Florilège
194.1K views | +14 today
Follow
Florilège
Lu, vu & entendu
Curated by Bechir Houman
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Bechir Houman
Scoop.it!

Bientôt un climatosceptique à la tête de l’Agence de protection de l’environnement ?

Bientôt un climatosceptique à la tête de l’Agence de protection de l’environnement ? | Florilège | Scoop.it

Le président élu américain Donald Trump aurait retenu Scott Pruitt, ministre de la Justice de l'Oklahoma et proche de l'industrie des énergies fossiles, pour diriger l'Agence de protection de l'environnement (EPA), selon des médias citant un responsable de son équipe de transition.


Sa candidature n'a pas encore été validée par le Sénat, mais le républicain Scott Pruitt, 48 ans, vient d'être nominé par le président élu Donald Trump pour occuper la tête l'agence de protection de l'environnement (EPA)... contre laquelle il a passé l'essentiel de son temps comme ministre de la Justice de l'Oklahoma à se battre. Parmi ses faits d'armes à ce précédent poste : une bataille judiciaire contre les mesures réglementaires du président Barack Obama pour réduire les émissions de gaz à effet de serre des centrales électriques au charbon, mises en oeuvre par l'EPA. Donald Trump avait ainsi promis durant sa campagne de défaire les lois et réglementations pour la protection de l'environnement et la lutte contre le réchauffement climatique, accusant  Obama d'avoir déclaré la guerre au charbon, un sujet électoral sensible dans plusieurs états. Il avait également fait part de son intention de retirer les États-Unis, deuxième émetteur mondial de gaz à effet de serre après la Chine, de l'accord de Paris sur le climat signé fin 2015 par 192 pays. Il avait toutefois semblé modérer quelque peu ses positions une fois élu, disant au New York Times qu'il gardait l'esprit ouvert sur le sujet.

Ces dernières années, sous l'impulsion de Scott Pruitt, 28 États ont entamé une action en justice contre les réglementations de l'EPA visant à réduire les émissions des centrales électriques au charbon. L'affaire devrait être départagée dans une cour de district fédérale, mais les experts s'attendent à ce que cette procédure fasse l'objet d'un recours devant la Cour suprême. Plusieurs voix se sont déjà élevées chez les défenseurs de l'environnement pour critiquer le choix de Pruitt, parmi lesquelles notamment le sénateur Bernie Sanders, ancien candidat à l'investiture démocrate contre Hillary Clinton. "Au moment où le changement climatique représente la plus grande menace environnementale pour toute la planète, il est triste et dangereux que Trump ait nommé Scott Pruitt pour diriger l'EPA", a-t-il déploré dans un communiqué. 

"Scott Pruitt a non seulement déclaré ne pas croire au changement climatique, mais c'est aussi quelqu'un qui a travaillé étroitement avec l'industrie des énergies fossiles pour rendre ce pays plus dépendant à cette source énergétique", a-t-il ajouté.

L'agence de protection de l'environnement (EPA), la première du genre, a été créée en 1970. Elle emploie aujourd'hui un peu plus de 15 000 personnes. Elle a pour mission de conduire des études et de proposer des lois sensées protéger l'environnement et la santé humaine. Ses actions s'exercent tant dans le domaine de la qualité de l'eau et de l'air que de la gestion des terres, des pollutions, la surveillance des espèces protégées, la gestion des déchets, ou des pesticides. Elle s'intéresse au changement climatique depuis fin 2007, année pendant laquelle elle a notamment publié un document reconnaissant les dangers du changement climatique pour l'homme. L'agence a publié plus d'une quarantaine de textes de loi depuis sa création. Elle a contribué à bannir l'usage de l'insecticide DDT (1972), à rendre obligatoire l'installation des pots catalytiques sur les véhicules, à bannir l'usage des composés fluorocarbonés (1978), ou encore à étudier l'effet du tabagisme passif et à établir sa nocivité (1993). Son budget annuel est d'un peu plus de 8 milliards de dollars.

Bechir Houman's insight:
C'est comme avoir un pyromane pour lutter contre les feux de forêt...
more...
No comment yet.
Scooped by Bechir Houman
Scoop.it!

Révélation Snowden : l’Afrique et les télécoms sous surveillance massive

Révélation Snowden : l’Afrique et les télécoms sous surveillance massive | Florilège | Scoop.it

Les documents des archives Snowden, fournies par l’ancien consultant de la NSA à Glenn Greenwald et Laura Poitras et consultés par Le Monde en collaboration avec The Intercept montrent notamment que, loin de se consacrer exclusivement à la traque des organisations terroristes, les services de renseignement britanniques et américains consacrent une large part de leurs ressources à l’espionnage économique et diplomatique. Et bénéficient pour ce faire d’un gigantesque réseau de surveillance électronique, qui s’appuie aussi, en Afrique, sur d’importants moyens de surveillance des communciations par satellite.

L’Afrique sous surveillance satellitaire


Le Monde a pu constater que la surveillance des flux satellitaires, que l’on pensait quelque peu délaissée par le monde du renseignement au profit des câbles sous-marins, demeure une source d’information de premier choix. Près d’une centaine de relevés d’interceptions du GCHQ britannique révèlent que le continent africain est largement visé par des interceptions satellitaires.

Toutes les élites africaines visées


Le vaste système de collectes d’informations des services américains et britanniques est très loin de se limiter aux groupes armés et terroristes : dans une vingtaine de pays, ce sont les élites politiques, militaires et économiques africaines qui sont ciblées. Sans oublier, bien sûr, leurs représentations diplomatiques, et celles d’autres pays sur place - dont des abassadeurs français.

Depuis les organisations non-gouvernementales comme Médecins sans frontières, jusqu’aux cadres des Nations Unies, les documents du GCHQ montrent que les collectes massives des services de renseigenement visent aussi - surtout ? - la protection d’intérêts diplomatiques ou commerciaux. En RDC, objet d’une collecte abondante, ce sont avant tout les ressources minières qui préoccupent les espions britanniques.

La chasse aux secrets des techniciens des opérateurs télécoms
Pour protéger, améliorer et maintenir leur système de collecte de données, les espions britanniques et américains visent tout particulièrement les techniciens travaillant chez les opérateurs. A commencer par les spécialistes du roaming, la technologie permettant de passer des appels sur mobile depuis l’étranger.


Mais cette collecte ne se limite pas aux techniciens spécialisés : en France, le PDG d’OVH, le plus grand hébergeur de sites Web d’Europe, a été directement visé par les services de renseignement.

Bechir Houman's insight:
L'espion qui nous aime ...
more...
No comment yet.
Scooped by Bechir Houman
Scoop.it!

Un homme découvre sur Facebook que son épouse est bigame

Un homme découvre sur Facebook que son épouse est bigame | Florilège | Scoop.it

Un habitant du pays de Galles a eu le choc de sa vie en découvrant que sa femme venait de se marier en cachette avec son amant, via des photos de la cérémonie postées sur Facebook par l'épouse bigame, raconte mardi le Daily Telegraph. 

 
Lisa Everard, 35 ans, a eu beau expliquer à son époux qu'elle ne portait pas une robe de mariée mais qu'elle était demoiselle d'honneur au mariage d'une amie, Elliott Everard, un vendeur de 38 ans, a voulu en avoir le coeur net et a vérifié le registre de la municipalité. 


Mariée depuis quatre ans avec Elliott et déjà deux fois divorcée, Lisa s'était en fait unie secrètement -- et illégalement -- en juillet à son amant. 

 
Le mari ulcéré a porté plainte. "Il a eu l'impression que le ciel lui tombait sur la tête", a décrit son avocat. 

 
Le juge du tribunal de Cardiff (sud-ouest de l'Angleterre) a dénoncé "l'égoïsme" de l'épouse bigame et sa "tromperie" et l'a condamnée à 150 heures de travaux d'intérêt général, précise le journal. 

 
Mère de quatre enfants, deux d'un précédent mariage et deux avec Elliott, l'aide-soignante a dû quitter le confortable domicile conjugal numéro un de Chepstow pour aller s'installer avec son mari numéro deux dans un logement social.

Bechir Houman's insight:
Le mari ulcéré a porté plainte. "Il a eu l'impression que le ciel lui tombait sur la tête", a décrit son avocat.
more...
No comment yet.
Scooped by Bechir Houman
Scoop.it!

Même pas peur, mode d’emploi

Même pas peur, mode d’emploi | Florilège | Scoop.it

Le 15 janvier 2009, le commandant Chesley Sullenberger – héros du film de Clint Eastwood, Sully  accomplit le « miracle sur l’Hudson » : après avoir heurté un vol d’oiseaux, il pose son appareil et ses 155 passagers sur le fleuve, face à Manhattan. 


C’est l’un des trois amerrissages connus d’avions de ligne qui n’ont fait aucune victime. À l’écran, le commandant de bord incarné par Tom Hanks fait preuve d’un exemplaire sang-froid devant cette situation de l’extrême.

Certes, il ne nous est pas donné chaque jour de poser un appareil en détresse ! Toutefois, notre quotidien est ponctué de situations dangereuses, propices à la panique et ouvrant les vannes à toutes les peurs. « Face au danger, la peur est le premier réflexe chez les personnes saines. Les réflexes de la peur sont fournis dans le kit de survie que l’on nous offre à la naissance. Quelqu’un qui n’a pas peur, cela m’effraie », avoue spontanément Hervé Magnin, psychothérapeute comportementaliste, auteur notamment de Surmonter ses peurs (éd. Jouvence, 2008). Quatre de ses conseils pour mieux vivre ses peurs et tenter de conserver son sang-froid en toute situation :

Apprendre à apprivoiser la peur

Même lorsqu’elle vient à nous paralyser, la peur est nécessaire. « Ce qui est admirable et qui me semble héroïque, c’est d’avoir peur et de gérer cette peur de manière intelligente et courageuse », considère Hervé Magnin. Dans certaines situations, « on peut avoir intérêt à opter pour l’évitement. Mais cela peut aussi être un très mauvais choix : avoir peur de dire “je t’aime”, c’est peut-être passer à côté d’une belle histoire d’amour ». Qu’on se le dise !

« On a tous le trouillomètre plus ou moins mal réglé », explique le psychothérapeute. D’un côté, les froussards, de l’autre les casse-cou qui prennent des risques souvent inconsidérés. Pour trouver un juste milieu, il faut avoir préalablement apprivoisé un certain nombre de ses craintes ainsi que le processus de la peur (et son lot de symptômes déstabilisants). « Le problème, c’est qu’on a peur de la peur. Devenir ami(e) avec elle, l’étudier, la considérer, l’accueillir en soi lorsqu’elle se manifeste me semble être l’un des plus sages apprentissages à faire dans nos vies », souligne Hervé Magnin.

Expérimenter la trouille et le manifester présente de nombreux intérêts, ne serait-ce que pour faire tomber un tabou. « Dans nos sociétés, il faut cacher sa peur. Du coup, on se retrouve non seulement seul face à elle, mais aussi coupable de l’éprouver. Il faut sortir de ce processus et faire son coming out ! »

Se confronter à ce qui effraie

Quand on n’a pas l’habitude d’éprouver le frisson, qu’on n’arrive pas à retrouver son sang-froid, le jugement en est altéré. Bonne nouvelle, ce n’est pas une fatalité. Plus on se confronte à un grand nombre de frayeurs, plus on apprend. « Se mettre dans des situations d’insécurité, voire d’adversité, s’exposer à des situations nouvelles, complexes, et plus ou moins dangereuses, permet de repousser ses limites et de faire face, à terme, à une situation inattendue dans un état émotionnel qui n’est pas paralysant », explique Hervé Magnin.

Ne pas en priver les enfants

La vie se charge habituellement de nous confronter à la trouille, et ce dès l’enfance. « L’une des phrases que ne devrait jamais prononcer un parent à son enfant est  “N’aie pas peur !”, car c’est une invitation à ne pas accueillir la peur, une injonction qui signifie à l’enfant qu’il n’a pas le droit d’avoir cette émotion-là ! » Pour le psychothérapeute, il importe que l’enfant l’expérimente, en parle et la partage avec ses proches afin de comprendre comment se comporter face à telle ou telle situation. Il importe aussi de découvrir ce qu’il se passe sur le plan symptomatique : lorsque la peur survient, le rythme cardiaque et la respiration s’accélère, l’agitation gagne… « Repérer ces symptômes, c’est aussi apprendre à les dédramatiser et à les faire disparaître. »

En parler pour exorciser

Une fois la peur éprouvée, rencontrée et reconnue, il est temps d’apprendre à la surmonter. « Quand on parle de sa peur avec quelqu’un, lorsque ce dernier ne l’éprouve pas, lui va avoir le recul nécessaire, mentalement, intellectuellement, philosophiquement pour pouvoir, par un jeu de miroirs, nous renvoyer les incohérences cognitives de notre peur. Il nous aide à prendre la distance nécessaire et nous permet de sortir des pensées linéaires et souvent simplistes qu’on a quand on a peur », avance Hervé Magnin. Un travail sur soi, et avec soi, et un prolongement avec l’autre pour gagner en sang-froid.

« On est des êtres d’émotions : soit on est dans le refoulement – et là, rien ne va plus – soit on accepte ses émotions et on est envahi par elles – et là, ça ne va pas non plus, observe-t-il. Ou alors on accueille ses émotions, on vit avec elles et on en prend le contrôle, même relatif. C’est comme cela qu’on va trouver le sang-froid, et le conforter. Il nous appartient de nous appartenir. »

Bechir Houman's insight:
Repérer les symptômes de la peur chez soi, pour se maîtriser, et chez l’autre, pour savoir comment réagir.
more...
No comment yet.
Scooped by Bechir Houman
Scoop.it!

19 valeurs fondamentales : lesquelles vous guident ? Faites le test

19 valeurs fondamentales : lesquelles vous guident ? Faites le test | Florilège | Scoop.it

Ce test, le « Questionnaire des valeurs par portraits - révisé », publié par le psychologue social Shalom H. Schwartz et ses collègues (1), évalue 19 valeurs fondamentales qui, selon leur modèle, incluraient l'ensemble des valeurs et seraient universelles.

Ce test est la révision d'une première version, publiée en 2001, qui évaluait 10 valeurs fondamentales (2). Le nouveau modèle de 19 valeurs est beaucoup plus précis et prédit mieux les attitudes et les comportements, soulignent les auteurs.

Selon la définition de ces chercheurs, les valeurs :

1- sont des croyances associées à des émotions (c'est-à-dire des croyances qui tiennent à cœur),
2- réfèrent à des buts désirables motivant l'action,
3- transcendent les actions et les situations spécifiques (sont transsituationnelles),
4- servent de normes pour évaluer les actions, les politiques, les gens et les événements,
5 forment un système hiérarchique relativement durable, ordonné par importance.


S'ajoutent deux autres caractéristiques :

6- l'impact des valeurs sur les décisions quotidiennes est rarement conscient,
7- et c'est l'importance relative des multiples valeurs concurrentes qui guident toute action ou attitude, c'est-à-dire les compromis entre les valeurs.


Ces 19 valeurs sont organisées sur un continuum circulaire dans lequel les valeurs rapprochées sont compatibles et celles éloignées sont conflictuelles. Cette représentation graphique circulaire permet de visualiser rapidement la hiérarchie des valeurs.

Voyez, au moyen de ce test de 57 brèves questions, quelles sont vos valeurs dominantes.

Bechir Houman's insight:
Voyez, au moyen de ce test de 57 brèves questions, quelles sont vos valeurs dominantes. FAITES LE TEST (gratuit, sans inscription requise) cliquez juste sur ce lien : 
more...
No comment yet.
Scooped by Bechir Houman
Scoop.it!

Dormir fâché et les émotions négatives restent

Dormir fâché et les émotions négatives restent | Florilège | Scoop.it
«Avec la consolidation (des souvenirs) qui a lieu pendant la nuit, de rapides changements se produisent dans l'organisation de la mémoire émotionnelle», explique un article, publié dans la revue scientifique Nature Communications.

L'équipe de sept chercheurs, basés en Chine, aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, a demandé à un groupe de 73 étudiants de sexe masculin de mémoriser des associations entre des paires d'images: des photographies montrant un visage neutre d'une part et des images provoquant la répulsion d'autre part.

Ils leur ont ensuite montré de nouveau les clichés de visages, en leur demandant d'éliminer volontairement le souvenir négatif qu'ils y avaient associé. La même activité a ensuite été répétée le lendemain, avec d'autres images.

Souvenirs dispersés dans le cerveau

«Les résultats ont montré que les participants avaient plus de mal à supprimer les souvenirs négatifs après une nuit de sommeil», expliquent les auteurs.

Pendant l'expérience, ils ont mesuré l'activité du cerveau des participants. Cela leur a permis d'observer que «les circuits neuronaux impliqués dans l'élimination des souvenirs, initialement centrés sur l'hippocampe, sont ensuite devenus plus dispersés dans le cerveau, un changement qui semble être ce qui rend les souvenirs négatifs plus difficiles à supprimer».

Des études précédentes sur le contrôle cognitif avaient montré que les gens pouvaient éliminer des souvenirs de façon volontaire. On ne connaissait toutefois pas l'influence du sommeil sur cette capacité, a expliqué à l'AFP Yunzhe Liu, de l'institut pour la recherche sur le cerveau de Pékin.

Ces résultats impliquent aussi «qu'il y a peut-être des raisons neurobiologiques qui expliquent la difficulté à éliminer des souvenirs et des émotions négatifs dans des cas de troubles affectifs» tels que le syndrome de stress posttraumatique, ajoute l'article. (ats/nxp)
Bechir Houman's insight:
Les souvenirs liés à des émotions négatives sont plus difficiles à oublier après une nuit de sommeil, selon une étude
more...
No comment yet.
Scooped by Bechir Houman
Scoop.it!

Comment se remettre de la mort d’un proche ?

Comment se remettre de la mort d’un proche ? | Florilège | Scoop.it

Vous avez perdu un ami, un parent, un proche. Une douleur d'autant plus vive que vous n'aviez jamais été confronté à la mort. Comment traverser cette épreuve ? 


Quelques pistes pour apprivoiser la souffrance, vivre ce deuil et reprendre la route de votre vie.


La suite sur ce lien : http://www.reussirmavie.net/Comment-se-remettre-de-la-mort-d-un-proche_a2568.html

more...
No comment yet.
Scooped by Bechir Houman
Scoop.it!

La dépression souvent suivie d'arthrite et de troubles digestifs ; l'anxiété suivie de maladies de la peau

La dépression souvent suivie d'arthrite et de troubles digestifs ; l'anxiété suivie de maladies de la peau | Florilège | Scoop.it
La dépression est plus souvent suivie d'arthrite et de troubles digestifs et les troubles anxieux, de maladies de la peau, selon une étude publiée dans la revue PLOS ONE.

Les psychologues Marion Tegethoff et Gunther Meinlschmidt des universités de Bâle et Ruhr Bochum, ont, avec leurs collègues, analysé la relation temporelle de maladies physiques et mentales chez 6 483 adolescents américains âgés de 13 à 18 ans.

Certaines maladies physiques avaient tendance à se produire plus fréquemment chez les adolescents qui avaient déjà souffert de certains troubles mentaux. De même, certains troubles mentaux avaient tendance à se produire plus fréquemment après l'apparition de maladies physiques particulières.

Les troubles de l'humeur tels que la dépression étaient fréquemment suivis par l'arthrite et des maladies du système digestif, alors les troubles anxieux étaient plus souvent suivis par des maladies cutanées.

Les troubles anxieux étaient plus fréquents si la personne souffrait déjà d'une maladie cardiaque. L'épilepsie était suivie par un risque accru de troubles alimentaires.

Ces associations temporelles attirent l'attention sur des processus qui pourraient concerner à la fois des maladies physiques et des troubles mentaux, soulignent les chercheurs.

Il ne s'agit pas de la première étude à montrer des relations entre des troubles mentaux et physiques. Dans une étude publiée en 2015 notamment, des chercheurs ont identifié plusieurs troubles physiques en lien avec le trouble panique et les troubles anxieux. Une étude publiée en 2010 montrait aussi que les personnes atteintes de trouble bipolaire avaient un risque plus élevé de plusieurs maladies.
more...
No comment yet.
Scooped by Bechir Houman
Scoop.it!

Un groupe de scientifiques alerte Hillary Clinton sur des fraudes durant l’élection présidentielle américaine 

Un groupe de scientifiques alerte Hillary Clinton sur des fraudes durant l’élection présidentielle américaine  | Florilège | Scoop.it

Une équipe de scientifiques américains a alerté les équipes de campagnes de l’ancienne candidate démocrate à l’élection présidentielle américaine Hillary Clinton, assurant avoir des preuves de fraudes survenues dans trois états. En parallèle, Jill Stein, la candidate écologiste, a lancé une levée de fonds pour engager une procédure de recompte des voix.

La campagne présidentielle américaine a beau être terminée avec l’élection du sulfureux candidat républicain Donald Trump à la tête des États-Unis, celle-ci pourrait connaître un nouveau rebondissement au cours des prochains jours. En effet, un groupe de scientifiques mené par le directeur du Centre pour la sécurité informatique et la société de l’université du Michigan Alex Halderman a alerté Hillary Clinton et ses équipes sur de potentielles fraudes durant les élections.

Ces scientifiques auraient en leur possession des preuves de manipulations du nombre des votes dans trois états qui sont tombés du côté de Donald Trump : le Michigan, la Pennsylvanie et le Wisconsin. Des affirmations qui pourraient toutefois être compliquées à vérifier et pour le moment, aucun de ces scientifiques n’a dévoilé publiquement les preuves pouvant confirmer leurs doutes sur la bonne tenue de l’élection. Notons d’ailleurs que Fivethirtyeight, un site spécialisé dans l’analyse statistique indique quand à lui ne pas avoir trouvé d’écart significatif.


La date limite pour le recompte des votes est fixée au vendredi 25 novembre dans le Wisconsin, lundi 28 novembre en Pennsylvanie et mercredi prochain dans le Michigan, nous apprend le New York Magazine. Bien décidée à ce que ce recomptage ait lieu, la candidate écologiste Jill Stein a lancé un site web destiné à récolter des fonds pour engager cette procédure. À cette heure, 3,5 millions de dollars ont été levés et l’objectif est d’en recueillir 6 à 7 millions pour couvrir les frais de recomptage.

Dans ces États, une telle procédure est en effet possible. Elle est alors à la charge du candidat qui le demande sauf si à l’issue du recomptage, le processus de vote est modifié. « Le recomptage n’a pas pour objectif d’aider Hillary Clinton, mais de montrer que le système de vote américain n’est pas digne de confiance », écrit Jill Stein sur son site. « Cet effort pour s’assurer de l’intégrité de l’élection est entre vos mains ».

more...
Rouabeh Mohsen's curator insight, December 9, 3:14 PM
Share your insight
Scooped by Bechir Houman
Scoop.it!

Formule 1 : Nico Rosberg sacré champion du monde

Formule 1 : Nico Rosberg sacré champion du monde | Florilège | Scoop.it

Lewis Hamilton a remporté dimanche le dernier Grand Prix de la saison, à Abou Dhabi, mais c’est son coéquipier chez Mercedes, l’Allemand Nico Rosberg, qui s’empare du titre de champion du monde.

Nico Rosberg a réalisé son rêve et fermé le bec de ses détracteurs en devenant champion du monde de Formule 1, dimanche à Abou Dhabi, ce qui lui permet de rejoindre au palmarès son père Keke, sacré en 1982.

Rosberg a surtout réussi à battre la référence suprême de la F1 moderne, son coéquipier Lewis Hamilton, à armes égales, et montré à Bernie Ecclestone, le promoteur historique de la F1, et à bien d’autres experts du paddock, qu’il mérite largement ce titre, au terme d’une saison très aboutie.

Son père Keke, le Finlandais moustachu, n’avait remporté qu’un seul GP pour être sacré en 1982 dans une Williams, puis il en a remporté quatre autres entre 1983 et 1985. Nico déjà fait beaucoup mieux : 23 victoires depuis 2012, dont neuf cette année.

Deuxième de la course derrière son coéquipier de Mercedes, le Britannique Lewis Hamilton. L’Allemand Sebastian Vettel complète le podium émirati. Les deux pilotes de Mercredes ont remporté 19 (10 pour Hamilton, 9 pour Rosberg) des 21 courses de la saison. Lewis Hamilton échoue quant à lui dans sa quête d’égaler Alain Prost et Sebastian Vettel, auréolé de quatre titres de champion du monde au cours de leurs carrières.



Le fait de battre Hamilton, même si le triple champion du monde anglais a rencontré des problèmes mécaniques, montre bien que Rosberg a passé un cap. Alors qu’il avait subi sa loi en 2014 et 2015, il n’a jamais renoncé et s’est mis à travailler encore plus, avec ses ingénieurs, sur ses réglages et ses départs, pour devenir un meilleur pilote.

Nouvelle stature

Le fils de Keke a pris confiance en lui et a réussi, ces dernières semaines, à être plus décontracté quand Hamilton tentait, en vain, de le déstabiliser. Il n’est tombé dans aucun piège médiatique et a mieux géré sa communication, notamment sur les réseaux sociaux. Hamilton, forcément, s’est rendu compte de cette nouvelle stature.

Né d’un père finlandais, le célèbre Keke, et d’une mère allemande, Sina, le 27 juin 1985 à Wiesbaden, Rosberg a été élevé en Principauté de Monaco et a débuté en karting, à six ans, comme Hamilton. Il a aussi été le coéquipier du Britannique en karting, en 2000 et 2001, une époque où les deux adolescents étaient les meilleurs amis du monde.

Rosberg est désormais un père de famille épanoui, et surtout un pilote moderne et polyglotte, capable de s’exprimer parfaitement dans cinq langues... sauf le Finlandais. Et comme il avait un papa célèbre, il a toujours dû se battre pour prouver qu’il méritait vraiment d’être en F1, pas seulement parce que les fées monégasques s’étaient penchées sur son berceau.

« Ma mère a grandi dans l’Allemagne d’après-guerre et elle fumait les mégots des soldats américains », a confié Rosberg au Guardian, dans une interview-vérité. « Et j’ai toujours eu horreur d’acheter des blue-jeans avec l’argent de mon père », a-t-il même ajouté.

more...
No comment yet.
Scooped by Bechir Houman
Scoop.it!

La folle histoire des scientifiques nazis qui ont développé la mission Apollo

La folle histoire des scientifiques nazis qui ont développé la mission Apollo | Florilège | Scoop.it

Pendant quinze ans, quatre-vingt-huit d'entre eux –exfiltrés dans la plus grande discrétion–, ont mis leur savoir-faire au service de l'armée américaine et de la Nasa, jouant un rôle majeur pendant la Guerre froide.

Les bombes atomiques lâchées sur Hiroshima et Nagasaki n'ont pas été les seules armes de destruction développées au cours de la Seconde Guerre mondiale. Le Smithsonian nous rappelle que les scientifiques nazis avaient peaufiné de redoutables agents infectieux et gaz neurotoxiques, ou encore les célèbres missiles V-1 et V-2.


En découvrant le niveau de technicité des armes développées par la «rocket team», Russes et Américains se sont mis à convoiter le savoir-faire des scientifiques qui les avaient imaginées. Ce serait Wernher von Braun, ingénieur et inventeur du missile V-2 , qui aurait proposé ses services aux autorités américaines. Pourquoi les États-Unis?


«Nous méprisons les Français; les Russes nous terrifient; nous ne pensons pas que les Anglais aient les moyens de nous payer; donc tout ce qu'il nous reste, ce sont les Américains.»


Ainsi commence l'opération «Paperclip», ou trombone en français. Annie Jacobsen, l'auteur du livre Operation Paperclip: The Secret Intelligence Program That Brought Nazi Scientists To America, évoque la stupéfaction des Américains, qui n'avaient «aucune idée qu'Hitler avait créé tout cet arsenal de gaz neurotoxiques, ou qu'il travaillait sur la peste bubonique. C'est là que l'opération Paperclip a vu le jour, quand le Pentagone a soudain réalisé, qu'ils se sont dit “Attendez, il nous faut ces armes!”».

Opération secrète


L'armée américaine a donc entrepris de «blanchir» le passé trouble de ces 88 «prisonniers de paix», le surnom qu'eux-mêmes s'étaient donné. Difficile, quand on sait que Wernher von Braun se fournissait en main d'œuvre auprès du camp de concentration de Buchenwald et que de nombreux témoignages relatent les déplorables condition de travail de ces derniers : l'élaboration du missile V-2 aurait fait 20.000 victimes, deux fois plus que son utilisation comme arme.


L'Opération Paperclip est restée longtemps secrète: plusieurs décennies se sont écoulées avant que les agents du Bureau des enquêtes spéciales du département de la Justice eux-mêmes, pourtant chargés de traquer les Nazis, en aient vent. Wernher von Braun et son équipe ont ainsi élaboré pour le compte de l'armée américaine des missiles balistiques dont le fameux Jupiter, qui joua un rôle-clef pendant la Guerre froide (45 missiles Jupiter furent déployés entre la Turquie et l'Italie, pointant vers l'Union soviétique).


En 1960, l'équipe est transférée dans les bâtiments de la toute jeune Nasa. Les «prisonniers de paix» participent aux premiers programmes américains de vols habités Mercury et Gemini et commence à fabriquer les fusées Saturn, dont l'énorme Saturn V du programme Apollo (3.000 tonnes), qui prendra part à la conquête de la Lune.

Entre temps, Von Braun, comme certains de ses compagnons d'aventure, ont acquis la citoyenneté américaine. C'est sous son égide que les équipes d'ingénieurs de la Nasa mettent au point les technologies spatiales qui permettront de mettre les équipages des missions Apollo en orbite terrestre avant de les envoyer vers la Lune. Un exploit sans précédent qui incite en 1970 la direction de l'agence à lui offrir un poste à Washington, au siège. L'ancien Nazi y chapeautera les efforts stratégiques de la Nasa. 

more...
No comment yet.
Scooped by Bechir Houman
Scoop.it!

Bob Dylan n’ira pas chercher son prix Nobel

Bob Dylan n’ira pas chercher son prix Nobel | Florilège | Scoop.it

in du suspense. L’Académie Nobel a publié, mercredi 16 novembre, un communiqué pour annoncer que le lauréat de son prix de littérature 2016, Bob Dylan, ne se rendrait pas à Stockholm le 10 décembre afin de chercher sa récompense. « Il aurait souhaité pouvoir recevoir le prix en personne, mais d’autres engagements font que c’est malheureusement impossible, précise l’Académie, qui a reçu une lettre d’explication du chanteur américain. Il a souligné qu’il se sentait extrêmement honoré par ce prix Nobel ».

Depuis l’annonce de sa distinction, le 13 octobre, l’auteur de Blowin’ In the Wind, 75 ans, avait fait souffler le froid, puis le chaud. Le soir même, il donnait un concert à Las Vegas sans faire la moindre mention au prix et en terminant son récital par une reprise d’une chanson de Frank Sinatra, Why Try To Change Me Now? (« Pourquoi tenter de me changer maintenant ? »). Idem les jours suivants. Son étrange et long silence, en dépit des relances de l’Académie, avait été qualifié d’« impoli et arrogant » par l’académicien Pär Per Wästberg.

Une situation « pas exceptionnelle »

Coup de théâtre le 28 octobre : l’Académie informait que le lauréat acceptait la récompense, heureuse nouvelle qui se doublait de propos chaleureux et enthousiastes rapportés par le Daily Telegraph. « C’est difficile à croire, s’étonnait Bob Dylan. Qui rêverait à quelque chose de pareil ? » 


Concernant sa participation au banquet du 10 décembre donné par le roi de Suède, il répondait par l’affirmative – mais avec une réserve : « Absolument. Pour autant que ce soit possible ».

Une obligation non spécifiée a donc empêché sa venue. Elle n’est en tout cas pas liée à sa principale activité puisque la tournée automnale du barde aux Etats-Unis prend fin le 23 novembre, après un concert à Fort Lauderdale, en Floride.

« L’Académie suédoise respecte la décision de Bob Dylan », a réagi l’institution avec philosophie en rappelant que cette situation « est inhabituelle, mais pas exceptionnelle ». L’académie cite ainsi les cas des écrivains Doris Lessing (2007) et Harold Pinter (2005), qui n’avaient pas fait le voyage en raison de leur santé fragile, et d’Elfriede Jelinek (2004), qui y avait renoncé à cause de son agoraphobie.

Si certains lauréats du Nobel ne viennent pas chercher leur prix, d’autres ont simplement exprimé leur refus. C’est le cas de Jean-Paul Sartre, qui a refusé en 1964 le prix Nobel de littérature qui lui avait été attribué. Ayant eu vent de rumeurs avant l’annonce, l’écrivain avait même envoyé une lettre au secrétaire de l’Académie, demandant à ne pas figurer sur la liste des candidats. En 1973, c’est Le Duc Tho, homme politique vietnamien, qui a refusé le prix Nobel de la paix, également attribué à Henry Kissinger, pour leur travail ayant conduit aux accords de Paris. Le diplomate estimait alors que la paix n’avait « pas réellement été établie » au Vietnam.

Bechir Houman's insight:
Rappelons que si certains lauréats du Nobel ne viennent pas chercher leur prix, d’autres ont simplement exprimé leur refus. C’est le cas de Jean-Paul Sartre, qui a refusé en 1964 le prix Nobel de littérature
more...
No comment yet.
Scooped by Bechir Houman
Scoop.it!

L’étude qui montre qu’écouter vos corps vaut autant qu’une bonne séance de réflexion face à une décision difficile à prendre

L’étude qui montre qu’écouter vos corps vaut autant qu’une bonne séance de réflexion face à une décision difficile à prendre | Florilège | Scoop.it

Selon de nouvelles études, l'intuition serait liée à la capacité à écouter des signaux subtils que nous envoie notre corps.

C'est un peu un mythe. "Je suis mes tripes." "Je sais que c'est la bonne décision, je ne peux pas l'expliquer, je le sais." "Je le sens."

En général, on nous explique que c'est une mauvaise idée que de prendre ses décisions au "feeling", mais la réalité est beaucoup plus complexe que cela.

En effet, ce sentiment "des tripes" est une réalité confirmée scientifiquement.

On peut ressentir des sensations dans nos tripes, ou encore notre cœur, nos poumons, notre vessie, notre peau, ou d'autres organes, des sensations liées à nos décisions, et elles ont un rôle. Ces réactions sont des signaux qui nous renseignent sur notre état émotionnel, et notre compétence à détecter et interpréter ces signaux peut nous aider à prendre des décisions.

Une nouvelle étude publiée dans le journal Scientific Reports, étudie en effet ce que l'auteur, John Coates, appelle "l'interoception"—pas l'introspection, mais l'interospection : la capacité à ressentir ces signaux corporels.

Coates, ancien trader lui-même, a étudié 18 traders professionnels qui ont acheté et vendu des contrats à termes pendant la journée, et les a comparés à un groupe témoin de 48 amateurs, rapporte le Washington Post. Il a demandé aux deux groupes de compter leurs battements de cœur sans prendre leurs pouls, et les professionnels étaient bien meilleurs à cela. En outre, la précision de leur conscience de leur pouls était un prédicteur statistique de leur talent au trading.

Autrement dit, dans un domaine réputé quantitatif et rationnel par excellence, savoir suivre ses "tripes", littéralement, c'est-à-dire les signaux que nous envoie notre corps, peut aider à prendre de meilleures décisions.

Ce résultat est corroboré par d'autres études. Ainsi, dans une étude du National Institutes of Health américain, où l'on demandait aux participants de prendre des décisions monétaires risquées, tout en détectant leurs propres battements de cœur, la capacité à l'interospection était corrélée à l'aversion au risque. Autrement dit, ceux qui arrivaient à ressentir ces signaux corporels prenaient moins de risques.

Il y a une logique : lorsqu'on ressent à un état subconscient de la peur, notre rythme cardiaque va s'accélérer. C'est donc un signal que nous envoie notre système neuronal sur notre environnement. Ceux qui arrivent à percevoir ce signal ont donc plus d'informations pour prendre une décision.

Suivre ses tripes n'est vraiment pas seulement une expression : en effet, nos tripes sont liées à notre cerveau par un réseau particulièrement dense de neurones et de chemins de communications hormonales, afin de nous informer constamment de notre faim, de notre état de stress, ou de l'ingestion éventuelle d'un microbe. Certains scientifiques parlent même d'un "deuxième cerveau", comme l'explique Scientific American.

Dans une autre étude publiée dans le journal Psychological Science, les participants devaient jouer à un jeu de cartes sans véritable stratégie, mais en suivant leur instinct. On suivait le rythme cardiaque et la sudation de chaque participant. Ceux qui ont gagné étaient ceux qui pouvaient écouter leur rythme cardiaque qui, avant certains choix importants, s'accélérait.

"On parle de l'intuition qui viendrait du corps. On parle de suivre ses tripes ou son cœur. Effectivement, ce qui se passe dans nos corps influence notre esprit.", explique Barnaby D. Dunn de Cambridge, cité par Medical Daily. Mais, avertit-il, "il faut faire attention avant de suivre notre instinct, car parfois il aide à la prise de décision, mais parfois non."

Trop de tripes tue les tripes.

Bechir Houman's insight:
Vous hésitez ? vous angoissez devant une décision difficile ? ... ECOUTEZ VOTRE CORPS !
more...
No comment yet.
Scooped by Bechir Houman
Scoop.it!

Ne fumer qu'une cigarette par jour, c'est déjà très mauvais pour votre santé

Ne fumer qu'une cigarette par jour, c'est déjà très mauvais pour votre santé | Florilège | Scoop.it

Ce n'est pas parce que vous êtes un «petit fumeur» que vous n'augmentez pas vos risques d'être victime d'un cancer, d'une maladie cardiovasculaire ou respiratoire.

Réduire votre consommation de tabac, c'est déjà bien. L'arrêter complètement, c'est encore mieux. Car une personne qui ne fume, serait-ce même qu'une cigarette par jour, a déjà neuf fois plus de risques de mourir d'un cancer des poumons qu'un non-fumeur. D'ailleurs, même en arrêtant de fumer à 50 ans, un fumeur à 44% de risques supplémentaires d'être victime d'un décès prématuré.
C'est en tout cas ce que révèle le New York Times, à l'appui d'une vaste étude menée et publiée par la revue médicale américaine JAMA Internal Medicine. «De plus en plus de fumeurs ne consomment que quelques cigarettes par jour, et c'est la raison principale pour laquelle nous avons voulu mener cette étude», explique Neal D. Freedman, épidémiologiste au National Cancer Institute, désireux de mesurer les effets du tabagisme à long terme, même de faible intensité. 


Les «petits fumeurs» prennent aussi le risque de mourir prématurément 


Pour la concevoir, les chercheurs de l'étude ont donc interrogé plus de 500.000 hommes et femmes au sujet de leurs habitudes tabagiques en 1995 et 1996, puis sont ensuite revenus vers plus de 290.000 d'entre eux en 2004 et 2005, alors qu'ils étaient âgés de 59 à 82 ans, afin de suivre l'évolution de leur comportement de fûmeur et celle de leur santé.
Parmi les renseignements récoltés, les répondants ont été questionnés sur l'âge de leurs premières cigarettes, le nombre de cigarettes fumées par jour, l'âge auquel ils ont arrêté, mais aussi ils ont également fourni des informations concernant leur niveau d'instruction, leur indice de masse corporelle, leur consommation d'alcool et l'activité physique pratiquée. Ces volontaires ont ainsi été suivi par les chercheurs jusqu'en 2011.


Verdict? Les résultats de l'étude ont démontré que même les plus faibles niveaux d'exposition au tabac étaient déjà dangereux pour notre santé. Les chercheurs ont constaté que les personnes ayant fumé une à dix cigarettes par jour tout au long de leur vie avaient tout de même un risque 50% plus élevé d'être touchées par des maladies cardiovasculaires qu'un non fumeur, et six fois plus de risques de contracter une maladie respiratoire.


Arrêtez de fumer complètement. Il n'y a rien de plus bénéfique pour préserver vos poumons, votre santé et celle des autres. Vous vous épargnerez l'ingurgitation de plus de 400 produits chimiques à chaque inspiration, et vous épargnerez également les non-fumeurs de votre entourage qui subissent également les conséquences dramatiques du tabagisme passif. Si cela peut vous aider, paraît-il que certains arrêtent de fumer définitivement en trente minutes chrono. 

more...
No comment yet.
Scooped by Bechir Houman
Scoop.it!

Les personnes corrompues, ces criminels impunis. Comment les identifier et les combattre ?

Les personnes corrompues, ces criminels impunis. Comment les identifier et les combattre ? | Florilège | Scoop.it
La corruption est le fléau le plus nuisible qui peut infecter une société.

Elle est la cause principale de l’injustice et le facteur primordial du déséquilibre économique et social.

Elle constitue un danger, en faisant triompher le mal sur le bien, la malhonnêteté et l’indignité sur le mérite et le savoir, la médiocrité et la paresse sur l’intelligence et le travail.

Telle une gangrène génétiquement héréditaire, les personnes corrompues détruisent ainsi et à petit feu la société en transmettant à leurs progéniture un terrain discrétionnaire et cynique où règnent le népotisme, l’argent sale et l’injustice dans tous les secteurs.

Elles doivent être combattues telle une maladie contagieuse, il faut les mettre en quarantaine pour épargner les sains ou les non encore atteints.

Il faut être vraiment victime d’un acte venant de personnes corrompues pour découvrir les conséquences psychologiques en plus des dégâts économiques considérables qu’elles font courir à la société.

Les corrompus nous font douter de nous-même avec le ressentiment de la douleur et l’amertume à cause de leur impunité et le désespoir de laisser à nos enfants et nos petits enfants une société juste et équitable dans laquelle ils pourraient être jugées et vivre dignement selon leurs compétences et leur travail.

Comment les identifier ?

En fait, les corrompus sont facilement reconnaissables par leur train de vie, leur comportement indécent avec l’absence totale d’empathie envers les autres. Mais pour mieux les identifier, la Banque mondiale retient les formes suivantes de corruption :

– Les « dessous de table » : ce sont des versements à des responsables officiels afin qu’ils agissent plus vite, de façon plus souple et plus favorable.

– Le « Détournement de fonds » : c’est le vol de ressources publiques par des fonctionnaires.

– « L’extorsion » : c’est l’argent obtenu par la coercition ou la force.

– Le « favoritisme » (« Népotisme », « Collusion ») : c’est le fait de favoriser des proches.

– La « fraude » : c’est la falsification de données, de factures, la collusion etc.

Entrent dans cette dernière forme : Les fraudeurs du fisc, ce sont les personnes qui minimisent leur revenu par des fausses déclarations fiscales ou donnent des « pots de vin » pour payer moins d’impôt.

Ce sont des voleurs insidieux et sournois, car ils s’enrichissent indirectement au dépend des petits contribuables, généralement des fonctionnaires assujettis à la retenue à la source.(*)

Le comble c’est qu’en plus de l’injustice sociale qui les frappe, les honnêtes citoyens qui respectent les lois en payant l’impôt  voient leur charge fiscale injustement alourdie pour compenser la part qui revient aux fraudeurs.

Ces pauvres salariés qui se lèvent tous les matins pour bosser et « gagner » des impôts, taxes et cotisations sociales dont profite une minorité de voleurs impunis pour s’enrichir encore plus.

Ces personnes n’ont aucun état d’âme pour bénéficier des prestations, des protections et des services offerts par les budgets publics financés par les impôts payés par les autres.

C’est le comportement dit du « passager clandestin » qui participe au voyage sans payer son billet, qui participe au repas et à la distribution, mais sans payer son ticket en toute impunité.

L’impunité dont jouissent des contribuables malhonnêtes car l’administration n’applique pas les sanctions prévues par ses textes, le contribuable honnête a l’impression que le fisc lui-même se désintéresse de la fraude et que l’état est leur otage.

L’impunité signifie aussi, « s’en tirer à bon compte », « manipuler la loi », « ne pas être poursuivi en justice » ou « contourner le système ».

Le comble que ces subterfuges sont souvent prodigués par des « experts juridiques et financiers » et passées sous silence par « des experts comptables et des commissaires aux comptes » .

La conséquence de ceci n’est pas seulement la violation des normes juridiques, l’impunité entraîne la violation du contrat social et de la confiance au sein d’une société.

Il faut que la société civile en finisse avec cette injustice en brisant le silence et en faisant faire entendre sa voix, lorsque justice n’a pas été faite.

C’est malheureux de laisser des gens pareils sans punition au nom de toute injustice subit par tout individu et au nom tout les lois contre la discrimination pour lesquelles des hommes ont par moment sacrifier leur propre liberté, et leur vie…

(*) Selon les travaux de Thomas Piketty, (économiste Français auteur du livre le capital au xx1e siècle), les plus aisés paient moins d’impôts sur le revenus que les plus pauvres, grâces aux niches fiscales. Ils son devenus plus riches au dépend, non des plus pauvres mais de la classe intermédiaire.

 

Pour aller plus loin je vous propose de télécharger en PDF :
Bechir Houman's insight:
Corruption, fraude et évasion fiscale, c'est toujours l'honnête citoyen et le pauvre salarié qui paient à la fin ...
more...
Rouabeh Mohsen's curator insight, December 9, 3:10 PM
Share your insight
Scooped by Bechir Houman
Scoop.it!

Un grand électeur républicain refuse de voter Trump

Un grand électeur républicain refuse de voter Trump | Florilège | Scoop.it

Dans une tribune publiée par le «New York Times», Christopher Suprun, membre du collège électoral du Texas, estime que le milliardaire n'est pas qualifié pour devenir président.


C’est le dernier espoir des anti-Trump : que les grands électeurs ne votent pas pour le président élu, le 19 décembre. Lundi, un grand électeur républicain du Texas, Christopher Suprun, a officiellement annoncé sa volonté de rompre son serment et de ne pas voter pour Donald Trump. «Il y a quinze ans, j’ai juré de défendre mon pays et ma Constitution contre tous les ennemis, étrangers et nationaux. Le 19 décembre, je le ferai de nouveau», clame le républicain dans une tribune publiée lundi par le New York Times. A la place, le «faithless elector» (électeur sans foi) appelle à élire «un homme ou une femme honorable et qualifié(e)», et cite le gouverneur de l’Ohio, John Kasich.

«Un vrai patriote»


Une annonce qui s’inscrit dans un mouvement de contestation plus vaste contre la victoire de Trump. Depuis un mois, une pétition sur Change.org, qui a recueilli plus de 4,7 millions de signatures, exhorte le Collège électoral à élire Hillary Clinton présidente. En parallèle, un autre grand électeur parmi les 38 que compte le Texas, Art Sisneros, a préféré démissionner plutôt que de voter pour Donald Trump, qui ne correspondait pas à ses principes religieux et moraux.

Si Christopher Suprun est le premier grand électeur, côté républicain, à renier son serment, huit grands électeurs démocrates, regroupés sous le nom de «Hamilton electors» – en référence à la vision du rôle du collège électoral défendue par Alexander Hamilton, un des pères fondateurs des Etats-Unis – vont eux aussi rompre leurs promesses. Ils ne voteront pas pour Clinton mais prônent le compromis en choisissant un républicain modéré, qu’ils croient, eux aussi, avoir trouvé en la personne de John Kasich. Bret Chiafolo, le cofondateur des «Hamilton electors», a d’ailleurs salué la décision de Christopher Suprun qui, selon lui, agit comme un «vrai patriote». 

En théorie, aucune loi fédérale ou article de la Constitution n’oblige les 538 grands électeurs à voter pour le candidat pour lequel ils ont été élus. Seuls certains Etats imposent aux élus de voter en conformité à leur serment, sans quoi ils devront s’acquitter d’une amende qui peut s’élever à un montant entre 500 et 1 000 dollars, voire être disqualifiés et remplacés. Dans les faits, les écarts sont très rares. Selon l’association Fairvote, seuls 82 grands électeurs auraient dévié de leur consigne «par initiative personnelle» depuis la création du mode de scrutin indirect en 1787.


S’appuyant sur le Federalist Papers, un recueil d’articles écrits notamment par Alexander Hamilton et publiés dans les années 1787-1788 en vue d’une promotion de la nouvelle Constitution, Christopher Suprun estime que Trump «montre quotidiennement qu’il n’est pas qualifié pour le poste». Pour lui, le magnat de l’immobilier manque d’expérience en politique étrangère. Le grand électeur rappelle la lettre cosignée en pleine campagne par plus de 50 anciens fonctionnaires de la sécurité nationale et experts en politique étrangère républicains qui estimaient que Trump serait «le président le plus dangereux de l’histoire américaine». Christopher Suprun dénonce aussi la relation ambiguë qu’entretient le Président avec le géant russe notamment quand il a encouragé le pays, durant la campagne, à hacker les mails de sa rivale démocrate.

«Trump échoue à unir l’Amérique»
Le grand électeur Christopher Suprun, qui faisait déjà part de ses doutes deux mois avant le scrutin au site Politico, accuse Trump d’être démagogue et dénonce les conflits d’intérêts qui guettent le milliardaire. «M. Trump ne comprend pas que la Constitution interdit expressément à un président de recevoir des paiements ou des cadeaux de gouvernements étrangers. Nous avons des rapports selon lesquels l’organisation de M. Trump a des relations d’affaires en Argentine, Bahreïn, Taiwan et ailleurs», s’inquiète le républicain.


Celui qui était auparavant pompier, et l’un des premiers à être intervenus au Pentagone le 11 septembre 2001, se souvient de George W. Bush, un homme «imparfait», mais «qui nous a guidés dans les jours tragiques qui ont suivi les attaques». «Son leadership a montré que l’Amérique était une grande nation», écrit-il, avant de conclure : «M. Trump échoue à unir l’Amérique et creuse un fossé entre nous.» 

Bechir Houman's insight:
C’est le dernier espoir des anti-Trump : que les grands électeurs ne votent pas pour le président élu, le 19 décembre
more...
No comment yet.
Scooped by Bechir Houman
Scoop.it!

Comment se protéger d'un pervers narcissique

Comment se protéger d'un pervers narcissique | Florilège | Scoop.it

Il n'est pas facile de reconnaître le manipulateur ou le pervers narcissique au premier regard. Car ce vampire affectif commence par cacher son jeu, surtout dans un cadre amoureux. Voici dix conseils pour vous protéger de ces personnes toxiques.

Identifier le pervers narcissique

Attention à ne pas coller trop vite l’étiquette “manipulateur” sur le premier chef exigeant ou au moindre conflit amoureux. Pour être certain d’avoir affaire à un pervers narcissique, celui-ci doit répondre à un certain nombre de critères. Les plus courants sont la séduction, le double langage, la jalousie, le refus systématique de reconnaître ses torts. Il s’exprime en termes volontairement flous, sème la zizanie, ou encore dévalorise ou critique sans en avoir l’air.

Ne pas montrer ses émotions

«  Le manipulateur se nourrit de nos émotions. Si on pleure, crie, il a gagné  », prévient Christel Petitcollin, conseil et formatrice en développement personnel. Il faut par conséquent faire sienne cette devise : “même pas peur, même pas mal”. Une attitude qui requiert une certaine maîtrise de soi, d’autant que contrairement aux pervers narcissiques, «  nous sommes des êtres animés de sentiments  ». Mais rien ne déstabilise plus un manipulateur qu’une réaction calme et posée. «  S’il sent qu’il n’a pas de prise, il bat en retraite. Respirez profondément avant de lui répondre ou opposez-lui le silence.  »

S’en tenir à des conversations superficielles

Le pervers narcissique ne changera pas. Il faut par conséquent faire le deuil d’une relation riche et profonde avec ce type d’individu, qu’il agisse dans la sphère privée ou professionnelle. Un deuil d’autant plus douloureux lorsqu’il s’agit de tirer un trait sur le rêve d’un amour maternel. Anne, 38 ans, en a fait l’expérience. «  Après trente ans à subir la dévalorisation permanente de ma mère – je n’étais jamais assez belle ou mince, mes amoureux ne me méritaient pas, etc. – j’ai finalement compris qu’il fallait changer. Depuis que je m’en tiens à des discussions sur la pluie et le beau temps, sans jamais livrer quoi que ce soit de personnel, elle ne m’atteint plus.  »

«  Une fois que l’on a compris à qui on a affaire, et s’il est impossible de couper totalement les ponts, il faut s’échiner à rester en surface, en ne laissant jamais dériver les conversations sur son intimité  », confirme Christel Petitcollin.
Noter les faits

«  La seule façon de contrer un pervers narcissique est de noter systématiquement tout ce qui a été promis ou dit  », recommande Christel Petitcollin. Non seulement cela permet de garder des traces et de se couvrir, mais aussi de se rassurer quant à sa possible paranoïa. Par exemple, lorsqu’un ordre est donné dans un couloir – et c’est souvent le cas, le manipulateur évite en général de sévir par écrit –, reformulez l’échange dans un courriel : “Suite à notre conversation, je vous confirme avoir compris que vous souhaitiez, etc.” Idem dans un contexte plus personnel : envoyez des courriels ou des SMS.

Répondre aux attaques d'un manipulateur sans se justifier

Le pervers narcissique se distingue par sa capacité à rejeter les torts sur l’autre. Même s’il a été le premier à hausser le ton, il accuse un tiers d’avoir commencé. Difficile de résister à l’envie de se défendre. Oubliez les réponses telles que «  mais je n’y suis pour rien, ça n’est pas vrai, tu mens…  ». Le pervers narcissique se fiche de la vérité. Renvoyez-le à ses contradictions.

Répondez par exemple à ce collègue qui vient de mettre en cause votre professionnalisme ou à un énième grief de votre conjoint sur votre manque d’attention : «  Qu’entends-tu par là ? », «  Peux-tu m’expliquer pourquoi tu viens de me dire cela ?  »,  « Je te déprime, c’est bien cela que tu me dis ?  »
Autre “phrase magique” proposée par Christel Petitcollin : «  Si tu le dis, c’est ton avis, tu as le droit de le croire.  »
Ou encore, après n’importe quelle attaque : «  Personne n’est parfait.  » Une façon de mettre un point final aux reproches sans tomber dans le piège d’une justification vouée à l’échec.
Utiliser la technique du disque rayé

Il s’agit de préparer en amont trois ou quatre phrases maximum à l’intention de la personne manipulatrice et que l’on répétera si besoin est en boucle.

À un collègue qui essaie de vous refiler son boulot : «  Toi qui es si gentil/si compétent, tu vas bien m’aider à finir ?  », répondez : «  Je te remercie de ta confiance mais je n’ai absolument pas de temps à consacrer à ce travail qui t’a été confié. J’ai moi-même quelque chose à terminer pour demain.  » « Mais ça ne te prendra que quelques minutes.  » «  Je n’ai absolument pas de temps à consacrer à ce travail, qui je te le rappelle, t’a été confié. Je suis moi-même sur une mission urgente.  »

Le conseil vaut même dans le cas d’une rupture : «  J’ai bien réfléchi, je ne t’aime plus, j’ai décidé de te quitter et ma décision est irrévocable.  » Des mots simples, des formulations directes et sans ambiguïté, que l’on peut réitérer à chaque objection de la personne concernée. Ce qui peut donner à peu près cela en termes de dialogue : «  Mais tu ne peux pas me quitter, après tout ce que j’ai fait pour toi. » «  J’ai bien réfléchi, ma décision est irrévocable.  » «  Je ne te laisserai pas me faire ça, je vais faire de ta vie un enfer.  » «  J’ai bien réfléchi, je ne t’aime plus  »...
Numéroter ses réponses

Toujours dans la même idée, ayez recours à la numérotation. Prenons l’exemple des fêtes de fin d’année, auxquelles on décide de ne pas se rendre, lassée d’entendre encore une fois que l’on a grossi ou que nos enfants sont mal élevés. À la première invitation, dire calmement à sa mère : «  Maman, nous sommes d’accord tous les deux, nous ne viendrons pas cette année à Noël, nous avons d’autres projets.  » Puis, au prochain coup de fil où votre mère fera comme si elle n’avait pas entendu : «  Maman, pour la deuxième (ou troisième, ou dixième) fois, nous ne viendrons pas cette année à Noël.  » Cette façon de faire permet de signifier que vous n’êtes pas dupe, que vous avez remarqué la volonté de l’autre de ne pas entendre, mais que vous n’en faites pas cas.

Le confronter, oui, mais en public

Le pervers narcissique se caractérise par un double langage et des actions en douce. Il tire sa force de cette duplicité et parvient à déstabiliser ses victimes en agissant sans témoin. D’où la nécessité, dans la mesure du possible, de régler ses comptes avec lui en présence d’un tiers. Au travail, cela peut être un représentant du personnel. Dans le cadre conjugal, un médiateur ou un proche. En famille, en impliquant un autre parent.

S’entourer

Les victimes de pervers narcissiques se retrouvent souvent isolées. Parce qu’elles perdent confiance en elles, bien sûr, mais aussi parce que leur bourreau effectue un travail de sape souvent très efficace auprès des proches.

«  L’entourage est déterminant dans ces circonstances. C’est en renouant avec des personnes dénuées de malveillance, que l’on retrouve un équilibre et que l’on puise la force de s’en sortir  », assure Christel Petitcollin.
Travailler sur l’estime de soi

Si tout le monde est manipulable et qu’il n’est pas question de se culpabiliser d’avoir été sous l’emprise d’un manipulateur, il peut être utile de chercher à comprendre ce qui, dans notre comportement, a pu laisser la porte ouverte à ce type d’individu. Il y a souvent comme dénominateur commun un déficit d’estime et d’affirmation de soi. Un travail comportementaliste visant à apprendre à poser des limites, à devenir ami avec soi-même, en quelque sorte, peut aider à ne pas retomber dans le piège.


Bechir Houman's insight:
Phrases assassines, culpabilisation ou dévalorisation… si vous subissez ces tentatives de déstabilisation au quotidien, vous êtes peut-être victime d’un pervers narcissique. Comment démasquer ce manipulateur et comment s’en débarrasser ?
more...
No comment yet.
Scooped by Bechir Houman
Scoop.it!

Réchauffement climatique: «nous avons passé le point de non-retour»

Réchauffement climatique: «nous avons passé le point de non-retour» | Florilège | Scoop.it

Il est approprié de dire que nous avons passé le point de non-retour en matière de réchauffement climatique et que nous ne pouvons en inverser les effets, mais nous pouvons certainement les atténuer. Le changement climatique pourrait s'avérer considérablement plus rapide que nous le croyions.»


Ces propos alarmistes sont tenus au quotidien britannique The Independent par Thomas Crowther, de l'université de Yale, auteur principal d'une nouvelle étude publiée par le journal Nature qui s'est intéressée à une préoccupation de longue date: la capacité du sol à stocker le dioxyde de carbone en fonction du réchauffement climatique. Ou, pour le dire autrement, dans les mots de Mashable, à une «bombe à retardement au CO2».


Cette étude, fondée sur 49 expériences de terrain menées ces vingt dernières années en Amérique du nord, en Europe et en Asie, a constaté que l'équivalent de 55 milliards de tonnes de dixoyne de carbone non prises en compte jusqu'ici allaient être émises par le sol d'ici 2050 en raison d'un réchauffement de 2° C. Soit l'équivalent des émissions des États-Unis. 


«Ce phénomène de cercle vicieux constitue une préoccupation depuis très, très longtemps, a expliqué Thomas Crowther à la BBC. Durant les deux ou trois dernières décennies, il y a littéralement des milliers d'études qui ont essayé de traiter ce sujet et ont tenté d'identifier si l'on assister à des hausses ou des baisses des émissions de dioxyde de carbone du sol en raison du réchauffement.»


Crowther a également détaillé ce mécanisme dans le communiqué publié par l'université de Yale.


«Le stockage du dioxyde de carbone est le meilleur à des endroits comme le continent arctique et sub-arctique, où le sol est froid et souvent gelé. Dans ces conditions, les microbes sont moins actifs, ce qui a permis au dioxyde de carbone de s'accumuler au fil des siècles. Mais à mesure que le réchauffement se produit, l'activité de ces microbes augmente, et c'est là que les pertes commencent à se produire. 


Ce qui est effrayant, c'est que ces régions froides sont celles qui sont supposées se réchauffer le plus en raison du changement climatique.»

Bechir Houman's insight:
Une nouvelle étude vient renforcer les craintes d'un «cercle vicieux» en matière d'émissions et de réchauffement.
more...
No comment yet.
Scooped by Bechir Houman
Scoop.it!

Effacer toute trace de votre existence sur Internet n’a jamais été aussi facile : mode d’emploi

Effacer toute trace de votre existence sur Internet n’a jamais été aussi facile : mode d’emploi | Florilège | Scoop.it

L'application Deseat.me, créée par les Suédois Wille Dahlbo et Linus Unneback, propose aux internautes de supprimer très facilement leurs comptes créés à partir d'une adresse Gmail. Sur la base de cette initiative, peut-on enfin commencer à croire qu'il est possible de maîtriser son emprunte numérique ?


La suite sur ce lien : http://www.atlantico.fr/decryptage/effacer-toute-trace-votre-existence-internet-jamais-ete-aussi-facile-mode-emploi-frederic-mouffle-2893758.html

more...
No comment yet.
Scooped by Bechir Houman
Scoop.it!

Il tentait d'apporter un peu de réconfort aux enfants: le clown des rues d'Alep est mort

Il tentait d'apporter un peu de réconfort aux enfants: le clown des rues d'Alep est mort | Florilège | Scoop.it

À 24 ans, Anas al-Basha était surnommé le dernier clown d'Alep. Le nez, les joues et la bouche colorés de rouge, une perruque orange et frisé qui attirait l'œil, un chapeau jaune sur la tête, Anas voulait offrir aux enfants d'Alep un moment de répit, un moment de sourire, de joie, d'abandon pour oublier la guerre. Mais ce mardi 29 novembre, sous un missile qui a touché le quartier assiégé de Mashhad, à l'est de la ville, Anas est tombé, raconte Associated Press. 


Anas al-Basha était le directeur de l'association Space for Hope, un centre de bénévoles consacré à l'aide et au soutien de douze écoles et plus de 365 enfants dans l'est d'Alep. Parmi eux, beaucoup ont perdu un, si ce n'est leurs deux parents. Parfois aussi jeunes que le début du conflit, ils sont traumatisés et tentent de survivre tant bien que mal dans une guerre qui fait partie intégrante de leur vie.

Aujourd'hui, l'association Children of Syria lui rend hommage : «C'était un bon clown. Avec lui, les enfants souriaient et plaisantaient.» 


Samar Hijazi, une autre bénévole de l'association aujourd'hui réfugiée au Liban, raconte: «Grâce aux sketches, il brisait les murs entre les enfants». À Associated Press, elle raconte se souvenir de lui comme un ami, qui aimait par-dessus tout travailler avec les enfants. 


Depuis quelques temps, les locaux de l'association ont été détruits, dans ce lieu de la ville où le rythme des bombardements s'est intensifié, provoquant la mort et la fuite de milliers de personnes, explique Syria Direct. Space for Hope a pour l'instant suspendu ses actions à Alep mais les bénévoles survivants espèrent ne jamais abandonner:


«Nous sommes tous épuisés, mais nous devons trouver la force d'offrir un soutien psychologique aux enfants et de poursuivre notre action.»


Anas al-Basha s'était marié il y a tout juste deux mois. Sa mort vient encore souligner la «descente enfer» subie par la ville syrienne et dénoncée il y a quelques jours par Stephen O'Brien, un fonctionnaire des Nations-Unies.


«Pour le bien de l'humanité, nous demandons aux parties et à ceux qui ont de l'influence de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour protéger les civils et permettre l'accès à la partie assiégée de l'est d'Alep avant qu'elle ne devienne un cimetière géant», a-t-il déclaré lors d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU.

Bechir Houman's insight:
Grâce aux sketches, il faisait tomber les murs entre les enfants
more...
No comment yet.
Scooped by Bechir Houman
Scoop.it!

Machines à voter, machines à truquer - Korben

Machines à voter, machines à truquer - Korben | Florilège | Scoop.it

Les machines à voter c'est l'avenir ! Surtout, car ça permet de truquer une élection beaucoup facilement qu'en cachant des bulletins de vote dans ses chaussettes .

Tenez par exemple, aux États-Unis pour l'élection de Trump, certaines machines utilisées lors de l'élection de Tump, sont des machines à voter de type Sequoia AVC Edge. Elles sont présentes dans 13 états américains. Et c'est intéressant, car les chercheurs en sécurité de Cylance se sont penchés sur celle-là.

En quelques étapes simples et sans droits particuliers, ils ont été capables de rediriger n'importe quel vote d'un candidat à un autre (genre, vous votez pour Hillary et ça incrémente le score de Trump), de changer le nom des candidats et, simplement en insérant dans la machine une mémoire flash PCMCIA, ils ont pu mettre à jour les données relatives au vote, grâce à un fichier spécialement forgé pour l'occasion et contenant de fausses données de vote.

Bref, rien de bien rassurant une fois encore, sur la machine à voter électronique. D'ailleurs, des questions commencent à se poser sur la dernière élection...

Je suis à fond pour les nouvelles technos et le vote électronique, pourquoi pas, mais avant d'avoir confiance en ce machin, il va falloir que les mecs qui les fabrique aient quelques notions de sécurité et qu'ils imaginent un système plus complexe à détourner.

Une réflexion à reprendre depuis le début, un peu comme ce qu'a fait Kaspersky avec son OS finalement.

more...
No comment yet.
Scooped by Bechir Houman
Scoop.it!

Le Royaume-Uni vote la loi de surveillance la plus extrême jamais adoptée dans une démocratie 

Le Royaume-Uni vote la loi de surveillance la plus extrême jamais adoptée dans une démocratie  | Florilège | Scoop.it

C’est une nouvelle loi sur le renseignement qui vient d’être votée par le Parlement britannique. Certains la désignent comme la loi de surveillance la plus extrême jamais adoptée dans une démocratie et il ne reste plus que l’aval de la Reine pour que celle-ci entre en vigueur.

« Investigatory Powers Act » : tel est le nom donné à cette nouvelle loi qui sera très probablement mise en vigueur prochainement au Royaume-Uni. Surnommée « Snoopers » Charter » (la charte des fouineurs), cette loi crée « un cadre légal qui autorise les acteurs d’États à pénétrer illicitement dans les appareils, réseaux et services, et ce même largement. Il permet de maintenir d’immenses bases de données d’informations personnelles sur les citoyens britanniques, y compris ceux qui ne sont soupçonnés d’aucun crime. Il force également les entreprises à déchiffrer des données à la demande. […] Il exige également que les fournisseurs d’accès et les opérateurs conservent un historique de tous les services numériques auxquels leurs utilisateurs se connectent, et ce pendant un an », comme le décrit le site TechCrunch.

Le projet de loi avait été lancé par l’actuelle Première ministre britannique Theresa May alors qu’elle était encore ministre de l’Intérieur en 2012. S’il a au départ suscité de vives inquiétudes de toutes parts, il a néanmoins pu être facilement validé par le Parlement dans une étonnante quasi-indifférence générale. Pourtant, « il marque un durcissement sévère de la surveillance et légalise des pratiques déjà exercées, en dehors de tout cadre juridique, par les services de renseignement », écrit Le Monde. Pour le célèbre lanceur d’alerte Edward Snowden, ancien de la NSA, « le Royaume-Uni vient de légaliser la surveillance la plus extrême de l’histoire des démocraties occidentales. Elle va plus loin que certaines autocraties », écrit-il sur Twitter.


En effet, cette nouvelle loi institutionnalise en quelque sorte le piratage puisque les services de renseignement et la police pourront être autorisés à pirater ordinateurs, mobiles, réseaux et serveurs avec un mandat. Comment expliquer l’indifférence générale dans laquelle cette loi a pu être votée ? Pour le Guardian, cela s’explique par « l’apathie du public et une opposition en lambeaux ».

more...
No comment yet.
Scooped by Bechir Houman
Scoop.it!

La manipulation par la peur

La manipulation par la peur | Florilège | Scoop.it
La meilleure façon de manipuler les gens et leur faire faire ce que vous voulez est de leur faire peur.

C’est ce qu’ont toujours utilisé les politiciens

La politique de la peur consiste, pour un gouvernement, à provoquer la peur au sein de sa population pour faciliter l’adoption de lois sécuritaires.

En réduisant ainsi la liberté individuelle, il espère pouvoir assurer son maintien. Les citoyens, quant à eux, en échange d’une hypothétique sécurité sont conditionnés pour renoncer progressivement à leurs libertés.

Si l’on a pu considérer la « politique de la peur » comme l’une des caractéristiques des dictatures, l’emploi de cette expression dans une démocratie sous-entend que les hommes politiques instrumentalisent des craintes avérées ou non de la population pour atteindre leurs objectifs.

Il s’agit-là d’une forme de manipulation de l’opinion, de manière indirecte ou subliminale, qui réveille les pulsions les plus abjectes de la xénophobie et du racisme.

Les discours alarmistes et anxiogènes ainsi que la désignation d’ennemis intérieurs servent alors à légitimer des mesures disproportionnées qui portent atteinte aux droits fondamentaux, dans le but de mieux contrôler la population.

La classe politique, impuissante devant l’oligarchie financière qui dirige l’économie mondiale, a besoin pour rester au pouvoir d’agiter le chiffon rouge de la peur pour détourner l’attention du peuple.

Concentrée sur des « guerres perpétuelles », méfiante et divisée, l’opinion publique mondiale n’est plus tentée par la remise en cause du système politiquo-économique en place.
Bechir Houman's insight:
La politique de la peur consiste, pour un gouvernement, à provoquer la peur au sein de sa population pour faciliter l’adoption de lois sécuritaires. En réduisant ainsi la liberté individuelle, il espère pouvoir assurer son maintien. Les citoyens, quant à eux, en échange d’une hypothétique sécurité sont conditionnés pour renoncer progressivement à leurs libertés.
more...
No comment yet.
Scooped by Bechir Houman
Scoop.it!

Trump inaugure-t-il le règne de la «kakistocratie», le gouvernement des pires?

Trump inaugure-t-il le règne de la «kakistocratie», le gouvernement des pires? | Florilège | Scoop.it

Les commentateurs politiques ont inventé un terme pour désigner le nouveau régime de gouvernement américain.

Après la première vague de nominations de Donald Trump, certains commentateurs proposent de désigner l'ère politique qui s'ouvre comme une kakistocratie. Comme tous les autres mots qui désignent un régime de gouvernement, le terme tire son étymologie du grec ancien. À l'inverse de l'aristocratie, de «kratos», le pouvoir, et «aristos», excellent, «kakistos» désigne «le pire»: une kakistocratie est donc le pire gouvernement, ou le gouvernement des pires, des plus mauvais.


Le terme fait son petit effet et commence à être brandi sur internet comme bannière de ralliement des opposants à l'administration qui se monte. Le blog Jury.me s'amuse de la consonance avec la manière enfantine de désigner les excréments humains, émettant l'hypothèse que l'administration Trump pourrait être «littéralement, le gouvernement des plus merdeux» («government by the shittiest»).


Encore faut-il savoir par rapport à quoi le trumpisme est le pire des régimes. Sur le fond, selon Jamelle Bouie, sur Slate.com, les «pires» sont en fait les «meilleurs» du point de vue du futur président, puisqu'ils incarnent une idéologie cohérente qu'il a défendue tout au long de sa campagne: «suprématistes blancs, autoritaires insignifiants, conspirationnistes». Certains se distinguent par leur radicalité et une expertise précise dans le domaine pour lequel ils sont nominés: c'est le cas de Michael Flynn, nommé conseiller pour la sécurité intérieure, un ancien militaire qui a dirigé l'agence de renseignements de la défense, et s'est distingué récemment pour avoir affirmé dans un tweet que «la peur des musulmans [était] RATIONNELLE».


Idiocratie


D'autres allient indigence intellectuelle et incompétence ou à tout le moins absence d'expérience. Mais selon l'éditorialiste de Slate.com, ils incarnent bien cette kakistocratie nouvelle, qui n'a pris personne en traitre puisque Trump l'avait promise et a fait campagne dans ce sens.


De quoi redonner une actualité à un autre régime de gouvernement que le phénomène Trump a contribué à réactiver: l'idiocratie. Dans cette comédie un peu oubliée sortie dix ans plus tôt, le héros est un militaire d’intelligence très moyenne qui se réveille d’un long sommeil cryogénisé 500 ans plus tard, dans une société où le niveau de QI a baissé au point qu’il est désormais largement plus intelligent que la moyenne. Dans ce futur, le président des États-Unis est une star du porno et un ancien champion de catch…


Comme l’a noté Michael Atlan sur Slate, le président fictif d’Idiocratie et celui qui n’était encore que candidat partagent certains traits de caractères et éléments biographiques: «démagogie extrême, confiance en soi et égo démesurés, brutalité, affirmations si stupides qu’elles confinent à l’absurde et exploitation sans limites d’une célébrité acquise dans divers domaines –qui n’ont évidemment rien à voir avec la politique.»

more...
No comment yet.
Scooped by Bechir Houman
Scoop.it!

Le constat d’un auteur de fausses infos sur Facebook : « Personne ne vérifie. C’est effrayant »

Le constat d’un auteur de fausses infos sur Facebook : « Personne ne vérifie. C’est effrayant » | Florilège | Scoop.it

Paul Horner possède un petit empire de sites qui font des canulars plus ou moins marrants. Il pense que la différence, après l’apparition du catalyseur Trump, est que les gens croient tout ce qu’ils lisent, même quand on leur prouve que c’est faux.


On a beaucoup parlé ces dernières semaines des « fake news », de faux articles contenant de fausses informations publiés sur des sites obscurs qui sont partagés sur Facebook autant, voire parfois plus, que les articles de médias traditionnels.

On sait que de plus en plus de gens partagent ces articles, ce qui ne veut pas forcément dire qu’ils y croient ou même qu’ils les lisent. Leur véritable influence est sujette à caution, mais leur prolifération est indéniable.

Qui écrit ces articles ? Qui perd son temps à inventer des canulars dans l’espoir qu’ils se retrouvent sur le mur d’un inconnu ? Des trolls, évidemment, à la recherche d’un profit rapide mais pas forcément avec des arrière-pensées politiques.

Le Washington Post en a rencontré un. Paul Horner, présenté comme « un imprésario de l’empire des fake news de Facebook », possède dix sites qui lancent des informations totalement fausses et se voulant humoristiques (il se sent plus proche de The Onion que de Breitbart). Il revendique « 10 000 dollars par mois », uniquement grâce au service de Google AdSense. Il y a toujours de l’argent à se faire avec du trafic, peu importe le contenu, tant qu’il est aveuglément partagé sur les réseaux ou repris par d’autres sites.

Paul Horner est un ancien du milieu. Il s’y est intéressé bien avant que le business des fausses infos n’explose pendant la campagne présidentielle américaine (il s’était notamment fait passer deux fois pour Banksy). Mais quelque chose a changé en 2016. Ses faux articles, qu’il considère foncièrement comme des blagues, ont commencé à être pris au sérieux. Par une partie bien définie d’internautes – les gens susceptibles d’être convaincus par les arguments de Donald Trump – et parfois par la famille Trump elle-même.

« Les gens sont clairement plus bêtes »

Qu’est-ce qui a changé pour que les faux articles de Horner – comme « les manifestants anti-Trump à ses meetings sont payés » – soient maintenant pris pour argent comptant ? « Honnêtement, les gens sont clairement plus bêtes », répond-t-il très simplement.

« Ils ne font que partager des trucs. Personne ne vérifie. C’est comme ça que Trump a été élu. Il a dit ce qu’il voulait, et les gens ont tout cru, et quand les choses qu’il a dites se sont révélées fausses, les gens s’en foutaient parce qu’ils l’avaient déjà accepté. C’est effrayant. Je n’ai jamais vu ça. »
Horner se présente comme quelqu’un qui « déteste Trump » mais reconnaît que les choses fausses qu’ils balançaient sur les réseaux, parfois dans le but de se moquer du républicain, « ont fini par aider la campagne de Trump ».

Jusqu’ici, il était habitué à une dynamique de publication qui s’était mise en place au fur et à mesure des années :

– publication d’un canular ;

– diffusion du canular sur les réseaux ;

– reprise par certains médias et personnalités ;

– démenti par les médias qui ne l’ont pas repris ;

– mea culpa de ceux qui l’ont repris.

Cette dynamique s’est cassée car ceux qui diffusent le canular ne prennent plus le temps de lire le démenti ou le fact-checking (ou n’y sont pas confrontés sur leurs murs Facebook) et restent sur leur première impression. Ils y croient. L’exemple type est un article intitulé « Le pape François choque la planète en soutenant Trump ». Il a « atteint » 960 000 personnes sur Facebook, bien plus que ceux qui ont pu lire par la suite que c’était totalement faux.

« Ils ne vérifiaient rien »

Paul Horner raconte au Washington Post comment il s’est progressivement rendu compte que quelque chose ne tournait plus rond dans sa boutique de mensonges humoristiques :

« Mes sites étaient tout le temps repris par les partisans de Trump. Ils ne vérifiaient rien. Ils postaient tout, croyaient tout. Je pensais qu’après qu’ils ont vérifié, ils auraient l’air bêtes. Ça a toujours fonctionné comme ça : quelqu’un reprend ce que j’ai écrit, ils découvrent que c’est faux et ils ont l’air bêtes. Mais les partisans de Trump… ils n’arrêtaient pas. »
On sent que Paul Horner a quelque chose à se reprocher. Au détour d’une réponse, loin de la vantardise habituelle du troll qui a réussi son coup, il dit croire que « Trump est à la Maison Blanche à cause de [lui] ».

Bechir Houman's insight:
Qui écrit ces articles issus des sites obscurs qui sont partagés sur Facebook autant, voire parfois plus, que les articles de médias traditionnels ?
more...
No comment yet.