulent sur Twitter ou Instagram devraient être interdites.
Intervenir dans l’espace public implique une éthique différente de ce qui se ferait pour un privé. On comprend bien qu’il faille gagner sa vie, mais l’espace public appartient d’abord à ceux qui le pratiquent. A cet égard, le paysage n’appartient à personne, ou plutôt personne ne peut prétendre le confisquer au nom de droits d’ «auteur» qui sont un abus de bien public.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Crise des réfugiés, ou des politiques d’asile ?

Crise des réfugiés, ou des politiques d’asile ? | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Qu’est-ce qu’un réfugié ? Comment le distinguer du migrant ou du demandeur d’asile ? Comment ces notions ont-elles évolué au cours du XXe siècle ? La sociologue Karen Akoka revient sur le travail institutionnel de distinction entre bon et mauvais réfugié pour éclairer l’actuelle « crise » des migrants en Europe.

« Crise des réfugiés », « crise des migrants » : ces expressions dont on ne compte plus les occurrences dans les médias comme dans les discours publics sous-entendent que nous assisterions à une augmentation exponentielle du nombre d’étrangers arrivant en Europe qui mettrait en danger ses équilibres économiques et sociaux. Pudiquement cachée derrière le terme flou de « crise », l’idée d’un trop-plein inédit s’est ainsi largement imposée malgré l’importante production scientifique qui montre, toutes disciplines confondues, à quel point cette image est fausse.

Sont ainsi ignorés les travaux sur « l’urgence démographique » de l’Union européenne (UE) montrant que son déficit démographique est tel que l’arrivée d’un million de migrants chaque année pendant 50 ans pourrait à peine le compenser ; que le million d’arrivées clandestines dans l’UE en 2015 correspond à seulement 0,2% de sa population ; que les chiffres sur l’augmentation des entrées clandestines produits par Frontex [1] (dont les budgets ont triplé en quelques années) reflètent en partie l’augmentation de sa propre activité ; que seules les entrées en Europe et non les sorties sont généralement comptabilisées alors que près de la moitié des migrants quittent leur pays d’accueil dans les cinq ans qui suivent leur arrivée ; qu’il n’y a non seulement pas de corrélation avérée entre chômage et migrations mais que ces dernières représentent bien souvent une contribution économique non négligeable [2] ; qu’historiquement les nations européennes (la France la première) sont des pays d’immigration construits par le brassage de ses populations ; que laisser les exilés s’entasser au Liban, en Turquie ou en Jordanie constitue une bombe à retardement source de futurs conflits et de déséquilibres géopolitiques graves…
François Arnal's insight:
Le terme « réfugié » n’est apparu que tardivement dans la langue française. D’abord en tant que participe passé (fin XVe siècle) il n’est employé comme substantif et au pluriel (les réfugiés) qu’au XVIIIe et reste réservé jusqu’au XIXe aux huguenots qui avaient été contraints de fuir suite à la révocation de l’édit de Nantes en 1685. Pourtant d’autres groupes tels que les juifs et les maures d’Espagne avaient eux aussi précédemment (XVe siècle) été chassés à cause de leur religion. Plus tard, sous la Monarchie de Juillet, il désigne exclusivement les étrangers ayant quitté leur pays à la suite d’événements politiques qui reçoivent des subsides de l’État, non ceux pouvant subvenir à leurs propres besoins. Ce cadrage du « problème » des réfugiés sous l’angle de la distribution de l’argent public s’inscrit, comme le montre Gérard Noiriel, dans le contexte d’un État libéral qui fait des fonctions de maintien de l’ordre et de charité un outil central de la gestion de classes laborieuses identifiées comme dangereuses [4].
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Où se trouvent les réserves stratégiques de pétrole

Où se trouvent les réserves stratégiques de pétrole | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

LE SCAN ÉCO / CARTES - Les réserves stratégiques de produits pétroliers sont réparties dans 98 sites, un peu partout sur le territoire français, mais de manière inégale.

La France a commencé à puiser dans ses réserves stratégiques de pétrole. «Nous avons puisé (...) l'équivalent de trois jours de stocks sur 115 disponibles», a indiqué Alain Vidalies, ce mercredi. Il s'agit, selon le secrétaire d'État aux Transports, de «répondre plus rapidement aux objectifs de livraison de telle ou telle région parce que ces stocks sont disséminés sur l'ensemble du territoire». En effet, contrairement aux États-Unis ou au Japon où il y a quelques énormes dépôts stratégiques, en France, les réserves sont réparties un peu partout sur dans l'Hexagone. Et ce pour «assurer la meilleure couverture du territoire», comme le garantit la principale société qui gère les stocks stratégiques dans l'Hexagone, la Sagess.


La Sagess ne communique pas précisément sur les lieux précis des sites stratégiques ni sur les volumes stockés par site. Mais elle dit gérer 98 sites de stocks stratégiques en France, réparties dans sept zones de défense. Le choix de ces sites stratégiques fait l'objet d'une approbation annuelle des pouvoirs publics dans le cadre d'une Commission interministérielle des dépôts d'hydrocarbures (CIDH). L'objectif est de conserver dans chaque zone de défense au minimum 10 jours de consommation pour les essences et 15 jours de consommation pour les gazoles et fioul domestique.

François Arnal's insight:
Alors que les raffineries de pétrole se concentrent de plus en plus sur 4 sites, (elles sont localisées sur les façades maritimes ou fluviales), les dépôts de carburants sont plus diffus pour des raisons stratégiques, logistiques ou commerciales. Le transport de produits pétroliers se fait par tube (oléoducs enterrés comme dans la vallée du Rhône), par voie fluviale ou ferroviaire et enfin par la route.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

La maison laisse l'architecte en plan

La maison laisse l'architecte en plan | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
En France, 95 % des maisons individuelles échappent aux architectes. Pourquoi ? Ils seraient trop chers et n’en feraient qu’à leur tête. “Faux !”, s’insurgent les pros, qui ouvrent leurs portes les 3 et 4 juin, et leurs maisons les deux week-ends suivants.

La France moche est un fromage bien gardé par le lobby des constructeurs et le manque de clairvoyance d'élus paresseux. Dessinées par des géomètres (dont ce n’est pas le métier), loties par des promoteurs (attachés à leur marge), les zones pavillonnaires mitent le paysage de leurs petites maisons sans âme. Pourtant, pour le même prix, les maires, les aménageurs, et les particuliers surtout, pourraient s’offrir, en prime, de la matière grise qui magnifie la topographie, l’histoire des lieux, la course du soleil, les points de vue sur l’horizon et les envies des habitants.
François Arnal's insight:
pour comprendre la différence entre un architecte et un constructeur. si la maison individuelle est si décriée en France aujourd'hui c'est peut-être en partie parce que les architectes ne sont pas assez sollicités et que les maisons toutes identiques de nos lotissements sont achetées sur catalogue...
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Viaggio attraverso la vera storia del “miracolo albanese” | Reset

Viaggio attraverso la vera storia del “miracolo albanese” | Reset | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
La vieille ville de Shkodra, une ville dans l'extrême nord de l'Albanie, le cinquième du pays en taille, avec ses 110 mille habitants, est propre et agréable. Pavés, des fichiers arbres bien entretenus, des clubs et des restaurants, une mosquée, une église catholique. Les deux édifices religieux font face. Au niveau national l'Islam est la foi avec plus tard, bien que les Albanais sont essentiellement laïcs croyants. Mais le catholicisme, dans les régions septentrionales, a ses bastions. Ses martyrs, ainsi. L'oppression exercée par le régime communiste a été particulièrement forte dans ces domaines. Le facteur religieux a été ajouté à la discrimination politico- territoriale et linguistique. La plupart des arrangements étaient des hommes du Sud, où l'on parle le dialecte toscan. Il a été imposé comme langue officielle au détriment de Gheg, parlée dans le nord et au Kosovo.
François Arnal's insight:
pour préparer le voyage d'études hypokhâgnes du lycée C Fauriel.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Les sept piliers de l’urbanisme - Métropolitiques

Les sept piliers de l’urbanisme - Métropolitiques | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

L’ouvrage que nous propose Francis Beaucire et Xavier Desjardins, associés à une cinquantaine d’auteurs, est une invitation à découvrir des « notions de l’urbanisme » qui conceptualisent et mettent en lumière la complexité des villes.

Centralité, milieu, densité, mixité, espace public, mobilité et urbanité, auxquelles il convient d’ajouter polarité et environnement, paysage et patrimoine, compacité et intensité, diversité, intégration et proximité, motilité et accessibilité, sont autant de notions qui en appellent à l’introspection, à l’intuition et au sensible.


Notions de l’urbanisme par l’usage, textes présentés par Francis Beaucire et Xavier Desjardins, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015.

Ce petit livre surprend d’abord par son titre :


Notions de l’urbanisme par l’usage. Habitués aux vade-mecum de format « carte postale », nous aurions attendu « Notions d’urbanisme », ce qui eût été bien différent. Ici, nul regard surplombant ou simplement secourable de la part de « sachants » possédant les arcanes de la discipline, qui condescendraient à livrer quelque lumière au profane. Non, il s’agit plus subtilement d’amener à partager une conviction : l’urbanisme, si jeune, mais déjà si souvent mis en procès, notamment pour défaut de consistance, reposerait sur quelques notions essentielles, guère plus de sept, qui le fonderaient et le justifieraient. Pour en être instruit, le lecteur est invité à se glisser dans la réflexion experte et précise de certains spécialistes. Mais on lui propose également les considérations allusives ou impressionnistes d’auteurs pour qui la ville n’est pas l’objet d’un intérêt professionnel, seulement un sujet d’étonnement, d’inquiétude ou d’émerveillement. « L’usage » par lequel nous sommes invités à découvrir ces « notions de l’urbanisme » est en effet celui qu’en font des penseurs, des chercheurs, des écrivains, dont les propos, venus de nombreux horizons et portés par de multiples intentions, apportent des nuances, voire des divergences de sens introduisant à la complexité inhérente à la ville. Ni anthologie, ni dictionnaire, donc – Francis Beaucire et Xavier Desjardins, qui sont à la manœuvre, s’en défendent –, mais un livre d’ouverture et de méditation.
La preuve par sept

François Arnal's insight:
Les notions offertes à notre appétence dans un ordre qui ne nous est pas expliqué, mais qui ne saurait relever du hasard, sont : centralité, milieu, densité, mixité, espace public, mobilité et urbanité. Le premier réflexe du lecteur est bien sûr de chercher à prendre en défaut les auteurs en excipant de notions oubliées, peut-être censurées.
À moins d’en appeler à Gaston Bardet, dont l’urbanisme était imprégné de mysticisme et qui aurait probablement ajouté la spiritualité, le petit jeu s’avère vain, d’autant que cinq des sept notions sont accompagnées de sous-titres complémentaires parfois très larges : polarité et nodalité suivent centralité ; environnement, paysage et patrimoine complètent milieu ; compacité et intensité précisent densité ; diversité, intégration et proximité déclinent mixité ; enfin, motilité et accessibilité escortent mobilité.
De surcroît, loin de postuler l’autonomie de ces notions, Beaucire et Desjardins nous annoncent d’emblée « qu’elles voyagent en groupe » et, pour nous familiariser avec ce fonctionnement, concluent leur livre par un guide permettant de partir « à la recherche des liaisons entre les notions ». Il va de soi qu’elles sont fécondes, ce qui de facto élargit leurs familles.
more...
No comment yet.
Rescooped by François Arnal from carto mapping - la carte et ses usages
Scoop.it!

Kids Mapping Their SLUMS in India Are Influencing Urban Planning Policies

Kids Mapping Their SLUMS in India Are Influencing Urban Planning Policies | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Every kid likes to draw. But in India, young people living in slums are using their sketching skills to spur urban change.

As part of a broader civic campaign centered on "child clubs," groups of children are creating detailed "social maps" of their marginalized neighborhoods to voice their concerns about public space, as first reported inCitiscope, a CityLab partner site.

Since 2011, UNICEF has been encouraging kids to use mobile technology and open data to map environmental and health issues near their homes. But that technology isn't available to everyone. Instead, much of the child-led mapping campaign sweeping India today relies on old-school topography materials—paper and a rainbow-spectrum of markers.

Teams of young mappers and adult facilitators spend roughly 45 days traversing their slums. They learn the shape of their neighborhood, how streets interconnect (or don't), and the the density of homes there. This information becomes the map's skeleton. Then, they fill in the specifics. They stake out what's needed through the eyes of children—where underserved public areas could become play spaces, where trash bins could be added in an area they regularly see littered with filth. Their ideal neighborhood is drawn and detailed onto the map. Then, after it's complete, leaders from the child clubs present their work to local officials.


Via Seth Dixon, association concert urbain, cB
more...
Bonnie Bracey Sutton's curator insight, February 4, 7:42 AM

That can happen here too. Kids with GIS mapping neighbothoods go to the City Council with complaints in Oakland about what is a grocery store. Worked for them!!

Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Urbanisme : quand les collectivités font la loi

Urbanisme : quand les collectivités font la loi | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Alors que l'Etat promet de simplifier certaines procédures d'urbanisme, nombre de collectivités locales imposent des chartes encadrant la construction, plus exigeantes que les normes en vigueur et parfois illégales.

Par Catherine Sabbah Journaliste chargée des dossiers Immobilier

Pendant des années, voire des décennies, les choses se passaient dans le bureau du maire, sans témoins et jamais par écrit. Au cours d'une discussion informelle, autour d'un programme immobilier, des élus ne se privaient pas pour imposer leurs avis et leurs préférences en matière de logement. « Cet immeuble ? Il serait mieux un peu moins haut, non ? Les appartements ? Je les verrais bien un peu plus grands… » Sauf à faire une croix sur leur projet, architectes et promoteurs n'avaient plus qu'à remballer leurs plans, même conformes en tout point aux plans d'occupation des sols (POS), puis aux plans locaux d'urbanisme (PLU) et à les retravailler pour coller aux goûts du maire, détenteur du précieux sésame, le permis de construire. La pratique vaut aussi en cas de changement politique. Au lendemain des élections municipales de 2014, nombre d'autorisations signées par les sortants ont été purement et simplement annulées par les nouveaux arrivants, en toute illégalité.
François Arnal's insight:
Qui a raison ? Personne et tout le monde, comme toujours. Mais à quoi sert de simplifier la loi, si les règlements locaux rendent les opérations plus complexes encore ? Devant la prolifération de ces textes qui peuvent avoir pour effet pervers de rendre illisibles certaines politiques urbaines, retarder ou rendre économiquement impossibles certains projets, même le ministère du Logement s'est dit préoccupé et promet de se pencher sur le sujet. Quitte à légiférer ? Ce serait le comble.

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/021896032159-urbanisme-quand-les-collectivites-font-la-loi-1221040.php?YlDp3MozgMMHCcoQ.99#xtor=EPR-3038-%5Bnl_ideesdebats%5D-20160511-%5BProv_%5D-1925702%402
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Laurent Pinatel : « Redonner un sens à l’agriculture française »

Laurent Pinatel : « Redonner un sens à l’agriculture française » | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Éleveur bio, producteur de lait dans la région Auvergne-Rhône-Alpes et porte-parole de la Confédération paysanne, Laurent Pinatel mène une lutte, au quotidien, contre la financiarisation de la paysannerie française. Contre le toujours-plus. Contre le productivisme qui malmène la qualité des produits. Mais une lutte, nous dit-il aussitôt, qui s'articule à bien d'autres combats menés au sein de la société — c'est à la convergence qu'il faut que nous œuvrions, unis autour d'un socle commun : la politique européenne et le système économique qui nous régit. Consommer, rappelle-t-il, est aussi un acte politique.

L'an dernier, lors d'un blocage, vous avez parlé d'une « machine à broyer les paysans ». Qui en tient les manettes ?

La politique publique. C'est-à-dire l'État, l'Europe et tous ces gens qui administrent et tracent les grandes lignes de l'agriculture. Sans parler des lobbies qui gravitent autour du pouvoir politique et influent sur les décisions. C'est cet ensemble qui nous broie.

Vous citez Pierre Rabhi pour expliquer que l'agriculture « est faite pour nourrir, pas pour produire ». Cette conception gagne-t-elle les esprits, au sein du monde agricole français ?

Il y a plusieurs niveaux : le monde agricole et le monde tout court. Dans la société, cette idée passe de mieux en mieux – ça ne fait plus problème. Les gens comprennent qu'on ne produit pas de l'alimentation comme des pièces de bagnoles. Dans le monde agricole, nombreux sont ceux qui se revendiquent « producteurs » ; ils entrent dans ce métier en s'interrogeant sur les volumes de production qui permettront de rembourser les emprunts et de se rémunérer. On a perdu le fil de l'alimentation.

François Arnal's insight:
Eleveur bio à St Genest Lerpt dans la banlieue stéphanoise, Laurent Pinatel pose la question du formatage et du sens de l'agriculture productiviste. Face à la crise des filières d'élevage les solutions passent peut-être par une remise en cause des formations et des productions plus orientées vers la qualité et la diversité. Face à la puissance de la FNSEA ou des chambres d'agriculture, il existe des alternatives.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

A Lesbos, fin de l’espoir pour les nouveaux réfugiés

A Lesbos, fin de l’espoir pour les nouveaux réfugiés | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Nasrine est une « Before 20 ». Exténuée et traumatisée, la jeune Syrienne de 23 ans a pourtant eu une chance : celle de poser le pied sur l’île grecque de Lesbos avant le 20 mars. Ceux qui ont accosté après cette date, les « After 20 », comme on les appelle, attendent parqués derrière des grillages et des barbelés, quand Nasrine, elle, est une réfugiée libre, qui se prépare à reprendre la route.

Les 2 390 migrants de l’île se répartissent aujourd’hui entre ces deux statuts. Les « Before 20 » ont le droit de rêver à l’Europe de l’Ouest et du Nord. Pour les « After 20 », le rêve s’est brisé et la détention rend leur malheur invisible. « Aujourd’hui, tous les nouveaux arrivants sont directement conduits par les autorités au camp d’enregistrement de Moria, à quelques kilomètres de la capitale, Mytilène. Et là, la porte se referme derrière eux », déplore Boris Cheshirkov, le coordinateur du Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR).
François Arnal's insight:
Avant la mise en place de l’accord entre l’Union européenne (UE) et la Turquie, les réfugiés passaient déjà par le camp de Moria, mais ils en repartaient très vite, une fois enregistrés. C’était juste une étape avant de rejoindre l’Europe continentale ou de demander à bénéficier du programme de relocalisation dans un pays de l’Union. Aujourd’hui, leur nom est noté par la police du camp, mais leur demande d’asile, elle, n’est même pas enregistrée. La Grèce a décidé d’appliquer la rétention avant d’avoir dessiné le cadre juridique de ses nouvelles règles. Le texte, signé le 18 mars avec la Turquie, autorise le renvoi de tous les entrants de l’autre côté de la mer Egée, fussent-ils réfugiés et même mineurs, qui représentent 40 % des entrants.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

CARTO 33

CARTO 33 | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
CARTO 33



CARTO n° 33, Janvier-Février 2016

Par Guillaume Fourmont

Les séries : enfin une bonne raison de regarder la télévision ! Il est impossible de les dénombrer tant elles sont nombreuses sur nos petits écrans. Mais elles sont devenues, depuis quelques années, un véritable phénomène de société, renvoyant dans leurs retranchements « théâtraux » Friends ou autres aventures comiques télévisées. La mode est à la géopolitique et les grandes chaînes l’ont bien compris. Les séries ont envahi la réalité, notre quotidien, s’inspirant de celui-ci pour expliquer le monde. Fière de son succès planétaire, Game of Thrones pourrait même nous aider à analyser les jeux de puissance au Moyen-Orient, entre l’Arabie saoudite (la famille Lannister pour les connaisseurs) et l’Iran (la maison ­Martell).
Un langage qui parle à toutes et à tous. Soyons néanmoins prudents : transposer les complexités d’une région du monde à travers des événements médiévaux s’avère risqué. Plus contemporaine, Homeland a aussi montré les limites de la fiction tant les confusions sur le Moyen-Orient sont nombreuses dans cette série américaine au succès planétaire.
Mais les séries sont là et, reconnaissons-le, elles sont un bel outil de compréhension des dynamiques politiques, sociales et économiques de notre monde. The Wire, traitant notamment de la pauvreté et du racisme à Baltimore, est en cela une référence. Plus proche de nous, Européens, Occupied imagine une Norvège occupée par la Russie, avec l’aval de l’Union européenne, après la décision d’Oslo de renoncer au pétrole. Si les séries s’inspirent de la réalité géopolitique, elles créent également des situations géopolitiques, dans leurs épisodes et sur les marchés, générant des millions de dollars. Elles sont même étudiées à l’université, comme on lit un essai pour compléter ses connaissances.
more...
No comment yet.