motivalance
550 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance
Scoop.it!

Vaincre la procrastination par la spontanéité

Vaincre la procrastination par la spontanéité | motivalance | Scoop.it

Ne devient urgent que ce qui n'a pas été fait en son temps ou dont les dispositions n'ont pas été prises en son temps.       

Si nous savons faire feu de tout bois lorsque tout devient grave, il doit également être possible d'agir avec spontanéité avant que cela ne soit trop tard et profiter ainsi de ce qu'on obtient de mieux en agissant le plus tôt possible : rester serein, prévenir efficacement les crises, saisir les opportunités, réaliser des exploits inédits...

 

Se préparer à agir avant que ce ne soit nécessaire

Les opportunités n'attendront pas que vous soyez prêt. Pour être sûr de pouvoir les saisir, pour pouvoir agir spontanément lorsque les opportunités se présenteront, il faut être prêt à tout moment. Il s'agit dans un premier temps d'une préparation mentale. A ce niveau, il faut savoir se conditionner en se disant à chaque fois : "C'est une occasion que je ne raterai pas. Si elle se présente, je sauterai là-dessus que je sois prêt ou non". Ou encore : "Je n'attendrai même pas d'être prêt, j'agirai tout simplement et on verra ensuite". Les gens qui ne savent pas agir avec spontanéité sont justement ceux qui ne se sont pas dotés des outils nécessaires pour saisir les opportunités lorsqu'elles se présentent. Être prêt mentalement et matériellement permet d'éviter "le report à plus tard".

 

Ne pas attendre que tous les feus soient au vert

C'est extraordinaire de voir que lorsque les délais sont presque passés, nous sommes capables de ne pas attendre que tout soit parfait. Le défi, c'est que lorsque nous avons tout le temps, nous attendons que tout soit parfait jusqu'à ce que nous n'ayons plus le choix. "Nous voulons bien mettre cette application sur le marché mais il a encore quelque bugs" - quand une application concurrente moins performante fait des exploits sur le marché, nous lâchons les freins finalement. C'est du temps et des opportunités perdus pour rien. Tout ne sera jamais parfait. Je ne sais pas pourquoi nous préférons la passivité et l'entretien des faux espoirs à un peu de résultat avec quelques erreurs. Serait-ce parce que nous serions trop perfectionnistes ? C'est justement ce perfectionnisme passif qui nous barre la route des exploits auxquels conduit la spontanéité, cette attitude qui permet de se lancer et de se corriger au fur et à mesure.

 

Ne pas attendre d'être motivé

Vous ne pouvez pas être motivé avant les premiers résultats. Ce sont ces premiers résultats qui vous donnent envie de continuer si vous en voulez plus. Et pour les avoir, il faut savoir agir avec spontanéité sans se poser de question; autrement vous êtes coincé dans la passivité. Voyons ! Tout ce qui précède la motivation pour faire quoi que ce soit est démotivant : la peur, le doute, les difficultés, l'adversité, la douleur, la solitude, l'investissement préalable, la paresse... Par exemple lorsqu'ils doivent démarrer une activité sportive, la plupart des gens attendent d'être motivés. Mais il se trouve que mêmes les résultats de la première séance ne sont pas très motivants : vous avez des douleurs musculaires partout. Conséquence, très peu de temps font la deuxième séance. Le problème, c'est  qu'ils ne veulent que les choses qui leur plaisent, qui ont excitantes et motivantes.

 

Faire tout ce qui (re)vient à l'esprit avant de l'oublier.
Si vous vous souvenez de devoir passer un coup de fil, passez-le avant de l'oublier. Si vous vous rappelez qu'un rapport à déposer commence par être en retard, occupez-vous-en tous travaux cessant. Si vous rencontrez un contact que vous cherchiez à toucher depuis longtemps, ne dites pas que vous allez l'accoster une fois qu'il aura fini de discuter avec les deux gentlemen qui l'entourent, accoste-le et présentez-vous (vous avez l'opportunité de connaitre 3 personnes à la fois). On comprend pourquoi nous ne passons pas l'action lorsque de petites choses nous viennent ou reviennent à l'esprit. Une astuce : faites-le pour le fun.

Autrement le faire juste pour le "fun", pour le mérite de l'avoir fait
Dès que la moindre chose vous (re)vient à l'esprit et qui doit absolument être faite avant que cela ne soit trop tard, faites-la tout simplement pour le « fun » et c'est ainsi que vous travaillez votre spontanéité à agir systématiquement avant que cela ne soit trop tard. Soyez excité de pouvoir le faire peu importe le résultat que vous obtenez derrière. Il n'y a pas deux possibilités de résultat lorsqu'on passe à l'action. Il y en a trois au moins : la fierté d'avoir réussi, la désolation d'avoir échoué et dans les deux cas l'exploit d'avoir essayé quoi qu'il en soit. Cette dernière possibilité est une victoire que beaucoup de gens n'arrivent pas encore à obtenir par manque de spontanéité (et de folie) pour savoir passer à l’action.

 

Refuser cette excuse de dernière minute qui se pointe

A chaque fois que nous devons passer à l'action pour voir ce que ça donne comme résultat, nous sommes rapidement tiédis par cette excuse qui nous fait mettre fortement le pied sur le frein. Quoi donc ? Ça m'arrive moi-aussi. Et l'excuse n'est pas de type : "Je le ferai plus tard". Non, c'est de type : "Le temps n'est pas suffisant", "Je suis en retard maintenant", "Si je le fais, je risque de ne plus avoir de ressources pour...", "Je veux bien le faire mais il manque...Et puis il n'y a pas...Et puis il faudra que je...Qui sait, il peut me...". Voici ce que je me dis lorsque l'une ou l'autre de ces excuses se pointe : "Cette excuse ne m'intéresse pas" Rien de plus, rien de moins ; à partir du moment où je me dis "Cette excuse ne m'intéresse pas", je me concentre sur les bonnes raisons pour agir et j'agis comme si c'était impossible d'échouer.

 

Agir comme si c'était impossible d'échouer

Justement la peur d'échouer nous paralyse et nous enlève tout ce que nous avons, tout ce nous pouvons et tout ce que nous sommes. Elle est plus terrible que l'échec lui-même. Elle détruit totalement notre spontanéité et nous fait reporter à l'éternité le moment où nous décidons de saisir les chances de notre vie. On demanda à un coaché qui avait peur d'échouer : "Monsieur, vous avez tout ce qu'il faut pour relever le défi. Mais vous avez peur de l'échec; ce qui est normal mais n'oubliez pas que vous avez tout ce qu'il faut pour réussir. Si vous saviez qu'il est impossible que vous échouiez en utilisant à fond les moyens dont vous disposez, que feriez-vous?". Il répondit : "J'utiliserai à fond tous les moyens dont je dispose et dont je peux disposer". Si vous avez peur d'échouer, si vous avez peur d'utiliser les moyens dont vous disposez parce que vous vous dites que de toutes les façons, ça ne marchera pas, demandez-vous :"Que ferais-je si je savais que mes moyens sont suffisants et qu'il est impossible que j'échoue si je les utilise à fond?". Répondez et agissez en conséquence. Entrainez-vous à la question et à la réponse adéquate à chaque fois et la spontanéité redeviendra pour vous un vrai réflexe et un outil d'excellence personnelle et professionnelle.

 

 

 

 

Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance's insight:

Découvrez notre site internet www.motivalance.com

Pour nous contactez: motivalance@gmail.com ou 06 62 68 53 72

more...
No comment yet.
Scooped by Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance
Scoop.it!

5 conseils pour bien négocier

5 conseils pour bien négocier | motivalance | Scoop.it

En matière de négociation, tout est affaire de préparation !       

1. Fixez vous des objectifs précis et réalistes

N’entrez pas en négociation sur des thèmes généraux, tels que accroître la rentabilité, améliorer la flexibilité de l’organisation de travail, renforcer la protection juridique : vous risqueriez d’enliser le processus de négociation et de gaspiller l’énergie des négociateurs dans des polémiques stériles. Détaillez ces thèmes généraux en sujets précis de désaccords à surmonter, que vous pourrez alors organiser au mieux dans un ordre du jour.

2.  Structurer habilement vos objectifs

 La structure d’une négociation est la façon d’organiser les objectifs dans l’ordre du jour. Il a été démontré que cette structure a une incidence directe sur la probabilité d’accord. Ainsi, choisir une structure inadaptée réduit la possibilité de s’entendre avec l’Autre. Peut-on envisager la possibilité d’un accord partiel ou au contraire faut-il nécessairement aboutir à un accord sur tous les sujets ? Faut-il prévoir des négociateurs différents selon les sujets ? Si oui, doivent-ils négocier simultanément ou distinctement ? En fonction de chaque situation de négociation, des réponses à ces questions, précises et sûres, existent. On appelle cela l’analyse tactique qui gère également les marges de manœuvre du négociateur.

3.  Planifiez soigneusement l’utilisation de vos marges de manœuvre

Pour bien préparer une négociation, il ne suffit pas de connaître vos solutions alternatives en cas d’échec (la fameuse BATNA, Best Alternative To a Negotiated Agreement, est hélas bien insuffisante). Le rôle d’un négociateur est de trouver un accord dans les limites de son mandat et ainsi de savoir gérer au mieux les avancées qu’il peut faire pour s’entendre avec l’Autre. Pour parvenir à un accord, il faut qu’il organise soigneusement l’utilisation de ses marges de manœuvre : comment faire évoluer ses positions initiales ? quand déployer des concessions nouvelles ? comment optimiser leur rapport coût/impact ?

4. Face à l’Autre, ne cherchez pas à le convaincre mais à vous entendre avec lui. 

Négocier des intérêts contradictoires avec l’Autre ne consiste pas à tenter de le persuader, de se ranger à vos propres intérêts ! Ce n’est pas avec de l’empathie ou la démonstration du bien-fondé de vos propres demandes que vous arriverez à un accord ! Vous n’y parviendrez qu’en acceptant mutuellement d’ajuster vos positions.

5. Soyez pragmatique : fuyez idées reçues et fausses vérités

Le monde de la formation en négociation est rempli de préjugés, souvent fondés sur des recherches théoriques sans rapport initial avec la négociation professionnelle, mais faciles à plagier pour des néophytes. Parmi ces préjugés, deux sont particulièrement nuisibles à la négociation. Le premier : « Ne marchandez jamais » or l’essentiel des négociations internationales se font sous forme de marchandage (échange de concessions mutuelles) et ont largement permis de bâtir des accords stables entre états.

Le second : « Tout accord doit être gagnant-gagnant ». Il est assez facile de vérifier si un accord a été trouvé et s’il est « gagnant » pour soi (proche ou éloigné de ses propres objectifs). Mais quant à savoir si cet accord est « gagnant » pour l’Autre, ce n’est évaluable que si vous avez connaissance des objectifs réels et sincères de l’Autre : Comment faire ? La réalité d’une négociation aboutie n’est jamais aussi tranchée. Les deux seules questions qui doivent préoccuper le négociateur sont : « Un accord a-t-il été trouvé ? », là est sa mission cardinale, et enfin « Cet accord est-il proche ou éloigné de mes objectifs ? », là est sa responsabilité vis à vis de ses mandants. 

Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance's insight:

Découvrez notre site internet www.motivalance.com

Pour nous contactez: motivalance@gmail.com ou 06 62 68 53 72

more...
No comment yet.
Scooped by Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance
Scoop.it!

Langage et motivation

Langage et motivation | motivalance | Scoop.it

En disant à votre équipe de façon abrupte ce que vous ne souhaitez pas, vous n'avancerez pas d'un centimètre. Afin de maintenir la motivation de vos collaborateurs à niveau, il est important que vous ne leur disiez jamais ce que vous ne voulez pas, mais précisément ce que vous souhaitez.

 

Exemples:


Ne dites pas: "je ne veux plus que tu arrives en retard".
Dites: "j'aimerais que tu respectes ton engagement à arriver à l'heure".

Ne dites pas: "je ne veux pas que tu prennes congé tel ou tel jour".
Dites: "j'aimerais que tu renforces l'équipe tel ou tel jour pour telle ou telle raison".

Ne dites pas: "tu ne fais pas ceci ou cela correctement". 
Dites: "ce serait encore mieux de le faire comme ceci ou cela la prochaine fois".

Ne dites pas: "pourquoi vos réunions durent-elles si longtemps?".
Dites: "essayez de trouver une façon de vous réunir plus efficacement".

Ne dites pas: "tu fais très bien ceci ou cela, mais pas du tout ceci ou cela".
Dites: "tu peux améliorer ceci ou cela. Ainsi ce sera aussi bien que ceci ou cela, dont je suis déjà très satisfait(e)."

Les collaborateurs aiment la clarté. Utilisez donc un langage clair. Certes, il n'est pas toujours facile de traduire une situation abstraite en une explication concrète. Essayez d'en faire une habitude.

 

Les mots interdits

 
Il y a trois mots que vous devez éviter à tout prix si vous souhaitez motiver vos collaborateurs, à savoir: "en fait", "mais " et "espérer". "En fait" exprime le doute, "mais" est une négation de la phrase précédente et "espérer" donne l'impression que vous aimeriez que les choses changent mais que vous ne croyez pas que cela se produise un jour.

Si, lors d'un entretien d'évaluation, vous dites:

"En fait, je suis très content de toi, mais je trouve dommage que tu aies besoin de beaucoup de temps pour effectuer ton travail. C'est pourquoi, j'espère que tu vas faire changer les choses."

votre collaborateur interprète ces mots de la façon suivante:

"Je ne suis absolument pas content parce que tu travailles trop lentement et je ne crois pas que tu puisses y changer quelque chose".

Utilisez "en fait" le moins souvent possible. Remplacez "mais" par "et" et "j'espère que tu vas" par "je compte sur toi pour".

 

Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance's insight:

Découvrez notre site internet www.motivalance.com

Pour nous contactez: motivalance@gmail.com ou 06 62 68 53 72

 

more...
No comment yet.
Scooped by Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance
Scoop.it!

Manager : Savoir se taire

Manager : Savoir se taire | motivalance | Scoop.it

Selon trois chercheurs américains, les managers et dirigeants n'écoutent pas assez leurs collaborateurs. Voici trois conseils pour mieux faire.

Le titre est volontiers provocateur, pourtant il correspond à une réalité : les managers et les dirigeants n’écoutent pas assez leurs collaborateurs, parlent trop et se montrent souvent trop autoritaires, ce qui entraîne une démotivation de leur équipe et un manque de performance. C’est le constat d’une étude réalisée par trois chercheurs américains : Rick Larrick de Fuqua School of Business, l’école de management de l’université de Duke ; Leigh Plunkette Tost de l’université du Michigan et Francesca Gino de l’université de Harvard, qui vient d’être publiée en octobre dans The Academy of Management Journal. Voici les trois attitudes gagnantes que devraient avoir le dirigeant d’entreprise :

 

1 – Laisser parler vos collaborateurs

Selon les trois professeurs américains, l’un des problèmes principaux du management réside dans l’attitude du dirigeant. Celui-ci questionne continuellement ses collaborateurs pour avoir leur opinion. Ce comportement est facilité par les titres et fonctions qu’occupent chacun, car ceux qui ont moins de pouvoir dans l’entreprise tendent à faire preuve de déférence vis-à-vis de leurs supérieurs hiérarchiques. Conséquence : ils se taisent ou n’osent pas contredire les propos de ces derniers. C’est en observant sa relation avec ses doctorants que le professeur Rick Larrick de Fuqua School of Business s’est interrogé sur son propre comportement.

« Lorsqu’ils venaient dans mon bureau pour discuter de sujets de recherche, je me sentais autorisé, voire obligé d’alimenter la conversation, explique t-il. Et mes étudiants avaient tendance à me laisser faire. Mais à la fin de cet « échange », si l’on peut dire, un constat s’imposait : je n’avais pas laissé assez de temps mort pour que les étudiants se sentent encouragés à prendre la parole….et de mon côté, je n’avais rien appris ! Je n’étais pas plus instruit qu’au début ! J’ai eu l’impression de rater des opportunités d’apprendre de nouvelles choses. Et notre co-créativité en souffrait. »

 

2 – Ne pas être trop autoritaire

Autre constatation de l’étude : lorsqu’un leader fait preuve d’un peu trop d’autorité, il parvient difficilement à faciliter les échanges au sein de son équipe. En retour, celle-ci est moins productive et créative. Et si le manager passe trop de temps à donner son point de vue, les autres ne peuvent partager le leur. Au cours de cette étude, des équipes sans manager ont été mises en place. Elles étaient plus performantes que celles dont les dirigeants avaient une attitude dominatrice. Mais les meilleures équipes ont été celles qui avaient certes un leader, mais dont l’attitude n’était pas marquée par l’autoritarisme. D’où un nécessaire juste milieu. Pour Rick Larrick, « le rôle des managers est essentiel, car ils structurent les équipes, mais cette organisation doit garantir la participation de chacun. »

 

3 – Maintenir un lien de confiance

Mais le plus important reste pour les dirigeants de maintenir un lien de confiance et de réduire, au travers d’échanges quotidiens informels, les barrières avec ceux qu’ils encadrent. Cette attitude encouragera certainement les collaborateurs à prendre la parole. Les dirigeants doivent également perdre l’habitude de « combler le vide » ou de simplement chercher confirmation de leur réflexion initiale. Ils doivent faire une pause, formuler une question ouverte et laisser aux autres le temps d’exprimer leur propre point de vue. Les nouveaux managers doivent être particulièrement attentifs au moment de leur prise de poste car ils peuvent être tentés d’occuper le terrain de la parole de manière excessive. Certains s’y sentent même obligés. Mais reconnaître cette tendance constitue déjà un premier pas vers la prise en compte des points de vue de toute l’équipe.

Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance's insight:

Découvrez notre site internet www.motivalance.com

Pour nous contactez: motivalance@gmail.com ou 06 62 68 53 72

 

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance
Scoop.it!

LEADER, ÊTES VOUS GÉNÉRATEURS D'ÉNERGIE OU DES CONSOMMATEURS D'ÉNERGIE ?

LEADER, ÊTES VOUS GÉNÉRATEURS D'ÉNERGIE OU DES CONSOMMATEURS D'ÉNERGIE ? | motivalance | Scoop.it

Un des aspects les plus importants duleadership est d’inspirer et d’engager les personnes d’une façon qui produise une énergie positive.

Selon mon expérience, la plupart des leaders ont certainement une abondance d’énergie. Mais certains sont des générateurs d’énergie et d’autres sont des consommateurs d’énergie.

Qu’entends-je par-là ? Laissez-moi m’expliquer.

Quand vous interagissez avec une autre personne, en général vous quittez l’interaction avec plus d’énergie que quand vous aviez commencé la conversation, ou bien moins.

La capacité de certaines personnes à transférer une énergie positive et vous dynamiser est meilleure que d’autres. Certaines personnes vous parlent pour vous laisser vous sentir positifs et sous tension, prêt et excité de continuer et d’aborder les défis qui vous font face. Et d’autres zappent toute votre énergie. Elles repartent en vous sentant incertain, déçu, manquant de confiance, ou tout simplement moins heureux et motivé que vous ne l’étiez auparavant. Et bien sûr certains n’ont aucun impact du tout, c’est juste une conversation agréable et ensuite vous passez à autre chose.

Même une personne avec une énergie positive illimitée peut parfois être une consommatrice d’énergie. Parfois leur énergie est juste trop forte et cela pompe toute votre énergie juste pour essayer de vous maintenir à leur niveau.

Alors, quelles sont les qualités d’un générateur d’énergie ?

Lire la suite sur : http://www.motivalance.com/news/leader%2c-%c3%aates-vous-generateurs-d%27energie-ou-des-consommateurs-d%27energie-/

Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance's insight:

Découvrez notre site internet www.motivalance.com

Pour nous contactez: motivalance@gmail.com ou 06 62 68 53 72

more...
No comment yet.
Scooped by Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance
Scoop.it!

Astuces pour résauter même si on est débordé

Astuces pour résauter même si on est débordé | motivalance | Scoop.it

"Bonjour Colin, que voulez-vous cette fois ?" Cette réaction à mon appel (il y a de nombreuses années) m’a stoppé net et m’en a appris beaucoup sur le management de son réseau. Par exemple …

La gestion de son réseau exige de donner et de prendre. Ce n’est pas une entreprise égoïste.Si vous ne le maintenez pas en vie, il mourra. Probablement très rapidement.À moins que la connexion sociale ne soit physiquement présente, ce sera du transactionnel en ligne.C’est très dur à faire, particulièrement si vous êtes occupés.Manager son réseau apporte d’excellents bénéfices sur le long terme.Il n’y a aucune réponse simple à ce problème parce qu’au bout du compte, cela dépend de vous.

Vous avez le pouvoir de le faire arriver, ou de continuer à le laisser dériver. Mais, puisque nous aimons aider les gens, voici onze astuces rapides pour vous permettre de redémarrer…

Lire la suite sur : http://www.motivalance.com/news/astuces-pour-resauter-m%c3%aame-si-on-est-deborde/

Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance's insight:

Découvrez notre site internet www.motivalance.com

Pour nous contactez: motivalance@gmail.com ou 06 62 68 53 72

more...
No comment yet.
Scooped by Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance
Scoop.it!

5 bonnes façons de démarrer une présentation

5 bonnes façons de démarrer une présentation | motivalance | Scoop.it

Nous sommes tous passé par là : regard fixé notre écran vide sans la moindre idée sur la façon d’ouvrir ou commencer notre intervention. Pour commencer, vous ne devriez jamais ouvrir PowerPoint sans objectif clair (gardons cette conversation pour un autre jour), mais soyons honnête, nous avons eu des difficultés quand à la meilleure façon d’ouvrir une présentation.

Il est temps de démarrer.

Voici 5 façons puissantes d’ouvrir une présentation :1. Utilisez le silence

La plupart des personnes ne pourront pas réaliser ceci très facilement, mais si vous avez envie de vous sentir comme une Rock-star lors de votre prochaine présentation, optez pour le silence. Dites quelques mots puis restez silencieux. Dites quelques mots de plus puis restez silencieux. C’est une façon rapide et facile de prendre possession de l’auditoire. Assurez-vous seulement que vous pouvez vous maîtriser.

Lire la suite sur : http://www.motivalance.com/news/a5-bonnes-fa%c3%a7ons-de-demarrer-une-presentation/

Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance's insight:

Découvrez notre site internet www.motivalance.com

Pour nous contactez: motivalance@gmail.com ou 06 62 68 53 72

more...
No comment yet.
Scooped by Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance
Scoop.it!

Comment parler pour que les gens vous écoutent

Comment parler pour que les gens vous écoutent | motivalance | Scoop.it
Un langage puissant de Mike Clayton

Le livre « How to speak so people listen » de Mike Clayton (comment parler pour que les gens vous écoutent) est paru récemment. A cette occasion Mike souhaite nous présenter quelques-unes des manières d’utiliser le langage avec puissance pour attirer l’attention, la conserver et en faire usage. Les mots importent et la façon dont vous les utilisez également.

10 façons d’utiliser le langage pour que les gens écoutent, prennent en compte, et agissent sur ce que vous dites.

Ces trucs vous serviront à la fois dans le langage écrit et parlé, dans les situations formelles et informelles.

Parce que

Ces mots sont parmi les plus puissants car ils répondent à la question la plus profonde, puissante et fréquemment utilisée : « pourquoi ». Nous posons tous constamment cette interrogation, même si à la différence des enfants nous ne l’articulons pas toujours à haute voix. Mais tel est notre besoin de trouver du sens que sans un clair « parce que », nous ne serons pas motivés à croire, à agréer ou agir sur quoi que ce soit.

Lire la suite sur : http://www.motivalance.com/news/comment-parler-pour-que-les-gens-vous-ecoutent/

Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance's insight:

Découvrez notre site internet www.motivalance.com

Pour nous contactez: motivalance@gmail.com ou 06 62 68 53 72

more...
No comment yet.
Scooped by Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance
Scoop.it!

LE DIRIGEANT DE DEMAIN? TOUT LE CONTRAIRE DE CELUI D'AUJOURD'HUI

LE DIRIGEANT DE DEMAIN? TOUT LE CONTRAIRE DE CELUI D'AUJOURD'HUI | motivalance | Scoop.it

A travers le regard de plus de 4 000 diplômés "grandes écoles", une étude publiée par le réseau Grandes Ecoles au Féminin dresse un portrait robot de ce que sera le dirigeant de demain. Un chef d'entreprise humaniste, exemplaire, visionnaire...

A quoi ressemblera le dirigeant de demain ? Probablement à Shiva, personnage contradictoire, à la fois dieu destructeur mais créateur d'un monde nouveau. Et dans l'esprit de beaucoup, représentant le multitasking.


"Has been". En interrogeant 4 200 diplômés de grandes écoles, " Grandes Ecoles au Féminin " (GEF) dresse une photographie inédite et surprenante. Le chef d'entreprise loué aujourd'hui pour sa capacité à entretenir un réseau (54%), séducteur et bon orateur (41%), sans renier un certain côté dur pour atteindre ses objectifs (44%), est-il déjà has been ? Oui, à en croire l'étude, puisque dans les qualités attendues du dirigeant de demain, figurent désormais la capacité à savoir piloter et préserver l'intérêt de l'entreprise à long terme (61%), un aspect visionnaire (46%), et une capacité à créer l'innovation (33%) tout en préservant un comportement exemplaire, en interne comme en externe (42%). Bref, le dirigeant de demain serait le reflet inversé du dirigeant actuel...

Lire la suite sur : http://www.motivalance.com/news/le-dirigeant-de-demain-tout-le-contraire-de-celui-daujourdhui/

Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance's insight:

Découvrez notre site internet www.motivalance.com

Pour nous contactez: motivalance@gmail.com ou 06 62 68 53 72

more...
No comment yet.
Scooped by Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance
Scoop.it!

Leadership: 3 leçons himalayennes d’un professeur de management : Motivalance

Leadership: 3 leçons himalayennes d’un professeur de management : Motivalance | motivalance | Scoop.it

Professeur de management à l’Université du Michigan et responsable d’un cours sur le leadership et les organisations, Scott Derue s’est lancé le défi de gravir l’Everest et d’en tirer des leçons de management pour ses étudiants. Au terme de son ascension réussie en mars dernier, il en a tiré trois règles essenteilles de leadership rapportées par le site Poets& Quants, spécialisé dans l’information sur les écoles de commerce. Au bureau comme dans l’Himalaya, de nombreux parallèles peuvent être dressés en terme de management d’une équipe et de leadership, selon Poets & Quants. Nous reproduisons ci-dessous dans les grandes lignes les trois principales règles de management tirées de cette ascension :...
Lire la suite sur : http://www.motivalance.com/news/leadership%3a-3-le%c3%a7ons-himalayennes-d%e2%80%99un-professeur-de-management/

Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance's insight:

Découvrez notre site internet www.motivalance.com

Pour nous contactez: motivalance@gmail.com ou 06 62 68 53 72

more...
No comment yet.
Scooped by Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance
Scoop.it!

Comment transformer un groupe de travail en équipe ? Etapes 3 et 4 :: Motivalance

Comment transformer un groupe de travail en équipe ? Etapes 3 et 4 :: Motivalance | motivalance | Scoop.it

Clarifiez les objectifs et les responsabilités

Une fois que la glace est brisée, il s’agit de préciser les objectifs, le rôle et les responsabilités de chacun, de transmettre des directives claires et de fixer les règles du jeu. «Pour mobiliser les membres de l’équipe, il faut déterminer et partager des buts “smart” : spécifiques, mesurables, ambitieux, réalistes et temporels. S’ils sont “smarter”, c’est-à-dire “exciting” (enthousiasmants) et “recorded” (formalisés), c’est encore mieux».

Lirer la suite : http://www.motivalance.com/news/comment-transformer-un-groupe-de-travail-en-equipe-etapes-3-et-4/

Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance's insight:

Découvrez notre site internet www.motivalance.com

Pour nous contactez: motivalance@gmail.com ou 06 62 68 53 72

more...
No comment yet.
Scooped by Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance
Scoop.it!

Les femmes seraient-elles de meilleurs dirigeants que les hommes

Les femmes seraient-elles de meilleurs dirigeants que les hommes | motivalance | Scoop.it

Là n’est pas vraiment la question. Les femmes, sont des leaders comme les autres !

"Si Lehman Brothers s’était appelé Lehmans Sisters, la banque n’aurait pas fait faillite" ! Une plaisanterie bien connue des milieux financiers au moment de la crise !

Alors, les femmes, sont-elles des leaders plus perfomantes que les  hommes ? Dans un rapport de 2012, intitulé « Les femmes dans les instances de décision économique au sein de l’UE : rapport de suivi », la Commission Européenne a listé plusieurs études allant dans ce sens. Catalyst, un cabinet de conseil américain, conclue son analyse en soulignant le fait que les entreprises comptant une forte proportion de femmes au sein de leurs organimses décisionnels réaliseraient 42% des bénéfices en plus et leurs capitaux investis afficheraient un rendement supérieur de 66% (« the Bottom Line : Corporate Performance and Women’s representation on Boards » 2007).

"Femmes à la barre, entreprises à flot !", conclut également uneétude de cabinet de conseil américain Zenger Folkman : les cadres féminines seraient considérées par leurs collègues, subordonnés directs ou supérieurs, hommes et femmes, comme de meilleures dirigeantes que leurs homologues masculins. Cette aptitude au leadership des femmes serait lié à un style de management différent de celui des hommes. Comme l’indique une autre étude de Catalyst : « Les femmes font attention et les hommes tranchent » (2005).

Certes, les recherches sur les atouts des femmes managers ne cessent de fleurir. Comme dans cetteétude américaine, qui voit dans les dirigeantes un rempart anticrise, grâce à leur prudence et altruisme face aux risques financiers. Ou dans une enquête du cabinet McKinsey, pour qui la présence des femmes au sommet est ungage de bénéfices : un management composé de plus de trois femmes augmenterait la rentabilité de l’entreprise.

Mais faut-il vraiment s’y fier ?

 

"Ce genre d’étude conduit à l’impasse", déplore Julie Muret, porte-parole d’Osez le féminisme. Et ne sert pas les femmes. "Si l’on doit arriver àla parité, ce n’est pas parce que les femmes sont meilleures que les hommes mais parce qu’elles représentent 51% de la population."

Plusieurs thèses récentes prennent d’ailleurs le contre-pied de ces clivages entre management féminin et masculin. Trois chercheurs américains ont ainsi montré que les femmes sont des entrepreneurs comme les autres. Leurs recherchent montrent que les deux genres sont assez similaires en matière de motivation, de passé, d’environnement et que la réussite tiendrait davatange à des facteurs sociaux.

« Le sexe n’est pas une variable pertinente pour différencier les styles de leadership » indique Sarah Saint-Michel, enseignante chercheuse au centre de recherche en management de Toulouse (Université Toulouse 1/CNRS). Les femmes aux commandes sont des leaders comme les autres. Pour fonder son argumentaire, elle s’est basée sur la compilation de 25 enquêtes européennes et américaines sur les qualités attribuées aux dirigeants et à analyse les réponses des collaborateurs de 20 000 patrons. Pour les interrogés, ce qui compte, c’est la façon dont les leaders eux-mêmes se voient et agissent. Quel que soit le sexe du manager, si ce dernier se montre bienveillant ou à l’écoute, il suscitera un puissant sentiment affectif chez ses salariés. Pareillement, qu’il soit homme ou femme, un leader qui se révèle  combatif ou autoritaire éveillera une plus grande motivation de la part de ses collaborateurs.

Pour conclure, qu’on s’en remette aux théories qui prônent un style féminin ou masculin de management ou bien à celles qui vont vers une indifférence des genres, ce qui participe à la performance, c’est bien la mixité ! La société est composée à part quasi égale de femmes et d’hommes, faisons le nécessaire pour que la représentativité du pouvoir s’ajuste avec celle de la société. Pour un monde plus riche, plus égalitaire, plus visionnaire !

Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance's insight:

Découvrez notre site internet www.motivalance.com

Pour nous contactez: motivalance@gmail.com ou 06 62 68 53 72

more...
No comment yet.
Scooped by Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance
Scoop.it!

Mon équipe n'a jamais d'idées!

Mon équipe n'a jamais d'idées! | motivalance | Scoop.it
C'est la panne sèche. A chaque réunion, aucune solution ne remonte jamais de vos troupes. Cela vous désespère voire vous exaspère... N'y seriez-vous pas pour quelque chose ?
Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance's insight:
Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance 

Découvrez notre site internet www.motivalance.com

Pour nous contactez: motivalance@gmail.com ou 06 62 68 53 72

more...
No comment yet.
Scooped by Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance
Scoop.it!

Le jeu comme source de performance en entreprise

Le jeu comme source de performance en entreprise | motivalance | Scoop.it

Jouer au travail, une douce utopie ? Pas pour la génération Y, qui attend de son emploi qu’il soit fun, social, avec des objectifs clairs et mesurables sur le court terme, qu’il offre une satisfaction personnelle.                 

Représentant déjà le quart de la population mondiale des travailleurs, cette génération porteuse de potentiel ne peut être ignorée des dirigeants. Tour d’horizon des raisons pour lesquelles les jeux d’entreprise peuvent démultiplier la performance des générations Y, et des autres.

1. Le jeu réduit la résistance au changement

L’imitation de situations professionnelles du monde réel par le jeu offre un terrain propice à l’appropriation. Les récompenses virtuelles et le feedback en temps réel aident les employés à s’adapter aux nouveaux processus, systèmes et business model.La révolution digitale en cours rencontre des résistances liées à la culture d’entreprise dans 55 % des entreprises interrogées par Capgemini Consulting et le MIT dans le cadre d’une étude. Aussi, les entreprises qui passent par des mécanismes du jeu pour mener à bien leur conduite du changement montrent la voie aux entreprises qui peinent à prendre le tournant de la digitalisation. 

2. Le jeu stimule l’intérêt et l’engagement des employés

Les mécanismes du jeu stimulent des moteurs intrinsèques comme le sens de l’accomplissement, la fierté, l’esprit d’équipe, mais aussi externes comme les gains financiers promis aux gagnants. C’est donc un vrai levier de motivation pour l’employé, ce qui augmente sa loyauté à l’entreprise et sa productivité.

3. Le jeu accélère la formation et l’apprentissage

Entre une batterie de slides ennuyants et statiques, et une plateforme de jeu de simulation, quel support choisiriez-vous pour apprendre à connaître votre entreprise ? In Mobi, une start up indienne en croissance exponentielle, a choisi la seconde option, et augmenté par ce biais le degré de connaissance moyenne de l’entreprise par ses employés, ainsi que la rapidité du programme de formation.

4. Le jeu est source d’innovation au sein des entreprises

Le jeu propose un environnement qui facilite et encourage la créativité et la collaboration dans un environnement fun et compétitif, et qui permet de décloisonner le processus d’innovation des silos structurels de l’entreprise. Les jeux d’innovation ont un effet levier sur la récolte d’idées (crowd-sourcing) et sont de vrais viviers à innovations potentielles.

5. Le jeu améliore l’efficience globale

Les mécaniques de jeu peuvent s’intégrer à  n’importe quel domaine d’activité, par petites touches, en adoptant les réflexes jeu : systèmes de points, classements, compétition entre équipe, prix à gagner, trophées qui jalonnent les étapes, etc. Google, par exemple, a réduit ses frais de voyage en offrant à ses employés la possibilité de récupérer une partie de l’argent économisé en cash, ou de convertir cette économie en montée en gamme dans le voyage suivant. 90% des employés se sont pris au jeu. 

Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance's insight:

Découvrez notre site internet www.motivalance.com

Pour nous contactez: motivalance@gmail.com ou 06 62 68 53 72

more...
No comment yet.
Scooped by Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance
Scoop.it!

Dirigeant, manager : Développer votre confiance en soi

Dirigeant, manager : Développer votre confiance en soi | motivalance | Scoop.it

La confiance est une valeur forte en réseau. Mais comment rayonner, convaincre, inspirer des idées, des envies… Sans avoir d’abord confiance en soi-même ?

5 exercices de coachs pour cultiver cette énergie positive et gagner en aisance relationnelle.

Démontrer avec brio votre expertise, convaincre un prospect en entretien, trouver des financements… « Pour être bon dans ces moments-là, il faut avoir confiance en soi, être bien ancré dans son rôle ... Si comme le charisme, la confiance ne se décrète pas, on peut la travailler et progresser. Il existe des exercices simples, souverains pour le moral et bons pour éviter les baisses d’énergies.

 

Exercice 1 : allez à la pêche aux compliments

L’exercice ne consiste pas à vous envoyer des fleurs mais bien de réactiver la conscience de vos points forts et peut-être d’en découvrir certains que vous ne vous connaissiez pas. 

Comment faire ? 
Solliciter entre 5 et 10 professionnels de votre cercle proche « des professionnels que vous estimez avec qui vous avez déjà travaillé par le passé. Ceux avec qui vous vous sentez en empathie ».
Expliquez-leur la démarche : vous réfléchissez à votre positionnement de dirigeant ou de manageur puis demandez-leur simplement ce qu’ils ont apprécié lorsque vous avez travaillé ensemble. En quoi votre travail leur a semblé intéressant, différent et pourquoi. 
Par exemple, sous la forme d’un questionnaire qui guide leur réflexion :

D’après toi, quels sont mes points forts ?Comment qualifierais-tu les missions que nous avons réalisées ensemble ?Quelles pistes d’amélioration détectes-tu pour moi ?Etc.

« Dans la plupart des cas, les personnes qui se prêtent à cet exercice sont surpris des propos très positifs qui ressortent toujours de ces entretiens ou échanges de mails. » 
Pourquoi ne pas noter dans un tableau ou une liste les points clés de ces retours ? Voilà un vrai remontant à consulter dans les moments de doute.

 

Exercice 2 : osez demander de l’aide, partager vos besoins

« C’est très culturel, nous nous mettons trop de pression à vouloir tout faire seul. Et pourtant, ceux qui réussissent le mieux sont aussi ceux qui savent bien s’entourer. ». Travailler avec d’autres, déléguez ce sur quoi vous n’êtes pas bon pour vous concentrer sur vos points forts, c’est une bonne manière de vous sentir bien dans ce que vous faites. 

Comment faire ?

Faite un bilan rapide de votre activité : qu’est-ce qui vous est le plus pénible ? Qu’est-ce qui vous prend beaucoup de temps alors que vous savez ne pas être indispensable à la réussite de cette tâche ?Trouvez des solutions qui vous permettront d’y consacrer le minimum de temps, voire de vous en dispenser. Sollicitez votre réseau pour vous inspirer des pratiques d’autres professionnels de votre secteur ou envisagez des échanges de services.

 

Exercice 3 : célébrez vos succès, mêmes les petits

Fêtez la signature d’un contrat, la fin d’un projet de longue haleine ou plus simplement la création de votre logo avec vos partenaires, clients, membres de votre réseau… Vous communiquez lorsque vous êtes au mieux de votre forme. C’est l’occasion de vous renvoyer une image valorisante de vous et d’entretenir votre réseau ! 

Comment faire ?

Événement ou pot informel, à évaluer en fonction de vos ambitions ou envies.Pensez aussi aux solutions alternatives : poster un message sur Twitter, un billet sur votre blog ou dans la newsletter de votre entreprise. Nul doute que ces messages recevront un écho favorable parmi vos relations.

 

Exercice 4 : sachez vous écouter !

Plongé dans votre projet, sous la double pression des enjeux et des échéances, nous nous refusons souvent les pauses salutaires. « Attention, gare au burn out ! Ceux qui réussissent sont à la fois sprinter et coureur de fond. Le meilleur sprinter ne peut pas tenir la distance éternellement. Avec de telles attitudes, c’est le coup de pompe assuré et il n’y a rien de pire pour la confiance en soi. » 

Comment faire ? 
Prêtez attention à votre hygiène de vie : sachez ce qui vous fait du bien et n’hésitez pas à vous autoriser des coupures régulières. Une séance de sport ou de yoga par semaine, un déjeuner entre amis où vous prenez le temps, vraiment, d’être là pour eux. Une journée à la campagne de temps en temps… À vous de trouver les rituels qui vous permettront de conserver intact votre énergie et de rester disponible aux autres. 

Exercice 5 : ne faites pas de votre réseau une compétition de plus, cela doit aussi être une ressource

Vous misez sur votre réseau pour trouver des affaires et préparez chaque rencontre comme un rendez-vous de prospection ? C’est bien, mais sachez aussi profiter de ces moments d’échanges pour écouter, découvrir les réussites des autres, vous inspirer… « sans forcément chercher à se positionner pour travailler sur un projet commun. C’est aussi un moyen pour l’entrepreneur de se sentir en cohérence avec son univers professionnel, cela fait du bien tout simplement ».

Comment faire ?

Faites-vous déjà partie d’un réseau ? Cherchez celui qui vous permettra d’échanger régulièrement avec des professionnels à l’écoute pour partager les bonnes pratiques, les expériences. Testez les réseaux voisins tels les clubs d’entrepreneurs, d’indépendants jusqu’à trouver celui où vous vous sentez vraiment à l’aise.Vous ne souhaitez pas faire partie d’un réseau formel ? Pourquoi ne pas proposer un déjeuner trimestriel aux anciens de votre école ou anciens collègues ? Rien de tel pour retrouver confiance en soi que de partager sur votre activité dans un contexte sans enjeux.

Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance's insight:

Découvrez notre site internet www.motivalance.com

Pour nous contactez: motivalance@gmail.com ou 06 62 68 53 72

 

more...
No comment yet.
Scooped by Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance
Scoop.it!

Devenir un dirigeant optimiste

Devenir un dirigeant optimiste | motivalance | Scoop.it

À quoi reconnaît-on un dirigeant optimiste ?

Tout d’abord au fait que c’est… un dirigeant comme les autres, c’est-à-dire un responsable qui tente d’atteindre des objectifs - politiques, économiques, sportifs, entrepreneuriaux - à travers la mobilisation d’autres personnes. Le dirigeant optimiste, comme tout dirigeant, doit donc faire réussir une collectivité humaine, c'est-à-dire aider ses membres à atteindre les objectifs fixés, les rendre plus autonomes et leur permettre, à terme, d’évoluer dans un monde renouvelé et enrichi par leur action.

 

Ce n’est donc pas sur la finalité de son action que le dirigeant optimiste va faire la différence mais sur ses principes et méthodes d’action. On peut globalement reconnaître un dirigeant optimiste à travers quatre attitudes fondamentales.

 

Quatre comportements fondamentaux

 

1 - Le dirigeant optimiste concentre l’essentiel de son action sur les forces, c’est-à-dire sur les qualités des structures et des personnes ainsi que sur leur potentiel d'évolution et de changement. Pour un dirigeant positif, les hommes et les femmes qui l'entourent disposent de deux types de ressources d’action face au changement : des points forts à cultiver et renforcer et éventuellement des points d’efforts, sur lesquels existe une marge de manœuvre et où il est possible de s’améliorer et de progresser. Concernant les points faibles, à savoir les gros défauts, les carences structurelles, etc. ils sont une réalité objective mais ne peuvent être utilisés durablement pour produire une performance, qu’elle soit industrielle, sportive, sociétale ou autre. On ne peut donc que les ignorer, « faire avec » voire les neutraliser en les compensant, par exemple à travers un développement extrême de certains autres points forts.

 

2 - Le dirigeant optimiste sait privilégier les solutions efficaces, même partielles et temporaires. Les grands pessimistes, en particulier lorsqu'ils sont au sommet, aiment à se nourrir de l’analyse méticuleuse des causes des échecs et des raisons de la défaite. Ce faisant, ils produisent presque toujours à terme de la rancœur et des regrets, débouchant immanquablement sur la justification et la recherche de coupables. Les dirigeants pessimistes apprécient aussi de mettre à l’épreuve le perfectionnisme qui les habite, à travers la recherche - souvent vaine - de solutions idéales, en tous points parfaites, et qui règleraient en une seule fois la totalité des problèmes. Ils en finissent même par admettre, plus ou moins ouvertement, l'impossibilité de tout changement ou de toute réforme.

 

Le dirigeant optimiste quant à lui, voit les choses différemment. Savoir « pourquoi » on en est arrivé là, surtout en cas de difficulté majeure, est certes intéressant ; mais la recherche des causes – surtout dans le cadre de situations complexes - constitue souvent une perte de temps. Confronté au « pourquoi » du pessimiste, le dirigeant optimiste privilégie toujours dans un premier temps le « comment faire pour », c’est-à-dire la recherche immédiate de voies alternatives ou d’opportunités nouvelles nées de la difficulté rencontrée. Les grands leaders optimistes n’ont pas besoin de connaître l’origine ou le responsable de l’obstacle dressé devant eux et leurs troupes pour commencer à explorer des chemins destinés à le contourner.

 

3 - Le dirigeant optimiste traque les « petites victoires ». Chacun aime à être félicité après avoir gagné. Mais chaque jour étant un nouveau jour, ce n’est pas parce que l’on est félicité aujourd’hui que l’on sera davantage motivé demain, ni que l’on gagnera à coup sûr. En revanche, c’est bien le fait d’être encouragé pendant qu’on est en train de faire un effort, d’apporter sa pierre au défi collectif, qui contribue à entretenir notre confiance en nous-mêmes, notre désir de poursuivre l’effort et notre optimisme quant à la réussite à venir.

 

Le dirigeant optimiste garde certes l’œil rivé sur la ligne de mire du changement à atteindre. Mais pour autant, il ne perd jamais une occasion de célébrer avec ses troupes une victoire d’étape, un match remporté, un obstacle franchi avec brio, un effort qui a payé, une avancée technique ou un nouveau contrat. Bref, le dirigeant optimiste aime prendre ceux qu'il conduit en « flagrant délit de réussite », aussi modeste soit-elle. C’est d’ailleurs dans ces occasions que le dirigeant peut entraîner ses troupes à la pratique du « style optimiste », en analysant avec eux en quoi ce succès est dû à leur action propre, en quoi il illustre des compétences durables possédées par la communauté et en quoi il a vocation à se reproduire dès que possible…

 

4 - Le dirigeant optimiste pousse à la persévérance et à la prise de risque. « Le succès », disait Winston Churchill, « c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme ». Si les dirigeants pessimistes anticipent et redoutent systématiquement l’échec, que ce soit pour eux ou leurs équipes, les optimistes savent quant à eux que l’échec – aussi désagréable soit-il - fait partie de la vie et qu’il n’est, à ce titre, qu’un ingrédient du succès comme les autres. Peut-être un peu plus amer, et encore.... Etre préparé aux revers de fortune et à l’échec, pour un dirigeant optimiste c’est à la fois savoir ce que l’on fera si les choses tournent mal et se donner par avance le droit de réessayer, de tenter à nouveau sa chance.

 

Car si l’optimisme est un facteur de réussite si puissant, en particulier dans les périodes de changement, c’est essentiellement parce qu’il crée les conditions individuelles et collectives de la persévérance. Un dirigeant optimiste est donc, dans tous les cas de figures, un dirigeant qui accorde (et s'accorde) le droit à l’erreur, dès lors que cette erreur peut-être analysée et représenter une source d’apprentissage. Un dirigeant optimiste est aussi celui ou celle qui donne à ceux qui l'entourent la permission d’innover, de faire bouger les lignes.

 

Un dirigeant optimiste est finalement celui dont on pourra dire: « Face aux turbulences annoncées, il nous a donné envie d’essayer, nous a permis de ne pas réussir tout de suite, et nous a poussé à recommencer jusqu’à ce que nous gagnons la partie du changement ! ».

Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance's insight:

Découvrez notre site internet www.motivalance.com

Pour nous contactez: motivalance@gmail.com ou 06 62 68 53 72

 

more...
No comment yet.
Scooped by Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance
Scoop.it!

Manager autrement : 20 conseils de bon sens

Manager autrement : 20 conseils de bon sens | motivalance | Scoop.it

1. Être irréprochable dans son propre travail

2. Penser ce qu’on fait, prendre du temps pour réfléchir. Penser » son action, de prendre du recul, de peser le pour et le contre, de ne pas  « foncer » sans réfléchir.

3. Il est important de ne « rien faire » parfois et de se promener.Il s’agit d’aller glaner  « les nouvelles du jour », d’être disponible pour recevoir des gens à l’improviste, de prendre un café avec les uns et les autres, de recueillir différents points de vue sur ce qui s’est passé la veille, un événement, un incident

4. S’abreuvoir à plusieurs sources. Ecouter plusieurs points de vue, prendre en compte plusieurs sons de cloche, avoir l’opinion de personnes, de métiers, de niveaux hiérarchiques diversifiés, afin de se faire une idée de la situation en cause et avant "de"trancher, de proposer une solution à un problème, de prendre une décision.

5. Penser la complexité : il n’y a pas de problèmes simples

6. Penser la division : les divergences d’orientations. Apprécier les nuances, et négocier des compromis. Quand on sait d’avance qu’on va susciter des résistances, on est moins surpris d’en rencontrer, et ne pas être surpris est une règle d’or en matière de stratégie.

7. L’importance des mots, des discours.

8. L’importance des débats, de la discussion, de la dispute. Exposer à la discussion, et donner les raisons de ses raisons.

9.La nécessité de connaître le travail réel.  Connaître du travail réel les aspects nécessaires pour l’encadrer et le diriger, et non pas pour l’effectuer soi-même

10. Aller sur le terrain

11. Élargir ses bases, au besoin, en changeant de terrain

12. Décloisonner : les spécialités ne sont pas qu’une affaire de spécialistes. Associer plusieurs spécialistes dans un même projet, faire assumer des spécialités par des gens qui n’en sont pas à l’origine les spécialistes, et  y associer les usagers et les clients.

13. La solidarité est plus rentable que le chacun pour soi

14. Organiser la coopération : faire travailler les gens ensemble. La coopération suppose de faire  « oeuvre commune », d’opérer ensemble en se soutenant, en se donnant un coup de main, en échangeant sur les problèmes communs du travail.

15. Proposer des projets enthousiasmants

16. Distinguer les statuts et les personnes qui les occupent. La bêtise, voire la folie, commence quand on s’identifie totalement à sa fonction :  « le chef, c’est moi ».

17. Distinguer autorité et pouvoir

18. Le travail n’est pas tout

19. Équité, justice, égalitarisme : lutter contre les discriminations

20. Ecouter et prendre en compte de la fragilité

 

Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance's insight:

Découvrez notre site internet www.motivalance.com

Pour nous contactez: motivalance@gmail.com ou 06 62 68 53 72

 

more...
No comment yet.
Scooped by Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance
Scoop.it!

5 Façons de permettre à son équipe de donner le meilleur

5 Façons de permettre à son équipe de donner le meilleur | motivalance | Scoop.it

Si vous suivez ce blog depuis quelque temps, vous savez que je suis un grand fan de donner le pouvoir, l’autonomie aux collaborateurs pour qu’ils puissent fonctionner au mieux. Quand j’ai remarqué le billet de Grant Derner, 5 Keys to Empowering Employees, j’ai été obligé de cliquer sur le lien. Telles deux âmes sœurs, tant Grant que moi croyons fermement que les employés veulent de nos jours contribuer à quelque chose de plus grand qu’eux-mêmes et espèrent être managés par des leaders dynamiques qui savent partager leur passion et leur vision de ce qu’ils font. Quand cela se produit dans une organisation, vous avez des sociétés comme Apple, Nike et des Electronic Arts qui créent les produits qui définissent des marchés et électrisent leurs clients.

Je pense que la même chose peut arriver dans toute équipe projet.

Voici les 5 clés de Derner:

1. Défier et inspirer

"La génération de talents moderne d’aujourd’hui désire personnellement contribuer à un niveau élevé et être ‘managée’ par les leaders qui inspirent et qui mettent au défi leur capacité d’innover et de produire des résultats par leur propre performance," écrit Derner. J’ai constaté que c’est vrai. J’ai découvert que les gens veulent vraiment contribuer à quelque chose de plus grand qu’eux-mêmes. Si nous pouvons créer un environnement où ils estiment que cela peut se matérialiser, ils relèvent typiquement le défi. Faire ceci exige que nous donnions aux gens un peu de liberté de prendre leurs propres décisions et que nous reconnaissions convenablement leurs accomplissements.

Lire la suite sur : http://www.motivalance.com/news/a5-fa%c3%a7cons-de-peremettre-a-son-equipe-de-donner-le-meilleur/

Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance's insight:

Découvrez notre site internet www.motivalance.com

Pour nous contactez: motivalance@gmail.com ou 06 62 68 53 72

more...
No comment yet.
Scooped by Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance
Scoop.it!

AUTO- COACHING : SAVOIR PERCEVOIR SANS JUGEMENT DE YANN COIRAULT

AUTO- COACHING : SAVOIR PERCEVOIR SANS JUGEMENT DE YANN COIRAULT | motivalance | Scoop.it

Yann Coirault, en réaction en réactiion a un précedent article sur ce même sujet de l’intuition dans le management de projet, m’a signalé son article et ouvrage sur le sujet. En voici un aperçu pour vous donner envie de les lire en entier.

Intuition nous vient d’Intuitio, qui signifie Regard, Coup d’œil. Voir, remarquer, seraient un premier pas pour activer l’intuition.

Que faisons-nous quand nous voyons ? Nous mélangeons émotion, observation, intuition, jugement. Certains accorderont plus d’importance à leur émotion (cerveau droit) ; d’autres, à leur observation rationnelle (cerveau gauche). En revanche, quelles que soient nos préférences cérébrales, nous nous construirons un cadre de référence qui nous permettra de nous faire une opinion plus vite et de manière plus fine. Nos capacités d’observation s’enrichissent en effet de notre expérience : plus on observe, mieux on observe !

L’intuition ne s’apprend pas à l’école.

Lire la suite sur  : http://www.motivalance.com/news/savoir-percevoir-sans-jugement-de-yann-coirault/

Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance's insight:

Découvrez notre site internet www.motivalance.com

Pour nous contactez: motivalance@gmail.com ou 06 62 68 53 72

more...
No comment yet.
Scooped by Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance
Scoop.it!

Spécial Evénements de Réseautage : 5 astuces pour entrer en contact et créer du lien en moins de 2 minutes ?

Spécial Evénements de Réseautage : 5 astuces pour entrer en contact et créer du lien en moins de 2 minutes ? | motivalance | Scoop.it

Je pense que l’une des choses les plus difficiles lors des événements de réseautage est tout simplement d’entamer une conversation avec quelqu’un sans se sentir maladroit.

Approcher quelqu’un de nouveau peut être stressant, mais cela n’a pas à l’être.

Alors, quelles façons naturelles et faciles de briser la glace ? Voici quelques trucs et astuces :

Allez piocher au buffet

En faisant la queue pour la nourriture, commencez à bavarder avec la personne à côté de vous. Ceci est une bonne occasion de commencer une conversation parce que vous avez déjà quelque chose en commun : la nourriture. Tout le monde pense la même chose : Que vais-je essayer ? Qu’est-ce qui paraît bon ?

Donc, au lieu de juste rester debout en silence, commencez une conversation. Voici quelques entrées en matière pour cette situation :

"Oh mon dieu, tout semble si bon … Que choisir ? je ne suis pas sûr! Qu’en pensez-vous ? ""Miam-miam, ils ont du ___! L’avez-vous jamais essayé ?""Hmm, je suis pas de ce qu’est ce plat … le sauriez-vous ?"

Qui sait, vous pourriez quitter le buffet avec une meilleure assiette de nourriture ET un nouveau contact! Pour moi, c’est du gagnant-gagnant.

Lire la suite sur : http://www.motivalance.com/news/special-evenements-de-reseautage-5-astuces-pour-entrer-en-contact-et-creer-du-lien-en-moins-de-2-minutes-/

Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance's insight:

Découvrez notre site internet www.motivalance.com

Pour nous contactez: motivalance@gmail.com ou 06 62 68 53 72

more...
No comment yet.
Scooped by Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance
Scoop.it!

Faire un 360° Flash

Faire un 360° Flash | motivalance | Scoop.it

Les leaders les plus efficaces identifient leurs forces et décident ensuite lesquelles développer davantage. Pour ce faire, vous devez avoir une vue claire de vous-même. Si votre société n’offre pas de processus formel de revues à 360°, vous pouvez conduire votre propre 360° informel en posant à vos collègues, responsables et équipe les questions suivantes :
Lire la suite sur : http://www.motivalance.com/news/faire-un-360%c2%b0-flash/

Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance's insight:

Découvrez notre site internet www.motivalance.com

Pour nous contactez: motivalance@gmail.com ou 06 62 68 53 72

more...
No comment yet.
Scooped by Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance
Scoop.it!

Le coaching centré sur la solution: une approche originale et efficace ! :: Motivalance

Le coaching centré sur la solution: une approche originale et efficace ! :: Motivalance | motivalance | Scoop.it

Tandis que la psychanalyse fait son apparition dans l’accompagnement au sein de l’entreprise dans le prolongement d’une démarche analytique classique centrée sur le(s) problème(s) rencontré(s) dont on cherchera à comprendre la genèse et les causes, se développe corrélativement une approche qui propose d’adopter un angle de vue radicalement différent. Issue de l’école de Palo Alto en Californie, berceau de la PNL (programmation neurolinguistique) et d’une nouvelle théorisation de la communication, elle se veut systémique et tournée vers les solutions directement actionnables par le sujet ou le groupe. Pour éclairer le lecteur, en voici les principaux postulats afin d’en comprendre la philosophie, le fonctionnement et la pertinence dans une démarche de coaching....
Lire la suite sur  : http://www.motivalance.com/news/le-coaching-centre-sur-la-solution-une-approche-originale-et-efficace-/

Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance's insight:

Découvrez notre site internet www.motivalance.com

Pour nous contactez: motivalance@gmail.com ou 06 62 68 53 72

more...
No comment yet.
Scooped by Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance
Scoop.it!

Comment transformer un groupe de travail en équipe ? Etapes 1 et 2 : Motivalance

Comment transformer un groupe de travail en équipe ? Etapes 1 et 2 : Motivalance | motivalance | Scoop.it

C’est le défi de tout manager, et cela passe par une vision collective, une confiance réciproque et des règles claires.

Vous pensez qu’il suffit de réunir des personnes à la fois compétentes et complémentaires pour former une équipe ? Pas si simple ! D’autant plus qu’un manager ne choisit pas toujours ses collaborateurs et qu’il doit souvent composer avec des personnes déjà en place. Fabienne, responsable du pôle marketing et communication opérationnelle, a ainsi hérité en arrivant de trois équipes aux métiers bien distincts, le marketing, la communication externe et l’agence interne.

Lire la suite : http://www.motivalance.com/news/comment-transformer-un-groupe-de-travail-en-equipe-etapes-1-et-2/

Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance's insight:

Découvrez notre site internet www.motivalance.com

Pour nous contactez: motivalance@gmail.com ou 06 62 68 53 72

more...
No comment yet.
Scooped by Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance
Scoop.it!

COMMENT TRANSFORMER UN GROUPE DE TRAVAIL EN ÉQUIPE ? ETAPES 5 ET 6

COMMENT TRANSFORMER UN GROUPE DE TRAVAIL EN ÉQUIPE ? ETAPES 5 ET 6 | motivalance | Scoop.it

Célébrez les succès avec l’équipe au grand complet

Le nouveau site Internet vient d’être mis en ligne, vous avez atteint ou dépassé l’objectif de chiffre d’affaires de l’année ? Félicitez individuellement chacun de vos collaborateurs, en face à face, au téléphone ou par écrit, communiquez dans le journal interne ou l’Intranet… Organisez un pot au bureau ou invitez toute l’équipe à dîner. Vous pouvez aussi attribuer une prime, lors d’un séminaire d’équipe. Qu’importe le lieu : ce qui compte, c’est de se retrouver hors des murs de l’entreprise pour partager des moments de convivialité. Sachez aussi fêter les résultats intermédiaires, pour entretenir la cohésion et la motivation de l’équipe.

Transformez les difficultés en autant d’occasions de progrès

Crise économique, baisse de résultats, restructurations, ou changements en tout genre, désaccords ou conflits entre personnes… la vie des entreprises s’apparente davantage à un parcours d’obstacles qu’à un long fleuve tranquille ! La capacité à les franchir avec brio serait même un des indicateurs de bonne santé d’une équipe. «On peut parler de “vraie équipe” à partir du moment où ses membres sont à l’aise avec les dissensions et capables d’en discuter ouvertement pour trouver des solutions.»

De temps en temps, le manager est obligé d’intervenir et d’arbitrer un conflit entre deux personnes. «Cela demande beaucoup d’habileté et d’énergie, mais attaquer le problème de front est incontournable. Lorsque deux individus qui partagent le même bureau refusent de se parler, cela peut pourrir l’ambiance générale.» Certaines situations nécessitent un coaching d’équipe pour améliorer les processus de fonctionnement ou résoudre un conflit.

«Cet accompagnement dans le temps dure de quelques mois à plus d’un an, avec en général des interventions mensuelles d’un coach extérieur à l’entreprise lors des réunions normales de l’équipe. Je me positionne alors surtout en observateur, mais je n’hésite pas à intervenir pendant la réunion ou en dehors si cela s’avère nécessaire.» Parfois, le manager-coach a besoin d’être coaché… Une démarche individuelle au service du collectif.

Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance's insight:

Découvrez notre site internet www.motivalance.com

Pour nous contactez: motivalance@gmail.com ou 06 62 68 53 72

more...
No comment yet.
Scooped by Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance
Scoop.it!

10 leçons de leadership à travers les films hollywoodiens

10 leçons de leadership à travers les films hollywoodiens | motivalance | Scoop.it

Avez-vous déjà été inspiré par un personnage de film ? Avez-vous déjà tiré une leçon, une morale en regardant un film ? Je pense que oui.

On apprend souvent d’un film même quand il ne parle pas de notre vécu et nos expériences.

Ils nous permettent de mieux comprendre la psychologie humaine même si nous appliquons rarement un exemple positif quand on voit un.

Voici 10 principes que vous avez oubliés ou que vous allez découvrir avec cet article, venus de grands succès du box-office comme Gladiator, Titanic, Matrix et Le Parrain. 


1/ Quelques fois, la meilleure façon de porter un coup, c’est de reculer. Mais à trop reculer, on finit par ne plus se battre. 

Million Dollar Baby, Eddie.

Prendre du recul et analyser la situation c’est nécessaire pour bien agir, mais à force de vouloir analyser la situation trop en détail avant d’agir, vous laisserez la peur et vos appréhensions vous dominer.

Analyser la situation de manière globale, ou si vous aimez les détails analyser les détails les plus importants pour prendre la bonne décision.

 

2/ Les grands hommes ne naissent pas dans la grandeur, ils grandissent.

Le Parrain.

On considère souvent que le charisme et le leadership sont des qualités innées alors que ces qualités sont dans la majorité des cas des acquis qu’on obtient avec l’apprentissage et l’expérimentation.

 

3/ Il y a une différence entre connaître le chemin et arpenter le chemin.

Matrix, Morpheus.

Si vous lisez beaucoup de livres sur le développement personnel sur la communication ou le business, expérimentez les principes que vous trouvez intéressants rapidement, car il existe toujours un écart entre la théorie et la pratique.

Entre le moment où vous allez apprendre une notion et le moment où vous saurez l’appliquer parfaitement il peut se passer des semaines, des mois et même des années.

 

4/ Les vrais hommes créent leur propre chance.
Titanic.

Beaucoup d’entre nous pensent que la chance nous tombe dessus, alors que c’est en recherchant des opportunités qu’on la trouve.

 

5/ « Il y a trois façon de faire les choses dans ce casino : la bonne façon, la mauvaise façon et ma façon. »
Casino, Sam ’Ace’ Rothstein.

L’art de s’imposer n’est pas réservé aux patrons de casinos.

Imposez votre manière de faire les choses si vous avez des responsabilités, écoutez les opinions des autres, mais montrez que c’est vous qui possèdez la responsabilité de prendre des décisions et que vous les assumez quelque soient les conséquences.

Montrez que vous êtes cohérent dans vos prises de décision et que vous n’êtes pas là pour prendre des décisions qui vont satisfaire leur égo.

 

6/ Je n’étais pas le meilleur parce que je frappai plus vite, j’étais le meilleur parce que la foule m’aimait… Gagne la foule, Maximus, et tu auras ta liberté !
Gladiator.

Vous pouvez être plus compétent que les autres, mais si vous ne vous affirmez pas et que vous ne communiquez pas autant que les autres sur votre spécialité, vous serez perçu comme moins compétent. C’est en communiquant qu’on gagne la foule et c’est en gagnant la foule qu’on arrive à la réussite.

Ceux qui sont les statuts les plus élevés (présidents, stars de la musique, journalistes) ne sont pas forcément les plus compétents, ce sont aussi ceux qui communiquent le plus avec leur public et qui partage la vision de leur public.

 

7/ « Ce ne sont pas nos capacités qui déterminent ce que nous sommes, Harry, ce sont nos choix ! « 

Harry Potter à l’école des sorciers, Dumbledore.

Nos choix déterminent ce que nous sommes, car ils reflètent plus notre personnalité que nos compétences.

Si vous avez un talent dans le domaine de la chanson et que votre rêve c’est de devenir journaliste parce que vous aimez ce métier vous ne serez jamais chanteur.

Si vous n’avez pas les compétences pour devenir journaliste alors que c’est votre rêve, votre détermination deviendra la meilleure de vos compétences, car elle vous donnera l’envie d’apprendre le métier de journaliste et la patience pour atteindre votre objectif.

 

8/ Il ne faut jamais sous-estimer le caractère prévisible de la bêtise humaine.

Snatch

Effectivement la bêtise humaine est souvent sous-estimée.Laurence J Peter et Raymond Hull montrent dans leur livre "Le principe de Peter" que la bêtise humaine et l’incompétence sont partout même dans les grandes entreprises.

Ils donnent dans leur livre de nombreux exemples comme celui de l’effondrement de trois tours géantes d’une centrale électrique anglaise qui avaient coûté plusieurs millions de dollars, mais qui ne pouvaient pas supporter un vent violent.

Si vous avez un doute sur une information avant de prendre une décision importante, vérifiez-la, même si sa source parait crédible.

 

9/ – « Vous êtes sans doute le pirate, le plus pitoyable dont on m’ait parlé. »
          »Au moins, on vous a parlé de moi. »  

Pirates des Caraibes, la malédiction du Black Pearl.

Si vous êtes amené à parler en public ou à prendre des décisions oubliez les a priori des autres, votre réputation (si elle est négative) et vos erreurs passées.

Une réputation peut évoluer vers le positif si vous montrez que vous êtes compétent et que vous arrivez à affirmer votre personnalité.


10/ « Je suis comme la poisse, j’arrive là où on ne m’attend pas. »

Indiana Jones et la dernière croisade, Indiana Jones.

Pour être remarquable il est indispensable de savoir surprendre, mais apprenez à surprendre quand c’est nécessaire.

 

Bonus :

11/Le monde est un terrain de jeu, tous les enfants savent ça, mais on finit par l’oublier en grandissant…

Yes man, Allison.

Motivalance- Nicolas Bureau- Développeur de Motivation et de Performance's insight:

Découvrez notre site internet www.motivalance.com

Pour nous contactez: motivalance@gmail.com ou 06 62 68 53 72

more...
No comment yet.