Géographie : les ...
Follow
Find
19.6K views | +0 today
 
Rescooped by François Arnal from ClioTweets
onto Géographie : les dernières nouvelles de la toile.
Scoop.it!

Heuristiquement: Carte conceptuelle et carte heuristique

Heuristiquement: Carte conceptuelle et carte heuristique | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Via fduport, Jean-Michel Crosnier
François Arnal's insight:

pour apprendre à organiser sa pensée de façon systémique : la carte heuristique ou carte mentale (mind mapping)

more...
Jean-Michel Crosnier's curator insight, December 1, 2013 1:54 PM

Y voir clair sur le plan conceptuel, pour faire simple sur le plan pédagogique. A utiliser en classe sans modération ! 

Géographie : les dernières nouvelles de la toile.
Last news on the web. Geography around the world. Les nouvelles de la géographie rassemblées par François Arnal
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Le Billet de Gilles Fumey : Les curateurs en géographie : quelle plus value ?

Le Billet de Gilles Fumey : Les curateurs en géographie : quelle plus value ? | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Connaissez-vous les curateurs ? Ils choisissent pour vous les œuvres exposées dans les musées ou les galeries momentanément. Ils font des choix, des commentaires et les présentations, le lien avec les artistes et le public. Les curateurs sur internet travaillent sur des plates-formes où les outils permettent de sélectionner des articles et les éditorialiser avant la mise en ligne. François Arnal, professeur au lycée Fauriel (Saint-Etienne, Loire), la pratique avec ses étudiants depuis quelque temps. Une manière de faire des apprentissages numériques différents d’un blog, de Facebook ou Twitter.

 

Pour le professeur de géographie qu’est François Arnal, la présence virtuelle des étudiants sur la toile change son travail. Et si un étudiant s’engage sur ces réseaux ciblés et intelligents, il doit pouvoir être évalué. On ne sera plus dans un marketing de diffusion mais un marketing de discussion. Marc Rougier qui a fondé « Scoop it » le dit autrement : on passe d’un mode contrôlé à un mode contributif. Un manière de contourner les stratégies du web marketing pour bâtir une stratégie numérique. Le Web 2.0 ne représente-t-il pas une audience dépassant aujourd’hui le milliard d’être humains qui constitue un potentiel de diffusion non négligeable ? Dans ce paysage, Scoop.it draîne 500 000 utilisateurs dans le monde et 6 millions de visiteurs uniques chaque mois dans 150 pays, ce qui en fait le meilleur outil de curation du Web pouvant servir aussi bien aux étudiants qu’au grand public et, bien entendu, aux professeurs.

Pour apprendre à maitriser les réseaux sociaux, à mieux choisir l’information en se constituant une identité numérique et pour améliorer l’accès à l’information, deux étapes sont nécessaires : constituer un environnement numérique efficace et opérationnel, puis faire prendre en main par les étudiants « producteurs de savoirs » cet outil. « Une classe connectée sur les ressources numériques est une classe qui échange et crée du contenu », pour François Arnal qui voit dans la curation une réelle plus-value. On peut voir le Pearltrees curation HK42 dans l’hypokhâgne du lycée Fauriel de Saint-Etienne ici. C’est ainsi que l’élève devient un expert.

François Arnal's insight:

Gilles Fumey, professeur de géographie de l’alimentation à l’université Paris-IV Sorbonne et professeur des universités à l’ESPE de Paris nous fait l'honneur d'évoquer le travail de curation que nous effectuons au lycée Claude Fauriel.

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Le Corbusier plus facho que fada

Le Corbusier plus facho que fada | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Cinquante ans après la mort de l’architecte, deux ouvrages évoquent son compagnonnage avec le fascisme.

Les spécialistes le savaient, même s’ils tentaient parfois de le minimiser : la guerre de Le Corbusier n’avait pas été exemplaire. Cinquante ans après sa disparition, voici que les informations sur son parcours politique se multiplient. Les deux livres publiés ces jours-ci, Un Corbusier, de François Chaslin, et Le Corbusier, un fascisme français, de Xavier de Jarcy révèlent l’ampleur de sa part d’ombre.

L’homme de la Cité radieuse avait été l’un des modèles d’Eugen Robick, l’«urbatecte» de la Fièvre d’Urbicande, l’un de mes premiers albums avec François Schuiten. Dès cette époque, j’avais peu de sympathie pour le doctrinaire. Mais je n’imaginais pas l’ampleur de ses engagements et de ses compromissions. La tentation fasciste ne fut pas pour Le Corbusier une simple marque d’opportunisme : ses relations avec les idéologues de la droite nationaliste ont duré des décennies et marqué en profondeur sa pensée urbanistique. On pourrait dire que Le Corbusier fut à l’architecture ce que Martin Heidegger, son contemporain presque exact, fut à la philosophie : un géant fourvoyé.
François Arnal's insight:

L’Esprit nouveau qu’il promeut n’est pas loin de l’Ordre nouveau. Le Dr Pierre Winter, leader du Parti fasciste révolutionnaire, l’avocat Philippe Lamour, rédacteur en chef de la revue Plans, et l’ingénieur François de Pierrefeu, passionné d’occultisme, sont ses amis les plus proches. Tous appartiennent à la frange la plus dure de la droite française, celle qui descend dans les rues de Paris le 6 février 1934. Un jour qui, selon Le Corbusier, marque «le réveil de la propreté».


Soutenu par Claudius-Petit, ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme, admiré par Malraux qui voit en lui le plus grand architecte du siècle, Le Corbusier peut enfin construire les tours et les barres qu’il dessine depuis les années 20. Le fasciste d’hier est désormais le «fada», tandis que la Charte d’Athènes devient la bible des urbanistes. Le mythe Le Corbusier se solidifie. Le 1er septembre 1965, quelques jours après sa noyade à Roquebrune, Malraux salue son «vieux maître» et son «vieil ami», faisant du bâtisseur de la Cité radieuse l’une des incarnations de la France gaulliste…


Soucieux de développer une pensée unique en matière d'urbanisme, de rationnalité, Le Corbusier a été séduit par les régimes forts et s'est compromis avec le régime de Vichy. Mais il pris soin de faire disparaître ce côté obscur de sa biographie après la guerre.Il aurait cependant adoré travailler avec Mussolini ou Staline. Classement, hiérarchie, dignité sont pour lui les valeurs suprêmes. Il ne cachait pas son mépris pour la démocratie parlementaire et la Charte d'Athênes ne prévoyait pas de consultation des habitants.

more...
No comment yet.
Rescooped by François Arnal from la Planète financière : espaces et territoires à l'ère de l'économie globalisée
Scoop.it!

Entretien / Londres, entre régénération urbaine et verticalisation avec Manuel Appert. : Urbanités

Entretien / Londres, entre régénération urbaine et verticalisation avec Manuel Appert. : Urbanités | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

St George Wharf Tower, logements vendus prioritairement en Asie du Sud-Est (Photog. Appert, 2014)

 

Quels sont les enjeux de la gouvernance de la régénération urbaine aujourd’hui à Londres ? Plus généralement, comment les modalités de production de la ville ont-elles évolué ?

La régénération urbaine au Royaume-Uni, qu’elle soit considérée comme de la requalification des espaces collectifs et/ou de la rénovation urbaine (habitat) vise à corriger des trajectoires de quartier jugées « déviantes » par les pouvoirs publics. S’il y a eu des expériences variées, exceptionnelles, aujourd’hui il y a convergence dans la nature de ces opérations et les outils mobilisés. Cette convergence est liée au contexte, d’abord macroéconomique, d’un modèle néo-libéral qui vise à faire financer et/ou exploiter par le secteur privé un certain nombre d’activités, de services, de logements, qui pouvaient jusque-là être pris en charge par la sphère publique. Dans le contexte de réduction des dépenses publiques, particulièrement dans les infrastructures et le logement « social », les cartes de la gouvernance métropolitaine sont rebattues. Les acteurs publics traditionnels, État et municipalités, ne sont plus les seuls à intervenir ; ils doivent désormais négocier en permanence avec une multiplicité d’autres acteurs. Cela introduit de nouveaux rapports de force, qui se rééquilibrent en s’éloignant de la planification et des logiques descendantes et publiques.

more...
François Arnal's curator insight, March 23, 2:35 PM

Dans cet article Manuel Appert revient sur la financiarisation de la ville néo libérale. Les acteurs de l’immobilier, qu’il s’agisse d’intérêts internationaux ou d’intérêts liés visent toujours  des opportunités financières ou spéculatives. Il évoque les questions de transformations spatiales liées aux Jeux olympiques.

"Les échelles financières, de discussion, d’acteurs, sont très variées, les modalités évidemment peuvent aussi varier, mais finalement la logique est toujours la même. Elle consiste à utiliser un événement extrêmement temporaire dans le temps mais très médiatique, qui nécessite des investissements en termes d’infrastructures ou d’aménités, et susceptible de générer ensuite directement des emplois et profits, et indirectement, à travers des transformations paysagères, de rendre attractif le territoire pour les investisseurs et les classes moyennes. Dans des problématiques similaires, si le Musée Guggenheim de Bilbao a été surtout étudié en termes de retombées économiques, on peut aussi aborder son rôle dans la transformation urbaine, dans le renouvellement urbain du quartier d’Abandoibarra, avec la construction de logements, de bureaux, de gratte-ciels."

Il revient enfin sur la verticalisation et l'architecture iconique qui transforme actuellement le paysage londonien.

Entretien réalisé par Frédérique Célérier en octobre 2014 dans le cadre du Festival international de Géographie de Saint-Dié-des-Vosges (mis à jour en février 2015).
Rescooped by François Arnal from Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique.
Scoop.it!

GENTRIFICATION verte : quand la nature en ville chasse les pauvres

GENTRIFICATION verte : quand la nature en ville chasse les pauvres | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Des quartiers rénovés, des espaces de verdure créés… et voilà que les prix de l'immobilier s'envolent, poussant plus loin les classes les plus défavorisées, pour qui les travaux étaient initialement prévus. Histoire d'un paradoxe.

Via ThomasMaillard, association concert urbain
more...
ThomasMaillard's curator insight, November 14, 2014 11:55 AM

L'agriculture urbaine peut (et doit) aussi être analysé dans une démarche de géographie critique.

association concert urbain's curator insight, March 21, 5:24 AM


Terra eco

@terraeco

Résister, partager, inventer. En kiosque chaque mois et sur Internet. Pour vous abonner : http://www.terraeco.net/-Abonnements,232-.html 

terraeco.net

Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Smart City : une réponse (aussi) pour les pays en développement

Smart City : une réponse (aussi) pour les pays en développement | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Très à la mode en Europe, le concept de Smart City pourrait également offrir une réponse aux défis urbains des pays en développement. Une tribune rédigée par Maxence Bocquel et Sylvain Hippolyte, consultants chez Yélé Consulting.

En 2050, la proportion de la population mondiale vivant en milieu urbain devrait atteindre 66% contre 54% en 2014. Ce phénomène d'urbanisation sera d'autant plus significatif dans les pays les moins développés, pour lesquels la population urbaine représentera 50% en 2050, alors qu'elle n'est que de 31% actuellement.
Les défis urbains des pays en développement

L'attrait des populations pour les zones urbaines s'explique par l'activité économique et les opportunités d'emploi qu'elles concentrent : 80% de l'activité économique à l'échelle mondiale se développe dans les villes. L'exode rural et la croissance soutenue des populations urbaines et périurbaines complexifient les challenges à relever pour les villes. On peut notamment citer les contraintes liées à leur approvisionnement en ressources et à l'élimination de leurs déchets. Bien que l'urbanisation soit reconnue comme un moteur de développement économique et social, elle s'accompagne de forts impacts environnementaux, aussi bien aux niveaux local que mondial, tels que l'assèchement des zones humides, l'extraction de matériaux de construction en grandes quantités, la pollution des eaux ou la pollution atmosphérique. Les villes sont ainsi à l'origine de 80% des émissions de gaz à effet de serre et représentent 75 % de la consommation mondiale d'énergie.

François Arnal's insight:

Face à l'urbanisation rapide et mal maîtrisée de l'urbanisation dans les PED, , les villes vont devoir effectuer une transition vers un développement plus durable et vers plus de communications grâce aux nouvelles technologies. Les expérimentations Smart City bénéficiant actuellement de la plus grande visibilité se déroulent en Europe, aux États-Unis, en Asie et au Moyen-Orient. Ces projets promeuvent la vision d'une ville intelligente s'appuyant sur des investissements significatifs, requis par le déploiement de solutions de hautes technologies, et sur une implication renforcée des différents acteurs de l'espace urbain, dont les habitants. Cette approche très demandeuse en capitaux peut sembler moins adéquate pour les villes de pays en développement, et notamment celles ayant des capacités budgétaires limitées.

more...
No comment yet.
Rescooped by François Arnal from carto mapping - la carte et ses usages
Scoop.it!

Visiter l'Everest avec Google Maps

Visiter l'Everest avec Google Maps | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Visiter le mythique mont Everest tout en s'épargnant de subir des conditions climatiques très rudes est désormais possible. En effet, Google Street View a mis en ligne la semaine dernière une visite virtuelle de cette région du Népal considérée comme l'un des lieux les plus durs et inaccessibles sur Terre. L'expédition web propose notamment des vues du cœur du parc national de Sagarmatha, où des rivières bleues glacées serpentent sous les sommets enneigés, ou encore de partir à la rencontre de moines et d'éleveurs de yaks sur des sentiers abrupts jonchés de pierres. Equipées de deux appareils photographiques et d'un dispositif de quinze objectifs sur mesure conçus pour la marche, les équipes se sont déplacées à pied pour prendre plus de 45 0000 vues panoramiques de villages reculés de l'est de l'Himalaya, habités par la communauté sherpa.


Via cB
François Arnal's insight:

A visiter absolument, les caméras Google view embarquées à dos d'homme sur les sentiers du Népal : des paysages à couper le souffle. Pour visualiser le moindre caillou, la moindre plante à vos pieds..

more...
cB's curator insight, March 17, 2:38 AM

Google s'est allié pour ce projet  à la start-up népalaise Story Cycle http://storycycle.com et à l'alpiniste népalais Apa Sherpa, qui a gravi à vingt et une reprises l'Everest, plus haut sommet du monde, avant de prendre sa retraite et de fonder une association d'aide à l'éducation http://apasherpafoundation.org . La communauté sherpa espère que le projet permettra de lever des fonds pour construire des nouvelles écoles et des hôpitaux. Cela afin d'améliorer le sort des jeunes générations en leur permettant de pratiquer un autre métier que ceux à hauts risques de porteur et guide pour les expéditions. A noter que Google Street View proposait déjà de suivre, grâce à un reportage multimédia, le périple d'alpinistes jusqu'à l'un des camps de base de l'Everest. http://www.google.com/maps/about/behind-the-scenes/streetview/treks/the-worlds-highest-peaks/ ;

 

Publié par le quotidien "Le Monde"  www.lemonde.fr/  


Scooped by François Arnal
Scoop.it!

À Lyon, des habitations à la place des prisons

À Lyon, des habitations à la place des prisons | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Près de la gare Lyon-Perrache, la réhabilitation des deux prisons Saint-Joseph et Saint-Paul, fermées en 2009, touche à sa fin. D’ici à décembre, elles seront progressivement remplacées par un nouvel îlot mélangeant université, immeubles de bureaux et de logements, commerces et résidences intergénérationnelles.

Lorsque, en 2010, l’Etat vend ces deux centres de rétention, construits en 1830 et 1870, soit un hectare de foncier en plein cœur de ville, c’est le projet urbain présenté par le groupe Ogic et l’Université catholique de Lyon qui est retenu.

Le promoteur décide de conserver le site de la prison Saint-Joseph, en bordure de quai, la faculté récupère l’ancienne prison Saint-Paul, entre le Rhône et le cours Charlemagne. Elle est en train d’y bâtir son nouveau campus flambant neuf qui ouvrira à la rentrée de septembre.
François Arnal's insight:
Le quartier Confluence à Lyon continue sa mutation, l'ancienne prison sur les quais du Rhône se transforme en campus universitaire, en logements et en espaces verts. L’îlot Saint-Joseph sera complété par 4 000 m2 de jardins, dont le tiers sera ouvert aux habitants du quartier. En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/argent/article/2015/03/14/a-lyon-des-habitations-a-la-place-des-prisons_4593578_1657007.html#ldrxQe2vHXT1tCc5.99.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

En interrogeant sur le beau, la biennale du design de Saint-Étienne est-elle anachronique ou visionnaire ?

En interrogeant sur le beau, la biennale du design de Saint-Étienne est-elle anachronique ou visionnaire ? | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Après l’empathie en 2013, la 9e édition de la biennale du design de Saint-Étienne, qui se tient du 12 mars au 12 avril 2015, a choisi de s’interroger sur les sens du beau. Une question anachronique à l’heure où, à cause du numérique, le design est appelé à repenser le monde jusque dans ses politiques et ses services ?

À l’heure où le design est invoqué pour accompagner la révolution numérique en cours, voire repenser le monde, comme le propose le designer Stéphane Vial, résumer encore le design à des questions d’esthétisme et de style a de quoi surprendre, voire carrément choquer. Et pourtant, malgré les appels vibrant de la feue commission design, pilotée par Alain Cadix, à insuffler en France une autre culture design que celle héritée par des arts décoratifs, Elsa Francès et Benjamin Loyauté, co-commissaire général de la Biennale du design 2015, ont choisi pour thématique générale "Les sens du beau" !
François Arnal's insight:

C'est parti pour un mois, St-Etienne devient la capitale mondiale du design La mondialisation esthétique est interrogée, de même que des grandes thèmes de sociétés comme la durabilité, l'attention, la beauté...

more...
No comment yet.
Rescooped by François Arnal from la Planète financière : espaces et territoires à l'ère de l'économie globalisée
Scoop.it!

Apple, Google, Facebook: ces gigantesques projets immobiliers de la Silicon Valley

Apple, Google, Facebook: ces gigantesques projets immobiliers de la Silicon Valley | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Apple, Google et Facebook commencent sérieusement à se sentir à l'étroit. Les trois géants de la Silicon Valley sont en effet engagés dans de gigantesques projets immobiliers afin d'agrandir leurs sièges sociaux. Et accueillir toujours plus de salariés pour accompagner la croissance de leurs activités. Dernière illustration, vendredi 27 février, avec la présentation, par Google, d'un projet d'extension de son campus.

LES STRUCTURES MODULAIRES DE GOOGLE

Ces nouveaux locaux seront situés à Mountain View, où sont déjà basés près de 20.000 employés du moteur de recherche, notamment au sein du Googleplex, son siège social. S'étendant sur plus de 230.000 mètres carrés, ces bureaux pourront accueillir plus de 10.000 employés. 120.000 mètres carrés supplémentaires seront occupés par des espaces verts, ouverts au public. Des pistes cyclables et des commerces locaux seront également présents.

Avec ce projet, Google assure vouloir repenser les bureaux. "Au lieu de construire des immeubles inamovibles en béton, nous allons créer des structures légères, comme des blocs pouvant facilement être déplacés", résume David Radcliffe, vice-président en charge de l'immobilier. De larges auvents translucides recouvreront les sites de ce nouveau campus. "Ils permettront de contrôler la température, tout en laissant passer l'air et la lumière", explique M. Radcliffe. Google doit encore obtenir le feu vert des autorités.
François Arnal's insight:

Sur le lien entre fiance et urbanisme.

 

more...
François Arnal's curator insight, March 2, 12:27 PM

Quand les riches GAFA repensent et remodèlent la ville. Le coût du projet Apple  est estimé à 5 milliards de dollars (4,47 milliards d'euros). Pour réaliser l'extension du campus de Facebook, Mark Zuckerberg, le fondateur et patron du réseau social, s'est attaché les services d'une star: Frank Gehry, architecte canado-américain qui a notamment conçu le musée Guggenheim de Bilbao et, plus récemment, la fondation Vuitton à Paris.

Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Ces villes minées par les logements vacants

Ces villes minées par les logements vacants | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
A Vichy, dans l’Allier, toutes les demandes de logement social sont satisfaites en quinze jours. « Nous proposons des appartements dans des immeubles rénovés, au bord du lac », précise Frédéric Aguilera, l’adjoint au maire chargé de l’urbanisme. Avec 4 700 logements vides, soit 22 % de son parc, la ville thermale de 25 000 habitants est en effet championne de France de la vacance.

En dépit de la pénurie de logements sans cesse dénoncée, il existe des villes où les logements vides atteignent une proportion parfois inquiétante : 29 000 à Nice (Alpes-Maritimes, 12,8 % du parc), 7 200 à Avignon (Vaucluse, 14,3 %), 7 500 à Mulhouse (Haut-Rhin, 13,6 %), 7 000 à Béziers (Hérault, 16,7 %). Selon nos calculs, issus des données de l’Insee, 42 communes de plus de 8 500 logements affichent un taux de vacance supérieur 12 %, et ce phénomène discret s’amplifie. En dix ans, le nombre de logements vides est passé, au plan national, de 1,9 million en 2004 à 2,64 millions en 2014. Le taux de vacance a ainsi grimpé de 6,3 % à 7,8 %.
François Arnal's insight:
Toutes les grandes villes recèlent des logements vides, y compris Paris (plus de 98 000 déclarés vacants, en 2011, soit 7,3 % du parc, moins qu’en 2006), Lyon (25 000, soit 9 %) ou Marseille (30 000, 7,2 % mais certains arrondissements, comme le 1er et le 3e, affichent des taux de vacance d’environ 15 %), et peinent à les mettre en valeur lorsqu’il s’agit d’appartements en copropriété. La Ville de Paris a réussi, avec le dispositif Solibail de garantie de paiement des loyers, à remettre 1 000 de ces logements en location, une goutte d’eau.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/logement/article/2015/02/23/ces-villes-minees-par-les-logements-vacants_4581607_1653445.html#suIc7f3tkIE9lAK7.99
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Snow Therapy

Snow Therapy | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Une station de sport d’hiver dans les Alpes françaises (en fait un aggloméré des Arcs et de la Plagne), l’espace-temps d’une catastrophe… celle de la virilité patriarcale et du couple. Voilà la fraîche idée du réalisateur suédois primé avec Snow Therapy dans la sélection cannoise Un certain regard. Tout en installant caméra et scénario en haute-altitude, Ruben Östlund s’inscrit en terrain ciné géographique assez bien damé. Dans la veine tragi-comique travaillée par Jacques Tati notamment, son regard cynique se nourrit d’un malaise du lieu, figuré comme contexte inhabitable et matière à rire ou à sourire. On pourrait ainsi, à partir de « Tati, théoricien de l’urbain » établir une généalogie des lieux de la modernité envisagés depuis par les cinéastes comme des lieux de crises existentielles, rappelant de manière plus au moins éloignée celles d’ « Hulot habitant » : les suburbs, les aéroports, les parcs d’attraction, les malls (liste non exhaustive) dessinent un récurent aggiornamento du désir géographique au cinéma, une inversion de sens des configurations d’habiter. En travaillant les failles séparant le rêve d’une géographie planifiée, réglée et les problématiques appropriations existentielles, ces dispositifs jouent de l’opposition relevée par Michel de Certeau entre le point de vue surplombant et techniciste (celui des aménageurs) et son inadéquation avec les pratiques d’en «bas ».

François Arnal's insight:

Bertrand Pleven est le spécialiste de la lecture géographique du cinéma ou des séries télévisées. Nous l'avions rencontré lors du dernier FIG à l'occasion d'un café géographique réussi sur Games of Thrones. Il nous livre ici son analysé géographiqque du film du suédois Ruben Östlund

more...
Romane&Alice's curator insight, February 23, 9:49 AM

Rescoopé à partir de @François Arnal. L'analyse géographique de Bertrand Pleven pour les cafés géographiques. 

Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Ecocide. Pesticides connection

Ecocide. Pesticides connection | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Sur le bidon blanc en plastique, les deux petits logos de couleur orange ne laissent aucun doute : « Toxico » et « Peligroso para el medio ambiente » (« dangereux pour l’environnement »). Un avertissement supplémentaire, bien visible, précise que ce fongicide destiné à l’agriculture est particulièrement nocif pour les « mujeres embarazadas » (« femmes enceintes »). La carbendazime, substance active du Maypon Flow (de la marque Cheminova), est strictement interdite en France : elle est non seulement dangereuse pour l’environnement, mais peut provoquer des altérations génétiques.


Nous venons pourtant, ce 6 février, d’en acheter un bidon à Figueras, en Espagne, à une trentaine de kilomètres de la frontière du Perthus. Le magasin Saiga nous l’a vendu – 11,80 euros le litre – sans ignorer qu’il était prohibé de l’autre côté de la frontière, et nous l’avons rapporté en toute quiétude en France. Nous aurions pu en acheter dix fois plus, à condition de prévenir à l’avance. « Certains agriculteurs, pour la vigne, les céréales, les fruitiers, viennent de loin, en camion, et en emportent des palettes entières ; j’en ai même vu venir des Pays de la Loire ou de Haute-Savoie », précise au Monde Daniel Bouix, apiculteur, animateur du Collectif alternatives aux pesticides 66 et membre de la Confédération paysanne.

François Arnal's insight:
Le commerce illicite des pesticides contrefaits est un véritable fléau.  des produits dangereux interdits à la vente en France ou en UE se retrouvent  aisément sur des marchés parallèles.La lutte contre ces produits illégaux est assez récente. En 2009, des douaniers du port d’Hambourg, en Allemagne, découvrent des conteneurs de récipients de pesticides sans étiquette en provenance de Chine, des produits contrefaits de la société allemande Bayer. Au niveau mondial, le commerce de produits chimiques, insecticides, herbicides, fongicides… s’évalue à 50 milliards d’euros et la fraude à… 5 milliards.Selon l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (Oclaesp), « une nouvelle forme de criminalité organisée s’est développée du fait de l’exceptionnel rapport “risques faibles/profits élevés” associé à cette activité ».
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

chili : géographie culturelle : Le Wallmapu : territoire et identité mapuche dans le Chili contemporain.

chili : géographie culturelle : Le Wallmapu : territoire et identité mapuche dans le Chili contemporain. | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Le Wallmapu: territoire et identité mapuche dans le Chili contemporain


Population et territoire, deux notions intimement liées

La population mapuche au Chili, reconnue indigène en 1993 par la loi 19 253 compte près d' million d'habitants et représente aujourd'hui environ 10% de la population chilienne dont la moitié vit à Santiago, la capitale, un tiers en milieu rural sur ce qui constitue son territoire historique : le Wallmapu. Celui-ci défendu victorieusement contre la conquête espagnole occupait un espace compris de part et d'autre de la cordillère des Andes au sud du rio Bio-bio dans l'actuel Chili et au sud du Rio Negro dans l'actuelle argentine. Pendant la deuxième moitié du XIXe siècle, les armées chilienne et argentine, chacune de leur côté, entament pour l'une « la pacification de l'Araucanie », pour l'autre la « conquête du désert » qui s'achèveront par la confiscation des terres indigènes au profit de militaires ou de colons européens (en partie allemands), la réduction d'une part d'entre eux dans des réserves l'exil dans les villes. Le territoire mapuche s'est considérablement réduit : 31 millions d'hectares en 1540, 10 millions en 1883, moins de 500 000 en 1960. Celui-ci est redécoupé en régions administratives dont les limites n'ont plus rien à voir avec la partition traditionnelle du Wallmapu. De même la frontière tracée entre la Chili et l'Argentine -pratiquement – imperméable contribue à bouleverser l'organisation territoriale des mapuche.
François Arnal's insight:

Compte rendu du voyage d'étude des HK du lycée de Meaux sur l'excellent blog  Geodatas, ressources pédagogiques en géographie pour le cours de Benjamin Pomier (Professeur en CPGE à Meaux). Géodatas est un site pédagogique proposant des ressources pédagogiques aux étudiants de classes préparatoires du lycée Jean Vilar de Meaux et aux étudiants de géographie de l'UMLV. Ce site est donc réservé à un usage interne, mais étudiants et enseignants de CPGE littéraires pourront y trouver aussi des ressources sur le programme de géographie.

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

A Lyon, la Confluence poursuit sa mue sur l'ancien site du marché de gros | UrbaNews.fr

A Lyon, la Confluence poursuit sa mue sur l'ancien site du marché de gros | UrbaNews.fr | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it


Auteur : Edouard Malsch Dans Architecture,
Le quartier de la Confluence poursuit sa reconversion à l’Est du Cours Charlemagne. Les terrains historiquement occupés par le marché de gros ont été investis par le promoteur Icade et redessinés par une équipe de 6 concepteurs pour donner vie à Ynfluences Square: un programme immobilier multifonctionnel. Ynfluences Square fait face à l’Hôtel de région – conçu par Christian de Portzamparc – et l’esplanade François Mitterrand, à proximité immédiate du tramway T1, du centre commercial Confluence et de la darse sur la Saône.

Au Nord, l’ancien îlot A3 – désormais Ynfluences Square – jouxte le quartier résidentiel existant de Sainte-Blandine, tandis qu’à l’Est, il rejoint la rue Smith, en pleine expansion. L’îlot de vie de 28 100 m⊃2; s’organise autour de 8 nouveaux bâtiments, 2 cours jardinées et entend « se démarquer » par son offre mixte : mixité fonctionnelle – bureaux, logements, commerces – et mixité des usages propice à la création d’un environnement vivant et vivable 24h/24.

François Arnal's insight:

Le quartier de la Confluence sur la presqu'île entre Rhône et Saône poursuit sa mutation. Sur l'ancien site occupé par le marché de gros dont quelques bâtiments ont été conservés vont être construits des bâtiments de différentehauteur en mixité fonctionnelle et sociale conformément au projet de quartier durable déjà amorcé. On va y retrouver la touche du paysagiste Michel Desvignes.

Dans un esprit contemporain signé Herzog & de Meuron l’emprise de l’ancien marché gare, se métamorphose en affirmant la volonté de ramener plus de sobriété et d’unité de couleurs au sein du quartier. La proposition des architectes suisses dessine une nouvelle forme de ville, variée, plus ouverte: ainsi, les espaces verts, passages publics et autres cours jardinées s’affirment comme l’un des principaux éléments identitaires du projet.

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Cité radieuse : vivre dans un monument historique

Cité radieuse : vivre dans un monument historique | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
ar de subtils diptyques, le photographe Patrick Gherdoussi saisit la vie des habitants de la Cité radieuse de Marseille conçue par Le Corbusier en 1952. La demande de classement au patrimoine mondial de l'Unesco leur fait redouter un surcroît de fréquentation.
Aujourd'hui, 300 appartements de la Cité radieuse sont occupés. Les habitants disent qu'ils vivent dans la «cité du fada» (le fou en marseillais).
Photo Patrick Gherdoussi. Divergence
François Arnal's insight:

Le parallèle entre Firminy et Marseille est intéressant. Alors que l'Unité d'Habitation perd ses habitants et peine à remplir ses logements (dont la moitié est gérée par les HLM), la maison du "fada" à Marseille est très convoitée et très vivante.

more...
HG Académie de Rennes's curator insight, March 25, 2:42 AM
Aujourd'hui, 300 appartements de la Cité radieuse sont occupés. Les habitants disent qu'ils vivent dans la «cité du fada» (le fou en marseillais). Quelques photographies de Patrick Gherdoussi pour mener par exemple une activité d'Histoire des arts en classe de 3e sur le domaine de "l'art de l'espace". Cette activité pourrait être transversale à la géographie (Un territoire sous influence urbaine) et à l'Histoire (Vie politique et société en France sous la Ve République). A découvrir.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Comment sera Paris en 2050

Comment sera Paris en 2050 | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Un peu de rêve fait du bien. Voici Paris imaginé par l’agence Vincent Callebaut en 2050. Vincent Callebaut Architectures est une agence de l’écologie urbaine à qui on a demandé d’imaginer une capitale avec plus d’habitants et moins d’émission de gaz à effet de serre.

Paris smart city 2050 montre comment on peut densifier et re-oxygéner Paris. L’architecte bio-climatique belge travaille avec des ingénieurs de Setec Bâtiment. Anne Hidalgo a reçu un premier dossier, présenté sous forme de huit propositions architecturales (mountain towers, antismog towers, photosyntesis towers, bamboo nest towers, honeycomb towers, farmscrapers towers, mangrove towers, bridge towers).
François Arnal's insight:

on projet “Paris smart city 2050” propose une réflexion sur la densification et la ré-oxygénation de Paris. Vincent Callebaut, architecte belge spécialiste de l’architecture bio-climatique, a mené cette étude en collaboration avec les ingénieurs de « Setec Bâtiment » a été présentée sur Challenges.fr et livrée il y a quelques semaines à Anne Hidalgo. Elle prend la forme de 8 propositions architecturales (mountain towers, antismog towers, photosyntesis towers, bamboo nest towers, honeycomb towers, farmscrapers towers, mangrove towers, bridge towers) intégrant toutes les dernières innovations technologiques « pour une ville durable, dense et connectée ». Futuriste, mais néanmoins réaliste d’après l’architecte, elle suscitera, à n’en pas douter, de grands débats…

more...
No comment yet.
Rescooped by François Arnal from carto mapping - la carte et ses usages
Scoop.it!

Pourquoi Elisée Reclus ?

«Je vis parce que j’agis », a écrit Elisée Reclus. Géographe libertaire, né en 1830 et mort en 1905, grand voyageur, communard, féministe et végétarien, il fut le chantre d’une mondialisation égalitaire et de la libre association des individus.

Après des années de purgatoire éditorial et scientifique lié à son engagement politique, Elisée Reclus est aujourd’hui lu hors des cercles militants, au point de devenir un classique.

Comment lire son oeuvre aujourd’hui et, en particulier, sa monumentale trilogie : la Terre, Nouvelle géographie universelle et l’Homme et la Terre ?

Quel a été l’engagement de Reclus pendant la Commune de Paris ? Quelle était sa pensée politique ? Etait-il un précurseur de l’écologie ?


Via cB
more...
cB's curator insight, March 21, 1:57 AM

Avec Christophe Brun, historien de la géographie des XVIIIe et XIXe siècles, il a édité Élisée Reclus, Les Grands Textes (Flammarion, « Champs classiques », 2014). Il est l’auteur de Élisée Reclus, une chronologie familiale, 1796-2014 (sur internet).


Emission de RFI à podcaster !

Scooped by François Arnal
Scoop.it!

« Homeland », « House of Cards », miroirs de notre vision du monde

« Homeland », « House of Cards », miroirs de notre vision du monde | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

L'immense succès des séries télévisées mettant en scène des sujets politiques reflète notre mélange de fascination et de peur à l'égard de notre système international. Une clef de lecture utile pour la géopolitique.

Les séries télévisées sont à notre temps, dit-on, ce que les feuilletons étaient à la littérature du XIXe siècle. Une source inépuisable de divertissement et de discussions. Dans les « dîners en ville », il est devenu indispensable d'étaler ses connaissances sur ce nouveau front de la culture.

« Dites-moi quelle série vous regardez, je vous dirai qui vous êtes. » Au-delà de l'ironie, sinon du snobisme, le genre a atteint depuis longtemps ses lettres de noblesse. On pourrait aller jusqu'à dire que les séries télévisées sont devenues des outils incontournables de compréhension du monde, de la politique intérieure à la géopolitique. Pour comprendre par exemple l'opposition qui existe entre le Premier ministre israélien Netanyahu et le président Obama sur l'Iran, la référence aux séries télévisées peut se révéler le plus utile des raccourcis. « Bibi » est encore dans la saison 3 de « Homeland », c'est-à-dire qu'il est totalement obsédé par l'Iran, alors qu'Obama est déjà passé à la saison 3 de « House of Cards » et intègre la menace russe dans ses schémas stratégiques.

François Arnal's insight:

Mais s'il est une série qui fait l'objet de très sérieux débats au sein des départements de relations internationales dans tout le monde anglo-saxon, c'est bien « Games of Thrones ». Cette série encourage-t-elle une vision réaliste du monde, en mettant l'accent sur le rôle de la force dans ce qu'elle peut avoir de plus brutal ?

A-t-elle pu, même, encourager les djihadistes dans des méthodes barbares de décapitation abondamment pratiquées dans la série ? Ou cette série offre-t-elle, au contraire, une réflexion sur les limites de la force ? De fait, « Games of Thrones » mêle - avec de très grands moyens financiers - mythologie antique et évocation du Moyen Âge, pour aboutir à une véritable réflexion géopolitique, qui semble refléter, de manière assez fidèle, notre mélange de fascination et de peur à l'égard du système international qui est le nôtre aujourd'hui. Les séries télévisées ne sont pas le monopole des Etats-Unis, mais le miroir qu'elles offrent du monde n'est-il pas déformé par la domination incontestable du monde anglo-saxon en la matière ?


En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/journal20150316/lec1_idees_et_debats/0204223818807-homeland-house-of-cards-miroirs-de-notre-vision-du-monde-1102323.php&__scoop_post=7feeb880-cc87-11e4-e360-001018304b75&__scoop_topic=3093563?EO9FK61kGCpTdIfC.99#__scoop_post=7feeb880-cc87-11e4-e360-001018304b75&__scoop_topic=3093563

more...
No comment yet.
Rescooped by François Arnal from Biennale Internationale Design Saint-Etienne
Scoop.it!

La biennale de Saint Etienne tord enfin le cou au design décoratif

La biennale de Saint Etienne tord enfin le cou au design décoratif | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Technos et Innovations :
Le design n’est pas qu’une affaire de style de voiture et de beaux objets de décoration. Le beau serait même le cadet des... Articles liés Design, Rhône-Alpes, Technos et Innovations - L'information de l'industrie

Via Cité du design
more...
François Boutard's curator insight, March 17, 12:55 PM

Les designers se fichent-ils du beau ? 

Rescooped by François Arnal from Géopolitique et stratégie d'entreprise
Scoop.it!

Festival de Géopolitique 2015 (avec images, tweets) · grenoble_em

7° Festival de Géopolitique de Grenoble : du 12 au 15 mars 2015

Via JF Fiorina
François Arnal's insight:

retrouvez le storify https://storify.com/grenoble_em/festival-de-geopolitique-2015?awesm=sfy.co_t0D6s&utm_source=t.co&utm_medium=sfy.co-twitter&utm_campaign=&utm_content=storify-pingback

more...
No comment yet.
Rescooped by François Arnal from Identités de l'Empire du Milieu | La Chine vue par la géographie
Scoop.it!

China’s Pearl River Delta overtakes Tokyo as world’s largest megacity

China’s Pearl River Delta overtakes Tokyo as world’s largest megacity | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Several hundred million more people are expected to move to cities in East Asia over the next 20 years as economies shift from agriculture to manufacturing and services, according to a World Bank report.

The megacity – which covers a significant part of China’s manufacturing heartland and includes the cities of Shenzhen, Guangzhou, Foshan and Dongguan – is now home to more people than the countries of Canada, Argentina or Australia.

Urbanisation which took place over a period of several decades in Europe and North America is happening in just a few years in East Asia, which already contains eight megacities (with populations above 10 million) and 123 cities with between one and 10 million people.

With almost two-thirds of the region’s population (64%) still non-urban at present, several hundred million are expected to move to cities over the next 20 years as economies shift from agriculture to manufacturing and services, according to East Asia’s Changing Urban Landscape: Measuring a Decade of Spatial Growth.


Via Céline
François Arnal's insight:

via @celinea43

Des chiffres impressionnants : la région en question accueille plus d'habitants que le Canada, l'Australie ou l'Argentine, pour près de 8 villes de plus de 10 millions d'habitants, de 123 entre 1 et 10 millions d'habitants... des nombres dus en premier lieu aux effets de l'urbanisation.

Merci @Pierre AGERON pour le lien

more...
Céline's curator insight, March 1, 4:23 PM

Des chiffres impressionants : la région en question accueille plus d'habitants que le Canada, l'Australie ou l'Argentine, pour près de 8 villes de plus de 10 millions d'habitants, de 123 entre 1 et 10 millions d'habitants... des nombres dûs en premier lieu aux effets de l'urbanisation.

Merci @Pierre AGERON pour le lien

Scooped by François Arnal
Scoop.it!

[Enquête] Quand la Smart city justifie la démesure | L'Atelier : Accelerating Business

[Enquête] Quand la Smart city justifie la démesure | L'Atelier : Accelerating Business | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
illes flottantes, villes dans le désert, villes aériennes… certains projets de Smart cities apparaissent de plus en plus audacieux et réalisables ! L’Arabie Saoudite se dit même intéressée par les plans d’une cité désertique dessinés par un architecte italien.

Jules Verne n’a qu’à bien se tenir. Les projets de villes du futur sur ou sous l’eau, le sable ou faites d’immenses gratte-ciels se multiplient. Dernier en date, l’idée d’un architecte italien, Luca Curci, de créer une cité du désert faite d’ensembles circulaires quasi-autonomes. Tentant d’exploiter au mieux l’ensemble des ressources de l’environnement aride, l’architecte propose le plan d’une ville alimentée par l’éolien et le photovoltaïque, et utilisant la récupération des eaux usées ou encore le recyclage des déchets. Pensée pour les petites communautés, les plans intéressent déjà le gouvernement saoudien qui serait en train d’envisager des emplacements, confesse l’architecte.
François Arnal's insight:

Reste un obstacle fondamental selon Thierry Paquot : l’enfermement. Pour le professeur d’urbanisme le caractère autarcique de certains de ces projets peut freiner des habitants en quête de liberté. Par ailleurs, les habitudes de peuplement au sein des villes semblent finalement à la fois culturelles et imprévisibles selon la London School of Economics ce qui ne peut que faire douter de la viabilité de ces cités futuristes from scratch. D’ailleurs l’éco-quartier de Tianjin, en Chine n’arrive pas à attirer les 350 000 habitants prévus au départ. Plusieurs années après sa construction, la ville ne compte que 20 000 âmes.

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

« On érige entre "eux" et "nous" le mur qu’on cherche à abattre » – Thomas Kirszbaum

« On érige entre "eux" et "nous" le mur qu’on cherche à abattre » – Thomas Kirszbaum | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Que vous inspire le retour en force des thèmes de la « ségrégation » et de la « mixité sociale » dans la bouche des responsables politiques, après les attentats de janvier 2015 ?

La résurgence de la question de la ségrégation urbaine, immédiatement après une vague d’attentats, oriente vers une réponse territoriale à la question du terrorisme. Or celui-ci est structuré à l’échelle planétaire et fonctionne selon une logique de réseaux, sans inscription territoriale évidente hormis cet espace très particulier qu’est l’univers carcéral.

Croire en un déterminisme spatial du terrorisme n’a pas grand sens : si les conditions de vie urbaine ou la composition sociologique d’un quartier devaient prédisposer à de tels actes, alors les terroristes seraient infiniment plus nombreux ! En superposant la figure d’un « ennemi de l’intérieur » à celle des banlieues, cette approche contribue à jeter une suspicion globale sur une catégorie d’habitants des villes qui n’a rien à voir, de près ou de loin, avec le terrorisme. Les dommages collatéraux de cette lecture spatiale – mais l’espace condense ici des stéréotypes ethniques et culturels – pourraient s’avérer redoutables.
François Arnal's insight:

 En finir avec les banlieues ? Le désenchantement de la politique de la ville », paru en janvier 2015 aux éditions de l’Aube, collection « Bibliothèques des territoires », 256 pages.

Ouvrage dirigé par Thomas Kirszbaum, avec les contributions d’une quinzaine de spécialistes (dont Hélène Balazard Maurice Blanc, Renaud Epstein, Philippe Estèbe, Christine Lelévrier, Eric Marlière, Thibault Tellier...) ainsi que de Dominique Figeat, acteur historique de la politique de la ville.

Cet ouvrage est issu d’une série de séminaires organisés par l’Institut des hautes études de développement et d’aménagement des territoires en Europe (IHEDATE).

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Le Mont-Saint-Michel vu du ciel

Le Mont-Saint-Michel vu du ciel | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Le Mont-Saint-Michel, perché sur son rocher, vit au rythme des marées et semble parfois flotter au milieu de la baie. Lorsque la mer monte, le village médiéval dresse ses murailles contre les flots.

Nous vous proposons de survoler ce patrimoine mondial inscrit à l’UNESCO alors que le niveau de l’eau est à son plus haut. En effet, ce 21 février 2015 a donné lieu à la « marée du siècle » et nous offre des paysages époustouflants de la cité du Mont-Saint-Michel assiégée par l’eau.
François Arnal's insight:

Les travaux récents ne sont pas encore terminés mais la maritimité du Mont est retrouvée le temps d'une grande marée.

more...
No comment yet.
Suggested by Céline
Scoop.it!

L’anglosphère par-delà la langue : une « manière d’habiter le monde »

L’anglosphère par-delà la langue : une « manière d’habiter le monde » | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Chacun sait ce qu'est la Francophonie, mais que recouvre au juste la notion d’« anglosphère » ? La géographe Cynthia Ghorra-Gobin nous livre des éléments de réponse.

L’anglosphère dépasse largement la question linguistique d’un globish, un anglais assez limité de communication basique. Elle concerne les questions de rivalité économique, de géopolitique ainsi que de l’organisation spatiale des villes. Elle aborde le registre technologique, social, culturel, médical et environnemental et, de ce fait, interpelle différentes disciplines. L’anglosphère ne renvoie donc pas uniquement à la langue mais véhicule l’idée d’une « manière d’habiter le monde ».

Dans votre discipline, la géographie, le recours à l’anglais dans les programmes universitaires représente-t-il une menace pour une tradition ancrée dans la langue française?
C. G.-G. : Introduire la langue anglaise dans les programmes universitaires n’est pas vraiment une menace parce que le défi ne se situe pas, selon moi, au niveau linguistique. L’enjeu consiste à faire en sorte que « nos » concepts circulent dans le monde anglo-saxon et qu’on ne se limite pas, en tant que chercheurs français et francophones à s’inscrire dans leurs problématiques. Nous devons être très attentifs à la diffusion de nos positionnements théoriques, nos concepts, nos théories tout en utilisant la langue anglaise. L’objectif étant de se faire identifier dans l’anglosphère scientifique pour se faire également reconnaître par les chercheurs asiatiques et chinois. Les sciences sociales sont en train de se globaliser et, pour le moment, il faut bien constater que cela se fait en anglais. On observe que les universités asiatiques, comme en Chine ou au Japon, se sont dotées de revues anglophones : les idées circulent en anglais.

Pour prendre un exemple concret, le concept d’« espace public urbain » en Europe est très différent de ce que l’on peut observer outre-Atlantique. Et, dans les pays asiatiques, on s’inspire de la vision américaine. Ici, nous voyons plutôt l’espace public comme défini par l’État ou la puissance publique, alors qu’aux États-Unis il se définit par l’intégration de la communauté ou des différentes communautés qui le composent. Les Anglo-Américains convoquent souvent le concept de community, ce qui n’est pas encore le cas chez nous. Prendre conscience de ces profondes différences permet d’enrichir les approches scientifiques mutuelles.

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Au Kenya, les épineuses roses de la Saint-Valentin

Au Kenya, les épineuses roses de la Saint-Valentin | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Il est 8 heures et on entend les oiseaux chanter dans la serre. Jemima Wanjiku fredonne, elle aussi, quelques notes en enfilant ses gants. Sécateur en main, elle parcourt les longues allées de rosiers à la recherche des boutons presque éclos, coupe les tiges et les rassemble sans même interrompre sa marche. Immédiatement après leur récolte, les fleurs sont transportées dans l’atelier attenant. Là, l’effervescence règne. Des centaines de petites mains saisissent, sectionnent, effeuillent, ajustent et rassemblent les tiges en bouquets. Le temps est compté. Ces roses, cultivées par la ferme horticole Wildfire sur le lac Naivasha, à une centaine de kilomètres au nord de Nairobi, au Kenya, doivent arriver le lendemain sur les étals français, anglais ou néerlandais pour la Saint-Valentin.

« Les ouvrières ont trente minutes entre la récolte et la mise en chambre froide, à 4 °C. Après, les fleurs risquent de s’ouvrir. Or les consommateurs veulent qu’elles tiennent au moins sept jours dans leur vase », explique Peter Szapary, le directeur autrichien de la ferme.
François Arnal's insight:
Depuis une vingtaine d’années, le Kenya s’est fait connaître pour sa production de fleurs. Avec 125 000 tonnes en 2013, c’est le quatrième exportateur au monde, et le premier vers l’Europe. Un marché évalué à 500 millions de dollars (441 millions d’euros) par an. A 60 %, ces fleurs sont des roses.Un tiers de cette production est concentrée autour d’un seul et même endroit : le lac Naivasha, magnifique étendue d’eau de 150 km2, bordée de volcans à 1 900 mètres d’altitude sur les hauts plateaux kényans. Cette production intensive florale n'est pas sans conséquence pour l'environnement. Les rejets de pesticides et d'engrais, les prélèvements en eau d’irrigation risquent de compromettre l'équilibre lacustre. Par ailleurs les condistions de travail et d’hébergement des populations ne sont pas pleinement satisfaisantes. Si les salaires des ouvriers augmentent les firmes transnationales menacent de délocaliser vers des pays comme l'Ethiopie moins regardant sur les législations sociales et environnementales.
more...
No comment yet.