Free Mobile, Oran...
Follow
Find
239.2K views | +128 today
Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc.
#Comparatif #Service client #Nouveauté
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Insolite : les sites Internet turcs temporairement inaccessibles depuis une ligne Free

Insolite : les sites Internet turcs temporairement inaccessibles depuis une ligne Free | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
C'est un étrange constat que font les Freenautes issus de la communauté turque, rapportant sur le site d'Univers Freebox leur incapacité à se connecter à la majeure partie des sites Internets localisés en Turquie.
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

La TV d'Orange s'invite sur Xbox One dès le 22 novembre

La TV d'Orange s'invite sur Xbox One dès le 22 novembre | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Disponible depuis avril 2012 sur Xbox 360, la TV d'Orange s'installe sur la Xbox One dès sa sortie à l'aide d'une nouvelle application dédiée.

 

Interface blanche et sobre, navigation intuitive : l'application TV d'Orange pour Xbox One fait dans la simplicité. Le FAI ne révolutionne pas le rendu déjà proposé sur la console Xbox 360 de Microsoft, mais épouse cependant la dynamique mise en place par le constructeur sur sa nouvelle machine, conçue pour « une expérience All-in-One ».

Là où la Xbox 360 était avant tout une console de jeux, la Xbox One est présentée comme une unité de divertissement plus général, et s'avère donc plus accueillante pour les applications comme celle proposée par Orange. Une fois installée, l'application est directement épinglée dans les favoris de l'utilisateur, sur l'interface de la console. Il a ainsi facilement accès aux chaînes et aux différents bouquets proposés par l'opérateur à ses abonnés Triple Play.


Outre une navigation repensée à l'aide de tuiles, pour coller, une fois encore, avec l'interface de la console, l'application TV d'Orange permet de regarder deux flux en même temps, ce qui n'était pas possible sur Xbox 360. Le pilotage à la voix et aux gestes est toujours au rendez-vous, optimisé grâce au nouveau Kinect, plus précis, et qui demande moins de recul dans la pièce pour être efficace.

Jouer et regarder la télé en même temps…

… et sur le même écran : c'est l'une des propositions un peu folles de la Xbox One. Grâce à la fonction « ancrer » de la console, il est possible de faire tourner une application sur le côté droit de l'écran de télévision, et de lancer une autre application sur le reste : c'est ainsi qu'il est possible de jouer à un jeu vidéo tout en regardant un programme via Orange TV.

Bien évidemment, cette fonctionnalité n'est pas propre à l'application d'Orange : toutes les autres pourront en profiter. Reste que le potentiel de l'ensemble est nettement plus intéressant que sur Xbox 360, et devrait offrir de nouvelles perspectives aux clients Triple Play de l'opérateur, qui décideront d'acquérir une Xbox One – et de s'abonner au service Gold, toujours obligatoire.


Notons enfin que la VOD ne sera pas immédiatement opérationnelle au sein de l'application TV d'Orange pour Xbox One : le FAI précise que son offre ne sera pas disponible avant plusieurs mois sur cette nouvelle plateforme. Il faudra donc attendre 2014 pour disposer d'une expérience plus complète via cette applicati

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

La qualité du réseau 3G se dégrade chez Free Mobile et les opérateurs historiques !

La qualité du réseau 3G se dégrade chez Free Mobile et les opérateurs historiques ! | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it

UFC-Que Choisir a mené une enquête l’année dernière sur l’internet mobile avec les services 3G et suite aux résultats de l’étude, l’organisme a porté plainte contre Free pour des pratiques commerciales trompeuses. Cette procédure est toujours en cours et UFC-Que Choisir ne reste pas inactif et a décidé de réactualiser son enquête sur la qualité du réseau 3G. On constate que les  services  internet sur le mobile en 3G se dégradent chez les différents opérateurs et Free est le plus mauvais sur la qualité aussi bien sur son propre réseau que celui en itinérance avec Orange. Cette dégradation de la qualité en 3G serait-elle liée à l’arrivée de  la 4G afin de pousser les consommateurs vers un forfait 4G ?

Comment a été réalisée l’étude ?

L’enquête a été réalisée dans les mêmes endroits que la précédente en 'Ile de France, Lille et Toulouse' afin de vérifier l’évolution et UFC-Que Choisir a décidé d'étendre la zone géographique en ajoutant la ville de Grenoble. Les tests ont été réalisés à partir d’uniPhone 4S et un Samsung Galaxy S2, soit 8 téléphones pour la réalisation des mesures.

Chaque test consisté à :

-Mesurer les débits montants et descendants et latence avec SpeedTest en début et en fin de chaque cycle de mesures ; 
-Visionner/écouter une séquence sur les applications YouTube, Dailymotion, FranceTV Pluzz, et Deezer sur les smartphones (dernières versions disponibles sur les stores Apple et Google) ;
 -Télécharger une application SNCF TER sur chacun des deux stores et pour chaque opérateur

Les résultats de l’étude :

- Des débits constatés encore trop loin des débits maximum  théoriques annoncés,
- La proportion des mesures qui présentent un débit inférieur à 2 000 kb/s, représentent ainsi près de 50 % des cas,
- Globalement, pour l’ensemble des opérateurs, les débits supérieurs à 2 000 kb/s ont tendance à s’accroître (à l’exception notable de SFR, dont la part de ces débits connaît une baisse importante). Mais cet accroissement s’accompagne d’une hausse notable de la part des faibles débits (entre 0 et 500 kb/s). En conséquence, les débits intermédiaires diminuent chez l’ensemble des opérateurs.

Free Mobile une qualité qui se dégrade :

On observe chez Free Mobile une augmentation de la part des débits supérieurs à 2 000 kb/s sur son réseau propre (sans passer sur le réseau d’Orange) puisqu’elle passe de 29 % à 43,6 %. Néanmoins, le réseau propre de Free Mobile reste le seul sur lequel on observe une majorité de mesures qui présentent des débits inférieurs à 2 000 kb/s. Il subsiste toujours un problème de non qualité pour les services Streaming Vidéo sur les deux « réseaux » de Free (propre et itinérance) par rapport à ceux sur les réseaux des «historiques ». Une dégradation générale de la qualité de la 3G chez Free notamment sur son propre réseau et encore plus pour les consommateurs qui passent par l’itinérance.

Les forfaits  4G prennent le dessus sur les offres 3G :

Bouygues Telecom a modifié ses offres 3G et depuis le lancement de ses forfaits 4G, l’opérateur ne propose plus d’offre 3G avec 3Go de data mais un maximum de 500Mo uniquement. De plus, la H+ réseau intermédiaire était proposé jusque là au même prix que les offres actuels n’offrant que de la 3G+ et disponible désormais avec les offres 4G. Notons que les offres 3G chez Orange etSFR sont toujours accessibles dans les mêmes conditions mais UFC-Que choisir craint que cela se généralise. 

Les opérateurs historiques misent beaucoup sur la 4G, les consommateurs seront-ils contraints de passer sur offre 4G et acheter un mobile 4G pour profiter pleinement des services Internet sur le mobile ? 
UFC-Que Choisir pour assurer un accès confortable des usages internet sur le mobile a saisit l’ARCEP pour lui demander de fixer dès à présent des exigences sur une qualité de service minimale pour la 3G, et lance un observatoire  de la couverture mobile du territoire avec l’appui des consommateurs qu’elle appelle à la mobilisation en téléchargeant gratuitement  l’application « Info Réseau » sur le Play Store.

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

SFR cherche à faire le plein d’abonnés 4G avec des nouvelles offres couplées

SFR cherche à faire le plein d’abonnés 4G avec des nouvelles offres couplées | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
L’objectif de SFR est clair, faire le plein d’abonnés 4G d’ici la fin de l’année. L’opérateur au carré rouge annonce ainsi deux nouvelles offres pour doper ses recrutements.  Dans un premier temps, il s’attaque aux offres couplées box+ forfaits 4G. L’opérateur annonce ainsi "offrir sa box à hauteur de 29,99 €/mois aux foyers détenteurs de deux formules carrées 4G." L’opérateur précise ainsi que l’offre est accessible aux nouveaux comme aux anciens clients sur simple demande et que l’offre est "valable à vie". Ces forfaits Carrés 4G à partir de 3 Go de data sont au minimum à 30,99 € sans mobile et avec engagement de 12 mois. Ils peuvent monter jusqu’à 139,99 € par mois avec mobile et engagement de 24 mois. Pour autant pour en bénéficier, il faut que l’abonné souscrive avant le 22 décembre 2013. Pour les abonnés Carré 4G, SFR ouvre également l’accessibilité aux services cloud pour ses client grand public. Il inclue ainsi jusqu’à 100 Go d’espace de stockage disponible dans ses offres Carrées 4G (3Go, 5Go, 7Go, 9Go) et 10 Go d’espace de stockage avec les forfaits Carrés 2H+50Mo, 2H+500Mo, 24h/24+500Mo et 24h/24+3Go (option 100 Go disponible pour 5€/mois). Cette offre n’a par contre pas de limite de temps pour en profiter. Pour son service Cloud, SFR précise que les données qui ont vocation à être sauvegardées, sont stockées dans un espace confidentiel et hébergées en France, dans deux des datacenters SFR situés dans le Rhône et dans les Hauts-de-Seine.   
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Bbox Actus - Actualités : 3 nouvelles chaînes arrivent dans les bouquets Bbox Ciné et Bbox Grand Ciné

Bbox Actus - Actualités : 3 nouvelles chaînes arrivent dans les bouquets Bbox Ciné et Bbox Grand Ciné | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
3 nouvelles chaînes arrivent dans les bouquets Bbox Ciné et Bbox Grand Ciné (Bbox Actus)
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Sortir SFR de sa dépression

Sortir SFR de sa dépression | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it

Ces derniers mois j'ai beaucoup écrit, ici ou ailleurs, sur le marché Français des télécoms. Longtemps considéré comme une exception Française de plus, je préfère pour ma part le considérer comme un marché certes un peu atypique mais qui n'est finalement pas si éloigné des logiques traditionnelles selon lesquelles les acteurs télécoms se structurent ailleurs. Et comme mon métier au quotidien est d'analyser les expériences de différents acteurs dans différents marchés, difficile pour moi de ne pas appliquer ces analyses au marché Français, même si je n'y ai aucun client.

S'il y a une particularité vraiment spécifique au marché Français c'est l'ascendant psychologique de Free sur ses concurrents. Dans la plupart des autres marchés, le plateau de jeu et les règles ont été dictés par l'opérateur historique, et si ses concurrents prennent l'ascendant, c'est parce qu'il a mal joué son jeu. En France, c'est Free qui depuis 2003 a réécrit les règles, et tous les acteurs y compris Orange se sont progressivement alignés sur ces règles.

Le principal effet de l'arrivée de Free sur le fixe puis sur le mobile a été de faire voler en éclat le couple qualité de service / prix qui régit généralement le positionnement des acteurs du marché des télécoms. En offrant une offre d'abondance à un prix très attractif, Free ne se positionnait pas comme un acteur classique visant le bas de marché (ce que les Anglo-Saxons appelles les offres 'no-frills' ou 'sans fioritures') puisqu'il semblait offrir à la fois le prix et la qualité de service. En réalité, pendant longtemps la qualité de service n'était pas réellement là, mais les clients étaient tellement heureux de l'abondance qui leur était proposée qu'ils étaient contents d'ignorer ce point. J'ai souvenir d'avoir animé vers 2004-2005 des groupes de discussion (focus groups) avec des clients Free (entre autres) qui reconnaissaient volontiers que la TV ne fonctionnait pas très bien ou que la qualité de la téléphonie laissait à désirer mais qui n'en considéraient pas moins que la qualité globale de l'offre dont ils bénéficiaient était excellente au regard du prix qu'ils payaient. Les concurrents de Free, et particulièrement SFR (Neuf à l'époque) ont suivi Free sur cet terrain. Ils ont été rejoints plus récemment par Bouygues Télécom, si bien que seul Orange se distingue (un peu) en mettant en avant une offre qui se veut plus riche et qualitative.

Et c'est véritablement SFR aujourd'hui qui se trouve le plus affecté par ce joug psychologique de Free. Bouygues Télécom a toujours eu un positionnement bas de marché, et a donc un modèle économique apte à lutter contre Free sur ce terrain. C'est aussi une société pragmatique qui n'a pas hésité à faire des choix risqués pour conserver un leadership sur son pré carré. Son absence de positions d'envergure sur le fixe fait aussi que le lutte contre Free se focalise essentiellement sur son cœur de métier mobile. Enfin, sa stratégie 4G est payante et crée une différentiation appréciable par rapport à Free sans contrepartie de coût considérable si bien que Bouygues Télécom est bien positionné pour dégager plus de valeur sur le bas de marché que ne l'est Free. SFR par contre est au coude à coude avec Free sur le fixe et voit ses positions s'effriter sur le mobile...

Ces derniers mois, et plus particulièrement depuis la publication de mon papier sur Free et l'évolution de son modèle, j'ai multiplié les rendez-vous chez différents acteurs, parfois à leur demande, parfois à mon initiative. Ce qui m'a frappé lors de plusieurs rendez-vous que j'ai fait chez SFR c'est à quel point l'entreprise est déprimée, convaincue de n'avoir aucune solution pour se sortir du piège que Free a refermé sur elle en se lançant dans le mobile. J'ai même été choqué d'entendre l'ARCEP décrite par la société comme un Chevalier Blanc qui seul pouvait les sauver d'une destinée funeste. Vous me direz que je force le trait, et c'est sans doute un peu vrai, mais dans toutes ces discussions, je n'ai entendu aucune esquisse de solution, uniquement des excuses à l'inaction. Qu'une société aussi puissante et établie que ne l'est SFR en vienne à espérer un salut du régulateur en dit long sur l'état d'esprit qui y règne... Et ces échos, je les ai eus à tous les niveaux de la société, des cadres dirigeants au middle-management et jusqu'aux simples employés.

On objectera à juste titre que le rapprochement SFR / Bouygues Télécom pour partager des composantes de réseau (points hauts et plus si affinités) est une réponse concrète et proactive à la situation de SFR. C'est juste, mais malheureusement c'est le seul exemple qui me vienne à l'esprit. Parallèlement SFR se fait gentiment griller la priorité sur le Gbps fibre, perdant un effet d'annonce dont ils auraient pu profiter (contrairement à Free qui est en position de raccorder fort peu de clients), et brade d'ailleurs sa fibre à 9,99€ par mois pendant un an, faisant là encore le jeu de Free en entrant dans un modèle où la qualité de service n'est pas valorisée.

Je pense que ce dont SFR a besoin c'est d'un repositionnement stratégique majeur sur le segment de marché qui était historiquement le sien. Je ne veux pas donner l'impression d'être un donneur de leçons qui ne mouille pas la chemise, mais avec les éléments dont je dispose, une analyse stratégique externe aboutit inévitablement à la conclusions suivante: SFR doit impérativement changer les règles du jeu et cesser de faire systématiquement ce que Free attend d'elle. Cela passe par un changement de culture par le haut, un plan d'entreprise qui redéfinit une priorité à la qualité de service et à l'extraction de valeur par la qualité.

Je sais pertinemment à quel point c'est difficile de réintroduire la qualité dans un marché qui ne la valorise plus. Le succès de Free est entièrement lié à cela: les clients considèrent que tous les opérateurs se valent d'un point de vue qualité, et qu'il ne vaut donc pas la peine de payer plus (ou même de changer d'opérateur) pour espérer une meilleur qualité. Leur prouver le contraire nécessitera forcément beaucoup plus que de simples campagnes de communication: repenser les produits et services en ce sens, garantir des éléments de qualité de service même pour les particuliers, s'engager pourquoi pas à rembourser les clients insatisfaits (sur des critères objectifs, évidemment), remettre en cause le dogme du tout à 30€ pour le fixe, capitaliser sur la convergence fixe-mobile a un degré bien plus avancé qu'aujourd'hui. Ce sont autant de chantiers de grande envergure qui ne peuvent être entrepris que si les dirigeants de l'entreprise sont convaincus de la nécessité de se différencier de Free et de remettre la qualité au centre de la relation-client.

Une des objections qui m'a été faite lorsque j'ai mis en avant ces arguments dans les discussions avec certains de mes interlocuteurs chez SFR est la suivante: "on ne sait pas ce que Vivendi veut faire de nous". J'arguerais pour ma part que c'est sans importance: si Vivendi veut vendre, autant rendre la mariée plus belle en mettant en avant un chantier de transformation. Si Vivendi ne veut pas vendre, une stratégie visant à redonner de la valeur à l'entreprise ne peut pas être mal vue par l'actionnaire...

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Quand les marchés « fibrent »

Quand les marchés « fibrent » | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
La mise en Bourse de Numericable illustre la reprise en fanfare des IPO en Europe.
« La patience est l'art d'espérer », selon...
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Les cartes de déploiement 3G/4G concernant Free Mobile au mois de novembre

Les cartes de déploiement 3G/4G concernant Free Mobile au mois de novembre | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Après les chiffres des déploiements mobiles publiés par l’ANFR en début de mois, c’est le site antennesmobiles.fr qui vient de mettre à jour ses cartes, (...)
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Fairphone : et si la téléphonie mobile devenait équitable ?

Fairphone : et si la téléphonie mobile devenait équitable ? | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Le Fairphone est une jolie histoire. Et c’est parce qu’elle connait une fin heureuse qu’elle montre un bon exemple.
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Nexus 5 : sera-t-il le grand absent chez Free Mobile, SFR et Orange ?

Nexus 5 : sera-t-il le grand absent chez Free Mobile, SFR et Orange ? | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Le Nexus 5 est attendu par certains consommateurs notamment les abonnés à Free Mobile, SFR ou Orange.

 

 eNexus 5 est attendu par certains consommateurs notamment les abonnés à Free Mobile, SFR ou Orange.

Le Nexus 5 a fait son entrée dans le secteur des Smartphones le 31 octobre dernier. Disponible sur le Google Play, le téléphone a rapidement affiché une rupture de stock. Ceux qui souhaitent acheter un modèle sur cette boutique de Mountain View, il faudra patienter 3 à 4 semaines pour le recevoir. Vendu 349 et 399 euros, le mobile a rapidement déserté Google Play. Certains consommateurs peuvent se diriger vers les revendeurs. Il est vendu dès 479 euros chez Rue du Commerce, le site marchand propose 5% de réduction et LG offre une ODR de 70 euros. Le Smartphone coûte donc 385.05 pour la version noir 16 Go.

Pas de Nexus 5 chez Orange, SFR, Free…

Le Nexus 5 bénéficie également d’une promotion chez Grosbill, il est vendu 449 euros et bénéficie de 10 euros de réduction et une ODR de 70 euros. Le Smartphone de Google est également disponible chezBouygues Telecom. L’opérateur propose une réduction de 80 euros pour l’achat de ce mobile. Vous devrez toutefois prendre en compte le prix du forfait qui peut parfois être assez élevé. A ce jour, les consommateurs n’ont pas d’autres possibilités pour acquérir le Nexus 5 mis à part le secteur de l’occasion. Aucun autre opérateur ne devrait intégrer le dernier né de Google dans son catalogue selon BeGeek.

100€ de réduction chez Bouygues Telecom

Le Nexus 5 sera sans doute le grand absent chez Free Mobile, SFR, Orange ou encore Sosh. Les consommateurs espéraient que l’opérateur de Xavier Niel propose une offre, car il avait dévoilé quelques jours après l’annonce d’Apple, l’iPhone 5S et le 5C. Bouygues Telecom est donc le seul opérateur à commercialiser le Nexus 5 qui bénéficiera dès demain d’une nouvelle offre de remboursement. L’opérateur proposera une réduction de 100 euros sur la version « nu » qui coûte 449 euros. Ainsi, le Nexus 5 16 Go noir coûtera sur la boutique de Bouygues Telecom 349 euros, le tarif étant similaire à celui de Google Play selon Les Mobiles.

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

L'effet Free Mobile commencerait-il à s'essouffler ?

L'effet Free Mobile commencerait-il à s'essouffler ? | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it

Free Mobile commence à engranger moins d'abonnés chaque mois. Ce 4ème opérateur, qui s'est lancé dans la téléphonie mobile début 2012 avec deux offres à prix cassés, vient de faire état de 640 000 nouveaux abonnés au 3ème trimestre : un chiffre qui est inférieur de 80 000 nouveaux abonnés par rapport au 2ème trimestre 2013. Rappelons que durant la période du 2ème trimestre, ce chiffre était déjà inférieur de 150 000 nouveaux abonnés par rapport au 1er trimestre 2013...

Au 30 septembre 2013, Free Mobile comptait 7 435 000 abonnés mobiles, soit une part de marché de 11%. Son activité mobile représente désormais plus du tiers du chiffre d'affaires du Groupe. Le chiffre d'affaires est en hausse de 35% par rapport au 3ème trimestre 2012.

A ce jour, l'opérateur continue à proposer un forfait illimité très concurrencé à 19,99 euros ou 15,99 euros pour les abonnés Freebox. Sa deuxième formule à 2 euros comprend 2 heures d'appels et des SMS illimités ; Cette deuxième offre est gratuite pour les abonnés FreeBox.

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Quelles sont les tendances des applications mobiles pour 2014 ?

Quelles sont les tendances des applications mobiles pour 2014 ? | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it

Modèles économiques, stratégie publicitaire... Quel horizon pour le marché des applications mobiles ? 

 

Alors qu’en France 50% des applications ont vu leur trafic augmenter de 46% en un an, quels sont les modèles économiques privilégiés aujourd’hui ? La question était justement au centre des discussions lors des Appdays qui se sont tenus les 7 et 8 novembre dernier à Paris.

Le freemium va se généraliser

D’après Jérôme Stioui (Ad4Screen), on est passé du modèle payant au modèle freemium, avec le téléchargement gratuit et des achats In-App .

« Aujourd’hui sur l’Appstore, plus de 70% des revenus sont générés par des applications gratuites, pour seulement 20% par les applis payantes. A l’image de Candy Crush, il faut que l’application donne envie et crée un réflexe en suscitant un mélange de frustration et d’addiction pour inciter l’acter d’achat. Avec des logiques de compte à rebours, ou de niveaux de difficulté pouvant être résolus si l’utilisateur est prêt à payer. C’est une conception subtile qui doit être pensée à l’origine du gameplay. A contrario, la tendance de fond, c’est l’écroulement des applications payantes. »

Même son de cloche chez MobInLife, où Grégoire Mercier estime qu’à terme, il est probable que les applications freemium représentent la quasi-totalité des nouvelles applications lancées, mis à part quelques secteurs très particuliers. « La rentabilité de ce type d’applications est au final très supérieure aux applications premium, et permettent de faire connaitre son produit à un maximum d’utilisateurs rapidement ».

Pour Ludovic Chayriguès (Joule) : ‘l’in-app purchase (achat in-app) est une fonctionnalité qui n’était pas disponible au lancement de l’App Store. Son lancement courant 2009 a fait évoluer de nombreux modèles initialement payants vers un modèle freemium.

Pour Yann Lechelle d’Appsfire, les éditeurs « vont devoir faire très tôt faire un « reality check »: dès la conception et la construction du business, ils devront se poser la question de savoir s’ils font une appli payante ou pas, savoir s’ils incorporent des achats In-App, et quel système de monétisation mettre en place ».

C’est justement le cas de l’application française Edjing qui connaît un très fort succès. Elle a été téléchargée plus de 10 millions de fois depuis son lancement en 2012 et a généré la majorité de ses revenus notamment grâce aux achats In-App. L’application est bien gratuite, mais suggère un florilège de fonctionnalités payantes. De la possibilité d’ajouter des options propres au djing aux évolution de design, c’est l’ajout et la customisation de ses platines virtuelles à travers l’achat de « skin » qui a rencontré un succès inattendu (lire l’interview « Exclusif: les français d’edjing, spécialistes du mix musical sur mobile, lèvent 2 millions d’euros« )

Les modèles émergents

Si l’on regarde de près les modèles émergents, ils ne sont pas encore si nombreux. Pour Ludovic Chayriguès: « le premier est basé sur la publicité des marques au sein des applications / sites mobiles, le second établi sur l’achat in-app. La combinaison des deux modèles n’est pas ou peu envisageable, les utilisateurs comprenant mal la présence de formats publicitaires au sein d’une application payante. Certains jeux « payants » peuvent néanmoins proposer des intégrations de marques originales et non intrusives.

« Certains comportements peuvent également conduire à considérer de nouveaux modèles. Nous avons par exemple développé au UK (via notre hub de production Candyspace) un modèle premium pour ITV basé sur une absence de formats/contenus publicitaires. Ce modèle payant a rencontré un véritable succès auprès d’une fraction de l’audience, offrant ainsi à ITV un relais de croissance non négligeable en termes de revenus.

N’oublions pas enfin tous les modèles mobiles dont la monétisation n’est pas intégrée au mobile et à la dimension digitale, mais au service offert dans le monde physique. Le mobile est un driver / facilitateur / service qui permettra à une marque de stimuler la vente de ses produits en accompagnant le consommateur dans ses choix. (Ex : certaines chaine de restauration rapide où le paiement a lieu à la livraison) ».

Quid de la publicité ?

La publicité sur mobile demeure pour le moment basée sur des modèles classiques, avec bannières et interstitiels. Ces derniers tendent à se systématiser au sein des applications, les formats plein écran sont privilégiés, sous forme d’image, d’image animée ou de vidéos. Le déploiement du réseau 4G devrait par ailleurs booster l’implémentation des vidéos.

La vidéo, c’est justement le créneau de la jeune start-up lyonnaise Vidcoin, qui a lancé une une solution innovante en proposant aux joueurs de gaming de visionner des vidéos sponsorisées pour passer des niveaux, au lieu de les payer. En effet, en choisissant parmi plusieurs publicités proposées, le joueur se voit récompensé en monnaie virtuelle (biens, monnaie, progression dans les niveaux…) ce qui lui permettra de faire perdurer son expérience de jeu.

Cela représente aussi une source de revenus complémentaire pour les éditeurs qui créent des espaces publicitaires en étant rémunéré à la vue, et monétisent les joueurs réticents aux achats In-App.

Jérôme Stioui estime pour sa part que la publicité sur mobile va encore fortement croître cette année: « près de 20% du temps passé sur un media est fait sur le mobile. Juste derrière l’ordinateur mais au dessus de la presse et de la radio. Pourtant, au niveau des dépenses publicitaires, le mobile ne représente que 1 à 2% des budgets. Il va donc y avoir un gros rattrapage qui va s’opérer. La publicité mobile, c’est le segment de la publicité digitale qui croît le plus vite dans tous les pays occidentaux. (UK 100%, Allemagne 80 %, en France à peu près 50%).

le mobile ne représente que 1 à 2% des budgets publicitaires

Enfin, outre la vidéo, la tendance serait à la digitalisation de « services physiques » devient une tendance forte, comme le constate Ludovic Chayriguès de Joule: « chaque utilisateur devient un contributeur / acteur en puissance, se substituant contre rémunération à des services « physiques » déjà établis. Par exemple : Gigwalk offrant aux utilisateurs la possibilité d’être rémunérés en rapportant les activations promotionnelles des marques en magasin ou en devenant « client mystère ». Autre exemple: Field Agent proposant des « missions géolocalisées » et rémunérées à ses utilisateurs. Se créent ainsi des alternatives puissantes, « virales » et très compétitives bousculant aujourd’hui des modèles historiques ».

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Bouygues Telecom double la data de son offre Bbox Nomad 4G

Bouygues Telecom double la data de son offre Bbox Nomad 4G | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Bouygues Telecom annonce une série limitée sur ses offres Bbox Nomad 4G. L'opérateur va doubler les enveloppes data de ses offres sans augmentation de prix.
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

L'actualité de la Freebox » Blog Archive » Mise à jour du Freebox Server 2.0.7

La mise à jour est disponible depuis le 19 novembre 2013 à 23h00. Pour en profiter, veuillez redémarrer le Freebox Server.

La mise à jour apporte les changements suivants :

SeedboxCorrection d’erreur de téléchargement sur certains serveurs de newsgroup (#13282, #12611)Instabilité du gestionnaire de téléchargement lorsqu’une limite de vitesse est appliquée (#13106, #13223, #13589)Correction de problèmes de stabilité lors de la vérification d’un torrent (#12747, #13242, #13244, #13200)APIExport de contacts en utf8 au lieu de latin1 (#13519)Attention: l’ancienne api non documentée sera retirée lors de la prochaine mise à jour. Les applications qui utilisent cette ancienne api doivent passer sur la nouvelle API pour continuer à fonctionner.NASPerte de 2To lors du formatage par le Freebox server d’un disque externe de 3To (#13387)
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Free contre attaque les accusations de l'UFC Que Choisir et veut saisir la justice

Free contre attaque les accusations de l'UFC Que Choisir et veut saisir la justice | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
L'UFC Que Choisir vient d'annoncer ce mardi vouloir saisir l'Arcep, le gendarme des télécoms. Selon l'association de consommateurs, les opérateurs dégradent volontairement leur réseau mobile 3G pour forcer leurs abonnés à migrer vers le réseau 4G.
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Internet mobile: nouvelle passe d'armes entre Free et l'UFC sur la 3G

Internet mobile: nouvelle passe d'armes entre Free et l'UFC sur la 3G | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it

L'UFC-Que Choisir et Free Mobile se sont à nouveau affrontés en duel mardi, une étude de l'association de consommateurs mettant en cause l'opérateur, qui a menacé de contre-attaquer en justice.

"Free se singularise comme étant lanterne rouge des opérateurs", a accusé Alain Bazot, en présentant à la presse les résultats de l'étude.

La filiale d'Iliad, le groupe de Xavier Niel, affiche les plus mauvaises performances des quatre opérateurs existants sur son réseau propre, même si le débit s'améliore quand elle passe par le réseau d'Orange (en itinérance). Une perspective "inquiétante" pour l'UFC, alors que Free s'est engagé à couvrir 75% de la population avec son propre réseau en 2015.

Le quatrième opérateur a vertement répliqué aux accusations de l'UFC, démontant en bloc sa méthodologie et menaçant de la traîner devant les tribunaux.

"UFC paraît regretter le temps paisible de l'oligopole. Free va saisir la justice contre UFC qui, s'appuyant une nouvelle fois sur une étude partielle et partiale avec une méthodologie très contestable qui ignore la réalité de l'usage, tente d'accroître sa notoriété au détriment de Free", a déclaré à l'AFP une porte-parole de l'opérateur.

Free, pointé du doigt

L'association de consommateurs et le quatrième opérateur n'en sont pas à leur premier contentieux. L'UFC a déjà porté plainte en janvier contre Free pour la qualité de ses services, dans le sillage des résultats de sa première étude sur le réseau 3G français.

L'association invoquait à l'époque des "pratiques commerciales trompeuses" de la part de l'entreprise de Xavier Niel. Son étude pointait "le manque criant de qualité des services 3G de Free Mobile en itinérance", c'est-à-dire lorsque le dernier né des télécoms passe par le réseau d'Orange, grâce à un accord commercial, en attendant de compléter sa propre infrastructure.

"Tous les éléments semblent indiquer que Free Mobile agit de manière à décourager la consommation de données (internet mobile, ndlr) pour éviter de payer à Orange (à qui il loue le réseau, ndlr) une trop grande quantité de données", avait alors dénoncé Alain Bazot.

 

L'UFC saisit l'Arcep

Un quota limité

 

Les résultats publiés par l'UFC dans l'ancienne et la nouvelle étude montrent que la qualité du service de Free est bien inférieure aux autres opérateurs, et en particulier à celui d'Orange, même en itinérance quand les données circulent sur le même réseau.

De son côté, Orange s'est déjà défendu de pratiques douteuses dans la presse, expliquant notamment que Free Mobile avait un quota limité de données disponibles qui est fonction du montant qu'il accepte de payer.

Si Free "veut acheter plus de capacités, pourquoi pas", avait ajouté l'opérateur historique.

L'étude polémique a été réalisée en Ile-de-France et dans les agglomérations de Lille, Toulouse et Grenoble. Elle teste les services vidéo, audio et de téléchargements d'application des différents opérateurs.

L'UFC utilise comme référence le "taux de non qualité" (TNQ) dont les critères sont d'abord de voir s'il y a un chargement ou pas, un test de démarrage de la séquence sur 60 secondes, et si le téléchargement a abouti au bout de 2 minutes.

Free, qui récolte les pires taux dans l'étude, conteste vigoureusement la méthode de l'association de consommateurs. L'opérateur reproche notamment à l'UFC de séparer le réseau propre de Free de son réseau en itinérance chez Orange. Xavier Niel a déjà répété dans la presse que ses clients ne font jamais la différence en situation réelle et bénéficient du "meilleur des deux réseaux".

Interrogée par l'AFP, l'Autorité de régulation des communications électroniques (Arcep) n'a pas souhaité commenté la méthodologie de l'UFC.

Elle a, en revanche, indiqué avoir évalué le respect des obligations de Free sur sa couverture réseau, mais pas sa qualité de services. La dernière étude de l'autorité sur ce sujet, publiée en novembre 2012, avait été réalisée en juillet, seulement quelques mois après le lancement de Free en janvier 2012.

"C'était trop tôt, on ne pouvait pas mesurer au bout de cinq mois la qualité d'un opérateur qui venait de se lancer", a expliqué un porte-parole du gendarme des télécoms.

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Facebook beta for Windows Phone gets a minor update today for bug fixes

Facebook beta for Windows Phone gets a minor update today for bug fixes | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Did you know the #1 downloaded app on Windows Phone is Facebook? It is and that’s why all of you clamor for updates to the popular social network, especially the beta version, which sometimes gets features early.
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Déploiement 4G : Paris n’arrive plus à suivre le rythme

Déploiement 4G : Paris n’arrive plus à suivre le rythme | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Avec déjà 1759 antennes 4G tout opérateur confondu dans Paris intra-muros, la couverture de Paris est une cible prioritaire pour les 4 opérateurs. (...)
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

La box de SFR lance le décodeur TV SFR avec Google Play | SFR

SFR est le premier opérateur en Europe à proposer un décodeur TV basé sur AndroidTM 4.2, donnant accès aux services de GoogleTM sur la télévision. Proposé en option de la box de SFR à 3€/mois et sans engagement, le décodeur TV SFR avec Google PlayTM apporte une nouvelle expérience client avec le meilleur de la TV et du web.

Dès le 19 novembre, les clients pourront profiter grâce au décodeur TV SFR avec Google Play : 
‐ Des services TV de SFR avec : 
o La TV en direct avec l’accès aux 25 chaînes de la TNT, en le raccordant à une antenne TNT
o La TV à la demande sur les chaînes de la TNT pour revoir ses émissions préférées (dont myTf1, Pluzz et 6Play), 
o Le Club Vidéo SFR avec une sélection de plus de 3.000 VOD,
o Les radios du portail SFR,
‐ Du meilleur du Web sur la TV avec la Recherche Vocale de Google, YouTube™, Google Play Movies™,
Google Play Music™et des centaines d’applications disponibles sur le Play StoreTM

Le décodeur TV SFR avec Google Play est destiné aux clients non éligibles à la TV par ADSL et leur permettra d’accéder à une offre TV à la fois simple et complète. 
Il est aussi accessible aux clients éligibles à la TV, qu’ils possèdent déjà la TV par ADSL ou non, et leur offrira une expérience innovante autour de leurs usages web depuis leur écran TV. Enfin, ce décodeur pourra également être utilisé comme un second décodeur TV et est compatible avec toutes les box.


Le décodeur TV SFR avec Google Play : simplicité, interactivité, innovation
La barre de navigation située en bas de l’écran TV propose un menu d’applications et s’intègre avec la mosaïque TV de la Box SFR. 
La recherche intelligente, qui peut être lancée par commande vocale en un clic depuis la télécommande, propose les résultats les plus pertinents du Web, du Club Vidéo SFR, de YouTubeTM (dont les contenus sont accessibles en plein écran et en HD) et des services TV.

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Un forfait 4G à moins de 20 € ? C'est possible !

Un forfait 4G à moins de 20 € ? C'est possible ! | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Depuis l'arrivée de Free Mobile dans le paysage des opérateurs téléphoniques français en début d'année 2012, les offres n'ont jamais évolué aussi...
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Free Mobile sur le point de passer en prélèvement SEPA

Free Mobile sur le point de passer en prélèvement SEPA | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it

Alors que les facturations des abonnements Freebox ont déjà migré vers le système de prélèvement SEPA (pour Sigle Euro Payments Area), du côté de Free Mobile on se prépare également à adopter la norme européenne.

 

L’opérateur, comme il l’avait fait pour les factures box a déjà entamé la démarche d’information de ses abonnés. Sur la facture Free Mobile de ce mois-ci et sur le mail d’envoi de la facture, Free y fait déjà mention :

 

"Nous allons prochainement basculer l’envoi des ordres de prélèvement de vos factures Free au nouveau format de prélèvement bancaire européen SEPA. Vous n’avez aucune démarche à accomplir, l’autorisation de prélèvement que vous aviez signée demeure valable pour le prélèvement SEPA.

 

Sincères salutations.

 

L’équipe Free"

Free Mobile n’a pas le choix que d’adopter ce système SEPA qui remplacera définitivement, au 1 er février 2014, les virements et prélèvements nationaux au profit des virements et prélèvements de la norme SEPA commune à toute l’Europe.

 

À partir de l’édition de la facture sur votre espace abonné et de la réception de l’ordre de virement par la banque du donneur d’ordre, le prélèvement peut désormais être exécuté en 1 jour ouvrable. Comme indiqué, ce changement n’implique aucune nouvelle démarche particulière pour les abonnés ayant fourni une autorisation de prélèvement à leur banque.
 

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Bouygues Telecom lance le coffret 4G « Satisfait ou remboursé »

Bouygues Telecom lance le coffret 4G  « Satisfait ou remboursé » | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it

Bouygues Telecom complète son dispositif afin de faire découvrir la 4G sans se ruiner. Après l'offre d'essai gratuite sans engagement, l'opérateur propose à tous ses nouveaux clients un coffret de découverte de la 4G, incluant un forfait 4G et un téléphone 4G.

 

Alors qu'il revendique avoir séduit 500 000 clients à son réseau national 4G en un peu plus d'un mois, l'opérateur Bouygues Telecom ne compte pas s'arrêter là, et propose à tous ses nouveaux clients, dès aujourd'hui et jusqu'au 5 janvier, un coffret de découverte de la 4G, incluant un forfait 4G et un mobile 4G.

Avec les coffrets « Satisfait ou remboursé », le 1er mois de forfait 4G est offert et, au cours de ce mois, les nouveaux clients ont la possibilité de résilier sans frais et de se faire rembourser l’achat du téléphone. Ces coffrets 4G donnent accès à un forfait 4G (3, 8 ou 16 Go, avec engagement 24 mois) et à un téléphone à choisir dans la gamme de téléphones 4G de Bouygues Telecom.

Pour en profiter, il vous suffit de vous acquitter du paiement initial du terminal, puis de tester pendant un mois la 4G. A l'issu de ce mois, si le client n’est pas satisfait, il a la possibilité de rapporter le terminal dans un Club Bouygues Telecom (le téléphone doit être « comme neuf ») afin d’être remboursé. Il choisit ensuite de rester chez Bouygues Telecom ou de mettre fin à son engagement initial de 24 mois en résiliant sans frais. 

Le smartphone 4G Ultym 4 offert pour toute souscription au Forfait Sensation 8 Go
 
Bouygues Telecom en profite également pour pousser son nouveau smartphone 4G  baptisé Ultym 4. Ce mobile, version brandée du Alcatel One Touch Idol S, est offert pour toute souscription au Forfait Sensation 8 Go avec engagement de 24 mois.

Dans le cadre de l'opération « Satisfait ou remboursé », le client pourra choisir de rapporter ce mobile pendant le mois d’essai et de quitter Bouygues Telecom sans frais. Une bonne occasion de tester sans engagement un réseau qui revendique 63% de taux de couverture 4G à travers plus de 2100 villes.

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

SFR : l’hémorragie de Free Mobile est arrêtée, mais il y a encore du travail

SFR : l’hémorragie de Free Mobile est arrêtée, mais il y a encore du travail | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
SFR a réussi à combler la faille engendrée par l’arrivée de Free Mobile. La situation est tout de même problématique pour l’opérateur.

 

Dans le secteur de la téléphonie mobile, il y a eu un avant et un après Free Mobile. L’opérateur a fait très mal à la concurrence, dont SFR, qui a vu ses abonnés s’enfuir. Ils ont tenté de riposter notamment en baissant leur tarif tout en créant des sociétés Low Cost. Ainsi Bouygues Telecom a donné naissance à B&You, SFR a engendré Red et Orange a créé Sosh. Après plusieurs mois de batailles, SFR a réussi à stopper l’hémorragie engendrée par la société de Xavier Niel. Ainsi, la taille de son parc au 3e trimestre de l’année 2013 a augmenté.

Le CA de SFR recul sur un an

SFR se retrouve malgré cette bonne nouvelle dans une situation difficile. Les abonnés sont plus nombreux, mais cette hausse n’a pas permis à l’opérateur de redresser la barre notamment au niveau financier. Ainsi, pour ce troisième trimestre, SFR a vu son CA reculé de 10.5% pour la période juillet à septembre comparé à 2012. L’hémorragie de Free Mobile est donc comblée, mais la baisse des tarifs fait encore mal à la concurrence. Le nombre d’abonnés augmente (1.2 million de clients supplémentaires), mais les prix ont tendance à baisser. La bonne nouvelle est donc rapidement annulée par la mauvaise nouvelle. SFR explique cette situation problématique par la baisse des prix « liée au contexte concurrentiel et des diminutions des tarifs imposées par les régulateurs ».

 

Accélération grâce à la fibre optique

Le recul est observé chez SFR dans les deux domaines, mais il est plus flagrant pour la branche mobile. Dans le secteur de l’Internet haut débit et fixe, SFR a obtenu un CA de 2.9 milliards d’euros, le recul est donc comparé à 2012 de 0.2%. Toutefois, le nombre d’abonnés augmente également dans cette branche avec près de 134 000 clients supplémentaires. SFR a constaté que la fibre optique suscitait un réel engouement, le nombre d’abonnés aurait donc tendance à s’accélérer grâce à cette nouvelle technologie.

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Comment la police fait parler les données d'un smartphone

Comment la police fait parler les données d'un smartphone | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Des mallettes spéciales permettent aux enquêteurs d'extraire les données stockées sur n'importe quel terminal mobile. Explications.

 

En juillet dernier, pour démanteler un gang de trafiquants de drogue international, l’organisation Europol s’est appuyée sur des informateurs d’un type spécial : les smartphones saisis auprès de certains complices. En effet, pour traquer les gangsters, les terminaux mobiles se révèlent une mine d’or en informations. Toute une vie peut être reconstituée à partir de données sauvegardées dans nos petits joujoux. Et les enquêteurs ne s’en privent pas. Mais comment font-ils?

 

Historique, fichiers cachés ou données même effacées

 

Ils utilisent des équipements spéciaux appelés UFED (Universal Forensic Extraction Device). Cela se présente sous la forme d’une mallette équipée d’un petit ordinateur sur lequel ils peuvent connecter l’appareil trouvé sur le terrain.

En fonction du modèle, tout ou partie des données peuvent être récupérées: les données utilisateurs (emails, carnet d’adresses, réseaux sociaux, SMS, historique des appels... ), les données systèmes (fichiers cachés, mots de passe et historique des mots de passe, arborescence des fichiers, logs...) et parfois même les données qui ont été effacées par le passé. Presque rien n’échappe à ce type d’équipement, devenu incontournable dans les services de police et les forces d’intervention spéciales en tout genre.

 

Une société israélienne à l'origine du procédé

 

L’un des fournisseurs de ce type d’équipement est Cellebrite, qui vient de présenter ses produits en France, quelques jours avant l’ouverture du salon Milipol 2013 (19-22 novembre à Paris Nord Villepinte). Cette société d’origine israélienne se targue de pouvoir siphonner plus de 11500 terminaux mobiles différents: smartphones mais aussi tablettes et GPS. "En particulier, nous sommes les seuls à pouvoir extraire les logs des navigateurs TomTom et, ainsi, pouvoir reconstituer les déplacements antérieurs", souligne Michel Berdah, directeur des ventes EMEA chez Cellebrite.

Ci-dessous une petite vidéo de prise avec le modèle UFED Touch Ultimate de Cellebrite:

 

 Il y a néanmoins un hic

 

Pour pouvoir couvrir autant de terminaux différents, le fournisseur s’appuie sur plusieurs centaines d’ingénieurs qui décortiquent les terminaux mobiles dès leur sortie commerciale. Ils analysent leurs systèmes et leurs configurations matérielles, et trouvent le moyen pour les "faire parler".

Ils fabriquent même les câbles de connexion qui vont bien. Un vrai travail de fourmi pour un prix relativement modique (4000 à 14000 dollars par système, plus une licence annuelle de 1000 à 3000 dollars). Il y a néanmoins un hic: cette extraction ne fonctionne que si le téléphone est déverrouillé. Ce qui suppose donc que le propriétaire donne son mot de passe ou que l’enquêteur fasse appel à un professionnel du hacking.

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Bouygues Telecom : 500 000 clients déjà séduits par la 4G

Bouygues Telecom : 500 000 clients déjà séduits par la 4G | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Bouygues Telecom vient de publier ses résultats financiers du troisième trimestre. L'occasion pour l'opérateur d'annoncer avoir capté 500 000 clients actifs sur son réseau 4G lancé le 1er octobre.

 

À l'occasion de la publication des résultats trimestriels de Bouygues, le groupe a communiqué sur les premiers résultats commerciaux du nouveau réseau national 4G de Bouygues Telecom. Et c'est plutôt prometteur puisque le troisième opérateur mobile national revendique déjà 500 000 clients actifs, c'est-à-dire ayant un forfait 4G et un smartphone compatible.

Une performance quand on sait que le réseau n'est ouvert que depuis le 1er octobre. L'opérateur propose en effet trois forfaits 4G sans engagement à partir de 29,99 euros, dont 2 mois offerts si vous souscrivez depuis le site Internet de l'opérateur.

Rappelons que de leurs côtés, SFR et Orange, qui ont respectivement lancé leur réseau 4G en novembre 2012 et en avril 2013, visent le million de clients pour la fin de l'année.

Bouygues Telecom compte 11,1 millions de clients

Du côté des résultats financiers, Bouygues Telecom affiche un chiffre d'affaires à 3,453 milliards d'euros sur les neufs premiers mois de l'année, en baisse de 13% par rapport à la même période un an plus tôt.

Le parc Mobile total est de 11,094 millions de clients à fin septembre 2013, dont 9,76 millions d'abonnés, un chiffre en progression de 332 000 sur les neuf premiers mois de l’année.

Sur le marché du Haut Débit Fixe, Bouygues Telecom a acquis 95 000 nouveaux clients sur les neuf premiers mois de l’année pour un parc total de 1 941 000 à fin septembre 2013. Un chiffre qui devrait augmenter avec le récent lancement de l'offre Internet à 15,99 euros chez B&YOU.

more...
No comment yet.