Géographie : les dernières nouvelles de la toile.
30.0K views | +2 today
Follow
 
Rescooped by François Arnal from Projet Urbain Montpellier 2040
onto Géographie : les dernières nouvelles de la toile.
Scoop.it!

Séminaire Périphéries: Michel LUSSAULT, “Périphéries urbaines: et si la marge devenait le centre?”, 19 février 2013.

Séminaire Périphéries: Michel LUSSAULT, “Périphéries urbaines: et si la marge devenait le centre?”, 19 février 2013. | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Les études urbaines sont fondées sur un socle épistémologique qui donne au couple centre-périphérie un rôle essentiel. En effet, à partir de cette tension, il est possible de déployer une conception globale des espaces urbains qui a longtemps paru totalement convaincante. La question qui doit être posée aujourd’hui est de savoir si l’évolution de l’urbanisation mondiale ne pervertit pas l’efficacité et la pertinence cognitives de ce modèle classique. En particulier, avec la généralisation de l’étalement urbain, les aspects formels, sociaux, culturels, symboliques des périphéries ont profondément évolué. À un point tel qu’on peut se demander si dans une certaine mesure la périphérie ne devient pas le référentiel ultime de l’urbain contemporain et si celui-ci ne se compose pas de plus en plus à partir de ce qui était longtemps considéré comme la marge.


Via association concert urbain, Montpellier Territoire Numérique
more...
association concert urbain's curator insight, February 18, 2013 5:21 PM

 

via Urbain, trop urbain

@urbain_
Géographie : les dernières nouvelles de la toile.
Last news on the web. Geography around the world. Les nouvelles de la géographie rassemblées par François Arnal
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

« Dessine-moi une île ! » - Visionscarto

« Dessine-moi une île ! » - Visionscarto | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

François Arnal mène depuis plusieurs années une expérience originale avec ses élèves : cartographier et dessiner un paysage, un lieu imaginaire, et se servir de ces représentations pour y appliquer le « raisonnement géographique ». Quelles sont nos perceptions spatiales individuelles ou collectives ? Peut-on leur appliquer les grilles d’analyse classiques de la géographie ? Comment mieux comprendre — à travers cet exercice — ce qu’est un objet géographique ?

 

 

François Arnal's insight:

L'article porte sur le travail réalisé avec les hypokhâgnes du lycée C Fauriel depuis de nombreuses années. En 2007, en hypokhâgne, l'imaginaire géographique ne faisait pas très sérieux dans cette docte institution. Depuis la géographie des représentations est reconnue à sa juste valeur et les exercices sur les cartes mentales sont validés par les chercheurs actuels. Le FIG2015 a pu en témoigner avec de nombreuses interventions sur ce thème. Pour ceux qui n' ont pu assister à la conférence ou qui souhaitent garder une trace de ce travail, l'article présente le point de mes réflexions et propose une sélection des dessins des étudiants en 2015.

more...
Barbara's curator insight, November 27, 2016 4:24 PM
Le constat est fait qu'il y a encore beaucoup à faire pour que les élèves s'approprient l'outillage géographique en classe de primaire. Donner du sens aux apprentissages et comprendre que la géographie est partout même dans la cour de l'école n'est pas une tâche aisée pour l'enseignant qui doit proscrire les coloriages de cartes intempestifs.

François Arnal, professeur de géographie en classe préparatoire, propose un exercice ludique pour entrer dans la géographie et saisir pleinement la notion d'objet géographique. Adaptable à l'école primaire ledit exercice permet de travailler la notion de représentation mentale. 

Rescooped by François Arnal from Géographie des mythes et légendes
Scoop.it!

Le mot de la fin est donné à l'Atlas Obscura: une encyclopédie des lieux étranges et mystérieux

Le mot de la fin est donné à l'Atlas Obscura: une encyclopédie des lieux étranges et mystérieux | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Definitive guidebook and friendly tour-guide to the world's most wondrous places. Travel tips, articles, strange facts and unique events.

Via Les Imaginographes
more...
Les Imaginographes's curator insight, June 12, 8:21 AM
Pour notre dernier Scoop it, nous vous proposons de nouveau une ultime lecture qui saura vous convaincre de vous intéresser à la géographie des lieux merveilleux et légendaires. Atlas Obscura, ouvrage collectif écrit par Joshua Foer, Dylan Thuras (tout deux spécialisés dans la recherche de lieux merveilleux) et de la journaliste Ella Morton, vous fait découvrir pas moi de 650 lieux dissimulés dans le Monde et empreint d'histoires fascinantes. Vous serez embarqués pour un voyage extraordinaire grâce à ce guide unique de l'étrange, des mystères et des merveilles : celles qui sont juste à côté de chez vous, celles qui sont à l'autre bout du monde. Au fil des continents, vous découvrirez : la porte de l'enfer du Turkménistan, les secrets des catacombes de Paris, les écorchés de Fragonard, les tunnels abandonnés de la petite ceinture de Paris, les cercueils suspendus sur une falaise aux Philippines, un hôtel monumental en Corée du Nord, la crypte des capucins de Rome décorée d'ossements humains, le premier télégraphe optique à Saverne, le pont suspendu le plus vertigineux du monde, l'île des chats au Japon, la ville fantôme de Tchernobyl... Ainsi, c'est une véritable encyclopédie (non exhaustive bien évidemment) de lieux exceptionnels prouvant que notre planète est remplie de merveilles et curiosités... Ainsi donc, nous vous avons ajouté en plus un site qui regroupe une trentaine d'articles sur ces lieux mythiques où se côtoient merveilleux et étrange, magnifique et effrayant.

 Nous terminons donc cette année de voyage à travers le Monde par ce recueil, précieux livre pour quiconque souhaiterait s'intéresser et poursuivre cette étude de "l'imaginographie", néologisme que nous avons constitué pour tenter de comprendre ces lieux étranges qui sont des "anti-mondes" (pour reprendre le concept de Roger Brunet) ou au contraire des lieux extrêmement prisés. Merci à vous, curieux lecteurs, de nous avoir suivi durant cette année. Essayez de perpétuer cette assemblage cocasse de géographie et de merveilleux et faites vous à votre tour Imaginographes !
François Arnal's comment, June 16, 5:37 AM
L'année se termine mais le sujet n'est pas épuisé, à vous de poursuivre l'aventure...
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Le double effet TGV en France – Les Echos

Le double effet TGV en France – Les Echos | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Au fil du développement de la grande vitesse, le territoire français se rétrécit. Les nouvelles lignes TGV « rapprochent » les villes et dynamisent les métropoles, qui se retrouvent ainsi plus proches les unes des autres, et de la capitale. « Les Echos » a comparé les temps de trajets les plus courts possibles au départ de Paris en 2000 et en septembre 2017 (date de l'ouverture des nouvelles lignes vers Bordeaux et Rennes), et les résultats figurent sur le diagramme ci-dessous.

François Arnal's insight:
Le double effet TGV : Rétrécissement du territoire et dynamisation des métropoles. Une infographie remarquable réalisée par Bruno BATTAIL et Emre SARI pour le quotidien Les Echos.
Une ressource originale et disponible en HD.
Le principe de cette chronocarte est de modifier le territoire représenté par des temps de trajets. L'hexagone des Heures de parcours se trouve ainsi modifié par la grande vitesse qui a par exemple rapproché Mulhouse de Paris en temps de transport ferroviaire passant de 4 h 18 à 2 h 41. Cela a pu impacter les métropoles pour le prix de l'immobilier ou les investissement immobiliers de bureaux.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Bilbao profite du succès du Guggenheim

Bilbao profite du succès du Guggenheim | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it



Le musée, construit par Frank Gerhy, inauguré en octobre 1997 soutient l’activité économique de la ville du Pays basque espagnol.

LE MONDE ECONOMIE | 06.05.2017 Par Nicole Vulser


Deux décennies après son ouverture en octobre 1997, le Musée Guggenheim de Bilbao, né dans l’adversité et les critiques, démontre l’importance des retombées économiques qui peuvent être générées par une institution muséale. De passage à Paris, Juan Ignacio Vidarte, directeur général de ce musée, assure au Monde que « l’impact du musée sur l’activité du pays basque a atteint, selon une enquête réalisée par le cabinet d’audit stratégique B + i Strategy, 485 millions d’euros en 2016. »

Des revenus liés au commerce, aux restaurants, aux hôtels, au transport. « Il a permis le maintien de plus de 9 000 emplois indirects. A quoi s’ajoutent des recettes fiscales de près de 66 millions. Rien que cette somme correspond à sept fois les subsides accordés chaque année par les pouvoirs publics au musée », explique M. Vidarte.

En termes de fréquentation, le Musée Guggenheim de Bilbao, construit par Frank Gehry, a rapidement trouvé son public : il reçoit plus d’un million de visiteurs par an, dont deux tiers d’étrangers. Ce rayonnement mondial s’accompagne d’un enracinement local – comme en témoigne l’importante association des amis du musée (17 000 adhérents), pour la majorité des Basques. Sur un total de 163 expositions temporaires, 25, dont des expositions thématiques comme « Chine : 5 000 ans » ou d’importantes rétrospectives (Andy Warhol, Louise Bourgeois, Yoko Ono, David Hockney ou Eduardo Chillida), ont attiré plus de 500 000 visiteurs.

François Arnal's insight:
Revitalisation urbaine
La culture et le renouvellement urbain
 Pour trouver une solution pendant les deux ans de travaux de rénovation de son musée à New York signé par Frank Lloyd Wright, la Fondation américaine Solomon R. Guggenheim, dirigée par Thomas Krens depuis 1988, a envisagé une stratégie mondiale d'expansion inédite dans la culture. L'idée fut de créer, par le biais d'un système de franchises, des satellites auxquels le musée new-yorkais pourrait prêter sa collection. Le prestige de la marque Guggenheim était tel que les candidats ne manquaient pas.
Si le monde culturel s'est élevé violemment contre ce qui apparaissait comme un acte d'impérialisme américain et si l'opposition parlementaire, le Parti populaire, s'est déchaînée contre ce projet dispendieux, le musée a réussi à voir le jour à la date prévue et surtout sans dépassement de budget (110 millions d'euros). Le financement a été assuré par le gouvernement basque, la province de Biscaye, et les terrains ont été mis à disposition par la ville de Bilbao. Ils sont propriétaires du musée, dont la gestion est assurée par la Fondation Guggenheim.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Albanian Court stops dam project on the Vjosa | Save the Blue Heart of Europe

Albanian Court stops dam project on the Vjosa | Save the Blue Heart of Europe | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Albanian Court stops dam project on the Vjosa
Success for nature conservation and affected residents ++

Tirana, May 3, 2017. Big win for the protection of Europe’s last big wild river, the Vjosa in Albania! Yesterday afternoon, the judges of the Albanian Administrative Court in Tirana announced their decision against the construction of the projected hydropower plant “Poçem”: for the time being, the dam must not be constructed. According to the Court ruling, the basis of the construction licence, namely the Environmental Impact Assessment (EIA) as well as the public consultation process, was highly deficient.

François Arnal's insight:
La Cour albanaise arrête le projet de barrage sur le Vjosa.

Succès pour la conservation de la nature et les résidents touchés par le projet de barrage.

Tirana, 3 mai 2017. Grande victoire pour la protection de la dernière grande rivière sauvage d'Europe, la Vjosa en Albanie! Hier après-midi, les juges du tribunal administratif albanais de Tirana ont annoncé leur décision contre la construction de l'usine hydroélectrique projetée "Poçem": pour le moment, le barrage ne doit pas être construit. Selon la décision de la Cour, la base de la licence de construction, à savoir l'évaluation de l'impact sur l'environnement (EIE) ainsi que le processus de consultation publique, étaient très insuffisants. Le Vjosa est la dernière grande rivière sauvage en Europe, en dehors de la Russie. Le gouvernement albanais a commandé une société turque à la construction d'un grand barrage. L'organisation de conservation EcoAlbania. Riverwatch et EuroNatur, ainsi que 38 résidents touchés, ont intenté un recours contre ce projet. Pour  Vladimir Meçi, avocat des plaignants : «C'est une étape importante pour la protection de la Vjosa et une journée prometteuse pour la règle de droit dans notre pays. Cela signifie que les résidents et les ONG touchés peuvent effectivement s'attendre à ce que leurs préoccupations soient entendues et authentiquement examinées dans les tribunaux albanais ".
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Un sentier littoral à Murtoli ?

Un sentier littoral à Murtoli ? | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

L’accès libre à la mer, objectif principal d’un sentier littoral.


Une enquête publique est en cours. Son objectif ? un sentier littoral piétonnier sur le littoral de Murtoli, entre l’estuaire de l’Ortolo et la pointe de Murtoli (sud ouest de la Corse). Chacun s’en réjouira… si, et seulement si des modifications conséquentes sont apportées au niveau des “Grandes maisons” appelées “bergeries”.


En application de l’article L 121-31 du code de l’urbanisme, « les propriétés privées riveraines du domaine public maritime sont grevées sur une bande de trois mètres de largeur d’une servitude destinée à assurer exclusivement le passage des piétons. »

La photo 17 du diaporama montre que la végétation comprise autour des « bergeries » et de la maison de Mme de Carbuccia est du même type que celle que traverse le chemin depuis l’embouchure de l’Ortolo.

On voit mal en effet pourquoi le chemin qui part de l’embouchure de l’Ortolo ne nuit pas à l’environnement sur son parcours mais qu’il y aurait, en revanche, un risque pour la végétation, pourtant identique, mais ni en ZNIEFF, ni en APB, ni en Natura 2000 à partir du moment où ce sentier se rapprocherait de la zone des « bergeries » !


Le long détour, en réalité, n’a pas de justification sauf, effectivement, à « sanctuariser » une privatisation totale de l’espace, crique et plage de Murtoli comprises, réservées à quelques privilégiés et désormais totalement inaccessibles aux simples citoyens pourtant égaux devant la loi comme les clients du « Domaine de Murtoli ». Force est de constater que ce long détour imposé aux citoyens permet, de facto, de constituer une enclave dans ce site remarquable, enclave vouée aux seuls bénéficiaires de cette hôtellerie de luxe et qui prive les citoyens du droit de pouvoir cheminer sur un sentier en bord de mer dans cette zone aux paysages d’une beauté exceptionnelle. Affirmer, dans le diaporama, que « le tracé proposé prévoit 3 accès à la mer et permet des vues sur le littoral » occulte le fait que la vue et l’accès sur la crique emblématique située en contrebas de la maison De Carbuccia sont totalement impossibles. Le problème, c’est que ces « bergeries » n’en sont pas. Elles sont des constructions à vocation hôtelière qui se situent effectivement en plein site remarquable… et qui n’ont pas d’existence légale jusqu’à preuve du contraire.

François Arnal's insight:
U Levante est une association de protection de l'environnement en Corse. Elle est née en 1986, en Corse, pour empêcher l’urbanisation en haute montagne d’un site classé : la vallée de la Restonica.
Depuis cette date U Levante n’est jamais entrée en sommeil. U Levante, en collaboration avec le Collectif pour la loi Littoral en Corse, mène de nombreuses actions en vue du maintien de la protection des espaces remarquables de l’île (nombreuses conférences) et refuse le projet tout tourisme tel que le proposait le dernier Padduc (Plan d'Aménagement et de Développement Durable de la Corse.

Sur le Domaine de Murtoli connu pour accueillir des célébrités dans une hôtellerie de luxe au cœur d'un domaine fermé au public, l'association demande au préfet  de proposer un tracé beaucoup plus proche du littoral en ce qui concerne la zone des « bergeries de Murtoli » comprise entre les parcelles OC 1025, OC 998, OC 997 et OC996, comportant trois autres accès à la mer. L’accès libre à la mer, objectif principal d’un sentier littoral, pourra ainsi être concrétisé. Un sentier littoral n’est pas un “mare è monti” …
Le tracé proposé par la DDTM, s’il était accepté, pourrait faire “jurisprudence” et causer tout simplement la fin des sentiers réellement littoraux.
Cette étude montre l'intérêt des images satellites Google pour les associations de défense de l'environnement dans des sites fermés au public.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Atelier de cartographie expérimentale - SAGE - Université de Strasbourg

Atelier de cartographie expérimentale - SAGE - Université de Strasbourg | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Atelier de cartographie expérimentale

À l'occasion de la venue de l'exposition Moving Beyond Borders à la galerie Stimultania (Strasbourg, 15 mars-30 avril 2017), orchestrée par le Service à l'action culturelle de l'université de Strasbourg/IdEx Culture, sciences et société et le laboratoire Sage, un atelier de cartographie expérimentale est proposé les 20-21-22 mars 2017, animé par Ph. Rekacewicz (VisionsCarto).
Présentation générale

La cartographie critique ou expérimentale est le fait de pratiques cartographiques développées individuellement ou collectivement par des géographes, des cartographes, des artistes, des journalistes, des activistes, des chercheurs en sciences sociales, des designers, des architectes, urbanistes, etc.
Cartographie engagée, politique, travaillant sur les codes et les conventions, en les renouvelant, les contournant, les détournant, les utilisant, elle s'engage en terme de justice sociale et environnementale et explore tous les phénomènes sociaux, économiques, politiques, humains attachés aux territoires en proposant une carte qui porte un message qui suscite la pensée, le débat, l’action.



Le principe de l'atelier est de permettre aux participant·es de rentrer "de plein fouet" dans la carte. C'est un exercice au cours duquel les participants(es) ont l'occasion de se projeter dans la carte, de trouver "des lieux d'habitation dans la carte", d'essayer d'exprimer visuellement les aspects émotionnels et sensibles de situations géographiques, en d'autres terme de réintroduire dans la carte les "sentiments" en plus des "informations".

François Arnal's insight:
L'atelier de cartographie expérimentale – avec Philippe Rekacewicz et la participation de Nicolas Lambert et Lucie Bacon, cartographes de l'exposition–, est proposé durant trois journées pour explorer et mettre en pratique cette démarche cartographique expérimentale.

Le principe de l'atelier est de permettre aux participant·es de rentrer "de plein fouet" dans la carte. C'est un exercice au cours duquel les participant·es ont l'occasion de se projeter dans la carte, de trouver "des lieux d'habitation dans la carte", d'essayer d'exprimer visuellement les aspects émotionnels et sensibles de situations géographiques, en d'autres terme de réintroduire dans la carte les "sentiments" en plus des "informations".

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Des plages dans la ville

Des plages dans la ville | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it



Los Angeles et la réflexion sur la plage urbaine idéale
par Elsa Devienne , le 27 juillet 2011


Quand et où l’idée de plage urbaine est-elle apparue ? Une enquête documente le débat à Los Angeles sur l’aménagement des plages dans la ville dans les années 1940. L’idéal de plage urbaine est alors progressivement défini en termes de fonctionnalité, d’ordre et de respect des caprices de la nature.

Aménager de grandes étendues de sable dans un cadre urbain est l’une des dernières tendances d’un urbanisme qui entend implanter le loisir au cœur des grandes villes . La première plage artificielle de ce type fut vraisemblablement créée à Londres en 1934 lorsque 1500 tonnes de sable furent déversées le long de la Tamise, juste en dessous de la Tour de Londres. Celle qu’on appelle alors « Tower Beach » connaît un franc succès tout au long de son existence, en particulier auprès des classes populaires qui ne peuvent pas s’offrir le trajet vers les stations balnéaires. Bien que seulement cinq cent personnes puissent folâtrer sur le sable au même moment, et malgré une qualité de l’eau très médiocre, la plage attire les Londoniens en foule. Fermée pendant la Seconde Guerre mondiale, Tower Beach rouvre en 1945 pour finalement fermer définitivement en 1971 en raison de la pollution. Enterré à Londres, le concept de plage urbaine a récemment refait surface sur d’autres rivages et suscite l’engouement en Europe et aux États-Unis. Un mot a même été inventé pour décrire ce phénomène : « urbeach » (une combinaison des mots « urban » et « beach ») et depuis l’inauguration de « Paris Plage » en France en 2002, Birmingham, Berlin, Las Vegas, Amsterdam, Rome et New York ont inauguré leurs propres versions de l’ « urbeach » .

François Arnal's insight:
L’idée selon laquelle une plage urbaine pourrait permettre à la fois au citadin de se relaxer, parce qu’il s’agit d’un espace naturel, et permettre à une foule d’avoir accès, garer sa voiture, se restaurer et profiter d’une journée à la plage, parce qu’il s’agit aussi d’un espace public urbain bien aménagé, n’est pas quelque chose de nouveau. Tower Beach non plus. Dans les grandes villes naturellement dotées de plages de sable, une réflexion sur cette question existe depuis au moins le début du XXe siècle. À Los Angeles par exemple, la réflexion à ce sujet a été particulièrement féconde car la ville est non seulement renommée pour ses plages et son mode de vie balnéaire, mais elle connaît une croissance démographique exceptionnelle au XXe siècle et dispose de très peu d’espaces publics dédiés au loisir. Les plages de la ville deviennent donc des enjeux importants sur lesquels les autorités décident de s’interroger.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Les Inrocks - Les hyper-lieux : une nouvelle espèce d’espace avec Michel Lussault

Les Inrocks - Les hyper-lieux : une nouvelle espèce d’espace avec Michel Lussault | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Les hyper-lieux : une nouvelle espèce d’espace
18/02/2017


A l’encontre des analyses qui voient le monde comme de plus uniforme et indifférencié, le géographe et anthropologue Michel Lussault oppose les “hyper-lieux”. Des espaces intenses et divers où s’exprime la créativité et la volonté d’engagement social et politique de ceux qui les occupent.

Aux “non-lieux“, autrefois théorisés par Marc Augé, le géographe et anthropologue Michel Lussault oppose aujourd’hui les “hyper-lieux“, comme régime spatial dominant à l’heure de l’urbanisation généralisée des espaces. Des lieux intenses où s’inventent des nouvelles formes de vie politiques et sociales. Concluant une trilogie démarrée avec L’Homme spatial et L’Avènement du monde, Hyper-Lieux renouvelle de manière fulgurante la pensée de la spatialité contemporaine. Rencontre

D’où vous est venue l’intuition de définir les espaces urbains dominants d’aujourd’hui comme des “hyper-lieux” ?

Michel Lussault – Cette question des hyper-lieux, par opposition à ce que Marc Augé appelle les non-lieux, je l’avais en tête depuis le début de mon travail au début des années 1990. Déjà en 1992, au moment de la sortie du livre de Marc Augé, qui a eu un grand retentissement, j’avais un problème : je n’ai jamais adhéré au concept de non-lieu ; ou plus exactement, je ne l’ai jamais compris. Il y avait pour moi une aporie, une impasse à présenter des espaces ou les activités humaines comme des non-lieux ; mais je ne savais pas l’expliquer. C’était au départ intuitif. J’ai alors documenté peu à peu ma gêne. A l’époque, je finissais ma thèse sur les imaginaires urbains, dans un esprit proche de la sémiologie urbaine, de la sociologie des images ; une géographie tentant de comprendre le rapport des imaginaires aux espaces de vie. La chose s’est en fait décantée chez moi quand j’ai compris que le livre de Marc Augé ne décrit pas un concept mais un imaginaire.



 Nous vivons dans le devenir du temps, mais nous vivons aussi dans l’immanence de l’espace. On ne peut pas comprendre l’humain sans faire de la géographie !

Propos recueillis par Jean-Marie Durand

Hyper-Lieux, les nouvelles géographies de la mondialisation, par Michel Lussault (320 p, 22 €)

François Arnal's insight:
Michel Lussault publie ce mois ci le 3° volet de sa réflexion sur les lieux et les espaces liés à l'urbain généralisé et aux effets de la mondialisation qui, contrairement à ce que certains pensent, n'est pas la négation de l'espace mais l'ouverture sur une hyperspatialité multiscalaire du local au global.

M Lussault définit cinq critères.
 
Le premier, c’est le regroupement d’activités et surtout l’intensité de ce regroupement. Place Taksim, à Istanbul, il n’y a pas toute la population turque regroupée, mais il y a une intensité de l’interaction entre tout ce qui est regroupé. Un hyper-lieu est un lieu intense.
Second critère : l’hyper-spatialité. Les hyper-lieux sont des lieux où les individus assemblés et les choses assemblées sont toujours susceptibles d’être connectés à d’autres via les réseaux mobilitaires et télécommunicationnels : Times Square est de cela un exemple séminal.
Troisième critère, plus étrange pour un géographe : l’hyper-scalarité. Ces lieux jouent sur toutes les échelles en même temps, en raison de cette tension entre le global et le local. Il devient difficile de trouver une taille pour définir un hyper-lieu. C’est pour cela qu’un individu peut devenir lui-même un hyper-lieu ; le monde peut aussi devenir un hyper-lieu. C’est une question de régime de spatialité.
Quatrième critère : un hyper-lieu est un espace d’expériences partagées. La lecture de Jean-Marie Schaeffer m’a aidé à formuler cette évolution expérientielle du social.
Et cinquième critère : ce sont des lieux d’affinités. On y trouve une familiarité avec autrui, car on est là au fond pour la même chose.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Dessinateur de pistes : un métier qui sent bon le sapin

Dessinateur de pistes : un métier qui sent bon le sapin | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it


09 février 2017 
La saison du ski est lancée : à vous les pistes du Chamois, de la Marmotte et des Grandes Bosses.
Le monopole du bon plan

Sans le savoir et depuis des années si vous allez aux sports d'hiver, vous avez eu les oeuvres de Pierre Novat sous les yeux. Plus de 35 ans de carrière, une signature tout en cimes avec un flocon en guise de point sur le i et des milliers de sapins à son actif : Pierre Novat est le dessinateur de plans de pistes de ski français. Je dis bien "le", car c'est le seul. Un métier d'altitude !


Un métier aussi rare que le Yéti, puisqu'il a longtemps eu le monopole en France. Aujourd'hui, ce sont ses enfants Frédérique puis Arthur qui ont repris le flambeau, en suivant les traces de leur père.
Une technique de pointe

Tout bon peintre de plans de pistes de ski se doit d'être muni de gouaches, de pinceaux et d'un bon cerveau. Vous ne vous êtes jamais demandé comment les cartes arrivaient à montrer toutes les pistes en même temps ?

C'est que le dessinateur de pistes de ski distort, aplatit et recrée un domaine skiable plus ou moins proche de la réalité en jouant avec les lignes de fuites. Il embellit la station pour les skieurs. Impossible donc de ne se fier qu'à Google Earth ou une simple photographie, sous peine de voir disparaître quelques pans de montagne. Certaines entreprises comme kaliblue proposent aujourd'hui leurs services numérique, mais sans jamais égaler la patte de l'artiste.

Dans cette vidéo, Pierre Novat dévoile sa technique créative. Photos en hélicoptère, reconstitution des massifs à partir de photographies, dessin au crayon puis gouache et aérosol. Des heures de travail pour un résultat ultra réaliste.

François Arnal's insight:
Le dessinateur de pistes de ski distort, aplatit et recrée un domaine skiable plus ou moins proche de la réalité en jouant avec les lignes de fuites. Il embellit la station pour les skieurs. Impossible donc de ne se fier qu'à Google Earth ou une simple photographie, sous peine de voir disparaître quelques pans de montagne. Certaines entreprises comme kaliblue proposent aujourd'hui leurs services numérique, mais sans jamais égaler la patte de l'artiste. Dans cette vidéo, Pierre Novat dévoile sa technique créative. Photos en hélicoptère, reconstitution des massifs à partir de photographies, dessin au crayon puis gouache et aérosol. Des heures de travail pour un résultat ultra réaliste.
L'apprenti géographe ne peut qu'être séduit par la qualité de réalisation des paysages dessinés par la famille Novat dans les Alpes françaises.
more...
Matthieu CLEMENT's curator insight, May 25, 3:48 AM
Indispensable pour comprendre le tourisme des sports d'hiver.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Nouveau site spécial tempête de Météo-France

Nouveau site spécial tempête de Météo-France | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Dans le contexte du changement climatique et des enjeux liés aux politiques de prévention et d’adaptation, et suite à la tempête Xynthia en 2010, Météo-France a lancé un vaste programme d’étude climatologique sur les tempêtes. Un nouveau site, en libre accès, a donc été créé : http://tempetes.meteofrance.fr/. Il s’agit d’une base de données inédite sur les tempêtes, qui comprend les événements extrêmes aux conséquences les plus dramatiques en métropole.

Ce nouveau site fournit de nouveaux diagnostics sur l’évolution observée et attendue des tempêtes en métropole tant en termes de fréquence que d’intensité. Destiné principalement à un public averti (professionnels, institutionnels, passionnés, etc.), il constitue ainsi un nouveau socle de connaissances en appui de services climatiques sectoriels, notamment à destination du domaine des assurances mais aussi de l’énergie ou de la forêt, autant de secteurs économiques fortement sensibles aux tempêtes et leur répétition sur les territoires.



François Arnal's insight:
Une recherche systématique des événements de tempête a été menée depuis 1980 en analysant la surface des rafales maximum de vent supérieures à la fois aux seuils 100 km/h. Tous les événements (et journées) pour lesquels la surface dépasse 2% du territoire ont été pris en compte dans notre base de données qui s’arrête à la date du 30 juin 2016. Les heures de début et fin d’événement ont été estimées.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Quatre paysages (1/4) : Les Buttes Chaumont

Quatre paysages (1/4) : Les Buttes Chaumont | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Un paysage paysager à Paris. Dans l'histoire de ce parc achevé en 1867, on croise le Baron Haussmann et ce souci d'offrir un morceau de nature aux habitants des villes. Grotte, cascades, rivières et ponts suspendus, le tout dans un mobilier en béton creux imitant des rondins de bois et des rochers.

Une série documentaire de Camille Juza, réalisé par Vincent Decque Que nous raconte le paysage français ? De quelle identité est-il le témoin ? Ce sont 4 paysages choisis dans lesquels la série documentaire entre cette semaine. 4 paysages au centre desquels il y a de l'architecture, de l'urbanisme et surtout des usages qui racontent un certain rapport à la nature, à la ville, au travail, à la mémoire et au paysage, donc. 4 heures pour explorer 4 facettes d'un paysage français qui s'urbanise toujours plus mais oscille entre densification et désir de désurbanisation, dans une sorte de désenchantement quant à son étalement urbain, sa nature perdue.

François Arnal's insight:
Episode 1 : Les Buttes Chaumont, le technoparc du Baron Haussmann

On croise bien sûr dans cette histoire le baron Haussmann et ce souci, à l'heure où la ville industrielle dévorait la ville médiévale, d'offrir un morceau de nature aux habitants des villes. Et au passage, de moraliser et discipliner, par la nature, les classes dangereuses de l'Est parisien.

 C'est donc l'étonnante histoire de ce parc du 2nd Empire achevé en 1867 à côté du village de Belleville, ses principes paysagers, sa mise en scène dramatique et tourmentée faite de grotte, de cascades, de rivières, de ponts suspendus, de belvédère, le tout dans un mobilier en béton creux imitant des rondins de bois, des rochers, des pierres. Y apparaissent en contrepoint les mille et uns personnages qui le peuplent aujourd'hui : gardiens, jardiniers, paysagistes et, bien sûr, ceux qui le pratiquent, s'y promènent, y courent, le traversent.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Hyper-lieux, Michel Lussault, Sciences humaines - Seuil

Hyper-lieux, Michel Lussault, Sciences humaines - Seuil | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Les nouvelles géographies de la mondialisation
Michel Lussault

Et si l’on regardait le Monde autrement ? C’est à cela que ce livre s’attache. Il part du constat que bien des analyses de l’évolution du Monde contemporain insistent sur son uniformisation irrémédiable. La standardisation des paysages, des objets et des pratiques, imposée par la globalisation du capitalisme financiarisé, installerait un espace lisse et « plat », où les distances disparaissent, où chaque position vaut une autre, où les différences culturelles s’estompent, où l’individu est aliéné et sa sociabilité appauvrie.

Or, une observation attentive confronte immédiatement à des situations bien plus complexes. En effet, il est frappant de constater que le Monde se différencie de plus en plus en lieux qui s’affirment comme des « prises » sur la mondialisation, des attracteurs et des ancrages de la vie sociale. Ce sont des endroits où la co-habitation des individus se concrétise, se réalise et s’éprouve dans toute sa richesse, sa créativité et son intensité d’expérience vécue. Les « hyper-lieux », où convergent les humains et les réalités matérielles et immatérielles, en sont l’emblème : bon gré mal gré, des sociétés s’y composent et même des formes politiques nouvelles s’y ébauchent.

Ainsi le Monde est à la fois toujours plus globalisé et homogène et de plus en plus localisé et hétérogène : cette tension est constitutive des nouvelles géographies de la mondialisation.

Michel Lussault est géographe, professeur à l’École normale supérieure de Lyon. Il a notamment publié L’Homme spatial. La construction sociale de l’espace humain (Seuil, 2007) et L’Avènement du Monde. Essai sur l’habitation humaine de la Terre (Seuil, 2013).

François Arnal's insight:
Le dernier opus de Michel Lussault vient de sortir, après avoir rédigé l'article "hyperspatialité dans le DGES (Lévy Lussault 2013), ML revient sur les hyper lieux connectés.
Michel Lussault est géographe, professeur à l’École normale supérieure de Lyon. Il a notamment publié L’Homme spatial. La construction sociale de l’espace humain (Seuil, 2007) et L’Avènement du Monde. Essai sur l’habitation humaine de la Terre (Seuil, 2013).
more...
No comment yet.
Rescooped by François Arnal from Apprentissage du FLE et outils numériques
Scoop.it!

Atlas sonore des langues régionales de France

Atlas sonore des langues régionales de France | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Une même fable d'Esope peut être écoutée et lue en français (en cliquant sur Paris) et dans une centaine de variétés de langues régionales (en cliquant sur les différents points de la carte)

Via Elena Buric
François Arnal's insight:
Régalez vous et écoutez la même fable dans différentes langues régionales.
more...
marieangemat's curator insight, June 22, 11:01 AM
Un atlas sonore des langues régionales en France, créé par des membres du CNRS, où une même fable d’Ésope peut être entendue en 126 langues, dialectes et patois différents.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

CARTE. Découvrez la France vue de l'espace en 61 photos de Thomas Pesquet

CARTE. Découvrez la France vue de l'espace en 61 photos de Thomas Pesquet | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it


Parmi les centaines de photos prises depuis la Station spatiale internationale, l'astronaute a fait la part belle au territoire français.


Bientôt de retour. Après six mois passés à bord de la Station spatiale internationale (ISS), Thomas Pesquet retrouvera la Terre, vendredi 2 juin. Pendant tout son séjour, l'astronaute français a abreuvé ses abonnés sur Flickr, Twitter et Instagram de photos de la Planète bleue, prises à 400 km d'altitude et à 28 000 km/h.

Au mois de février, Thomas Pesquet confiait à franceinfo ses secrets de fabrication et le fait qu'il n'avait "jamais fait de photographie avant" mais qu'il avait bénéficié de quelques cours de photographie pour se servir des appareils photo "compliqués" embarqués à bord de l'ISS. "Ce sont de grands reflex. Il y a de nombreux objectifs différents", décrivait-il.

François Arnal's insight:
Les photos satellites de Thomas Pesquet sont devenues célèbres grâce aux réseaux sociaux. Prises à 400 km d'altitude avec un vrai appareil photo (contrairement aux satellites de télédétection qui enregistrent des images satellites avec un capteur automatique en orbite polaire régulière sous le même angle), ces photos donnent un nouveau visage de la terre et permettent une prise de conscience de l'anthropisation de la planète bleue.
more...
Jamin's curator insight, June 7, 8:13 AM
Les photos satellites de Thomas Pesquet sont devenues célèbres grâce aux réseaux sociaux. Prises à 400 km d'altitude avec un vrai appareil photo (contrairement aux satellites de télédétection qui enregistrent des images satellites avec un capteur automatique en orbite polaire régulière sous le même angle), ces photos donnent un nouveau visage de la terre et permettent une prise de conscience de l'anthropisation de la planète bleue.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Des banlieues aux centres-villes, Richard Ferrand devra réparer les fractures territoriales du pays

Des banlieues aux centres-villes, Richard Ferrand devra réparer les fractures territoriales du pays | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Réparer les fractures territoriales : ce sera le chantier prioritaire de Richard Ferrand, nommé ministre de la cohésion des territoires. Le secrétaire général d’En marche ! reprend un périmètre proche de celui de sa prédécésseure Emannuelle Cosse, ex-ministre du logement et de l’égalité des territoires. Ainsi, Richard Ferrand, élu de Bretagne, devra s’employer à réparer les fractures territoriales : centres-villes en voie de désertification, rénovation des banlieues, créer un « choc de construction » dans les zones tendues, quitte à bousculer les élus locaux.

Emmanuel Macron, à peine élu à la tête du pays, déclarait dans les colonnes de Businness Immo le 8 mai : « Dans les zones moins tendues, l’enjeu principal est la rénovation pour revitaliser les centres-villes, éviter l’étalement urbain, réduire les charges des personnes aux revenus modestes, et répondre au défi de la transition écologique. Les habitants vivent un sentiment d’abandon croissant, à mesure que les commerces ferment, que les logements se vident et que le patrimoine se dégrade. Cette désespérance peut pousser certains vers les extrêmes. Il faut agir. »
François Arnal's insight:
Obtenir des résultats rapides, développer la construction mais aussi aider les jeunes. Telle est la feuille de route de Richard Ferrand, qui devrait logiquement hériter aussi du logement, bien que cela ne figure pas dans l’intitulé de son portefeuille, à moins que ce dossier soit confié à Nicolas Hulot, nouveau ministre de la transition écologique et solidaire.

Emmanuel Macron a annoncé une loi mobilité et logement pour l’automne, où devrait figurer le « bail mobilité ». Cette mesure dérogatoire au bail de trois ou six ans est destinée à des personnes en stage, en mission ou en mutation professionnelle pour leur permettre de trouver facilement un logement en contractant un bail de trois à six mois. Cette novation augure d’une discussion musclée avec les associations de locataires qui redoutent un détricotage de la protection.


more...
No comment yet.
Rescooped by François Arnal from Quoi de neuf sur le Web en Histoire Géographie ?
Scoop.it!

Contre le déclin, la ville compacte. Retour sur quinze années de « recentralisation urbaine » au Japon - Métropolitiques

Contre le déclin, la ville compacte. Retour sur quinze années de « recentralisation urbaine » au Japon - Métropolitiques | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

La première raison du succès politique de la notion de ville compacte, définie comme « villes des petites distances » (entre domicile, lieux d’emploi, commerces, hôpitaux, etc.), est qu’elle apparaît comme un instrument efficace pour réduire les effets négatifs de la décroissance urbaine sur la vie quotidienne des Japonais. À l’instar de ce qui est observé dans les villes en décroissance européennes (Baron et al. 2010), le déclin progresse en perforant les tissus urbains japonais : des commerces ferment, faute d’usagers, ce qui allonge les distances à parcourir pour trouver des magasins ouverts (Iwama 2011) ; une maison vacante non entretenue se détériore et nuit à la qualité de l’environnement résidentiel, etc. La dispersion conséquente des habitants et des ressources est d’autant plus complexe (à repérer, à anticiper) que les agglomérations japonaises présentent traditionnellement une forte parcellisation foncière ainsi qu’une densité humaine et bâtie élevée. Par ailleurs, l’extension des villes japonaises a reposé sur les stratégies de croissance de compagnies ferroviaires privées : dans la conurbation d’Osaka–Kyoto–Kobe, dès les années 1920, ces compagnies aménagent autour de leurs réseaux des zones résidentielles et gèrent des activités de commerce, de loisir et de tourisme (Aveline 2003). Une baisse de la fréquentation des quartiers de gare – et de leurs rues commerciales adjacentes – peut dès lors pousser ces compagnies à réduire leur trafic ferroviaire, alors que les collectivités locales en déclin démographique ont besoin de conserver une desserte efficace pour attirer de nouveaux habitants.


Via HG Académie de Rennes
more...
HG Académie de Rennes's curator insight, May 4, 2:03 AM
Confronté à un phénomène de déclin urbain généralisé, le Japon a mis en œuvre des politiques visant à promouvoir la « ville compacte ». Quinze ans après le lancement de cette stratégie de recentralisation urbaine, ses soubassements politiques néolibéraux et ses effets mitigés sur l’accès aux ressources urbaines d’une population très vieillissante sont aujourd’hui soumis à débat. Un article proposé par Sophie Buhnik. A découvrir.
Jamin's curator insight, May 4, 3:38 AM
Confronté à un phénomène de déclin urbain généralisé, le Japon a mis en œuvre des politiques visant à promouvoir la « ville compacte ». Quinze ans après le lancement de cette stratégie de recentralisation urbaine, ses soubassements politiques néolibéraux et ses effets mitigés sur l’accès aux ressources urbaines d’une population très vieillissante sont aujourd’hui soumis à débat. Un article proposé par Sophie Buhnik. A découvrir.
TRUCHOT Sébastien's curator insight, May 10, 9:04 AM

Cet article peut présenter un intérêt dans le cadre du programme de seconde, concernant le thème "Villes et développement durable"

Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Territoire frugal. La France des campagnes à l'heure des métropoles

Territoire frugal. La France des campagnes à l'heure des métropoles | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it




La France des campagnes à l'heure des métropoles
Éditeur(s) scientifique(s): Antoine Brès, Béatrice Mariolle, Francis Beaucire
Collection: vues Densemble
Date de publication: 21.03.2017
Nombre de pages: 256



Les caractéristiques spatiales et les pratiques locales des territoires qui s’étendent au-delà de l’urbain aggloméré restent encore, pour l’essentiel, à explorer. L’équipe FRUGAL – associant des chercheurs issus de l’architecture, de la géographie, de l’urbanisme, de l’écologie et de l’économie – a entrepris d’étudier ces figures dispersées de l’urbain généralisé, en partant du constat que toute politique d’aménagement durable doit impliquer l’ensemble des composantes du territoire.

Quatorze périmètres, situés entre des villes de plus de 20 000 habitants, ont ainsi été identifiés et soumis à l’observation microlocale, permettant d’analyser les établissements humains et les dispositifs d’imbrication des espaces bâtis et ouverts.


François Arnal's insight:
Territoire frugal présente les résultats de trois années de relevés cartographiques, d’investigations et d’enquêtes sur le terrain. Si les données statistiques collectées révèlent la vulnérabilité écologique, économique et sociale de nos urbanités, nous confrontant à l’épuisement de la nature et de ses ressources, elles fournissent également une base essentielle au développement d’une véritable recherche pluridisciplinaire et aux études qualitatives des territoires, notamment en termes morphologiques et ethnographiques.


Table des matières

I PAYSAGES DE LA DISCONTINUITÉ
II  ARCHITECTURES HABITÉES
III  RESSOURCES ET MOBILITÉS
IV  VISION ET FABRIQUE TERRITORIALES

Contributions de Francis Beaucire, Sandrine Berroir, Antoine Brès, Ludovic Chalonge, Damien Delaville, Xavier Desjardins, Isabelle Geneau de la Marlière, Bernadette Lizet, Béatrice Mariolle, Pauline Mayer, Erwann Minvielle, Nicolas Persyn, Christophe Quéva. Cahiers photographiques réalisés par Elsa Brès et Cécile Simon.
more...
Jamin's curator insight, April 25, 9:01 AM
Territoire frugal présente les résultats de trois années de relevés cartographiques, d’investigations et d’enquêtes sur le terrain. Si les données statistiques collectées révèlent la vulnérabilité écologique, économique et sociale de nos urbanités, nous confrontant à l’épuisement de la nature et de ses ressources, elles fournissent également une base essentielle au développement d’une véritable recherche pluridisciplinaire et aux études qualitatives des territoires, notamment en termes morphologiques et ethnographiques.


Table des matières

I PAYSAGES DE LA DISCONTINUITÉ
II  ARCHITECTURES HABITÉES
III  RESSOURCES ET MOBILITÉS
IV  VISION ET FABRIQUE TERRITORIALES

Contributions de Francis Beaucire, Sandrine Berroir, Antoine Brès, Ludovic Chalonge, Damien Delaville, Xavier Desjardins, Isabelle Geneau de la Marlière, Bernadette Lizet, Béatrice Mariolle, Pauline Mayer, Erwann Minvielle, Nicolas Persyn, Christophe Quéva. Cahiers photographiques réalisés par Elsa Brès et Cécile Simon.
Rescooped by François Arnal from Revue de presse théâtre
Scoop.it!

A Saint-Etienne, une troupe de théâtre réinvente la ville avec ses habitants

A Saint-Etienne, une troupe de théâtre réinvente la ville avec ses habitants | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Par Lisa Burek dans Le Monde


Le théâtre, laboratoire urbain de participation citoyenne ? Depuis 2013, la compagnie stéphanoise « Collectif X » monte des spectacles avec les habitants afin de réfléchir à l’avenir de leur quartier.



« Quand on arrive dans un quartier, on essaye de le comprendre. » Arthur Fourcade n’est pas urbaniste mais comédien et metteur en scène au sein de la compagnie de théâtre stéphanoise Collectif X, ce qui ne l’empêche pas de mener une « réflexion sur le devenir de sa ville ».

A chaque quartier sa problématique urbaine, à chaque citadin sa vision de la ville. Depuis 2013, dans le cadre de son projet « Villes », la troupe arpente les quartiers, rencontre ceux qui y résident, joue cette vie locale sur les planches sous forme de spectacles dont les répliques et le scénario sont directement inspirés des propos des habitants.

Dans la compagnie d’une vingtaine de personnes, on trouve des comédiens mais aussi un maître de conférences à l’Ecole d’urbanisme de Paris et un diplômé de l’Institut national des sciences appliquées de Lyon, département « génie civil et urbanisme ». Car la démarche se veut aussi scientifique. Yoan Miot, co-metteur en scène du projet et urbaniste, a établi « un outil d’enquête sociale » en quatre temps : une balade urbaine pour connaître le quartier, des entretiens avec les habitants sur leur vie quotidienne, puis un « chœur public » où chacun peut inscrire sa définition de la ville sur des panneaux. Enfin des débats sont organisés sur un sujet qui suscite la polémique dans le quartier.


Pendant un mois, les comédiens mènent scrupuleusement cette « enquête ». Ils recueillent les histoires des résidents puis les mettent en scène. A la fin, ils présentent le portrait du quartier dans le cadre de deux ou trois représentations. Que ce soit au contact des acteurs locaux, dans les centres sociaux ou les écoles, au hasard de rencontres dans la rue ou grâce au bouche-à-oreille, la bande « tente de recueillir les paroles les plus diverses possible pour construire une superposition de discours du quartier, parfois contradictoires, parfois convergents, explique Arthur Fourcade. Et faire entendre ceux qui n’ont pas forcément l’occasion de s’exprimer dans l’espace public ».

Participer ? Réfléchir sur la ville, aussi. « Le théâtre est un bon moyen pour aborder des sujets sérieux comme la politique urbaine », raconte Hervé Ménard, habitant du quartier Tarentaize-Beaubrun-Severine, à l’ouest de Saint-Etienne, qui a participé aux débats. « La transposition de leur vie en jeu théâtral aide les gens à s’impliquer et à dialoguer », constate Arthur Fourcade.


L’initiative culturelle se veut un outil de participation citoyenne dans l’élaboration des politiques urbaines. En janvier 2017, la ville de Billom, à une trentaine de kilomètres de Clermont-Ferrand, a fait appel aux comédiens dans le cadre d’une étude sur le logement en centre-ville. Sur une durée plus courte, la troupe y a expérimenté les mêmes méthodes qu’à Saint-Etienne. Le mercredi 22 mars, une représentation finale était ouverte aux Billomois. « J’étais un peu inquiet au début, raconte Jacques Fournier, adjoint au maire à l’urbanisme, l’environnement et les patrimoines. Mais au final, le projet a permis de connaître ce que pensent les habitants de manière plus diversifiée que lors de réunions “sérieuses” qui n’intéressent pas beaucoup les gens et où ce sont toujours les mêmes qui prennent la parole. »

Arthur Fourcade, prudent, voit la troupe comme « un organe de médiation » qui n’est pas là pour « conclure ou influencer la décision des élus ». Pour le Stéphanois Hervé Ménard, ce sont les récits joués sur scène qui l’ont marqué : « Un peu comme des interviews de grands personnages à la radio. Sauf que là, c’était les tranches de vie de nos voisins. »


Smart Cities : « Le Monde »  décrypte les mutations urbaines

Le Monde organisera vendredi 7 avril à Lyon une journée de débats sur le thème « Gouverner la ville autrement : les villes peuvent-elles réenchanter la démocratie ? ». Entrée gratuite sur inscription ici.

A cette occasion, Le Monde récompensera avec ses partenaires les lauréats de la deuxième édition des Prix européens de l’innovation Le Monde-Smart Cities pour leurs projets innovants améliorant la vie urbaine. Les candidatures aux prix internationaux (hors Europe) sont encore ouvertes.

Retrouvez l’actualité des villes décryptée par les journalistes du Monde dans la rubrique « Smart cities » sur Lemonde.fr. : http://www.lemonde.fr/smart-cities/

Lisa Burek
Journaliste au Monde


Via Le spectateur de Belleville
François Arnal's insight:
Une initiative culturelle pour comprendre la ville un quartier et ses problèmes urbains. Quand l'urbanisme et le théâtre se rencontrent.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Dharavi, méga- ou anti-bidonville? - le blog geodatas

Dharavi, méga- ou anti-bidonville?  -   le blog geodatas | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it



Publié par philippe piercy sur 6 Mars 2017, 10:18am


Sur le blog "La vie des idées", par le lien http://www.laviedesidees.fr/Economie-d-un-mega-bidonville.html

le compte rendu éclairant, par J. Galonnier, d'un ouvrage collectif sur le méga-bidonville (800 000 hab, la moitié "intouchables") de Dharavi, emblématique de Mumbai. extraits:

L’un des principaux apports de l’ouvrage est l’étude de Dharavi en tant que forme urbaine spécifique, le méga-bidonville. Par son statut de bidonville, soit une zone illégalement occupée, Dharavi se situe en marge de la société. C’est un espace d’exclusion, interstitiel. Cependant, il s’agit aussi d’une entité spatiale énorme, regroupant des centaines de milliers d’individus, comme en témoignent les superlatifs excessifs souvent mobilisés à son sujet. S’inspirant des travaux de l’école de Chicago, Saglio-Yatzimirsky analyse la façon dont l’espace est structuré au sein du méga-bidonville, et trouve de l’organisation là où le sens commun ne voit que chaos et anarchie. (...)


François Arnal's insight:
Le livre démontre que les attributions professionnelles liées aux castes sont devenues plus flexibles grâce aux opportunités économiques offertes par le bidonville. Certains individus ont également pu faire l’expérience d’une mobilité sociale ascendante au moyen de l’éducation, de l’engagement politique ou de l’accès à la propriété, perturbant ainsi les hiérarchies religieuses établies. Enfin, la popularité du cuir produit à Dharavi a permis aux intouchables travaillant dans ce secteur de revendiquer le statut d’artisans, plus noble et reconnu. (....)
 L’auteure explique comment les ateliers de production du cuir à Dharavi, qui appartiennent de façon écrasante au secteur informel (entreprises employant moins de 20 travailleurs et échappant de ce fait à la législation du travail), se sont progressivement adaptés au marché. Tout en résistant aux logiques contractuelle et rationnelle (pas de comptabilité, pas de statistiques), cette petite industrie traditionnelle s’est avérée très compétitive pour l’économie globale : les artisans de Dharavi travaillent désormais sous contrat pour de grandes entreprises du secteur formel et leurs articles se vendent dans de nombreux showrooms à Mumbai, dans des boutiques de luxe et même à l’international. La dimension économique est ainsi, d’après les mots de l’auteure, la raison d’être de Dharavi.

Allant à l’encontre des stéréotypes sur les bidonvilles, l’ouvrage démontre que Dharavi ne se caractérise absolument pas par une économie insulaire : au contraire, le bidonville est très bien connecté aux circuits économiques régionaux et internationaux. (...) P Piercy (Khâgne Annecy)
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Les Noëls verts seront de plus en plus fréquents dans les Alpes Plus de précipitations, moins de neige

Les Noëls verts seront de plus en plus fréquents dans les Alpes Plus de précipitations, moins de neige | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

16.02.17 -

Après les chutes de neige de janvier, qui se sont fait longtemps désirer, la plupart des régions des Alpes suisses sont désormais enneigées, à la plus grande joie des skieurs.

Mais de nombreux sites ont enregistré le mois de décembre comme étant le moins enneigé depuis le début des mesures, il y a environ 150 ans. L’année 2016 a été également la troisième année d’une série de Noëls avec très peu de neige dans les domaines skiables. Une étude publiée aujourd’hui dans The Cryosphere par le WSL Institut pour l'étude de la neige et des avalanches SLF indique que les régions de montagne devront de plus en plus fréquemment se préparer à vivre des Noëls verts. 16.02.17 - Après les chutes de neige de janvier, qui se sont fait longtemps désirer, la plupart des régions des Alpes suisses sont désormais enneigées, à la plus grande joie des skieurs. Mais de nombreux sites ont enregistré le mois de décembre comme étant le moins enneigé depuis le début des mesures, il y a environ 150 ans. L’année 2016 a été également la troisième année d’une série de Noëls avec très peu de neige dans les domaines skiables. Une étude publiée aujourd’hui dans The Cryosphere par le WSL Institut pour l'étude de la neige et des avalanches SLF indique que les régions de montagne devront de plus en plus fréquemment se préparer à vivre des Noëls verts.

Les chercheurs du SLF et de l’EPFL indiquent dans leur étude que le manteau neigeux des Alpes pourrait diminuer de 70% avant la fin du siècle. Il sera moins épais à toutes les altitudes et pour tous les scénarios d’émissions de gaz à effet de serre, mais les altitudes inférieures à 1200 m seront les plus touchées. Même au-dessus de 3000 m, on peut s’attendre à une diminution d’environ 40% du manteau neigeux. Toutefois, si la température mondiale ne s’élève pas à plus de deux degrés jusqu’à la fin du siècle, la diminution du manteau neigeux pourrait être limitée à environ 30%.

Les résultats des chercheurs montrent également que l’hiver alpin – la période durant laquelle il y a suffisamment de neige naturelle pour les sports d’hiver – se raccourcit. Avec le réchauffement climatique, la saison de ski devrait commencer une quinzaine de jours à un mois plus tard qu’aujourd’hui. Ce n’est pas tout: si nous ne réussissons pas à réduire les émissions de gaz à effet de serre qui bouleversent le climat d’ici à la fin du siècle, seules les régions situées au-dessus de 2500 m auront assez de neige naturelle pour les sports d’hiver. «Le manteau neigeux va de toute façon diminuer dans les Alpes», confirme Christoph Marty, chercheur au SLF, et auteur principal de l’étude, «mais nos émissions futures vont déterminer dans quelle mesure.»

François Arnal's insight:
Plus de précipitations, moins de neige

 Des émissions accrues de gaz à effet de serre vont entraîner des températures plus élevées dans les Alpes. Mais les scientifiques sont moins sûrs de l’influence du changement climatique sur les chutes de neige. La plupart des modèles prévoient que les précipitations hivernales vont légèrement augmenter en hiver d’ici la fin du siècle. «Selon notre étude, ces précipitations devraient tomber sous forme de pluie et non de neige en raison de l’augmentation simultanée des températures», ajoute Christoph Marty. «Nous espérons démontrer de manière convaincante par ces résultats que les précipitations hivernales croissantes ne pourront pas compenser l’effet des températures en forte hausse.»
 Les prévisions des chercheurs s’appuient sur des évaluations détaillées. Sebastian Schlögl, co-auteur et travaillant également au SLF: « Nous utilisons un grand nombre de données météorologiques actuelles et passées, et les scénarios de réchauffement climatique les plus différents pour simuler le manteau neigeux futur dans deux régions de montagne avec le modèle informatique open-source ALPINE3D.»

Il est impératif de limiter le réchauffement climatique

 Moins de neige et une saison de ski plus courte: ces deux éléments affecteront grandement le tourisme hivernal. Sebastian Schlögl : «Comme de nombreux villages alpins dépendent fortement du tourisme, l’économie et donc aussi la vie sociale de ces centres touristiques seront touchées.» Cependant, cette étude montre à quel point limiter le réchauffement climatique pourrait être efficace dans les Alpes. Christoph Marty: «Il est certes inquiétant de constater que nous pourrions perdre 30% du manteau neigeux alpin avec un scénario de réchauffement mondial de 2 degrés. Mais cela peut nous encourager si l’on considère la perte de 70% qui nous menace si nous ne changeons pas nos comportements actuels.»
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Unités paysagères de la région d’Île-de-France

Unités paysagères de la région d’Île-de-France | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
La base de données des unités paysagères de la région d’Île-de-France s’inscrit dans la lignée des travaux visant à identifier et décrire les paysages. Une première version a été publiée sous le nom d’entités fonctionnelles et paysagères dans le Schéma directeur de la région d'Île-de-France (Sdrif), adopté par délibération du conseil régional le 25 septembre 2008.

 Qu’est-ce qu’une « unité paysagère » ?

 Une unité paysagère est l’unité élémentaire du découpage d’un territoire au regard de sa géomorphologie, des éléments naturels ou construits qu’elle porte, des activités qui s’y déroulent et des relations qui s’y instaurent. Ce qui est recherché ici est non seulement des unités mais aussi des entités, c’est-à-dire des unités dotées d’une identité. Une unité paysagère tire son identité de ses paysages, au sens le plus large du terme. Les trois niveaux de découpage L’ensemble de la région d’Île-de-France a été découpé en petites unités, de niveau local, qui se regroupent entièrement dans de plus grands ensembles, appelés grandes unités, regroupées à leur tour dans des ensembles de niveau régional, les Pays. Le découpage de l’Île-de-France proposé ici comprend 12 Pays, 110 grandes unités et 901 petites unités.

Le paysage ne connaît pas de frontière

Un découpage en unités crée des limites nettes, alors que sur le terrain, les transitions se font progressivement. Afin de pouvoir fixer une limite, le découpage s’appuie sur un élément plus net à l’intérieur ou proche de la zone de transition qui ne constitue pas en soi un élément de rupture mais qui permet de préciser la transition progressive.
François Arnal's insight:
La base de données des Unités paysagères de la région d’Île-de-France s’inscrit dans la lignée des travaux visant à identifier et décrire les paysages, amorcés notamment avec les Atlas de paysages et les inventaires réalisés par les Départements, les Parcs naturels régionaux, les pays et autres intercommunalités, et encouragés plus récemment par la Convention européenne du paysage, qui invite chaque État signataire – dont la France – à identifier et qualifier ses paysages :
 « En mobilisant les acteurs concernés (…) en vue d’une meilleure connaissance de ses paysages, chaque partie s’engage :
 a. (i) à identifier ses propres paysages, sur l’ensemble de son territoire ; (ii) à analyser leurs caractéristiques ainsi que les dynamiques et les pressions qui les modifient ; (iii) à en suivre les transformations ;
b. à qualifier les paysages identifiés en tenant compte des valeurs particulières qui leur sont attribuées par les acteurs et les populations concernés. »
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

La Chine s’apprête à accueillir ses premières tours-forêts

La Chine s’apprête à accueillir ses premières tours-forêts | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Le concept de «forêt verticale» développé avec succès par l’architecte Stefano Boeri à Milan s’exporte désormais en Chine. Deux tours de 200 et 108m accueillant 1100 arbres vont s’élever dans le ciel de Nankin.

Après avoir verdi le nouveau quartier des affaires de Milan, le concept de «forêt verticale» développé par l’architecte italien Stefano Boeri s’exporte en Chine. C’est la ville de Nankin qui devrait être la première en Asie à s’équiper de tels bâtiments recouverts de végétation. Les deux tours, mesurant respectivement 200 mètres et 108 mètres accueilleront pas moins de 1100 arbres issus de 23 espèces locales ainsi que 2500 arbustes et plantes grimpantes. Selon son concepteur, ces deux tours vertes apporteront une touche d’air pur dans la cité, grâce à leur capacité à absorber le CO2 qui les entoure pour produire chaque jour 65 kg d’oxygène. Elles pourraient même participer à la biodiversité des alentours.


François Arnal's insight:
Dans un communiqué, l’architecte italien estime que ces bâtiments qui vont dominer la ville enverront un signal fort des efforts de modernisation de la province méridionale du Jiangsu, non loin de Shanghai, et devrait soutenir le développement de la zone économique du fleuve Yang-Tsé. Les tours seront construites par un promoteur chinois, propriété de l’État.

La Chine connait une transition urbaine remarquable qui s'accompagne hélas de dysfonctionnements environnementaux. L'air des villes chinoises est devenu irrespirable. Ces tours forêts suffiront elles à reverdir l'image de la ville chinoise ? Est ce une véritable transition écologique vers une ville durable ou un simple gadget architectural, un argument de promotion immobilière ?
more...
Romane Garcia's curator insight, February 12, 6:46 PM

Rescoupé à partir de @arnalgeo

En Chine, la pollution fait des ravages et touche autant les villes que les campagnes. L'air devient donc irrespirable et les conditions de vie pour les citadins sont fortement menacées au quotidien. Même si des mesures de protection de la nature sont mises en place en Chine, elles restent encore peu efficaces. L'idée de l'architecte Stefano Boeri pourrait être une belle alternative à la pollution urbaine puisqu'il propose de construire des "forêts verticales". Comment? En construisant des tours dans le centre de Nankin, dont les façades seraient remplies de plus d'un millier d'arbres, d'arbustes et de plantes. La résilience prend ici tout son sens: pour diminuer la pollution de l'air, la ville de Nankin choisit d'introduire la nature au sein même de ses bâtiments.

Pour l'instant, nous n'avons que très peu de recul sur la question, mais on peut espérer que cette nouvelle architecture verdoyante constitue un nouveau poumon pour la ville sans pour autant être désagréable à l'oeil, comme en témoignent les images de présentation du projet, qui semblent sortir tout droit d'un film de science-fiction.

Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Quatre paysages (4/4) : Les cathédrales d'acier de Lorraine

Quatre paysages (4/4) : Les cathédrales d'acier de Lorraine | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Le haut-fourneau d'Uckange • Crédits : Camille Juza - Radio France
Un paysage post-indutriel, en Lorraine. Retour dans la vallée de la Fensch, quatre ans après la bataille de Florange, quatre ans après la fermeture des hauts fourneaux. Entre mémoire ouvrière et menace d'embaumement, monographie de la vallée de l'acier.

Nous traversons ici des kilomètres d'installations pour certaines abandonnées, d'autres encore surveillées et même encore en activité, dans un paysage qui raconte l'épuisement d'un territoire que l'on a transformé pendant 300 ans et qui perd, avec ces fermetures, sa raison d'être. Que faire de ces immenses sites qui ont organisé la vie d'une vallée ? Qu'y installer à la place ? Entre mémoire ouvrière et menace de repli sur soi, monographie de la vallée de l'acier.

François Arnal's insight:
Une série documentaire de Camille Juza, réalisée par Vincent Decque Vallée de la Fensch, 4 ans après la mise sous cocon des hauts fourneaux d'Hayange par Arcelor Mittal. Depuis 30 ans, les délocalisations de l'industrie sidérurgique n'en finissent pas de se solder par la fermetures des grands sites industriels de cette vallée façonnée par la puissante famille Wendel, maîtres de forges qui avaient attiré là tous les pauvres de l'Europe pour y fabriquer de la "tôle".
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Le littoral français recule de manière accélérée

Le littoral français recule de manière accélérée | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Les parlementaires examinent une proposition de loi pour permettre aux territoires de s’adapter à l’érosion. Le recul du trait de côte pourrait atteindre, par endroits, 50 mètres en 2050.

Un rempart contre l’océan… Cette parade illusoire ne convainc plus, alors que la puissance de l’érosion à l’œuvre sur une bonne partie des quelque 20 000 km de littoral français, alliée à la montée des eaux, fait reculer les dunes, effrite les falaises, engendre éboulements et submersion marine.

Le rythme du changement est encore loin d’être connu partout, mais l’expertise progresse. L’inquiétude aussi : au moins 22 % des côtes reculent, de 10 cm jusqu’à 8 m par an en moyenne. Aucun département côtier n’est épargné. La quasi-totalité des falaises de Seine-Maritime, par exemple, reculent. Sous l’effet répété de la houle, des tempêtes, du manque de sédiments et des déséquilibres produits par les ports, barrages et autres digues, 142 communes enregistrent un retrait de 50 cm par an, et dix-neuf de plus de 3 m, tandis que des fonds d’estuaire gagnent quelques centimètres. En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/01/12/le-littoral-francais-recule-de-maniere-acceleree_5061289_3244.html#UwE9cfT8f4Zx18Ui.99

 

 

François Arnal's insight:
Selon les services du ministère de l’environnement, le remodelage du littoral correspond à la disparition de 3 100 terrains de rugby en un demi-siècle, de 1949 à 2005, soit 26 km2. Malgré la menace, l’attrait des bords de mer n’a jamais été aussi fort. La densité de population y est 2,5 fois supérieure à la moyenne nationale, et 4 millions d’habitants supplémentaires y sont attendus d’ici à 2040. Un inextricable casse-tête pour l’aménagement du territoire.
more...
latournerie's curator insight, January 19, 5:13 AM
les littoraux : questions environnementales
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

2038 : les futurs du monde par Virginie Raisson

2038 : les futurs du monde par Virginie Raisson | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

L’an 2017 est là, mais l’ambition de 2038, les futurs du monde est de voir beaucoup plus loin, de sonder l’avenir et ce qu’il a à nous offrir. Son auteur, la géopoliticienne Virginie Raisson, ne se prend pourtant ni pour une pythie, ni pour une voyante : elle ne prévoit rien, mais elle porte la louable ambition d’aider ses lecteurs à comprendre les mutations en cours, à percevoir les signaux faibles du changement pour éclairer leurs choix et les aider ainsi à élaborer le futur.

Réalisé avec les membres du Lepac (le laboratoire qui prépare l’émission d’Arte, « Le dessous des cartes »), ce très bel ouvrage cherche ainsi à cartographier le présent et à le projeter dans les vingt-cinq ans à venir. Il compile un nombre impressionnant de données autour de thématiques très variées : le vieillissement de la population, les mobilités, les monnaies, la pêche, les données de masse, le tourisme…

François Arnal's insight:
La grande force de 2038, les futurs du monde est bien d’analyser les évolutions en cours dans toutes leurs dimensions, de manière globale mais aussi par des exemples précis et symboliques. Ainsi les marchés du cacao ou du sable permettent-ils d’illustrer les tensions entre l’émergence d’une classe moyenne planétaire de plus en plus nombreuse, et le contexte de changement climatique et de raréfaction des ressources et de l’espace.
L’autre force de l’ouvrage réside dans son esthétique très travaillée, jusqu’au moindre détail. Les cartes, graphiques, collages et autre photomontages ne sont pas toujours faciles à lire au premier coup d’œil, mais ils ont le mérite de ne jamais mésestimer la complexité du monde. Ils confèrent aussi à 2038, les futurs du monde un caractère avant-gardiste qui colle bien au sujet. Séverin Husson
more...
No comment yet.