Géographie : les ...
Follow
Find
24.3K views | +12 today
 
Rescooped by François Arnal from Regarder le ciel
onto Géographie : les dernières nouvelles de la toile.
Scoop.it!

Le changement climatique va redessiner la carte mondiale des vins | Changement climatique, environnement & santé, risques

Le changement climatique va redessiner la carte mondiale des vins | Changement climatique, environnement & santé, risques | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
BORDEAUX - (AFP) - Nous sommes en 2050. Les amateurs de vin ne dédaignent pas s'offrir quelques caisses d'un cru de Suède. Un rêve scandinave?

Via regarderleciel
more...
No comment yet.
Géographie : les dernières nouvelles de la toile.
Last news on the web. Geography around the world. Les nouvelles de la géographie rassemblées par François Arnal
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

« Dessine-moi une île ! » - Visionscarto

« Dessine-moi une île ! » - Visionscarto | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

François Arnal mène depuis plusieurs années une expérience originale avec ses élèves : cartographier et dessiner un paysage, un lieu imaginaire, et se servir de ces représentations pour y appliquer le « raisonnement géographique ». Quelles sont nos perceptions spatiales individuelles ou collectives ? Peut-on leur appliquer les grilles d’analyse classiques de la géographie ? Comment mieux comprendre — à travers cet exercice — ce qu’est un objet géographique ?

 

 

François Arnal's insight:

L'article porte sur le travail réalisé avec les hypokhâgnes du lycée C Fauriel depuis de nombreuses années. En 2007, en hypokhâgne, l'imaginaire géographique ne faisait pas très sérieux dans cette docte institution. Depuis la géographie des représentations est reconnue à sa juste valeur et les exercices sur les cartes mentales sont validés par les chercheurs actuels. Le FIG2015 a pu en témoigner avec de nombreuses interventions sur ce thème. Pour ceux qui n' ont pu assister à la conférence ou qui souhaitent garder une trace de ce travail, l'article présente le point de mes réflexions et propose une sélection des dessins des étudiants en 2015.

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Irrespirable | ARTE

Irrespirable | ARTE | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Les récents débats sur le réchauffement climatique ont quelque peu éclipsé une tragédie aux conséquences immédiates : la pollution atmosphérique. Cette tueuse de masse est responsable de 7 millions de morts prématurées par an dans le monde, et d’un nombre incalculable de maladies. Chauffage urbain, transports routiers et rejets industriels contribuent à saturer l’air des métropoles de gaz et de particules fines si toxiques que les scientifiques parlent d’“airpocalypse” en devenir. La Chine et l’Inde, par exemple, sont en alerte sanitaire permanente. Une crise d’autant plus complexe que la pollution se déplace et ignore les frontières…

Nanoparticules et alerte maximale

Enquête d’une portée internationale, Irrespirable… dresse le bilan de santé d’une planète malade de ses excès, avec toute la rigueur requise par la gravité de la situation. Le documentaire s’attache à expliquer très clairement les différentes formes de pollution à travers les continents et leurs répercussions sanitaires, avec notamment les effets moins connus des pesticides émettant des particules déportées par les vents… vers les villes. À ce versant pédagogique répond un volet pratique, la journaliste et réalisatrice Delphine Prunault consignant certaines astuces pour échapper à l’asphyxie – notamment à Paris. S’interrogeant sur le manque de courage de certains élus, le documentaire évite le catastrophisme sans appel, mais recense les prises de conscience, qu’elles soient scientifiques ou politiques. À São Paulo, où un labo multiplie les autopsies, comme à Grenoble, où est étudié l’impact des émanations sur la natalité, le savoir progresse. Et les initiatives vertueuses se multiplient : Mexico et Londres ont su réduire leur dangerosité grâce à des mesures de circulation drastiques, quand Berlin reste la pionnière d’une politique verte d’envergure. Autant d’actions dessinant les contours d’un paysage mondial contrasté, entre laisser-faire coupable et initiatives prometteuses.

François Arnal's insight:

En lien avec le programme de kh^gne sur la Chine, ne manquez pas le reportage d'Arte sur la pollution atmosphérique dans les villes. La pollution atmosphérique est responsable de 7  millions de morts chaque année et d'un nombre incalculable de maladies. Chauffage urbain, transports routiers et rejets industriels contribuent à saturer l'air des métropoles de gaz et de particules fines si toxiques que les scientifiques parlent d'" airpocalyose ".

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

jeunes, bobos, coupables : et si on n'avait rien compris à la gentrification ? | watch | i-D

jeunes, bobos, coupables : et si on n'avait rien compris à la gentrification ? | watch | i-D | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Beaucoup d'encre a coulé sur le Sephora qui s'est installé rue du Faubourg du Temple. Belleville Hills est à la mode, en voici la preuve tangible. Déjà cet hiver, Vetements organisait un défilé de mode au Président, le restaurant chinois emblématique du quartier. Journalistes, sociologues et politiques s'en donnent à coeur joie pour décrier ce phénomène urbain qui embourgeoise les quartiers populaires parisiens et détruit sur son passage l'âme prolétaire qui y règne depuis toujours. Parmi les pourfendeurs, nombreux sont ceux qui y habitent, y vivent et aiment (à demi-mot) son éclectisme. Ce sont les premiers à courir les vernissages des artist-run spaces qui y fleurissent, à boire en terrasse des troquets qui brassent les générations et à s'émerveiller devant les boucheries halal et les karaoké chinois. Alors quoi ? Où se cache le mauvais gentrifieur et qui est-il ?

Pour Anne Steiner, maître de conférences en sociologie à Paris Ouest Nanterre, le coupable n'est pas nécessairement celui qu'on croit. La sociologue s'est longuement penchée sur la fonction sociale du café dans les quartiers populaires, elle est notamment l'auteure de Belleville Cafés, publié aux éditions de L'Échappée. Rencontre.
François Arnal's insight:

Faut-il que la gentrification ait des responsables et des victimes et sont-ils ceux que l'on croit ? Un entretien avec la sociologue Anne Steiner revient sur la gentrification de Belleville et sur le rôle central des cafés.

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Paris outragé : une ville face aux risques du monde

Paris outragé : une ville face aux risques du monde | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
La «capitale des abominations» stigmatisée par Daech, c’est la métropole cosmopolite, qui offre justement des ressources majeures pour inventer une nouvelle modernité. La ville européenne, modèle de vivre ensemble ?

 

Le peuple de Paris, aujourd’hui comme le 11 janvier, a fait savoir qu’il est blessé mais bien vivant : fluctuat nec mergitur. Cet événement vient de l’extérieur, mais il ne se produit pas par hasard. Pour le comprendre, il faut aussi considérer l’état de la société française et la conjoncture mondiale. En Ile-de-France, qui produit 30 % du PIB français, la région ne dispose que moins de 1 % du PIB pour lutter contre les injustices créées à la fois par l’Etat central (à travers un système scolaire parmi les plus inégalitaires) et par les communes, qui ont organisé depuis des décennies les ségrégations intra-urbaines. Dans l’aire urbaine de Paris, les pauvres sont encore plus pauvres qu’ailleurs, et ce sont les couches populaires qui prennent de plein fouet le coût supplémentaire du métabolisme métropolitain, en particulier par le prix foncier, qui pèse sur tous les budgets des habitants. Or, depuis vingt ans, qu’on le rencontre en banlieue parisienne ou dans d’autres périphéries urbaines, le profil type du terroriste se confirme : le plus souvent jeune garçon issu des banlieues populaires, d’origine étrangère, en échec scolaire, immergé précocement dans un univers de trafics et de délinquance. Il est d’abord le produit de l’effondrement du monde ouvrier, un événement qui touche tout autant leurs antagonistes apparents, les «Français de souche», souvent eux aussi d’origine étrangère, et ayant obtenu de justesse, et sans garantie de durée, leur ticket d’entrée dans la «classe moyenne».

 

François Arnal's insight:

Défini par J Lévy et M Lussault comme le lieu de la "coprésence", la ville ou du moins "l'urbain" est aujourd'hui au cœur des attaques terrorises. Quelle analyse les 2 géographes de l'Europe et de l'urbain font-ils des attentats du 13 Novembre ? En quoi la ville cosmopolite, la classe créative et le vivre ensemble sont-ils visés ? C'est ce que tente de répondre les 2 auteurs contemporains du Dictionnaire de la Géographie et de l'Espace des Sociétés.

more...
No comment yet.
Rescooped by François Arnal from Géographie des mers et des océans
Scoop.it!

Impacts de l’élévation du niveau marin sur l’évolution future d’un marais maritime endigue : le domaine de Graveyron, bassin d’Arcachon (France) (#VertigO)

Impacts de l’élévation du niveau marin sur l’évolution future d’un marais maritime endigue : le domaine de Graveyron, bassin d’Arcachon (France) (#VertigO) | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Le Domaine de Graveyron, situé sur la rive orientale du bassin d’Arcachon, est un ensemble de marais maritimes endigués couvrant une superficie de 135 ha. Ce site, qui a été racheté par le Conservatoire du Littoral en 1998, présente une grande richesse écologique et paysagère. En effet, il abrite des espèces végétales protégées, comme le Triglochin barrelieri et sert de lieu de refuge et de reproduction pour de nombreuses espèces d’oiseaux. Mais les digues qui entourent le Domaine se détériorent et la partie frontale du marais est submergée lors des marées hautes. Plusieurs simulations réalisées à partir d’un modèle numérique de terrain montrent que l’élévation du niveau marin pourrait entraîner la submersion de l’ensemble du Domaine d’ici la fin du siècle. Une des conséquences pourrait être la substitution du marais salé au marais doux et donc une perte de la biodiversité végétale. Cependant, nous ne pouvons pas exclure le fait que les flux sédimentaires autour du marais puissent contribuer à la reconstitution du schorre et ainsi, contrecarrer les effets submersifs de la montée de l’océan.


Via Bénédicte TRATNJEK
more...
No comment yet.
Rescooped by François Arnal from Décentralisation et Grand Paris
Scoop.it!

Les treize nouvelles régions visualisées sans carte

Les treize nouvelles régions visualisées sans carte | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Exploration du nouveau découpage régional à travers différents critères.

Via Andre Torre, Sylvain Rotillon
François Arnal's insight:

en complément des cartes du Monde (compilées dans le Monde du week-end du 5/6/12/2015)

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Les tsunamis verticaux, une épée de Damoclès au-dessus de la tête des Népalais

Les tsunamis verticaux, une épée de Damoclès au-dessus de la tête des Népalais | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Plus on monte en altitude, plus le réchauffement climatique s'aggrave. Avec huit des quatorze plus hauts sommets du monde, le Népal redoute ces tsunamis verticaux provoqués par la fonte des glaces. Dans le cadre de la COP21, Ang Tshering Sherpa alerte le monde sur cette catastrophe imminente.

« Quand j'étais enfant, mes copains et moi allions jouer au bord des petits lacs d'altitude de l'Himalaya, à 5 000 mètres et au-delà. Notre jeu préféré, c'était de pousser nos yaks sur l'eau glacée et de rigoler en les voyant se casser la figure… Aujourd'hui, ces petits lacs ne gèlent plus. Avec la fonte des neiges et des glaciers de haute altitude, ils se sont transformés en d'immenses réservoirs d'eau noirâtre. Si rien n'est fait pour lutter contre le réchauffement climatique, cette énorme masse liquide va dévaler des montagnes et décimer des villages entiers. Dans très peu de temps – ça peut arriver demain, dans un an, dans deux ans… –, le Népal va connaître des tsunamis verticaux. Et pourtant, personne n'en dit mot. »
François Arnal's insight:

Ang Tshering Sherpa et est considéré, par les travailleurs d'altitude comme par l'ensemble du peuple sherpa, comme le porte-parole le plus légitime et éclairé de sa communauté.Il a décidé de faire le voyage jusqu'à Paris pour venir porter la parole des Sherpas et des Népalais dans le cadre de la COP21. Avec le recul des glaciers, des lacs de barrage morainique se forment risquant de se briser et de déclencher en aval de véritables tsunamis qui menacent les vallées peuplées. Dans les années 1960, l'eau de fonte du glacier Imja a commencé à s'accumuler créant le lac Imja Tsho. Une étude de 2009 décrit ce lac d'eau de fonte comme l'une des plus fortes croissances dans l'Himalaya.

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

ENVIRONNEMENT Gilles Clément: «Le jardinier est le magicien de notre temps»

ENVIRONNEMENT Gilles Clément: «Le jardinier est le magicien de notre temps» | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

ENVIRONNEMENT Gilles Clément: «Le jardinier est le magicien de notre temps»
Publié le 10/10/2015, Le Courrier picard.

Les jardins peuvent s’adapter au changement climatique, selon Gilles Clément, jardinier et paysagiste. Pour cela, il faut faire confiance au « génie végétal ».

Le changement climatique n’épargne pas les jardins, mais il faut s’adapter, explique Gilles Clément. « La confiance totale dans la technologie humaine est dangereuse », a expliqué le paysagiste, jardinier, écrivain, devant un auditoire de professionnels réunis à l’abbaye de Valloires, vendredi 2 octobre. Valloires, dont il a recréé les jardins, en 2003, en en faisant un sanctuaire pour la collection de 5000 plantes du monde entier, issues de la collection du pépiniériste Jean-Louis Cousin.

 

Le changement climatique est indéniable. Gilles Clément a cité l’exemple d’un palmier chinois, venant d’une région assez chaude de Chine, qui a été trouvé à Tokyo, au Japon, dans un endroit où l’homme n’est pas intervenu pendant plusieurs années : preuve que la température à Tokyo s’est réchauffée. C’est le « brassage planétaire », mais cela n’a rien de neuf, même si les causes sont différentes. « Les plantes ont toujours voyagé », a rappelé Gilles Clément. « Le jardin est la cause fondamentale du brassage planétaire. L’homme y a cultivé de nombreuses plantes exotiques : la tomate et les pommes de terre sont d’origine américaine ».

 

Que faire face au changement climatique ? S’adapter. Comme les Japonais, qui n’hésitent pas à employer un gazon jaune qui ferait hurler un Anglais attaché à sa verte pelouse. « On est prisonnier d’un modèle culturel mais il faut désormais proposer un gazon en accord avec le manque d’eau », insiste Gilles Clément. C’est valable aussi pour les plantes dites envahissantes. D’abord, le paysagiste remarque que ces plantes prospèrent sur des sols que l’homme a « cassés ». Et de citer la jussie, plante mise à l’index, qui pousse dans des marais autrefois asséchés pour y cultiver du maïs : « On a laissé tomber le maïs, remis de l’eau pourrie, et après on se plaint que la jussie s’adapte. » Un point de vue iconoclaste dans le milieu des paysagistes et horticulteurs. Par exemple, la berce du Caucase est décriée partout : si on la touche, on ressent des brûlures à cause d’une toxine qui réagit à la lumière. Gilles Clément la laisse pousser dans son jardin, ainsi que dans les jardins de Valloires. « Elle est exogène, certes, mais expansive seulement dans les milieux profonds et humides », relativise Gilles Clément. « Je la jardine chez moi, elle est très belle et utile, car elle attire les insectes. Je la circonscris dans un endroit de mon jardin ». Il suffit de ne pas y toucher sans gants.

François Arnal's insight:

A l'heure du changement climatique et des interrogations sur le relation home nature, le jardinier apporte des réponses : s'adapter, faire le plus possible avec la nature, le moins possible contre. Gilles Clément dans les jardins qu'il expérimente et qu'il dessine met son principe de jardin naturel et d'écologie humaniste à jour et sans cesse laisse la nature réinventer des solutions et nous proposer ses dynamiques et son mouvement.

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Jardins, paysage et génie naturel Par Gilles Clément

Jardins, paysage et génie naturel Par Gilles Clément | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Parler du jardin ou du paysage dans le cadre du Collège de France, c’est envisager le jardin et le paysage comme un ensemble susceptible d’être enseigné sous la forme de cours. De mon point de vue, le jardin ne s’enseigne pas, il est l’enseignant. Je tiens ce que je sais du temps passé à la pratique et à l’observation du jardin. J’y ajoute les voyages, c’est-à-dire la mise en comparaison des lieux que l’homme habite et dans lesquels il construit à chaque fois un rapport au monde, une cosmologie, un jardin. J’y ajoute encore les rencontres, la diversité des pensées, la surprise, l’ébranlement des certitudes. Ces pratiques de terrain auxquelles je dois tout s’appuient néanmoins sur un alphabet du savoir, ce à quoi chacun de nous devrait avoir accès et que, précisément, on appelle des cours, nécessaires pour accéder à l’expérience.

 

Aussi me suis-je demandé comment on pouvait dispenser un savoir presque tout entier issu de la confrontation avec le terrain sous une autre forme que celle de l’atelier. L’atelier : un assemblage d’énergies croisées où les enseignants, « enseignés » par les étudiants et par le terrain lui-même, se contentent de réajuster les trajectoires de la puissance créative pour renforcer la cohérence et la clarté de la pensée. Aussi je remercie le Collège de France, et plus particulièrement Philippe Descola, de m’avoir invité à un exercice nouveau : faire passer le champ de nos hésitations à ceux qui, venus en étudiants, pourraient, à la fin, se découvrir jardiniers.



Je parle de jardiniers et non de paysagistes, ou de techniciens de l’environnement, bien que les fonctions correspondant à ces profils soient liées entre elles. En composant le jardin, le jardinier crée un paysage ; en l’accompagnant dans le temps, il fait appel aux techniques de maintenance horticoles et environnementales. Il couvre le champ de la complexité des fonctions assumées séparément par le paysagiste et le technicien, mais avant tout il s’occupe du vivant. Cette charge singulière le démarque de tous les acteurs de l’espace public : les architectes, les urbanistes, les artistes, les aménageurs divers et, bien sûr, les paysagistes. S’il n’est pas nécessaire de faire appel au vivant pour construire un paysage, il est impensable de s’en passer dans un jardin. Pour cette raison, j’utiliserai plus souvent le terme de jardinier que celui de paysagiste. Cela se comprend ainsi : le paysagiste règle l’esthétique changeante du jardin (ou du paysage) ; le jardinier interprète au quotidien les inventions de la vie, c’est un magicien.

 

L’un et l’autre se complètent, mais pour des raisons historiques récentes qui bouleversent le rapport de l’humanité à son habitat, on ne peut concevoir le rôle du paysagiste cantonné à la seule construction formelle ou fonctionnelle de l’espace en faisant abstraction de la dimension biologique, à moins d’en faire un simple designer, ce qu’il n’est pas.

François Arnal's insight:

La leçon inaugurale de Gilles Clément au Collège de France est accessible dans son entier, elle a été prononcée le Jeudi 1 Décembre 2011, et représente la synthèse des réflexions du jardinier paysagiste le plus influent à l'heure actuelle. Ingénieur horticole de formation, entomologiste, il est surtout paysagiste enseignant et conférencier, auteur de nombreux ouvrages et essais.

Les étudiants en géographie y retrouveront trois définitions utiles : Jardin, paysage, environnement.

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Lyon championne des villes attractives devant Paris et Toulouse

Lyon championne des villes attractives devant Paris et Toulouse | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
C'est ce qui ressort du palmarès des métropoles françaises publié ce mardi par le cabinet PwC.

Les Lyonnais l'affirment depuis des décennies ; le cabinet PwC le confirme ce mardi matin dans son palmarès des treize métropoles françaises : la capitale des Gaules est plus attractive que Paris. Toulouse suit en troisième position, devant Bordeaux, Strasbourg, Lille et Nantes. Huitième, Grenoble se classe devant Rennes, Aix-en-Provence et Montpellier. Enfin, Nice, Marseille, Rouen et Brest ferment la marche.

Les consultants de PwC, qui mesurent régulièrement l'attractivité des principales villes mondiales, ont adapté leur modèle aux treize métropoles du territoire nées, pour l'essentiel, dans le cadre de la réforme territoriale avec la loi Maptam. Ils s'appuient sur 60 indicateurs, réunis en 13 familles qui permettent d'établir trois grands classements - « potentiel et connexion au monde », « qualité et cadre de vie », « capital économique ». Additionnés, les points obtenus dans chacune de ces catégories définissent le classement général étendu à quinze villes pour tenir compte de probables évolutions à venir.
François Arnal's insight:
L'idée est de leur permettre de cerner les atouts des villes et d'identifier « des axes d'amélioration par rapport aux autres grandes agglomérations de rang national, européen et international ». Les conseils régionaux issus des prochaines élections pourront aussi en tirer profit, car l'alerte est sérieuse pour plusieurs villes, à commencer par Paris et sa région. Une chose est déjà sûre, cette étude confirme une tendance, en France : il n'y a plus d'opposition nord-sud.
En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/journal20151201/lec2_entreprise_et_marches/021519866765-lyon-championne-des-villes-attractives-devant-paris-et-toulouse-1180340.php?tEMiDoqmVjUiG8Yh.99#xtor=EPR-7-%5Bmatinale%5D-20151201-%5BProv_%5D-1925702%402
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Institut des Hautes Etudes pour la Science et la Technologie

Institut des Hautes Etudes pour la Science et la Technologie | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Genèses de l'Europe par Heinz Wismann

Le discours sur l’identité européenne sonnera creux tant qu’il ne parviendra pas à s’articuler autour d’un contenu identifiable. Or aucun des traits substantiels qu’on a pu retenir pour définir cette identité n’échappe à l’objection de figer une réalité essentiellement mouvante. Aussi faut-il se rendre à l’évidence que l’Europe n’est pas une réalité donnée, inscrite dans l’ordre naturel des choses, mais une création humaine, réalisée par les habitants, autochtones ou immigrés, du minuscule promontoire de l’immense continent asiatique, qui a reçu le nom d’Europe.

Cela ne veut pas dire qu’il n’y ait pas de réalités européennes, mais celles-ci sont toutes des réalisations historiques, soumises aux vicissitudes du temps, se trouvant tantôt abandonnées (les vestiges), tantôt conservées en l’état (le patrimoine), tantôt assumées et prolongées, d’époque en époque, comme gages d’un avenir à inventer (les traditions). Quand on les relie entre elles, c’est un certain esprit, à la fois principe de pensée et principe d’action, dont il convient de cerner la spécificité, afin de déterminer ce qu’il y a d’européen dans les réalités européennes. Pour le dire autrement, l’Europe n’est pas issue d’un gène naturel, mais née d’un geste intentionnel. Ce geste est celui de la séparation (« krisis » en grec ancien, dont dérivent les notions de crise et de critique), qui trouve son expression symbolique dans la légende du rapt d’Europe, fille d’un roi d’Asie mineure, que Zeus, transformé en taureau, emmène dans l’île de Crète pour y engendrer les premiers « Européens ».
En partant de ce constat, on peut tenter de repérer les principales ruptures dont l’enchaînement constitue comme la trame d’une identité en perpétuel devenir.

 

François Arnal's insight:

Retrouvez Heinz Wismann, Philosophe, directeur d'étude à l'EHESS, récemment venue au Lycée C Fauriel.

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Géographie des émotions 2016 - Département de Géographie de l'ENS

Géographie des émotions 2016 - Département de Géographie de l'ENS | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Descriptif

Qu’est ce qui fait qu’un espace nous attire, nous effraie ou bien encore nous attriste ? Pourquoi tels espaces sont associés au plaisir, à la peur, au dégoût, à la tristesse, etc. ? Dans le cadre de ce séminaire, nous nous demanderons ce que les émotions permettent, au géographe, de comprendre à la manière dont on pratique et on se représente les espaces et nous envisagerons, en retour, ce que la géographie et les géographes peuvent avoir à dire sur les émotions. Comment le géographe peut-il rendre compte de ses émotions et de celles des autres ? Les émotions sont-elles un simple biais des enquêtes de terrain qui seraient certes à prendre en compte mais toujours en vue de les dépasser ou constituent-elles, au contraire, un objet d’étude géographique à part entière ? Ce séminaire vise à poser les bases d’une géographie (française ?) des émotions.
François Arnal's insight:

Pauline Guinard et Bénédicte Tratnjek nous proposent un cycle de conférences originales entre Janvier et Mai 2016

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Des lieux et des émotions. Les attentats du 13 novembre à Paris et leur suite.

Des lieux et des émotions. Les attentats du 13 novembre à Paris et leur suite. | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Les événements tragiques qui ont affecté Paris et Saint-Denis vendredi 13 novembre ont suscité une émotion considérable, non seulement en France mais dans le monde entier. Me rendant à Bordeaux le 15 novembre pour assister – comme tous les ans – au Festival du film d’histoire à Pessac, j’ai ressenti une atmosphère très particulière ce dimanche matin dans le hall de la gare Montparnasse : beaucoup de monde en partance mais un calme surprenant et beaucoup d’empathie dans les attitudes et les conversations. A mon arrivée en Gironde, j’apprends que le Festival de Pessac, qui devait se dérouler cette année sur le thème du Proche-Orient, était finalement « reporté » pour des raisons de sécurité. Lundi 16 novembre, à midi, s’est tenue à Pessac comme dans toute la France une cérémonie, simple et brève mais très émouvante, pour rendre hommage aux victimes des attentats de Paris. L’après-midi, me promenant à Bordeaux près de l’Ecole nationale de la magistrature, je constate que plusieurs personnes, à la fois émues et volontaires, sont présentes sur l’un des lieux où la compassion spontanée s’est traduite par des bougies allumées, des fleurs et des inscriptions de solidarité. Je pense alors au sujet du dernier café géographique qui s’est tenu le 13 octobre dernier à Paris : « Géographie des émotions, émotions des géographes ». 

Publié par Daniel Oster, le 21 novembre 2015

François Arnal's insight:

« Géographie des émotions, émotions des géographes ». Ce thème avait été choisi pour saluer l’initiative du département de géographie de l’ENS (Ulm) d’organiser un séminaire sur les émotions. Citons des extraits de la présentation faite par Pauline Guinard et Bénédicte Tratnjek, les deux responsables du séminaire :

 

« Dans le cadre de ce séminaire, nous nous demanderons ce que les émotions permettent, au géographe, de comprendre à la manière dont on pratique et on se représente les espaces et nous envisagerons, en retour, ce que la géographie et les géographes peuvent avoir à dire sur les émotions.

Comment le géographe peut-il rendre compte de ses émotions et de celles des autres ?

Les émotions sont-elles un simple biais des enquêtes de terrain qui seraient certes à prendre en compte mais toujours en vue de les dépasser ou constituent-elles, au contraire, un objet d’étude géographique à part entière ? «

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

France, ton littoral fout vraiment le camp - Journal de l'environnement

France, ton littoral fout vraiment le camp - Journal de l'environnement | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
France, ton littoral fout vraiment le camp
Le 04 février 2016 par Romain Loury

Plus d’un cinquième des côtes françaises sont en recul, du fait de l’érosion du littoral. En 50 ans, le pays a ainsi perdu 26 km2 de territoire métropolitain, selon un rapport du Centre d’études et d’expertises sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema) publiées mercredi 3 février.

Du fait de facteurs naturels, mais aussi humains (artificialisation du littoral, barrages en eau douce, etc.) et de la montée du niveau de la mer, le trait de côte évolue. Si le phénomène est bien connu, il n’avait jamais été étudié sur l’ensemble du territoire français. Ce que vient de faire le Cerema, chargé par le ministère de l’écologie de dresser un état des lieux, dans le cadre de la Stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte (2012-15).

22% des côtes métropolitaines

Pour cela, le Cerema a mis au point un indicateur national de l’érosion côtière, mis à disposition sur le site du ministère sous forme de cartes et de données géoréférencées. Mis en place pour la métropole, bientôt pour l’outre-mer, il permet d’analyser l’évolution du trait de côte au cours des dernières décennies, à l’échelle 1/100.000.

Selon une synthèse des premiers résultats, 22% des côtes métropolitaines, hors Corse et outre-mer, sont en recul, avec des vitesses allant de 0,1 à 8 mètres par an. «C’est ainsi l’équivalent de 3.100 terrains de rugby perdus en 50 ans du fait de l’érosion, soit 26 km2 de territoire métropolitain entre 1949 et 2005», selon un document publié par le ministère de l’écologie.

François Arnal's insight:

La France métropolitaine compte donc 650 km de côtes en recul, dont plus de 270 km à une vitesse supérieure à 50 centimètres par an. En revanche, 430 km de côtes «s’engraissent», selon un phénomène opposé à l’érosion, l’accrétion. Ce sont les côtes dites d’accumulation (de sédiments), dont les plages sableuses, qui sont en toute logique les plus dynamiques: 39% sont en érosion, 31% en accrétion.

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Le vignoble bordelais veut réduire son empreinte carbone

Le vignoble bordelais veut réduire son empreinte carbone | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Bien visible en bordure de vignes, l’hôtel à insectes, une petite maison de bois aux alvéoles comme autant de chambres destinées à accueillir diptères, abeilles isolées ou encore chrysopes, des insectes délicats aux ailes translucides. Au sol, l’intense végétation, phacélie, rumex et trèfle incarnat, témoigne de la volonté de laisser la biodiversité s’exprimer entre les rangs de ceps. A Marcillac (Gironde), au nord de Bordeaux, Les Vignerons de Tutiac, une coopérative regroupant 500 producteurs en bordeaux, côtes-de-bourg et blaye-côtes-de-bordeaux, jouent la carte environnementale.

Ici, dans la parcelle expérimentale, non loin de la cuverie et du chai à barriques, l’usage des engrais verts réduit la quantité d’intrants chimiques. Les espèces végétales permettent d’apporter une matière organique fraîche, de fixer l’azote de l’air et de le restituer au sol. La couverture végétale limite également l’érosion et le lessivage des sols.

Chez les viticulteurs adhérents, quatre kilomètres de haies ont été plantés le long des parcelles pour protéger les cours d’eau et les zones à risque comme les écoles des contaminations dues à la dérive des produits pulvérisés.
François Arnal's insight:

Les vignerons du Bordelais qui commercialisent chaque seconde 22 bouteilles par le monde, prennent conscience de la préservation environnementale. sans se convertir tous au bio qui demande une adaptation difficile, la question des limitations du bilan carbone est au coeur des préoccupations.Le vignoble bordelais va devoir s'adapter à un climat plus chaud et plus sec à l'avenir qui risque de compromettre la qualité des vins et nécessiter le changement des cépages.

more...
No comment yet.
Rescooped by François Arnal from Agir pour la biodiversité !
Scoop.it!

Cafés Géo de Toulouse : Les animaux sauvages, ennemis des hommes ?

Cafés Géo de Toulouse : Les animaux sauvages, ennemis des hommes ? | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

« Les animaux sauvages, ennemis des hommes ? », débat animé par Farid BENHAMOU (Géographe, ENGREF) le mercredi 23 avril 2014 à 18h30 au Bistrot de Julie (4 Allée Paul Feuga – 31000 TOULOUSE


Via Pescalune
François Arnal's insight:

Spéciale dédicace pour Nassimo B...

more...
Nassimo Berland's curator insight, December 23, 2015 3:52 PM

Les loups ne sont pas les seuls mal-aimés du règne animal...

 

Merci à F. Arnal (http://www.scoop.it/t/la-chine-societes-territoires-environnement)

Scooped by François Arnal
Scoop.it!

La Grande-Motte: les vacances de monsieur Spock

La Grande-Motte: les vacances de monsieur Spock | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Longtemps considérée comme infréquentable, surtout en période estivale, la cité balnéaire recèle de trésors architecturaux futuristes. S’y échapper à l’automne est la promesse d’une télétransportation dans le postmodernisme des années 60, à mi-chemin entre «Star Trek» et «Cosmos 1999».

En arrivant par la Petite Camargue, elles émergent une à une de la canopée de pins. Une boule se noue dans la gorge : pour qui a grandi dans la région durant les années 80, ces pyramides de béton restent cet épouvantail que brandissaient les parents, celui de «ces verrues» qui «défigurent notre beau littoral» : 100 % infréquentable.

Aujourd’hui ces années-là sont loin, et on a depuis appris que l’amour de l’architecture autorise toutes les relectures, même celles des plus épouvantables terreurs parentales. Pas d’épiphanie sans exorcisme : seul contre tous, un jour piquant de fin d’automne, on décide parfois d’aller donner sa chance à la Grande-Motte, 8 500 habitants l’hiver, 4 millions de tongs et plusieurs milliards de mojitos tièdes en été. Pour aller simplement la déguster comme elle le mérite, hors-saison, quand le tourisme paniniphage ne parasite plus le visionnaire geste architectural de cette station balnéaire labélisée Patrimoine du XXe siècle en 2010.

François Arnal's insight:

La Grande Motte est l'exemple de station balnéaire née de la Mission Racine critiquée dans un premier temps pour son audace architecturale et reconnue actuellement pour son unité. Longtemps associée à tort à la bétonisation du littoral languedocien, la station pensée dans son intégralité atteint aujourd'hui sa maturité et émerge d'une forêt de pins parasols, là où il n'y avait que marécages dans les années 60. Le seul reproche que l'on peut lui faire aujourd'hui est sa trop grande proximité avec le rivage. Aujourd'hui la station serait construite un peu plus en retrait.

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Cartes de Cassini en couleur en grand format

Cartes de Cassini en couleur en grand format | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Les cartes de Cassini

 

Sur le site de la BNF les cartes du XVII° siècle en haute définition.

more...
No comment yet.
Rescooped by François Arnal from Quoi de neuf sur le Web en Histoire Géographie ?
Scoop.it!

Jacques Lévy : «Les présidents de région auront intérêt à reconnaître l’autonomie de leur métropole»- Les Echos

Jacques Lévy : «Les présidents de région auront intérêt à reconnaître l’autonomie de leur métropole»- Les Echos | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

prèsVous êtes pour le moins sceptique sur l’aboutissement de la réforme des régions. Pourquoi ?
Je suis en train de réaliser une enquête pour le Commissariat général à l’égalité des territoires auprès de la population, qui montre à quel point les Français ne se sentent pas concernés par cette question des grandes régions. Autant ils se sentent impliqués au plan local, autant ils ne perçoivent aucun rapport de la région avec leur vie. Ce sont pourtant les deux échelons pertinents pour chaque individu. Le local est l’échelon du temps court, du quotidien, la France se découpe en 800 espaces regroupant 90 % de la population, organisés en aire urbaine avec un centre, des banlieues et une couronne périurbaine. De 100 à 200 espaces supplémentaires dessinent une France locale à 1.000 pays. La région, c’est l’échelon du temps long, de la vie de ses habitants, qui peut être défini comme le plus petit espace dans lequel l’ensemble des ressources utiles au développement individuel à l’échelle de la vie se trouve présent. Le découpage, tel qu’il a été fait, n’est pas parti des besoins des habitants. Pour qu’une région fasse sens, il lui faut aussi des ressources objectives, comme la présence d’une métropole, mais aussi des ressources subjectives, c’est-à-dire une mémoire commune et un projet. Là encore, il y a des aberrations et quelques ensembles cohérents.


Via HG Académie de Rennes
François Arnal's insight:

acques Lévy, géographe et urbaniste, professeur à l’Ecole polytechnique de Lausanne, fait partie de ces experts convaincus que la croissance est tirée essentiellement par les métropoles, comme Philippe Martin ou Laurent Davezies. Dans ce contexte, les nouvelles régions peu dotées en budget et mal calibrées gagneraient à s’appuyer sur leur métropole. Une réflexion de Jacques Levy toujours utile, à découvrir à la veille des élections régionales ! (d'après Académie de Rennes HG)

more...
HG Académie de Rennes's curator insight, December 5, 2015 2:48 AM

Jacques Lévy, géographe et urbaniste, professeur à l’Ecole polytechnique de Lausanne, fait partie de ces experts convaincus que la croissance est tirée essentiellement par les métropoles, comme Philippe Martin ou Laurent Davezies. Dans ce contexte, les nouvelles régions peu dotées en budget et mal calibrées gagneraient à s’appuyer sur leur métropole. Une réflexion de Jacques Levy toujours utile, à découvrir à la veille des élections régionales !

Scooped by François Arnal
Scoop.it!

L’homme jardin, Gilles Clément

L’homme jardin, Gilles Clément | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it



Préférant la vie à la forme, il est le grand libérateur de nos espaces verts. A Meyrin, une exposition développe ses concepts révolutionnaires. Il y donne une conférence mercredi

Les trains suisses sont parfois en retard. Nous devons accueillir Gilles Clément à l’arrivée de son TGV et notre propre train se traîne entre Lausanne et Genève. Nous le retrouvons à peine plus inquiet qu’un oiseau sur sa branche guettant l’horizon. Le plus célèbre des jardiniers paysagistes vient vernir Toujours la vie invente, l’exposition qu’accueille Forum Meyrin sur son travail. Il a voyagé avec la commissaire du projet, Dominique Truco, directrice artistique de la VIIe Biennale internationale d’art contemporain de Melle. Nous nous asseyons devant trois tasses bien rouges de cynorrhodon et d’hibiscus. De quoi engager une conversation très végétale.

Il nous raconte comment le jardin est arrivé dans sa vie. Dans sa Creuse natale, il a commencé à s’occuper du jardin de ses parents – un père négociant en vins, une mère qui reprisait à domicile. «J’avais entre 13 et 15 ans, mon père a trouvé que je m’en occupais bien.» Mais à l’école, c’est plus difficile. L’adolescent ne se sent simplement pas concerné. Jusqu’à ce qu’une professeur de sciences naturelles lui fasse découvrir le métier de paysagiste. «J’ai donc fait des études d’ingénieur horticole, un cursus assez long, mais je savais pourquoi je travaillais.»

François Arnal's insight:

Alors que Gilles Clément a choisi de ne plus donner de conférences pour 2016, ces derniers propos nous sont précieux. Reprenant les thématiques qui lui sont chères comme la relation jardin paysage environnement, Gilles Clément revient sur le Jardin en mouvement concept mis au point dans la Creuse (La Vallée) ou le brassage planétaire.

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Gilles Clément, philosophe, paysagiste : "J’aime les jardins en mouvement"

Gilles Clément, philosophe, paysagiste : "J’aime les jardins en mouvement" | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

© Didier Coupy / Signatures

 

Gilles Clément, vous êtes connus en France et dans le monde entier pour la création d’étonnants jardins. D’où vous vient cette passion ?


Gilles Clément : Mes réflexions sont le fruit de trente années de travail et de voyages. En parcourant le monde, j’ai pris conscience à quel point la planète est « anthropisée », transformée partout par l’humain. Il faut parler d’un « jardin planétaire », très loin du rêve de nos petits jardins clos, comme celui du jardin d’Éden. Mais désormais, c’est la planète tout entière qui est ceinte !

 

Et c’est là que nous partageons un même espace de vie…
G. C. : Quand on contemple un paysage de bord de mer, on voit à quel point nous appartenons à un même espace. Nous sommes, par exemple, « dans » l’eau. L’eau de la mer, bien sûr, qui est à nos pieds, mais aussi cette eau qu’on ne voit pas, dans le nuage d’humidité non condensée où nous évoluons. Et puis, il y a cette eau que nous buvons, qui en dit long sur nos interrelations. Il n’y a qu’une eau pour tous.


Gilles Clément : Mes réflexions sont le fruit de trente années de travail et de voyages. En parcourant le monde, j’ai pris conscience à quel point la planète est « anthropisée », transformée partout par l’humain. Il faut parler d’un « jardin planétaire », très loin du rêve de nos petits jardins clos, comme celui du jardin d’Éden. Mais désormais, c’est la planète tout entière qui est ceinte !

Et c’est là que nous partageons un même espace de vie…
G. C. : Quand on contemple un paysage de bord de mer, on voit à quel point nous appartenons à un même espace. Nous sommes, par exemple, « dans » l’eau. L’eau de la mer, bien sûr, qui est à nos pieds, mais aussi cette eau qu’on ne voit pas, dans le nuage d’humidité non condensée où nous évoluons. Et puis, il y a cette eau que nous buvons, qui en dit long sur nos interrelations. Il n’y a qu’une eau pour tous.

 

François Arnal's insight:

L'article et l'entretien permet aussi de visionner 3 vidéos :

Gilles Clément sur le jardin planétaire et le jardin en mouvement.

A propos du Parc A Citroën à Paris.

Les rendez vous du futur.

Pour G Clément,, un jardinier doit d’abord être un naturaliste, quelqu’un capable de reconnaître ses plantes et de les choisir. C’est aussi un plasticien : il donne une forme à ce qui pousse. Enfin, c’est un homme qui travaille dans la durée.

De cette manière seulement, on sort d’une vision traditionnelle de ces espaces, où ce qui est d’abord visé, c’est de faire « propre ». Un héritage, sans doute, du jardin à la française ou du gazon à l’anglaise.

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Les systèmes agraires antiques : quelle approche archéologique ?

Les systèmes agraires antiques : quelle approche archéologique ? | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Claude Raynaud.

Revue archéologique de Picardie, n°1-2, 2003. Cultivateurs, éleveurs et artisans dans les campagnes de Gaule romaine. pp. 281-298

 

Le recherches concernant campagnes gallo-romaines a considérablement enrichi la documentation lors de la dernière décennie. Il n'en demeure pas moins difficile de dégager une
vue d'ensemble mettant en valeur les tendances de la production agricole et son insertion dans le monde des échanges. Reprenant le cadre d'analyse élaboré par les géographes et les agronomes, cette étude observe les différentes questions, structure agraire, paysage agraire, habitat, écosystème exploité, système de production, structure foncière, insertion économique, afin de mesurer la contribution de l'archéologie à chaque problème. Cette contribution demeure
lacunaire et souvent indirecte, mais elle peut s'avérer décisive, notamment pour comprendre la dynamique des systèmes agraires.

 

"Cherchant à m' orienter dans ce problème buissonnant, j'ai donc élaboré un modèle graphique embrassant l'ensemble des domaines, des faits et des techniques qui sous-tendent le fonctionnement
d'une société agricole (fig. 1).

Nulle innovation conceptuelle ou épistémologique dans cette
construction, qui rassemble et résume ce que nous enseignent géographes et agronomes. Je propose plutôt un memento operandi, d'abord pour ne rien oublier des faits et des structures que livre
l'archéologie, ensuite pour organiser cette documentation et en disposer les éléments à leur plus juste place, pour en cerner les lacunes en pointant les domaines qui nous restent inaccessibles, enfin
pour saisir les relations entre les différents champs et opérer entre les contributions un va-et-vient producteur de sens".

François Arnal's insight:

L'article de C Raynaud permet de comprendre de façon systémique les liens qui unissent le système agraire. La géographie et l'archéologie se rejoignent dans cette étude des territoires. Cette analyse vient compléter celle des paysages.

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Comment le discours médiatique sur l'écologie est devenu une morale de classe

Comment le discours médiatique sur l'écologie est devenu une morale de classe | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

On nous conseille d’éteindre les lumières mais pas de remiser les 4x4. On culpabilise les individus mais pas les entreprises. Entretien avec le sociologue Jean-Baptiste Comby.

Que sait-on sur les inégalités sociales d’émissions de CO2 ?

Les statisticiens commencent tout juste à construire des outils pour les mesurer rigoureusement. Une étude réalisée en 2010 par François Lenglart montre qu’un ouvrier produit 5 tonnes de CO2 par an et un cadre 8,1. Début octobre, les économistes Lucas Chancel et Thomas Piketty ont publié une étude qui montre que les 10% d’individus les plus polluants au niveau mondial (c’est-à-dire les classes moyennes et supérieurs des pays industrialisés et les classes supérieures des pays émergents), émettent 50% des gaz à effet de serre, tandis que les 50% les moins polluants n’en produisent que 10%. Mais il y a encore beaucoup de travail pour évaluer et expliquer de façon scientifique la contribution des groupes sociaux à la dégradation de l’environnement.

François Arnal's insight:

Jean-Baptiste Comby est sociologue, maître de conférences à l’Institut Français de Presse de l’Université Paris-2. A quelques jours de la COP21, il vient de publier «la Question climatique. Genèse et dépolitisation d’un problème public» aux éditions Raisons d’agir.

Pour lui "Il reviendrait à chacun de nous de sauver la planète en changeant son comportement. Or c’est plutôt en imaginant et en luttant pour d’autres organisations sociales que nous rendrons possible l’adoption durable de styles de vie à la fois moins inégaux et plus respectueux des écosystèmes naturels."

 

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

AOC/AOP laitières : le match des nouvelles régions

AOC/AOP laitières : le match des nouvelles régions | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Les français vont-ils en faire tout un fromage ? Car avec le nouveau découpage territorial, c’est toute l’architecture des référents identitaires régionalistes qui vacille…, et c’est une part de notre géographie culturelle qui se recompose1. Dans ce contexte, la France des fromages2 m’est apparue comme un potentiel sujet géographique pour éclairer le débat régional : car d’une part, ces productions agricoles spécifiques et localisées (avec leurs enjeux agricoles, techniques et environnementaux) contribuent à l’économie de filières productives insérées dans la mondialisation ; et d’autre part, les fromages sont devenus des produits de terroirs, reconnus et appropriés par des consommateurs du monde entier (comme sur la photo n°1), et identifiés pour leur lien avec la valorisation des paysages des régions françaises et du patrimoine culturel du pays.
Prise dans un supermarché à Chicago, cette photo témoigne du succès des produits de terroirs et spécialement des fromages frnaçais à travers la monde malgré les contraintes sanitaires et législatives. Ici un Munster représente la région ALCA aux Etats-Unis !

Prise dans un supermarché à Chicago, cette photo témoigne de l’attractivité du modèle « terroir » incarné par les fromages, malgré les contraintes sanitaires et législatives. Ici un Munster représente la région « ALCA » auprès des consommateurs américains ! (PM Georges – 2012)

Ces jeux d’échelle témoignent du pouvoir géographique des fromages. Car d’une part, on peut dire que la région (le territoire de production) sert à vendre le produit : l’origine géographique est un critère de qualité pour le fromage ; et que d’autre part, le produit (un terroir spécifique) sert à valoriser à la région : le fromage est un critère de qualité d’une région. Forts de ce double lien avec leur région, les fromages sont reconnus pour leurs spécificités par des labels et des appellations d’origine qui en garantissent l’originalité (étapes de fabrication et zone géographique)3, et ils contribuent donc à la patrimonialisation alimentaire.
François Arnal's insight:

Un des deux auteurs des territoires ruraux en France, une géographie des ruralités contemporaines, Ellipses, Paris, 454 p., 2015, N°9782340006379. (Jean-Benoît BOURON et Pierre-Marie GEORGES) nous propose ici une réflexion sur le fromage et ses appellations autour de la notion de terroir. Il y est question de territoire, de marketing territorial et des représentations, bref un mélange de géographie classique et de géographie contemporaine autour des valeurs et de l'imaginaire attachés au territoire.

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Terrorisme, insurrection ou résistance : cartographier et nommer « l'internationale djihadiste » - Visionscarto

Terrorisme, insurrection ou résistance : cartographier et nommer « l'internationale djihadiste » - Visionscarto | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Depuis la fin des années 1990, on a vu naître et se développer des mouvements islamistes fondamentalistes transnationaux sans vraiment pouvoir en faire une cartographie plus précise que d’indiquer de vagues localisations géographiques où ces groupes opéraient, ou encore les lieux des attentats qui leur étaient attribués.

Ces mouvements qui semblaient disparates et agir indépendamment les uns des autres, à l’exception d’Al-Qaida, se sont structurés petit à petit, tout au long des années 2000, et surtout après le début des révoltes arabes en 2011. Ils se sont transformés en organisations politiques, idéologiques et militaires, qui commencent à tisser entre elles des liens étroits.
François Arnal's insight:

Philippe Rekacewicz s'interroge sur la façon de cartographier la nébuleuse terroriste. La logistique de cette organisation introduit de nouvelles frontières difficiles à cartographier. L'article comporte différentes esquisses crayonnées et leur finalisation pour des atlas du Monde Diplomatique.

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Matthieu Giroud compte parmi les victimes tuées au Bataclan

Matthieu Giroud compte parmi les victimes tuées au Bataclan | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

(illustration : la Tour Eiffel se fondant dans le sigle Peace & Love, signé de l'illustrateur français Jean Jullien. Un message à la portée universelle).

 

Matthieu Giroud compte parmi les victimes tuées au Bataclan

Message rédigé le 16 novembre 2015 pour la minute de silence à l’intention de la Présidence de l’Université de Poitiers. Au titre du Département de géographie et de l’UMR Migrinter, nous souhaitons communiquer le message suivant à l’ensemble des collègues et étudiants.
.
Matthieu Giroud compte parmi les victimes tuées au Bataclan vendredi soir. Matthieu était notre ami et notre collègue. Il avait choisi de consacrer son enseignement et sa recherche à laville et à ses habitants. Il a vécu comme il pensait le monde.
.
Le titre donné à son DEA et à sa thèse définit ce qui l’animait: “Résister en habitant”. Toutes nos pensées vont vers sa famille et ses proches.

François Arnal's insight:

Ses travaux portent sur les formes de continuité populaire dans des quartiers en gentrification, ce sont ces mêmes quartiers qui ont été visés par les attentats du 13 novembre à Paris.

more...
No comment yet.