Géographie : les dernières nouvelles de la toile.
28.6K views | +15 today
Follow
Géographie : les dernières nouvelles de la toile.
Last news on the web. Geography around the world. Les nouvelles de la géographie rassemblées par François Arnal
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Des entrées de métro aux kiosques à journaux, un siècle de polémiques sur le mobilier urbain

Des entrées de métro aux kiosques à journaux, un siècle de polémiques sur le mobilier urbain | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Dessiné par Matali Crasset, le projet de nouveau kiosque à journaux parisien ne fait pas l'unanimité. Ses adversaires veulent garder le style haussmannien de l'actuel. Qui ne date pas d'Haussmann, comme la majorité du mobilier urbain…

A peine présenté dans la presse, le futur kiosque à journaux parisien, conçu pour être plus accueillant, est pris dans une tourmente médiatique, depuis que ses adversaires l'ont qualifié de « poubelle géante » ou de « sanisette ». Contactée, la designer Matali Crasset, choisie par la Ville de Paris, précise que le projet doit encore évoluer et qu’elle le défendra le moment venu. En attendant, une pétition l’accuse d’enlaidir la Capitale et réclame le maintien des « kiosques à journaux de style haussmannien avec leur balustrade emblématique en fer forgé » qui font « tout le charme et l’attrait » de ce « Paris romantique » cher aux touristes.

Que l’objet plaise à certains et pas à d’autres, c’est inévitable. Mais l’argument d’une inamovible identité hausmannienne n’a pas de sens. Car les actuels kiosques sont en réalité des imitations récentes, des boîtes rectangulaires sur lesquelles on a plaqué un bout de colonne XIXe. La version originale, elle, a quitté depuis longtemps les trottoirs. Il existe aussi d’autres modèles, en verre fumé anguleux, très datés années 1970, qui, eux, curieusement, ne font pas scandale.
François Arnal's insight:
En matière de mobilier urbain, la capitale n’en est pas à sa première polémique. Il y a quelques mois, les nouveaux abribus, adaptés par Marc Aurel aux personnes à mobilité réduite, étaient traités d’abris à courants d’air. Déjà, vers 1900, un architecte Art nouveau, Hector Guimard (1867-1942), essuyait des rafales de critiques. Jeune professeur à l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs, Guimard reçoit commande des entrées des stations du nouveau métro. Refusant l’éclectisme et le pastiche sévissant au XIXe siècle, il dessine des balustrades ondulantes en fonte de fer peinte en vert, et des lampes-tiges d’inspiration végétale. Aussitôt, Le Figaro dénonce ces « lampadaires bossus » aux « énormes yeux de grenouille » et réclame la destruction de tous les ornements Art nouveau. D’autres comparent les globes lumineux à « des berlingots à demi sucés ». Des nationalistes accusent la couleur verte de faire « germanique ». Des défenseurs du vieux Paris s’en prennent à la typographie dansante inventée par Guimard pour les panneaux portant le mot « métropolitain » : « Ces hiéroglyphes désordonnés [.…] causent la stupeur des étrangers en promenade dans Paris. Pour tranquilliser les petits enfants, pour rassurer les touristes, et surtout pour l’honneur du goût français, il faut faire disparaître ces inscriptions ridicules. »
more...
No comment yet.
Rescooped by François Arnal from ESPACE PUBLIC, PROJETS ARTISTIQUES ET CULTURELS, ÉCOLOGIE, AMÉNAGEMENT, SOCIÉTÉ, LIEUX DE FABRIQUE
Scoop.it!

Le Grand Paris de Gilles Clément : « Accéder au trésor biologique urbain »

Le Grand Paris de Gilles Clément : « Accéder au trésor biologique urbain » | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Oublié des débats sur le Grand Paris, le paysage de la métropole revient par la fenêtre du Web, avec cinq grandes signatures qui rythmeront un feuilleton quotidien. Première d’entre elles, Gilles Clément, créateur de parcs, mais aussi théoricien du « jardin planétaire » et du « tiers paysage », ouvre la série sur un ton moqueur.

 

Via Hubert MESSMER @Zehub on Twitter, Desarts Sonnants
François Arnal's insight:

Gilles Clément, jardinier paysagiste et professeur au Collège de France est le paysagiste qui a renouvelé notre conception du jardin (le jardin naturel, le jardin en mouvement, le jardin planétaire) ainsi que l'approche du paysage (le tiers paysage, l'endémisme et le brassage planétaire) et  la conception du jardin contemporain (Parc A Citroën et jardin du Musée du Quai Branly, jardin de l'ENS de Lyon...).

 

more...
Bernadette Cassel's curator insight, February 2, 2015 6:27 AM



« Que signifie aujourd’hui « accueillir la nature en ville », slogan en vogue, alors que cette nature s’y trouve omniprésente ?  Il est question, en réalité, d’un changement de modèle culturel : apprendre à accepter l’autre, le non-humain, – la plante, l’insecte, l’oiseau -, le considérer comme un équivalent vivant dont l’utilité reconnue partout sur la planète conditionne le futur humain. »

Scooped by François Arnal
Scoop.it!

La tour Triangle dans le vent des polémiques

La tour Triangle dans le vent des polémiques | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Nous voilà donc au cœur d’une de ces polémiques que les Parisiens adorent, à moins qu’elle n’avorte par abandon pur et simple du projet. Car celui de la tour Triangle, proposée au promoteur Unibail-Rodamco pour la porte de Versailles par Jacques Herzog et Pierre de Meuron, duo d’architectes suisses considérés comme parmi les plus brillants, serait sur le point d’être abandonné : la nouvelle maire de Paris, Anne Hidalgo, laisse entendre qu’elle se pliera au vote du Conseil de Paris, hostile à ce projet de grande hauteur (180 mètres, un peu moins que la tour Montparnasse). La hauteur est une fois encore en cause, comme elle l’est systématiquement depuis que les associations de défense du patrimoine et les écologistes sont devenus des alliés de fait lorsqu’il s’agit d’évolution de la capitale.

 

En matière d’urbanisme, la grande difficulté, aujourd’hui à Paris, est le rejet par la population, ou tout au moins par une fraction bruyante, de tout projet inspiré par des modèles autres que la règle haussmannienne, celle-ci étant supposée fille d’un idéal néoclassique radicalement mal compris. Presque toujours, il s’agit d’un remake de la querelle des anciens et des modernes, de polémiques qui opposent défenseurs du passé et tenants de la modernité.

François Arnal's insight:

Les débats entre la ville dense et la ville étalée font partie des question urbaines actuelles. La forme haussmannienne est présente dans les représentations de la ville et de Paris. Il est difficile aujourd'hui de sortir de ce modèle urbain et d'aller de l'avant. C'est oublier que la forme haussmannienne est aussi critiquable et fut à une époque symbole de modernité et de pouvoir. Haussmann, dont l’œuvre fut d’abord une entreprise destructrice, notamment pour le Paris gothique était au service de Napoléon III. Ne pas oublier que la tour Eiffel a été à son époque l'objet de toutes les critiques avant de devenir un géosymbole classé au Patrimoine Mondial de l'Unesco

more...
No comment yet.
Rescooped by François Arnal from Géographie & Littérature
Scoop.it!

Zola et le Paris d'Hausmann

Zola et le Paris d'Hausmann | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Via Tommy Bonnevialle
more...
Tommy Bonnevialle's curator insight, April 30, 2016 7:21 AM
         
         Ce sont les travaux d'Hausmann ! À vos pelles et pioches, nous démolissons tout ! Le Paris du XIXème connaît un véritable bouleversement de sa structure interne, de ses paysages, ces rues et ces quartiers découpés et charcutés à grand coups de spéculation immobilière.

Ce dossier proposé par la BNF montre jusqu'à quel point
Zola fait de ce nouveau Paris à la fois l’espace privilégié de certains de ses romans et un personnage à part entière.
Par soucis de visibilité, je n'ai pas voulu ajouter la troisième page de cette brillante carte, annotée de citations d'oeuvres et de commentaires géographiques très précis de ce "système urbanistique" que représente le nouveau Paris.

Sous la plume du romancier, la ville devient un objet neuf, un spectacle permanent, à regarder autrement. Paris est une femme, un monstre, un labyrinthe. Zola distille l'émulation de cette ville en pleine mutation pour en offrir un témoignage d'une rare précision, et d'un intérêt géographique considérable.

Retrouvez l'étude complète ici : http://passerelles.bnf.fr/documents/zola_paris.pdf
François Arnal's comment, June 15, 2016 5:59 AM
hors sujet ?
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

La tour Triangle : un projet inadéquat pour Paris

La tour Triangle : un projet inadéquat pour Paris | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Isolée dans le quartier, à cet endroit, la tour n’a aucun sens : rien de plus triste qu’une tour célibataire (voir la tour Montparnasse). Aussi belle soit-elle, une tour doit dialoguer avec d’autres tours (c’est la « beauté » du paysage de New York), c’est pourquoi sa place est à la Défense, la City de Paris, à côté des autres tours. Le financement des 500 millions d’euros nécessaires à la réalisation de ces 80 000 m2 de bureaux serait entièrement privé. Mais les réseaux et la viabilité du terrain resteront à la charge de la Ville, et des aides et autres avantages fiscaux seront certainement négociés et accordés aux promoteurs pour un projet dont la rentabilité n’est pas garantie : l’immobilier de bureaux connaît aujourd’hui une crise un peu partout en Europe dont l’économie est à la traîne.

François Arnal's insight:

La Skyline de Paris n'est pas celle de Londres ou celle de New York. Les immeubles de grande hauteur font toujours polémique.Paris est déjà la ville la plus dense d’Europe avec 2,25 millions d’habitants pour 105 km2, soit 21 847 habitants par km2, et qu’elle a, de plus, le plus faible ratio d’espace vert par habitant avec 2,5 m⊃2; par habitant (ou 11 m⊃2; par habitant avec les deux bois périphériques).

Ce n’est donc pas vers plus de densification verticale de la ville qu’il faudrait aller, mais plutôt vers son élargissement horizontal. C’est ce que le projet de métropole du Grand Paris veut réaliser, en janvier 2016, en regroupant Paris et les trois départements limitrophes (762 km2 et 6,7 millions d’habitants), à l’image du Grand Londres (1 572 km2 et 8,3 millions d’habitants).

Pour Albert Lévy, architecte urbaniste ce projet est inadapté. On est là dans l’idéologie du « bigness » et de la « ville générique », ville sans identité, ville du fric et de la consommation, théorisée et promue par Rem Koolhaas dans son livre SMXXL (The Monacelli Presss, 1995, en anglais).

more...
François Arnal's curator insight, December 1, 2014 12:15 PM

La Skyline de Paris n'est pas celle de la City de Londres ou celle de New York. Les immeubles de grande hauteur font toujours polémique.Paris est déjà la ville la plus dense d’Europe avec 2,25 millions d’habitants pour 105 km2, soit 21 847 habitants par km2.

Ce n’est donc pas vers plus de densification verticale de la ville qu’il faudrait aller, mais plutôt vers son élargissement horizontal. C’est ce que le projet de métropole du Grand Paris veut réaliser, en janvier 2016, en regroupant Paris et les trois départements limitrophes (762 km2 et 6,7 millions d’habitants), à l’image du Grand Londres (1 572 km2 et 8,3 millions d’habitants).

Pour Albert Lévy, architecte urbaniste ce projet est inadapté. On est là dans l’idéologie du « bigness » et de la « ville générique », ville sans identité, ville du fric et de la consommation, théorisée et promue par Rem Koolhaas dans son livre SMXXL (The Monacelli Presss, 1995, en anglais).

Scooped by François Arnal
Scoop.it!

«Habiter Paris est un signe clair de domination sociale»

«Habiter Paris est un signe clair de domination sociale» | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Le Génie de la Bastille vu de la rue du Faubourg Saint-Antoine, un quartier emblématique de la gentrification de la capitale. (Photo Jacques Demarhton. AFP)

 

Pour la géographe Anne Clerval, la gentrification de la capitale s’est faite aux dépens des classes populaires. La municipalité Delanoë n’aurait pas stoppé le mouvement dans une ville où la mixité sociale ne serait qu’illusion.

Alors que Bertrand Delanoë vante, une ultime fois dans les médias, son bilan à la tête de la capitale, que sa dauphine, Anne Hidalgo, s’est lancée dans la bataille des municipales, une jeune géographe, Anne Clerval, met les pieds dans le plat. Où est passé le peuple à Paris ? La mixité sociale, sur toutes les bouches, ne serait-elle pas qu’un vain mot ? Paris, dernier refuge de bobos ? Au mot galvaudé, la chercheuse et enseignante à l’université de Marne-la-Vallée, Anne Clerval, préfère le terme plus précis de «gentrifieurs». Dans Paris sans le peuple, qu’elle publie à La Découverte, elle montre comment la gentrification de la capitale s’est faite aux dépens des classes populaires. Un processus d’exclusion que la politique du logement menée par la municipalité de gauche n’a pas enrayé.

François Arnal's insight:

Propos contredit par Jacques Lévy sur la gentrification, l'embougeoisement ou "boboïsation" de la capitale.

"C’est une mutation sociale qui passe par une transformation urbaine, et c’est sans doute pour cette raison que les géographes se sont saisis de la question."

more...
No comment yet.