Géographie : les dernières nouvelles de la toile.
28.6K views | +14 today
Follow
 
Scooped by François Arnal
onto Géographie : les dernières nouvelles de la toile.
Scoop.it!

Chine : l'urbanisation, "moteur essentiel" de la croissance, selon Pékin

Chine : l'urbanisation, "moteur essentiel" de la croissance, selon Pékin | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

L'urbanisation est la marotte du nouveau numéro deux du régime, Li Keqiang. Tout juste désigné au terme du 18e congrès du Parti communiste chinois (PCC) en novembre, M. Li a signé un long texte dans Le Quotidien du peuple sur le rôle de l'urbanisation comme "moteur essentiel" de la future croissance chinoise.

Depuis 2011, plus d'un Chinois sur deux habite en ville. Le pays (1,4 milliard d'habitants) possède là un formidable réservoir de développement. Mais avertit Li Keqiang, "l'urbanisation ne signifie pas simplement d'augmenter le nombre de citadins ou d'agrandir les villes".

"Ce qui est plus important, c'est de réaliser une transition complète du statut de rural à celui d'urbain en termes de structure industrielle, d'emploi, de mode de vie et de sécurité sociale", explique le futur premier ministre chinois.

more...
No comment yet.
Géographie : les dernières nouvelles de la toile.
Last news on the web. Geography around the world. Les nouvelles de la géographie rassemblées par François Arnal
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

« Dessine-moi une île ! » - Visionscarto

« Dessine-moi une île ! » - Visionscarto | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

François Arnal mène depuis plusieurs années une expérience originale avec ses élèves : cartographier et dessiner un paysage, un lieu imaginaire, et se servir de ces représentations pour y appliquer le « raisonnement géographique ». Quelles sont nos perceptions spatiales individuelles ou collectives ? Peut-on leur appliquer les grilles d’analyse classiques de la géographie ? Comment mieux comprendre — à travers cet exercice — ce qu’est un objet géographique ?

 

 

François Arnal's insight:

L'article porte sur le travail réalisé avec les hypokhâgnes du lycée C Fauriel depuis de nombreuses années. En 2007, en hypokhâgne, l'imaginaire géographique ne faisait pas très sérieux dans cette docte institution. Depuis la géographie des représentations est reconnue à sa juste valeur et les exercices sur les cartes mentales sont validés par les chercheurs actuels. Le FIG2015 a pu en témoigner avec de nombreuses interventions sur ce thème. Pour ceux qui n' ont pu assister à la conférence ou qui souhaitent garder une trace de ce travail, l'article présente le point de mes réflexions et propose une sélection des dessins des étudiants en 2015.

more...
Barbara's curator insight, November 27, 2016 4:24 PM
Le constat est fait qu'il y a encore beaucoup à faire pour que les élèves s'approprient l'outillage géographique en classe de primaire. Donner du sens aux apprentissages et comprendre que la géographie est partout même dans la cour de l'école n'est pas une tâche aisée pour l'enseignant qui doit proscrire les coloriages de cartes intempestifs.

François Arnal, professeur de géographie en classe préparatoire, propose un exercice ludique pour entrer dans la géographie et saisir pleinement la notion d'objet géographique. Adaptable à l'école primaire ledit exercice permet de travailler la notion de représentation mentale. 

Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Hyper-lieux, Michel Lussault, Sciences humaines - Seuil

Hyper-lieux, Michel Lussault, Sciences humaines - Seuil | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Les nouvelles géographies de la mondialisation
Michel Lussault

Et si l’on regardait le Monde autrement ? C’est à cela que ce livre s’attache. Il part du constat que bien des analyses de l’évolution du Monde contemporain insistent sur son uniformisation irrémédiable. La standardisation des paysages, des objets et des pratiques, imposée par la globalisation du capitalisme financiarisé, installerait un espace lisse et « plat », où les distances disparaissent, où chaque position vaut une autre, où les différences culturelles s’estompent, où l’individu est aliéné et sa sociabilité appauvrie.

Or, une observation attentive confronte immédiatement à des situations bien plus complexes. En effet, il est frappant de constater que le Monde se différencie de plus en plus en lieux qui s’affirment comme des « prises » sur la mondialisation, des attracteurs et des ancrages de la vie sociale. Ce sont des endroits où la co-habitation des individus se concrétise, se réalise et s’éprouve dans toute sa richesse, sa créativité et son intensité d’expérience vécue. Les « hyper-lieux », où convergent les humains et les réalités matérielles et immatérielles, en sont l’emblème : bon gré mal gré, des sociétés s’y composent et même des formes politiques nouvelles s’y ébauchent.

Ainsi le Monde est à la fois toujours plus globalisé et homogène et de plus en plus localisé et hétérogène : cette tension est constitutive des nouvelles géographies de la mondialisation.

Michel Lussault est géographe, professeur à l’École normale supérieure de Lyon. Il a notamment publié L’Homme spatial. La construction sociale de l’espace humain (Seuil, 2007) et L’Avènement du Monde. Essai sur l’habitation humaine de la Terre (Seuil, 2013).

François Arnal's insight:
Le dernier opus de Michel Lussault vient de sortir, après avoir rédigé l'article "hyperspatialité dans le DGES (Lévy Lussault 2013), ML revient sur les hyper lieux connectés.
Michel Lussault est géographe, professeur à l’École normale supérieure de Lyon. Il a notamment publié L’Homme spatial. La construction sociale de l’espace humain (Seuil, 2007) et L’Avènement du Monde. Essai sur l’habitation humaine de la Terre (Seuil, 2013).
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

La « balade urbaine » pour comprendre la crise des villes moyennes

La « balade urbaine » pour comprendre la crise des villes moyennes | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

La « balade urbaine » pour comprendre la crise des villes moyennes

[Privas, balade urbaine, 30 novembre 2016. © Olivier Razemon] « Qui connaît ce sentier ? » Parmi les quinze promeneurs, seules trois mains se lèvent. La plupart des participants à cette « balade urbaine » vivent pourtant ici, à Privas (Ardèche, 8000 habitants). L’exercice a eu le mérite de révéler cet endroit méconnu. Et ce n’est pas la seule découverte faite par les promeneurs en cette matinée ensoleillée de la fin novembre.

Cette exploration pédestre, menée avec le soutien du Conseil d’architecture, d’urbanisme et d’environnement (CAUE) de l’Ardèche, doit contribuer à la réflexion sur la crise urbaine, cette dévitalisation des villes moyennes dont le symptôme principal demeure la prolifération des vitrines vides, et qui n’épargne pas la préfecture de l’Ardèche.

François Arnal's insight:
Située à 50 km de Valence dans un environnement vallonné, Privas n’est pas la plus grande ville de l’Ardèche. Son statut de préfecture lui vaut de nombreux emplois administratifs. La plupart des déplacements s’effectuent en voiture individuelle et la totalité des places publiques de la ville, sauf une, ont été transformées en parkings.
Cet article propose une traversée de Privas avec une lecture des lieux ou des territoires en terme d'enjeux, de crises et de mobilités.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Cité de l'architecture & du patrimoine - Tous à la plage !

Cité de l'architecture & du patrimoine - Tous à la plage ! | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Tous à la plage !
Villes balnéaires du 18e siècle à nos jours
mercredi 19 octobre 2016 - dimanche 12 fevrier 2017

L’exposition dresse un panorama de l’histoire des villes balnéaires en France, au regard des pratiques européennes, des origines à nos jours. Architecture, urbanisme, œuvres d’art et objets du quotidien racontent la conquête progressive des bords de mer.

Depuis le XVIIIe siècle, la grande diversité des fronts de mer du territoire français, de la Manche à la Méditerranée, a favorisé l’émergence d’un patrimoine balnéaire aussi riche que varié. Des villégiatures hivernales et aristocratiques du XIXe siècle aux vacances d’été à la plage, territoire d’élection du tourisme de masse au XXe siècle, ces séjours sont aussi le reflet d’une société en pleine mutation, qui accède, grâce au développement des moyens de transport et à l’avènement des congés payés, à de nouveaux loisirs.
Des premiers bains de mer pratiqués à des fins curatives, aux habitudes contemporaines récréatives, sportives ou ludiques, l’exposition illustrera ce nouveau rapport à la mer et au rivage à travers les lieux emblématiques. Grands hôtels, casinos, villas, marinas, villages et clubs de vacances seront mis en regard d’évocations des bords de mer à travers la peinture, les films, les journaux et affiches, mais aussi les costumes de bain.
L’enjeu de la préservation clôturera l’exposition, ouvrant le questionnement sur la patrimonialisation de ces ensembles naturels et bâtis, ainsi que sur la ville balnéaire de demain, à l’heure de la mondialisation et du réchauffement climatique.

more...
Matthieu CLEMENT's curator insight, December 27, 2016 6:56 AM
Pour prolonger notre cours sur le tourisme littoral en France.  
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Comprendre «le piège Daech»

Comprendre «le piège Daech» | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Samedi 12 mars, l’historien Pierre-Jean Luizard s’est vu décerner à l’Assemblée nationale le Prix Étudiant du Livre Politique-France Culture, pour son ouvrage "Le piège Daech". L’occasion de relire cet entretien dans lequel il nous explique la genèse de Daech et les raisons de son implantation au Moyen-Orient et en France.

Historiquement, comment est apparue l’organisation Daech ?
Pierre-Jean Luizard1 : L’État islamique est né officiellement le 13 octobre 2006 en Irak, à partir de ruptures successives dans ce pays. La plus importante est celle de 2003, avec l’invasion américaine de l’Irak qui a provoqué l’effondrement de l’État irakien fondé en 1920 par les Britanniques. La nécessité de reconstruire dans l’urgence des institutions et une armée a marqué les premières années de l’occupation. C’est cette reconstruction d’un nouvel État irakien qui s’est avérée être un échec. Construit contre sa société, le premier État irakien avait généré, notamment sous Saddam Hussein, une succession de tragédies, répressions et guerres. Le second État irakien, qui se basait sur les exclus de l’ancien système, les chiites et les Kurdes, n’a pratiquement pas pu voir le jour puisqu’il a très vite été remis en cause par les armes par ceux qui avaient eu le monopole du pouvoir dans le système précédent, la minorité arabe sunnite d’Irak. À tel point qu’il s’est très vite scindé en trois entités : le Kurdistan autonome, le gouvernement de Bagdad officiellement reconnu par la communauté internationale, mais qui ne représentera plus que la partie chiite du pays, et, à partir de juin 2014, l’État islamique, qui entend parler au nom des Arabes sunnites d’Irak. Dans la foulée des Printemps arabes de 2011, les sunnites ont manifesté contre l’autoritarisme du gouvernement et leur exclusion politique et sociale. La répression sanglante de ces manifestations fut le coup de grâce qui a rejeté vers l’État islamique une grande partie d’une communauté qui n’acceptera jamais d’être une simple minorité sans pouvoir et sans ressources. Face à l’échec de l’intégration des Arabes sunnites dans le système politique communautariste en place à Bagdad, cette partition est devenue effective avec l’occupation par l’État islamique de pans entiers du territoire irakien, notamment de Mossoul.
François Arnal's insight:
Pour prolonger la réflexion engagée par les hypokhâgnes du lycée Fauriel lors de le rencontre fructueuse avec l'historien Pierre Jean Luizard. au cours de cet entretien PJ Luizard revient sur un certain nombre de points à propos de la situation au Proche et Moyen Orient ainsi que la menace Daech sur la France.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Revue Urbanisme Vivre ici et ailleurs

Revue Urbanisme Vivre ici et ailleurs | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Ce dossier au titre un peu énigmatique est le fruit d’une réflexion engagée par notre comité éditorial autour de l’hypothèse d’une « généralisation de l’expérience diasporique » avancée par la géographe urbaniste Cynthia Ghorra-Gobin. Celle-ci s’en explique précisément dans les pages qui suivent, en explicitant « l’idée d’un habiter quasi quotidien de “l’ici et l’ailleurs” ». Cette hypothèse est une piste de recherche dans un moment où la question des migrations – des migrants et de leurs campements en particulier – occupe le devant de la scène médiatique et politique. L’association de professionnels AdP - Villes en développement a d’ailleurs organisé une journée d’études /1 à ce propos, dont François Noisette propose une remarquable synthèse.
Nous avons clairement fait le choix de déplacer le regard hors de France, pour penser différemment les liens entre diasporas, mondialisation, globalisation et métropolisation. C’est ainsi que Rémy Demichelis et Arnaud Paillard nous emmènent à Dayton (Ohio), ville connue pour avoir accueilli en 1995 les négociations mettant fin à la guerre dans l’ex-Yougoslavie /2. Cette shrinking city au cœur de la Rust Belt (ceinture rouillée), vaste territoire de la désindustrialisation s’étendant des suburbs de New York aux banlieues de Chicago, comptait 262 000 habitants en 1960. Elle en abrite aujourd’hui 140 000 !


François Arnal's insight:
Pour renaître, Dayton a fait le pari d’être immigrant friendly et d’accueillir des communautés étrangères comme ces Turcs meskhètes ayant quitté l’Ouzbékistan et la Russie.
Avec Olivier Pliez, nous prenons ensuite une des nouvelles routes de la Soie vers Yiwu, ville chinoise qui a fait le choix de se positionner sur les marchés de consommation des pays du Maghreb et du Proche-Orient. Dans cet objectif, un quartier de restaurants musulmans s’est développé en plein centre de la ville, qui accueille une foire internationale permanente. De Yiwu partent désormais des trains de marchandises en direction de l’Iran et de l’Europe.

Inversion du regard avec Karine Dupré, qui analyse l’évolution de la place et du rôle des diasporas chinoises en Australie, en particulier le devenir des Chinatowns implantés au cœur des grandes villes. Ces quartiers ethniques ne sont parfois que des décors pour touristes alors que les communautés chinoises investissent désormais d’autres secteurs urbains.
Même constat à New York où le Chinatown de Manhattan dépérit depuis de nombreuses années, les résidents d’origine chinoise s’étant déplacés vers le Queens et Brooklyn. Les communautés chinoises font souvent figure d’archétype diasporique tant leurs implantations sont visibles partout dans le monde. Mais si leur présence spatiale ne suscite guère de débat, les investissements chinois à l’étranger, de plus en plus massifs, sont au cœur de polémiques politiques, en particulier en Australie /3.
Cependant, les investisseurs chinois sont courtisés. Ainsi Liverpool se prépare à accueillir un New Chinatown, projet de 200 millions de livres /4. Et le quartier chinois d’Athènes contribue à la revitalisation du centre-ville, suscitant même une forme de gentrification, dénommée ethnic-minority gentrification par la chercheure Loretta Lees /5.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Comment la France a tué ses villes - URBIS Le mag

Comment la France a tué ses villes - URBIS Le mag | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

C'est un livre au titre choc que vient de publier Olivier Razemon, journaliste indépendant dont le travail s’articule principalement autour de l’urbanisme et des transports. Car c’est une réalité que personne ne peut plus ignorer désormais : les villes moyennes françaises vont mal. Entre fermeture des commerces, départ des plus riches et élus locaux fatalistes, c’est un portrait de villes à l’agonie que dresse le journaliste.

Interview.


François Arnal's insight:
Seules les très grandes villes, Paris et les métropoles régionales, ainsi que les localités touristiques, se portent bien. Les autres, les villes petites et moyennes, souffrent terriblement. Le premier symptôme de leur maladie réside dans la fermeture des commerces qui, chaque année, prend davantage d’ampleur. Ce phénomène des vitrines vides saute aux yeux partout, que l’on se balade dans le centre de Béziers, Périgueux ou de Soissons.

Le nombre de logements vides est un autre symptôme : les villes moyennes présentent un taux de logements vacants dépassant nettement les 10 %, résultat du départ des familles qui en ont les moyens vers la périphérie et ses maisons individuelles. C’est un paradoxe, alors qu’on nous répète en boucle que la France manque de 500 000 logements neufs par an.

 Le troisième symptôme, c’est l’appauvrissement de ces villes : elles sont devenues plus pauvres que leur environnement immédiat. Enfin, on constate la disparition de commerces de base – boucherie, boulangerie, équipement de la maison – au profit d’enseignes de tatouage, de vapotage, d’achat d’or, de ventes éphémères... Le commerce du superflu a envahi les villes moyennes, le commerce de l’essentiel tend, lui, à disparaître.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

le projet d’une piste de ski couverte ouverte à l’année : la « Ski-Line » contesté par Mountain Wilderness

Quand la montagne se passe de la montagne

« La station de Tignes a largement construit son image autour de la possibilité de skier 365 jours par an grâce à son glacier – image de sportivité qu’elle a ensuite déclinée autour des stages de préparation physique en altitude destinés aux équipes internationales de sports collectifs.

Le dernier projet en date d’une académie du ski promue par des Anglais, et qui a fait l’objet d’une autorisation UTN en avril 2016, va dans ce sens.
Or la fonte du glacier, comme de tous ceux des Alpes, remet en cause ce positionnement distinctif et les nombreux investissements en installations sportives que la station a réalisés ces dernières années. »

C’est dans ce contexte, rapporté ici avec les mots d’Atout France , que la commune de Tignes a lancé le projet d’une piste de ski couverte ouverte à l’année : la « Ski-Line ». Couplé à la création d’un Club Med à Val Claret, ce projet « d’Unité touristique nouvelle » (UTN) sera présenté ce vendredi 25 novembre 2016, aux membres de la Commission des UTN du Massif des Alpes, dont MW fait partie, afin qu’ils éclairent l’État —en la personne du préfet coordonnateur de Massif― quant à l’opportunité d’autoriser une telle opération d’urbanisme.




François Arnal's insight:
Ce projet est le stade ultime de l’absurdité, de l’anti-montagne absolu : énergivore, consommateur d’eau, il est à l’opposé d’un développement durable et participe à la mort de la montagne par le réchauffement climatique et l’artificialisation de la nature. Il met la montagne en boite, hors sol, encore plus qu’elle n’était : il bafoue les valeurs de la montagne, les grands espaces, le libre accès, les rythme naturels.
Il montre que la montagne peut se passer de la montagne.

Le « benchmarking » de ce projet — la comparaison avec ce qui se fait ailleurs dans le genre―, est d’ailleurs révélateur : des ski-dômes, il y en a à Madrid, La Haye, Manchester... et à Dubaï, le plus connu car le plus absurde. Tignes pense le détrôner en poussant le bouchon plus loin encore : faire une montagne artificielle... à la montagne ! Cerise sur le gâteau (il faut bien se démarquer de la concurrence), le ski-dôme intégrera également un produit « surf indoor ».
Eh oui, comme dans le centre Aquamotion de Courchevel (au temps pour l’originalité), vous pourrez à terme surfer sur une vague artificielle éternelle... Tout cela pour la modique somme de 63 millions d’Euro. Hors taxes.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Croquis d’Albert Demangeon en Limousin (1906-1911)

Croquis d’Albert Demangeon en Limousin (1906-1911) | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Croquis d’Albert Demangeon en Limousin (1906-1911)
Publié par Les Cafés Géo, le 18 novembre 2016 à 11:16 | Rubrique : Le dessin du géographe | Imprimer Imprimer

Le dessin du géographe, n°62

L’habileté d’Emmanuel de Martonne (1873-1955) en tant que dessinateur a impressionné ses collègues et des générations d’étudiants ; Gaëlle Hallair a relevé dans Le dessin du géographe un fort bon exemple en Roumanie[1] et Jean Nicod y a décortiqué ces fameux blocs-diagrammes[2]. En revanche, personne ne mentionne les dessins de son collègue Albert Demangeon (1872-1940). En effet, si des cartes, des coupes géologiques, des plans de maisons et de villages apparaissent dans ses écrits, on n’y trouve jamais de croquis de représentation de paysage. Il préfère utiliser des photographies pour appuyer son propos et dispose d’un talent indéniable dans leur réalisation (cf. par exemple, celles de la Géographie universelle sur les Iles Britanniques ou la Belgique). Serait-il un piètre dessinateur ?

Une découverte récente dans le fonds Demangeon-Perpillou conservé à Paris, à la Bibliothèque Mazarine[3], tend à fortement nuancer cette affirmation. Dans ce fonds partiellement inventorié par nos soins[4], nous avons trouvé un carnet relié en toile muni d’un étui à crayon, au format paysage (12 cm sur 19) qui facilite les croquis panoramiques en double page, semblable à ceux utilisés par Emmanuel de Martonne[5]. Ce carnet contient dix-sept dessins réalisés par Albert Demangeon ; ces dix-sept vues -terme employé par l’auteur- sont réalisées sur une page, d’autres sur deux en vis-à-vis. Nous avons choisi d’en présenter cinq (trois sur deux pages en vis-à-vis, deux sur une page) ; la numérotation est de notre fait. Après chacun, nous reprenons les indications manuscrites, souvent peu lisibles. Ces croquis, exécutés dans le Limousin entre 1906 et 1911, n’ont jamais été publiés[6].

François Arnal's insight:
Les élèves se demandent parfois pourquoi le dessin occupe une place aussi importante en géographie. Cet article souligne l'habileté d'E De Martonne ou d'A Demangeon, géographes français de la première moitié du XX° siècle.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Géographies en mouvement - Les bouseux ne savent pas voter, ou le simplisme à l'œuvre - Libération.fr

Géographies en mouvement - Les bouseux ne savent pas voter, ou le simplisme à l'œuvre - Libération.fr | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it



Manouk Borzakian 14 novembre 2016


L'analyse géographique des élections, des États-Unis à la Suisse, met en évidence un fossé toujours plus large entre urbains et ruraux. Une vision simpliste et orientée du vote, qui passe sous silence les fractures internes aux villes.

Chaque élection ou référendum donne lieu à une lecture géographique des résultats abondamment relayée par les médias. En particulier, l’opposition ville/campagne ressort des analyses post-scrutin. Désormais, les frontières électorales, par conséquent culturelles, passeraient entre des centres urbains et des périphéries aux visions du monde irréconciliables.

Après l’heure de gloire de la sociologie du vote, les géographes pourraient se réjouir du succès de la «spatialisation» des études électorales. Ou pas. Car cette grille d’analyse, caricaturale, repose sur des présupposés théoriques condamnant la géographie à un retour en arrière de plusieurs décennies.

François Arnal's insight:
Le retour du refoulé: le milieu géographique

 La géographie classique a longtemps véhiculé une vision pauvre du monde, fondée sur des liens mécaniques entre le milieu naturel et les modes de vie des habitant-e-s. Il a fallu des décennies pour se défaire de ce déterminisme et de ses implications intellectuelles et politiques. Voilà que le refoulé ressurgit: les individus, définis par leur lieu de domicile, se voient enfermés dans une identité géographique immuable par des chercheur-e-s qui se gardent bien de les rencontrer et les interroger. Aux joies de la stigmatisation socioéconomique ou ethnique – les pauvres font ci, les Roms sont comme ça – la géographie la plus simpliste apporte sa contribution et propose la (dis)qualification liée au lieu d’habitation. Sacré progrès.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Surfréquentation et dégradation des sites. L’île Lavezzu.

Surfréquentation et dégradation des sites. L’île Lavezzu. | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Devant ce constat, une étude a été commandée qui consiste en un projet de réaménagement de l’île pour canaliser la fréquentation, restaurer les milieux dégradés et donc tenter de limiter l’impact touristique. Elle préconise la mise en place de balisages adaptés, d’aménagements (escaliers, passerelles, platelages de bois, ganivelles) afin de limiter les impacts des visiteurs sur les sites fragiles, et de sacrifier certaines zones pour mieux en protéger d’autres plus sensibles (cœurs d’habitats, zones importantes pour des espèces menacées et/ou protégées, etc.)

Mais, si les mesures de gestion restauratoire permettent de diminuer l’ampleur des impacts de la fréquentation, ces techniques de génie écologique ne peuvent parfois que traiter une partie du problème, ou n’y remédier que pour un temps.

Or, l’hyper fréquentation dépasse manifestement les capacités d’accueil du site. L’ancien plan de gestion préconisait 150 000 visiteurs. Les niveaux maximums supportables sont largement dépassés.
François Arnal's insight:
Les îles Lavezzi dans le détroit des Bouches de Bonifacio. sont victimes de leur succès. Plus de 200  000 personnes visitent chaque année ce joyau entrainant des nuisances environnementales. L'île est en surfréquentation et des dégats sur le milieu commencent à se manifester.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

« Midi moins le quart » : passage en Drôme provençale par l’Autoroute du Soleil – M@ppemonde

« Midi moins le quart » : passage en Drôme provençale par l’Autoroute du Soleil – M@ppemonde | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

rise dans le sens des « retours » à la fin d’une chaude matinée de juillet (32°C), cette photographie (figure 1) montre l’autoroute A7 amorçant une percée à travers la « combe » de Savasse, entre deux massifs calcaires fermant la plaine de Montélimar (premiers flancs de la forêt de Marsanne sur la droite, colline de Savasse culminant à 398 m sur la gauche) .

Sur l’Autoroute du Soleil, le géographe doit garder à l’esprit le fait que tout paysage peut être lu à double sens : dans le sens des départs, le voyageur enthousiaste se plait à surprendre les signes du Midi approchant au fil de l’itinéraire, et découvre peu à peu une atmosphère nouvelle. Mais dans l’autre sens, la même vision exaltante se charge parfois de nostalgie, avec la sensation d’un Midi qui joue les prolongations, avant de s’éloigner définitivement.

François Arnal's insight:
Pris en vallée du Rhône, ce cliché révèle une dimension originale du paysage de l’Autoroute du Soleil : la vision confirme à quel point l’axe Saône-Rhône n’est pas la gouttière continue de plaines représentée sur nos cartes « scolaires » à petite échelle. Ce « couloir » est au contraire une suite de plaines cloisonnées par des reliefs d’orientation est-ouest, rythmant l’itinéraire autoroutier, bâti sur une alternance de « motifs de plaine » et de « collines » (V. Marchal, 2013), générant panoramas de grand angle et visions rapprochées des versants. Entre plaines et collines, l’autoroute joue à saute-mouton. Comme une gamme musicale déclinée sur des tons différents, la transition entre Nord et Midi s’inscrit sur cet enchaînement de motifs visuels, ménageant coups de théâtre, surprises, et comparaisons.
Cet article de la revue M@ppemonde est un bon exemple d'analyse paysagère avec une combinaison des différents outils du géographe : le paysage,  la carte, le modèle graphique, l'enquête et enfin les perceptions ou les représentations spatiales.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Michel Agier : «Les migrants sont otages de la campagne électorale»

Michel Agier : «Les migrants sont otages de la campagne électorale» | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Pour l’anthropologue, l’évacuation de la «jungle» ne fait pas une politique migratoire, et encore moins d’accueil. Il tente de redéfinir les notions de migrants, de réfugiés ou de travailleurs immigrés, et analyse notre regard sur «eux».

Michel Agier : «Les migrants sont otages de la campagne électorale»

Dans son dernier livre, les Migrants et nous - comprendre Babel (CNRS Editions), véritable manifeste sur la cause des migrants, Michel Agier, qui étudie la question des camps et des réfugiés depuis plus de quinze ans, se révèle aussi un observateur des sociétés qui «accueillent» les migrants. De façon scientifique et dépassionnée, l’anthropologue, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) tente de redéfinir les notions de migrants, de réfugiés ou de travailleurs immigrés, et analyse notre regard sur «eux». Un regard qui les transforme souvent en errants, parias ou métèques. Ces outsiders annoncent pourtant un monde qui vient, mondialisé et ultra-mobile. L’anthropologue lance des pistes pour une nouvelle «condition cosmopolite».
François Arnal's insight:
Présent au FIG 2016 en compagnie de M Lussault, Michel Agier anthropologue prend la défense des migrants. Dans son dernier livre, les Migrants et nous - comprendre Babel (CNRS Editions), véritable manifeste sur la cause des migrants, Michel Agier, qui étudie la question des camps et des réfugiés depuis plus de quinze ans, se révèle aussi un observateur des sociétés qui «accueillent» les migrants. De façon scientifique et dépassionnée, l’anthropologue, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) tente de redéfinir les notions de migrants, de réfugiés ou de travailleurs immigrés, et analyse notre regard sur «eux». Un regard qui les transforme souvent en errants, parias ou métèques. Ces outsiders annoncent pourtant un monde qui vient, mondialisé et ultra-mobile. L’anthropologue lance des pistes pour une nouvelle «condition cosmopolite».
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Le littoral français recule de manière accélérée

Le littoral français recule de manière accélérée | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Les parlementaires examinent une proposition de loi pour permettre aux territoires de s’adapter à l’érosion. Le recul du trait de côte pourrait atteindre, par endroits, 50 mètres en 2050.

Un rempart contre l’océan… Cette parade illusoire ne convainc plus, alors que la puissance de l’érosion à l’œuvre sur une bonne partie des quelque 20 000 km de littoral français, alliée à la montée des eaux, fait reculer les dunes, effrite les falaises, engendre éboulements et submersion marine.

Le rythme du changement est encore loin d’être connu partout, mais l’expertise progresse. L’inquiétude aussi : au moins 22 % des côtes reculent, de 10 cm jusqu’à 8 m par an en moyenne. Aucun département côtier n’est épargné. La quasi-totalité des falaises de Seine-Maritime, par exemple, reculent. Sous l’effet répété de la houle, des tempêtes, du manque de sédiments et des déséquilibres produits par les ports, barrages et autres digues, 142 communes enregistrent un retrait de 50 cm par an, et dix-neuf de plus de 3 m, tandis que des fonds d’estuaire gagnent quelques centimètres. En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/01/12/le-littoral-francais-recule-de-maniere-acceleree_5061289_3244.html#UwE9cfT8f4Zx18Ui.99

 

 

François Arnal's insight:
Selon les services du ministère de l’environnement, le remodelage du littoral correspond à la disparition de 3 100 terrains de rugby en un demi-siècle, de 1949 à 2005, soit 26 km2. Malgré la menace, l’attrait des bords de mer n’a jamais été aussi fort. La densité de population y est 2,5 fois supérieure à la moyenne nationale, et 4 millions d’habitants supplémentaires y sont attendus d’ici à 2040. Un inextricable casse-tête pour l’aménagement du territoire.
more...
latournerie's curator insight, January 19, 5:13 AM
les littoraux : questions environnementales
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

2038 : les futurs du monde par Virginie Raisson

2038 : les futurs du monde par Virginie Raisson | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

L’an 2017 est là, mais l’ambition de 2038, les futurs du monde est de voir beaucoup plus loin, de sonder l’avenir et ce qu’il a à nous offrir. Son auteur, la géopoliticienne Virginie Raisson, ne se prend pourtant ni pour une pythie, ni pour une voyante : elle ne prévoit rien, mais elle porte la louable ambition d’aider ses lecteurs à comprendre les mutations en cours, à percevoir les signaux faibles du changement pour éclairer leurs choix et les aider ainsi à élaborer le futur.

Réalisé avec les membres du Lepac (le laboratoire qui prépare l’émission d’Arte, « Le dessous des cartes »), ce très bel ouvrage cherche ainsi à cartographier le présent et à le projeter dans les vingt-cinq ans à venir. Il compile un nombre impressionnant de données autour de thématiques très variées : le vieillissement de la population, les mobilités, les monnaies, la pêche, les données de masse, le tourisme…

François Arnal's insight:
La grande force de 2038, les futurs du monde est bien d’analyser les évolutions en cours dans toutes leurs dimensions, de manière globale mais aussi par des exemples précis et symboliques. Ainsi les marchés du cacao ou du sable permettent-ils d’illustrer les tensions entre l’émergence d’une classe moyenne planétaire de plus en plus nombreuse, et le contexte de changement climatique et de raréfaction des ressources et de l’espace.
L’autre force de l’ouvrage réside dans son esthétique très travaillée, jusqu’au moindre détail. Les cartes, graphiques, collages et autre photomontages ne sont pas toujours faciles à lire au premier coup d’œil, mais ils ont le mérite de ne jamais mésestimer la complexité du monde. Ils confèrent aussi à 2038, les futurs du monde un caractère avant-gardiste qui colle bien au sujet. Séverin Husson
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Faites vivre une géographie sensible avec le concours "Cartographie ton quartier"

Faites vivre une géographie sensible avec le concours "Cartographie ton quartier" | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
La géographie n'est pas une science froide. C'est une discipline qui bouscule les frontières disciplinaires et s'appuie sur les sensibilités. C'est la conviction de Sophie Gaujal, professeure d'histoire-géo à Boulogne Billancourt, qui relance cette année, avec l'appui de la Cité de l'architecture et en partenariat avec le Café pédagogique et l'IGN, le concours "Cartographie ton quartier".


Une géographie sensible

La consigne semble simple : les classes participant au concours doivent élaborer une représentation de leur quartier sous forme d'une carte postale sensible et exprimer leur point de vue.

" C'est une approche culturelle d'une géographie de l'habiter. Ca s'inscrit dans les programmes actuels qui ont introduit l'étude de l'espace proche", nous dit S Gaujal. " L'idée c'est de permettre aux élèves d'articuler une approche spontanée de la géographie avec les concepts que l'on apprend en classe. Habituellement les programmes privilégient une géographie mondiale. Là c'est l'occasion de leur montrer que la géographie est en prise avec leur quotidien". Cette représentation de leur espace quotidien s'accompagne de sortie sur le terrain. Elle est aussi l'occasion d'une prise de conscience citoyenne de l'aménagement de l'espace.

Cette année le concours ouvre une catégorie spéciale "Cartographie ton Grand Paris" avec la Société du Grand Paris pour les classes franciliennes.

François Arnal's insight:
" C'est une approche culturelle d'une géographie de l'habiter. ça s'inscrit dans les programmes actuels qui ont introduit l'étude de l'espace proche", nous dit S Gaujal. " L'idée c'est de permettre aux élèves d'articuler une approche spontanée de la géographie avec les concepts que l'on apprend en classe. Habituellement les programmes privilégient une géographie mondiale. Là c'est l'occasion de leur montrer que la géographie est en prise avec leur quotidien". Cette représentation de leur espace quotidien s'accompagne de sortie sur le terrain. Elle est aussi l'occasion d'une prise de conscience citoyenne de l'aménagement de l'espace.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

La ville de l'avenir sous le crayon des collégiens Concours Carto collège sur VisionsCarto

La ville de l'avenir sous le crayon des collégiens Concours Carto collège sur VisionsCarto | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Des esquisses qui réinventent le monde

Toutes ces cartes montrent le très bel effort d’imagination des élèves, qui ont réalisé là un travail de conception et de réalisation considérable.

Certaines peuvent être d’une facture un peu moins habile que d’autres, mais ça n’a aucune importance. Je passe mon temps à dire, au cours des ateliers de cartographie que j’ai la chance d’animer, que la qualité du dessin ne doit pas être un critère discriminant. La richesse de l’exercice cartographique, c’est avant tout l’idée et sa « mise en scène », quelle que soit la forme qu’elle prend au final. Après tout, nous évoluons sans cesse, nous aspirons à progresser, à faire mieux, un peu plus chaque jour… Et il est toujours facile — à postériori — d’améliorer ses premières « images de pensées ».

C’est pourquoi je ne suis pas très enthousiaste à l’idée d’être membre d’un jury de concours, au sein duquel nous avons l’extravagant pouvoir de qualifier ou disqualifier un projet sur des bases subjectives. Un dessin raté, une esthétique discutable peut dissimuler une bonne idée, une « intention cartographique » intéressante qui mériterait un débat participatif. Et c’est justement tout l’intérêt de la carte : qu’elle suscite des réflexions, de l’émotion et qu’on puisse en parler. Ensemble.

Toutes ces cartes, sans exception, font un usage intuitif et très intelligent — c’est surprenant, pour des élèves de cet âge — des trois composantes fondamentales de l’expression cartographique, l’approche « 3 + 1 ». Le 3, c’est les trois éléments symboliques qui font la carte : le ponctuel, la ligne et la surface (Kandinsky, dans son ouvrage « Point et ligne sur plan parle plutôt de « plan »). Le 1 représente tous les éléments qui renseignent le dessin, en d’autres termes, les identificateurs : toponymie, textes de légendes, titre, échelle, sources, etc.
François Arnal's insight:
L'an passé avec Philippe Rekacewicz, nous étions membres du concours carto sur la ville d'avenir, la ville imaginaire et imaginée par des élèves de collège. Philippe Rekacewicz nous livre ici ses impressions et son jugement sur ces excellents travaux d'élèves qui prouvent une nouvelle fois que le dessin et la carte ont toute leur place dans l'enseignement de la géographie
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Corse : défense du littoral. Conférence de presse suite à l’attentat contre une militante

Corse : défense du littoral. Conférence de presse suite à l’attentat contre une militante | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Dans la nuit du 20 au 21 novembre, une dirigeante d’U Levante a été la cible d’un attentat à l’explosif visant son domicile. Cet attentat aurait pu mettre sa vie en danger puisqu’elle occupait la maison au moment de l’explosion.


Nous souhaitons apporter les précisions suivantes :

La victime n’est pas seulement une « militante écologiste », elle est membre à part entière de la direction collégiale officielle de U Levante (qui compte 12 membres).
Notre amie dormait seule dans sa maison au moment de l’attentat.
Si elle s’était trouvée dans la cuisine, elle aurait pu être tuée car la porte de la cuisine a été projetée à l’intérieur de la pièce.
Juste avant l’explosion, un voisin a vu arriver, tous feux éteints, une voiture et une moto, et il en a témoigné devant les gendarmes. Il s’agit donc d’un attentat organisé, réfléchi, commis par plusieurs personnes, une œuvre de « professionnels ».

François Arnal's insight:
Un attentat à l'explosif en Corse du sud (Sotta) auprès d'une militante de association de défense de l'environnement U Levante a suscité un grand émoi. Les militants dénoncent la dérive mafieuse de l'île et la faible défense du littoral de la part des communes ou des préfectures.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Cartes et géodonnées suisses en ligne

Cartes et géodonnées suisses en ligne | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Consulter en ligne des cartes et des géodonnées de swisstopo

Le site map.swisstopo.admin.ch vous offre la possibilité de consulter gratuitement nos cartes ainsi que d’autres géodonnées. Les jeux de géodonnées proposés sont à jour et nous dotons régulièrement le visualiseur de nouvelles fonctions.
Capture d'écran du visualiseur de cartes map.swisstopo.admin.ch

La carte interactive vous donne accès à toute la palette de données numériques de swisstopo. Outre des cartes à toutes les échelles, le visualiseur vous permet d’afficher des photos aériennes actuelles ou historiques.

François Arnal's insight:
Le Géoportail suisse propose pour de nombreuses applications des modèles du territoire, des modèles d’altitude, des systèmes de référence, des frontières et des noms, ainsi que des informations sur les biens-fonds. Par ailleurs, la rubrique «Voyages dans le temps» permet de suivre l’évolution du territoire suisse au fil des cartes et des photos aériennes.

map.swisstopo.admin.ch regroupe actuellement quelque 150 couches de données, que nous actualisons et complétons en permanence. Par ailleurs, le visualiseur donne accès à de nombreux autres thèmes et jeux de données proposés par d’autres offices fédéraux. Vous pourrez également profiter de différentes fonctions qui faciliteront votre travail: des outils de mesure, de dessin ou de comparaison de deux sources de données sont à votre disposition.
more...
No comment yet.
Rescooped by François Arnal from Quoi de neuf sur le Web en Histoire Géographie ?
Scoop.it!

François Jarraud, la classe ! - Libération

François Jarraud, la classe ! - Libération | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Avant d’atterrir dans l’univers des conférences de presse, Jarraud, fils et frère d’instits, était prof d’histoire-géo dans un lycée privé parisien. Il aimait par-dessus tout son métier. On le devine un peu bourru, désordonné, un peu geek. Il faut voir ses yeux briller quand il raconte ses (géniaux) logiciels de géographie, programmés pendant les vacances d’été quand d’autres allaient à la plage. Il s’est lancé aussi tête baissée dans les balbutiements d’Internet, permettant à ses élèves de BEP de communiquer avec une classe de petites Anglaises («au début des années 90, c’était fou»). Puis, en 1995, son nouveau dada s’appelle Clionautes : il crée un réseau de profs d’histoire-géo connectés comme lui qui s’échangent les bonnes pratiques. «J’ai beaucoup appris.»


Via HG Académie de Rennes
more...
HG Académie de Rennes's curator insight, November 24, 2016 3:07 AM
Créateur d’un site référence sur l’actualité de l’Education nationale, cet ex-professeur (d'histoire géographie) est un stakhanoviste amoureux de l’innovation. Un très beau portrait qui souligne, s'il en était besoin, le remarquable travail de François Jarraud. A découvrir !
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Prévenir le risque d’avalanche avec la carte des pentes - Actualités - Géoportail

La carte des pentes de Chamonix-Mont-Blanc, Alpes L’inclinaison des pentes est représentée par un code couleur : jaune pour les pentes de 30° à 35°, orange de 35° à 40°, rouge de 40° à 45° et violet pour les pentes supérieures à 45°. Visualisation de la carte des pentes et de la carte IGN sur le Géoportail. Chamonix-Mont-Blanc, Alpes.


Prévenir le risque d’avalanche avec la carte des pentes

Réalisée en collaboration avec des acteurs de la montagne, cette carte offre une lecture directe de l’inclinaison des pentes pour mieux appréhender les zones à risque. Une nouvelle donnée de référence pour les professionnels, qui vise également le grand public.

L’inclinaison des pentes est représentée par un code couleur : jaune pour les pentes de 30° à 35°, orange de 35° à 40°, rouge de 40° à 45° et violet pour les pentes supérieures à 45°. Visualisation de la carte des pentes et de la carte IGN sur le Géoportail. Chamonix-Mont-Blanc, Alpes.

Sollicitée par la Coordination Montagne qui regroupe fédérations sportives et professionnels de la montagne, la production de la carte des pentes a été menée par l’IGN. Elle répond à la volonté de faciliter l’appréhension des pentes par le grand public dans le cadre de la prévention des risques d’avalanches.

François Arnal's insight:
L’objectif est d’améliorer l’estimation des risques d’avalanches. La carte des pentes permet d’identifier les pentes supérieures à 30° et d’estimer les risques d’avalanches selon la méthode de Munter (voir encadré).

Pour analyser la situation, chacun peut faire un bilan méthodique qui permet de décider de la conduite à suivre : emprunter la pente ou choisir un meilleur itinéraire. On redécouvre notamment sur la carte des pentes les Alpes, les Pyrénées, le Massif central, la Corse, le Massif du Jura et le Massif des Vosges
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Et si on apprenait à lire les paysages ?

Et si on apprenait à lire les paysages ? | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Travail réalisé en hypokhâgne au lycée Claude Fauriel de St Etienne (Loire) présenté sur mon compte Twitter @arnalgeo.

Aménager les #littoraux de façon durable ; le lido de Carnon, un bon exemple d'aménagement. #plage#géographie#HK42#Languedoc

Le lido est une mince bande de sable entre la lagune (l'Etang de l'Or) et la mer (La baie d'Aigues-Mortes). Depuis les années soixante le littoral languedocien a connu un aménagement intégré piloté par la Mission Racine entraînant la création ex nihilo des stations balnéaires comme la Grande Motte, ou de marinas comme Port-Camargue (Commune du Grau-du-Roi dans le Gard). Le littoral entre Carnon et la Grande Motte a été relativement préservé de l'urbanisation par une coupure verte sur un domaine dunaire en partie exploité par l'agriculture (vigne et élevage extensif).


Cet espace dunaire à l'aspect relativement "naturel" est en réalité fortement anthropisé. Depuis quelques années malgré des travaux d'enrochement et des des tentatives de réensablement, le littoral recule. Chaque automne, les tempêtes attaquent les dunes fragiles et font reculer la plage.
François Arnal's insight:
Un aperçu du travail réalisé en hypokhâgne au lycée C Fauriel suite à une réflexion sur la plage, territoire géographique. L'objectif est de se familiariser avec les principaux outils de la géographie que sont la carte et le paysage, grands inconnus des étudiants post-bac.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Les frontières invisibles de la plage : l’interdiction du port du maillot de bain dans le Los Angeles du début du siècle - Métropolitiques

Les frontières invisibles de la plage : l’interdiction du port du maillot de bain dans le Los Angeles du début du siècle - Métropolitiques | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
La plage, un révélateur des tensions qui traversent la société à un moment donné ? Elsa Devienne montre ici comment les plages californiennes cristallisèrent, au début du XXe siècle, les tensions nées de la remise en cause des valeurs victoriennes et rendirent manifestes, à travers la mise en scène des corps, les changements à l’œuvre dans l’ordre moral et la société états-unienne.
Un policier en civil mesure le maillot de bain d’une femme sur une plage de Washington, DC, en 1922. Source : Library of Congress

À la fin des années 1910, Los Angeles est le théâtre d’une série d’arrestations de baigneurs et baigneuses. [1] Surprises en maillot de bain dans les rues, dans les tramways ou encore dans les magasins de la ville, les personnes interpellées contreviennent à l’ordonnance municipale interdisant le port du maillot en ville. On connaît bien ces photographies du début du XXe siècle sur lesquelles des policiers, en tenue de ville et équipés de mètres à ruban, mesurent les tenues jugées trop courtes et révélatrices de ces baigneuses enhardies par l’érosion des normes victoriennes de la pudeur. Mais l’enjeu, dans le cas des arrestations dont il est question ici, est ailleurs. Il ne s’agit pas de mesurer la longueur des tenues ou de contrôler leur légalité mais bien de circonscrire les limites spatiales au-delà desquelles le maillot de bain ne peut plus être porté. En dépit des fortes controverses dont elles font l’objet dans la presse locale, on sait peu de choses de ce type d’arrestations. Les historiens ont en effet eu tendance à se focaliser sur le rétrécissement des tenues de baignade, qui a vu la robe de bain du début du siècle céder progressivement la place au bikini, inventé en 1946 (Sohn 2006 ; Granger 2008, 2009). Pourtant, la question du lieu où l’on peut arborer un maillot de bain en dit beaucoup sur l’évolution des manières de présenter son corps en public au XXe siècle. Que fait la police lorsqu’elle tente de circonscrire le port du maillot de bain à la plage, voire au strict espace aquatique ? Que révèlent les controverses autour du port du maillot de bain en ville du rapport des autorités au corps des femmes et des hommes dans l’espace urbain ?
François Arnal's insight:
Ce que le sable révèle

À la fin des années 1910, les conseils municipaux – où domine l’élite commerçante – penchent vers un assouplissement, au grand dam des pasteurs locaux. La question est finalement tranchée sur le terrain, par l’action, ou plutôt l’inaction, de la police. À Santa Monica, aucun baigneur n’est interpellé en 1918. Aussi, quand Alta Johnson, « une très jolie et jeune mère de famille [11] », est arrêtée par la police le 17 juillet 1919 alors qu’elle est partie chercher du pain pour son pique-nique sur la plage, l’affaire fait grand bruit. L’image touristique de la ville est trop importante aux yeux de la municipalité pour laisser les dirigeants religieux dicter leur loi – d’autant qu’en pratique, les baigneurs sont déjà trop nombreux à marcher dans la rue pour que la tendance puisse s’inverser. La municipalité finit donc par s’incliner face aux transgressions quotidiennes des baigneurs et au battage médiatique autour de l’affaire Alta Johnson.

Si les controverses autour de l’interdiction du port du maillot en ville semblent à première vue anecdotiques, elles font ainsi apparaître un moment de basculement dans l’histoire du corps dans l’espace public : la plage du XIXe siècle, où l’on est habillé comme à la ville, laisse place à la plage que nous connaissons, où la semi-nudité est de rigueur. Elles révèlent aussi l’existence de ces frontières invisibles qui quadrillent l’espace urbain. Ainsi le maillot de bain est-il considéré inoffensif lorsqu’il est porté sur le sable et dans la mer, mais il est soudain menaçant pour l’ordre social lorsqu’il s’arbore sur le bitume. De même, porter une robe longue et un voile en 2016 prend une toute autre dimension lorsque l’on passe de la rue à la plage. Finalement, le sable révèle les crispations qui se jouent ailleurs, autour du corps des femmes et des valeurs qui encadrent son exposition.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Le combat titanesque du Népal contre la fonte des glaces

Le combat titanesque du Népal contre la fonte des glaces | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Le lac Imja Tsho situé dans la vallée sud de Everest au Népal. / Ho/AFP


Marie Verdier, le 02/11/2016 à 14h14

Le Népal vient de procéder au drainage du lac Imja Tsho de l’Himalaya pour écarter le risque de débâcle glaciaire qui menaçait des dizaines de milliers de villageois.
Le lac Imja Tsho situé dans la vallée sud de Everest au Népal.
ZOOM



Le lac népalais Imja Tsho est l’un des témoins les plus spectaculaires des changements climatiques actuels. Ce lac d’un kilomètre carré perché à 5 000 mètres d’altitude, au pied de l’Everest, n’existait pas il y a une soixantaine d’années. Il est né de la fonte accélérée des glaciers de l’Himalaya sous l’effet de l’augmentation des températures, évaluée à 0,04 degré par an depuis cinquante ans par le département népalais d’hydrologie et de météorologie.

François Arnal's insight:
Le réchauffement climatique menace le Népal. Les glaciers en fondant stockent  de grandes quantités d'eau dans des lacs glaciaires récents et instables qui menacent les vallées peuplées en aval. Des dispositifs de drainage tentent de réduire le risque d'inondation des vallées.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Le grand marché aux terres - Agnès Stienne - Visionscarto

Le grand marché aux terres - Agnès Stienne - Visionscarto | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

L’appétence pour l’appropriation de terres — concentration, accaparement, accumulation — n’est pas un phénomène nouveau : il est la marque de la richesse et du pouvoir. Monarques, princes, aristocrates, seigneurs, grands propriétaires, industriels ou investisseurs aujourd’hui, quelque soit l’époque, leur statut et le nom qu’on leur donne, se sont octroyés des droits sur des territoires où vit une population rurale dont les activités tournent autour de l’agriculture vivrière.
par Agnès Stienne
Artiste, cartographe


L’Angleterre, puis l’Écosse, aux XVIe et XVIIe siècles, ont été marquées par le passage du droit d’usage sur les communaux (champs ouverts et pâturages communautaires) au système des enclosures qui précipitèrent des milliers de paysans dans la misère. Mis en œuvre sous la houlette du Parlement anglais, sur la demande express des marchands, le « mouvement des enclosures » a confisqué 1,61 million d’hectares de terres cultivées collectivement, pour les attribuer aux notables assortis de titres de propriétés. Commence alors la prolétarisation des paysans sans terre. Les uns deviennent ouvriers dans l’industrie ou l’agriculture, les autres travailleurs saisonniers ou vagabonds. L’« Enclosure Act » au XVIIIe signe la fin définitive des communaux.

François Arnal's insight:
Dernier article publié sur l'xcellent Visions Carto de l'ami Philippe Rekacewicz avec les superbes aquarelles d'Agnes Stienne qui s'intéresse au "landgrabbing" ou plus simplement l'accaparement des terres agricoles dans le monde.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Tourisme. Le poids et les aléas du tourisme dans les relations internationales.

Tourisme. Le poids et les aléas du tourisme dans les relations internationales. | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it



Une plage désertée à Namaa Bay, Sharm el-Sheikh, en Egypte• Crédits : Vinciane Jacquet/AP - Sipa


Le tourisme regroupe un ensemble d’activités de plus en plus diversifiées, même si celles-ci restent en grande partie saisonnières et de masse. Qu’il soit interne à un même pays ou international, le tourisme a des conséquences pluridisciplinaires...


Elle sont à la fois économiques (le tourisme est un grand employeur), financières, budgétaires, culturelles, sanitaires, environnementales, etc. Bien sûr, il a beaucoup profité dans les dernières décennies des remarquables progrès dans les transports ferroviaires, aériens et maritimes (confort, rapidité, sécurité…).

On se demande tout de suite quels sont les pays les plus visités, les grands pays émetteurs et récepteurs, les aléas majeurs qui pèsent sur le secteur, le rôle des États, les risques aussi (notamment, le terrorisme).

François Arnal's insight:
Le tourisme est aujourd'hui confronté à la situation géopolitique agitée du Proche et du Moyen Orient.en Egypte ou en Turquie des plages entières et des complexes touristiques se sont vidées en quelques années sous la menace du terrorisme. La question de la sécurité est aujourd'hui primordiale pour les touristes occidentaux.
more...
No comment yet.