Passer un tiers de ma paye dans l'essence c'était pas raisonnable, raconte Séverine Renault, jeune salariée adepte depuis un an du covoiturage entre Lyon et Grenoble, un mode de transport qui avec la flambée du pétrole connaît un engouement sans précédent.

Le calcul est vite fait: un aller-retour en covoiturage me coûte 10 euros contre 40 si je le fais toute seule, témoigne celle qui pour se rendre à son travail partage chaque matin une heure de route avec Michaël, un ingénieur grenoblois domicilié à Lyon..................


Via Bernard BRUNET