Géographie de la planète financière
4.7K views | +2 today
Follow
Géographie de la planète financière
Espaces et territoires à l’ère de l’économie globalisée – Thème au programme en Khâgne (ENS Lyon) pour 2014-2015
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Caroline Lechat
Scoop.it!

Les paradis fiscaux vus par les photographes Paolo Woods et Gabriele Galimberti

Les paradis fiscaux vus par les photographes Paolo Woods et Gabriele Galimberti | Géographie de la planète financière | Scoop.it

"Singapour, îles Vierges, Hong Kong, Delaware, Luxembourg... On vous parle régulièrement des paradis fiscaux, mais on ne vous y a pas souvent emmenés. À l'occasion de la sortie du livre de Paolo Woods et Gabriele Galimberti (Les Paradis, rapport annuel) et de l'exposition qui leur sera consacrée à Arles, voici un voyage dans ce monde secret, où l'extrême richesse se nourrit quasi exclusivement d'évasion fiscale." 

 

Exposition du 20 avril au 5 mai 2016 à la Magnum Gallery, 13 rue de l'Abbaye, 75006 Paris.

Caroline Lechat's insight:

Le site du livre de Paolo Woods, Gabriele Galimberti et Nicholas Shaxson, Les Paradis :

http://www.theheavensllc.com

 

Sur la photo : Panama. 

"Un casino “premium” pour gros joueurs est installé au 65e étage du Trump Ocean Club. Il a son propre restaurant, son bar et sa piscine où l’on peut se baigner tout en profitant de la vue sur la ville. Dans les gratte-ciel de la capitale Panama, beaucoup d’appartements ne sont pas éclairés, simplement parce qu’ils ne sont pas occupés. C’est le résultat de la bulle immobilière alimentée, selon la plupart des observateurs, par l’argent de la drogue venu de Colombie ou du Venezuela et blanchi dans la pierre au Panama. Avec Brunei ou le Liban, le pays est l'un des derniers à ne pas accepter d'échanger d'informations fiscales avec le reste du monde sur les clients de ses banques. Il reste ainsi le champion du secret fiscal."

 

Une interview de Paolo Woods sur France 24 sur ce travail d'enquête et de photographie ici : 

http://www.france24.com/fr/20150907-entretien-Paolo-Woods-photographie-paradis-fiscaux-singapore-delaware-prix-world-press

 

Et l'article du Monde consacré à l'exposition de ces photographies actuellement aux Rencontres d'Arles : 

http://abonnes.lemonde.fr/culture/article/2015/07/06/les-rencontres-d-arles-abritent-des-paradis-fiscaux_4672231_3246.html

 

more...
No comment yet.
Scooped by Caroline Lechat
Scoop.it!

Le Liban vote la levée de son secret bancaire

Le Liban vote la levée de son secret bancaire | Géographie de la planète financière | Scoop.it
Le pays devrait ainsi échapper à l’inscription de son nom sur la liste noire des paradis fiscaux que doivent rendre publique l’OCDE et le G20 en juillet 2017.

 

Photo : Le parlement libanais à Beyrouth

@Nasser Traboulsi, L'Orient-le-Jour

Caroline Lechat's insight:

"Le Liban comptait de fait parmi les trois pays susceptibles de figurer sur cette liste noire de « paradis fiscaux », aux côtés du Panama – qui est de son côté en train de modifier sa législation – et de l’archipel du Vanuatu. Ces trois Etats étaient jusqu’ici les seuls à ne respecter pleinement aucun des grands critères objectifs utilisés par l’OCDE pour juger la qualité de la coopération fiscale internationale (nature des informations échangées en cas de demande, signature d’une convention multilatérale sur l’échange de renseignements et engagement à passer à l’échange automatique d’informations à l’horizon 2017 ou 2018).

L’effort consenti par le Liban est d’autant plus notable que le pays est en proie à une crise politique exacerbée par le conflit syrien et une quasi-paralysie de ses institutions. Il est sans président depuis plus de deux ans, les formations politiques rivales ne parvenant pas à s’entendre sur le nom du chef de l’Etat."


Un article du Monde le 20 octobre 2016, par Anne Michel. 

 

A la suite de la publication des Panama Papers, le quotidien libanais L'Orient-le-Jour publiait en avril 2016 "Le Liban peut-il être assimilé à un paradis fiscal?", par Céline Haddad et Cyrille Nême :

http://www.lorientlejour.com/article/979382/le-liban-peut-il-etre-assimile-a-un-paradis-fiscal-.html

 

more...
No comment yet.
Scooped by Caroline Lechat
Scoop.it!

En Allemagne, touche pas à mon cash

En Allemagne, touche pas à mon cash | Géographie de la planète financière | Scoop.it

"Les Allemands restent attachés au paiement en argent liquide, symbole de leur goût de l’épargne et de la sécurité qui règne dans leur pays. Ils ne veulent pas du plafond de 5 000 euros proposé par le ministre des finances, Wolfgang Schaüble."

Caroline Lechat's insight:

Le correspondant du Monde à Berlin, Frédéric Lemaître, explique cette spécificité de l'Allemagne en Europe : l'argent liquide y est plus utilisé qu'ailleurs. Où l'on comprend que les habitudes culturelles et les valeurs associées à l'argent sont à prendre en compte dans les enjeux financiers de l'UE, et notamment dans la lutte contre le blanchiment en Europe !

"L'Allemagne reste l’un des derniers pays où l’argent liquide est encore roi et où aucune limite n’est fixée à son utilisation. Résultat : 79 % des paiements continuent de s’effectuer en espèces, contre 56 % en France et 26 % en Suède. Un tiers des Allemands n’utilisent même jamais d’autres moyens de paiement. Le chèque bancaire y est d’ailleurs inconnu. 

Combien de touristes étrangers ne se sont-ils pas étonnés en découvrant dans un restaurant allemand – même de grand standing – qu’on n’y acceptait pas les cartes de crédit ? Payer à l’aide d’une carte et d’un code confidentiel reste si peu banal que le commerçant qui accepte les cartes prend gentiment la peine de vous expliquer comment cela fonctionne, avant de détourner la tête, dans un geste si démonstratif qu’il semble davantage relever de la pudeur que de la simple discrétion.

Ce qui déplaît aux Allemands dans la carte de crédit, c’est justement qu’il s’agit d’un crédit. Et donc d’une dette. Un terme tellement connoté négativement qu’un même adjectif (schuldig) désigne une personne coupable ou endettée. Un facteur qui, parmi bien d’autres, explique le comportement récent de l’Allemagne vis-à-vis de la Grèce. Avoir des dettes, ce n’est tout simplement pas moral."

more...
No comment yet.
Scooped by Caroline Lechat
Scoop.it!

Finance: la guerre des millisecondes

Finance: la guerre des millisecondes | Géographie de la planète financière | Scoop.it
Envoyer un message entre New York et Londres en deux fois moins de temps qu’il n’en faut pour cligner de l’oeil: voilà le record battu par 'Project Express', la toute dernière route informatique reliant le Canada à l’Angleterre. Elle s’ajoute aux 900.000 kilomètres de fibre optique qui quadrillent déjà les fonds marins mais bat ses concurrentes en vitesse et en débit. Des atouts permettant aux traders de gagner encore plus, encore plus vite.
Caroline Lechat's insight:

Passionnant récit dans GQ Magazine en septembre 2015 !

300 millions de dollars investis pour un nouveau câble transatlantique dans le but de gagner quelques millisecondes... Toujours plus de vitesse dans le trading haute fréquence... mais la matérialité de la distance et de la topographie jouent toujours, comme l'évoque François Chaperon dans son récit : il faut tenir compte de la profondeur des fonds-marins et creuser des sillons pour y enfouir les câbles... 

more...
No comment yet.
Scooped by Caroline Lechat
Scoop.it!

Révisions Épisode 10/10 : "L'argent et les frontières"

Révisions Épisode 10/10 : "L'argent et les frontières" | Géographie de la planète financière | Scoop.it
La nouvelle bataille de Waterloo n'aura pas lieu : la Belgique a prudemment retiré son projet de frapper une pièce de 2 euros à l'occasion du bicentenaire de l'affrontement, le 18 juin prochain.
Caroline Lechat's insight:

L’argent et les frontières

 

La circulation de l’argent à l’échelle mondiale semble s’être affranchie de tous les obstacles :

 

  • La révolution des NTIC a démultiplié la mobilité des capitaux à l’échelle mondiale, les grandes places financières sont désormais interconnectées au-delà de toute frontière matérielle;
  • Les États ont ouvert leurs frontières aux flux de capitaux : l’idéologie néolibérale a accompagné la globalisation, de nombreuses zones de libre-échange ont été créées.

 

Mais loin de s’être effacées, les frontières étatiques jouent toujours un rôle majeur dans la planète financière :

 

  • Les stratégies des États pour attirer des capitaux reposent sur l’existence de frontières juridiques et territoriales : Certains Etats attirent les capitaux en dessinant de nouvelles frontières à l’intérieur de leur territoire (zones franches et zones économiques spéciales).

cf. le cas des Zones franches chinoises :

http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2015/03/17/la-chine-etend-ses-zones-franches_4595579_3234.html?xtmc=investissements_chinois&xtcr=17


  • D’autres Etats attirent les capitaux en devenant des paradis fiscaux.
  • Les stratégies d’optimisation et d’évasion fiscale utilisent la concurrence entre Etats et profitent des frontières : Les FMN font volontairement circuler leurs profits à travers les frontières des Etats, les particuliers franchissent aussi des frontières pour échapper au fisc.
  • Le lien entre monnaie et territoire étatique demeure une réalité…même lorsque certaines monnaies sont devenues des instruments de paiement totalement globalisés : certes, certaines monnaies semblent avoir dépassé la notion même de frontière (le cas le plus extrême étant celui du Bitcoin), mais l’actualité récente a montré à quel point le dollar, par exemple, reste lié à la souveraineté des Etats-Unis (cf. l’amende payée par la banque BNP pour avoir facilité des échanges en dollars avec des pays sous embargo américain). La Chine, quant à elle, contrôle toujours fortement l’internationalisation de sa monnaie, le yuan. Il existe bel et bien des frontières territoriales « actives » dans la planète financière.

 

Enfin, la planète financière n’est pas un monde homogène : de nombreuses lignes de rupture existent, elles ont parfois des conséquences fortes sur la géographie des flux financiers.

 

  • Il existe bel et bien une frontière Nord / Sud dans la planète financière : l’ancienne « Triade » continue de concentrer la majorité des grandes places boursières et des flux de capitaux. A l’inverse, les États les plus pauvres occupent une place marginale …même s’ils peuvent eux-aussi attirer les flux financiers, parfois sans que cela ne profite vraiment à la population locale (cf. le « land-grabbing »). On a vu que l’existence de forts contrastes de développement à l’échelle mondiale se traduit aussi par des flux financiers : les remises des migrants.
  • On peut enfin identifier des frontières culturelles et symboliques au sein de la planète financière : l’existence d’une finance islamique en plein essor en est un exemple ; à l’échelle locale les frontières des territoires de la finance peuvent être très visibles : les quartiers d’affaire se distinguent des autres par leur architecture verticale et le prix des loyers…

 

Mieux réguler la planète financière pour éviter crises et dérives pose bien des questions qui intéressent les géographes : qui dit nouvelles règles dit nouvelles limites imposées par le droit (de nouvelles frontières en quelque sorte), avec nécessairement des implications territoriales; qui dit nouvelles coopérations internationales incite à l’inverse à faire tomber des barrières… on le voit bien avec les tentatives de lutte contre les paradis fiscaux.

 Suivre l’argent à toutes les échelles : voilà qui amène à franchir toutes sortes de frontières et peut nous mener bien loin de notre point de départ…


Telle est la conclusion de Lester Freamon, un des protagonistes de la célèbre série The Wire de David Simon et Ed Burns, qui évoque le trafic de drogues dans la ville de Baltimore au début des années 2000 : « quand on suit l’argent, on ne sait jamais ce qu’on va trouver ».

 

"You follow drugs, you get drug addicts and drug dealers. But you start to follow the money, and you don't know where the fuck it's gonna take you."

 

The Wire, Saison 1 (2002), extrait à retrouver ici (en anglais) :

https://www.youtube.com/watch?v=ShWe-4mtV8w

 

 

Bonne chance à vous khâgneuses et khâgneux !

more...
François Arnal's curator insight, April 11, 2015 5:57 AM

Lire les commentaires d'origine par Caroline Lechat qui vous propose de réviser la PF en 10 leçons

http://www.scoop.it/t/geographie-planete-financiere

Scooped by Caroline Lechat
Scoop.it!

Révisions Episode 07/10 : "Géographie des crises financières"

Révisions Episode 07/10 : "Géographie des crises financières" | Géographie de la planète financière | Scoop.it

Sur le site d'Arte : un résumé de la crise des subprimes et de ses répercussions, autour du documentaire "Cleveland contre Wall Street". 

Caroline Lechat's insight:

Géographie des crises financières

La crise des subprimes, qui éclate aux Etats-Unis en 2007, s’est diffusée au reste du monde.

Elle a mis en lumière de grandes caractéristiques de l’économie mondialisée :

  • l’ampleur de l’interconnexion des places financières,
  • l’ouverture des frontières aux flux de capitaux
  • les stratégies globalisées des grands acteurs économiques et financiers
  • la place prise par les paradis fiscaux dans la circulation de l’argent à l’échelle mondiale
  • et, globalement, l’interdépendance des économies.

 

Les crises financières intéressent aussi les géographes pour leurs conséquences spatiales : aux États-Unis, la crise des subprimes a révélé l’ampleur des contrastes socio-spatiaux à l’échelle urbaine. Tous les quartiers n’ont pas été touchés de la même manière par la crise, qui s’est traduite par une multiplication des saisies immobilières dans les quartiers pauvres, par exemple à Cleveland, Chicago et Détroit. (cf. les travaux de recherche d’Hugo Lefebvre, sur les conséquences socio-spatiales de la crise des subprimes en Californie).

 

Les crises financières révèlent l’intensité des relations et des flux à différentes échelles : mondiale, locale, mais aussi régionale, comme lors de la crise asiatique de 1997 par exemple.

La rapidité de leur diffusion à l'échelle mondiale est une caractéristique de la globalisation : la crise de 1929 s'était diffusée plus lentement. Pour citer un exemple plus ancien mais très célèbre, la crise de spéculation sur les tulipes qui provoqua un krach retentissant à Amsterdam en 1637 fit couler beaucoup d'encre... mais n'eut pas de conséquences régionales, encore moins mondiale.

more...
François Arnal's curator insight, April 11, 2015 5:58 AM

Lire les commentaires d'origine par Caroline Lechat qui vous propose de réviser la PF en 10 leçons

http://www.scoop.it/t/geographie-planete-financiere

Scooped by Caroline Lechat
Scoop.it!

Révisions Episode 06/10 : "Les paradis fiscaux, rouages majeurs de la planète financière"

Révisions Episode 06/10 : "Les paradis fiscaux, rouages majeurs de la planète financière" | Géographie de la planète financière | Scoop.it

Sur le site de l'ONG CCFD-Terre Solidaire, une page de la campagne "Aidons l'argent à sortir des paradis fiscaux", qui prend l'exemple de l'île anglo-normande de Jersey et de l'optimisation fiscale dans le commerce de la banane...


Caroline Lechat's insight:


Il est par définition difficile voire impossible d’évaluer avec précision les montants qui passent par les paradis fiscaux. Mais l’ampleur du phénomène est largement démontrée : on peut considérer globalement que la moitié des flux financiers internationaux passe par les paradis fiscaux.

 

Tous les acteurs de la planète financière les utilisent : des riches particuliers souhaitant échapper à l’impôt aux grandes firmes multinationales élaborant des stratégies toujours plus sophistiquées d’optimisation fiscale, en passant par les banques, assurances et fonds d’investissements, et bien sûr le blanchiment de l’argent sale.

 

Comme l’expliquent Christian Chavagneux et Ronen Palan (Les paradis fiscaux, La Découverte, 2012), les paradis fiscaux sont des pays dans lesquels des résidents étrangers, riches individus et entreprises, placent leur argent afin d’éviter d’être imposés sur leur territoire d’origine. Cette définition s’applique en fait à plusieurs types de pays :

 

  • Il y a ceux auxquels on pense spontanément, un ensemble de petites économies insulaires, de Jersey aux Bahamas en passant par Nauru, dont les régimes fiscaux ont été constitués avec l’intention avouée d’attirer les non-résidents et qui en font la publicité dans les magazines économiques internationaux.

 

  • Mais un certain nombre d’autres pays, généralement considérés aussi comme des paradis fiscaux, comme la Suisse, le Luxembourg ou le Liechtenstein, en refusent l’étiquette. Ils présentent de fait des systèmes fiscaux complexes, variés et réglementés… mais tendent néanmoins à « oublier » que leurs lois fiscales présentent certaines caractéristiques qui les rendent très attractives aux yeux des détenteurs de capitaux étrangers.

 

Le géographe Roger Brunet qualifia en 1986 les paradis fiscaux d'« antimonde » pour montrer que tout y fonctionne à l'inverse des règles respectées ailleurs et qu'ils peuvent aller contre les intérêts du reste du monde.

Plus récemment, le journaliste britannique Nicolas Shaxson affirmait : « La raison d'être des paradis fiscaux, c'est de fournir à quelques privilégiés le moyen d'échapper aux obligations qui incombent à tout un chacun du fait de vivre en société - des obligations telles que payer ses impôts, se soumettre aux lois économiques, pénales, successorales, etc. C'est cela même qui constitue la base de leur activité : c'est ce qu'ils font.  J'ai choisi une définition large du paradis fiscal pour deux raisons : d'une part, pour remettre en cause l'idée communément admise qu'il est acceptable pour un pays de s'enrichir en sapant les lois des autres pays ; d'autre part, pour disposer d'une loupe à travers laquelle examiner l'histoire récente du monde. Cette définition me permettra de démontrer que les paradis fiscaux ne sont pas des excroissances pittoresques de l'économie mondialisée, mais qu'au contraire ils sont logés en son cœur. » (Les paradis fiscaux, Enquête sur les ravages de la finance néolibérale, 2012)

Dénoncés à coup de « listes noires » à la fin des années 1990, mais toujours très actifs, les paradis fiscaux font aujourd’hui l’objet d’une attention soutenue de la part des administrations fiscales de nombreux Etats. Des ONG comme le Tax Justice Network dénoncent les conséquences néfastes de la place prise par les paradis fiscaux dans la globalisation : instabilité financière, affaiblissement des démocraties, creusement des inégalités….

Le Tax Justice Network milite pour que les Etats imposent aux grandes multinationales une comptabilité « pays par pays », qui les empêcherait de drainer hors d’un territoire les profits qu’elles y réalisent.

 

Cette lutte pour plus de justice fiscale est, on le voit bien, éminemment géographique :

  • elle remet sur le devant de la scène le lien entre les stratégies mondialisées des grands acteurs de la mondialisation et leurs ancrages territoriaux;
  • elle souligne que la notion de « territoire » est bien pertinente pour décrire la planète financière.

 

 

A voir ou à revoir : Le prix à payer (documentaire d’Harold Crooks sorti en 2015)

Dessin : @Chappatte

 


more...
François Arnal's curator insight, April 11, 2015 5:58 AM

Lire les commentaires d'origine par Caroline Lechat qui vous propose de réviser la PF en 10 leçons

http://www.scoop.it/t/geographie-planete-financiere

Scooped by Caroline Lechat
Scoop.it!

Révisions Episode 04/10 : "La planète financière à l'échelle locale"

Révisions Episode 04/10 : "La planète financière à l'échelle locale" | Géographie de la planète financière | Scoop.it

Cet article du Monde daté du 29 janvier 2015 et intitulé "A Londres, le Qatar rachète Canary Wharf" évoque le quartier d’affaires de Canary Wharf, son histoire liée à celle de la City et son actualité avec les récents investissements qataris…


De quoi méditer à nouveau ce qu'écrivait déjà Olivier Dollfus en 1997 :

« Les lieux conservent toute leur importance dans le monde de la globalisation, ce qui peut paraître paradoxal dans un monde de l’instantanéité de l’information et de l’accroissement des vitesses dans les transports. La valeur des lieux joue toujours ».

 

Olivier Dollfus, La mondialisation, 1997, p. 71


Photo: David Ilif. License CC-BY-SA 3.0


Caroline Lechat's insight:

La planète financière à l’échelle locale

 

La planète financière s’incarne dans des lieux précis, dont l’architecture exprime généralement la puissance. Cela ne date pas d’hier : à Paris, les sculptures et mosaïques qui ornent la façade du siège historique de la BNP (situé rue Bergère dans le 9ème arrondissement) affichent depuis le 19ème siècle les ambitions mondiales de la banque. A New-York, la bourse de Wall Street se tient dans un bâtiment d’inspiration gréco-romaine. Construite dans les années 1930, la bourse de Chicago reflète elle aussi la puissance par sa verticalité (le bâtiment est longtemps resté le plus haut de la ville) et ses sculptures évoquant la prospérité du monde agricole d’Amérique du Nord qui a fait la fortune cette bourse spécialisée dans les marchés à terme agricoles.

 

Rien d'étonnant à ce que ces lieux soient aussi devenus ceux de la contestation de la finance néo-libérale et de ses dérives, à l'image du mouvement "Occupy Wall Street". C''est ce qu'analysait en 2012 le géographe Michel Lussault dans cet article intitulé "Bienvenue dans la nouvelle lutte des places !"

A lire ici :

http://www.raison-publique.fr/article491.html


Il existe toutefois d’autres lieux clés du monde de la finance tout aussi identifiables à l’échelle locale, mais qui n’affichent pas leur importance et se fondent dans le paysage urbain qui les entourent : rien ne rend visible de l’extérieur le rôle joué par telle adresse au Delaware ou aux Pays-Bas, où sont pourtant domiciliées des milliers de firmes multinationales qui y font transiter des flux financiers colossaux. Ici, c’est la discrétion qui prime…

 

 

Pour approfondir :

 

Visite virtuelle du site historique de la BNP rue Bergère :

 

http://www.bnpparibas.com/sites/default/files/ckeditor-upload/files/PDF/Culture%20d%27entreprise/Histoire/VF/print_17290_019299607918-Collection_Berg%C3%A8re_VF_int.pdf

 

En anglais : The Chicago Board of Trade Building :

 

http://en.wikipedia.org/wiki/Chicago_Board_of_Trade_Building

 

Article d’Eve Charrin sur la City, à lire dans la revue XXI (n°29, Hiver 2015), intitulé « Golden City ».

Début de l’article ici :

http://www.revue21.fr/zoom_sur/golden-city-2/

 

« Nomade, la finance ? Pas du tout ! Aussi globalisés et dématérialisés que soient les marchés, l’argent a besoin d’un ancrage, comme vous et moi. On peut lui rendre visite à son adresse favorite : la City, à Londres, qui dispute à Wall Street le titre de première place financière mondiale. Dans l’ancienne commune médiévale se négocient 70 % des titres obligataires du monde. Près de trois mille milliards de dollars en devises, soit plus de 40 % des flux planétaires, s’y échangent chaque jour.

Si les chiffres défient l’imagination, la City, elle, n’a rien d’abstrait. Façades néoclassiques, étroites ruelles tortueuses, gratte-ciel du dernier chic architectural : sur deux kilomètres carrés, le « Square Mile » offre un abri très sûr. De HSBC à la Deutsche Bank, de la très british Barclays à la Bank of China en passant par la vénérable Lloyds, BNP Paribas, Axa ou Goldman Sachs, la City s’est imposée comme « the place to be ». Les trois quarts des cinq cents plus grandes entreprises mondiales ont ouvert un bureau sur place, et 400 000 personnes viennent travailler chaque matin. Ici, plutôt que les tabloïds anglais racoleurs avec une fille aux seins nus en page trois, les kiosques à journaux aux couleurs pimpantes mettent en devanture l’austère Financial Times, et le minuscule débit de sandwichs coincé en bas d’une tour de bureaux se dénomme, sans ironie apparente, World Finance – Snacks".

Eve Charrin, Golden City, extrait.

more...
François Arnal's curator insight, April 11, 2015 5:59 AM

Lire les commentaires d'origine par Caroline Lechat qui vous propose de réviser la PF en 10 leçons

http://www.scoop.it/t/geographie-planete-financiere

Scooped by Caroline Lechat
Scoop.it!

Révisions Épisode 01/10 : "Finance, vitesse et géographie"

Révisions Épisode 01/10 : "Finance, vitesse et géographie" | Géographie de la planète financière | Scoop.it

La finance bientôt à la vitesse de la lumière : article du quotidien suisse Le Temps, paru le 30 décembre 2011.


Photo :

Des commis d'agents de change attendent les ordres devant la corbeille de la Bourse, au Palais Brongniart à Paris dans les années 1980 @ AFP

Caroline Lechat's insight:

La rapidité de la circulation de l'argent à l’échelle mondiale

 

5300 milliards de dollars s’échangent tous les jours sur le seul marché des changes ! A la fin des années 1980, c’était seulement 620 milliards de dollars par jour… une somme certes déjà colossale mais bien en dessous des flux quotidiens actuels. Difficile d’imaginer concrètement ce que ces sommes représentent, et pour cause : pour l’ensemble de l’année 2013 ces échanges ont atteint l’équivalent de 18,5 fois le PIB mondial !

 

L’ampleur, la vitesse et la dématérialisation de la circulation de l’argent caractérisent la globalisation financière. Sur le fond, l’interdépendance entre les différentes régions du monde créée par les échanges commerciaux et les flux financiers n’est pas fondamentalement nouvelle : Fernand Braudel rappelle dans La Dynamique du capitalisme comment « dès la fin du 14ème siècle, les archives de Francesco di Marco Datini, marchand de Prato près de Florence, nous signalent les va-et-vient de lettres de change entre les villes d’Italie et les points chauds du capitalisme européen : Barcelone, Montpellier, Avignon, Paris, Londres, Bruges… ». Braudel rappelle encore qu’à partir de la découverte de l’Amérique, les métaux précieux « font déjà le tour du monde », et prend l’exemple des « pièces de huit espagnoles », qui « frappées avec le métal blanc d’Amérique, traversent la Méditerranée, traversent l’Empire turc et la Perse, atteignent l’Inde et la Chine. A partir de 1572, par le relais de Manille, le métal blanc américain traverse aussi le Pacifique et, en fin de voyage, parvient une fois de plus à la Chine, par cette voie nouvelle. »

 

Ce qui est radicalement nouveau, en revanche, c’est l’accélération des échanges financiers et leur extrême rapidité qui caractérisent la fin du 20ème siècle : c’est ainsi qu’émerge cette « planète financière » en partie déconnectée de l’économie réelle… et en même temps très ancrée dans la géographie concrète du monde d’aujourd’hui.

Cet article du quotidien suisse Le Temps, en 2011, évoque la mise en place du Trading Haute Fréquence dans la grande place financière européenne qu’est Zurich.  Il souligne un paradoxe qui n’est peut-être qu’apparent : loin de déconnecter définitivement la finance de la géographie, l’accélération de la vitesse des échanges (dont le Trading Haute Fréquence est l’exemple le plus extrême) redonne du poids aux lieux d’échange et de connexion à l’information. L’article évoque l’ancien fonctionnement des places boursières où les traders se groupaient autour de la « corbeille » pour vendre et acheter les actions des sociétés côtées en bourse. Aujourd’hui, la nécessité de se rapprocher des serveurs informatiques assurant la connexion la plus rapide recrée d’une certaine manière une « corbeille ». Pour le dire autrement, les NTIC n’ont pas fait disparaître les lieux centraux des réseaux de la finance mondialisée.

 

Pour en savoir plus : cet article de Challenges intitulé « Quand la bourse de Paris n’était pas pilotée par les ordinateurs ». Avec de belles photos de l’intérieur du Palais Brongniart, avant et après la révolution des NTIC dans le monde de la finance.

En bonus : une explication de l’origine de l’expression « Corbeille »…

Et l’on apprend aussi que, jusqu’en 1967, la profession d’agent de change à la bourse de Paris était interdite aux femmes...quel scandale !

 

http://www.challenges.fr/finance-et-marche/20120809.CHA9532/quand-la-bourse-de-paris-n-etait-pas-pilotee-par-les-ordinateurs.html

 

 

more...
François Arnal's curator insight, April 11, 2015 6:01 AM

Lire les commentaires d'origine par Caroline Lechat qui vous propose de réviser la PF en 10 leçons

http://www.scoop.it/t/geographie-planete-financiere

François Arnal's comment, April 11, 2015 6:02 AM
Bravo Caroline pour cet excellente synthèse que je me suis permis de relayer à 2 jours de l'échéance... FA
Scooped by Caroline Lechat
Scoop.it!

"SwissLeaks : comprendre la fraude fiscale de HSBC en 3 min"

"SwissLeaks : comprendre la fraude fiscale de HSBC en 3 min" | Géographie de la planète financière | Scoop.it
"En 2006 et 2007, la banque HSBC de Genève a mis en place un système de fraude fiscale. Le placement de l'argent de ses clients dans des sociétés offshore a permis l'évasion de plus de 180 milliards d'euros, selon les enquêteurs, à travers plus de 200 pays pour le compte de 130 000 personnes physiques ou morales. Les explications en images."
Caroline Lechat's insight:

La banque HSBC est, selon les classements, de la 2ème à la 5ème plus grande banque mondiale. Ses stratégies totalement mondialisées sont celles d'un acteur majeur de la globalisation financière mais la banque fait l'objet d'un scandale retentissant à cause de l'ampleur des fraudes fiscales qu'elle a favorisées.

Là aussi, on est au coeur des enjeux de la globalisation financière : on voit à quel point la circulation de l'argent met en réseau paradis fiscaux et grandes métropoles en mêlant dans les mêmes circuits et les mêmes lieux les flux financiers liés à des stratégies d'optimisation ou d'évasion fiscale, l'argent sale et tous les "autres" capitaux.


Dossier complet du Monde.fr sur Swissleaks à retrouver ici :

http://abonnes.lemonde.fr/economie/visuel/2015/02/11/swiss-leaks-tout-savoir-sur-ce-systeme-internationale-de-fraude-fiscale_4574353_3234.html


Illustration : @Rémi Malingrey, pour Le Monde

http://www.remimalingrey.com/

more...
No comment yet.
Scooped by Caroline Lechat
Scoop.it!

La planète financière du global au local

La planète financière du global au local | Géographie de la planète financière | Scoop.it


"Si les capitaux sont mobiles, ils devraient circuler partout ! Alors comment se fait-il que la finance globale demeure concentrée dans un tout petit nombre de places financières mondiales ? "

Caroline Lechat's insight:

Le compte-rendu de ce Café-Géo de novembre 2014 sur "La planète financière du global au local" : très clair et très utile pour aller à l'essentiel et réviser les grandes problématiques du programme sur la planète financière.

more...
No comment yet.
Scooped by Caroline Lechat
Scoop.it!

La banque chinoise d'investissement séduit

La banque chinoise d'investissement séduit | Géographie de la planète financière | Scoop.it

"Le dragon chinois veut cracher ses yuans sur l'Asie. Superpuissance régionale, gorgée de devises, la Chine veut doter l'Asie d'une banque d'investissement qui reflète son poids économique. Aujourd'hui, les pays asiatiques à la recherche de financements pour leurs infrastructures doivent se tourner vers la Banque mondiale (dominée par les Occidentaux) ou vers la Banque asiatique de développement (dominée par les Japonais). Alors que la réforme visant à donner plus de place aux grands pays émergents dans les institutions de Bretton Woods est bloquée au Congrès américain, Pékin prépare depuis plusieurs mois le lancement d'une Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures (AIIB).

Cette institution est destinée à financer des projets de développement des transports, de l'énergie, des télécommunications, etc. en Asie. La Chine souhaite doter l'institution d'un capital de 100 milliards de dollars, dont elle apporterait la moitié. En octobre dernier, 21 pays, du Koweït à l'Ouzbékistan en passant par la Birmanie et le Pakistan, se sont ralliés au projet. En mars, le Royaume-Uni, la France, l'Allemagne et l'Italie ont fait connaître leur souhait de devenir membres fondateur de ce projet. C'est donc un véritable camouflet pour Washington, mais aussi pour Moscou qui voient les pays asiatiques habituellement sous leur influence se tourner vers l'Est."

Photo : 24 octobre 2014, le lancement à Pékin de la Banque Asiatique d’Investissement dans les Infrastructures. Le président chinois, Xi Jinping, est le 3ème en partant de la droite.

Crédits photo : POOL/ REUTERS

Caroline Lechat's insight:

Depuis le 31 mars 2015, près d'une quarantaine de pays (asiatiques mais pas seulement : la Grande-Bretagne, la France et le Brésil comptent parmi les participants)  ont annoncé leur volonté de rejoindre la nouvelle Banque Asiatique d'Investissement dans les Infrastructures, lancée par la Chine et basée à Pékin.

La puissance financière de la Chine s'impose de plus en plus : les réactions contrariées des États-Unis face au succès de cette nouvelle Banque chinoise montrent bien que les enjeux financiers reflètent de nouveaux équilibres régionaux et mondiaux. Cet article d'Alternatives Économiques (avril 2015) fait le point en bref. 

La Chine s'affirme bel et bien comme le nouveau "banquier de l'Asie" avant de devenir peut-être le "banquier du monde", pour reprendre le titre du livre de Claude Meyer (Fayard, 2014)

http://www.alternatives-economiques.fr/la-chine-banquier-du-monde_fr_art_1285_67348.html

Les correspondants du Monde Harold Thibault et Brice Pedroletti titrent à ce propos :"Comment la Chine dessine la nouvelle finance mondiale", un article détaillé à lire ici :

http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2015/03/31/comment-la-chine-dessine-la-nouvelle-finance-mondiale_4606491_3234.html

La journaliste du Monde Sylvie Kauffman décrit avec humour et précision les enjeux géopolitiques et parle d'"embuscade sur la route de la soie". A lire ici :

http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2015/03/21/embuscade-sur-la-route-de-la-soie_4598508_3232.html

more...
Caroline Lechat's curator insight, September 20, 2015 11:23 AM

Depuis le 31 mars 2015, près d'une quarantaine de pays (asiatiques mais pas seulement : la Grande-Bretagne, la France et le Brésil comptent parmi les participants)  ont annoncé leur volonté de rejoindre la nouvelle Banque Asiatique d'Investissement dans les Infrastructures, lancée par la Chine et basée à Pékin.

La puissance financière de la Chine s'impose de plus en plus : les réactions contrariées des États-Unis face au succès de cette nouvelle Banque chinoise montrent bien que les enjeux financiers reflètent de nouveaux équilibres régionaux et mondiaux. Cet article d'Alternatives Économiques (avril 2015) fait le point en bref. 

La Chine s'affirme bel et bien comme le nouveau "banquier de l'Asie" avant de devenir peut-être le "banquier du monde", pour reprendre le titre du livre de Claude Meyer (Fayard, 2014)

http://www.alternatives-economiques.fr/la-chine-banquier-du-monde_fr_art_1285_67348.html

Les correspondants du Monde Harold Thibault et Brice Pedroletti titrent à ce propos :"Comment la Chine dessine la nouvelle finance mondiale", un article détaillé à lire ici :

http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2015/03/31/comment-la-chine-dessine-la-nouvelle-finance-mondiale_4606491_3234.html

La journaliste du Monde Sylvie Kauffman décrit avec humour et précision les enjeux géopolitiques et parle d'"embuscade sur la route de la soie". A lire ici :

http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2015/03/21/embuscade-sur-la-route-de-la-soie_4598508_3232.html

Scooped by Caroline Lechat
Scoop.it!

Le yuan devient-il une véritable monnaie internationale ?

Le yuan devient-il une véritable monnaie internationale ? | Géographie de la planète financière | Scoop.it

"Les autorités chinoises procèdent à une montée en puissance graduelle de leur monnaie.

Au travers des accords Swap passés avec la City et la Banque centrale européenne, le Yuan est désormais utilisé pour des transactions financières internationales."


Caroline Lechat's insight:

Reflet de la puissance émergente chinoise, le yuan (renminbi pour son nom officiel) devient une monnaie de plus en plus utilisée dans les échanges mondiaux...

Et pourtant la monnaie chinoise n'est pas totalement convertible et la Chine maintient des contrôles très forts sur les entrées et sorties de capitaux sur son territoire.

Les explications de François Lemoine, économiste spécialiste de la Chine contemporain, sur ce paradoxe et sur les stratégies des autorités chinoises. 

A écouter sur France Culture dans l'émission de François Garçin sur les Enjeux Internationaux (11 minutes)

more...
Caroline Lechat's curator insight, September 20, 2015 11:24 AM

Reflet de la puissance émergente chinoise, le yuan (renminbi pour son nom officiel) devient une monnaie de plus en plus utilisée dans les échanges mondiaux...

Et pourtant la monnaie chinoise n'est pas totalement convertible et la Chine maintient des contrôles très forts sur les entrées et sorties de capitaux sur son territoire. 

Les explications de François Lemoine, économiste spécialiste de la Chine contemporain, sur ce paradoxe et sur les stratégies des autorités chinoises. 

A écouter sur France Culture dans l'émission de François Garçin sur les Enjeux Internationaux (11 minutes)

Scooped by Caroline Lechat
Scoop.it!

Le Brexit va-t-il mettre fin à trente ans de domination de la City ?

Le Brexit va-t-il mettre fin à trente ans de domination de la City ? | Géographie de la planète financière | Scoop.it
La crise financière de 2008 et maintenant le Brexit remettent en cause la domination de la City et de l’ère dorée qu’elle avait connue depuis trente ans avec la dérégulation de la finance par la première ministre britannique Margaret Thatcher.

 

Infographie LeMonde.fr

Caroline Lechat's insight:

 

A quel point le Brexit correspond-t-il à une fin de cycle pour la City de Londres ? Dans quelle mesure les banques et acteurs du monde de la finance seront-ils contraints de déménager ?

 

Un article du Monde daté du 23 octobre 2016, "Après le Brexit, la City vacille" :

http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/10/23/apres-le-brexit-la-city-vacille_5018887_3234.html

 

Extrait : 
"Petite boutique de gestion de fortune, grande banque internationale, start-up de la « Fintech » (« financial technology») : tous les métiers de la City sont dans les starting-blocks. Quatre mois après le vote des Britanniques en faveur de la rupture avec l’Union européenne, le centre financier prépare activement des plans de déménagement. Les départs sont désormais inéluctables. Seules leur ampleur et leur vitesse sont en question.
Une étude réalisée par le cabinet Oliver Wyman prévoit, selon les scénarios, entre 4 000 et 35 000 emplois qui quitteraient les rives de la Tamise. Cela représente entre 1 % et 8 % de la main-d’œuvre de la City. Pas de quoi faire disparaître le premier centre financier d’Europe, mais de quoi sérieusement l’affaiblir."

 

more...
No comment yet.
Scooped by Caroline Lechat
Scoop.it!

« Panama Papers » : une plongée au cœur de l’opacité financière

« Panama Papers » : une plongée au cœur de l’opacité financière | Géographie de la planète financière | Scoop.it

"Les informations recueillies mettent en évidence des réseaux financiers impliquant 21 paradis fiscaux (Bahamas, Hongkong, Singapour, Jersey, Nevada…) au service de clients situés dans plus de 200 pays ayant utilisé 14 000 intermédiaires ! Parmi ces intermédiaires, les banques jouent un rôle clé : selon l’enquête du Consortium, cela concerne des grands noms – Deutsche Bank, UBS, Crédit suisse, HSBC, BIL, Société générale… soit au total 511 établissements ! –, essentiellement par leurs filiales situées au Luxembourg, la place forte de l'évasion fiscale au cœur de l’Europe. C’est en effet du Grand-Duché qu’émanent majoritairement les demandes de formation de sociétés-écrans. De plus, on apprend que la société d’avocats panaméenne a écrit une partie des lois à Niue ou au Samoa pour pouvoir ajouter de l’opacité à l’opacité grâce à ces territoires..."

 

Christian Chavagneux, AlterEco+

Photo @MAURICIO VALENZUELA/XINHUA-REA

 

Caroline Lechat's insight:

Le 3 avril 2016, éclate dans la presse internationale le scandale financier des « Panama Papers ». A l’origine : une fuite de plus de 11 millions de documents provenant d’un cabinet d’avocat panaméen, la firme Mossack Fonseca, spécialisée dans la création de sociétés off-shores. Le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung a partagé ces documents avec une centaine de rédactions internationales, dont le journal Le Monde, via le Consortium International des Journalistes d’Investigation.

C’est avec une ampleur inédite que sont mis en lumière les rouages des paradis fiscaux et leur rôle à l’échelle mondiale. Cet article de Christian Chavagneux sur AlterEco+ montre le grand nombre de pays concernés par le scandale des Panama Papers et rappelle l’histoire du paradis fiscal qu’est le Panama.


A écouter aussi sur France Inter, dans les 15 premières minutes de l’émission Un jour dans le monde de Nicolas Demorand avec le chercheur Kevin Partenay, pour un « Focus sur le Panama » très clair :

http://www.franceinter.fr/emission-un-jour-dans-le-monde-panama-papers-focus-sur-ce-petit-pays-d-amerique-centrale

 

Plus de détails sur les révélations des Panama Papers sur le site du Monde.fr avec :

« L’Affaire des Panama Papers en 7 chiffres » :

http://abonnes.lemonde.fr/panama-papers/article/2016/04/04/evasion-fiscale-l-affaire-des-panama-papers-en-7-chiffres_4895015_4890278.html

« Ce qu’il faut retenir » :

http://www.lemonde.fr/panama-papers/article/2016/04/04/evasion-fiscale-si-vous-n-avez-rien-suivi-aux-panama-papers_4895259_4890278.html

Et une mise en perspective, « d’UBS aux Panama Papers, une décennie de scandales financiers et ce qu’ils ont changé » :

http://www.lemonde.fr/panama-papers/article/2016/04/06/d-ubs-aux-panama-papers-une-decennie-de-scandales-financiers-et-ce-qu-ils-ont-change_4897177_4890278.html

 

Alain Deneault, universitaire canadien spécialiste des paradis fiscaux, souligne l’urgence et les enjeux citoyens de la lutte contre les paradis fiscaux. A écouter sur radio Canada ici :

http://ici.radio-canada.ca/emissions/le_15_18/2015-2016/chronique.asp?idChronique=402698

 

Le Panama n’est pas seulement un paradis fiscal : grâce au canal de Panama, ce petit pays d’Amérique centrale occupe une place particulière dans la géographie du transport maritime mondialisé… C’est aussi un des grands pavillons de complaisance. Le point avec cette émission du Dessous des Cartes en 2014 :

http://ddc.arte.tv/nos-cartes/le-canal-de-panama-a-t-il-un-avenir

et avec cette belle émission de Thalassa « Au cœur des grandes routes maritimes » (2015) :

https://www.youtube.com/watch?v=FvwdH_jfgnQ

 

L'Obs résume 10 choses à connaître sur le Panama...dont l'histoire du célèbre chapeau, autre renommée mondiale pour le petit pays...mais c'est en réalité d'Equateur que vient le couvre-chef !

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20160404.OBS7829/10-choses-a-savoir-sur-le-panama.html

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Caroline Lechat
Scoop.it!

Un outil anti-paradis fiscaux bloqué en pleine nuit à l'Assemblée Nationale

Un outil anti-paradis fiscaux bloqué en pleine nuit à l'Assemblée Nationale | Géographie de la planète financière | Scoop.it

"Mais qu’est-ce qui leur a pris ? Ce fut une nuit de folie à l’Assemblée nationale. A minuit, la France était dotée d’une arme anti-paradis fiscaux très attendue et qui recevait son deuxième vote parlementaire positif en 10 jours. A une heure trente du matin, le vote était annulé par une manœuvre indigne du gouvernement. Pour quel enjeu ?"

Caroline Lechat's insight:

 

Par Christian Chavagneux, sur AlterEco+Plus

 

Photo : Christian Eckert, secrétaire d'Etat au Budget, a interrompu la séance et est parvenu à faire retoquer l'amendement permettant de lutter contre l'optimisation fiscale.Photo Jacques Demarthon. AFP

more...
No comment yet.
Scooped by Caroline Lechat
Scoop.it!

«Les Nouveaux Loups de Wall Street», un documentaire d'Ivan Macaux

«Les Nouveaux Loups de Wall Street», un documentaire d'Ivan Macaux | Géographie de la planète financière | Scoop.it

"Construit à la manière d'une enquête policière, ce docu explique les rouages de ce système invisible qui repose sur des algorithmes et des flux immatériels.

Auparavant, le nerf de la guerre était l’information, désormais c’est la vitesse: en une minute aujourd’hui, ce sont 21 millions de transactions qui sont réalisées. Le principal outil de ces traders nouvelle génération : les réseaux à l’heure où les marchés ont remplacé les hommes. La rapidité du réseau est un tel enjeu qu’une ligne privée a été installée entre les bourses de New York et Chicago. Un investissement colossal pour 1 200 kilomètres de fibres mais essentiel quand gagner quelques millièmes de secondes peut faire gagner ou perdre des centaines de millions de dollars."

Caroline Lechat's insight:

Inspiré de l'ouvrage de Michael Lewis, Flash Boys, ce documentaire passionnant d'Ivan Macaux avec Ali Baddou diffusé en avril 2015 sur Canal + analyse les enjeux liés à l'essor du Trading Haute Fréquence et en explore les nouveaux lieux, comme Basildon dans la banlieue de Londres où sont désormais stockés les serveurs informatiques de la bourse de Paris...

 

Sur le site de Canal + : http://www.canalplus.fr/c-infos-documentaires/pid8068-c-les-nouveaux-loups-de-wall-street.html

 

et à (re)voir en entier ici : https://www.youtube.com/watch?v=joU2er8sKE4

 

more...
No comment yet.
Scooped by Caroline Lechat
Scoop.it!

Révisions Episode 09/10 : "Géographie culturelle de la planète financière"

Révisions Episode 09/10 : "Géographie culturelle de la planète financière" | Géographie de la planète financière | Scoop.it

"La finance islamique, basée sur les principes de l'Islam, connaît un fort développement. Comment fonctionne-t-elle ? A qui s'adresse-t-elle ? Explications avec cet article du Figaro daté du 25 novembre 2014.

Photo : Une banque islamique en Malaisie. 

© Samsul Said / Reuters

Caroline Lechat's insight:

Géographie culturelle de la planète financière


Derrière l’uniformisation de l’architecture des quartiers d’affaires et l’emploi généralisé de l’anglais des affaires dans le monde de la finance, existe pourtant une vraie diversité culturelle de la planète financière.

 

Les photographies des grandes places boursières par Andreas Gursky le montrent bien : les traders de la bourse de Dubaï et de celle de Tokyo ne partagent pas les mêmes codes vestimentaires

 

Récemment, l’émergence de la finance islamique a mis en lumière l’existence de cette dimension culturelle dans le monde de la finance.  La finance islamique repose sur plusieurs principes :

  • le respect de l’interdit religieux de l’usure,
  • l’obligation du partage des profits et des pertes
  • l’interdiction d’investir dans certains domaines considérés comme impurs ( ex : les jeux d’argent, l’alcool, la pornographie).

Des banques se sont spécialisées dans la finance islamique, particulièrement en Indonésie, en Malaisie et dans les pays du Golfe. Les grandes places financières mondiales sont aujourd’hui en concurrence pour tenter de capter ces flux financiers : c’est le cas de Londres, bien sûr, mais aussi de Dubaï et de Kuala Lumpur.

 

 

Retrouver sur ce site les photographies d’Andreas Gursky :

http://www.scoop.it/t/geographie-planete-financiere/?tag=Andreas+Gursky

 

more...
François Arnal's curator insight, April 11, 2015 5:57 AM

Lire les commentaires d'origine par Caroline Lechat qui vous propose de réviser la PF en 10 leçons

http://www.scoop.it/t/geographie-planete-financiere

Scooped by Caroline Lechat
Scoop.it!

Révisions Episode 08/10 : "Géopolitique et planète financière"

Révisions Episode 08/10 : "Géopolitique et planète financière" | Géographie de la planète financière | Scoop.it

L'Allemagne a rejeté à plusieurs reprises les demandes du gouvernement grec, qui lui réclame 279 milliards d'euros pour l'occupation de la Grèce par l'armée allemande entre 1941 et 1944.

Photo : Au mémorial de Distomo, en juin 2012. Le village grec a été la cible de massacres perpétrés par les nazis lors de la Seconde Guerre mondiale. (Photo Yannis Behrakis. Reuters)


Caroline Lechat's insight:

Géopolitique et planète financière

 

L’argent est le nerf de la guerre, dit le dicton. A l’inverse, les enjeux financiers peuvent aussi être à l’origine de tensions et, on l’a vu, avoir des répercussions très concrètes sur les territoires.

 

Dans la zone euro, la crise grecque a fait ressurgir des tensions à différentes échelles :

  • tensions à l’échelle européenne, depuis que la Grèce a remis sur la table des négociations un contentieux financier datant de la Seconde Guerre Mondiale entre la Grèce et l’Allemagne ;
  • idem lors de la récente visite du chef du gouvernement grec, Alexis Tsipras, en Russie, qui a réveillé les divisions entre Etats européens au sujet de la politique à mener face à la Russie depuis son invasion de la Crimée (… des sanctions financières, justement).
  • Mais la crise budgétaire qu’affronte la Grèce provoque aussi des tensions à l’intérieur même du pays : des lignes de fractures sont réapparues au grand jour avec la crise (l’Eglise orthodoxe, qui est après l’Etat le premier propriétaire foncier du pays, ne paie quasiment pas d’impôts, les armateurs non plus).

 

Décrire des rivalités de pouvoir sur des territoires, voilà l’essence de la démarche d’analyse géopolitique telle que la présente le géographe Yves Lacoste, qui a remis la notion au goût du jour dans les années 1970. Il a montré que c’est une démarche ancienne : c’est déjà celle d’Hérodote, qui rédigea au cinquième siècle avant notre ère l’histoire du conflit connu sous le nom de guerres médiques entre cités grecques et Empire perse.

 

Voici comment Lacoste décrit la démarche d’Hérodote :  

 

« Hérodote fut le premier à décrire globalement des territoires qu’il ne pouvait saisir du regard, et à retracer les mouvements d’ensemble d’armées, de peuples ou d’empires dont l’accomplissement, plus ou moins lent, s’était fait dans la confusion.

 

Hérodote donne le premier une expression pleine, écrite et construite à ce que nous avons appelé le sentiment géographique. Au temps où les cartes étaient rares et très sommaires, l’effort des géographes visait à décrire et représenter tout ce qui, sur la Terre, dépassait la mesure que l’homme peut appréhender s’il parcourt de grandes distances ou grimpe au sommet de hautes montagnes. » (Yves Lacoste, La Légende de la Terre, Flammarion 1996, p.62).

 

La planète financière se prête elle aussi à cette analyse, qui implique de dépasser dans un premier temps l’apparente abstraction des enjeux financiers, pour en montrer les conséquences concrètes, et notamment conflictuelles.

A la manière de la démarche initiée par Hérodote : « décrire globalement des territoires qu’[on] ne peut saisir du regard ».

 

Pour aller plus loin :

 

Un article de Libération sur le contentieux des réparations de guerre entre l’Allemagne et la Grèce :

http://www.liberation.fr/economie/2015/03/11/pour-berlin-l-affaire-est-reglee-depuis-longtemps_1218918

 

Cet édito du Monde, daté du 10 avril 2015, sur la visite d’Alexis Tsipras à Moscou :  http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2015/04/10/le-fantasme-d-un-axe-moscou-athenes_4613643_3232.html

 

En France, les élections municipales de 2014 et départementales de 2015 ont rappelé que de nombreuses collectivités territoriales doivent toujours gérer les conséquences de nombreux « emprunts toxiques » dans leurs budgets.

 

Cette série d’articles des Décodeurs du Monde explique les enjeux :

http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2014/12/04/la-seine-saint-denis-renegocie-renegocie-ses-emprunts-toxiques_4533893_3234.html

more...
François Arnal's curator insight, April 11, 2015 5:58 AM

Lire les commentaires d'origine par Caroline Lechat qui vous propose de réviser la PF en 10 leçons

http://www.scoop.it/t/geographie-planete-financiere

Scooped by Caroline Lechat
Scoop.it!

Révisions Episode 05/10 : "Flux financiers et flux migratoires"

Révisions Episode 05/10 : "Flux financiers et flux migratoires" | Géographie de la planète financière | Scoop.it

"Devant le consulat du Tadjikistan à Moscou, les attroupements se forment dès 5 h 30 du matin, trois heures avant l'ouverture, et ce manège se répète chaque jour depuis trois mois. Les immigrés originaires de ce petit pays d'Asie centrale viennent récupérer les documents nécessaires à leur retour au pays. Les autres sont à la quête de permis de travail officiels, dont ils étaient dispensés à l'époque du boom économique russe, moyennant le versement de bakchichs.
Avec la crise du pétrole et l'entrée en récession du pays, il ne fait pas bon rester en Russie pour le 1,1 million d'immigrés tadjiks. Leurs transferts d'argent à leurs familles restées au pays représentent 40 % du PIB national. Avec un rouble qui a perdu 40 % de sa valeur, les revenus du Tadjikistan fondent comme neige au soleil. Il en va de même pour la nombreuse diaspora ukrainienne, kirghize ou arménienne présente à Moscou: quand l'économie russe s'enrhume, c'est toute l'ex-URSS qui tousse."

Caroline Lechat's insight:

Flux financiers et flux migratoires


D’après la Banque Mondiale, les envois de fonds des travailleurs migrants à leurs familles dans les pays en développement atteignent 436 milliards de dollars pour l’année 2014.

Les envois de fonds demeurent l’une des principales sources de ressources extérieures pour les pays en développement, excédant de loin l’aide publique au développement. 

Pour de nombreux pays en développement, les envois de fonds sont une importante source de devises.

  • Au Népal, par exemple, les envois de fonds représentent plus de 40% du PIB
  • En Inde, les envois de fonds se sont chiffrés à 70 milliards de dollars en 2013, soit plus que les 65 milliards de dollars générés par les exportations de services logiciels, le secteur phare du pays. 
  • En Ouganda, les envois de fonds sont deux fois élevés que les recettes tirées de la principale culture d’exportation, le café.

Les transferts de fonds sont des flux d'argent stables et croissants produits par les écarts de richesse entre le Nord et le Sud. Ces petits ruisseaux font de grandes rivières pour les banques : c’est l’origine du succès de Western Union.

La Banque mondiale qualifie les données sur les envois de fonds et les migrations de « baromètres de la paix et des conflits mondiaux »

Les remises des migrants apparaissent de fait comme indispensables au développement de nombreux PMA… qui restent marqués par leur vulnérabilité dans la mondialisation. Or les situations de crise se répercutent rapidement sur les migrants et sur les flux financiers qu’ils alimentent. Les remises peuvent diminuer brutalement à cause d’une crise économique, d’un conflit ou de l’expulsion du pays d’accueil.

La crise du rouble, en Russie, a ainsi des conséquences directes sur les pays voisins, tout particulièrement dans les anciennes républiques soviétiques d’Asie Centrale. C’est le cas  du Tadjikistan, un pays pauvre très dépendant des ressources envoyées par ses émigrés. La monnaie tadjik (le somoni) a perdu de sa valeur, entraînée par la chute du rouble russe. C’est la même chose au Kirghizistan. C'est ce qu'évoque cet article du Figaro, daté du 20 janvier  2015.

more...
François Arnal's curator insight, April 11, 2015 5:59 AM

Lire les commentaires d'origine par Caroline Lechat qui vous propose de réviser la PF en 10 leçons

http://www.scoop.it/t/geographie-planete-financiere

Scooped by Caroline Lechat
Scoop.it!

Révisions Episode 03/10 : "Ce que reflète la géographie des IDE"

Révisions Episode 03/10 : "Ce que reflète la géographie des IDE" | Géographie de la planète financière | Scoop.it

Dans cet article du Monde publié en janvier 2015, "La Chine exporte même ses investissements", Bernard Belloc et Dominique Jolly, professeurs à Skema Business School soulignent que pour la première fois, les investissements directs à l’étranger (IDE sortants) de l’Empire du Milieu vont dépasser les investissements directs faits par des entreprises étrangères sur son sol (IDE entrants). 

Ils expliquent que ce serait un contresens très occidental de voir dans une Chine exportatrice d’investissements une Chine impérialiste.

Caroline Lechat's insight:

Ce que reflète la géographie des IDE

 

Les flux des IDE dans le monde ont atteint 1450 milliards de dollars en 2013.Si les Etats-Unis restent le pays le plus attractif pour les investissements étrangers, la Chine et la Russie viennent désormais juste derrière. C’est globalement l’Asie qui capte le plus de flux d’IDE : en particulier l’Asie du Sud et du Sud-Est, qui a monopolisé près de 30% des IDE mondiaux.


Il faut noter l’importance grandissante des pays émergents et en développement, qui ont attiré 54% des IDE et deviennent aussi des investisseurs qui comptent de plus en plus : 39% des IDE provient des pays en développement en 2013… contre seulement 12% au début des années 2000.

 

Si on resserre l’analyse sur les BRICS, on constate qu’ils attirent aujourd’hui plus de 20% des IDE mondiaux (322 milliards de dollars en 2013) contre seulement 6% en 2000 ! Depuis 10 ans les investissements vers les BRICS ont plus que triplé

 

Parallèlement, les BRICS sont devenus d’importants investisseurs : en 2000 les investissements à l’étranger de tous les BRICS réunis ne représentaient que 7 milliards de dollars. Or douze ans après ils se montent à 126 milliards de dollars (soit 18 fois plus !). Là aussi, ce sont la Chine et la Russie qui dominent. Les pays émergents investissent surtout vers les pays développés et vers leurs aires régionales d’influence.

 

La place de la Chine et des pays émergents dans la géographie des flux d’IDE reflète leur montée en puissance dans la mondialisation. On le voit bien avec les rachats d’entreprises : Les firmes émergentes voient globalement leur chiffre d’affaire augmenter et s’internationalisent de plus en plus.

 

Pour approfondir :

Les investissements chinois en Europe :

 

http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2015/02/16/l-europe-cible-privilegiee-de-la-chine_4577585_3234.html?xtmc=investissements_chinois&xtcr=38

 

L’exemple des investissements d’Alibaba, géant chinois du e-commerce :

 

http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2015/03/12/alibaba-met-un-pied-chez-snapchat_4591807_3234.html?xtmc=investissements_chinois&xtcr=19


Illustration : les investissements chinois en France, source : Le Point :

http://www.lepoint.fr/economie/club-med-bonomi-jette-l-eponge-apres-la-surenchere-de-fosun-02-01-2015-1893669_28.php


more...
François Arnal's curator insight, April 11, 2015 5:59 AM

Lire les commentaires d'origine par Caroline Lechat qui vous propose de réviser la PF en 10 leçons

http://www.scoop.it/t/geographie-planete-financiere

Scooped by Caroline Lechat
Scoop.it!

Révisions Épisode 02/10 : "La hiérarchie des places financières"

Révisions Épisode 02/10 : "La hiérarchie des places financières" | Géographie de la planète financière | Scoop.it

Cet article du Figaro intitulé "Scandales bancaires : Londres et New-York à couteaux tirés" et daté d'août 2012 raconte la compétition entre ces deux villes mondiales au sein de la planète financière.


Caroline Lechat's insight:

La hiérarchie des grandes places financières

 

Loin devant toutes les autres, la bourse de New-York (NYSE et NASDAQ) domine la planète financière en termes de capitalisation boursière et d’offre de services financiers. Mais la compétition avec les autres villes mondiales, et en premier lieu avec Londres, reste forte.


Le dernier classement GFCI (The Global Financial Center Index), publié tous les 6 mois par le cabinet de conseil britannique Z/Yen, liste ainsi les 5 plus grandes places financières mondiales : New-York en tête, suivie de Londres, puis Hong-Kong, Singapour et Tokyo

(cf. l’illustration ci-dessus, en première page du rapport du GFCI 17 publié en mars 2015, en anglais ici : http://www.longfinance.net/images/GFCI17_23March2015.pdf)

 

 

Toutes ces villes sont aussi des métropoles puissantes dans la mondialisation, connectées entre elles en permanence. Leur rayonnement ne se limite pas au monde de la finance… mais la financiarisation croissante de l’économie mondiale a contribué à renforcer l’influence de leurs quartiers d’affaires.

 

Cet article du Monde, daté du 28 novembre 2014 intitulé « Bourses : la place de Shanghai dépasse celle de Tokyo » reprend ainsi les conclusions d’une étude de Boomberg faisant de Shanghai la 3ème bourse mondiale, dépassant désormais Tokyo. A l’échelle mondiale, le poids des bourses américaines et européennes reste déterminant, mais les places financières asiatiques connaissent une croissance extrêmement rapide, qui reflète bien l’émergence de la puissance chinoise.

 

http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2014/11/28/bourses-la-place-de-shanghai-depasse-celle-de-tokyo_4530839_3234.html

 

 

Pour approfondir : cette vidéo de la revue TDC (7’44 minutes) intitulée « Hong Kong et Shenzen, villes rivales ou complémentaires ? », qui illustre les profondes transformations de la ville de Shenzen, devenue aujourd’hui une des grandes places boursières mondiales.

 

http://www.reseau-canope.fr/tdc/tous-les-numeros/les-pays-emergents/videos/article/hong-kong-shenzen-villes-rivales-ou-complementaires-1.html

 

more...
François Arnal's curator insight, April 11, 2015 6:00 AM

Lire les commentaires d'origine par Caroline Lechat qui vous propose de réviser la PF en 10 leçons

http://www.scoop.it/t/geographie-planete-financiere

Scooped by Caroline Lechat
Scoop.it!

Roberto SAVIANO : "Comment la cocaïne nous a sauvés de la crise financière"

Roberto SAVIANO : "Comment la cocaïne nous a sauvés de la crise financière" | Géographie de la planète financière | Scoop.it

Le Nouvel Observateur - Selon votre enquête, l'immense majorité de l'argent de la drogue est recyclée par les banques américaines et européennes. Pis, vous écrivez que, lors de la crise des «subprimes», les milliards de dollars du narcotrafic ont sauvé les banques.


Roberto Saviano - Avec l'argent de la coke, on achète d'abord les politiciens et les fonctionnaires, et ensuite un abri dans les banques. Blanchir est une opération gagnante. Il n'y a aucun employé ou dirigeant de banque qui ait dû voir l'intérieur d'une prison à cause de ça. Dans la seconde moitié de 2008, les liquidités sont devenues le principal problème des banques.

Comme l'a souligné Antonio Maria Costa, qui dirigeait le bureau drogue et crime à l'ONU, les organisations criminelles disposaient d'énormes quantités d'argent liquide à investir et à blanchir. Les gains du narcotrafic représentent plus d'un tiers de ce qu'a perdu le système bancaire en 2009, comme l'a dénoncé le FMI, et les liquidités des mafias ont permis au système financier de rester debout.

D'après le FBI, la Bank of America aurait permis au cartel mexicain des Zetas de recycler leurs narcodollars. HSBC et sa filiale américaine, HBUS, a payé un milliard de dollars d'amende au gouvernement américain pour avoir blanchi de l'argent du narcotrafic. Aux Etats-Unis, à cause du Patriot Act, les autorités se sont intéressées aux liens entre le financement du terrorisme et l'argent de la drogue. Le Sénat a créé une commission d'enquête sur ce sujet et le sénateur Carl Levin travaille sur le blanchiment du Crédit suisse.

Si les banques qui ont leur siège à Wall Street et dans la City ne sont pas les seules à entretenir des liens privilégiés avec les barons de la drogue et si elles sont installées un peu partout dans le monde comme la Lebanese Canadian Bank de Beyrouth, il y a un manque criant d'investigation en Europe. L'ONU, à partir de 2006, a dénoncé le fait qu'il y ait de l'argent provenant du narcotrafic dans les banques européennes.

Lichtenstein, Luxembourg, Andorre, la République de Saint-Marin, Monaco, personne ne sait vraiment ce qui se passe en termes de flux d'argent. Dans quelles banques françaises se trouve l'argent du narcotrafic? Mystère. Les banques françaises n'ont rien à dire à ce propos, pas plus que les italiennes ou les allemandes. Il n'y a eu aucune prise de position réelle à ce sujet. Or on blanchit beaucoup plus d'argent aujourd'hui à Londres qu'à La Barbade.

Caroline Lechat's insight:

Depuis l’immense succès de son premier livre, « Gomorra. Dans l’empire de la Camorra », Roberto SAVIANO n’a pas cessé d’enquêter sur les réseaux mafieux et la circulation de l’argent sale. Menacé de mort par la mafia napolitaine, il vit depuis 10 ans sous protection policière et a publié en 2014 une nouvelle enquête intitulée « Extra Pure. Voyage dans l’économie de la cocaïne ». Il y montre l’ampleur des flux financiers liés à la cocaïne et leur impact sur la globalisation :  « La carte de la planète est dessinée par le pétrole, mais aussi par le « pétrole blanc » comme l’appellent les parrains nigérians. Or noir, or blanc. A double titre : blancheur de la poudre et blanchiment de l’argent ».

La thèse de Roberto SAVIANO : les liquidités colossales de la drogue sont recyclées par les banques américaines et européennes. Et ce sont les centaines de milliards du narcotrafic qui ont, selon lui, sauvé en partie les banques de la crise de 2008.

more...
No comment yet.
Scooped by Caroline Lechat
Scoop.it!

"Le Prix à payer", le documentaire qui pourfend l’évasion fiscale

"Le Prix à payer", le documentaire qui pourfend l’évasion fiscale | Géographie de la planète financière | Scoop.it

"Et si l’évasion fiscale conduisait à la "mort des démocraties"? C’est le postulat défendu par le réalisateur Harold Crooks dans son nouveau documentaire: "Le prix à payer" qui sort en salles mercredi 4 février. Dans ce film pédagogique et engagé, Harold Crooks s’attache à démontrer que l’évasion fiscale à grande échelle pratiquée par les firmes multinationales "creuse l’écart des revenus entre les privilégiés et le reste du monde, appauvrit les classes moyennes, et affaiblit les fondations de nos sociétés".

L’un des points forts de ce documentaire où l'apocalypse semble imminente – les images d’orages et de chaos se mêlent à une musique angoissante – repose sur le suivi des audiences - particulièrement savoureuses - du Parlement britannique en 2012 et du Congrès américain en 2013. Celles-ci ont révélé des évitements massifs d’impôts de la part de grandes entreprises internationales. Un cadre de chez Barclays Bank y est par exemple, particulièrement malmené par un député britannique le questionnant sur le nombre de filiales du groupe aux Iles Caïmans. "Je ne sais pas", répond l’intéressé. "181" lui assène froidement le député. "

Caroline Lechat's insight:

Avis aux khâgneux en train de réviser : l’excellent documentaire d’Harold Crooks et toujours en salles et à ne pas rater pendant cette dernière semaine de vacances !

Vous y retrouverez Ronen Palan expliquer l’avènement de la finance offshore à Londres dès la fin des années 1950, Alain Deneault raconter l’émergence des paradis fiscaux de la zone caraïbes et les effets néfastes de l’offshorisation du monde, Saskia Sassen commenter la montée des inégalités socio-spatiales en terme « d’expulsion » pour souligner l’ampleur de la rupture provoquée par la globalisation financière, Pascal Saint-Amans présenter le rôle de l’OCDE dans la lutte contre les paradis fiscaux…

Bref : à voir absolument !

En attendant vous trouverez ici la bande annonce et un bon résumé des enjeux par le magazine Challenges.



more...
No comment yet.
Scooped by Caroline Lechat
Scoop.it!

"En Islande, on efface parfois les dettes"

"En Islande, on efface parfois les dettes" | Géographie de la planète financière | Scoop.it

En 2010, puis en 2013, à la suite du chaos déclenché par la crise des subprimes, les tribunaux ainsi que le gouvernement islandais, ont pris la décision de réduire la dette des ménages islandais, au détriment de leurs créanciers spéculateurs (aka banquiers). Mais quel est donc ce pays étrange, aux frontières de l’Europe en crise?

Caroline Lechat's insight:

Dans sa chronique "L'Ecopourtous, chronique de vulgarisation économique. A consommer avec humour", Mehdi Litim explique la manière dont l'Islande a réagi suite à la crise financière qui l'a frappée de plein fouet en 2008.

more...
No comment yet.