Free Mobile, Oran...
Follow
Find
218.7K views | +196 today
 
Scooped by Thomas Kalhauge
onto Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc.
Scoop.it!

Free Mobile : le forfait illimité bientôt compatible 4G avec data fixée à 10 Go ?

Free Mobile : le forfait illimité bientôt compatible 4G avec data fixée à 10 Go ? | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Et si le second forfait à 15,99 euros n’était pas la mise à jour majeure promise par Xavier Niel ? De nouveaux indices amènent aujourd’hui les Freenautes à envisager des modifications sur le forfait illimité de free.

 

Free Mobile a donné un nouveau coup de pied dans la fourmilière des forfaits mobiles la semaine dernière en dévoilant offrir un second forfait illimité à tarif réduit dans le cadre de son offre quadruple Play Internet/TV/Telephone fixe/Mobile.

 Si les opérateurs ont rapidement réagi, entre Sosh etVirgin Mobile, Free pourrait avoir conservé quelques As dans sa manche et pourrait nous concocter une mise à jour de son forfait tout illimité à 19,99 euros.

Reviennent ainsi sur le devant de la scène les dernières rumeurs concernant la 4G de Free, qui pourrait être prochainement activée, et dont Free Mobile avait précisé dans une conférence de presse l’année dernière qu’elle serait proposée avec le forfait illimité.

C’est l’utilisateur Pchelatruite du site UniversFreebox qui nous remémore cette précision, associée à une autre déclaration faite lors du lancement de Free Mobile, qui annonçait dans l’erreur que la Data serait fixée à 10 Go de Fair Use ( contre les 3Go actuels).

Pour un nombre grandissant d’utilisateurs, ces "erreurs" seraient en fait autant d’indices qui laissent supposer d’une mise à jour du forfait illimité de Free Mobile qui proposerait ainsi prochainement l’accès à la 4G avec un volume Data de 10 Go.

Selon la qualité du réseau de Free en 4G, une telle opération pourrait sérieusement venir concurrencer les opérateurs historiques qui misent beaucoup sur la 4G pour se démarquer des opérateurs " low-cost " et proposent actuellement des offres qui font davantage office de coups marketing que d’une réelle avancée technologique.

more...
No comment yet.
Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc.
#Comparatif #Service client #Nouveauté
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Fibre optique: Numericable et les Hauts-de-Seine au bord de la rupture

Fibre optique: Numericable et les Hauts-de-Seine au bord de la rupture | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Le conseil général réclame 45 millions d'euros de pénalités pour les retards répétés de Numericable, censé déployer la fibre optique du département 92.


 La vitrine très haut débit d'un des départements les plus riches de France, se lézarde sérieusement. Alors que le torchon brûle depuis 2012 entre eux, les Hauts-de-Seine en serait à réclamer des pénalités de retard à Numericable.
Le département 92 lui a confié en 2007, moyennant un subvention publique de 59 millions d'euros, la construction d'un réseau de fibre optique sur tout le département, soit 827 00 prises raccordables en fibre optique.
Selon BFM Businessle département aurait émis un titre de recette de 45 millions d'euros au titre de pénalités de retard que l'exécutif du conseil général entend réclamer à l'opérateur.
Pourtant, en juin 2014, à cause des retards dans le déploiement de l'infrastructure, le département avait ouvertune procédure de règlement de différends visant Sequalum, la filiale de Numericable chargée de construire et d'exploiter le réseau départemental.
Apparemment cela n'a pas suffit d'où l'escalade qui a lieu en ce moment et l'offensive du conseil général du 92 contre son délégataire.
Selon BFM Business, le département aurait contacté d'autres opérateurs pour remplacer Numericable, ce que le conseil général n'a pas confirmé. 

De son côté, le câblo-opérateur auraut contre-attaqué, lançant une procédure de règlement de différend, où il demande la résiliation du contrat.
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Free accuse le coup des promos de Bouygues dans le fixe

Free accuse le coup des promos de Bouygues dans le fixe | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
L’opérateur n’a gagné que 24.000 abonnés dans le haut débit au deuxième trimestre, soit quatre fois moins que Bouygues Telecom qui casse les prix depuis mars à 19,99 euros. Dans le mobile, la croissance se ralentit mais Free a gagné 1 million de clients en six mois.


La guerre des prix de Martin Bouygues dans le fixe fonctionne. En tous cas, elle freine sérieusement les recrutements de clients de ses concurrents, y compris du plus redoutable, Free : la maison-mère de ce dernier, Iliad, indique avoir gagné 95.000 nouveaux abonnés au haut débit (nets des résiliations) sur le semestre, soit 24.000 seulement au deuxième trimestre après les 71.000 du premier. OrBouygues en a conquis quatre fois plus au deuxième trimestre, soit 102.000, et 202.000 en six mois grâce à son offre ADSL à 19,99 euros ! Dans son communiqué publié vendredi soir, Free assure avoir « réussi à stabiliser sa part de marché » et ce « malgré un contexte de forte concurrence avec d'importantes offres promotionnelles des autres opérateurs. » A fin juin, le numéro deux français de l'ADSL, qui sera bientôt dépassé par SFR fusionné à Numericable, revendique 5,73 millions d'abonnés au haut débit. Bouygues en est encore très loin à 2,2 millions.

« A ce rythme, il faudra au mieux sept ans à Bouygues pour atteindre 5 millions d'abonnés » ironise un analyste.

9 millions de clients Free Mobile

Free a préféré préserver sa rentabilité : le free cash flow généré par le fixe a augmenté de 27% à 371 millions d'euros et la marge brute opérationnelle du groupe diminue d'un point uniquement du fait de la montée en puissance du mobile pour l'instant moins profitable, mais restant élevée à 30,9%, soit deux fois plus que Bouygues Telecom. Dans le mobile justement, Free a gagné 460.000 nouveaux abonnés, la croissance ralentit, mais cela fait tout de même 1 million sur le semestre : Free Mobile passe ainsi le cap des 9 millions de clients, l'équivalent de 13% de part de marché. Il talonne Bouygues qui compte 9,9 millions de clients forfaits (plus 1,1 million de cartes prépayées, créneau dont Free est absent).

Deux ans et demi après son lancement, le dernier entrant a réussi son pari d'atteindre la taille critique des 15%. Il vise désormais 25% « à long terme. » Il ambitionne aussi d'atteindre une couverture de 75% de la population en 3G fin 2014 et 50% en 4G (contre seulement 24% en juillet selon l'Arcep).

> Voir le détail des résultats du premier semestre d'Iliad.

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Orange réclame 250 millions d'euros à Free

Orange réclame 250 millions d'euros à Free | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
L'ex-France Télécom accuse son rival d'avoir violé des brevets sur la télévision de rattrapage.


Orange sort l'artillerie lourde contre Free. L'opérateur historique a décidé de porter plainte contre son rival pour "violation de brevets" devant le tribunal de grande instance, réclamant au passage pas moins de 250 millions d'euros.  

Selon certaines sources, Orange estimerait que Free a violé un brevet concernant la télévision par ADSL, précisément les services de télévision de rattrapage (catch up).

Free aurait rétorqué que ces services sont fournis par les chaînes de télévision, et qu'Orange n'avait donc qu'à se tourner vers elle pour ses réclamations...

Le chaud et le froid

Depuis quelques mois, les deux opérateurs alternent le chaud et le froid. En décembre, Xavier Niel déclarait au Journal du dimanche que Stéphane Richard était "un peu jeune dans le métier". Peu après, le PDG d'Orange répondait dans le Figaro que le fondateur de Free était "le roi de l'embrouille, prétentieux et agressif".

Mais au printemps, les deux opérateurs s'alliaient sans complexes pour monter une offre de rachat de Bouygues Telecom... 

Écrit par Jamal Henni
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

SFR présente des résultats en demi-teinte au 1er semestre

SFR présente des résultats en demi-teinte au 1er semestre | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it

C’est au tour de SFR de publier ses résultats pour le 1er semestre 2014. Face au mastodonte Orange, aux probables performances de Free sur le mobile, et aux bons chiffres de Bouygues sur le fixe, reste-t-il à l’opérateur au carré rouge autre chose que des miettes à grignoter ?

La maison-mère Vivendi parle sobrement de « résultats conformes aux attentes ». Concrètement, la base de clients mobile connaît un regain modéré (+86 000 sur le trimestre) tandis que, sur le fixe, l’offre n’attire plus : SFR enregistre une perte nette de 2000 clients au cours de ce second trimestre.

Le chiffre d’affaires semestriel est, pour sa part, en repli de 4,7 % par rapport à la même période l’an dernier. Il s’établit à 4 909 millions d’euros — activités grand public et professionnels confondues.

Rappelons qu’après Orange, Bouygues et SFR, Free reste le dernier gros opérateur à ne pas encore avoir présenté ses résultats pour le semestre. Ceux-ci seront publiés ce soir.

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

T-Mobile : l'offre d'Iliad sous pression

T-Mobile : l'offre d'Iliad sous pression | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Jugée insuffisante par le propriétaire de T-Mobile US, l'offre d'Iliad (33 dollars par action) est toutefois la seule à demeurer encore en course suite au retrait de Softbank (40 dollars par action). Quel serait le montant adéquat ? Alors qu'il est question d'une proposition à 35 dollars par action, une source proche du dossier assure qu'elle serait là encore trop basse...


Lorsque l'intérêt d'Iliad pour T-Mobile US a été divulgué fin juillet, l'entreprise française a tenu immédiatement à préciser les contours de son offre visant l'opérateur américain. Dès les premiers articles parus dans la presse, un communiqué a été diffusé par la maison-mère de Free dans lequel elle a expliqué avoir "offert 15 milliards de dollars en numéraire pour 56,6 % de T-Mobile US, à 33,0 $ par action".

Malgré son caractère exceptionnel, la proposition d'Iliad n'a pas convaincu Deutsche Telekom, qui contrôle actuellement les deux tiers du capital de T-Mobile US. Lors d'une conférence téléphonique, le PDG Timotheus Höttges a souligné l'insuffisance de l'offre du groupe français. Elle a même été décritecomme "inadéquate" par Braxton Carter, le directeur financier de T-Mobile US.

Le problème, c'est qu'il n'y a plus aucun candidat au rachat de T-Mobile US hormis Iliad. L'autre compétiteur, la holding japonaise Softbank, a décidé de jeter l'éponge après avoir pris conscience que son projet risquait de se heurter aux réticences des autorités de régulation américaines (Softbank contrôle en effet déjà l'essentiel du troisième plus gros opérateur du pays, T-Mobile US étant le quatrième).

Softbank et sa proposition à 40 dollars par action n'étant plus dans la course, Deutsche Telekom n'a pas d'autre choix de considérer avec sérieux l'offre d'Iliad. Et à en croire Bloomberg, l'opérateur allemand serait disposé à discuter d'une vente de T-Mobile US à 35 dollars par action. C'est nettement plus bas que Softbank, mais les propositions alternatives manquent.

De son côté, Reuters cite une source proche de Deutsche Telekom qui assure que même à 35 dollars par action, l'offre d'Iliad serait insuffisante. Le contact de l'agence n'a pas indiqué quel serait le montant adéquat pour négocier la vente de T-Mobile US. Une chose est sûre, Iliad devra de toute façon mettre beaucoup plus d'argent sur la table s'il veut prendre le contrôle de l'opérateur américain.



more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Pas de Netflix sur les box à sa sortie

Pas de Netflix sur les box à sa sortie | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it

Netflix, dont le lancement en France est prévu pour le 15 septembre prochain, ne sera pas disponible sur les box françaises à sa sortie. Sans grande surprise...

Sur les terres de Canalplay, l’américain Netflix partira avec un handicap : conquérir le marché sans disponibilité sur les box des principaux opérateurs (Orange, Free, SFR, Bouygues...), du moins pour son lancement. Netflix sera donc disponible exclusivement sur le web ainsi que pour smartphones et tablettes.

Conscient du problème que cela représente sur le marché français, où la “box” triple-play (invention locale) est nettement plus utilisée que dans les autres pays, Netflix a bien tenté de négocier son arrivée sur les précieux boîtiers. Mais les discussions n’ont pas abouti, à ce jour ; la plateforme de VOD et les opérateurs ne parviennent pas à se mettre d’accord sur le taux de rémunération accordé aux FAI. Traditionnellement, ces derniers se réservent des marges conséquentes sur les ventes des services VOD présents sur leurs box, mais Netflix ne semble pas l’entendre de cette oreille...

Fin juillet, Stéphane Richard, le PDG d’Orange, expliquait que le barrage à Netflix était également d’ordre idéologique :« j’ai décidé que nous n’aurions pas le service Netflix » tant que celui-ci ne participe pas au financement des infrastructures des opérateurs, avait-il alors expliqué.

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Bouygues Telecom gagne à nouveau des abonnés

Bouygues Telecom gagne à nouveau des abonnés | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
La filiale de téléphonie du groupe Bouygues a consenti d'importants efforts sur les prix.


Pas question pour Martin Bouygues de jeter l'éponge dans les télécoms. Tel est le message qu'il a martelé lors de la présentation des résultats semestriels de son groupe:Bouygues Telecom se met en ordre de marche pour une compétition à quatre. Et d'éluder toute question ayant trait à la consolidation du marché et aux rumeurs du printemps, concernant un éventuel rapprochement entre sa filiale de téléphonie et Iliad (Free) ou Orange.

Pour rester dans la compétition, Bouygues Telecom s'est fixé plusieurs objectifs. Le premier est la reconquête de clients. «Pour la première fois depuis deux ans et demi (l'arrivée de Free Mobile sur le marché, NDLR), Bouygues Telecom a gagné des abonnés», se félicite Martin Bouygues. Au cours des six premiers mois de l'année, l'opérateur a gagné 83.000 abonnés, notamment grâce l'offre BBox à 19,99 euros par mois, lancée en mars dernier. Autre motif de satisfaction pour le groupe, il compte désormais 1,8 million de clients 4G, soit 16 % de ses clients mobiles, avec un usage moyen de 2 Go de données par mois. Comme ses concurrents, Bouygues Telecom mise sur la consommation de données et l'augmentation du montant moyen des dépenses de ses abonnés pour accroître ses marges.

Décidé à continuer sur sa lancée, l'opérateur promet que, dès la semaine prochaine, ses abonnés 4G auront 50 % de débit en plus en Île-de-France. Parallèlement, toujours la semaine prochaine, il lancera la 4G + dans 16 grandes villes, avec des débits supérieurs de 75 % à ceux de la 4G. Cette dernière technologie nécessite de changer de smartphone et, actuellement, seul Samsung propose deux terminaux compatibles. En 2015, le groupe lancera l'«ultra haut débit mobile», une évolution supplémentaire de la 4G, avec des débits encore supérieurs (proche de 300 mégabits par seconde).

Résultat net en chute

Parallèlement, Bouygues Telecom poursuit son déploiement dans le fixe, avec le lancement d'une Box sous Android, programmé «d'ici à la fin de l'année» et surtout la poursuite de la construction de son réseau. Désormais, 12 millions de foyers sont éligibles à l'ADSL de Bouygues Telecom et 1,1 million à la fibre. D'ici à la fin 2015, 2 millions pourront accéder à ses offres fibre.

Parallèlement, le groupe poursuit sa restructuration, qui va mener à la suppression de 1500 postes sur 8500. Cette réorganisation, annoncée en juin, vise essentiellement les fonctions support et doit lui permettre d'économiser 300 millions d'euros par an à compter de 2016. Après le plan, Bouygues Telecom reviendra au même niveau de structure qu'en 1998… lorsque c'était lui le trublion des télécoms.

Avec cet ensemble de mesures, Bouygues Telecom prend un pari osé. La baisse de ses tarifs a eu un impact négatif de 5 % sur son chiffre d'affaires, qui s'établit à 2,1 milliards d'euros au premier semestre, pour un résultat net de 24 millions, en chute de 44 % sur un an. Il faudra que les clients répondent présent en masse et augmentent leur consommation marginale pour que le calcul s'avère payant.

Le début de l'année a aussi été l'occasion pour les opérateurs de solder différents litiges. Bouygues Telecom a engrangé 400 millions d'euros à ce titre, dont 100 millions lui auraient été versés par SFRet Free.

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Next Titanfall update brings new Pilot-only game mode, features and more

Next Titanfall update brings new Pilot-only game mode, features and more | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Respawn has just announced the sixth game update for Titanfall. This update will bring new game modes, burn card mechanics and more. Titanfall gets better with each update and we think you're going to like what's in store for you with this sixth game update. New game modes and features: Pilot Skirmish is the New Featured Game Mode - Pilot Skirmish is an 8v8 mode with no AI and no...
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

SFR attaque Free en justice

SFR attaque Free en justice | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
La filiale de Vivendi réclame plusieurs dizaines de millions d'euros devant le tribunal de commerce de Paris.


La hache de guerre n'est pas enterrée entre SFR et Free. La filiale de Vivendi a récemment porté plainte contre le trublion des télécoms devant le tribunal de commerce de Paris, réclamant plusieurs dizaines de millions d'euros de dommages et intérêts

SFR accuse Free de "concurrence déloyale" sur le marché du téléphone mobile. Précisément, SFR estime que Free l'a "dénigré" lors du lancement de son offre mobile, puis par la suite. 

Il faut dire que le fondateur de Free, Xavier Niel, y était allé fort en lançant son offre mobile en janvier 2012, lançant par exemple: "On en a ras-le-bol de se faire arnaquer avec les prix les plus élevés d’Europe!"

Prendre le relais

Rappelons que Bouygues Telecom avait déposé une plainte similaire, et obtenuen février 2013, 20 millions d'euros de dommages. Free s'était aussi vu interdire d'employer certains termes jugés dénigrants, comme "arnaque", "racket" ou "escroquerie". Free avait fait appel, mais a ensuite conclu un accord global avec Bouygues mettant fin à tous leurs procès réciproques. SFR tente donc peut être de prendre le relais...

Autre hypothèse: SFR contre attaque suite à une plainte déposée devant le même tribunal par Free en 2012 au sujet de la vente subventionnée de téléphones mobiles. Certes, Free avait été débouté en janvier 2013, mais a ensuite fait appel -un appel qui se présenterait plutôt bien...

Écrit par Jamal Henni
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Pierre LOUETTE: "Xavier NIEL et ILIAD sont bienvenus au MEDEF"

Pierre LOUETTE: "Xavier NIEL et ILIAD sont bienvenus au MEDEF" | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Président du "comité de transition numérique" du MEDEF, Pierre LOUETTE revient sur l'action de ce syndicat patronal dans l'économie numérique


ITespresso – Pierre Louette, Vous êtes le « Monsieur numérique » du MEDEF. A l’occasion de l’ouverture de son université d’été, quel bilan peut-on tirer de votre action des derniers mois ?

 

PL – Je suis effectivement aux commandes depuis novembre dernier du « Comité de transformation numérique » du MEDEF, que je préside aux côtés de Patrick Bertrand (CEGID) et Christian Poyau (Micropole). Même  si le nom diffère du précédent « Comité numérique » du MEDEF, nous nous inscrivons dans la continuité de l’action de son ancien président, Philippe Lemoine.

 

Pour le MEDEF, le numérique est bien plus qu’un secteur économique. C’est une idée, des pratiques, des technologies qui bouleversent l’informatique ou les télécoms mais également d’autres secteurs industriels tels que la banque, le tourisme ou la distribution. Dans quelques années, n’importe quelle rue de Paris aura été impactée par cette révolution, avec la disparition de certaines enseignes mais également l’apparition de nouveaux acteurs. Toute notre économie va changer en profondeur.

 

 ITespresso -  La France compte depuis peu un nouveau ministre de l’économie et du numérique. Quels doivent être les chantiers prioritaires du pays pour réussir cette « transformation » ?

 

PL – Le MEDEF a accueilli très favorablement la nomination d’Emmanuel Macron, qui non seulement connaît très bien les entreprises mais qui appartient à une génération particulièrement sensible à cette révolution numérique.

 

Parmi les chantiers prioritaires, il y sans doute besoin d’évaluer l’impact du numérique sur notre économie pour identifier quels secteurs seront les plus concernés  et identifier où sont les priorités de demain.

 

Je pense que notre pays doit également étudier comment le numérique peut contribuer à la réforme de l’Etat. Une majorité de français payent désormais leurs impôts en ligne, ce qui est source de grandes économies pour l’Etat. Cela doit être une réflexion pour d’autres secteurs de l’administration.

 

Enfin, le numérique doit être au cœur de la formation de nos étudiants et je partage la réflexion d’Axelle Lemaire, reconduite au secrétariat à l’économie numérique, pour proposer l’apprentissage du code informatique le plus tôt possible dans le cursus scolaire.

 

 

 ITespresso - Des projets de coopération privé/public tels que Quaero (recherche multimédia) ou plus récemment Andromède (cloud souverain) n’ont pas atteint leurs objectifs. Faut il repenser la relation entre multinationales françaises et start-up dans la sphère numérique, sur le modèle du Small Business Act américain ?

 

PL – Il y a effectivement un problème d’articulation entre nos jeunes pousses et nos grands groupes. La France compte de très nombreux dispositifs pour financer des TPE mais ces dernières peinent ensuite à changer d’échelle, et à passer au stade de l’industrialisation.

 

Dans le secteur numérique, Dassault Système par exemple s’est néanmoins démarqué en rachetant plusieurs start-Up comme Netvibes ou Exalead. Et le groupe Orange multiplie les initiatives avec des fonds d’investissement comme Iris Capital, des incubateurs aux 4 coins du monde que nous transformons en « accélérateurs », comme Orange Fab et des investissements directs dans des jeunes pousses telles que Deezer ou Dailymotion, que nous accompagnons dans leur globalisation.

 

 

 ITespresso - Vous travaillez chez Orange mais quel regard portez vous sur un entrepreneur tel que Xavier Niel,  qui s’apprête à conquérir l’Amérique. Pourquoi cet homme n’est il pas membre du Medef ?

 

PL – Xavier NIEL et ILIAD sont bienvenus au MEDEF et nous saluons son ambition internationale. Mais vous noterez que même si le numérique ne représente que 5 à 6% de notre économie, il est désormais bien représenté au MEDEF. Outre ce comité que j’ai l’honneur de présider, notre Vice-Président, Geoffroy Roux de Bezieux, dispose d’une solide expérience dans la téléphonie mobile et l’entrepreneuriat, tandis que Pierre Gattaz, notre président, dirige un fabriquant de matériel de connectique de premier rang.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Bbox Actus - News : Bouygues Telecom va lancer en 2015 l'Ultra Haut Débit mobile sur son réseau 4G

Bbox Actus - News : Bouygues Telecom va lancer en 2015 l'Ultra Haut Débit mobile sur son réseau 4G | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Bouygues Telecom va lancer en 2015 l'Ultra Haut Débit mobile sur son réseau 4G (Bbox Actus)


Jusqu'à récemment, la stratégie de Bouygues Telecom en matière de 4G était surtout axée sur le déploiement d'un réseau le plus vaste possible pour en faire profiter le maximum de ses clients. Maintenant que la population couverte atteint les 70 % pour un total de 44 millions de personnes et 2.527 villes (voir ici), l'opérateur s'oriente désormais également à l'augmentation des débits proposés.

Bouygues Telecom va lancer en 2015 l'Ultra Haut Débit mobile sur son réseau 4G

Pour cela, deux solutions : tout d'abord la 4G+, lancée en juin dernier à Lyon, Bordeaux, Grenoble, Vanves, Issy-les-Moulineaux, Malakoff et Rosny-sous-Bois puis dès la rentrée dans 17 autres grandes communes (utilisable uniquement avec des smartphones compatibles qui arrivent en septembre/octobre et offrant des débits allant jusqu'à 220 Mbits/s) mais également par l'élargissant progressif de la bande de fréquences utilisée sur les actuels sites 4G en 1.800 MHz, passant de 10 MHz à 15 MHz, augmentant ainsi les débits théoriques de 50 % (passant alors de 75 Mbit/s à 115 Mbit/s).

Bouygues Telecom va lancer en 2015 l'Ultra Haut Débit mobile sur son réseau 4G

Aujourd'hui, nous apprenons de Jean-René Cazeneuve, DGA Commercial de Bouygues Telecom, que cette dernière évolution est lancée dès cette semaine sur Annecy, Chambery, Troyes, Reims et Brest. D'ici au 15 septembre prochain, c'est l'ensemble de l'Ile de France qui verra également ses débits 4G doublés par la même opération. Des villes comme Dijon, Clermont et Toulon bénéficient déjà de cette évolution. D'ici à la fin de l'année ce sont pas moins de 1.600 communes qui seront concernées.

Bouygues Telecom va lancer en 2015 l'Ultra Haut Débit mobile sur son réseau 4G

Mais ce n'est pas tout ! Sachez en effet que courant 2015, Bouygues Telecom lancera une offre Ultra Haut Débit Mobile difficile à reproduire par ses concurrents avec l'agrégation de 3 bandes de fréquences (800, 1.800 et 2.600 MHz pour un total disponible de 45 MHz) afin d'offrir des débits proches des 300 Mbit/s (jusqu'à 3 fois plus) ! Nous content de proposer le réseau le plus vaste, l'opérateur qui ne cesse d'innover dans ce domaine disposera également des débits les plus élevés en 4G !

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Bouygues : carton sur le fixe, hémorragie sur le mobile

Bouygues : carton sur le fixe, hémorragie sur le mobile | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it

Bouygues Telecom a dévoilé ce matin ses résultats semestriels. L’opérateur continue de marquer des points sur le haut débit fixe, en maintenant un beau recrutement au 2è trimestre 2014, mais accuse une importante perte d’abonnés mobiles...

L’offre Bbox à prix cassé (19,99 €/mois) continue de séduire le public, malgré son éligibilité limitée. Sur le haut débit fixe, Bouygues a ainsi recruté 102 000 nouveaux abonnés nets au cours du 2è trimestre 2014, ce qui lui permet de se maintenir sur la première marche du podium pour le 3è trimestre consécutif, devant ses concurrents.

En revanche, sur le mobile, le tableau est moins flatteur. Bouygues enregistre une perte nette de 119 000 clients, principalement à cause de l’hémorragie des utilisateurs d’offres prépayés (193 000 en moins sur le trimestre !). L’attractivité des forfaits post-payés (+74 000 abonnés sur le trimestre) n’est pas suffisante pour équilibrer la balance.

Le bilan est donc en demi-teinte pour l’opérateur, qui réussit une belle performance sur le fixe mais devra encore prouver que son offre Bbox à petit prix peut être rentable, tout en poursuivant progressivement le dégroupage des lignes sur son réseau propre conformément à sa nouvelle stratégie...

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Bouygues Telecom enterre la hache de guerre avec Free et SFR

Bouygues Telecom enterre la hache de guerre avec Free et SFR | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
L'opérateur a conclu deux accords avec Free et SFR pour éteindre leurs procès en cours. Il empocherait près de 100 millions d'euros selon BFM Business.


Bouygues Telecom aurait pactisé avec SFR et Free pour mettre un terme aux différentes actions judiciaires en cours.
Selon BFM Business, la filiale télécoms du groupe de BTP aurait conclu des accords à l'amianle, avec transactions financières à la clé, pour éteindre tous les procès en cours. Selon notre confrère, Bouygues devrait recevoir près de 100 millions d'euros de SFR.
Ces actions judiciaires concernent notamment des dommages et intérêts que réclamait Bouygues Télécoms à ses rivaux apès leur condamnation pour pratiques anticoncurrentielles. L'opérateur prétendait à d'importantes sommes en dédommagement suite à la lourde condamnation en décembre 2012, de SFR et d'Orange par l'Autorité de la concurrence, à la suite de pratiques commerciales dénoncées par Bouygues Telecom.
L'extinction des actions judiciaires en cours fait suite à l'accord similaire conclu en mars 2014 avec Orange et qu'avait révélé le Canard Enchaîné début avril 2014.
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Free franchit la barre des 9 millions d'abonnés mobiles

Free franchit la barre des 9 millions d'abonnés mobiles | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Sur les 6 premiers mois de 2014, Iliad continue d'engranger de nouveaux abonnés mobiles et fixes et atteint 2 milliards de chiffre d'affaires semestriel.


Pour Iliad, les compteurs commerciaux et financiers sont au beau fixe sur les 6 premiers mois de 2014. Pour la première fois, l'opérateur franchit la barre des 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires semestriel, qui croît de 10 %, principalement grâce à la croissance de l'activité mobile. 
Comme prévu, Iliad titille Bouygues Telecom qui, sur la même période, a engrangé 2,17 milliards d'euros (- 5 %).
Sur les six premiers mois, Free prétend avoir récruté 1 million de nouveaux abonnés mobiles (nets de résiliation) portant son parc de clients à 9 millions d'abonnés. Sa part de marché atteint plus de 13% au 30 juin 2014. Le chiffre d'affaires des mobiles a progressé de 24% sur le 1er semestre 2014 pour atteindre 746 millions d'euros.

Iliad a investi 400 millions d'euros en 6 mois

Sur les réseaux fixes, Free revendique 95 000 nouveaux abonnés recrutés (nets de résiliation), « malgré les promotions et la baisse de prix de ses compétiteurs », désignant Bouygues Telecom en premier lieu. Le chiffre d'affaires des activités fixes a augmenté de près de 4% pour atteindre 1 279 millions d'euros sur le semestre.
Sur le plan financier, l'Ebitda est en hausse de près de 7% à 624 millions d'euros sur le semestre mais le résultat net est stable à près de 140 millions d'euros, en raison de la hausse des amortissements « notamment due au lancement des services 4G et à une augmentation du taux de l'impôt sur les sociétés », selon Iliad.
Toujours sur la période, le groupe a investi près de 20% de son chiffre d'affaires soit plus de 400 millions d'euros, citant le déploiement de plus de 600 nouveaux sites 3G et autant en 4G.
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Resultats d’Iliad au 1 er semestre 2014 : recrutements de 460 000 abonnés Free Mobile et 24 000 abonnés Freebox

Resultats d’Iliad au 1 er semestre 2014 : recrutements de 460 000 abonnés Free Mobile et 24 000 abonnés Freebox | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Iliad vient de publier ses résultats pour le 1er semestre 2014. Par rapport au 1er semestre 2013, Free et Free Mobile ont recruté 2,5 millions (...)
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

NetFlix proposerait de 4 000 à 40 000 euros par film

NetFlix proposerait de 4 000 à 40 000 euros par film | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
A l'instar des chaînes de télévision, Netflix négocie les droits des films par un montant forfaitaire, qui oscillerait entre 4.000 et 40.000 euros selon les productions.


Alors qu'il doit dévoiler officiellement son offre en France lors d'une présentation aux journalistes prévue le 15 septembre prochain, Netflix continue en coulisses d'enrichir son catalogue pour son lancement. Selon le dernier numéro de la lettre professionnelle Edition Multimédi@ à paraître ce lundi 1er septembre, le service de vidéo en ligne américain ferait le tour des distributeurs de films et de séries TV pour leur proposer "un achat  de droits pour une exploitation sur douze mois pour environ 4.000 euros pour chaque film, ce montant pouvant aller jusqu'à 40.000 euros". NetFlix devra alors rentabiliser l'investissement avec des abonnements qui iront de 7,99 euros à 11,99 euros par mois.

La somme proposée par Netflix paraît plus faible que les standards du marché en matière de télévision, et serait pourtant une offre "généreuse" pour préparer le lancement. Selon TV Magazine, "les longs métrages valent de moins en moins cher à la télévision, de quelques dizaines de milliers d'euros à 200 000 euros" , le coût étant bien sûr fonction du succès d'audience de chaque production.

On parle ici de films relativement anciens, puisque Netflix a déjà fait savoir qu'il respecterait la législation française sur la chronologie des médias, et qu'il ne proposera donc aucun film de moins de 3 ans, la fenêtre étant réservée aux diffusions sur les chaînes payantes, et à la vidéo à l'achat (DVD, Blu-Ray, VOD à l'acte...). Un délai qui pourrait être ramené à 2 ans si la nouvelle ministre de la culture Fleur Pellerin reprend la proposition d'Aurélie Filippetti, qui veut l'assortir de conditions supplémentaires de participation au financement des oeuvres françaises et européennes.



more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Un "principe d'innovation" réclamé à l'Europe par les industriels et FAI

Un "principe d'innovation" réclamé à l'Europe par les industriels et FAI | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it

Près d'une dizaine de lobbys d'industriels, dont le groupement des FAI européens, ont écrit au nouveau président de la Commission Européenne Jean-Claude Juncker pour lui demander qu'un "principe d'innovation" irradie l'ensemble des législations en Europe.




Neuf lobbys représentant les industries du numérique et des télécoms en Europe ont écrit (.pdf) la semaine dernière au nouveau président de la Commission Européenne, Jean-Claude Juncker, pour lui demander que le numérique soit mieux pris en compte dans le processus de décision en Europe. Alors que la Commission compte actuellement une commissaire dédiée au numérique, Neelie Kroes, les industriels souhaitent que la "politique numérique" de l'Europe soit de la responsabilité de l'ensemble du collège des commissaires, et qu'un "Champion Numérique" soit désigné pour définir cette politique et la faire appliquer.

Le terme "champion numérique" existe déjà à Bruxelles, avec un ensemble de personnalités de la vie civile désignées par les états membres pour être des "digital champions" consultés par le législateur. La France a désigné à cet effet l'entrepreneur Gilles Babinet, ancien président du Conseil national du numérique et farouche adversaire de la CNIL. Mais le "Champion Numérique" appelé de leurs voeux par les lobbys resterait tout de même un commissaire européen, aux compétences élargies.

"Cette personne devrait être chargée de faire appliquer un principe d'innovation — par opposition à un principe de précaution — sur toutes les législations européennes, et de s'assurer que la politique européenne est de nature prospective, compatible avec l'avenir ("future-proof"), et uniforme à travers toute la Commission avec un ensemble bien défini d'objectifs", réclament ensemble la BSA (Business Software Alliance), la CCIA (Computer and Communication Industry Association), l'ECTA (European Competitive Telecommunications Association), l'ETNO (Europen Telecomunications Network), le GSMA (Association du GSM), Cable Europe, Digital Europe, l'EDiMA (European Digital Media Association), et l'EuroISPA (European Internet Services Providers Association).

Favoriser l'innovation. Oui, mais comment ?

"Il est vital que le leadership de l'Europe embrasse des politiques qui encouragent le déploiement d'infrastructures et de services numériques modernes par tous les acteurs du marché", demandent-ils en coeur.

Mais comment appliquer ce "principe d'innovation", par exemple, à la question très délicate de la neutralité du net ? Les opérateurs télécoms qui signent cette lettre à Jean-Claude Juncker expliquent régulièrement qu'il leur faut pouvoir favoriser certains services (qui payeront pour ça), notamment pour dégager les marges suffisantes pour déployer les nouveaux réseaux à très haut débit qui permettront l'innovation de demain. A contrario, les défenseurs de la neutralité du net expliquent que toute discrimination entre les services utilisant Internet entraîne de fait un frein à l'innovation pour les services qui ne seraient pas traités à égalité avec leurs concurrents.

Or cette question de la neutralité du net et de son impact sur l'innovation est au coeur d'une batailleautour d'une directive européenne sur la révision du paquet télécoms.

Jean-Claude Juncker devra faire valider la composition d'un nouveau collège de la Commission lors d'un vote d'investiture en octobre prochain.


more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Free Mobile propose des forfaits prépayés d'un mois sur ses bornes

Free Mobile propose des forfaits prépayés d'un mois sur ses bornes | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it

Une petite nouveauté appréciable a été déployée sur les bornes automatiques Free Mobile : celles-ci permettent désormais de souscrire à un forfait 2 € ou 19,99 € pour une durée de validité de seulement un mois.

Lors de la souscription à une offre sur les bornes, le visiteur peut désormais choisir entre un forfait traditionnel sans limite de validité, ou un forfait d’une durée de validité d’un mois. La solution ravira les utilisateurs de passage en France, qui peuvent ainsi se procurer une carte SIM à moindre frais sans avoir à se préoccuper de la résiliation un mois plus tard...


Free Mobile fait donc une incursion discrète sur le terrain du prépayé. Gageons que cette période, sans aucune communication officielle, sert de test à l’opérateur avant un déploiement plus généralisé du prépayé, avec potentiellement la possibilité de souscrire sur le web et/ou de choisir une durée de validité différente.

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Impayés dans les télécoms : un député souhaite le contrôle du fichier Preventel

Impayés dans les télécoms : un député souhaite le contrôle du fichier Preventel | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it

C’est à travers une question au ministre de l’Economie publiée au Journal Officiel, que André Chassaigne député du Puy de Dôme souhaite interpeler le gouvernement sur certaines pratiques des opérateurs téléphoniques.

En ligne de mire, le député souhaite s’intéresser au fichier GIE Préventel, une base commune qui recense les impayés des opérateurs Bouygues, Orange, SFR, El Telecom, Coriolis, Omer Telecom, Afone... Free Mobile n’en fait pas partie.
 
En cas d’impayé et après une procédure de recouvrement infructueuse, les opérateurs peuvent inscrire leurs clients mauvais payeurs sur cette base de données empêchant le client de s’inscrire tant que sa créance n’est pas remboursée. 
 
Pour André Chassaigne, cette base de donnée exploitée et renseignée par les membres du Groupement d’Intérêt Economique Preventel devrait "être soumise à une autorité indépendante de contrôle."
 
Pour lui, "les motifs d’impayés peuvent être multiples. Le consommateur n’a parfois d’autre choix que de suspendre le paiement pour défaut de téléphone ou de réseau." Cette situation est, selon lui, souvent le résultat "de nombreuses réclamations restées vaines" auprès des services clients.
 
Une situation qu’il estime problématique, "les consommateurs ne pouvant pas créer un GIE à l’instar des opérateurs, le recensement des dysfonctionnements et tromperies doit être effectué par un service indépendant de ces grands groupes de téléphonie." Il réclame ainsi l’instauration d’une telle base de données "permettant de connaître la qualité de tel ou tel opérateur de téléphonie."
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Vente de T-Mobile US : Deutsche Telekom fixe ses conditions

Vente de T-Mobile US : Deutsche Telekom fixe ses conditions | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Deutsche Telekom aurait fixé à 35 dollars la valeur minimale de l'action de sa filiale T-Mobile US. Une façon de laisser la porte ouverte à Iliad ?


Deutsche Telekom aurait fixé le prix de vente de sa filiale américaine T-Mobile : 35 dollars par action a minima, selon une information de l’agence Bloomberg qui s’appuie sur une source non citée proche du dossier. L’information émanerait d’une réunion entre dirigeants qui, hier, ont estimé réaliste la valorisation de la part du quatrième opérateur américain entre 35 et 40 dollars.

Eviter un troisième échec

Cette valorisation permettrait d’éviter à Deutsche Telekom un troisième échec dans la vente de T-Mobile. En 2011, AT&T avait dû se plier aux intransigeances des autorités américaines de la concurrence malgré son offre à 39 milliards de dollars avec, à la clé, une indemnité de 3 milliards pour T-Mobile. Récemment, c’est Sprint, le troisième acteur du marché mobile américain, qui a jeté l’éponge pour les mêmes raisons (le gendarme local des télécoms s’opposant à une consolidation du marché) ouvrant alors un boulevard à l’offre que Iliad a déposé en juillet.



Oui mais là où Iliad proposait 15 milliards pour acquérir les 56,6% de T-Mobile US détenus par l’opérateur historique allemand, soit 33 dollars par action (36,2 dollars pour l’ensemble du capital), Sprint en déposait le double avec une part à 40 dollars. Un manque à gagner sur lequel Deutsche Telekom, qui a rejeté l’offre d’Iliad, ne souhaite probablement pas totalement s’assoir. Loin de se décourager, les dirigeants de l’opérateur français seraient alors partis en quête de partenaires financiers, notamment aux Etats-Unis.

Le temps presse

Notamment soutenu par BNP Paribas et HSBC, prêts à avancer 13 milliards de dollars selon Bloomberg, Iliad reste pour l’heure le seul candidat en piste pour l’acquisition de T-Mobile. Il se murmure néanmoins que le câblo-opérateur local Dish Network pourrait entrer dans la danse.

Il n’en reste pas moins que le temps presse. De nouvelles enchères de licences de fréquences radio se profilent à partir de novembre 2014 (dans 3 largeurs de bandes, 1695-1710 MHz, 1755-1780 MHz et 2155-2180 MHz) et 2015 (600 MHz) sur le marché américain. En parallèle, T-Mobile se doit de poursuivre ses travaux de mise à niveau de son réseau. Autant d’investissements à soutenir sur un marché où T-Mobile mène, à l’image de Free en France, l’offensive sur le marché mobile. Au risque de plonger le secteur dans un scénario à la française où, sous pression concurrentielle, les opérateurs voient leurs marges se réduire face à des investissements massifs incontournables pour rester compétitifs. Un paysage dans lequel Iliad a, jusqu’à présent, excellé en France.

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Bouygues Telecom a « toutes les chances de réussir » en solo selon Martin Bouygues

Bouygues Telecom a « toutes les chances de réussir » en solo selon Martin Bouygues | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
L’opérateur continue de progresser dans le fixe et la 4G mais ses résultats sont encore en perte au premier semestre. L’actionnaire affirme qu’il n’a pas « reçu d’offre » d’Orange ou de Free cet été.


 Nous avons souffert » mais Bouygues Telecom « déploie avec succès sa stratégie offensive » assure son actionnaire Martin Bouygues. Pourtant, le patron du groupe de BTP, qui a présenté ses résultats semestriels ce jeudi matin, a constaté que le chiffre d'affaires de sa filiale télécom a encore reculé de 5% et que son résultat opérationnel est en perte. Mais voyant le verre à moitié plein, le candidat déçu au rachat de SFR est convaincu que Bouygues Telecom « dispose des atouts nécessaires pour retrouver une compétitivité accrue sur un marché à quatre acteurs. » Oubliés, les rêves de mariage, improbable voire impossible avec Free ou Orange ? Lorsqu'on l'interroge sur les raisons de l'échec des discussions, évoquées par le PDG d'Orange Stéphane Richard, lui-même - notamment le prix - Martin Bouygues a balayé le sujet qualifié de « rumeurs. »

« Nous n'avons pas reçu d'offre, il ne s'est rien passé pendant l'été » a déclaré Martin Bouygues, préférant dénoncer à nouveau « l'immense traquenard » de la quatrième licence accordée à Free. « Il nous appartient d'en sortir. Le gros du travail a été accompli » assure-t-il.

> Voir le détail des résultats du groupe Bouygues

 
"Carnage" et cure minceur

Dans le cadre d'un plan d'économies de 300 millions d'euros, Bouygues Telecom est en effet en cours de discussions avec les représentants du personnel pour la mise en place d'un plan de départs portant sur 1.516 postes, près de 17% des effectifs. « C'est le grand carnage de la téléphonie en France » a lancé Martin Bouygues, avançant même que « 50.000 Français ont perdu leur job dans cette aventure » du quatrième opérateur, un chiffre hautement sujet à caution. Les premiers départs sont « envisageables début novembre » et les coûts de ce plan (environ 344 millions d'euros), provisionnés au premier semestre, ont été compensés par le règlement de litiges avec ses concurrents pour 429 millions d'euros (principalement Orange pour 300 millions selon le Canard Enchaîné et 100 millions de SFR selon BFM Business). L'opérateur aura ensuite « la structure la plus compétitive du marché » a prévenu Martin Bouygues.

Cette cure minceur redonnera à sa filiale télécoms ses effectifs de 1998, deux ans après son lancement commercial. L'ex-troisième opérateur, dépassé par Free désormais en nombre de clients cumulés (fixe et mobile) et en chiffre d'affaires, compte miser sur l'explosion des usages notamment en 4G (il revendique 1,8 million de clients) et poursuivre son offensive dans le fixe, qui lui a permis de gagner 202.000 clients dans le haut débit (2,2 millions) au premier semestre, ce qui devrait le placer devant Free en termes de conquête (42.500 seulement chez SFR)

 « Dans le fixe, les opérateurs français ont vendu des offres avec de très fortes marges. Nous pensons que l'on peut vendre des produits de qualité avec des marges plus raisonnables » a déclaré le patron du groupe de BTP.

 « Chaque opérateur devra assumer ses choix industriels »

Mais les « atouts » mis en avant par Martin Bouygues sont en fait ses actifs. « Dans la téléphonie mobile, un opérateur, c'est un réseau et un portefeuille de fréquences. Nous avons l'un et l'autre. Ceux qui n'ont pas voulu investir ne peuvent pas se plaindre », a-t-il lancé, visant Free qui a moins dépensé en fréquences et dont le réseau en propre ne couvre pas toute la population. Il a souligné que Bouygues dispose de 27% des fréquences en France en ayant investi 1,5 milliard d'euros, alors qu'il a « près de deux fois moins de clients qu'Orange, ce qui nous permet d'offrir une qualité de service inégalée. » Un « patrimoine » d'autant plus précieux que les opérateurs pourront utiliser toutes leurs fréquences pour la technologie qu'ils souhaitent sans contrainte (2G-3G-4G) à la mi-2016. C'est d'ailleurs l'horizon que se fixe le propriétaire de Bouygues Telecom : il espère le retour à « une croissance significative de l'Ebitda » (résultat brut d'exploitation) dans deux ans.

En attendant, le groupe Bouygues ne descend pas de son cheval de bataille : la fin de l'itinérance octroyée à Free sur le réseau d'Orange. « A partir du moment où la compétition à quatre se fera de manière équitable, équilibrée, avec les mêmes règles pour tous, Bouygues Telecom aura toutes les chances de réussir » a avancé Martin Bouygues, faisant référence à la demande réitérée de l'Autorité de la concurrence à l'Arcep, le gendarme des télécoms, de préparer l'extinction progressive par plaques de ce contrat d'itinérance. « Chaque opérateur devra assumer ses choix industriels passés », a prévenu Martin Bouygues. En matière de choix industriels, la concurrence fait valoir que c'est Bouygues qui a tardé à se lancer sur le fixe pour devenir un opérateur convergent... « Notre business plan n'est pas bâti sur l'hypothèse de l'amélioration des conditions de concurrence, si cela se produit ce sera du bonus » a précisé Olivier Roussat, le PDG de Bouygues Telecom.

Interrogé sur les ambitions d'Iliad, la maison-mère de Free, aux Etats-Unis, prête à débourser 15 milliards de dollars en cash pour s'offrir T-Mobile USA, Martin Bouygues n'avait « pas de commentaire. Je leur souhaite bonne chance, c'est tout ! »

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Bouygues : 4G+ à 300 Mb/s sur fond de bilan mitigé

Bouygues : 4G+ à 300 Mb/s sur fond de bilan mitigé | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
Bouygues Telecom a largement communiqué en ce jeudi. L'opérateur a livré son bilan semestriel, incorporé danscelui du groupe Bouygues, mais a aussi fait part de ses projets. Et le prochain objectif à l'agenda, c'est de proposer à ses abonnés de la 4G+ à 300 Mb/s.

Si le bilan de Bouygues Telecom ne peut pas vraiment être qualifié de brillant, il est a minima mitigé. En effet, l'opérateur a enregistré un résultat opérationnel négatif sur le semestre (-41 millions d'euros) mais a pu le compenser grâce à "85 millions d'euros de produits non courants". La filiale n'est donc pas déficitaire. De même, son nombre de clients mobile a fondu de 119 000, mais son nombre d'abonnés est grimpé de 74 000, pour un total de 9 984 000 à la fin juin (dont 1 966 000 clients B&You). De plus, son offensive sur le front du haut débit fixe continue de porter ses fruits, avec 102 000 nouveaux abonnés sur le trimestre, et 202 000 sur le semestre. En tout, Bouygues Telecom comptait 2 215 000 clients fixes au début de l'été.

Avec un déficit de clients sur ses offres prépayées mais des recrutements nets sur le front des abonnés, la dynamique de l'opérateur n'est en rien inquiétante. Le fait que ses comptes opérationnels ne soient pas positifs, par contre, est plus ennuyeux. Il est donc important, pour Bouygues Telecom, de pousser sa clientèle à consommer. Et pour inciter plus de 16 % de ses abonnés à passer à la 4G et/ou attirer les clients de la concurrence, l'opérateur a un plan : l'augmentation des débits.

Alors que Bouygues Telecom vient seulement de lancer la 4G+ et se vante de pouvoir passer la barre des 200 Mb/sles diapositives de présentation des résultats évoquent la stratégie à moyen terme de l'opérateur (page 27). Et pour 2015, l'objectif n'est pas d'agréger deux, mais trois bandes de fréquences 4G (800 MHz, 1 800 MHz et 2 600 MHz), de sorte que les débits profitent de 45 MHz pour flirter avec les 300 Mb/s. Un argument certes très empreint de marketing, mais qui a cette fois un vrai caractère distinctif : aucun autre opérateur ne peut en faire autant, puisque seul Bouygues est autorisé à exploiter la bande de fréquences des 1 800 MHz pour le très haut débit mobile. 
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Bbox Actus - News : 65 % de clients fixe sur le réseau propre de Bouygues Telecom d'ici 2016

Bbox Actus - News : 65 % de clients fixe sur le réseau propre de Bouygues Telecom d'ici 2016 | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it
65 % de clients fixe sur le réseau propre de Bouygues Telecom d'ici 2016 (Bbox Actus)
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

Bouygues : le lancement de la box Miami sous Android prend du retard

Bouygues : le lancement de la box Miami sous Android prend du retard | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it

Présentée fin juin aux journalistes, la nouvelle box de Bouygues Telecom tournant sous Android TV, connue sous le nom de code “Miami”, pourrait voir sa commercialisation retardée...

Initialement, l’arrivée du boîtier sur le marché était prévue pour le mois d’octobre, après une période de beta-test auprès de quelques clients sélectionnés dès le mois de juillet. Mais ce calendrier semble avoir changé, du moins si l’on se fie à la présentation des résultats semestriels du groupe Bouygues...

Sur les diapositives de présentation, la fameuse box “Miami” n’est plus annoncée pour le mois d’octobre, mais pour un bien plus vague « T4 2014 » ou « d’ici à la fin de l’année ».

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas Kalhauge
Scoop.it!

[Battle] La Box Orange VS La Box SFR | Toute l actualité et les bons plans du mobile

[Battle] La Box Orange VS La Box SFR | Toute l actualité et les bons plans du mobile | Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc. | Scoop.it

Chaque semaine nous vous proposons de départager deux marques pour déterminer laquelle est la meilleure. Aujourd’hui, la battle se poursuit avec les box des deux géants de la fourniture internet français, SFR et Orange.

Le favori, Orange

Dans le coin rouge, le champion de la catégorie poids lourd… La Box Orange. Le géant de la téléphonie a été jusqu’en 2007 sous la tutelle de l’Etat et de France Télécom. Orange propose desoffres ADSL relativement onéreuses par rapport à ce que l’on peut retrouver chez la concurrence (Free, Numericable, Bouygues…). Le forfait Triple Play le moins cher proposé par la firme, en l’occurrence le forfait Orange Livebox Zen, s’élève à 31.99€ avec les deux premiers mois offerts. Ce service comprend la télévision, Internet jusqu’à 20 Mega, les appels illimités vers les fixes et les appels à l’international. Pour’ neuf euros de plus, soit un total de 40.99€, vous pouvez bénéficier de la Livebox Play qui vous permet de bénéficier des appels illimités vers les mobiles. Les deux premiers mois sont également gratuits sur cette offre. Orange continue de capter un nombre important de clients en raison de la qualité de ses services et de la fiabilité de son réseau.

Voir toutes les offres Internet de Orange

Le challenger, SFR

Face à Orange, le challenger SFR affiche des tarifs plus compétitifs. Ancienne propriété de Vodafone, l’enseigne a depuis été rachetée par Vivendi en 2011 puis en 2014 par Numericable. La Box de SFR, anciennement Neuf Telecom, propose une première offre Triple Play à 29.99€ pour lesmêmes services que ceux inclus dans le forfait Orange Livebox Zen, c’est-à-dire Internet jusqu’à 20 Mega, les appels illimités sur les fixes et vers une centaine de destination. Pour 37.99€, l’offre inclus les appels illimités vers les mobiles. Avec SFR, vous pouvez également bénéficier de la box Internet seule pour la modique somme de 15.99€.

more...
No comment yet.