Géographie des co...
Follow
Find
42.9K views | +2 today
 
Scooped by Géographie de la ville en guerre
onto Géographie des conflits
Scoop.it!

Guerres et conflits en Afrique : la décomposition des pouvoirs et des territoires (FIG 2008)

Guerres et conflits en Afrique : la décomposition des pouvoirs et des territoires (FIG 2008) | Géographie des conflits | Scoop.it

Voudrait-on argumenter contre l’afro-pessimisme que quelques chiffres nous ébranleraient : selon l’Atlas stratégique 2008, sur 35 conflits graves répertoriés dans le monde, 13 sont situés en Afrique, où 15 pays (sur 53) sont concernés par une « crise d’intensité moyenne à haute ». Si l’on affine l’analyse, on trouve sur le continent une trentaine de pays soumis de temps à autre à des accès de violence, et seuls quatre d’entre eux bénéficient de la note « A » en termes de risques-pays.

Au début du XXIème siècle, il y a en Afrique davantage de soldats étrangers participant aux opérations de maintien de la paix qu’il n’y en avait un siècle plus tôt dans les armées coloniales de conquête. Et de pacification…

Notre intervention propose de relire la géographie politique africaine sous l’angle des paramètres habituellement retenus pour expliquer les conflits et les guerres, c’est-à-dire les luttes pour conquérir le pouvoirou pour contrôler des territoires. Or, en matière de territoires clairement délimités, la carte politique de l’Afrique a été cristallisée en 1964 par l’Organisation de l’Unité africaine (devenue l’Union africaine en 2002), qui a réaffirmé l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation, fussent-elles contraires aux unités nationales. Il y eut bien quelques tentatives pour bouleverser cet étrange puzzle, dont celle – pour des raisons pétrolières – du Biafra en 1966, mais toutes échouèrent à l’exception de l’Erythrée en 1993.

De même, les putschs pour la conquête du pouvoir d’Etat ont été innombrables depuis les indépendances, mais le mouvement de recouvrement du monde par la mondialisation libérale, aidé par les politiques d’ajustement des institutions de Bretton Woods, a entraîné une déliquescence de l’Etat beaucoup plus sensible en Afrique qu’ailleurs. De telle sorte que les modèles géopolitiques ont sérieusement bougé, et l’on se bat désormais pour un pouvoir local, celui du seigneur de guerre, sur un territoire d’exploitation d’un produit à forte valeur ajoutée (diamant, or, coltan, …).

Ce mouvement de décomposition-recomposition des pouvoirs et des territoires est alimenté par un moteur qui se situe au-delà de l’extrême pauvreté frappant chroniquement les populations africaines. Son énergie vient du creusement des inégalités, qui permet aux plus riches d’acheter des armes (et des consciences corrompues), et qui oblige les plus pauvres à se vendre. Pour un dollar de plus, on peut recruter des (enfants) soldats en grand nombre et se tailler un petit empire que la communauté internationale aura bien du mal à réduire (cf. Somalie, RD Congo, …).

Ainsi peut-on redessiner aujourd’hui une nouvelle carte de l’Afrique, où l’on isolerait les régions sécessionnistes de facto, les zones de non-droit, et – pourquoi pas ? – l’off-shore des compagnies pétrolières ainsi que les zones franches. S’il n’y avait ce tabou de l’afro-pessimisme, on pourrait parler d’une géographie politique du chaos…

more...
No comment yet.
Géographie des conflits
Géographie des conflits armés, environnementaux, d'usage, d'aménagements...
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Géographie de la ville en guerre from Géographie et Patrimoine
Scoop.it!

Vie, mort et survie des Bouddhas de Bamiyan (Afghanistan) (Livraisons d'Histoire de l'Architecture)

Vie, mort et survie des Bouddhas de Bamiyan (Afghanistan) (Livraisons d'Histoire de l'Architecture) | Géographie des conflits | Scoop.it

En mars 2001, on s’en souvient, à la suite d’un décret du Mullah Omar, les talibans procédèrent à la destruction, à coups d’explosifs, des deux Bouddhas géants de la falaise de Bamiyan en Afghanistan. Les démarches, vaines, tentées par l’UNESCO, par diverses organisations et par plusieurs gouvernements pour dissuader les talibans d’accomplir l’acte iconoclaste, puis l’émotion presque universelle, pays musulmans y compris, exprimée devant ce qui fut considéré comme un sacrilège, ou du moins comme un acte de barbarie, firent ressortir, autant que le deuil d’une œuvre appartenant au patrimoine de l’humanité, une confrontation entre des valeurs apparemment inconciliables : condamnation des images taillées et de l’idolâtrie, d’une part, préservation, voire « culte » même de ce que l’Occident, et pas seulement l’Occident, considérait comme un bien commun, universel, de l’autre. Dans cet article, on aborde, par delà les événements factuels, les enjeux et les valeurs exprimés dans l’argumentation des parties en cause : les bouddhistes, la population afghane et le public occidental.


Via Géographie de la ville en guerre
more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Les impacts de la guerre du Việt Nam sur les forêts d’A Lưới (VertigO)

Les impacts de la guerre du Việt Nam sur les forêts d’A Lưới (VertigO) | Géographie des conflits | Scoop.it

Au cours de la guerre du Việt Nam, l’actuel district d’A Lưới (province de Thừa Thiên Huế, Việt Nam central), traversé par la piste Hồ Chí Minh, subit de nombreux épandages d’herbicides et pilonnages. Les forêts sont une cible privilégiée. Mais les conséquences de ces pratiques militaires sur les sylvosystèmes sont sujettes à controverses. Pour identifier objectivement le poids de la guerre sur les dynamiques paysagères, l’étude se fonde sur une analyse diachronique régressive des paysages et privilégie les sources iconographiques, a priori non biaisées (images satellitales, photographies aériennes). La guerre n’est pas la seule période étudiée puisque les conséquences environnementales des pratiques militaires sont analysées autant à court terme qu’à long terme ; les impacts sur les paysages actuels sont interrogés. Par ailleurs doit être vérifiée l’hypothèse selon laquelle les pratiques pré et post-guerre ont aggravé le strict impact du conflit. Sont ainsi analysées les dynamiques paysagères et les pratiques anthropiques qui affectent la région d’A Lưới pour chaque période clé identifiée, de la colonisation à aujourd’hui. Au terme de la recherche, menée dans le cadre d’un doctorat, la guerre apparaît comme un facteur de recul des forêts mais loin d’être le seul ; elle ne marque aujourd’hui que ponctuellement les paysages.

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

« Sauver la Nuit ». Géographie de la pollution lumineuse (Sciences Humaines Combinées)

« Sauver la Nuit ». Géographie de la pollution lumineuse (Sciences Humaines Combinées) | Géographie des conflits | Scoop.it

SOMMAIRE :

- Une ville nocturne ambivalente

- Les traces urbaines des fonctions de l’éclairage 

- Le noir, porteur de positivité 

- Des conflits autour d’usages contradictoires du nocturne 

- De nouveaux acteurs demandeurs de participation

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Le GIP, entre protection et conflits d'usages (Les Calanques de Marseille et le Groupement d'Intérêt Public, ENS-Ulm)

Le GIP, entre protection et conflits d'usages (Les Calanques de Marseille et le Groupement d'Intérêt Public, ENS-Ulm) | Géographie des conflits | Scoop.it

« L’acceptation locale d’une structure spatiale étendue et contraignante telle qu’un parc national ne va pas de soi. Mais l’on aimerait insister sur un point : l’opposition au parc national ne s’exprime jamais directement, elle passe d’abord par une série de conventions oratoires et par la reconnaissance du bien-fondé théorique de la protection de la nature » (Depraz S., 2005, « Le concept d’Akzeptanz et son utilité en géographie sociale : exemple de l’acceptation sociale des parcs nationaux allemands », in L’espace géographique vol. 34 n°1, pp. 1-16). Ce que Stéphane Depraz explique pour les parcs nationaux allemands vaut également pour le futur Parc National des Calanques de Marseille : les opposants au projet ne sont que très rarement des opposants à la protection de la nature mais plaident au contraire pour un utilisation raisonnée et des activités respectueuses de celle-ci.

 

La proximité de la ville de Marseille constitue la grande spécificité du futur Parc National des Calanques. Si cette proximité est un atout publicitaire, elle entraîne cependant des difficultés sans fin du fait de l’importance des activités initialement tolérées sur le périmètre du futur parc national et qui se voient plus ou moins remises en cause par sa création.

 

Attachée à ses habitudes, la population de Marseille et des communes alentours n’entend pas être dépossédée d’un territoire sur lequel ont pu se développer des activités spécifiques. Ainsi les vignobles de Cassis, initialement inscrits en « coeur de parc », ont finalement été placés dans l’aire optimale d’adhésion afin de protéger la production sans la contraindre (la charte interdit en effet tout e modification de l’usage des sols. [...]

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Carte : La destruction provoquée par la guerre à Gaza en 2014 (Le Monde)

Carte : La destruction provoquée par la guerre à Gaza en 2014 (Le Monde) | Géographie des conflits | Scoop.it
La destruction provoquée par la guerre à Gaza en 2014

Le Monde.fr |  04.05.2015 à 16h47 • Mis à jour le 04.05.2015 à 16h57 | Par  Véronique Malécot et Delphine Papin

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Espaces urbains tropicaux : entre croissance, précarité et conflits culturels (Revue Canadienne de Géographie Tropicale)

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Cartes : Émeutes de Baltimore en 2015 (Mapping America)

Cartes : Émeutes de Baltimore en 2015 (Mapping America) | Géographie des conflits | Scoop.it

Cartes réalisées par Anthony Lozac'h et mises en ligne sur Twitter : https://twitter.com/alozach/status/594521190401716224 d'après le site _Mapping America_ http://projects.nytimes.com/census/2010/explorer et le site _Measure of America_ http://measureofamerica.org/maps/

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Jérusalem : une ville sainte au cœur d’un urbanisme conflictuel (Métropolitiques)

Jérusalem : une ville sainte au cœur d’un urbanisme conflictuel (Métropolitiques) | Géographie des conflits | Scoop.it
Comment le conflit israélo-palestinien s’exprime-t-il dans l’aménagement de la ville de Jérusalem ? Fruit d’une enquête de terrain minutieuse, l’ouvrage d’Irène Salenson donne à voir les acteurs et les modalités multiples, complexes et contradictoires, d’un urbanisme conflictuel. Recensé : Irène Salenson, Jérusalem : bâtir deux villes en une, Paris, Éditions de l’Aube, 2014.
more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Sélection de ressources : Cartographie des déplacés en irak (avril 2015)

Sélection de ressources : Cartographie des déplacés en irak (avril 2015) | Géographie des conflits | Scoop.it

CARTES : 

- Crisis IOM (DTM) Dashboard - Displacement Flows, April 10, 2015

- Iraq IDP Crisis IOM (DTM) Dashboard - Shelter Group by Displacement Flow, April 10, 2015
- Iraq IDP Crisis IOM (DTM) Dashboard - April 10, 2015 

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

« Best beer, best live music » : espaces de la musique, consommation d’alcool et conflits sociaux à Melbourne (Australie) (Urbanités)

« Best beer, best live music » : espaces de la musique, consommation d’alcool et conflits sociaux à Melbourne (Australie) (Urbanités) | Géographie des conflits | Scoop.it

En 2008, la « bataille de la bouteille » (« the battle of the bottle ») est lancée en Australie par Kevin Rudd, alors Premier Ministre. Cette initiative prend la forme d’un programme de 53 millions de dollars australiens (soit environ 34 millions d’euros) dont plus de la moitié est destinée à de vastes campagnes de communication visant à lutter contre la pratique du binge-drinking, une pratique sociale de plus en plus répandue chez les adolescents et jeunes adultes et qui consiste à boire une grande quantité d’alcool en un laps de temps très court (Jayne, Valentine et Holloway, 2011). Alors que l’Australie présente par ailleurs un taux de criminalité relativement faible, une série de faits divers impliquant des altercations violentes sur la voie publique suivies du décès ou de la paralysie de la victime (généralement un homme âgé de 20 à 30 ans) marque la société australienne et semble presque provoquer une nouvelle « panique morale » (Cohen, 1972). Ces violences surviennent dans la plupart des grandes villes australiennes, mais à Sydney et à Melbourne, l’importance démographique et politique de ces deux capitales d’États rend le phénomène plus visible et plus médiatisé. La particularité de ces altercations est qu’elles prennent place le soir ou la nuit, en milieu urbain, et le plus souvent près des hauts-lieux de la fête dans la ville, c’est-à-dire à proximité des bars, des pubs et des boîtes de nuit les plus fréquentés par les résidents. Ces lieux sont aussi ceux qui provoquent le plus de mobilités intra-urbaines en raison de l’attractivité qu’ils représentent : la sociabilité festive, la musique, la danse, l’alcool, ou en d’autres termes, l’entertainment.

 

Ces faits divers déclenchent depuis la fin des années 2000 dans l’État du Victoria, dont Melbourne est la capitale une série d’enquêtes, d’états des lieux et de plans d’action. Cette littérature gouvernementale émane tout autant de l’échelon régional, avec des publications commandées par le Ministère de la Justice, Department of Justice (KPMG, 2008), que de l’échelon local avec les travaux produits par les gouvernements locaux comme la municipalité de Port Phillip au Sud de Melbourne. Ces rapports ont pour but d’évaluer et de localiser ces violences ainsi que de proposer diverses solutions d’aménagement et de concertation locale pour y remédier. Dans certains cas, un couvre-feu prévoit des contraintes en termes temporels (arrêt de la distribution d’alcool à partir d’une certaine heure), spatiaux (imposition d’un périmètre de sécurité autour de l’entrée des établissements) et économiques (augmentation du nombre d’agents de sécurité contrôlant l’accès au bar). [...]

more...
No comment yet.
Rescooped by Géographie de la ville en guerre from carto mapping - la carte et ses usages
Scoop.it!

L'État islamique, quelle géographie ? (Sciences humaines)

L'État islamique, quelle géographie ? (Sciences humaines) | Géographie des conflits | Scoop.it

En juin 2014, l’opinion internationale a brutalement fait la connaissance d’un groupe armé appelé « État islamique en Irak et au Cham » (al-daoula al-islāmiya fi al-‘irāq wa al-chām) : Daesh. La notion arabe de « Chām », souvent traduit, à tort, par « Syrie » ou « Levant », révèle une des dimensions du combat mené par cette organisation : son anti-impérialisme. Le rejet des frontières héritées de l’époque des mandats français et britannique a fait l’objet d’une propagande assez forte via les réseaux sociaux en juillet-août 2014 autour du slogan « Casser les frontières Sykes-Picot ». Au même moment, la création d’une province (wilāya) « de l’Euphrate », à cheval sur la Syrie et sur l’Irak, fut un autre signe de cette volonté de transgresser les frontières et de combattre des États musulmans considérés comme illégitimes. Entretemps, le groupe simplifia son nom en « État islamique » dans le dessein de maximiser son extension spatiale. [...]


Via cB
more...
cB's curator insight, June 24, 1:37 AM
Vincent CAPDEPUY 

v_capdepuy@yahoo.com 

Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Carte interactive : l'avancée de l'EI en Irak et en Syrie (Le Monde)

Carte interactive : l'avancée de l'EI en Irak et en Syrie (Le Monde) | Géographie des conflits | Scoop.it

Depuis son autoproclamation en 2014, l'Etat Islamique combat ses ennemis kurdes et chiites en Irak et en Syrie, cherchant à se donner tous les attributs d'un véritable Etat.

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Audio : Pourquoi y-a-t-il tant de guerres en Afrique ? (Planète Terre / France Culture)

Audio : Pourquoi y-a-t-il tant de guerres en Afrique ? (Planète Terre / France Culture) | Géographie des conflits | Scoop.it

Le continent africain est le théâtre d'un nombre apparemment  toujours plus important de conflits qui s'accompagnent d'un acccroissement des réfugiés et des personnes déplacées. De Boko Haram au Nigéria, en passant par le Soudan sud, la Centrafrique et la Somalie, l'Afrique semble secouée par la guerre.

 

Qu'en est-il exactement ? Y a-t-il réellement plus de conflits ou doit-on plutôt parler d'intensification de situations de crise ? Comment s'explique cette violence à l'échelle du continent ?

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

La carte, outil de (dé)légitimation de l'intervention occidentale en Syrie (Orient XXI)

La carte, outil de (dé)légitimation de l'intervention occidentale en Syrie (Orient XXI) | Géographie des conflits | Scoop.it

La carte n’est pas un document objectif et les représentations des conflits armés encore moins. Un passage en revue de quelques cartes publiées dans des médias américain, français, saoudien et russe montre que dans le cas du conflit syrien, le discours politique oriente fortement la production cartographique.

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Power-point : Géographie des conflits : La question de l'eau (Académie de Toulouse)

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Conflits de proximité et rapport(s) au(x) droit(s) (Développement durable & territoires)

Conflits de proximité et rapport(s) au(x) droit(s) (Développement durable & territoires) | Géographie des conflits | Scoop.it

Le droit joue un rôle important dans les conflits de proximité, non seulement comme ressource mais aussi comme cadre cognitif. Certes, il ouvre un canal pour la judiciarisation des différends ; une grande partie des conflits peuvent avoir une dimension de contentieux. Mais même en dehors de toute plainte ou recours, le droit contribue à construire des attentes, à déterminer des positions et constitue une ressource argumentative, dans le cadre de processus locaux d’actualisation dans lesquels des dispositifs institutionnalisés tiennent une place différente. Cet article propose d’intégrer aux débats sur les dimensions juridiques des relations à l’espace et sur les dimensions spatiales et territoriales du droit, des hypothèses d’interprétation sur la place du droit dans les situations de conflits de proximité issu de plusieurs projets de recherche internationaux.

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Power-point : Conflits et représentations cartographiques (Académie de Toulouse)

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Espaces urbains africains sub-sahariens, changements et conflits spatiaux (Revue Canadienne de Géographie tropicale)

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

L’Angoustrine en Cerdagne dans les Pyrénées Orientales. Conflit local et partage international des eaux entre la France et l’Espagne (Territoire en mouvement)

L’Angoustrine en Cerdagne dans les Pyrénées Orientales. Conflit local et partage international des eaux entre la France et l’Espagne (Territoire en mouvement) | Géographie des conflits | Scoop.it

Le Sègre, affluent de l’Èbre, prend sa source en Cerdagne Française. Sur son parcours, il reçoit des affluents dont l’Angoustrine. De l’Angoustrine partent le Canal International, irrigant les terres de Llivia, enclave espagnole, et le canal de Plandail. Le Canal International fait l’objet d’un partage entre Llivia et le village français d’Angoustrine, avec un droit d’eau de 76 l/s. Sur les cours d’eau méditerranéens, la moyenne annuelle des débits est élevée du fait des crues d’automne et de la fonte des neiges mais les étiages estivaux sont sévères. L’été 2007, le débit de l’Angoustrine est faible, toute l’eau est détournée pour l’irrigation. Un procès-verbal est dressé. Il est reproché à l’Association Syndicale Autorisée (ASA) de n’avoir restitué que 0,9 l/s alors que le débit théorique est 36 l/s. Pour 2014, la Loi sur l’Eau et les Milieux Aquatiques du 30 décembre 2006 fixe les débits réservés au 1/10éme du module soit 140 l/s. Le contrat de rivière transfrontalier du Sègre signé en 2008, choisit le bassin de l’Angoustrine comme secteur pilote pour une étude sur la ressource en eau. Il s’agit de proposer une gestion globale de la ressource pour optimiser le système d’irrigation et d’évaluer l’impact des canaux sur le paysage. Dans ce contrat il est clairement annoncé que la gestion durable de l’eau sur ce bassin transfrontalier ne peut se faire autrement que dans une vision partagée de la ressource en eau entre usagers français et espagnols. Un bilan à mi-parcours du contrat montre une avancée sur le volet qualitatif mais peu d’avancées sur le quantitatif. Le contrat a permis aux institutions françaises et espagnoles de faire connaissance et de comparer leurs compétences en matière de gestion de l’eau. Des solutions techniques alternatives pour se mettre en conformité sont évoquées. Des commissions internationales ont été réactivées mais la renégociation des droits d’eau anciens entre la France et l’Espagne n’a pas eu lieu. Les quatre années du contrat de rivière n’ont pas suffi pour trouver des solutions alternatives satisfaisantes pour les deux pays.

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Conflit environnemental (Hypergéo)

Conflit environnemental (Hypergéo) | Géographie des conflits | Scoop.it

A la différence du « conflit », concernant de manière générale le partage de l’espace et des ressources, le conflit environnemental porte sur une des composantes de cet espace, l’environnement, qui en est à l’origine. Le conflit environnemental est une opposition forte entre acteurs se traduisant par différents niveaux de violence, déclenchée par un équipement ou une infrastructure (en projet ou réalisés) modifiant l’environnement (considéré au sens large) familier (quotidien, hebdomadaire, saisonnier) des dits acteurs, exerçant des activités ou résidant à proximité (Laslaz, in Gérardot, dir., 2012, p. 160). L’échelle concernée est donc locale et régionale et le conflit implique la co-présence. Ainsi, les auteurs s’accordent pour souligner que le conflit environnemental n’existe que dans la proximité : A. Caron et A. Torre (2005) avancent que « les conflits ne se déroulent pas entre des acteurs éloignés, mais entre des voisins […]. Voisinages, contiguïtés, superpositions, sont essentiels à la compréhension de ces relations  ». De son côté, B. Charlier (1999, p. 53) définit le conflit comme une « situation d’opposition entre deux catégories d’acteurs aux intérêts momentanément divergents » et considère qu’il se développe en fonction « d’une distance physique (proximité par rapport à un objet ou une source de nuisance) ou des menaces réelles ou supposées qui pèsent sur le devenir d’un espace donné  ». Cela implique des stratégies de distanciation vis-à-vis de ce que les acteurs souhaitent bannir : éloigner l’équipement dans des espaces marginaux, voire dans des pays où les réglementations sont moins strictes, par exemple pour des usines chimiques, ou faire le choix de partir. [...]

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Mobilisations et conflits liés à la maitrise de l'urbanisation autour des industries à risque. Le cas du PPRT de la raffinerie de Provence de Martigues (13) (Territoire en mouvement)

Mobilisations et conflits liés à la maitrise de l'urbanisation autour des industries à risque. Le cas du PPRT de la raffinerie de Provence de Martigues (13) (Territoire en mouvement) | Géographie des conflits | Scoop.it

Cet article analyse les processus qui mènent des riverains d'une industrie à risques à se mobiliser contre un nouvel outil d'urbanisme qui vise à sécuriser les quartiers riverains et à limiter et contenir le danger à la source. L'analyse des conflits comme situations dont il s'agit d'étudier les effets et la signification permet en effet de mieux comprendre les relations entre population, territoire et action publique. Quelles sont les caractéristiques spatiales et territoriales de cette mobilisation ? Comment expliquer l'opposition au Plan de Prévention des Risques Technologiques (PPRT), dont l'objectif a priori environnemental vise la réduction des risques et la protection de la population ? Qui sont les habitants impliqués dans cette démarche de dénonciation et comment y participent-ils ? Cette mobilisation participe-t-elle à un renouvellement de la relation entre territoire et industrie ?

 

L'enquête s'appuie sur le cas du PPRT d'une raffinerie située dans les Bouches-du-Rhône, très contesté localement. Partant d'une description de cette mobilisation des habitants, l'article vise à en comprendre les mécanismes d'émergence, les registres contestataires, la structuration sur le territoire et les effets en termes de portée institutionnelle.

more...
No comment yet.