Géographie : les dernières nouvelles de la toile.
29.2K views | +4 today
Follow
 
Scooped by François Arnal
onto Géographie : les dernières nouvelles de la toile.
Scoop.it!

Film : Mud, sur les rives du Mississipi (Jeff Nichols)

Film : Mud, sur les rives du Mississipi (Jeff Nichols) | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Sur la « carte cognitive » que dressent les cinéastes contemporains états-uniens, le Mississipi semble recouvrer une nouvelle intensité iconographique. Echo traumatique de Katrina, de la catastrophe de Deep water, résultat des politiques fiscales incitatives des Etats du Sud, ou dans le cas de Jeff Nichols, simple volonté de rester fidèle à son Arkansas natal ? Il est, quoiqu’il en soit, tentant de voir dans ce tropisme fluvial et méridional, l’expression sensible d’une renégociation. Celle d’une Wilderness recentrée, interne et constitutive dont s’empare une jeune génération de cinéastes. Nouveau territoire du cinéma indépendant, le vieux Sud est-il gage d’une excentricité, le lieu de fabrique d’une possible mise à distance des normes territoriales et cinématographiques ?

François Arnal's insight:

un beau film sur le fleuve, ses marais et ses bayous tourné au Nord de la Louisiane dans une Amérique profonde.

more...
No comment yet.
Géographie : les dernières nouvelles de la toile.
Last news on the web. Geography around the world. Les nouvelles de la géographie rassemblées par François Arnal
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

« Dessine-moi une île ! » - Visionscarto

« Dessine-moi une île ! » - Visionscarto | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

François Arnal mène depuis plusieurs années une expérience originale avec ses élèves : cartographier et dessiner un paysage, un lieu imaginaire, et se servir de ces représentations pour y appliquer le « raisonnement géographique ». Quelles sont nos perceptions spatiales individuelles ou collectives ? Peut-on leur appliquer les grilles d’analyse classiques de la géographie ? Comment mieux comprendre — à travers cet exercice — ce qu’est un objet géographique ?

 

 

François Arnal's insight:

L'article porte sur le travail réalisé avec les hypokhâgnes du lycée C Fauriel depuis de nombreuses années. En 2007, en hypokhâgne, l'imaginaire géographique ne faisait pas très sérieux dans cette docte institution. Depuis la géographie des représentations est reconnue à sa juste valeur et les exercices sur les cartes mentales sont validés par les chercheurs actuels. Le FIG2015 a pu en témoigner avec de nombreuses interventions sur ce thème. Pour ceux qui n' ont pu assister à la conférence ou qui souhaitent garder une trace de ce travail, l'article présente le point de mes réflexions et propose une sélection des dessins des étudiants en 2015.

more...
Barbara's curator insight, November 27, 2016 4:24 PM
Le constat est fait qu'il y a encore beaucoup à faire pour que les élèves s'approprient l'outillage géographique en classe de primaire. Donner du sens aux apprentissages et comprendre que la géographie est partout même dans la cour de l'école n'est pas une tâche aisée pour l'enseignant qui doit proscrire les coloriages de cartes intempestifs.

François Arnal, professeur de géographie en classe préparatoire, propose un exercice ludique pour entrer dans la géographie et saisir pleinement la notion d'objet géographique. Adaptable à l'école primaire ledit exercice permet de travailler la notion de représentation mentale. 

Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Atelier de cartographie expérimentale - SAGE - Université de Strasbourg

Atelier de cartographie expérimentale - SAGE - Université de Strasbourg | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Atelier de cartographie expérimentale

À l'occasion de la venue de l'exposition Moving Beyond Borders à la galerie Stimultania (Strasbourg, 15 mars-30 avril 2017), orchestrée par le Service à l'action culturelle de l'université de Strasbourg/IdEx Culture, sciences et société et le laboratoire Sage, un atelier de cartographie expérimentale est proposé les 20-21-22 mars 2017, animé par Ph. Rekacewicz (VisionsCarto).
Présentation générale

La cartographie critique ou expérimentale est le fait de pratiques cartographiques développées individuellement ou collectivement par des géographes, des cartographes, des artistes, des journalistes, des activistes, des chercheurs en sciences sociales, des designers, des architectes, urbanistes, etc.
Cartographie engagée, politique, travaillant sur les codes et les conventions, en les renouvelant, les contournant, les détournant, les utilisant, elle s'engage en terme de justice sociale et environnementale et explore tous les phénomènes sociaux, économiques, politiques, humains attachés aux territoires en proposant une carte qui porte un message qui suscite la pensée, le débat, l’action.



Le principe de l'atelier est de permettre aux participant·es de rentrer "de plein fouet" dans la carte. C'est un exercice au cours duquel les participants(es) ont l'occasion de se projeter dans la carte, de trouver "des lieux d'habitation dans la carte", d'essayer d'exprimer visuellement les aspects émotionnels et sensibles de situations géographiques, en d'autres terme de réintroduire dans la carte les "sentiments" en plus des "informations".

François Arnal's insight:
L'atelier de cartographie expérimentale – avec Philippe Rekacewicz et la participation de Nicolas Lambert et Lucie Bacon, cartographes de l'exposition–, est proposé durant trois journées pour explorer et mettre en pratique cette démarche cartographique expérimentale.

Le principe de l'atelier est de permettre aux participant·es de rentrer "de plein fouet" dans la carte. C'est un exercice au cours duquel les participant·es ont l'occasion de se projeter dans la carte, de trouver "des lieux d'habitation dans la carte", d'essayer d'exprimer visuellement les aspects émotionnels et sensibles de situations géographiques, en d'autres terme de réintroduire dans la carte les "sentiments" en plus des "informations".

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Des plages dans la ville

Des plages dans la ville | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it



Los Angeles et la réflexion sur la plage urbaine idéale
par Elsa Devienne , le 27 juillet 2011


Quand et où l’idée de plage urbaine est-elle apparue ? Une enquête documente le débat à Los Angeles sur l’aménagement des plages dans la ville dans les années 1940. L’idéal de plage urbaine est alors progressivement défini en termes de fonctionnalité, d’ordre et de respect des caprices de la nature.

Aménager de grandes étendues de sable dans un cadre urbain est l’une des dernières tendances d’un urbanisme qui entend implanter le loisir au cœur des grandes villes . La première plage artificielle de ce type fut vraisemblablement créée à Londres en 1934 lorsque 1500 tonnes de sable furent déversées le long de la Tamise, juste en dessous de la Tour de Londres. Celle qu’on appelle alors « Tower Beach » connaît un franc succès tout au long de son existence, en particulier auprès des classes populaires qui ne peuvent pas s’offrir le trajet vers les stations balnéaires. Bien que seulement cinq cent personnes puissent folâtrer sur le sable au même moment, et malgré une qualité de l’eau très médiocre, la plage attire les Londoniens en foule. Fermée pendant la Seconde Guerre mondiale, Tower Beach rouvre en 1945 pour finalement fermer définitivement en 1971 en raison de la pollution. Enterré à Londres, le concept de plage urbaine a récemment refait surface sur d’autres rivages et suscite l’engouement en Europe et aux États-Unis. Un mot a même été inventé pour décrire ce phénomène : « urbeach » (une combinaison des mots « urban » et « beach ») et depuis l’inauguration de « Paris Plage » en France en 2002, Birmingham, Berlin, Las Vegas, Amsterdam, Rome et New York ont inauguré leurs propres versions de l’ « urbeach » .

François Arnal's insight:
L’idée selon laquelle une plage urbaine pourrait permettre à la fois au citadin de se relaxer, parce qu’il s’agit d’un espace naturel, et permettre à une foule d’avoir accès, garer sa voiture, se restaurer et profiter d’une journée à la plage, parce qu’il s’agit aussi d’un espace public urbain bien aménagé, n’est pas quelque chose de nouveau. Tower Beach non plus. Dans les grandes villes naturellement dotées de plages de sable, une réflexion sur cette question existe depuis au moins le début du XXe siècle. À Los Angeles par exemple, la réflexion à ce sujet a été particulièrement féconde car la ville est non seulement renommée pour ses plages et son mode de vie balnéaire, mais elle connaît une croissance démographique exceptionnelle au XXe siècle et dispose de très peu d’espaces publics dédiés au loisir. Les plages de la ville deviennent donc des enjeux importants sur lesquels les autorités décident de s’interroger.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Les Inrocks - Les hyper-lieux : une nouvelle espèce d’espace avec Michel Lussault

Les Inrocks - Les hyper-lieux : une nouvelle espèce d’espace avec Michel Lussault | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Les hyper-lieux : une nouvelle espèce d’espace
18/02/2017


A l’encontre des analyses qui voient le monde comme de plus uniforme et indifférencié, le géographe et anthropologue Michel Lussault oppose les “hyper-lieux”. Des espaces intenses et divers où s’exprime la créativité et la volonté d’engagement social et politique de ceux qui les occupent.

Aux “non-lieux“, autrefois théorisés par Marc Augé, le géographe et anthropologue Michel Lussault oppose aujourd’hui les “hyper-lieux“, comme régime spatial dominant à l’heure de l’urbanisation généralisée des espaces. Des lieux intenses où s’inventent des nouvelles formes de vie politiques et sociales. Concluant une trilogie démarrée avec L’Homme spatial et L’Avènement du monde, Hyper-Lieux renouvelle de manière fulgurante la pensée de la spatialité contemporaine. Rencontre

D’où vous est venue l’intuition de définir les espaces urbains dominants d’aujourd’hui comme des “hyper-lieux” ?

Michel Lussault – Cette question des hyper-lieux, par opposition à ce que Marc Augé appelle les non-lieux, je l’avais en tête depuis le début de mon travail au début des années 1990. Déjà en 1992, au moment de la sortie du livre de Marc Augé, qui a eu un grand retentissement, j’avais un problème : je n’ai jamais adhéré au concept de non-lieu ; ou plus exactement, je ne l’ai jamais compris. Il y avait pour moi une aporie, une impasse à présenter des espaces ou les activités humaines comme des non-lieux ; mais je ne savais pas l’expliquer. C’était au départ intuitif. J’ai alors documenté peu à peu ma gêne. A l’époque, je finissais ma thèse sur les imaginaires urbains, dans un esprit proche de la sémiologie urbaine, de la sociologie des images ; une géographie tentant de comprendre le rapport des imaginaires aux espaces de vie. La chose s’est en fait décantée chez moi quand j’ai compris que le livre de Marc Augé ne décrit pas un concept mais un imaginaire.



 Nous vivons dans le devenir du temps, mais nous vivons aussi dans l’immanence de l’espace. On ne peut pas comprendre l’humain sans faire de la géographie !

Propos recueillis par Jean-Marie Durand

Hyper-Lieux, les nouvelles géographies de la mondialisation, par Michel Lussault (320 p, 22 €)

François Arnal's insight:
Michel Lussault publie ce mois ci le 3° volet de sa réflexion sur les lieux et les espaces liés à l'urbain généralisé et aux effets de la mondialisation qui, contrairement à ce que certains pensent, n'est pas la négation de l'espace mais l'ouverture sur une hyperspatialité multiscalaire du local au global.

M Lussault définit cinq critères.
 
Le premier, c’est le regroupement d’activités et surtout l’intensité de ce regroupement. Place Taksim, à Istanbul, il n’y a pas toute la population turque regroupée, mais il y a une intensité de l’interaction entre tout ce qui est regroupé. Un hyper-lieu est un lieu intense.
Second critère : l’hyper-spatialité. Les hyper-lieux sont des lieux où les individus assemblés et les choses assemblées sont toujours susceptibles d’être connectés à d’autres via les réseaux mobilitaires et télécommunicationnels : Times Square est de cela un exemple séminal.
Troisième critère, plus étrange pour un géographe : l’hyper-scalarité. Ces lieux jouent sur toutes les échelles en même temps, en raison de cette tension entre le global et le local. Il devient difficile de trouver une taille pour définir un hyper-lieu. C’est pour cela qu’un individu peut devenir lui-même un hyper-lieu ; le monde peut aussi devenir un hyper-lieu. C’est une question de régime de spatialité.
Quatrième critère : un hyper-lieu est un espace d’expériences partagées. La lecture de Jean-Marie Schaeffer m’a aidé à formuler cette évolution expérientielle du social.
Et cinquième critère : ce sont des lieux d’affinités. On y trouve une familiarité avec autrui, car on est là au fond pour la même chose.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Dessinateur de pistes : un métier qui sent bon le sapin

Dessinateur de pistes : un métier qui sent bon le sapin | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it


09 février 2017 
La saison du ski est lancée : à vous les pistes du Chamois, de la Marmotte et des Grandes Bosses.
Le monopole du bon plan

Sans le savoir et depuis des années si vous allez aux sports d'hiver, vous avez eu les oeuvres de Pierre Novat sous les yeux. Plus de 35 ans de carrière, une signature tout en cimes avec un flocon en guise de point sur le i et des milliers de sapins à son actif : Pierre Novat est le dessinateur de plans de pistes de ski français. Je dis bien "le", car c'est le seul. Un métier d'altitude !


Un métier aussi rare que le Yéti, puisqu'il a longtemps eu le monopole en France. Aujourd'hui, ce sont ses enfants Frédérique puis Arthur qui ont repris le flambeau, en suivant les traces de leur père.
Une technique de pointe

Tout bon peintre de plans de pistes de ski se doit d'être muni de gouaches, de pinceaux et d'un bon cerveau. Vous ne vous êtes jamais demandé comment les cartes arrivaient à montrer toutes les pistes en même temps ?

C'est que le dessinateur de pistes de ski distort, aplatit et recrée un domaine skiable plus ou moins proche de la réalité en jouant avec les lignes de fuites. Il embellit la station pour les skieurs. Impossible donc de ne se fier qu'à Google Earth ou une simple photographie, sous peine de voir disparaître quelques pans de montagne. Certaines entreprises comme kaliblue proposent aujourd'hui leurs services numérique, mais sans jamais égaler la patte de l'artiste.

Dans cette vidéo, Pierre Novat dévoile sa technique créative. Photos en hélicoptère, reconstitution des massifs à partir de photographies, dessin au crayon puis gouache et aérosol. Des heures de travail pour un résultat ultra réaliste.

François Arnal's insight:
Le dessinateur de pistes de ski distort, aplatit et recrée un domaine skiable plus ou moins proche de la réalité en jouant avec les lignes de fuites. Il embellit la station pour les skieurs. Impossible donc de ne se fier qu'à Google Earth ou une simple photographie, sous peine de voir disparaître quelques pans de montagne. Certaines entreprises comme kaliblue proposent aujourd'hui leurs services numérique, mais sans jamais égaler la patte de l'artiste. Dans cette vidéo, Pierre Novat dévoile sa technique créative. Photos en hélicoptère, reconstitution des massifs à partir de photographies, dessin au crayon puis gouache et aérosol. Des heures de travail pour un résultat ultra réaliste.
L'apprenti géographe ne peut qu'être séduit par la qualité de réalisation des paysages dessinés par la famille Novat dans les Alpes françaises.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Nouveau site spécial tempête de Météo-France

Nouveau site spécial tempête de Météo-France | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Dans le contexte du changement climatique et des enjeux liés aux politiques de prévention et d’adaptation, et suite à la tempête Xynthia en 2010, Météo-France a lancé un vaste programme d’étude climatologique sur les tempêtes. Un nouveau site, en libre accès, a donc été créé : http://tempetes.meteofrance.fr/. Il s’agit d’une base de données inédite sur les tempêtes, qui comprend les événements extrêmes aux conséquences les plus dramatiques en métropole.

Ce nouveau site fournit de nouveaux diagnostics sur l’évolution observée et attendue des tempêtes en métropole tant en termes de fréquence que d’intensité. Destiné principalement à un public averti (professionnels, institutionnels, passionnés, etc.), il constitue ainsi un nouveau socle de connaissances en appui de services climatiques sectoriels, notamment à destination du domaine des assurances mais aussi de l’énergie ou de la forêt, autant de secteurs économiques fortement sensibles aux tempêtes et leur répétition sur les territoires.



François Arnal's insight:
Une recherche systématique des événements de tempête a été menée depuis 1980 en analysant la surface des rafales maximum de vent supérieures à la fois aux seuils 100 km/h. Tous les événements (et journées) pour lesquels la surface dépasse 2% du territoire ont été pris en compte dans notre base de données qui s’arrête à la date du 30 juin 2016. Les heures de début et fin d’événement ont été estimées.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Quatre paysages (1/4) : Les Buttes Chaumont

Quatre paysages (1/4) : Les Buttes Chaumont | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Un paysage paysager à Paris. Dans l'histoire de ce parc achevé en 1867, on croise le Baron Haussmann et ce souci d'offrir un morceau de nature aux habitants des villes. Grotte, cascades, rivières et ponts suspendus, le tout dans un mobilier en béton creux imitant des rondins de bois et des rochers.

Une série documentaire de Camille Juza, réalisé par Vincent Decque Que nous raconte le paysage français ? De quelle identité est-il le témoin ? Ce sont 4 paysages choisis dans lesquels la série documentaire entre cette semaine. 4 paysages au centre desquels il y a de l'architecture, de l'urbanisme et surtout des usages qui racontent un certain rapport à la nature, à la ville, au travail, à la mémoire et au paysage, donc. 4 heures pour explorer 4 facettes d'un paysage français qui s'urbanise toujours plus mais oscille entre densification et désir de désurbanisation, dans une sorte de désenchantement quant à son étalement urbain, sa nature perdue.

François Arnal's insight:
Episode 1 : Les Buttes Chaumont, le technoparc du Baron Haussmann

On croise bien sûr dans cette histoire le baron Haussmann et ce souci, à l'heure où la ville industrielle dévorait la ville médiévale, d'offrir un morceau de nature aux habitants des villes. Et au passage, de moraliser et discipliner, par la nature, les classes dangereuses de l'Est parisien.

 C'est donc l'étonnante histoire de ce parc du 2nd Empire achevé en 1867 à côté du village de Belleville, ses principes paysagers, sa mise en scène dramatique et tourmentée faite de grotte, de cascades, de rivières, de ponts suspendus, de belvédère, le tout dans un mobilier en béton creux imitant des rondins de bois, des rochers, des pierres. Y apparaissent en contrepoint les mille et uns personnages qui le peuplent aujourd'hui : gardiens, jardiniers, paysagistes et, bien sûr, ceux qui le pratiquent, s'y promènent, y courent, le traversent.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Hyper-lieux, Michel Lussault, Sciences humaines - Seuil

Hyper-lieux, Michel Lussault, Sciences humaines - Seuil | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Les nouvelles géographies de la mondialisation
Michel Lussault

Et si l’on regardait le Monde autrement ? C’est à cela que ce livre s’attache. Il part du constat que bien des analyses de l’évolution du Monde contemporain insistent sur son uniformisation irrémédiable. La standardisation des paysages, des objets et des pratiques, imposée par la globalisation du capitalisme financiarisé, installerait un espace lisse et « plat », où les distances disparaissent, où chaque position vaut une autre, où les différences culturelles s’estompent, où l’individu est aliéné et sa sociabilité appauvrie.

Or, une observation attentive confronte immédiatement à des situations bien plus complexes. En effet, il est frappant de constater que le Monde se différencie de plus en plus en lieux qui s’affirment comme des « prises » sur la mondialisation, des attracteurs et des ancrages de la vie sociale. Ce sont des endroits où la co-habitation des individus se concrétise, se réalise et s’éprouve dans toute sa richesse, sa créativité et son intensité d’expérience vécue. Les « hyper-lieux », où convergent les humains et les réalités matérielles et immatérielles, en sont l’emblème : bon gré mal gré, des sociétés s’y composent et même des formes politiques nouvelles s’y ébauchent.

Ainsi le Monde est à la fois toujours plus globalisé et homogène et de plus en plus localisé et hétérogène : cette tension est constitutive des nouvelles géographies de la mondialisation.

Michel Lussault est géographe, professeur à l’École normale supérieure de Lyon. Il a notamment publié L’Homme spatial. La construction sociale de l’espace humain (Seuil, 2007) et L’Avènement du Monde. Essai sur l’habitation humaine de la Terre (Seuil, 2013).

François Arnal's insight:
Le dernier opus de Michel Lussault vient de sortir, après avoir rédigé l'article "hyperspatialité dans le DGES (Lévy Lussault 2013), ML revient sur les hyper lieux connectés.
Michel Lussault est géographe, professeur à l’École normale supérieure de Lyon. Il a notamment publié L’Homme spatial. La construction sociale de l’espace humain (Seuil, 2007) et L’Avènement du Monde. Essai sur l’habitation humaine de la Terre (Seuil, 2013).
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

La « balade urbaine » pour comprendre la crise des villes moyennes

La « balade urbaine » pour comprendre la crise des villes moyennes | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

La « balade urbaine » pour comprendre la crise des villes moyennes

[Privas, balade urbaine, 30 novembre 2016. © Olivier Razemon] « Qui connaît ce sentier ? » Parmi les quinze promeneurs, seules trois mains se lèvent. La plupart des participants à cette « balade urbaine » vivent pourtant ici, à Privas (Ardèche, 8000 habitants). L’exercice a eu le mérite de révéler cet endroit méconnu. Et ce n’est pas la seule découverte faite par les promeneurs en cette matinée ensoleillée de la fin novembre.

Cette exploration pédestre, menée avec le soutien du Conseil d’architecture, d’urbanisme et d’environnement (CAUE) de l’Ardèche, doit contribuer à la réflexion sur la crise urbaine, cette dévitalisation des villes moyennes dont le symptôme principal demeure la prolifération des vitrines vides, et qui n’épargne pas la préfecture de l’Ardèche.

François Arnal's insight:
Située à 50 km de Valence dans un environnement vallonné, Privas n’est pas la plus grande ville de l’Ardèche. Son statut de préfecture lui vaut de nombreux emplois administratifs. La plupart des déplacements s’effectuent en voiture individuelle et la totalité des places publiques de la ville, sauf une, ont été transformées en parkings.
Cet article propose une traversée de Privas avec une lecture des lieux ou des territoires en terme d'enjeux, de crises et de mobilités.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Cité de l'architecture & du patrimoine - Tous à la plage !

Cité de l'architecture & du patrimoine - Tous à la plage ! | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Tous à la plage !
Villes balnéaires du 18e siècle à nos jours
mercredi 19 octobre 2016 - dimanche 12 fevrier 2017

L’exposition dresse un panorama de l’histoire des villes balnéaires en France, au regard des pratiques européennes, des origines à nos jours. Architecture, urbanisme, œuvres d’art et objets du quotidien racontent la conquête progressive des bords de mer.

Depuis le XVIIIe siècle, la grande diversité des fronts de mer du territoire français, de la Manche à la Méditerranée, a favorisé l’émergence d’un patrimoine balnéaire aussi riche que varié. Des villégiatures hivernales et aristocratiques du XIXe siècle aux vacances d’été à la plage, territoire d’élection du tourisme de masse au XXe siècle, ces séjours sont aussi le reflet d’une société en pleine mutation, qui accède, grâce au développement des moyens de transport et à l’avènement des congés payés, à de nouveaux loisirs.
Des premiers bains de mer pratiqués à des fins curatives, aux habitudes contemporaines récréatives, sportives ou ludiques, l’exposition illustrera ce nouveau rapport à la mer et au rivage à travers les lieux emblématiques. Grands hôtels, casinos, villas, marinas, villages et clubs de vacances seront mis en regard d’évocations des bords de mer à travers la peinture, les films, les journaux et affiches, mais aussi les costumes de bain.
L’enjeu de la préservation clôturera l’exposition, ouvrant le questionnement sur la patrimonialisation de ces ensembles naturels et bâtis, ainsi que sur la ville balnéaire de demain, à l’heure de la mondialisation et du réchauffement climatique.

more...
Matthieu CLEMENT's curator insight, December 27, 2016 6:56 AM
Pour prolonger notre cours sur le tourisme littoral en France.  
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Comprendre «le piège Daech»

Comprendre «le piège Daech» | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Samedi 12 mars, l’historien Pierre-Jean Luizard s’est vu décerner à l’Assemblée nationale le Prix Étudiant du Livre Politique-France Culture, pour son ouvrage "Le piège Daech". L’occasion de relire cet entretien dans lequel il nous explique la genèse de Daech et les raisons de son implantation au Moyen-Orient et en France.

Historiquement, comment est apparue l’organisation Daech ?
Pierre-Jean Luizard1 : L’État islamique est né officiellement le 13 octobre 2006 en Irak, à partir de ruptures successives dans ce pays. La plus importante est celle de 2003, avec l’invasion américaine de l’Irak qui a provoqué l’effondrement de l’État irakien fondé en 1920 par les Britanniques. La nécessité de reconstruire dans l’urgence des institutions et une armée a marqué les premières années de l’occupation. C’est cette reconstruction d’un nouvel État irakien qui s’est avérée être un échec. Construit contre sa société, le premier État irakien avait généré, notamment sous Saddam Hussein, une succession de tragédies, répressions et guerres. Le second État irakien, qui se basait sur les exclus de l’ancien système, les chiites et les Kurdes, n’a pratiquement pas pu voir le jour puisqu’il a très vite été remis en cause par les armes par ceux qui avaient eu le monopole du pouvoir dans le système précédent, la minorité arabe sunnite d’Irak. À tel point qu’il s’est très vite scindé en trois entités : le Kurdistan autonome, le gouvernement de Bagdad officiellement reconnu par la communauté internationale, mais qui ne représentera plus que la partie chiite du pays, et, à partir de juin 2014, l’État islamique, qui entend parler au nom des Arabes sunnites d’Irak. Dans la foulée des Printemps arabes de 2011, les sunnites ont manifesté contre l’autoritarisme du gouvernement et leur exclusion politique et sociale. La répression sanglante de ces manifestations fut le coup de grâce qui a rejeté vers l’État islamique une grande partie d’une communauté qui n’acceptera jamais d’être une simple minorité sans pouvoir et sans ressources. Face à l’échec de l’intégration des Arabes sunnites dans le système politique communautariste en place à Bagdad, cette partition est devenue effective avec l’occupation par l’État islamique de pans entiers du territoire irakien, notamment de Mossoul.
François Arnal's insight:
Pour prolonger la réflexion engagée par les hypokhâgnes du lycée Fauriel lors de le rencontre fructueuse avec l'historien Pierre Jean Luizard. au cours de cet entretien PJ Luizard revient sur un certain nombre de points à propos de la situation au Proche et Moyen Orient ainsi que la menace Daech sur la France.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Revue Urbanisme Vivre ici et ailleurs

Revue Urbanisme Vivre ici et ailleurs | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Ce dossier au titre un peu énigmatique est le fruit d’une réflexion engagée par notre comité éditorial autour de l’hypothèse d’une « généralisation de l’expérience diasporique » avancée par la géographe urbaniste Cynthia Ghorra-Gobin. Celle-ci s’en explique précisément dans les pages qui suivent, en explicitant « l’idée d’un habiter quasi quotidien de “l’ici et l’ailleurs” ». Cette hypothèse est une piste de recherche dans un moment où la question des migrations – des migrants et de leurs campements en particulier – occupe le devant de la scène médiatique et politique. L’association de professionnels AdP - Villes en développement a d’ailleurs organisé une journée d’études /1 à ce propos, dont François Noisette propose une remarquable synthèse.
Nous avons clairement fait le choix de déplacer le regard hors de France, pour penser différemment les liens entre diasporas, mondialisation, globalisation et métropolisation. C’est ainsi que Rémy Demichelis et Arnaud Paillard nous emmènent à Dayton (Ohio), ville connue pour avoir accueilli en 1995 les négociations mettant fin à la guerre dans l’ex-Yougoslavie /2. Cette shrinking city au cœur de la Rust Belt (ceinture rouillée), vaste territoire de la désindustrialisation s’étendant des suburbs de New York aux banlieues de Chicago, comptait 262 000 habitants en 1960. Elle en abrite aujourd’hui 140 000 !


François Arnal's insight:
Pour renaître, Dayton a fait le pari d’être immigrant friendly et d’accueillir des communautés étrangères comme ces Turcs meskhètes ayant quitté l’Ouzbékistan et la Russie.
Avec Olivier Pliez, nous prenons ensuite une des nouvelles routes de la Soie vers Yiwu, ville chinoise qui a fait le choix de se positionner sur les marchés de consommation des pays du Maghreb et du Proche-Orient. Dans cet objectif, un quartier de restaurants musulmans s’est développé en plein centre de la ville, qui accueille une foire internationale permanente. De Yiwu partent désormais des trains de marchandises en direction de l’Iran et de l’Europe.

Inversion du regard avec Karine Dupré, qui analyse l’évolution de la place et du rôle des diasporas chinoises en Australie, en particulier le devenir des Chinatowns implantés au cœur des grandes villes. Ces quartiers ethniques ne sont parfois que des décors pour touristes alors que les communautés chinoises investissent désormais d’autres secteurs urbains.
Même constat à New York où le Chinatown de Manhattan dépérit depuis de nombreuses années, les résidents d’origine chinoise s’étant déplacés vers le Queens et Brooklyn. Les communautés chinoises font souvent figure d’archétype diasporique tant leurs implantations sont visibles partout dans le monde. Mais si leur présence spatiale ne suscite guère de débat, les investissements chinois à l’étranger, de plus en plus massifs, sont au cœur de polémiques politiques, en particulier en Australie /3.
Cependant, les investisseurs chinois sont courtisés. Ainsi Liverpool se prépare à accueillir un New Chinatown, projet de 200 millions de livres /4. Et le quartier chinois d’Athènes contribue à la revitalisation du centre-ville, suscitant même une forme de gentrification, dénommée ethnic-minority gentrification par la chercheure Loretta Lees /5.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Comment la France a tué ses villes - URBIS Le mag

Comment la France a tué ses villes - URBIS Le mag | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

C'est un livre au titre choc que vient de publier Olivier Razemon, journaliste indépendant dont le travail s’articule principalement autour de l’urbanisme et des transports. Car c’est une réalité que personne ne peut plus ignorer désormais : les villes moyennes françaises vont mal. Entre fermeture des commerces, départ des plus riches et élus locaux fatalistes, c’est un portrait de villes à l’agonie que dresse le journaliste.

Interview.


François Arnal's insight:
Seules les très grandes villes, Paris et les métropoles régionales, ainsi que les localités touristiques, se portent bien. Les autres, les villes petites et moyennes, souffrent terriblement. Le premier symptôme de leur maladie réside dans la fermeture des commerces qui, chaque année, prend davantage d’ampleur. Ce phénomène des vitrines vides saute aux yeux partout, que l’on se balade dans le centre de Béziers, Périgueux ou de Soissons.

Le nombre de logements vides est un autre symptôme : les villes moyennes présentent un taux de logements vacants dépassant nettement les 10 %, résultat du départ des familles qui en ont les moyens vers la périphérie et ses maisons individuelles. C’est un paradoxe, alors qu’on nous répète en boucle que la France manque de 500 000 logements neufs par an.

 Le troisième symptôme, c’est l’appauvrissement de ces villes : elles sont devenues plus pauvres que leur environnement immédiat. Enfin, on constate la disparition de commerces de base – boucherie, boulangerie, équipement de la maison – au profit d’enseignes de tatouage, de vapotage, d’achat d’or, de ventes éphémères... Le commerce du superflu a envahi les villes moyennes, le commerce de l’essentiel tend, lui, à disparaître.
more...
No comment yet.
Rescooped by François Arnal from Revue de presse théâtre
Scoop.it!

A Saint-Etienne, une troupe de théâtre réinvente la ville avec ses habitants

A Saint-Etienne, une troupe de théâtre réinvente la ville avec ses habitants | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Par Lisa Burek dans Le Monde


Le théâtre, laboratoire urbain de participation citoyenne ? Depuis 2013, la compagnie stéphanoise « Collectif X » monte des spectacles avec les habitants afin de réfléchir à l’avenir de leur quartier.



« Quand on arrive dans un quartier, on essaye de le comprendre. » Arthur Fourcade n’est pas urbaniste mais comédien et metteur en scène au sein de la compagnie de théâtre stéphanoise Collectif X, ce qui ne l’empêche pas de mener une « réflexion sur le devenir de sa ville ».

A chaque quartier sa problématique urbaine, à chaque citadin sa vision de la ville. Depuis 2013, dans le cadre de son projet « Villes », la troupe arpente les quartiers, rencontre ceux qui y résident, joue cette vie locale sur les planches sous forme de spectacles dont les répliques et le scénario sont directement inspirés des propos des habitants.

Dans la compagnie d’une vingtaine de personnes, on trouve des comédiens mais aussi un maître de conférences à l’Ecole d’urbanisme de Paris et un diplômé de l’Institut national des sciences appliquées de Lyon, département « génie civil et urbanisme ». Car la démarche se veut aussi scientifique. Yoan Miot, co-metteur en scène du projet et urbaniste, a établi « un outil d’enquête sociale » en quatre temps : une balade urbaine pour connaître le quartier, des entretiens avec les habitants sur leur vie quotidienne, puis un « chœur public » où chacun peut inscrire sa définition de la ville sur des panneaux. Enfin des débats sont organisés sur un sujet qui suscite la polémique dans le quartier.


Pendant un mois, les comédiens mènent scrupuleusement cette « enquête ». Ils recueillent les histoires des résidents puis les mettent en scène. A la fin, ils présentent le portrait du quartier dans le cadre de deux ou trois représentations. Que ce soit au contact des acteurs locaux, dans les centres sociaux ou les écoles, au hasard de rencontres dans la rue ou grâce au bouche-à-oreille, la bande « tente de recueillir les paroles les plus diverses possible pour construire une superposition de discours du quartier, parfois contradictoires, parfois convergents, explique Arthur Fourcade. Et faire entendre ceux qui n’ont pas forcément l’occasion de s’exprimer dans l’espace public ».

Participer ? Réfléchir sur la ville, aussi. « Le théâtre est un bon moyen pour aborder des sujets sérieux comme la politique urbaine », raconte Hervé Ménard, habitant du quartier Tarentaize-Beaubrun-Severine, à l’ouest de Saint-Etienne, qui a participé aux débats. « La transposition de leur vie en jeu théâtral aide les gens à s’impliquer et à dialoguer », constate Arthur Fourcade.


L’initiative culturelle se veut un outil de participation citoyenne dans l’élaboration des politiques urbaines. En janvier 2017, la ville de Billom, à une trentaine de kilomètres de Clermont-Ferrand, a fait appel aux comédiens dans le cadre d’une étude sur le logement en centre-ville. Sur une durée plus courte, la troupe y a expérimenté les mêmes méthodes qu’à Saint-Etienne. Le mercredi 22 mars, une représentation finale était ouverte aux Billomois. « J’étais un peu inquiet au début, raconte Jacques Fournier, adjoint au maire à l’urbanisme, l’environnement et les patrimoines. Mais au final, le projet a permis de connaître ce que pensent les habitants de manière plus diversifiée que lors de réunions “sérieuses” qui n’intéressent pas beaucoup les gens et où ce sont toujours les mêmes qui prennent la parole. »

Arthur Fourcade, prudent, voit la troupe comme « un organe de médiation » qui n’est pas là pour « conclure ou influencer la décision des élus ». Pour le Stéphanois Hervé Ménard, ce sont les récits joués sur scène qui l’ont marqué : « Un peu comme des interviews de grands personnages à la radio. Sauf que là, c’était les tranches de vie de nos voisins. »


Smart Cities : « Le Monde »  décrypte les mutations urbaines

Le Monde organisera vendredi 7 avril à Lyon une journée de débats sur le thème « Gouverner la ville autrement : les villes peuvent-elles réenchanter la démocratie ? ». Entrée gratuite sur inscription ici.

A cette occasion, Le Monde récompensera avec ses partenaires les lauréats de la deuxième édition des Prix européens de l’innovation Le Monde-Smart Cities pour leurs projets innovants améliorant la vie urbaine. Les candidatures aux prix internationaux (hors Europe) sont encore ouvertes.

Retrouvez l’actualité des villes décryptée par les journalistes du Monde dans la rubrique « Smart cities » sur Lemonde.fr. : http://www.lemonde.fr/smart-cities/

Lisa Burek
Journaliste au Monde


Via Le spectateur de Belleville
François Arnal's insight:
Une initiative culturelle pour comprendre la ville un quartier et ses problèmes urbains. Quand l'urbanisme et le théâtre se rencontrent.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Dharavi, méga- ou anti-bidonville? - le blog geodatas

Dharavi, méga- ou anti-bidonville?  -   le blog geodatas | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it



Publié par philippe piercy sur 6 Mars 2017, 10:18am


Sur le blog "La vie des idées", par le lien http://www.laviedesidees.fr/Economie-d-un-mega-bidonville.html

le compte rendu éclairant, par J. Galonnier, d'un ouvrage collectif sur le méga-bidonville (800 000 hab, la moitié "intouchables") de Dharavi, emblématique de Mumbai. extraits:

L’un des principaux apports de l’ouvrage est l’étude de Dharavi en tant que forme urbaine spécifique, le méga-bidonville. Par son statut de bidonville, soit une zone illégalement occupée, Dharavi se situe en marge de la société. C’est un espace d’exclusion, interstitiel. Cependant, il s’agit aussi d’une entité spatiale énorme, regroupant des centaines de milliers d’individus, comme en témoignent les superlatifs excessifs souvent mobilisés à son sujet. S’inspirant des travaux de l’école de Chicago, Saglio-Yatzimirsky analyse la façon dont l’espace est structuré au sein du méga-bidonville, et trouve de l’organisation là où le sens commun ne voit que chaos et anarchie. (...)


François Arnal's insight:
Le livre démontre que les attributions professionnelles liées aux castes sont devenues plus flexibles grâce aux opportunités économiques offertes par le bidonville. Certains individus ont également pu faire l’expérience d’une mobilité sociale ascendante au moyen de l’éducation, de l’engagement politique ou de l’accès à la propriété, perturbant ainsi les hiérarchies religieuses établies. Enfin, la popularité du cuir produit à Dharavi a permis aux intouchables travaillant dans ce secteur de revendiquer le statut d’artisans, plus noble et reconnu. (....)
 L’auteure explique comment les ateliers de production du cuir à Dharavi, qui appartiennent de façon écrasante au secteur informel (entreprises employant moins de 20 travailleurs et échappant de ce fait à la législation du travail), se sont progressivement adaptés au marché. Tout en résistant aux logiques contractuelle et rationnelle (pas de comptabilité, pas de statistiques), cette petite industrie traditionnelle s’est avérée très compétitive pour l’économie globale : les artisans de Dharavi travaillent désormais sous contrat pour de grandes entreprises du secteur formel et leurs articles se vendent dans de nombreux showrooms à Mumbai, dans des boutiques de luxe et même à l’international. La dimension économique est ainsi, d’après les mots de l’auteure, la raison d’être de Dharavi.

Allant à l’encontre des stéréotypes sur les bidonvilles, l’ouvrage démontre que Dharavi ne se caractérise absolument pas par une économie insulaire : au contraire, le bidonville est très bien connecté aux circuits économiques régionaux et internationaux. (...) P Piercy (Khâgne Annecy)
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Les Noëls verts seront de plus en plus fréquents dans les Alpes Plus de précipitations, moins de neige

Les Noëls verts seront de plus en plus fréquents dans les Alpes Plus de précipitations, moins de neige | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

16.02.17 -

Après les chutes de neige de janvier, qui se sont fait longtemps désirer, la plupart des régions des Alpes suisses sont désormais enneigées, à la plus grande joie des skieurs.

Mais de nombreux sites ont enregistré le mois de décembre comme étant le moins enneigé depuis le début des mesures, il y a environ 150 ans. L’année 2016 a été également la troisième année d’une série de Noëls avec très peu de neige dans les domaines skiables. Une étude publiée aujourd’hui dans The Cryosphere par le WSL Institut pour l'étude de la neige et des avalanches SLF indique que les régions de montagne devront de plus en plus fréquemment se préparer à vivre des Noëls verts. 16.02.17 - Après les chutes de neige de janvier, qui se sont fait longtemps désirer, la plupart des régions des Alpes suisses sont désormais enneigées, à la plus grande joie des skieurs. Mais de nombreux sites ont enregistré le mois de décembre comme étant le moins enneigé depuis le début des mesures, il y a environ 150 ans. L’année 2016 a été également la troisième année d’une série de Noëls avec très peu de neige dans les domaines skiables. Une étude publiée aujourd’hui dans The Cryosphere par le WSL Institut pour l'étude de la neige et des avalanches SLF indique que les régions de montagne devront de plus en plus fréquemment se préparer à vivre des Noëls verts.

Les chercheurs du SLF et de l’EPFL indiquent dans leur étude que le manteau neigeux des Alpes pourrait diminuer de 70% avant la fin du siècle. Il sera moins épais à toutes les altitudes et pour tous les scénarios d’émissions de gaz à effet de serre, mais les altitudes inférieures à 1200 m seront les plus touchées. Même au-dessus de 3000 m, on peut s’attendre à une diminution d’environ 40% du manteau neigeux. Toutefois, si la température mondiale ne s’élève pas à plus de deux degrés jusqu’à la fin du siècle, la diminution du manteau neigeux pourrait être limitée à environ 30%.

Les résultats des chercheurs montrent également que l’hiver alpin – la période durant laquelle il y a suffisamment de neige naturelle pour les sports d’hiver – se raccourcit. Avec le réchauffement climatique, la saison de ski devrait commencer une quinzaine de jours à un mois plus tard qu’aujourd’hui. Ce n’est pas tout: si nous ne réussissons pas à réduire les émissions de gaz à effet de serre qui bouleversent le climat d’ici à la fin du siècle, seules les régions situées au-dessus de 2500 m auront assez de neige naturelle pour les sports d’hiver. «Le manteau neigeux va de toute façon diminuer dans les Alpes», confirme Christoph Marty, chercheur au SLF, et auteur principal de l’étude, «mais nos émissions futures vont déterminer dans quelle mesure.»

François Arnal's insight:
Plus de précipitations, moins de neige

 Des émissions accrues de gaz à effet de serre vont entraîner des températures plus élevées dans les Alpes. Mais les scientifiques sont moins sûrs de l’influence du changement climatique sur les chutes de neige. La plupart des modèles prévoient que les précipitations hivernales vont légèrement augmenter en hiver d’ici la fin du siècle. «Selon notre étude, ces précipitations devraient tomber sous forme de pluie et non de neige en raison de l’augmentation simultanée des températures», ajoute Christoph Marty. «Nous espérons démontrer de manière convaincante par ces résultats que les précipitations hivernales croissantes ne pourront pas compenser l’effet des températures en forte hausse.»
 Les prévisions des chercheurs s’appuient sur des évaluations détaillées. Sebastian Schlögl, co-auteur et travaillant également au SLF: « Nous utilisons un grand nombre de données météorologiques actuelles et passées, et les scénarios de réchauffement climatique les plus différents pour simuler le manteau neigeux futur dans deux régions de montagne avec le modèle informatique open-source ALPINE3D.»

Il est impératif de limiter le réchauffement climatique

 Moins de neige et une saison de ski plus courte: ces deux éléments affecteront grandement le tourisme hivernal. Sebastian Schlögl : «Comme de nombreux villages alpins dépendent fortement du tourisme, l’économie et donc aussi la vie sociale de ces centres touristiques seront touchées.» Cependant, cette étude montre à quel point limiter le réchauffement climatique pourrait être efficace dans les Alpes. Christoph Marty: «Il est certes inquiétant de constater que nous pourrions perdre 30% du manteau neigeux alpin avec un scénario de réchauffement mondial de 2 degrés. Mais cela peut nous encourager si l’on considère la perte de 70% qui nous menace si nous ne changeons pas nos comportements actuels.»
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Unités paysagères de la région d’Île-de-France

Unités paysagères de la région d’Île-de-France | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
La base de données des unités paysagères de la région d’Île-de-France s’inscrit dans la lignée des travaux visant à identifier et décrire les paysages. Une première version a été publiée sous le nom d’entités fonctionnelles et paysagères dans le Schéma directeur de la région d'Île-de-France (Sdrif), adopté par délibération du conseil régional le 25 septembre 2008.

 Qu’est-ce qu’une « unité paysagère » ?

 Une unité paysagère est l’unité élémentaire du découpage d’un territoire au regard de sa géomorphologie, des éléments naturels ou construits qu’elle porte, des activités qui s’y déroulent et des relations qui s’y instaurent. Ce qui est recherché ici est non seulement des unités mais aussi des entités, c’est-à-dire des unités dotées d’une identité. Une unité paysagère tire son identité de ses paysages, au sens le plus large du terme. Les trois niveaux de découpage L’ensemble de la région d’Île-de-France a été découpé en petites unités, de niveau local, qui se regroupent entièrement dans de plus grands ensembles, appelés grandes unités, regroupées à leur tour dans des ensembles de niveau régional, les Pays. Le découpage de l’Île-de-France proposé ici comprend 12 Pays, 110 grandes unités et 901 petites unités.

Le paysage ne connaît pas de frontière

Un découpage en unités crée des limites nettes, alors que sur le terrain, les transitions se font progressivement. Afin de pouvoir fixer une limite, le découpage s’appuie sur un élément plus net à l’intérieur ou proche de la zone de transition qui ne constitue pas en soi un élément de rupture mais qui permet de préciser la transition progressive.
François Arnal's insight:
La base de données des Unités paysagères de la région d’Île-de-France s’inscrit dans la lignée des travaux visant à identifier et décrire les paysages, amorcés notamment avec les Atlas de paysages et les inventaires réalisés par les Départements, les Parcs naturels régionaux, les pays et autres intercommunalités, et encouragés plus récemment par la Convention européenne du paysage, qui invite chaque État signataire – dont la France – à identifier et qualifier ses paysages :
 « En mobilisant les acteurs concernés (…) en vue d’une meilleure connaissance de ses paysages, chaque partie s’engage :
 a. (i) à identifier ses propres paysages, sur l’ensemble de son territoire ; (ii) à analyser leurs caractéristiques ainsi que les dynamiques et les pressions qui les modifient ; (iii) à en suivre les transformations ;
b. à qualifier les paysages identifiés en tenant compte des valeurs particulières qui leur sont attribuées par les acteurs et les populations concernés. »
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

La Chine s’apprête à accueillir ses premières tours-forêts

La Chine s’apprête à accueillir ses premières tours-forêts | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Le concept de «forêt verticale» développé avec succès par l’architecte Stefano Boeri à Milan s’exporte désormais en Chine. Deux tours de 200 et 108m accueillant 1100 arbres vont s’élever dans le ciel de Nankin.

Après avoir verdi le nouveau quartier des affaires de Milan, le concept de «forêt verticale» développé par l’architecte italien Stefano Boeri s’exporte en Chine. C’est la ville de Nankin qui devrait être la première en Asie à s’équiper de tels bâtiments recouverts de végétation. Les deux tours, mesurant respectivement 200 mètres et 108 mètres accueilleront pas moins de 1100 arbres issus de 23 espèces locales ainsi que 2500 arbustes et plantes grimpantes. Selon son concepteur, ces deux tours vertes apporteront une touche d’air pur dans la cité, grâce à leur capacité à absorber le CO2 qui les entoure pour produire chaque jour 65 kg d’oxygène. Elles pourraient même participer à la biodiversité des alentours.


François Arnal's insight:
Dans un communiqué, l’architecte italien estime que ces bâtiments qui vont dominer la ville enverront un signal fort des efforts de modernisation de la province méridionale du Jiangsu, non loin de Shanghai, et devrait soutenir le développement de la zone économique du fleuve Yang-Tsé. Les tours seront construites par un promoteur chinois, propriété de l’État.

La Chine connait une transition urbaine remarquable qui s'accompagne hélas de dysfonctionnements environnementaux. L'air des villes chinoises est devenu irrespirable. Ces tours forêts suffiront elles à reverdir l'image de la ville chinoise ? Est ce une véritable transition écologique vers une ville durable ou un simple gadget architectural, un argument de promotion immobilière ?
more...
Romane Garcia's curator insight, February 12, 6:46 PM

Rescoupé à partir de @arnalgeo

En Chine, la pollution fait des ravages et touche autant les villes que les campagnes. L'air devient donc irrespirable et les conditions de vie pour les citadins sont fortement menacées au quotidien. Même si des mesures de protection de la nature sont mises en place en Chine, elles restent encore peu efficaces. L'idée de l'architecte Stefano Boeri pourrait être une belle alternative à la pollution urbaine puisqu'il propose de construire des "forêts verticales". Comment? En construisant des tours dans le centre de Nankin, dont les façades seraient remplies de plus d'un millier d'arbres, d'arbustes et de plantes. La résilience prend ici tout son sens: pour diminuer la pollution de l'air, la ville de Nankin choisit d'introduire la nature au sein même de ses bâtiments.

Pour l'instant, nous n'avons que très peu de recul sur la question, mais on peut espérer que cette nouvelle architecture verdoyante constitue un nouveau poumon pour la ville sans pour autant être désagréable à l'oeil, comme en témoignent les images de présentation du projet, qui semblent sortir tout droit d'un film de science-fiction.

Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Quatre paysages (4/4) : Les cathédrales d'acier de Lorraine

Quatre paysages (4/4) : Les cathédrales d'acier de Lorraine | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Le haut-fourneau d'Uckange • Crédits : Camille Juza - Radio France
Un paysage post-indutriel, en Lorraine. Retour dans la vallée de la Fensch, quatre ans après la bataille de Florange, quatre ans après la fermeture des hauts fourneaux. Entre mémoire ouvrière et menace d'embaumement, monographie de la vallée de l'acier.

Nous traversons ici des kilomètres d'installations pour certaines abandonnées, d'autres encore surveillées et même encore en activité, dans un paysage qui raconte l'épuisement d'un territoire que l'on a transformé pendant 300 ans et qui perd, avec ces fermetures, sa raison d'être. Que faire de ces immenses sites qui ont organisé la vie d'une vallée ? Qu'y installer à la place ? Entre mémoire ouvrière et menace de repli sur soi, monographie de la vallée de l'acier.

François Arnal's insight:
Une série documentaire de Camille Juza, réalisée par Vincent Decque Vallée de la Fensch, 4 ans après la mise sous cocon des hauts fourneaux d'Hayange par Arcelor Mittal. Depuis 30 ans, les délocalisations de l'industrie sidérurgique n'en finissent pas de se solder par la fermetures des grands sites industriels de cette vallée façonnée par la puissante famille Wendel, maîtres de forges qui avaient attiré là tous les pauvres de l'Europe pour y fabriquer de la "tôle".
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Le littoral français recule de manière accélérée

Le littoral français recule de manière accélérée | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Les parlementaires examinent une proposition de loi pour permettre aux territoires de s’adapter à l’érosion. Le recul du trait de côte pourrait atteindre, par endroits, 50 mètres en 2050.

Un rempart contre l’océan… Cette parade illusoire ne convainc plus, alors que la puissance de l’érosion à l’œuvre sur une bonne partie des quelque 20 000 km de littoral français, alliée à la montée des eaux, fait reculer les dunes, effrite les falaises, engendre éboulements et submersion marine.

Le rythme du changement est encore loin d’être connu partout, mais l’expertise progresse. L’inquiétude aussi : au moins 22 % des côtes reculent, de 10 cm jusqu’à 8 m par an en moyenne. Aucun département côtier n’est épargné. La quasi-totalité des falaises de Seine-Maritime, par exemple, reculent. Sous l’effet répété de la houle, des tempêtes, du manque de sédiments et des déséquilibres produits par les ports, barrages et autres digues, 142 communes enregistrent un retrait de 50 cm par an, et dix-neuf de plus de 3 m, tandis que des fonds d’estuaire gagnent quelques centimètres. En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/01/12/le-littoral-francais-recule-de-maniere-acceleree_5061289_3244.html#UwE9cfT8f4Zx18Ui.99

 

 

François Arnal's insight:
Selon les services du ministère de l’environnement, le remodelage du littoral correspond à la disparition de 3 100 terrains de rugby en un demi-siècle, de 1949 à 2005, soit 26 km2. Malgré la menace, l’attrait des bords de mer n’a jamais été aussi fort. La densité de population y est 2,5 fois supérieure à la moyenne nationale, et 4 millions d’habitants supplémentaires y sont attendus d’ici à 2040. Un inextricable casse-tête pour l’aménagement du territoire.
more...
latournerie's curator insight, January 19, 5:13 AM
les littoraux : questions environnementales
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

2038 : les futurs du monde par Virginie Raisson

2038 : les futurs du monde par Virginie Raisson | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

L’an 2017 est là, mais l’ambition de 2038, les futurs du monde est de voir beaucoup plus loin, de sonder l’avenir et ce qu’il a à nous offrir. Son auteur, la géopoliticienne Virginie Raisson, ne se prend pourtant ni pour une pythie, ni pour une voyante : elle ne prévoit rien, mais elle porte la louable ambition d’aider ses lecteurs à comprendre les mutations en cours, à percevoir les signaux faibles du changement pour éclairer leurs choix et les aider ainsi à élaborer le futur.

Réalisé avec les membres du Lepac (le laboratoire qui prépare l’émission d’Arte, « Le dessous des cartes »), ce très bel ouvrage cherche ainsi à cartographier le présent et à le projeter dans les vingt-cinq ans à venir. Il compile un nombre impressionnant de données autour de thématiques très variées : le vieillissement de la population, les mobilités, les monnaies, la pêche, les données de masse, le tourisme…

François Arnal's insight:
La grande force de 2038, les futurs du monde est bien d’analyser les évolutions en cours dans toutes leurs dimensions, de manière globale mais aussi par des exemples précis et symboliques. Ainsi les marchés du cacao ou du sable permettent-ils d’illustrer les tensions entre l’émergence d’une classe moyenne planétaire de plus en plus nombreuse, et le contexte de changement climatique et de raréfaction des ressources et de l’espace.
L’autre force de l’ouvrage réside dans son esthétique très travaillée, jusqu’au moindre détail. Les cartes, graphiques, collages et autre photomontages ne sont pas toujours faciles à lire au premier coup d’œil, mais ils ont le mérite de ne jamais mésestimer la complexité du monde. Ils confèrent aussi à 2038, les futurs du monde un caractère avant-gardiste qui colle bien au sujet. Séverin Husson
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Faites vivre une géographie sensible avec le concours "Cartographie ton quartier"

Faites vivre une géographie sensible avec le concours "Cartographie ton quartier" | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
La géographie n'est pas une science froide. C'est une discipline qui bouscule les frontières disciplinaires et s'appuie sur les sensibilités. C'est la conviction de Sophie Gaujal, professeure d'histoire-géo à Boulogne Billancourt, qui relance cette année, avec l'appui de la Cité de l'architecture et en partenariat avec le Café pédagogique et l'IGN, le concours "Cartographie ton quartier".


Une géographie sensible

La consigne semble simple : les classes participant au concours doivent élaborer une représentation de leur quartier sous forme d'une carte postale sensible et exprimer leur point de vue.

" C'est une approche culturelle d'une géographie de l'habiter. Ca s'inscrit dans les programmes actuels qui ont introduit l'étude de l'espace proche", nous dit S Gaujal. " L'idée c'est de permettre aux élèves d'articuler une approche spontanée de la géographie avec les concepts que l'on apprend en classe. Habituellement les programmes privilégient une géographie mondiale. Là c'est l'occasion de leur montrer que la géographie est en prise avec leur quotidien". Cette représentation de leur espace quotidien s'accompagne de sortie sur le terrain. Elle est aussi l'occasion d'une prise de conscience citoyenne de l'aménagement de l'espace.

Cette année le concours ouvre une catégorie spéciale "Cartographie ton Grand Paris" avec la Société du Grand Paris pour les classes franciliennes.

François Arnal's insight:
" C'est une approche culturelle d'une géographie de l'habiter. ça s'inscrit dans les programmes actuels qui ont introduit l'étude de l'espace proche", nous dit S Gaujal. " L'idée c'est de permettre aux élèves d'articuler une approche spontanée de la géographie avec les concepts que l'on apprend en classe. Habituellement les programmes privilégient une géographie mondiale. Là c'est l'occasion de leur montrer que la géographie est en prise avec leur quotidien". Cette représentation de leur espace quotidien s'accompagne de sortie sur le terrain. Elle est aussi l'occasion d'une prise de conscience citoyenne de l'aménagement de l'espace.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

La ville de l'avenir sous le crayon des collégiens Concours Carto collège sur VisionsCarto

La ville de l'avenir sous le crayon des collégiens Concours Carto collège sur VisionsCarto | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Des esquisses qui réinventent le monde

Toutes ces cartes montrent le très bel effort d’imagination des élèves, qui ont réalisé là un travail de conception et de réalisation considérable.

Certaines peuvent être d’une facture un peu moins habile que d’autres, mais ça n’a aucune importance. Je passe mon temps à dire, au cours des ateliers de cartographie que j’ai la chance d’animer, que la qualité du dessin ne doit pas être un critère discriminant. La richesse de l’exercice cartographique, c’est avant tout l’idée et sa « mise en scène », quelle que soit la forme qu’elle prend au final. Après tout, nous évoluons sans cesse, nous aspirons à progresser, à faire mieux, un peu plus chaque jour… Et il est toujours facile — à postériori — d’améliorer ses premières « images de pensées ».

C’est pourquoi je ne suis pas très enthousiaste à l’idée d’être membre d’un jury de concours, au sein duquel nous avons l’extravagant pouvoir de qualifier ou disqualifier un projet sur des bases subjectives. Un dessin raté, une esthétique discutable peut dissimuler une bonne idée, une « intention cartographique » intéressante qui mériterait un débat participatif. Et c’est justement tout l’intérêt de la carte : qu’elle suscite des réflexions, de l’émotion et qu’on puisse en parler. Ensemble.

Toutes ces cartes, sans exception, font un usage intuitif et très intelligent — c’est surprenant, pour des élèves de cet âge — des trois composantes fondamentales de l’expression cartographique, l’approche « 3 + 1 ». Le 3, c’est les trois éléments symboliques qui font la carte : le ponctuel, la ligne et la surface (Kandinsky, dans son ouvrage « Point et ligne sur plan parle plutôt de « plan »). Le 1 représente tous les éléments qui renseignent le dessin, en d’autres termes, les identificateurs : toponymie, textes de légendes, titre, échelle, sources, etc.
François Arnal's insight:
L'an passé avec Philippe Rekacewicz, nous étions membres du concours carto sur la ville d'avenir, la ville imaginaire et imaginée par des élèves de collège. Philippe Rekacewicz nous livre ici ses impressions et son jugement sur ces excellents travaux d'élèves qui prouvent une nouvelle fois que le dessin et la carte ont toute leur place dans l'enseignement de la géographie
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Corse : défense du littoral. Conférence de presse suite à l’attentat contre une militante

Corse : défense du littoral. Conférence de presse suite à l’attentat contre une militante | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Dans la nuit du 20 au 21 novembre, une dirigeante d’U Levante a été la cible d’un attentat à l’explosif visant son domicile. Cet attentat aurait pu mettre sa vie en danger puisqu’elle occupait la maison au moment de l’explosion.


Nous souhaitons apporter les précisions suivantes :

La victime n’est pas seulement une « militante écologiste », elle est membre à part entière de la direction collégiale officielle de U Levante (qui compte 12 membres).
Notre amie dormait seule dans sa maison au moment de l’attentat.
Si elle s’était trouvée dans la cuisine, elle aurait pu être tuée car la porte de la cuisine a été projetée à l’intérieur de la pièce.
Juste avant l’explosion, un voisin a vu arriver, tous feux éteints, une voiture et une moto, et il en a témoigné devant les gendarmes. Il s’agit donc d’un attentat organisé, réfléchi, commis par plusieurs personnes, une œuvre de « professionnels ».

François Arnal's insight:
Un attentat à l'explosif en Corse du sud (Sotta) auprès d'une militante de association de défense de l'environnement U Levante a suscité un grand émoi. Les militants dénoncent la dérive mafieuse de l'île et la faible défense du littoral de la part des communes ou des préfectures.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Cartes et géodonnées suisses en ligne

Cartes et géodonnées suisses en ligne | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Consulter en ligne des cartes et des géodonnées de swisstopo

Le site map.swisstopo.admin.ch vous offre la possibilité de consulter gratuitement nos cartes ainsi que d’autres géodonnées. Les jeux de géodonnées proposés sont à jour et nous dotons régulièrement le visualiseur de nouvelles fonctions.
Capture d'écran du visualiseur de cartes map.swisstopo.admin.ch

La carte interactive vous donne accès à toute la palette de données numériques de swisstopo. Outre des cartes à toutes les échelles, le visualiseur vous permet d’afficher des photos aériennes actuelles ou historiques.

François Arnal's insight:
Le Géoportail suisse propose pour de nombreuses applications des modèles du territoire, des modèles d’altitude, des systèmes de référence, des frontières et des noms, ainsi que des informations sur les biens-fonds. Par ailleurs, la rubrique «Voyages dans le temps» permet de suivre l’évolution du territoire suisse au fil des cartes et des photos aériennes.

map.swisstopo.admin.ch regroupe actuellement quelque 150 couches de données, que nous actualisons et complétons en permanence. Par ailleurs, le visualiseur donne accès à de nombreux autres thèmes et jeux de données proposés par d’autres offices fédéraux. Vous pourrez également profiter de différentes fonctions qui faciliteront votre travail: des outils de mesure, de dessin ou de comparaison de deux sources de données sont à votre disposition.
more...
No comment yet.
Rescooped by François Arnal from Quoi de neuf sur le Web en Histoire Géographie ?
Scoop.it!

François Jarraud, la classe ! - Libération

François Jarraud, la classe ! - Libération | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Avant d’atterrir dans l’univers des conférences de presse, Jarraud, fils et frère d’instits, était prof d’histoire-géo dans un lycée privé parisien. Il aimait par-dessus tout son métier. On le devine un peu bourru, désordonné, un peu geek. Il faut voir ses yeux briller quand il raconte ses (géniaux) logiciels de géographie, programmés pendant les vacances d’été quand d’autres allaient à la plage. Il s’est lancé aussi tête baissée dans les balbutiements d’Internet, permettant à ses élèves de BEP de communiquer avec une classe de petites Anglaises («au début des années 90, c’était fou»). Puis, en 1995, son nouveau dada s’appelle Clionautes : il crée un réseau de profs d’histoire-géo connectés comme lui qui s’échangent les bonnes pratiques. «J’ai beaucoup appris.»


Via HG Académie de Rennes
more...
HG Académie de Rennes's curator insight, November 24, 2016 3:07 AM
Créateur d’un site référence sur l’actualité de l’Education nationale, cet ex-professeur (d'histoire géographie) est un stakhanoviste amoureux de l’innovation. Un très beau portrait qui souligne, s'il en était besoin, le remarquable travail de François Jarraud. A découvrir !