fluorescence dans le vin
48 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by huot paul from Autour de la chimie du vin
Scoop.it!

Quels sont les applications de la fluorescence dans les techniques d'analyse en viticulture

La fluorimétrie au service de la viticulture et de l’œnologie

L’utilisation d’outils de mesure reposant sur des méthodes optiques n’est pas nouvelle en œnologie.

Des méthodes faisant appel aux propriétés d’absorbance (spectrophotométrie) sont maintenant largement démocratisées. En revanche, d’autres méthodes exploitant les propriétés fluorescentes

des certaines molécules ont fait plus récemment leur apparition. La cytométrie en flux, qui permet de caractériser et de dénombrer des particules, des molécules ou encore des microorganismes est de

plus en plus utilisée dans les domaines de l’œnologie et de la microbiologie.

Mais la fluorimétrie ne se contente pas de révolutionner ces domaines elle trouve également des applications en viticulture.

En effet, depuis quelques années, des entreprises développent des fluorimétres dédiés au pilotage de la viticulture.

Le principe est le suivant : utiliser les propriétés d’absorbance et de fluorescence des certaines familles de composés (chlorophylles, flavonoïdes, anthocyanes) pour caractériser l’état physiologique

de la vigne ou des certains de ses organes (feuilles et grappes en particulier).

Les applications sont multiples : estimation de l’état de nutrition azoté, calcul de surface foliaire totale, état de maturité

des raisins, mesure de stress, …

Parmi ces multiples applications, le suivi de la teneur en anthocyanes des raisins est particulièrement

intéressant. Il permet de s’affranchir de méthode de dosage chimique, comme la méthode de Glories, destructive (prélèvement de baies), longue, couteuse.

Sur quels principes repose cette mesure ?

La teneur en anthocyane des baies est obtenues par excitation de la chlorophylle a et b dans le rouge et dans le vert. Dans la baie, les anthocyanes s’accumulent dans l’exocarpe, alors que l’essentiel de

la chlorophylle se trouve dans des tissus sous-jacents. Lorsqu’on émet un signal dont la longueur d’onde se situe dans le vert, seule une partie parvient aux chlorophylles, le reste étant absorbé

par les anthocyanes.

Alors que l’émission d’un signal dans le rouge parvient complètement aux chlorophylles, car les anthocyanes n’absorbent pas dans ces longueurs d’onde. Dans les deux cas, la chlorophylle qui possède des propriétés de fluorescence, passe par un état excité et revient à son

état fondamental en émettant un rayonnement dans le rouge du spectre.

 La différence d’intensité de fluorescence induite par ces deux types de longueur d’onde traduit l’ampleur de l’effet écran des anthocyanes. L’indice qui en découle est alors proportionnel à la concentration en anthocyanes (coefficient de corrélation de 0,87).

Quelles sont les applications :

La rapidité et la facilité de mesure rendent plus accessible le suivi régulier de l’accumulation des

anthocyanes. Cet élément vient donc compléter l’information apporté par le rapport sucre/acide

dans la décision d’une date de vendange.

La possibilité de réaliser ces mesures sur pied, et de géopositionner les points de mesure, permet de

cartographier ses parcelles ou de revoir son circuit de cueillette.


Via christian coelho
more...
Benjamin Gras's curator insight, March 20, 2014 4:01 AM

Cette méthode semble assez intéressante pour suivre l'évolution de la couleur sur les rouges. Cependant, je suis assez dubitatif sur le fait de déterminer la couleur précise d'un rosé, le choix du consommateur se fait selon moi sur une gamme de nuance (certains les préfèrent orangés, d'autres rosés, d'autres encore presque transparents). Connaitre la couleur précise selon les coordonnées L, a*, b* n'est pas primordiale à mon sens...

Benjamin Gras's curator insight, March 20, 2014 6:00 AM

Dans quelles situations le dosages des sucres nécessite t-il d'être aussi précis? Il semble que la précision de cette méthode n'est pas utile face à sa complexité. A l'exception peut-être du cadre de la recherche.

Benjamin Gras's curator insight, March 20, 2014 6:14 AM

Le chiffre concernant le nombre de bouteille frauduleuse est très impressionnant! De quelle source vient t-il? 

Ces contrôles sont t-il systématiques ou sont-il réalisés aléatoirement?

Scooped by huot paul
Scoop.it!

fluorescence dans le vin

fluorescence dans le vin | fluorescence dans le vin | Scoop.it
huot paul's insight:

La fluorimétrie au service de la viticulture et de l’œnologie

L’utilisation d’outils de mesure reposant sur des méthodes optiques n’est pas nouvelle en œnologie. Des méthodes faisant appel aux propriétés d’absorbance (spectrophotométrie) sont maintenant largement  démocratisées. En revanche, d’autres méthodes exploitant les propriétés fluorescentes des certaines molécules ont  fait plus récemment leur apparition. La cytométrie en flux, qui permet de caractériser et de dénombrer des particules, des molécules ou encore des microorganismes est de plus en plus utilisée dans les domaines de l’œnologie et de la microbiologie. Mais la fluorimétrie ne se contente pas de révolutionner ces domaines elle trouve également des applications en viticulture. En effet, depuis quelques années, des entreprises développent des fluorimétres dédiés au pilotage de la viticulture.

Le principe est le suivant : utiliser les propriétés d’absorbance et de fluorescence des certaines familles de composés (chlorophylles, flavonoïdes, anthocyanes) pour caractériser l’état physiologique de la vigne ou des certains de ses organes (feuilles et grappes en particulier). Les applications sont multiples : estimation de l’état de nutrition azoté, calcul de surface foliaire totale, état de maturité des raisins, mesure de stress, …

Parmi ces multiples applications, le suivi de la teneur en anthocyanes des raisins est particulièrement intéressant. Il permet de s’affranchir de méthode de dosage chimique, comme la méthode de Glories, destructive (prélèvement de baies), longue, couteuse.

Sur quels principes repose cette mesure ?

La teneur en anthocyane des baies est obtenues par excitation de la chlorophylle a et b dans le rouge et dans le vert. Dans la baie, les anthocyanes s’accumulent dans l’exocarpe, alors que l’essentiel de la chlorophylle se trouve dans des tissus sous-jacents. Lorsqu’on émet  un signal dont la longueur d’onde se situe dans le vert, seule une partie parvient aux chlorophylles, le reste étant absorbé par les anthocyanes. Alors que l’émission d’un signal dans le rouge parvient complètement aux chlorophylles, car les anthocyanes n’absorbent pas dans ces longueurs d’onde. Dans les deux cas, la chlorophylle qui possède des propriétés de fluorescence, passe par un état excité et revient à son état fondamental en émettant un rayonnement dans le rouge du spectre. La différence d’intensité de fluorescence induite par ces deux types de longueur d’onde traduit l’ampleur de l’effet écran des anthocyanes. L’indice qui en découle est alors proportionnel à la concentration en anthocyanes (coefficient de corrélation de 0,87).

Quelles sont les applications :

La rapidité et la facilité de mesure rendent plus accessible le suivi régulier de l’accumulation des anthocyanes. Cet élément vient donc compléter l’information apporté par le rapport sucre/acide dans la décision d’une date de vendange.

La possibilité de réaliser ces mesures sur pied, et de géopositionner les points de mesure, permet de cartographier ses parcelles ou de revoir son circuit de cueillette.

more...
Annabelle Defrance's curator insight, March 18, 2014 8:38 AM

Cet article nous semple plutôt complet.
Quel est le prix d'une telle analyse via la fluorescence par hectare ? Une autre méthode aux résultats similaires existe dans le domaine de l'infrarouge, d'après vous, quelle est la méthode la plus judicieuse?