Free Mobile, Oran...
Follow
Find
223.1K views | +237 today
Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc.
#Comparatif #Service client #Nouveauté
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Le centre équestre injoignable depuis un mois

Le centre équestre injoignable depuis un mois | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Il a le sentiment d’être baladé par son fournisseur : depuis un mois, et malgré de nombreuses plaintes, la ligne de François Lognon n’est toujours pas rétablie.


Au pire, la ligne serait rétablie le 20 septembre me dit-on… » François Lognon enrage. Depuis un mois, cet habitant de Cuisery est privé d’internet et de téléphone. Tout commence le 10 août, après un orage : « Ma femme et moi étions chacun sur un ordinateur, après le coup de tonnerre, plus d’internet, ni de téléphone », raconte François Lognon.

Au début, il pense à un problème avec sa box, que SFR, son fournisseur, lui change. « Une fois, puis deux, mais ça ne marche toujours pas », poursuit-il. Alors SFR engage une expertise pour vérifier la ligne… qui s’avère être en bon état. « Ils concluent à un problème sur le répartiteur de Cuisery », explique François Lognon.

Mais il n’est pas au bout de ses peines. « Jusque-là, on avait réussi à basculer ma ligne fixe sur mon téléphone portable. Mais depuis le 28 août, je n’ai plus rien », rage François Lognon.

Peu de considération

Le Cuiserotain tente d’obtenir des explications de SFR. Sans succès. « Certains interlocuteurs me disent qu’ils font tout leur possible, d’autres sont limite corrects. L’un d’entre eux m’a même dit que je pouvais toujours porter plainte : aucun délai de dépannage n’est stipulé dans les contrats ! », confie l’abonné, amer.

Le 8 septembre dernier, il récupère enfin internet, et peut même appeler. Il ne peut toutefois recevoir d’appels. Mais sa joie est de courte durée : le 10 septembre, il perd à nouveau sa ligne fixe.

Son activité en pâtit

Le problème, c’est que François Lognon est responsable d’un centre équestre. Et qu’en cette rentrée de septembre, ne pas pouvoir être joint a des conséquences néfastes : « On a essayé de contrer le truc en distribuant des prospectus avec notre numéro de portable, Mais j’ai peur… », avoue sans détour le cavalier.

Jeudi, il a envoyé un courrier au service client et à la maison mère de SFR pour leur faire part de « son exaspération ». Contacté, SFR explique que le service technique a opéré une mutation de la ligne de M. Lognon et qu’elle est en service depuis le 7 septembre. Mais sa box aurait également un souci qui empêche le rétablissement du téléphone. « Un problème que n’avait pas détecté le service technique avant », confiait hier la responsable de la communication pour SFR. Une nouvelle box devrait lui être envoyée. « C’est un dossier qu’on va suivre », promet la responsable.

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

La 4G séduit, finalement

La 4G séduit, finalement | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it

Les premiers opérateurs ont lancé leurs offres 4G il y a environ 1 an. Toutefois, le marché s’est réellement décanté en octobre dernier suite au lancement des offres de Bouygues Telecom dont le réseau était le plus complet. Depuis, le succès est au rendez-vous pour la 4G.

6,5 millions d’abonnés en mode 4G

Sans surprise, et même s’il ne s’agit pas encore d’un plébiscite, la 4G a été définitivement adopté par les abonnés. En effet, plus de 6,5 millions d’entre eux ont choisi de surfer à la vitesse de la 4G.

Plus précisément, SFR et Orange comptent chacun 2 millions d’abonnés, Bouygues Telecom en compte 1,8 million et Free Mobile moins de 700 000. Notons que cette belle progression va de pair avec une chute du nombre de forfaits 3G souscrits. Ceux-ci ont diminué 2 à 3 fois moins d’abonnés.

Pourquoi ce succès de la 4G ?

Premièrement, le très haut réseau mobile est accessible d’un point de vue financier. Il n’est pas la peine de dépenser 50 euros par mois pour disposer des joies de la 4 G. Souvenons-nous que Free Mobile avait lancé son offre à moins de 20 euros, ce qui a immédiatement fait chuter les prix de tout le marché. En moyenne, un forfait 4G coûte environ 30 euros, ce qui est un tarif raisonnable.

Aussi, certains des terminaux permettant de surfer en 4G sont low cost. A ce titre, il ne s’agit pas d’un avantage réservé à certains. Il suffit de s’apercevoir que le Wiko Kite de la marque française Archos coûte moins de 100 euros. Bien s’équiper est une raison indispensable pour rendre un service pertinent.

Les abonnés sont friands de vidéo

Soulignons que la 4G permet d’utiliser autrement son terminal mobile. A présent, les vidéos sont ultra-consommées et le volume mensuel utilisé a doublé. D’ailleurs, les offres de vidéo à la demande commencent à exploser (Netflix notamment). Pour rappel, la vitesse de connexion est 10 fois plus importante que sur un réseau 3G.

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

La Hadopi passe à l'action contre le streaming et DDL

La Hadopi passe à l'action contre le streaming et DDL | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Faute pour François Hollande d'avoir tenu sa promesse d'abroger la loi Hadopi, la Haute Autorité poursuit sa route. Et elle s'ouvre tout un nouveau chemin en dévoilant ce vendredi la mise en route d'un plan d'actions contre les sites "massivement contrefaisants". Dans le coeur de cible : les sites de streaming et les plateformes de téléchargement direct.


Surprise du jour. Quelques jours après avoir dévoilé les nouvelles étapes d'un très théorique plan pour la légalisation du partage, voilà que le collège de l'Hadopi prend sa plume ce vendredi pour annoncer ubi et orbi qu'elle met en place un plan d'action contre les sites "massivement contrefaisants". Ce sont essentiellement les sites de streaming et de téléchargement direct (DDL) qui sont visés par ces actions, et qui vont permettre à l'Hadopi d'étendre son action au delà du seul P2P, de moins en moins utilisé.

Le plan proposé par le secrétaire général de l'Hadopi Eric Walter et approuvé par le collège s'inscrit sans surprise dans les traces du rapport MIQ remis avant l'été à l'ancienne ministre de la culture par Mireille Imbert-Quaretta, la présidente de la Commission de protection des droits de l'Hadopi. Il confirme ce que nous avions dit du double discours de l'Hadopi sur, d'un côté son projet de rémunération proportionnelle du partage, et de l'autre sa volonté d'affronter frontalement les plateformes sur lesquelles s'effectuent ces partages.

Voici ses quatre grands axes :

  • "Mettre en place, dans le cadre de sa mission d’observation, un recensement fiable tant des services de communication au public en ligne offrant massivement au public des œuvres protégées sans autorisation des titulaires de droit que de leurs pratiques". Donc, lister tous les sites pirates ou utilisés massivement par des internautes pour pirater, qui pourront faire l'objet de représailles initiées par la Haute Autorité ;
     
  • "Définir, avec les professionnels des différents secteurs concernés, notamment les intermédiaires de paiement et de publicité en ligne, qui mènent déjà de nombreuses actions dans ce domaine, des protocoles décrivant les actions pouvant, à partir de l’information fournie, être mises en œuvre pourassécher les revenus des sites internet massivement contrefaisants ou rendre plus difficile leur activité" : s'attaquer aux revenus des sites pirates était l'une des grandes idées du rapport MIQ, qui proposait de contourner la justice par le jeu des négociations et des pressions sur les intermédiaires techniques et financiers. Hélas, au risque d'alimenter d'autres sources au moins aussi redoutables dans leurs effets, puisque totalement hors de contrôle ;
     
  • "Etablir une cartographie des différentes technologies de reconnaissance de contenus et d'évaluer leurs conditions d'utilisation pour assurer un retrait durable d’un site internet des œuvres signalées comme contrefaisantes par les ayants droit" : C'est créer les conditions d'une généralisation de l'utilisation de robocopyrights qui ont pour mission d'empêcher les violations de droits d'auteur, pour permettre la mise en place du Notice and Stay Down souhaité par MIQ et par le Conseil d'Etat. Ces technologies sont néanmoins très perfectibles, et coûtent très chers à mettre en place. Or l'idée sous-jacente est certainement de poursuivre en justice les plateformes "négligentes" pour leur imposer une obligation de moyens dans leur lutte contre le piratage, en fournissant une liste de "moyens" à leur disposition. Le juge pourrait alors constater l'éventuelle mauvaise foi du site qui n'accepte pas d'y avoir recours.
     
  • "Développer la coopération avec les divers services de l’Etat compétents pour connaître des services de communication au public en ligne massivement contrefaisants, en vue notamment, de toute procédure de droit utile" : Clairement, il s'agit ici de pouvoir déclencher l'action judiciaire à la place ou en soutien des ayants droit, pour demander le blocage des sites qui auront été identifiés. L'idée pourrait être d'étendre l'article L336-2 du code de la propriété intellectuelle, pour permettre à l'Hadopi elle-même de demander au juge de prononcer "toutes mesures propres à prévenir ou à faire cesser une telle atteinte à un droit d'auteur ou un droit voisin, à l'encontre de toute personne susceptible de contribuer à y remédier". Mais il semble qu'à défaut de modification législative, l'Hadopi songe à faire remonter au parquet la liste des sites "massivement contrefaisant" qu'elle a référencée, pour que l'action soit ouverte sur initiative du ministère public.

En bref, l'Hadopi vient d'ouvrir un nouveau chapitre de sa vie, qui pourrait avoir bien plus d'effets concrets que les nombreux mais très indolores avertissements adressés aux internautes qui utilisent les réseaux P2P. Son ambition est cette fois-ci de s'attaquer aux sources, aux fournisseurs de contenus pirates, pour les faire disparaître. Par l'argent, ou par la force d'une décision de justice qui empêcherait les internautes français de les utiliser.

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

15 millions de mobiles infectés par des malvares

15 millions de mobiles infectés par des malvares | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
L’OS mobile de Google est encore et toujours la cible privilégiée des cybercriminels. Un rapport signé Alcatel-Lucent rapporte que 60% des appareils touchés fonctionnent sous Android. Les analystes de Kindsight Security Labs estiment d’ailleurs à 15 millions le nombre de smartphones corrompus. Début 2014, ces infections ont augmenté de 17%.
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Free : 1er opérateur à proposer plus de 100 chaînes HD

Free : 1er opérateur à proposer plus de 100 chaînes HD | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Avec l'arrivée ce mois-ci des chaînes OCS ou encore de OUATCH TV, proposant toutes une version HD, Freebox TV a franchi le cap des 100 chaînes HD (...)
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

JP Morgan croit toujours à une consolidation dans les télécoms français

JP Morgan croit toujours à une consolidation dans les télécoms français | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
.)
Malgré les velléités d’Iliad pour T Mobile US et celles d’Orange sur Yoigo en Espagne, le Broker JP Morgan croit toujours aux perspectives de consolidations dans les télécoms en Europe et en France.
 
Dans une note, JP Morgan annonce "qu’une fusion française reste probable".
 
Malgré les déclarations de Free et Orange abandonnant le dossier Bouygues Télécom, JP Morgan pense toujours qu’une "fusion reste vraiment dans l’intérêt de tout le monde". Ils estiment ainsi que "l’un des principaux acteurs va avancer avec une transaction, malgré les positions officielles actuelles."
 
Il a par la même occasion relevé son conseil sur Orange de "neutre" à "surpondérer" prévoyant les bénéfices d’Orange concernant sa consolidation en Espagne et en Pologne.
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Entre Orange et Bouygues Telecom, une mutualisation du réseau mobile est-elle possible ? - PhonAndroid

Entre Orange et Bouygues Telecom, une mutualisation du réseau mobile est-elle possible ? - PhonAndroid | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it

Une association entre Orange et Bouygues Telecom est-elle crédible ? Si l’idée a de quoi faire sourire, elle a pourtant été évoquée sur BFM Business. Fort d’un constat, le marché en restera à quatre opérateurs mobiles pour le moment, le PDG d’Orange, Stéphane Richard estime qu’une mutualisation entre certains réseaux mobiles concurrents est inévitable à moyen terme.

Pour étayer son hypothèse, Stéphane Richard explique ainsi que « les conditions générales font que le marché va rester avec les quatre acteurs existants », en l’occurrence Orange, Bouygues Telecom, Numericable/SFR, et Free Mobile sont maintenant bien installés dans le paysage français, et pour se renforcer les opérateurs mobiles n’auraient donc pas d’autres choix que de construire des alliances sous certaines conditions à définir.



Le PDG d’Orange prend l’exemple de Bouygues qui tente de trouver un accord de mutualisation avec SFR. Si celui-ci aboutirait sur un échec, il y aurait d’autres possibilités. Il évoque notamment que « toutes les combinaisons entre opérateurs sont possibles et peuvent se faire » bien que l’éventualité d’un partenariat entre SFR et Orange soit déjà rejeté en amont.

C’est alors que Stéphane Richard prononce ce qui aurait été impensable avant l’arrivée de Free Mobile sur le marché : « Orange-Bouygues, c’est possible. » La petite phrase ne passe pas inaperçue d’autant plus qu’elle intervient dans un contexte particulier, Orange a tenté de racheter Bouygues ces derniers mois. A défaut de réussir dans son entreprise, l’agrume opterait désormais pour une association en bonne et due forme ? La porte est désormais ouverte, la balle est dans le camp de Bouygues Telecom.

Difficile de présager du futur mais l’horizon qui se dessine semble mettre l’accent sur la convergence. A l’heure où l’on commence à parler d’opérateur mobile européen, nous comprenons rapidement les enjeux nationaux, soit être le plus fort possible sur le territoire afin d’être mieux armer face à une concurrence encore plus féroce qu’auparavant.



En savoir plus : http://www.phonandroid.com/orange-bouygues-telecom-mutualisation-du-reseau-mobile-possible.html#ixzz3D3mhHM69
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Axelle Lemaire : "nous abordons systématiquement le problème de qualité avec les opérateurs"

Axelle Lemaire : "nous abordons systématiquement le problème de qualité avec les opérateurs" | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Pour la secrétaire d’Etat en charge du Numerique ce sont de nombreux chantiers qui sont en cours, qualité de services des opérateurs, neutralité du net, paquet télécoms, tout autant de sujet abordés par Axelle Lemaire dans une interview accordée au Journal Du Net. 
 
Concernant la qualité de service des opérateurs mobiles publié par l’ARCEP fin juin, Axelle Lemaire rappelle "que c’est la première année" que le régulateur des télécoms publie des chiffres et que "tous les pays ne le font pas"
 
Si Free est classé bon dernier, la secrétaire d’Etat au Numérique ne se voit pas retirer la licence à Free Mobile : "revoir les licences accordées c’est juridiquement impossible." Elle annonce néanmoins que "les problèmes de qualités" sont"systématiquement abordés avec les opérateurs".
 
En revanche, Axelle Lemaire annonce que dans le secteur des télécoms, "nous allons vers plus de contrôles et vers une amélioration de l’information fournie qu consommateur." 
 
Elle annonce également que des changements pourraient être "envisagés" dans les conditions d’attribution des prochaines licences.
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

SFR Red et B&You prolongent leur promotion

Deux opérateurs low-cost allongent la durée de leur promotion de rentrée. Sur Showroomprive.com, le forfait SFR Red appels illimités avec 5 Go de data en 4G est à 10 €/mois pendant un an au lieu de 24,99 €. Le forfait qui comprend 2h d'appels et de 2 Go d'internet est, lui, à 4 €/mois au lieu de 14,99 € pendant un an. Ces deux forfaits sont sans engagement. La promotion est valable jusqu'au 15 septembre à 8h.
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Le réseau fixe de Numericable sera-t-il ouvert et régulé ?

Le réseau fixe de Numericable sera-t-il ouvert et régulé ? | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it

Début novembre, soit dans quelques semaines, l'Autorité de la concurrence rendra son avis sur le rachat de SFR par Altice/Numericable. Des concessions pourraient être forcées, notamment dans le secteur fixe. La question de l'ouverture et de la régulation du réseau du câblo-opérateur se pose donc.

Les concurrents veulent des concessions

Suite à l'acquisition de SFR par le groupe Altice, maison-mère de Numericable et Completel, certaines voix se sont levées afin que le réseau fixe de l'opérateur soit régulé. Stéphane Richard, le PDG d'Orangeindiquait par exemple en mai dernier vouloir des concessions vis-à-vis du câblo-opérateur : « On va mettre en évidence toute une série de points, et je ne parle même pas de la régulation, c'est-à-dire de la possibilité d'accéder à la boucle locale du câble, qui, aujourd'hui, de fait, est impossible. En tout cas ce n'est pas organisé par la régulation alors que ça l'est depuis quinze ans pour les télécoms. »

 

Xavier Niel, le fondateur de Free, déclarait pour sa part quelques mois plus tôt espérer que l'Autorité de la concurrence ne se contentera pas de valider l'acquisition sans faire certaines demandes : « Aujourd’hui, les tarifs élevés deNumericable reposent sur des exclusivités pour les chaînes premium de Canalsat et de Numericable. L’Autorité de la concurrence demandera, espérons-nous, de les faire disparaître en cas de rachat de SFR par Numericable. De plus,Numericable va devoir dégrouper son réseau câblé. Même si je n’aime pas trop le câble, si Free peut offrir aussi un service universel de télévision par le câble pour un euro par mois, ça se regarde. »

L'ARCEP : « c’est quasiment impossible de faire l’équivalent du dégroupage »

Mais une telle régulation est-elle faisable ou tout du moins commune ? Dans la plupart des pays européens, elle n'existe pas. Tout au plus la Belgique, un pays où le câble est une technologie majeure, a commencé il y a peu à réguler ce type de réseau. Qui plus est, il y a deux mois, Jean-Ludovic Silicani, le patron de l'ARCEP, le régulateur des télécoms, n'avait pas caché les difficultés d'une telle opération :

 

« La situation du câble est très différente du réseau cuivre et du réseau fibre, ce n’est pas un réseau point par point dans sa partie terminale c’est une capacité qui est partagée entre les différents clients qui sont raccordés dessus. C’est très complexe voire quasiment impossible de faire l’équivalent du dégroupage qu’on a sur le cuivre sur les réseaux câblés. Techniquement on ne sait pas le faire, peut-être que dans 20 ans on saura le faire. »

Numericable : « les offres très haut débit amènent peu de services supplémentaires »

Au regard de tels propos, un dégroupage comme on le connait sur le réseau de France Télécom / Orange parait donc peu plausible. Mais selon BFM Business, l'Autorité de la concurrence a consulté en juin dernier les différents opérateurs vis-à-vis du rachat de SFR. Nos confrères ont pu accéder aux arguments de Numericable, et surprise, afin d'éviter une régulation, notamment du fait de son importance dans le très haut débit, la société s'auto-dénigre.

 

Le câblo-opérateur note par exemple « qu’à ce jour, les consommateurs n’ont pas de préférences significativement marquées pour le très haut débit. Elle considère que le fait que seulement 2 millions de foyers soient abonnés au très haut débit, alors qu’il y a 11 millions de foyers éligibles, est une preuve du manque d’appétence pour le très haut débit. » Mieux encore, Numericable arrive à nous expliquer qu'en fait, « les offres très haut débit amènent peu de services supplémentaires ».

Drahi : « le jour où j'aurai en France la part de marché qu'a le câble en Belgique »

Patrick Drahi, le patron d'Altice, expliquait de son côté lors d'une conférence qu'au regard de la régulation zéro des autres pays européens (hormis la Belgique), ce serait une surprise que l'autorité de la concurrence force son réseau à s'ouvrir. « Le jour où j'aurai en France la part de marché qu'a le câble en Belgique, c'est-à-dire le jour où nous aurons 65% du marché français, je serai disposé à entamer des discussions d'ouverture. D'ici là, il y a un petit peu de travail puisque notre part n'est que de 7%... »

 

S'il est vrai que tous abonnements confondus, Numericable a une part de marché encore très limitée en France, si l'on s'intéresse uniquement au très haut débit, la chanson est différente. Aujourd'hui, la plupart des nouveaux abonnés à Internet sont en très haut débit et l'ADSL est boudé. Le FTTH et le VDSL2 représentent une part importante de ces nouveaux abonnements, mais le réseau du câblo-opérateur n'est pas en reste. Au total, si l'on cumule les abonnés THD de Numericable et de SFR, on atteint près de 60 % de parts de marché dans le très haut débit.

 

Cette domination dans ce secteur peut-elle être un argument suffisant pour la concurrence afin de pousser l'autorité à demander des concessions ? Pas forcément, dès lors que le marché reste encore mineur et qu'Orange recrute massivement grâce à son réseau FTTH. Une régulation sur les offres TV de l'opérateur semble par contre aujourd'hui plus probable. Réponse dans moins de deux mois.

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

ORANGE : porté par JPMorgan qui recommande de surpondérer | Zone bourse

ORANGE : porté par JPMorgan qui recommande de surpondérer | Zone bourse | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Orange est bien orienté ce jeudi à la Bourse de Paris. L'opérateur de télécommunications enregistre la plus forte hausse de l'indice CAC 40 et progresse ainsi de 2,97% à 11,805 euros dans un marché baissier, soutenu par le relèvement de recommandation de JPMorgan. L'analyste américain dit avoir adopté une vue positive sur la valeur et a relevé son conseil de Neutre à Surpondérer. Son objectif de cours a lui aussi été rehaussé, à 12,70 euros contre 12,10 euros précédemment. 

Il estime que, contrairement à ce que les déclarations récentes de l'opérateur historique tricolore laissent penser, la consolidation du secteur français de la téléphonie mobile est envisageable. Son point de vue repose sur l'idée qu'une telle opération, quelles qu'en soit les parties prenantes, est souhaitable pour tous les acteurs de ce marché, et que l'un d'entre eux devrait donc prochainement passer à l'action. La bienveillance de la classe politique à ce sujet devrait d'ailleurs faciliter les choses.

Ce mouvement de concentration et de reconstitution des marges a d'ailleurs déjà commencé dans d'autres pays d'Europe ou Orange officie, comme en Pologne ou en Espagne. Par ailleurs, il ajoute qu'un retour à la hausse des prix des services de télécommunications, déjà à l'oeuvre dans ces deux pays, devrait bientôt gagner l'Hexagone, ce qui permettra à l'ex-France Telecom de reconstituer ses marges.

Le groupe a, comme ses concurrents SFR et Bouygues Telecom, beaucoup souffert de la politique de prix bas mise en place par Iliad via sa marque commerciale Free lors de son entrée sur le marché français de la téléphonie mobile début 2012. Un retour à trois acteurs sur ce marché est attendu de tous pour restaurer les profits.
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Numericable dénigre le très haut débit pour éviter d’ouvrir son réseau à la concurrence

Numericable dénigre le très haut débit pour éviter d’ouvrir son réseau à la concurrence | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Actuellement sur les tablettes de l’Autorité de la Concurrence, le rachat de SFR par Numericable pourrait conduire le gendarme de la concurrence à forcer Numericable à ouvrir son réseau à ses concurrents à un tarif régulé.
 
Cette question faisait parti de la consultation des concurrents de Numericable en juin dernier afin de définir si une régulation du câble était nécessaire. En effet, dès lors que Numericable aura racheté SFR, il disposera de 60 % du marché très haut débit fixe en FTTB et FTTH et 25 % du marché du haut débit. En ajoutant l’accueil de Bouygues Télécom sur son réseau, les abonnés au réseau SFR en FTTH et le réseau Numéricable pour le FTTB représenterait 78 % du marché du très haut débit.
 
Autre condition à remplir pour que l’Autorité de la Concurrence considère qu’il faille réguler le réseau câblé : considérer que le très haut débit constitue un "marché pertinent" et qu’il apporte à l’internaute un service réellement différent du haut débit.
 
De son côté, Numericable ne souhaite pas voir son réseau être régulé quitte à annoncer clairement que "les consommateurs n’ont pas de préférences significativement marquées pour le très haut débit". Il met ainsi en avant les 2 millions de foyers sont abonnés sur 11 millions de prises éligibles, "preuve d’un manque d’appétence pour le très haut débit."
 
Il estime également que "les offres très haut débit amènent peu de services supplémentaires".
 
En Europe seuls les Pays-Bas et la Belgique ont commencé à ouvrir les réseaux câblés. Patrick Drahi actionnaire majoritaire du groupe déclarait dernièrement qu’il serait "disposer à entamer des discussions d’ouverture, [...] le jour où nous aurons 65% du marché français." Actuellement Numéricable n’en dispose que de 7%.
 
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Bouygues Telecom Entreprises lance une solution de sécurité virtualisée

Bouygues Telecom Entreprises lance une solution de sécurité virtualisée | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it

Dans le cadre de sa stratégie visant à offrir de nouveaux services à valeur ajoutée pour ses clients professionnels, Bouygues Telecom Entreprises annonce le lancement de Gateway Sécurité, une solution de sécurité managée en coeur de réseau VPN, basée sur la technologie de Fortinet. Cette offre est conçue pour les moyennes et grandes entreprises (jusqu'à 2000 employés) et les organismes publics.

Bouygues Telecom Entreprises a décidé d'intégrer des services de sécurité managés en coeur de réseau pour assurer la protection des réseaux des entreprises. Les services et les données des clients sont hébergés sur les serveurs de Bouygues Telecom Entreprise, situés en France.

Avec les services Gateway Sécurité, Bouygues Telecom Entreprises offrent à ses clients un contrôle de la sécurité des accès Internet, grâce à une interface de gestion permettant une autonomie complète dans la configuration et la gestion de leurs politiques de sécurité.

Grâce aux appliances de pare-feux nouvelles générations (NGFW) FortiGate-VM de Fortinet, Bouygues Telecom Entreprises propose ainsi aux entreprises clientes des offres VPN une gamme complète de services de sécurité incluant : le pare-feu, le nomadisme IPSec et SSL, la protection contre les intrusions, l'antimalware, la visibilité et le contrôle des applications, le filtrage Web, l'anti-spam et la gestion des menaces persistantes, zero-day et APT. Toutes ces fonctionnalités de sécurité sont mises à jour en permanence par l'équipe internationale de chercheurs FortiGuard de Fortinet.

Outre le bénéfice d'un déploiement simplifié et d'une maintenance assurée par Bouygues Telecom Entreprises, cette offre de services managés réserve à chaque client une instance dédiée, permettant de gérer des milliers d'utilisateurs. Pour les grands comptes souscrivant aux services VPN MPLS, Bouygues Telecom Entreprises peut également fournir des appliances de pare-feu nouvelles générations (NFGW) FortiGate dédiées, qui seront hébergées par Bouygues Telecom Entreprises dans ses Data Center.

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

SFR Contrôle d'accès

SFR Contrôle d'accès | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Une application pour configurer des profils utilisateur sur votre box SFR et ainsi choisir le temps que pourront passer vos enfants sur internet.
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Saviez-vous que « 4G » est une marque déposée de SFR ?

Saviez-vous que « 4G » est une marque déposée de SFR ? | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Eh oui, cet acronyme banalisé qui désigne les réseaux mobiles de dernière génération est une marque, déposée par SFR le 22 avril 2013. Et en cherchant un peu, par exemple du côté du cloud, on fait d’autres trouvailles…
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Orange : une mutualisation du réseau avec Bouygues Telecom ? - Toute l actualité et les bons plans du mobile

Orange : une mutualisation du réseau avec Bouygues Telecom ? - Toute l actualité et les bons plans du mobile | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Orange ne souhaite plus racheter Bouygues Telecom mais espère quand même mutualiser son réseau avec le troisième opérateur. Pourquoi ? Explications.


Tout le monde en parlait : le passage de quatre opérateurs à trois n’aura pas lieu, du moins pas tout de suite. Orange et Free Mobile qui cherchaient à racheter à deux Bouygues Telecom ont finalement abandonné. Free Mobile n’a pas voulu mettre assez d’argent pour reprendre le réseau mobile et a préféré se tourner vers l’Amérique avec pour ambition de racheter T-Mobile US.Bouygues Telecom souhaite continuer à être présent sur ce marché et a donc relancé la guerre des prix dans l’ADSL. La France pourra-t-elle continuer longtemps à conserver quatre opérateurs ? Non, selon Orange et son PDG Stéphane Richard qui cherche par tous les moyens à stopper la guerre des prix et retrouver des marges. Si un rapprochement entre les opérateurs ne se fait pas, des mutualisations sont possibles et même souhaitables.

Orange veut marier son réseau avec Bouygues Telecom

Orange voudrait réduire le coût du déploiement du réseau en s’alliant avec un autre opérateur, c’est-à-dire en mutualisant. Problème : ce processus est déjà en cours entre SFR et Bouygues Telecom. Pourtant selon Challenges, il semblerait qu’il y ait de l’eau dans le gaz et que l’opération soit au point mort. En cause : le rachat en cours de SFR par Numericable qui va prendre encore du temps et l’attitude de mauvais perdant de Bouygues Telecom qui n’est pas motivé par l’idée de s’allier avec son ex-adversaire dans le rachat de SFR… Finalement ces histoires font l’affaire d’Orange qui a attaqué cette mutualisation devant l’Autorité de la concurrence en espérant casser l’accord et rebattre les cartes. Ce qui permettrait à Orange et Bouygues Telecom de s’allier par la suite. Et Free Mobile dans tout ça ? Difficile pour ce dernier de mutualiser avec qui que ce soit car pour ce genre d’opération il faut mettre sa contribution au pot et Free Mobile ne possède que 4 000 antennes contre plus de 15 000 pour les autres. La seule alliance inenvisageable selon Stéphane Richard c’est entre Orange et SFR du fait de leurs positions dominantes sur le marché. Les rebondissements entre opérateurs sont loin d’être terminés…

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Orange : l'iPhone 6 "à partir de" 130 euros, mais...

Orange : l'iPhone 6 "à partir de" 130 euros, mais... | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Le prix d'appel est séduisant, mais il est associé à un forfait minimum qui l'est un peu moins : 89,99 euros par mois.


Orange n'a pas perdu de temps pour communiquer ses offres autour des nouveaux iPhone 6. Et comme souvent, l'opérateur historique annonce des tarifs plus qu'alléchants pour celui qui ne lit pas les notes en bas de page.

L'opérateur historique indique en effet que le smartphone pommé en version 16 Go sera commercialisé à partir du 19 septembre (en pré-commande dès aujourd'hui) "à partir de" de 129,90 euros tandis que la version Plus est proposée à 229,90 euros.

Vraix-faux prix d'ami 

Ces prix d'ami sont en fait réservé aux clients actuels "ayant atteint la date optimale de renouvellement de mobile dans le cadre du Programme Changer de mobile et sous réserve d’un réengagement de 24 mois sur un forfait mobile Orange à partir de 69 euros par mois ou sur une offre Open à partir de 87 euros par mois".

Pour les nouveaux clients, l’iPhone 6 est annoncé à partir de 199,90 euros en version 16Go et l’iPhone 6 Plus à partir de 299,90 euros (16Go également). Cette fois, il faut s'engager 24 mois à l'offre Origami Jet à 89,99 euros par mois...

Bref, la question est de savoir à qui s'adresse ces tarifs étant donné la hauteur des forfaits associés. Alors que le marché s'articule désormais autour d'offres à prix plancher, on peut se demander qui souscrit à des forfaits à 69, 87 ou 89 euros par mois...

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

NO WORDS NEEDED :)

NO WORDS NEEDED :) | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Le trafic des apps et sites mobiles explose en France - Le Monde Informatique

Le trafic des apps et sites mobiles explose en France - Le Monde Informatique | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it

Une étude menée par AT Internet montre une progression de 68% du trafic des sites mobiles en juin 2014 et de 45% du trafic des apps. Dans le même temps, le trafic des sites web a reculé de près de 7%.

Le trafic enregistré sur les sites web - hors mobile - ne cesse de reculer en France. Dans sa dernière étude menée entre le 1er juillet 2012 et le 30 juin 2014 sur un périmètre de 2 215 sites web, 357 apps et 149 sites mobiles, le spécialiste de la mesure d'audience web AT Internet montre en effet une baisse de 6,8% du trafic des sites web traditionnels sur un an, contre une hausse de 68% du trafic sur les sites web mobiles, c'est à dire conçus pour être visités depuis un smartphone ou une tablette. Cette hausse très significative de trafic s'accompagne par ailleurs d'un bond du trafic des apps mobiles, à savoir de 45%.

« La fréquentation moyenne des sites web poursuit sa chute en 2014, avec près de 2/3 des sites web qui ont un trafic en baisse en juin 2014. Alors que les sites mobiles et les applications sont toujours en plein essor avec, a contrario, près de 3/4 des sites mobiles et près de 2/3 des applications qui ont un trafic en hausse en juin 2014 », a indiqué AT Internet. Une tendance qui devrait d'ailleurs se poursuivre sur les prochains mois, soutenue par des prévisions de ventes de smartphones qui continueront à bien se porter d'après le Gartner et qui devraient représenter 88% des ventes globales des mobiles en 2018.

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

iPhone 5s, iPhone 6 : les conseils pour les revendre et les acheter moins cher

iPhone 5s, iPhone 6 : les conseils pour les revendre et les acheter moins cher | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
La sortie de nouveaux iPhone est traditionnellement pour le marché de l'occasion une période faste. Le nouveau modèle fait envie et le précédent a encore de la valeur à la revente. Metronews a interrogé Julien Bareyre, directeur marketing de la société Recommerce Solutions, spécialiste du réemploi de téléphone mobiles, pour nous dispenser les conseils à connaître.
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

[Décryptage] Free Mobile : la location est-ce vraiment une bonne affaire ? - Toute l actualité et les bons plans du mobile

[Décryptage] Free Mobile : la location est-ce vraiment une bonne affaire ? - Toute l actualité et les bons plans du mobile | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Free Mobile propose une nouvelle manière d'acquérir un smartphone grâce à la location. Mais est-ce un moyen pertinent ? Quels sont les risques ?


Fin 2013 Free a lancé une nouvelle façon de posséder un smartphone haut de gamme, la location. C’est une sorte de leasing qu’on peut trouver dans l’automobile. Mais attention aux chausse-trappes et aux flous qui se cachent derrière cette offre alléchante, en apparence du moins.

News-assurances.com a passé au crible la nouvelle offre de location de Free Mobile. Quel en est le principe ? Est-ce si intéressant que ça ? Quels sont les pièges à éviter ? MeilleurMobile vous explique. Alors que les forfaits sans engagement commencent à devenir la norme, les Français se sont rendu compte du vrai prix des smartphones hauts de gamme dépassant plusieurs centaines d’euros. Free Mobile a donc introduit dans le secteur de la téléphonie mobile une nouvelle manière d’acquérir un smartphone haut de gamme comme l’iPhone 5S, le Samsung Galaxy S5 et le Samsung Galaxy Note 3 Lite.

Free Mobile : comment fonctionne la location ?

Vous souscrivez à une offre et vous choisissez parmi ces trois modèles. Vous versez un apportdifférent en fonction des modèles : 1€ pour le Samsung Galaxy Note 3 Lite9€ pour le Samsung Galaxy S5 et 49€ pour l’iPhone 5S. Puis tous les mois vous verserez une mensualité, là aussi différente en fonction du modèle : 12€ pour le Samsung Galaxy Note 3 Lite14€ pour le Samsung Galaxy S5 et 16€ pour l’iPhone 5S. En choisissant cette option vous vous engagez sur 24 mois. Faisons le calcul avec le Samsung Galaxy Note 3 Lite : on obtient 1€ d’apport + 12€ de mensualité sur 24 mois (12×24) = 289€. Le meilleur prix est en ce moment chez Cdiscount à 343,20€, soit une économie de 16%. Une économie de 26% sur le Samsung Galaxy S5 et de 26% sur l’iPhone 5S. De belles réductions donc mais est-ce pour autant profitable ?

Free Mobile : des conditions floues…

Les conditions sont assez floues. Ainsi le téléphone ne vous appartient à aucun moment, vous devez le rendre en parfait état à la fin de votre engagement de 24 mois sinon vous aurez des sanctions financières. Free Mobile ne précise à aucun moment ce qu’il considère être en bon état. Accepte-t-il les rayures ? Les éraflures ? La peinture qui s’effrite ? Aucun document ne le précise. Si vous souhaitez rendre votre smartphone avant vos 24 mois, vous devrez régler toutes les mensualités en une fois. Si vous ne le restituez pas ou s’il est en mauvais état (là encore non précisé), vous devrezpayer une amende de 250€. Sachant que l’écart entre une location et un achat comptant ne dépasse pas la centaine d’euros vous voilà perdant. De même si votre smartphone tombe en panne et que Free Mobile considère que c’est de votre faute, vous devrez payer l’intégralité des réparations. Levol n’est pas considéré comme un cas de force majeure par Free Mobile vous devrez donc là-aussi payer l’intégralité des mensualités et l’amende de 250€.

Même en prenant une assurance vous ne serez pas remboursé en totalité parce qu’aucun contrat d’assurance ne prend en charge ce type de contrat avec tous les risques que cela suppose. Autrement dit si vous pensez que votre smartphone haut de gamme ne risque de ne jamais recevoir la moindre éraflure, la moindre égratignure ou ne risque pas de se casser dans les 24 mois suivant l’achat, cette offre est faite pour vous. Si vous considérez à juste titre que personne n’est à l’abri de rien, mieux vaut passer son chemin.

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

BREVES  | Rejet de la demande d’opposition de SFR contre la marque « C carrément net »  | Legalis.net

BREVES  | Rejet de la demande d’opposition de SFR contre la marque « C carrément net »  | Legalis.net | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Par une décision du 16 juillet 2014, le directeur général de l’Inpi a rejeté la demande d’opposition formée par SFR à l’enregistrement de la marque complexe « C carrément net » de la société ASP Sites Internet. L’opérateur de téléphonie lui reprochait d’imiter sa marque antérieure « Carrément vous. SFR ». Or, malgré l’identité et la similarité des produits et services en cause, il n’existe pas de risque de confusion, le public n’étant pas susceptible d’établir une association entre ces deux signes, a estimé le directeur de l’Inpi. Pour arriver à cette conclusion, il a procédé à une comparaison des éléments tant aux niveaux verbal, visuel que phonétique. Il en résulte une impression distincte entre les deux logos. Si le mot « Carrément » apparaît essentiel, il n’est pas dominant au sein du signe contesté.
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

ORANGE : SNCF, avec orange, SFR et la région Basse-Normandie, lance une appli mobile NFC qui facilite le voyage en TER | Zone bourse

ORANGE : SNCF, avec orange, SFR et la région Basse-Normandie, lance une appli mobile NFC qui facilite le voyage en TER | Zone bourse | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it

Courant octobre, avec Orange et SFR, et associé à la Région Basse-Normandie, SNCF lance une application mobile NFC qui permet, directement depuis son smartphone, d'acheter, de valider et de faire contrôler son billet TER.

Proposé pour des trajets TER au plein tarif sur toute la région Basse-Normandie, ce service basé sur la technologie NFC sur Smartphone, constitue une première en Europe. Il sera étendu d'ici à mi-2015 aux régions Alsace, Aquitaine, Haute-Normandie, Lorraine et Midi-Pyrénées.

un service simple et intuitif pour un voyage plus fluide

Une fois le téléchargement de l'application SNCF TER NFC effectué sur Google Play et le compte client créé, le voyageur peut acheter et valider son billet TER sur son mobile simplement et en mobilité. Ce service offre plus de confort et un gain de temps dans la préparation du voyage.
D'un geste, le chef de bord contrôle directement le smartphone du client, y compris lorsqu'il se trouve hors couverture réseau ou si le téléphone est éteint. Les informations sont stockées de façon sécurisée sur la carte SIM du client abonné mobile Orange ou SFR. Cette solution a été développée avec Orange Business Services grâce à sa plateforme multiservices « NFC Service Center » adaptée aux secteurs du transport.
Alain Le Vern, Directeur SNCF Régions & Intercités, déclare : « les services sur mobile sont au cœur des usages de nos voyageurs. Pour SNCF, le digital est une formidable opportunité de construire une nouvelle relation avec les clients TER. Aujourd'hui, avec les Régions, nous utilisons les possibilités offertes par le NFC pour faciliter la mobilité régionale et proposer des services personnalisés qui répondent aux attentes de chacun. »
Pour Laurent Beauvais, Président de la Région Basse-Normandie, « notre région est la première en France, et même en Europe, à déployer cette application sur son réseau TER. Il s'agit en effet d'une innovation qui s'inscrit dans la droite ligne de la stratégie régionale en matière de transport ferroviaire et d'innovation numérique. »
Jean Paul Portron, Directeur Orange Normandie Centre, déclare : « le lancement de cette nouvelle application mobile montre une fois encore que l'innovation est un formidable moteur pour proposer à nos clients des services nouveaux, simples et sécurisés. Et c'est ici, en Basse-Normandie, terre d'innovation du NFC  qu'Orange et SNCF lancent en partenariat un nouvel usage de demain. »
Pierre-Emmanuel Struyven, Directeur Innovation SFR, déclare : « L'application mobile SNCF TER NFC est une innovation remarquable, elle permet une expérience utilisateur simple, 100% mobile pour l'achat, la validation et le contrôle du titre de transport. Les clients mobiles SFR sont aujourd'hui largement équipés de mobile NFC et de SIM de dernière génération et pourront facilement télécharger l'application. Nous sommes enthousiastes à l'idée du succès que remportera ce service auprès des usagers dans les différentes régions. »

contacts presse

SNCF - Clément Nourrit - Tél : 01 53 25 76 56 - clement.nourrit@sncf.fr
Région Basse-Normandie - Caroline Monnot - Tél : 02 31 06 96 27 - c.monnot@crbn.fr
Orange -  Khadija Komara - Tél : 01 44 44 93 93 - khadija.komara@orange.com
SFR - Valérie Jaquet - Tél : 01 85 06 05 50 - valerie.jaquet@sfr.com

à propos d'Orange


more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

La femtocell d'Orange passe à 19,90 euros, y compris pour les clients Sosh

La femtocell d'Orange passe à 19,90 euros, y compris pour les clients Sosh | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it

Orange vient de baisser le prix de son boîtier femtocell qui passe ainsi de 79,90 à 19,90 euros, correspondant toujours aux frais de mise en service. Les clients Sosh sont également concernés. Nous avons décidé de faire un rapide état des lieux des femtocells chez les opérateurs.

Il y a plusieurs années, les fournisseurs d'accès à Internet se sont lancés dans la guerre des femtocells (oufemtocellules), de petits boîtiers intégrants une antenne 3G miniature afin de proposer une couverture réseau dans une maison ou un appartement où l'on ne capte pas forcément très bien. Bouygues Telecom, Orange, SFR et Free se sont lancés dans l'aventure, plus ou moins rapidement, mais depuis les choses ont bien changé.

 

En septembre de l'année dernière, Bouygues jetait l'éponge, faute de demande de la part des clients. Chez Orange, la situation est plus complexe. En effet, la femtocell est arrivée début janvier 2013, avant de repartir en avril, pour finalement revenir mi-juin, contre le paiement de 79 euros de frais de mise en service. Nos confrères d'Orange Info précisent que, désormais, le prix est largement revu à la baisse puisqu'il passe à 19,90 euros, là encore correspondants à des frais de mise en service. La bonne nouvelle, c'est que cela concerne également les clients Sosh.

 

Pour rappel, les clients SFR sont mieux lotis puisqu'elle est disponible gratuitement, via une offre de remboursement de 49 euros, pour les abonnés de la marque au carré rouge. Les clients RED doivent par contre s'acquitter de frais de mise à disposition de 99 euros.

 

Chez Free, elle est facturée 10 euros pour les frais d'envoi, et ce, depuis juin de l'année dernière. Mais depuis plusieurs mois, elles sont livrées d'office avec les Freebox Révolution, ce qui permet à Free d'augmenter tout doucement sa couverture à moindres coûts. Néanmoins, plusieurs clients indiqueraient ne pas l'avoir eu avec leurFreebox Révolution. Selon nos confrères d'Univers Freebox, cela serait dû à un problème de stock qui a poussé Free à envoyer des Freebox d'ancienne génération à la place des nouvelles.

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

GénérationCâble - 13ème Rue arrive en replay chez Numericable

GénérationCâble - 13ème Rue arrive en replay chez Numericable | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Le service à la demande de 13ème Rue, disponible depuis plusieurs années chez Canalsat, est disponible depuis hier sur les box de Numericable.


Après le lancement du flux HD il y a quelques semaines, c'est désormais au tour du service de catch-up TV de 13ème Rue de faire son apparition sur les décodeurs de Numericable.

Ce service vient compléter une offre de 64 chaînes disponibles en replay chez Numericable et est accessible à tous ceux qui disposent d'un décodeur avec voie de retour.

Dans les semaines à venir, d'autres services devraient compléter l'offre de Numericable, dont notamment celui de RTL 9 ou encore Syfy.
more...
No comment yet.