Géographie : les dernières nouvelles de la toile.
30.0K views | +0 today
Follow
Géographie : les dernières nouvelles de la toile.
Last news on the web. Geography around the world. Les nouvelles de la géographie rassemblées par François Arnal
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Inondations : « Il faut repenser l’aménagement de la ville »

Inondations : « Il faut repenser l’aménagement de la ville » | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Pour Magali Reghezza-Zitt, géographe, les inondations qui ont fait 20 morts dans les Alpes-Maritimes sont la conséquence directe de l’urbanisation du littoral.

Magali Reghezza-Zitt : Les inondations sont la conséquence directe de l’urbanisation du littoral. Sur les pentes qui cernent le littoral, là où il y avait hier des terres agricoles, des vignes, des oliveraies, on a construit des habitations. L’eau ne s’infiltre plus en amont du bassin versant, et, du coup, se déverse dans les cours d’eau. Or, dans ces régions, il s’agit de petits cours d’eau, de ravins, à très faible débit en temps normal, qui permettent l’évacuation des eaux pluviales. Mais ces petits cours d’eau, dans lesquels l’eau monte très brutalement et redescend tout aussi brutalement, débordent lorsque les pluies sont vraiment très importantes. Et s’ils ont été couverts, bétonnés, équipés de buses d’évacuation artificielle, et ainsi imperméabilisés, ce phénomène de débordement est accentué.

Il y a également un vrai problème de ruissellement urbain. Les voies d’évacuation sont insuffisantes : lorsque se produisent des orages extrêmement violents, les canalisations ne sont plus capables d’absorber le trop-plein d’eau et débordent. Il n’y a même plus besoin d’avoir des cours d’eau pour que l’eau monte dans les rues et provoque des inondations.


François Arnal's insight:

Les géographes ont de plus en plus de mal à séparer les risques naturels et les risques urbains, en effet les erreurs d'aménagement ont conduit à amplifier l'effet des aléas comme les précipitations importantes. L'urbanisation massive et non réfléchie des zones méditerranéennes présente de gros risques pour les populations qui n'ont pas développé cette culture du risque et de la prévention.

" Les maires doivent également abandonner l’idée que le risque est quelque chose de négatif. La culture du risque est au contraire positive pour un territoire".


more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Xynthia : le procès de la décentralisation

Xynthia : le procès de la décentralisation | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Les débats du procès Xynthia sont clos. On connaîtra mercredi 15 octobre les réquisitions du procureur de la République contre les quatre prévenus, dont l’ancien maire de La Faute-sur-Mer, René Marratier, et Françoise Babin, ex-première adjointe et présidente de la commission d’urbanisme, poursuivis pour homicides involontaires aggravés et mises en danger après la tempête qui a entraîné la mort de 29 personnes, dans la nuit du 27 au 28 octobre 2010, à La Faute-sur-Mer. Pour ces deux délits, ils encourent au maximum cinq ans d’emprisonnement et 90 000 euros d’amende.

Pendant quatre semaines, la décentralisation s’est incarnée dans l’histoire si banalement nationale de cette petite commune de Vendée, qui se méfiait de la mer et lui tournait le dos avant de se découvrir un avenir radieux dans la satisfaction du « désir de rivage »des papy-boomers qui déferlaient sur ses côtes.

La suite est connue : les terres agricoles et inondables que l’on réservait aux troupeaux se muent en terrains constructibles et se hérissent de pavillons de plain-pied, les taxes foncières entrent dans les caisses, les 900 habitants de La Faute vivent et travaillent grâce aux 20 000 résidents secondaires.

François Arnal's insight:

L'expression d'Alain Corbin : "le désir de rivage" est reprise ici pour désigner cette attirance des populations vers les littoraux et la prise de risque inconsidérée des lotissements à la Faute-sur-Mer. Me Corinne Lepage avocate des parties civiles a souligné qu'il y avais conflit d'intérêt entre les élus et leurs sociétés qui profitaient du boom immobilier.

 

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Les crues cévenoles ne sont pas des fatalités - La lettre d'Orion

Les crues cévenoles ne sont pas des fatalités - La lettre d'Orion | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Les crues cévenoles ne sont pas des fatalités

Philippe Pelletier

Chaque année survient l’épisode des «pluies cévenoles», bien connu des climatologues, des météorologues ou des géographes. Chaque année des inondations surviennent dans les zones habitées, parfois dramatiques. Et chaque année, les médias télévisuels mettent spectaculairement le focus sur les dégâts ou les malheurs sans s’interroger sérieusement sur l’enchaînement des causes et des conséquences. Et encore moins sans vraiment dénoncer les responsabilités.

Les pluies à cette époque dans le Languedoc sont récurrentes, attendues si l’on peut dire. Les masses d’air venues du sud, chargées d’humidité après leur passage au-dessus de la mer Méditerranée, rencontrent en effet sur la terre des masses d’air venues du nord et déjà plus froides. Butant sur la chaîne des Cévennes, elles montent en altitude et déclenchent des précipitations, d’abord sur les sommets mais pouvant aussi gagner la plaine.

C’est ce qui s’est passé à Lamalou-les-Bains (semaine 38 en 2014) ou à Alès, puis à Montpellier ou à Lunel (semaine 40). Des experts et des médias parlent promptement d’«événements exceptionnels». Des micros-trottoirs glanés par des micros paresseux parlent même de «jamais vu».

Jamais vu ? Peut-être pour telle ou telle personne croisée par hasard, habitant récent ou ancien de la région, on l’ignore… En revanche jamais vu de mémoire d’hommes et de mémoire locale, certainement pas [1].
François Arnal's insight:

Philippe Pelletier géographe stéphanois en poste à Lyon fait partie du courant de la géographie critique ou libertaire. Admirateur d'Elisée Reclus, il dénonce l'écologisme, les catastrophistes de l’environnement qui nous alertent sur «la planète qui va mourir»  et rappelle la place de la géographie comme science sociale et politique. S’emparer de la géographie et faire acte de citoyenneté, telles sont les propositions de P Pelletier qui dénonce les dérives didactiques d'une géographie scolaire trop influencée par l'écologisme. "Plutôt que de faire calculer «l’empreinte écologique» à des écoliers — avec des méthodes qui laissent songeurs puisqu’il ne s’agit rien moins que de transformer des mètres cubes consommés (d’eau, de bois, de céréales…) en mètres carrés, de surcroît virtuels — une société géographiquement correcte pourrait les emmener sur le terrain, leur montrer les zones inondables, les traces des crues passées, les faire travailler sur des photos aériennes, des cartes anciennes et actuelles. Qui le fait ? Est-ce possible ? Oui. En donne-t-on les moyens ? Non. Doit-on attendre les moyens pour faire réfléchir écoliers, collégiens et lycéens ? Non".

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Menacé par l'érosion, un immeuble de bord de mer doit être évacué

Menacé par l'érosion, un immeuble de bord de mer doit être évacué | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
VIDÉOS - Les propriétaires d'une résidence construite sur une dune à Soulac-sur-Mer doivent quitter leur logement. Construit il y a 40 ans à 200 mètres du front de mer, l'immeuble est désormais à 20 mètres de l'océan.

 

Le Signal est l'un des symboles de la bétonnisation triomphante du littoral français dans les années 1960. Cette barre d'immeuble de cinq étages devait à l'origine faire partie d'un programme de construction de 1200 logements en bord de mer. Bâtie «les pieds dans le sable», la résidence offre une vue imprenable sur la plage et sur l'océan Atlantique. La mer, à l'époque située à plus de 200 mètres de l'immeuble, construit sur une dune, ne semble pas être une menace. L'investissement paraît alors séduisant pour des familles désireuses de posséder une résidence secondaire à la mer.

François Arnal's insight:

Les habitants de l'immeuble redoutent les prochaines grandes marées et le coup de vent annoncé pour les prochains jours. Le littoral risque encore de reculer (10 mètres lors de l'ouragan Xynthia) entraînant l'effondrement de l'immeuble construit dans les années 60 dans l'Océan à 200 mètres du trait de côte. Le cumul de l'élévation du niveau de l'Océan, la baisse de la charge sédimentaire apportée par la Gironde et l'artificialisation du littoral en sont responsables. Seule solution préconisée par les géographes (travaux de R Paskoff) : le repli stratégique.

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Glissement de terrain au lac du Chambon : "Il n'existe aucun moyen d'empêcher ce glissement, ni même de le ralentir"

Glissement de terrain au lac du Chambon : "Il n'existe aucun moyen d'empêcher ce glissement, ni même de le ralentir" | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Glissement de terrain au lac du Chambon : "Il n'existe aucun moyen d'empêcher ce glissement, ni même de le ralentir"

Le glissement de terrain, découvert en mai au niveau de la rive droite de la retenue d'eau, s'accélère depuis le 4 juillet. Lionel Lorier, responsable de la Société alpine de géotechnique, explique à francetv info les raisons et les éventuels dangers de ce phénomène.
François Arnal's insight:

Cet évènement témoigne que la chaîne des Alpes est bien vivante et que les Alpes bougent encore (c'est l’orogenèse des géomorphologues). Cet évènement naturel a de graves conséquences économiques et sociales bloquant l'accès à la Grave et au Col du Lautaret qui communique avec Briançon.

 

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Pluies à Montpellier : «Un phénomène météo exceptionnel par son intensité»

Pluies à Montpellier : «Un phénomène météo exceptionnel par son intensité» | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
INTERVIEW- Jamais, depuis les premiers relevés météo en 1957, il n'était tombé autant de pluie en si peu de temps à Montpellier. Pascal Scaviner, responsable du service prévision du site Météo Consult, revient sur le phénomène qui a causé ces pluies diluviennes.

LE FIGARO. - Comment expliquer ce qu'il s'est passé à Montpellier?

Pascal SCAVINER. - Ce phénomène relève d'un «épisode méditerranéen», assez fréquent à cette période et dans cette zone, qui s'explique par la rencontre de l'air chaud et humide remontant de la mer Méditerranée avec un air froid en altitude, venu des terres. Cette instabilité des masses d'air favorise l'apparition d'orages stationnaires, qui ne durent que quelques heures et sont très localisés: ainsi, il est tombé en trois heures 253 mm de précipitations dans le centre de Montpellier, alors que le reste du département a été moins frappé. Ces épisodes orageux sont certes plus fréquents dans les zones de relief, puisque les masses d'air viennent se bloquer sur les contreforts montagneux, mais ils se produisent aussi parfois sur la côte, comme cela fut le cas lundi. Des phénomène très intenses, donc, très localisés, et assez difficile à prévoir.
François Arnal's insight:

Le phénomène qualifié par les géographes , climatologues ou météorologues "d'épisode cévennol" est très connu et très classique. Résultat de la rencontre de l'air chaud tropical humide et de l'air froid polaire, cette confrontation crée une instabilité qui peut déclencher des cumuls de précipitations importants. Ces cumuls (en trois heures 253 mm de précipitations )  occasionnent des débordements comme celui du Lez à Montpellier proche du quartier Antigone qui est heureusement adapté à ces crues récurrentes. Si les dégâts matériels sont importants,  aucune victime n'est à déplorer sur Montpellier.

Lorsque la cause du déluge n’est pas le blocage par un relief, on parle plutôt d’épisode méditerranéen. Dans le cas de Montpellier, c’est plus adapté, car les reliefs des Cévennes et de la Montagne Noire ne sont pas à proximité immédiate. Ces phénomènes naissent avec rapidité et lancent un défi de prévision aux organismes météorologique.

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Le procès Xynthia s'ouvre en Vendée

Le procès Xynthia s'ouvre en Vendée | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
La trempête avait fait 29 morts dans la seule commune de la Faute-sur-Mer en février 2010. Le procès posera notamment la question des constructions en zones inondables.

 

Plus de 120 parties civiles font face à partir de lundi et pour un mois à cinq prévenus poursuivis pour homicides involontaires après la tempête Xynthia qui a coûté la vie à 29 personnes le 28 février 2010 à La Faute-sur-mer (Vendée). Les deux premières semaines du procès devant le tribunal correctionnel des Sables d’Olonne vont être consacrées au rappel des faits, aux expertises et surtout aux témoignages d’une cinquantaine de victimes. Ces dernières vont raconter ce qu’elles ont vécu la nuit du drame, lorsque les flots gonflés par la tempête ont débordé des digues et englouti des lotissements, piègeant les habitants dans leur sommeil.

François Arnal's insight:

Géographie des risques : comment 29 personnes ont pu trouver la mort dans des lotissements, où certaines maisons venaient d’être construites, dans une zone très restreinte surnommée plus tard la «cuvette mortifère».- ?

Pourquoi les personnes vivant dans les zones à risque n'ont pas été prévenues à temps de la montée imminente des eaux et du risque de submersion ?

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Hebdo n° 1204 du 28 novembre 2013 | Courrier international Le temps des catastrophes.

Hebdo n° 1204 du 28 novembre 2013 | Courrier international Le temps des catastrophes. | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Le temps des catastrophes

Certaines régions parmi les plus vulnérables de la planète sont soumises à des événements météorologiques extrêmes, cyclones à répétition (lire cet article) ou sécheresses ravageuses, qui les fragilisent encore davantage. Même si ces calamités ne sont pas toujours la conséquence directe du réchauffement climatique (lire cet article), elles contribuent à accélérer la prise de conscience de l’opinion publique. Mais, surtout, elles mettent en exergue une “injustice climatique” (lire cet article) entre pays pauvres et pays riches, que les conférences internationales sur le changement climatique, comme celle qui s’est déroulée à Varsovie du 11 au 23 novembre, peinent à prendre en considération.

François Arnal's insight:

avec une cartographie mise à jour sur la question des sociétés face aux risques.

more...
No comment yet.