Finance Belgium
5.6K views | +2 today
Follow
Finance Belgium
Any Finance, Tax, accountancy news in Belgium
Curated by Philippe Roose
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Philippe Roose
Scoop.it!

La construction craint une hausse des prix

La construction craint une hausse des prix | Finance Belgium | Scoop.it
Les entreprises de construction constatent un écart de plus en plus grand entre la demande et l’offre de logement. Si les conditions d’accès à la propriété ne s’améliorent pas, les prix pourraient monter.
more...
No comment yet.
Scooped by Philippe Roose
Scoop.it!

5 poignées de mains à éviter en entretien | References.be

5 poignées de mains à éviter en entretien | References.be | Finance Belgium | Scoop.it
Votre poignée de main en dit long sur vous. Vous pourriez penser qu’une poignée de main n’a rien de sorcier. Et pourtant… une mauvaise poignée de main peut causer votre perte. Voici cinq poignées de main à éviter en entretien d’embauche.
Philippe Roose's insight:

Les hommes des cavernes se saluaient les bras grands ouverts, les paumes en évidence, pour montrer à leur interlocuteur qu’ils n’étaient pas armés. Parce qu’ils étaient fourbes et qu’ils dissimulaient des dagues dans leurs manches, les Romains se tâtaient le bras en guise de salutation, évaluant aussi ainsi le danger potentiel de leurs « amis ». Aujourd’hui, c’est la poignée de main qui est généralement d’usage dans des contextes formels. Votre poignée de main en dit long sur vous. Vous pourriez penser qu’une poignée de main n’a rien de sorcier : vous agrippez la main de votre interlocuteur, la secouez légèrement et la relâchez. Et pourtant… une mauvaise poignée de main peut causer votre perte. Voici cinq poignées de main à éviter en entretien d’embauche.

La poignée moite

Les mains moites, signe de stress, sont assez courantes et, malheureusement, inévitables. Mais personne n’aime sentir la moiteur d’autrui, peu appétissante. Avant de serrer la main du recruteur, séchez-la discrètement sur vos vêtements. Vous pouvez aussi vous laver les mains plus souvent et appliquer un peu de talc.

La poignée molle

Une bonne poignée de main doit être ferme, pour signifier à votre interlocuteur que vous êtes engagé et que vous avez envie de conclure une affaire. Une étude menée par des professeurs de la Ohio Wesleyan University avance qu’une poignée de main molle révèle « de la culpabilité  et de la fatigue ». En d’autres termes, vous donnez ainsi l’impression d’être faible et non-engagé. Assurez-vous de saisir la main du recruteur et de ne pas vous contenter de déposer votre main dans la sienne.

La poignée écrasante

Ne broyez pas non plus la main du recruteur, ce serait tomber dans l’autre extrême. Une enquête révèle qu’une poignée de main écrasante pourrait traduire une personnalité harceleuse ou agressive. Le professeur Irving McGrath, de la Dublin Business School, montre qu’une telle poignée de main présente une corrélation positive avec « l’extraversion, l’agressivité physique et la force ». Essayez de trouver un juste équilibre entre force et grâce. 

La poignée de main insistante

Une bonne poignée de main n’est pas seulement une question de pression. La durée de l’acte est également importante. Une poignée de main trop longue peut rendre votre interlocuteur mal à l’aise. Serrez la main du recruteur et secouez-la trois fois avant de la relâcher.

La poignée de main éclair

Vous pouvez offenser votre interlocuteur en retirant votre main trop rapidement. Ce geste pourrait aussi être perçu comme impoli. Ne donnez pas l’impression d’être pressé. Montrez-lui que vous avez le temps et que vous appréciez la conversation.
En bref, une bonne poignée de main se fait :

Avec des mains sèches et doucesAvec des mains fermes, mais pas écrasantesAvec trois coupsAvec un contact visuel et un sourire

Source : The Guardian

more...
No comment yet.
Scooped by Philippe Roose
Scoop.it!

Paradis fiscaux: les revenus de sociétés-écrans devront être déclarés en Belgique

Paradis fiscaux: les revenus de sociétés-écrans devront être déclarés en Belgique | Finance Belgium | Scoop.it
Il ne sera plus possible de s'abriter légalement derrière des sociétés-écrans aux Bahamas, en Suisse, au Luxembourg ou à Panama...
Philippe Roose's insight:

Les propriétaires d'entreprises dans les paradis fiscaux sont désormais légalement tenus de faire connaître leurs revenus, en vertu d'un arrêté royal publié mercredi au Moniteur belge. Il ne sera plus possible de s'abriter légalement derrière des sociétés-écrans aux Bahamas, en Suisse, au Luxembourg ou à Panama. "Avec une telle obligation les bénéficiaires finaux seront aussi connu et exposés", souligne le cabinet du secrétaire d'Etat à la lutte contre la fraude, John Crombez. "Pour ceux qui ne parviennent pas à répondre à l'exigence de déclaration et qui plus tard sont démasqués, ce défaut équivaut à un indice de fraude et entraîne la prolongation des délais d'imposition et d'enquêtes".

Quoi qu'il en soit, "les progrès de la coopération internationale et l'échange automatique d'informations augmentent de manière significative la probabilité que, dans les mois et années à venir, ces constructions soient de toute manière mises à jour", estime-t-on chez M. Crombez.

L'arrêté royal liste 69 structures dotées de la personnalité juridique dans 63 pays pour lesquelles l'obligation de déclaration sera effective. Il s'agit notamment des International Business Companies existant dans de nombreux territoires (Bahamas, Barbades, Brunéi, République dominicaine, Panama, Seychelles, etc.), mais aussi des fondations suisses, monégasques, des îles anglo-normandes ou du Liechtenstein, ou encore des sociétés de gestion patrimoniale du Luxembourg.

 

http://www.lalibre.be/economie/actualite/paradis-fiscaux-les-revenus-de-societes-ecrans-devront-etre-declares-en-belgique-533c3b7b3570d35ee3e45062

more...
No comment yet.
Scooped by Philippe Roose
Scoop.it!

Réforme fiscale: choisissez votre parti

Réforme fiscale: choisissez votre parti | Finance Belgium | Scoop.it
Les quatre grands partis ont dévoilé leurs mesures en matière de fiscalité. L'occasion de comparer les quatre visions de la fiscalité nouvelle proposées à quelques mois des élections.
Philippe Roose's insight:

PS: Un impôt sur la fortune de 1 %

Particuliers : les socialistes ne touchent pas aux taux de l’impôt des personnes physiques (IPP). Ils préfèrent jouer sur ce qu’on appelle "le bonus à l’emploi" et l’étendre à des catégories supplémentaires pour booster le pouvoir d’achat d’une grande partie de la population (3,1millions de personnes, selon les chiffres du PS). Grâce notamment à cet élargissement de ces réductions des cotisations sociales personnelles, le PS espère faire gagner jusque 120euros net/mois aux catégories de travailleurs concernées. Par contre, les socialistes veulent introduire un impôt sur la fortune (ISF) avec un taux allant jusque 1 %. Cet impôt vise les patrimoines supérieurs à 1,25million d’euros en dehors de la maison d’habitation et des biens affectés à l’activité professionnelle (80 000contribuables seraient touchés).

Entreprises : le PS ne touche pas à l’impôt des sociétés (Isoc) - à 33,99 %. Mais, pour le boulevard de l’Empereur, il faut supprimer les intérêts notionnels. Grâce aux économies ainsi dégagées, le PS veut réorienter l’argent pour aider surtout les PME.

Coût : la réforme socialiste ne coûterait rien. La suppression des intérêts notionnels, la lutte contre la fraude fiscale et la fiscalité sur le patrimoine rapporteraient 4,5milliards d’euros et compenseraient exactement le coût de la réforme proposée (3milliards en pouvoir d’achat; 1,5milliard pour l’emploi).

 

MR: Les libéraux et leur impôt à "taux zéro"

Particuliers : contrairement aux autres partis, le MR veut une réforme profonde de l’IPP. Le principe : d’abord, créer un "taux zéro" pour les 13 000 premiers euros gagnés. L’objectif est notamment de rendre du pouvoir d’achat aux bas revenus et réduire progressivement les différences de traitement fiscal entre revenus du travail et revenus d’allocation. Pour les revenus moyens, le MR propose que les tranches d’imposition de 30 % et de 45 % soient supprimées; que les tranches de 25 % et de 40 % soient augmentées et étendues et que celle à 50 % commence à 50 000 euros (contre 37 330 aujourd’hui). Le MR souhaite aussi diminuer les droits de donation et de succession au niveau régional. Entre autres, il y aurait une exonération sur le logement familial lorsqu’il est transmis au conjoint survivant.

Entreprises : les libéraux veulent aussi s’attaquer au taux de l’impôt des sociétés et proposent une baisse progressive jusque 23 % (en 2016). Pour les PME, un taux de 20 % serait applicable à la 1re tranche de 100 000 euros. Le MR veut aussi réformer les intérêts notionnels en en réorientant une partie vers l’aide à l’investissement des PME.

Coût : Selon le président du MR, Charles Michel, cette réforme fiscale coûterait 5 milliards d’euros. Mais il faut décompter les "effets retour" pour les finances publiques de ces mesures. Au final, il n’y aurait que 2 milliards à trouver par une série d’économies. Ces calculs sont contestés, en particulier par le PS qui parle d’un coût de 20 milliards d’euros.

 

cdH: Les humanistes ou l’autre "taux zéro"

Particuliers : à l’image du MR, le CDH propose de créer "un taux zéro" dans l’impôt des personnes physiques (IPP). L’idée : 0 % d’impôt pour les revenus inférieurs à 11 000 euros par an; 50 % au-delà de 500 000 euros. Entre ces deux extrêmes, les taux varient potentiellement à l’infini en fonction du niveau de revenus (onze paliers sont prédéfinis en guise de repères). Le CDH propose en outre : des réductions d’impôts supplémentaires pour les familles; une taxation de la spéculation (25 % sur les plus-values sur actions); une généralisation de l’avantage fiscal prévu pour le livret d’épargne (les 1 900 premiers euros d’intérêt sont exonérés) à l’ensemble des revenus du capital, ainsi qu’une généralisation du précompte mobilier à 25 %; une lutte intensive contre la fraude fiscale.

Entreprises : l’impôt des sociétés serait ramené tout de suite de 33,99 % à 30 %. Les intérêts notionnels seraient supprimés et 500 000 millions d’euros réaffectés à des déductions pour investissements. Le CDH propose en outre des réductions de charges pour les entreprises et la suppression des cotisations patronales sur le salaire du jeune qui effectue sa première expérience professionnelle.

Coût : 10milliards de dépenses pour 10milliards de recettes. La neutralité budgétaire (hors effets retours) est assurée, assurent les humanistes.

 

Ecolo: Entre ISF, rente nucléaire et revenus globalisés

Particuliers : Ecolo souhaite une globalisation des revenus, entre ceux du travail et ceux issus du capital (les revenus mobiliers - intérêts et dividendes - sont aujourd’hui taxés forfaitairement). Le tout serait soumis à l’IPP. Ecolo entend réintroduire une tranche au-delà de 50 % pour les revenus supérieurs à 250 000 euros par an. En revanche, il propose de porter la quotité exemptée d’impôts (la part des revenus exonérée d’impôts) à 12 000 euros pour les revenus inférieurs à 40 000 euros par an. La quotité diminue ensuite progressivement jusqu’au niveau actuel (environ 7 000 euros). Parmi d’autres : suppression de la redevance TV, création d’un impôt sur la fortune (1 % à 1,5 % sur les patrimoines de plus de 1 million d’euros, hors habitation principale et biens professionnels), taxation des revenus spéculatifs (taxe dégressive sur les plus-values sur actions) ou refonte de la fiscalité immobilière (mais Ecolo ne donne que peu de détails à ce propos).

Entreprises : l’impôt des sociétés serait baissé à 25 % pour les PME. Ecolo veut supprimer les intérêts notionnels et réinvestir la manne dans les PME. Il veut aussi "récupérer" la rente nucléaire au-delà de la taxe déjà perçue (550 millions par an). Gains espérés : entre 1,7milliard et 4,5 milliards sur la période 2014-2025.

Coût : Ecolo ne chiffre pas ses mesures. Mais "selon nos calculs, la neutralité budgétaire est atteinte" , dit le député Georges Gilkinet. Parmi les mesures qui rapportent, les Verts mettent le paquet sur la lutte contre la fraude fiscale.

 

http://www.lalibre.be/actu/politique-belge/reforme-fiscale-choisissez-votre-parti-53289bc235709734f41314c2

more...
No comment yet.
Scooped by Philippe Roose
Scoop.it!

Toujours moins d'intérêts sur les livrets

Toujours moins d'intérêts sur les livrets | Finance Belgium | Scoop.it

Les taux d’intérêt des comptes d’épargne ne cessent de baisser. De nombreux comptes ne rapportent presque plus rien et une partie d’entre eux ne protègent même plus de l’inflation.

Philippe Roose's insight:

Depuis un mois, la valse des baisses de taux d’intérêt sur les livrets d’épargne a repris de plus belle, après une accalmie fin 2013. Elle a commencé début février avec Deutsche Bank, qui n’avait pas touché à ses taux depuis un an. Une foule d’établissements — traditionnels ou en ligne — lui ont emboîté le pas, dont bpost, BNP Paribas, Crelan, ING, Banca Monte Paschi, Belfius, Rabobank et la dernière en date, Argenta.

La plupart des banques justifient leur décision par la tendance baissière des taux constatée sur le marché. Il s’agirait également d’actions préventives, étant donné que la Banque centrale européenne (BCE) pourrait décider ce jeudi d’abaisser son taux de refinancement et son taux de dépôt.

Cependant, selon Kristof De Paepe, rédacteur en chef du site guide-epargne.be, "les raisons avancées par les banques pour justifier la baisse des taux ne donnent peut-être pas toute la vérité. En réalité, certaines banques ont déjà beaucoup d’épargne et ne savent pas quoi en faire. En baissant leurs taux, elles espèrent favoriser d’autres produits, comme l’emprunt populaire", explique-t-il.

Par ailleurs, elles ne prennent pas beaucoup de risque, car elles constatent qu’une baisse des taux n’incite pas les épargnants à "liquider" ni déménager leur épargne existante, et cela même si des banques en ligne proposent des taux deux fois plus élevés.

En effet, l’obligation de proposer une prime de fidélité pour les comptes d’épargne réglementés ne favorise pas la mobilité bancaire des Belges, étant donné qu’ils doivent maintenir leur épargne pendant une année dans le même établissement pour en bénéficier.

1,2% en moyenne

Aujourd’hui, le taux moyen des 10 meilleurs comptes d’épargne est de 1,98%. Il s’agit dans la grande majorité des cas de comptes en ligne.

Pour bénéficier de la meilleure offre du marché, l’épargnant doit actuellement choisir l’option ME3 de MeDirect, un compte d’épargne non réglementé qui offre un taux de base net de 2,1% (les 1.900 premiers intérêts ne sont pas exonérés du précompte mobilier). Le compte fidélité d’Evi propose le même taux global, mais la prime de fidélité compte pour 1,5% du taux total.

En moyenne, les comptes d’épargne offrent actuellement 1,98% d’intérêts en Belgique. Rognés par l’inflation (0,97% en février), ils ne rapportent donc presque rien en termes de pouvoir d’achat. Et dans la plupart des banques traditionnelles, l’épargnant y perd même. Si l’on prend par exemple le cas d’un particulier qui dépose 50.000 euros sur un compte d’épargne classique de BNP Paribas Fortis, KBC ou Belfius, qui rapporte 0,6% au total, l’épargnant perdra même 185 euros de pouvoir d’achat au bout d’une année, en partant de l’hypothèse que ni le taux d’intérêt, ni le taux d’inflation ne changeront sur la période.

Taux hypothécaires

Dans ce contexte, on peut se demander si les banques répercutent également "la persistance des taux bas sur les marchés" sur les taux des crédits hypothécaires. C’est en tout cas ce qu’a annoncé Belfius en début de semaine, sans doute pour faire passer la pilule de la baisse des taux d’intérêt sur les livrets d’épargne. Car sur le terrain, impossible de vérifier si les emprunteurs bénéficient de meilleurs tarifs. "Il s’agit de baisses de taux sur les tableaux officiels remis aux clients", explique Kristof De Paepe.

En effet, les taux officiels étant toujours négociés par les clients, la banque compense sans doute la baisse officielle des taux par une réduction de sa marge de négociation…

 

 http://www.lecho.be/r/t/1/id/9474704.

more...
No comment yet.
Scooped by Philippe Roose
Scoop.it!

Si les profils LinkedIn étaient honnêtes…

Si les profils LinkedIn étaient honnêtes… | Finance Belgium | Scoop.it
Si Facebook permet de rester en contact avec ses amis, LinkedIn permet de présenter ses compétences tout en gardant le contact avec ses relations professionnelles. Sur votre profil, vous pouvez indiquer votre profession, votre entreprise, votre parcours universitaire, et votre expérience. Vos relations peuvent également renseigner vos compétences professionnelles :...
Philippe Roose's insight:

Si Facebook permet de rester en contact avec ses amis, LinkedIn permet de présenter ses compétences tout en gardant le contact avec ses relations professionnelles. Sur votre profil, vous pouvez indiquer votre profession, votre entreprise, votre parcours universitaire, et votre expérience. Vos relations peuvent également renseigner vos compétences professionnelles : social media, community management, marketing, SEO, business développement… Les compétences sur LinkedIn dépendent de votre profil, votre secteur, votre profession et des relations nouées sur votre lieu de travail. Mais ces avis laissés par vos relations sont-ils vraiment francs ? Est-ce que vos anciens collègues rédigent des recommandations en toute franchise, ou attendent-ils quelque chose en retour ? Ces compétences et expertises sont-elles un bon indicateur de performance des candidats ?

Évidemment, les compétences LinkedIn sont toujours avantageuses. Mais que se passerait-il si vos collègues étaient honnêtes ? Et s’ils dévoilaient vos pires secrets professionnels, inavouables sur Internet ? Vous arrivez régulièrement en retard, vous n’amenez jamais le café ? Lorsque vous planifiez une réunion, vous envoyez toujours un ordre du jour de 3 pages pour vous donner de l’importance ?Someecards a imaginé à quoi pourrait ressembler votre profil LinkedIn s’il était objectif et qu’il reflétait vraiment votre way of life professionnel. Nous l’avons adapté en français. Ou comment plomber en un rien de temps votre e-réputation…

more...
No comment yet.
Scooped by Philippe Roose
Scoop.it!

Le fisc belge dans le collimateur européen

Le fisc belge dans le collimateur européen | Finance Belgium | Scoop.it
Le système de 'ruling' fiscal qui profite à certaines multinationales basées en Belgique est dans le collimateur de la Commission. Attention, explosif.
Philippe Roose's insight:

Répondez à la question. La Commission européenne s’interroge sur la validité de certains mécanismes fiscaux belges et leur compatibilité au regard du droit européen. La DG concurrence, le chien de garde européen en la matière, a transmis une série de questions à l’État belge — le ministère des Finances en l’occurrence — en décembre dernier.

Dans le viseur de l’Europe: une partie de l’article 185 du code fiscal mis en œuvre par la commission du "ruling". Ces mécanismes permettent notamment à l’administration des finances d’autoriser des multinationales qui opèrent depuis la Belgique à rapatrier les bénéfices effectués dans d’autres États membres sans être taxés dans ces États membres et sans même avoir à en informer le pays où les bénéfices ont été réalisés.

Le "ruling" permet aux grosses entreprises de demander préalablement à une commission du fisc comment une opération particulière sera taxée. Bien entendu, une entreprise lance cette procédure en vue de réduire ses impôts.

Ces décisions fiscales opaques profitent actuellement, selon nos informations, à unequarantaine de grosses entreprises parmi lesquelles de nombreuses Flamandes. La Commission européenne confirme l’envoi d’un questionnaire à la Belgique en décembre dernier. "Nous en sommes au stade préliminaire et cela ne préjuge en rien de l’ouverture d’une enquête future en bonne et due forme", explique Antoine Colombani, le porte-parole de la DG Concurrence.

"Nous vérifions s’il n’y a pas de traitement différent d’une entreprise à l’autre et si des mécanismes d’aides d’État qui perturbent la concurrence sont utilisés. C’est notre rôle." La loi européenne est claire et stipule que "la liberté de circulation des capitaux à travers l’Europe ne peut être un prétexte à la distorsion de concurrence entre États membres via des politiques fiscales avantageuses".

La Commission a ouvert cette procédure préliminaire à l’encontre de la Belgique de sa propre initiative. Trois autres États membres européens sont également dans le collimateur pour des systèmes fiscaux analogues: l’Irlande, le Luxembourg et les Pays-Bas.  

 "La Commission reproche à la Belgique de fonctionner dans ce cas de figure comme une sorte de paradis fiscal. Ni plus ni moins"  

 

"La Commission reproche à la Belgique de fonctionner dans ce cas de figure comme une sorte de paradis fiscal. Ni plus ni moins", détaille un expert belge, fin connaisseur du dossier. Si l’Europe pousse son enquête plus avant, la Belgique s’expose non seulement à devoir revoir ce mécanisme fiscal attractif de fond en comble mais aussi à devoir rembourser les ristournes fiscales accordées à ces entreprises, celles-ci s’apparentant dès lors à des aides d’État.

Discours de Nouvel An

Le système du "ruling" a été mis en place par Didier Reynders (MR) alors qu’il était ministre des Finances. A la tête de la commission ruling se trouve actuellement Véronique Tay, également surnommée "la mère des intérêts notionnels" pour son rôle décisif dans la création de cet autre mécanisme fiscal.

Véronique Tay n’a pas donné suite aux appels de "L’Echo". Le porte-parole de l’administration rappelle que ce ne sont que des questions et pas une procédure d’infraction. "Il n’y a rien de secret aux rulings, la loi renvoie très explicitement au service des décisions anticipées", dit Francis Adyns.

Du côté de l’actuel ministre des Finances Koen Geens (CD & V), on minimise la portée des questions posées par la Commission européenne. "Nous ne donnons aucun détail, mais cela s’inscrit dans le cadre d’un échange de vues normal avec les autorités européennes, comme il y en a avec d’autre États membres", indique la porte-parole du ministre Koen Geens.

En réalité, la tension entre les partis de la coalition fédérale est à son comble sur ce sujet. Des dissensions apparaissent aussi au sein de l’administration des Finances sur la suite à donner aux questions européennes.

D’autant que le mécanisme n’a pas été porté par l’administration elle-même, mais par une société de consultance. Celle-ci va donc devoir à présent intervenir pour solidifier juridiquement un mécanisme qu’elle a créé…

Politiquement, l’affaire est hautement inflammable. Le Parti socialiste n’a jamais été un chaud partisan de ce "ruling" destiné à offrir des bonnes conditions fiscales à certaines grandes entreprises.

À quatre mois d’élections cruciales, et tandis que le discours sur la grande fraude fiscale est un des thèmes les plus porteurs dans l’opinion publique, la mise en cause de ce mécanisme par les autorités européennes est une aubaine dont les socialistes francophones pourraient se délecter.

 

  http://www.lecho.be/r/t/1/id/9461051.

more...
No comment yet.
Scooped by Philippe Roose
Scoop.it!

How to Make It as a Freelance Entrepreneur

How to Make It as a Freelance Entrepreneur | Finance Belgium | Scoop.it
For entrepreneurs wanting to go down the freelance route, here are five tools and tips to build a successful career.
Philippe Roose's insight:

When people think of an entrepreneur, often they conjure up a founder of a newly launched startup, a veteran business owner or someone running a franchise. But the term includes so many other folks, one being the freelancer.

Many entrepreneurs have found success as a freelancer providing various services including data mining, designing, producing and writing, among others. But to build a successful, prolific freelance career, you need more than luck and access to clients online.

 

Here are five key skills that will go a long way in helping you find success:

1. Market yourself. You might have rock-star design skills, a knack for storytelling or coveted coding chops, but without a personal marketing strategy, no one will know you are open for business. All good freelancers should have a robust online presence -- everything from public social media accounts (keep it professional, please) to a personal website and a digital portfolio. Having a well-defined personal brand can go a long way towards boosting your professionalism for both current and future clients.

Tools: Social media management applications such as HootSuite and Buffer help keep your online presence organized and up to date. Custom-built websites are always best for showing yourself off in a unique way, but LinkedIn, Wix, WordPress, and About.me enable you to create a professional online presence in minutes.

Related: How to Build a Business Plan For Your Personal Brand

2. Set a schedule, goals and expectations. Whether you're working on a last-minute project or have all the time in the world, it is important for freelancers to establish deadlines and manage expectations with clients. Determining what the final product will look like, when it will be delivered and how it will be done helps freelancers stay on track and allows clients to know what they're getting.

Tools: Visually's Project Center incorporates a custom timeline for each project, clearly establishing deadlines and deliverables. There is also Podio and Asana, both of which provide management tools for collaborating with a team and staying on top of project goals.

3. Keep track of all your great ideas. At any given point, you might be working on a number of different projects at various stages of completion. Keeping track of all of the ideas and inspirations associated with each one can be tough and top-notch organization skills are a must for any freelancer's arsenal.

Tools: The gold standard for organization tools and apps is Evernote. No other tool has as many features, as simple of an interface,or is as easy to use as Evernote. With full-featured integration across a variety of desktop and mobile platforms, the tool can be accessed virtually anywhere inspiration strikes.

Related: 5 Steps to Rescue Your Productivity When Days Go Bad 

4. Communicate effectively. It sounds like a no-brainer but effective communication builds a foundation for business success. This is even more applicable for freelancers. Going the extra mile to stay on top of communication can help eliminate the physical distance between you and your client. Being available via email, over phone and on video chat is a must, but don't be afraid to also check out screen sharing apps too, as these can be helpful for walking clients through more intricate and detailed work.

Tools: The go-to app for communication is Skype. Its simplicity is unmatched and universally adored. While Skype offers basic screen sharing, dedicated tools such as Screenhero and join.me are best for power users.

5. Follow up, build a network and grow your freelance business. You've finished a project and sent your invoice to the client. This might seem like the end of you and your client's working relationship, but it's not. Follow up with the client a week or two after the project has been delivered, and ask for feedback. If it's positive, ask for them to recommend your work to others, endorse you on LinkedIn or provide a short testimonial for your website or portfolio.

Tools: Simple skill endorsements on LinkedIn can only go so far, but a glowing recommendation can set you apart from the crowd. Visit the Visual.ly Marketplace and we'll bring your story to life.

This article originally appeared on the Visual.ly blog



Read more: http://www.entrepreneur.com/article/231029#ixzz2rt04nAkb

more...
No comment yet.
Scooped by Philippe Roose
Scoop.it!

Bellfius: Reprendre & céder - Envisagez éventuellement de sortir ou de scinder l'immobilier

Bellfius: Reprendre & céder - Envisagez éventuellement de sortir ou de scinder l'immobilier | Finance Belgium | Scoop.it
Une bonne reprise repose avant tout sur une bonne structuration de l’opération. Le vendeur vend-il les actions ou uniquement le fonds de commerce ? Reprend-il l’immobilier de l’entreprise ? Comment procéder s’il existe des liquidités excédentaires ?
Philippe Roose's insight:
Reprendre le fonds de commerce ou les actions ?

Une reprise de fonds de commerce est plus complexe qu’un rachat d’actions. " Il faut organiser la reprise des contrats existants avec les clients et fournisseurs ainsi que la reprise des contrats de travail. Par ailleurs, les impacts fiscaux sont différents. Une vente de fonds de commerce implique dans le chef de la société " cédante " un impôt sur la plus-value. Dans certains cas, une taxation étalée est possible moyennant un réinvestissement dans un délai à respecter ", résume Marie-Pierre Tasiaux, Senior Wealth Manager chez Belfius Banque & Assurances. " Le prix de cession tiendra généralement compte de la fiscalité qui grèvera la transaction. "

Un avantage et un risque pour l’acquéreur

Pour l’acquéreur, la situation est différente. " D’un côté, il peut amortir le fonds de commerce repris en fonction de la valeur réelle de la transaction, ce qui réduit sa base imposable. Fiscalement, il a donc avantage à reprendre un fonds de commerce plutôt que des actions. D’un autre côté, il reprend automatiquement la responsabilité de toutes les dettes fiscales et sociales que le cédant laisserait derrière lui, plus précisément au niveau de la TVA, des impôts directs et de l’ONSS. Au préalable, le repreneur peut, pour être informé précisément de ce risque, demander au fisc un certificat qui témoigne que l’entreprise n’a pas de dettes vis-àvis de l’État. Ce certificat a une validité d’un mois. Il faut toujours prévoir, dans la convention de cession, la vérification de ce certificat ", conseille Marie-Pierre Tasiaux.

Pas trop de liquidités au bilan, si possible…

Autre détail important pour les entreprises qui détiennent d’importantes liquidités excédentaires : un euro de réserve au bilan n’est pas nécessairement égal à un euro de prix d’achat. " Souvent, la valorisation est inférieure. Pour l’acquéreur, cela augmente le prix d’achat et ce n’est pas toujours évident de financer ces liquidités excédentaires. " Un début de  réponse peut être trouvé dans le transfert à temps des liquidités excédentaires vers le cédant.

Un bon conseil : sortez l’immobilier de la transaction

À côté des activités opérationnelles, l’immobilier représente généralement une valeur importante. " Dans certains cas, le vendeur est intéressé de conserver l’immobilier d’exploitation qui sera alors donné en location au repreneur. L’intérêt pour le cédant est de pouvoir tabler sur des revenus locatifs et de conserver le patrimoine immobilier dans la famille. Pour le  repreneur, cela peut être intéressant car cela diminue sensiblement le prix de reprise. Il peut aussi arriver que la société à vendre soit propriétaire de la maison privée ou d’immeubles de rapport sans lien avec l’activité. Dans ce cas, il convient de sortir ces immeubles de la société avant la vente ", estime Marie-Pierre Tasiaux. La scission partielle est une technique permettant de scinder un bien immeuble ou une activité de l’entité. " La société transfère alors une partie de son patrimoine à l’une ou plusieurs autres sociétés qui existent déjà ou sont créées pour l’occasion. La société bénéficiaire est indemnisée sous la forme de nouvelles actions. Ainsi peut-on scinder des actifs, des fonds propres et d’éventuelles dettes de la partie que vous souhaitez vendre. On peut envisager également – et cette formule ne manque pas d’intérêt – d’extraire de la société l’immobilier qui n’intéresse pas l’acquéreur. La scission partielle est également pratique pour scinder deux activités d’exploitation, par exemple lorsqu’un enfant souhaite poursuivre une activité et pas l’autre. Cette dernière est alors cédée ", résume Jobert Van In, fiscaliste chez Belfius.

 

Jobert Van In, fiscaliste chez Belfius

 

La règle d’or

" Pour que l’opération soit fiscalement neutre, plusieurs conditions doivent être respectées. Demandez un accord préalable au fisc, plus particulièrement au Service des Décisions Anticipées en matière fiscale, mieux connu sous le nom de commission de ruling. Cette procédure prend plusieurs mois, et exige l’intervention d’un réviseur d’entreprise et d’un notaire. Mais elle présente l’avantage que le bien scindé peut être transmis à sa valeur comptable et non à la valeur de marché, qui est souvent bien plus élevée. Si vous souhaitez mener à bien cette opération, des motivations autres que fiscales doivent vous avoir amené à privilégier cette formule. Sachez que même les motivations de nature personnelle sont acceptées. Avec le ruling, vous évitez les discussions a posteriori avec l’Administration. " Sur l’immobilier, des impôts indirects sont en outre dus, notamment des droits d’enregistrement lorsque les dettes sont scindées au même titre que l’immobilier. La TVA est également à considérer. " La scission partielle, pour toutes ces raisons, est un travail sur mesure ", conclut Jobert Van In.

 

http://www.lecho.be/sas/reprendreceder/Envisagez_eventuellement_de_sortir_ou_de_scinder_l_immobilier.9454413-7449.art

more...
No comment yet.
Scooped by Philippe Roose
Scoop.it!

12.306 entreprises en faillite en 2013

12.306 entreprises en faillite en 2013 | Finance Belgium | Scoop.it
C’est un nouveau record.
Philippe Roose's insight:

Ce nouveau total de 12.306 entreprises en faillite représente une hausse de plus de 11% par rapport au précédent record de 2012 (11.052 faillites). Ces faillites ont entraîné la perte de 27.912 emplois au total, un niveau jamais atteint, annonce mardi le bureau d’informations commerciales Graydon.

1.109 faillites en décembre

Le seul mois de décembre a enregistré un nombre record de 1.109 faillites prononcées, soit une hausse de près de 20% par rapport à décembre 2012.

Une entreprise active sur 80 a fait faillite cette année, contre une faillite pour 82 entreprises actives en 2012. La faillite la plus importante est survenue le 30 août, avec le dépôt de bilan de la chaîne de surgelés O’Cool, qui comptait un effectif de 260 personnes.

Alors que la hausse du nombre de faillites en 2012 était essentiellement imputable à la situation en Flandre, l’année 2013 a été marquée par un «renversement clair», selon Graydon. «Là où la hausse du nombre de faillites ralentissait en Région flamande (...), la vague de faillites frappe de plein fouet les Régions wallonne et bruxelloise. De nouveaux records sont battus dans chacune des trois régions», souligne le bureau d’informations commerciales.

En Région flamande, une entreprise active sur 98 a fait faillite en 2013, contre une entreprise sur 80 en Wallonie et une sur 45 à Bruxelles. Le nombre d’entreprises qui ont mis la clef sous le paillasson est monté à 6.154 en Flandre (50% du total), 3.412 en Wallonie (27,73% du total) et 2.666 à Bruxelles (21,66%).

Le secteur de l’horeca le plus touché

L’horeca est resté le secteur le plus touché avec 2.193 faillites (+7,9%). Depuis quelques mois, on observe cependant une augmentation sensible du nombre d’entreprises qui déposent le bilan dans le secteur de la construction (2.121 faillites, +19,3%).

Pour le premier semestre 2014, Graydon ne s’attend «pas à un renversement fondamental de la situation concernant les chiffres» des faillites.

more...
No comment yet.
Scooped by Philippe Roose
Scoop.it!

Indépendants : un nouveau mode de calcul

Indépendants : un nouveau mode de calcul | Finance Belgium | Scoop.it
C’est une grande joie pour Sabine Laruelle, Ministre des PME, des Indépendants et de l’Agriculture, de voir aujourd’hui publié au Moniteur belge son projet de loi visant à réformer le mode de calcul des cotisations sociales des travailleurs...
Philippe Roose's insight:

Pour rappel, avec cette réforme, les cotisations sociales de chaque année seront désormais fixées en fonction des revenus de l'année-même et non plus sur base des revenus d'il y a  3 ans.   

Les indépendants pourront, suivant leur réalité économique individuelle, affiner directement le montant de leurs cotisations sociales en fonction de leurs revenus.  Lorsque l´indépendant envisage une augmentation de ses revenus, il pourra augmenter le montant de ses cotisations. Les indépendants confrontés à une baisse de revenus par rapport à leurs revenus d'il y a trois ans pourront, après accord de leur caisse d'assurances sociales, payer moins de cotisations. De plus, chaque indépendant sera informé par sa caisse d'assurances sociales,  d'une proposition de montant  à payer trimestriellement et calculé sur les revenus indexés de l'antépénultième année (N-3 indexé). 

Sabine Laruelle se dit « Très heureuse d'avoir pu aboutir sur un dossier crucial car il va permettre aux indépendants de voir leur réalité économique nettement plus en phase avec leur quotidien ce qui est indispensable vu la période de difficultés que beaucoup d'entre eux traversent actuellement ». 

Finalement, la Ministre tient à souligner la collaboration efficace entre des différents intervenants sur ce dossier et les en remercie vivement.

more...
No comment yet.
Scooped by Philippe Roose
Scoop.it!

4 choses que l'on voudrait recevoir pour la Saint Nicolas au bureau

4 choses que l'on voudrait recevoir pour la Saint Nicolas au bureau | Finance Belgium | Scoop.it
Les fêtes de fin d’année approchent ! Si c’est traditionnellement en famille que l’on célèbre Noël et la Saint-Nicolas, les entreprises prévoient en général aussi de gâter leurs employés.
Philippe Roose's insight:

L’année passée, 83 % des travailleurs ont reçu un cadeau (principalement des chèques-cadeau ou des aliments) ou ont été conviés à un drink de fin d’année, d’après uneenquête d’HDP. La crise a malgré tout eu un impact sur 44 % des entreprises, où le budget alloué aux cadeaux et aux fêtes a été diminué.

Pourtant, il existe des cadeaux qui ne coûtent rien et qui feront tout de même très plaisir à ceux qui les reçoivent. Si votre patron manque d’inspiration, soufflez-lui ces quelques idées…

1. Plus de flexibilité

Bye-bye les embouteillages et les interminables trajets en train ! Pour beaucoup de navetteurs, le plus beau des cadeaux serait d'être soulagé des oppressants trajets domicile-travail et gagner ainsi du temps, du confort et un meilleur équilibre vie privée-vie professionnelle. Il est de plus prouvé que plus de flexibilité diminue certes le coût émotionnel et physique des trajets, mais offre aussi plus de bonheur et de productivité.

Pour cela, le télétravail offre une solution idéale. De plus en plus répandu dans les entreprises belges, ce système offre le confort inestimable de pouvoir travailler de chez soi un jour par semaine, par exemple. Quelques frais techniques sont toutefois nécessaires à son installation. Pouvoir adapter ses horaires (arriver plus tard ou plus tôt au bureau) pour éviter les embouteillages le matin et le soir est aussi un petit luxe très apprécié par les employés et qui pourtant ne coûte rien.

2. Un espace détente

Les bienfaits de la sieste ont été prouvés par la science des dizaines de fois. Le manque de sommeil est d'ailleurs un problème très répandu aujourd'hui, qui se répercute durement sur notre santé et la qualité de notre travail. Faire une micro-sieste de 10 minutes après votre déjeuner permet pourtant de rebooster votre concentration et votre productivité.

Google et Nike l’ont bien compris : là-bas, les bureaux sont équipés de salles de détente, où les employés peuvent se reposer dans des bulles. D’autres entreprises européennes ont suivi cet exemple, même si le fait de dormir au travail a toujours assez mauvaise réputation dans nos contrées. Pourtant ce cadeau nécessite simplement une pièce libre, et la permission d'apporter un coussin et une couette au bureau...

3. Des compliments

Plus que de recevoir un gros salaire, les employés aiment par-dessous tout se sentirappréciés et reconnus à leur juste valeur pour les efforts qu'ils fournissent. Il y a toujours un point positif à souligner chez quelqu'un : complimentez votre équipe !

Certains patrons pourraient d'ailleurs simplement commencer par initier des contacts pluspersonnels avec leurs employés : certains ne connaissent même pas les prénoms de ceux-ci. Intéressez-vous à la vie de vos travailleurs. Quels sont leurs centres d'intérêts, leur situation familiale, leurs qualités ?

4. Une ambiance positive

Avoir un patron qui est souvent de bonne humeur et qui a un sens de l’humour à toute épreuve peut améliorer l’ambiance de toute une entreprise. Si celui-ci sait trouver les mots pour dédramatiser les évènements qui plombent le moral de son équipe (en gardant un certain tact), il incite tous les travailleurs de la société à rester positifs et motivés.

De façon plus générale, un patron devrait encourager ses employés à être eux-mêmes. D’après une récente étude de Deloitte, la moitié des travailleurs ressent l’obligation decacher sa vraie nature au travail. Ce manque d’authenticité forcé affecte grandement l’attachement qu’ils portent à leur entreprise. Pour cela, les patrons peuvent simplementmontrer l'exemple !

 

http://www.references.be/carriere/4-choses-que-lon-voudrait-recevoir-pour-la-saint-nicolas-au-bureau?utm_source=7sur7&utm_medium=partnersite&utm_campaign=7sur7content&utm_content=top2

more...
No comment yet.
Scooped by Philippe Roose
Scoop.it!

Déjà 151.774 inscrits sur la liste 'Ne m'appelez plus'

Déjà 151.774 inscrits sur la liste 'Ne m'appelez plus' | Finance Belgium | Scoop.it
Les consommateurs qui ne souhaitent pas recevoir de coups de fils des opérateurs de télémarketing peuvent s’inscrire sur une liste, qui est comparable à la liste Robinson du secteur du marketing direct.
Philippe Roose's insight:

Fin août, 151.774 personnes s'étaient déjà inscrites sur le site www.ne-m-appelez-plus.be , selon la réponse du ministre en charge de la protection des consommateurs, Johan Vande Lanotte, à une question parlementaire de Nele Lijnen (Open VLD).

Mais malgré ces nombreuses inscriptions, la Direction générale du Contrôle et de la Médiation du SPF Economie a reçu 800 plaintes pour appels intempestifs au cours des 6 premiers mois qui ont suivi le lancement de ce nouveau site (mars-août 2013). 

Inscription

Pour en faire partie, les consommateurs peuvent introduire leurs données – y compris les numéros de téléphone sur lesquels ils ne souhaitent pas être appelés – sur ce site. L’activation se fait dans les cinq jours. Les inscriptions sur le site expirent après deux ans. Mais si vous avez introduit votre adresse e-mail, vous recevrez un message vous demandant si vous souhaitez prolonger votre inscription. Si vous n’avez pas donné d’adresse e-mail, vous devrez faire vous-même la démarche.

La liste 'Ne m’appelez plus' a été créée à la demande des grands opérateurs de télécoms et développée par la Belgian Direct Marketing Association (BDMA). Elle découle d’une directive européenne qui indique que les consommateurs doivent avoir le choix de ne plus être appelés par des entreprises proposant des offres commerciales (Opt-out). En juin 2012, le parlement fédéral a approuvé la loi qui rend cette liste obligatoire.

Les entreprises ayant recours au télémarketing doivent systématiquement vérifier que la personne qu’ils souhaitent appeler ne se trouve pas sur la liste. Même les entreprises dont vous êtes client, comme votre opérateur de télécoms, ne peuvent plus vous appeler si votre nom est sur la liste sinon elles encourent des amendes pouvant atteindre 25.000 euros.

Liste Robison

Une liste comparable existe déjà depuis longtemps pour le marketing direct par courrier : la liste Robinson (www.robinsonlist.be). Quelques entreprises ont déjà pris l’initiative de lier leurs listings à cette liste Robinson. Les consommateurs qui se sont inscrits sur la liste Robinson Phone, seront repris automatiquement sur la nouvelle liste " Ne m’appelez plus ".

 

 http://www.lecho.be/r/t/1/id/9313001.

more...
No comment yet.
Scooped by Philippe Roose
Scoop.it!

Les dépenses privées de chefs d’entreprise traquées par le fisc

Les dépenses privées de chefs d’entreprise traquées par le fisc | Finance Belgium | Scoop.it
Près de 3.000 indépendants et chefs d’entreprise ont tenté d’esquiver les taxes en actant des dépenses privées dans leur entreprise.
more...
No comment yet.
Scooped by Philippe Roose
Scoop.it!

L'épargne-pension, un placement à ne pas négliger

L'épargne-pension, un placement à ne pas négliger | Finance Belgium | Scoop.it
L’association belge des gestionnaires de fonds plaide pour que le troisième pilier des pensions prenne plus de place dans le revenu de remplacement à la retraite.
Philippe Roose's insight:

Le sujet des pensions est absent de la campagne électorale des partis politiques, a constaté Hugo Lasat, vice-président de la Beama (association belge des gestionnaires de fonds). Lui se dit surpris car la problématique est toujours d’actualité. Mais quel homme/femme politique oserait brandir l’épouvantail des pensions durant sa campagne?

Au cours d’une conférence de presse ce vendredi, Hugo Lasat et Myriam Vanneste, présidente de la Beama, ont pourtant rappelé que le paiement de la pension légale risque de peser de plus en plus dans le coût de financement des Etats, pour atteindre 16,6% en 2060, bien au-delà de la moyenne européenne, selon Myriam Vanneste. "Actuellement, en Belgique, une personne retraitée utilise à 80% sa pension légale pour ses besoins de pension, ce poids est beaucoup plus important que dans d’autres pays. Alors que le deuxième (celui des fonds de pension et des assurances groupe)et troisième pilier des pensions (celui de l’épargne pension individuelle) sont moins développés" constate-t-elle.

Cotisations limitées

De fait, l’épargne-pension, gérée en fonds, représente 14,33 milliards d’euros en encours à la fin 2013, soit une infirme partie du montant des carnets de dépôts. Pourtant, la Beama relève que 2,8 millions de Belges cotisent pour leur épargne pension individuelle, soit 62% de la population active, à travers un fonds de pension ou une assurance -pension. Le nombre d’affiliés en fonds de pension en Belgique atteint lui 1,415 million de personnes.

La Beama a aussi constaté que les Belges n’investissent pas jusqu’à la limite maximum du montant déductible fiscalement pour le troisième pilier, fixé à 940 euros en 2013. En moyenne, les Belges investissent entre 550 et 750 euros dans leur fonds d’épargne-pension. "Ceci s’explique notamment par les raisons personnelles qui poussent l’épargnant à ne pas cotiser une année, comme par exemple le financement des études des enfants, ou une séparation difficile" explique Hugo Lasat.

La Beama a également relevé qu’à l’âge de 65 ans, les affiliés ont tendance à reprendre le total de leurs investissements capitalisés, au lieu de le retirer en mensualités. "Nous n’avons peut-être pas assez mis l’accent sur cette possibilité" reconnaît Myriam Vanneste. Ce retrait entier a d’ailleurs pesé sur les montants collectés en 2012 dans les fonds d’épargne-pension. Ceux-ci ont perdu en net 20 millions d’euros en encours cette année-là. Mais depuis 2007, un milliard d’euros a été injecté dans les 16 fonds de cette catégorie.

 

 http://www.lecho.be/r/t/1/id/9499727

more...
No comment yet.
Scooped by Philippe Roose
Scoop.it!

Ce qui va changer le 1er avril

Ce qui va changer le 1er avril | Finance Belgium | Scoop.it
Qui dit début de mois dit nouveautés, et avril ne dérogera pas à la règle. De l'immatriculation des cyclomoteurs à la baisse de la TVA sur l'électricité, découvrez tous les changements qui entreront en vigueur mardi prochain.
Philippe Roose's insight:

Qui dit début de mois dit nouveautés, et avril ne dérogera pas à la règle. De l'immatriculation des cyclomoteurs à la baisse de la TVA sur l'électricité en passant par la hausse du "bonus à l'emploi", découvrez tous les changements qui entreront en vigueur mardi prochain.

Cyclomoteurs immatriculés

 

Les cyclomoteurs et les quadricycles légers devront obligatoirement être immatriculés à partir de ce 31 mars. Ces véhicules devront être munis d'une plaque d'immatriculation S-AAA-111 pour un cyclomoteur de classe A, S-BAA-111 pour un cyclomoteur de classe B et S-UAA-111 pour un quadricycle léger. Le prix de la plaque d'immatriculation et du certificat d'immatriculation s'élève au total à 30 euros. Pour un certificat d'immatriculation sans plaque le prix sera de 26 euros.

Dispense de TVA pour relancer l'économie

Les associations et les petites entreprises réalisant un chiffre d'affaires inférieur à 15.000 euros annuels ne seront plus soumises à la TVA à partir du 1er avril. Le seuil pour l'assujettissement à la TVA des associations et des petites entreprises est ainsi porté de 5.580 euros à 15.000 euros. Grâce à cette mesure, environ 12.400 (+ 17%) organisations et entreprises supplémentaires bénéficieront du régime d'exonération, ce qui donnera un total de près de 100.000 associations qui pourront être dispensées d'obligations envers la TVA. "Cette mesure apportera, par exemple, une solution au problème de tickets-boissons gratuites, auquel les clubs sportifs étaient confronté jusqu'à présent", selon le ministre des Finances Koen Geens.

 

Il s'agit de l'une des mesures du plan de relance annoncé en novembre dernier par le gouvernement fédéral.

Une autorisation électronique pour les colporteurs

Les commerçants ambulants, comme les colporteurs et les marchands, seront obligés dès le 1er avril de disposer d'une carte de colporteur électronique. La carte électronique de commerce ambulant a été introduite en avril 2013, dans le but de sécuriser davantage les autorisations et d'éviter une concurrence déloyale pour les vendeurs en règle. Les documents papier, délivrés encore jusque fin mars 2014 par les guichets d'entreprise, semblaient facilement falsifiables. Selon des chiffres de la ministre Sabine Laruelle, un colporteur sur cinq ne serait pas en possession d'une autorisation valide.

 

Un an a été laissé aux 42 à 43.000 commerçants ambulants de Belgique pour échanger leur ancienne autorisation contre la nouvelle carte, pour une somme de 13 euros. Ceux qui ne seront pas en possession de la carte électronique le 1er avril, date à laquelle elle deviendra obligatoire, risquent de perdre leur autorisation d'activité de commerce ambulant. Environ 14.000 d'entre eux n'ont pas encore fait effectuer le changement de la version papier de leur autorisation vers la nouvelle carte sécurisée.

La TVA sur l'électricité, c'est seulement 6%

Ce 1er avril, la TVA sur l'électricité passera en Belgique de 21 pc à 6 pc. La mesure vaudra au moins jusqu'au 31 décembre 2015 et fera l'objet d'une évaluation. Selon la CREG, la commission de régulation de l'électricité et du gaz, cela devrait entraîner un gain annuel de 100 euros par ménage et fera baisser les prix de l'électricité en Belgique en dessous de ceux pratiqués aux Pays-Bas.

 

Les partenaires du gouvernement fédéral se sont mis d'accord sur cette mesure en novembre dernier.

Viré? Demandez pourquoi

En février dernier, les partenaires sociaux ont trouvé un terrain d'entente sur une convention collective de travail (CCT) relative au nouveau régime en matière de motivation du licenciement dans le cadre des nouvelles règles de licenciement pour les ouvriers et les employés. Dès ce 1er avril, ouvriers et employés sous contrat à durée indéterminée auront le droit, en cas de licenciement, de demander à leur employeur d'expliquer par écrit les raisons de ce licenciement. En cas de refus de communiquer les motifs, l'employeur pourra être contraint de s'acquitter de plusieurs semaines de salaire. En cas de licenciement manifestement déraisonnable, l'employeur serait redevable de minimum trois semaines et maximum 17 semaines de salaire.

 

La mesure entrera en vigueur ce 1er avril, des exceptions étant toutefois prévues, notamment pour certains secteurs comme la construction.

Tout pile

La cotisation environnementale sur les piles et accumulateurs passera ce 1er avril à 0,075 euro hors tva par pile ou accu vendu seul, livré avec un produit ou intégré dans un produit. Jusque là, la cotisation pour la vente au consommateur était de 0,1239 euro hors tva par pile ou accu.

Un bonus pour le bonus à l'emploi

Le crédit d'impôt "bonus à l'emploi" sera relevé ce 1er avril et passera de 8,95 pc à 14,4 pc. Le crédit d'impôt "bonus à l'emploi" est une réduction d'impôt pour les travailleurs à bas salaire qui ont droit à un bonus à l'emploi social (= réduction des cotisations ONSS personnelles). Le bonus à l'emploi combine un bonus social et un bonus fiscal. Le premier permet de payer moins de charges sociales pour les travailleurs touchant jusqu'à 2.385,41 euros brut. Leur salaire net est ainsi plus élevé sans que l'employeur doive payer plus.

 

Le bonus fiscal est une baisse d'impôt pour les bas salaires ayant droit au bonus social. Ce pourcentage sera dès le 1er avril de 14,40 pc.

N'oubliez plus le code IBAN

A partir du 1er avril, les virements et domiciliations en Belgique se feront via SEPA, le système de paiement uniforme européen. Normalement, le passage au SEPA aurait dû être d'application totale le 1er février dernier mais la Commission européenne a constaté que cette migration demandait encore du temps pour certains pays. Une période de transition avait alors été proposée. Cette transition devrait se passer sans encombres car plus de 99% des virements et près de 95% des domiciliations fonctionnent déjà selon le standard européen.

La norme SEPA est davantage visible dans le formulaire de virement avec un numéro de compte IBAN plus long et éventuellement un code BIC.

 

Le système sera introduit dans 34 pays au total: les 28 états-membres de l'UE ainsi que l'Islande, le Liechtenstein, la Norvège, la Suisse, Monaco et Saint-Marin.

La Justice se réforme

Plusieurs effets de la réforme de la Justice, objet d'une loi datant de décembre dernier, prendront un caractère concret dès ce 1er avril. Le paysage judiciaire sera ainsi modifié puisque les 27 arrondissements actuels disparaissent pour n'être plus que 12, coïncidant le plus souvent avec les frontières des provinces. Il y aura cependant une situation particulière à Bruxelles où de nouvelles juridictions unilingues verront le jour et à Eupen. En outre, Louvain et Nivelles resteront séparés. L'actuel arrondissement de Nivelles sera baptisé Brabant wallon.

Ce nouveau découpage des arrondissements judiciaires entraînera une plus grande mobilité de magistrats, amenés à intervenir sur l'ensemble du territoire des arrondissements fusionnés. C'est le deuxième pilier de la réforme.

 

Enfin, les responsables locaux bénéficieront de plus d'autonomie de gestion.

more...
No comment yet.
Scooped by Philippe Roose
Scoop.it!

Taxe sur les gros patrimoines: le retour

Taxe sur les gros patrimoines: le retour | Finance Belgium | Scoop.it
Le programme fiscal du PS vise à réduire la fiscalité sur le travail, tout en équilibrant les comptes de l’État avec une série de taxes sur le patrimoine. Les socialistes prônent aussi le recyclage des intérêts notionnels, afin d’accorder de nouveaux avantages fiscaux aux PME.
Philippe Roose's insight:

À chaque discussion budgétaire, le PS est revenu avec sa "cotisation de solidarité"sur les patrimoines de plus de 1,25 million d’euros (hors maisons familiale et locaux professionnels). Et à chaque fois, ses partenaires n’en ont pas voulu. Le boulevard de l’Empereur ne perd pas espoir: la mesure figure en bonne place dans son programme fiscal. Le président Paul Magnette devrait en préciser les modalités ce jeudi, lors d’une conférence de presse consacrée au projet de réforme fiscale du PS. Le document en notre possession ne cite pas de taux mais évoque "un barème progressif par tranches".

Cette mesure s’inscrit dans une volonté affichée de taxer plus le capital et un peu moins les revenus du travail. Le PS défend ainsi la taxation des plus-values boursières, l’imposition des plus-values réelles obtenues grâce aux stock-options (actuellement, la taxation est forfaitaire) et l’instauration d’une taxe sur les transactions financières.

Et en contrepartie, qu’allège-t-on dans les revenus du travail? À nouveau, le programme ne cite pas de chiffre mais annonce des mesures ciblées sur les bas et moyens revenus, "en convertissant en ‘gain poche’une partie des retenues effectuées à la source".

Au total, l’addition doit être"budgétairement neutre" pour l’État, afin d’éviter toute pression sur la sécurité sociale, les services publics et la dette. Le PS entend ainsi s’ériger en rempart contre le "danger d’un retour aux vieilles ressources de la droite (lisez du MR) qui proposent un assèchement des finances publiques, prémices d’une régression sociale généralisée".

La neutralité budgétaire peut aussi s’obtenir grâce à la lutte contre la fraude. Le PS propose la création d’un "Comité F" pour combattre la grande fraude, la fin de la prescription dans les affaires de grande fraude…

Coups de pouce aux PME

Du côté des entreprises, le PS invite à"recycler les intérêts notionnels": le budget (le coût brut est d’environ 6 milliards) serait réaffecté pour doubler la déduction pour investissements des PME quand ces investissements favorisent l’emploi stable ou la recherche; augmenter cette déduction pour les investissements sur fonds propres; déduire à 120% les dépenses de formation; doubler la part de bénéfice exonérée quand une entreprise engage; maintenir les avantages fiscaux d’une PME pendant cinq ans, quand sa croissance pourrait les lui faire perdre etc.

Des coups de pouce aux starters sont aussi prévus comme la suppression de toute pénalité pour insuffisance de versements anticipés lors des cinq premières années d’activité. Un demandeur d’emploi qui crée son entreprise pourrait aussi conserver le droit au revenu d’intégration pendant la période de lancement.

Au contraire du MR et du cdH, le PS ne semble pas envisager une baisse du taux facial de l’impôt des sociétés.

Bonus/malus fiscal pour les loyers

Plusieurs propositions fiscales du parti socialiste concernent le logement. Lors de l’achat d’une habitation d’abord: meilleure progressivité des droits d’enregistrement sur une maison modeste, réduction du précompte immobilier dans les premières années, ciblage de l’avantage fiscal du crédit hypothécaire sur ces mêmes premières années…

Ces dispositions sont renforcées par des mesures pour mieux protéger les acheteurs, avec une plus grande"transparence" des prix en "intégrant dans l’offre le coût des produits annexes (assurance solde restant dû, assurance incendie, etc.)"; en interdisant de coupler une remise de taux avec la souscription d’un produit d’assurance annexe; en permettant d’étaler sans frais la durée de remboursement en cas de hausse significative du taux d’intérêt variable du prêt.

Lors de la mise en location ensuite: le PS précise son système de taxation des loyers, esquissé il y a quelques semaines. Il ne s’agira pas d’une taxation pure et dure des revenus locatifs, mais bien d’une modulation du précompte immobilier. L’idée est celle-ci: l’autorité publique établit une grille de loyers sur base du bien, de sa localisation, de sa performance énergétique… Plus le loyer s’écartera de cette grille, plus le précompte immobilier sera élevé. Le PS parle d’un "système de bonus-malus fiscal pour récompenser les propriétaires respectueux".

Enfin, lors de la cession du bien, le PS défend l’exonération des droits de succession pour le conjoint survivant et une réduction des droits de succession quand le logement reçu en héritage est mis sur le marché locatif social ou public.

[Suivez l'auteur de cet article sur Twitter en cliquant ici]


 http://www.lecho.be/r/t/1/id/9477581.

more...
No comment yet.
Scooped by Philippe Roose
Scoop.it!

Comment monter une équipe de feu pour votre start-up | References.be

Comment monter une équipe de feu pour votre start-up | References.be | Finance Belgium | Scoop.it
Nous connaissons tous des histories de start-up qui ont connu la gloire et se sont transformées en gigantesque entreprise à succès. Leur point commun : une équipe de feu, qui s’est donnée corps et âme pour la cause commune.
Philippe Roose's insight:
Le plus important soyez bien accompagné par un comptable ! 1. N’engagez que des personnes que vous connaissez

N’engagez que des personnes que vous connaissez, de préférence des anciens collègues, dont vous connaissez les atouts et les capacités. Il peut être intéressant de recruter des nouveaux talents, mais il vous faudra du tempspour établir une relation de confiance mutuelle. En recourant à des personnes que vous connaissez déjà, vous serez certain(e) que les postes clés de votre start-up seront occupés par des travailleurs efficaces, qui partagent votre vision de l’entreprise. Vous pourrez également mettre en place une stratégie fiable pour les mois à venir.

2. Trouvez des partenaires qui pourront financer votre projet sur le long terme

Dans un premier temps, trouver des investisseurs qui croiront en votre projet sur papier s’avérera sans doute très compliqué. C’est pourquoi il est essentiel de vous allier des partenaires qui investiront sur leurs fonds propres et qui vous permettront de croître. Vous pourrez alors constituer un dossier solide en vue d’attirer des investisseurs extérieurs et de rechercher d’autres sources de subvention.

3. N’engagez pas des jeunes diplômés

N’engagez pas immédiatement des jeunes diplômés. Misez en premier lieu sur des travailleurs qui ont accumulé plusieurs années d’expérience dans des entreprises établies. Attendez d’être bien lancé(e) avant de recruter des jeunes fraîchement diplômés, qui pourront vous apporter quelques idées novatrices.

4. Recrutez des gens avec de l’expérience en matière de vente et de marketing

L’une des erreurs classiques des start-ups consiste à attendre que la construction des produits/services soit achevée avant de recruter des gens qui ont de l’expérience en matière de vente et de marketing et qui se chargeront de commercialiser le projet fini. Or, si vous ne disposez pas d’une telle équipe dès le départ, vous prenez le risque de vous égarer et de proposer des produits/services dont aucun acheteur ne voudra. En revanche, si vous recrutez d’emblée des personnes spécialisées en la matière, elles pourront aiguiller votre projet pour le vendre au mieux aux consommateurs.

5. Faites appel à des passionnés

Recrutez des coéquipiers qui seront passionnés par votre objectif et qui auront à cœur de concrétiser votre idéepour l’idée elle-même, et non pour le potentiel financier qu’elle renferme. Les start-ups connaissent en général une histoire mouvementée, rythmée par des hauts et des bas parfois difficiles à vivre. Il est inutile de perdre votre temps avec des employés qui ne seraient attirés que par l’appât du gain. Une start-up peut mettre des années avant de décoller.

 

Source : Business Insider

shutterstock
more...
No comment yet.
Scooped by Philippe Roose
Scoop.it!

The One Thing Your Company Needs Right Off the Bat

The One Thing Your Company Needs Right Off the Bat | Finance Belgium | Scoop.it
While traditional business plans may be going out of vogue, it is still important for companies to make sure they have one of these.
Philippe Roose's insight:

The first American astronauts heading for the moon had a strict mission: Land two men on the lunar surface and return them safely to Earth.

While they were on the moon, they took samples, conducted experiments and took photographs. They did what their mission said, and they made history.

 

Just like Neil Armstrong needed a clear mission to achieve his objective, businesses do too. Having a mission statement helps entrepreneurs focus on the essence of their business's goals and the philosophies underlying them. It protects you from yourself.

Related: Five Reasons Why Your Mission Statement Probably Stinks

You may not think you need protection. But come on, you’re an entrepreneur! Your brain rarely shuts off. You’re constantly manufacturing new ideas and dreaming up new plans. If you acted on every single notion, you’d never get anything done. A mission statement is a safeguard against you going completely off the rails chasing down some every new thought and losing focus of what you’re trying to achieve. The mission statement makes you stick to that plan that was so clear when you first began.

Over the years I’ve crafted many mission statements -- some worked and some that were just duds. I look back at the ones that didn't work and I can see their flaws -- they were over-reaching, too wordy or too narrow. The best ones were short, succinct and to the point. For example, my mission for my latest endeavor Patriot Software is "To help small business owners with easy and affordable software." It works because it’s reasonable, memorable and achievable.

Related: Change the Rules: 5 Ways to Bring Mission Into Your Business

When you create a mission statement, you are telling yourself (and the world) that this is what my business is going to be about -- this is what I’m going to achieve. Plus, if you are trying to raise capital, you better know your mission statement backwards and forwards. Otherwise, investors may feel you aren't focused enough.

But once you create it, don’t just check it off your to-do list and file it away -- put it to work. Plaster it somewhere that you and your employees will constantly see it. This will help you retain it, believe it and start making it happen. Make a practice of periodically reviewing the mission statement to make sure you’re still on track. If you veer off course, your mission statement will jump right out and embarrass you back into compliance.



Read more: http://www.entrepreneur.com/article/231097#ixzz2rzLzKxwB

more...
No comment yet.
Scooped by Philippe Roose
Scoop.it!

Les psychologues enfin reconnus

Les psychologues enfin reconnus | Finance Belgium | Scoop.it
Le métier de psychothérapeutes et de psychologues cliniciens va être réformé. la Chambre a voté une loi encadrant la profession.
Philippe Roose's insight:

La Chambre a approuvé jeudi la loi qui encadre la psychothérapie, une réforme en chantier depuis 15 ans tant il fut compliqué de concilier les points de vue des professionnels et ceux des parlementaires. La proposition a recueilli l'unanimité moins l'abstention de la N-VA et du Vlaams Belang.

La réforme prévoit que les psychothérapeutes et les psychologues cliniciens seront formellement reconnus comme professionnels de la santé. Cela aura pour conséquence de les soumettre aux mêmes obligations de protection du patient et de respect de ses droits. Ils devront détenir une habilitation pour pouvoir exercer.

La réforme précise aussi que les psychothérapeutes devront avoir suivi une formation valable, qui ne sera pas forcément universitaire.

Les psychothérapeutes qui exercent déjà pourront faire valoir leur expérience et leur formation pour recevoir leur habilitation. Si cependant cette habilitation leur était refusée, ils devraient immédiatement arrêter d'utiliser le titre, sous peine d'amendes allant jusqu'à 12.000 euros.

Le chantier se poursuivra à travers les arrêtés d'exécution. La ministre de la Santé, Laurette Onkelinx, a fixé une période de deux ans. D'autres débats devront encore être menés, en particulier celui du remboursement des séances de psychothérapie, a-t-elle précisé.

 

 http://www.lecho.be/r/t/1/id/9461067.

more...
No comment yet.
Scooped by Philippe Roose
Scoop.it!

Quand dois-je rentrer les déclarations à la TVA ? - Abacus Consulting

  Quand dois-je rentrer les déclarations à la TVA ?
Philippe Roose's insight:
Attention !

 

Les seuils de 2.500.000 euros et de 250.000 euros mentionnés ci-dessous, et l’exclusion en cas de dépôt mensuel du relevé à la TVA des opérations intracommunautaires, sont d’application depuis le1er janvier 2014.
Plus d’information dans la décision n° E.T. 125.313.

Si le chiffre d’affaires de votre entreprise est supérieur à 2.500.000 euros (hors TVA) :

vous devez rentrer des déclarations mensuelles.vous devez introduire ces déclarations et, le cas échéant, payer la TVA due qui en résulte au plus tard le 20 du mois suivant le mois des activités en question (voir calendrier).

Si le chiffre d’affaires de votre entreprise est égal ou inférieur à 2.500.000 euros (hors TVA) :

vous pouvez choisir de déposer des déclarations trimestrielles, à condition que vous payiez un acompte égal au tiers des taxes qui étaient dues pour le trimestre précédent, au plus tard le 20ème jour du 2ème et 3ème mois du trimestre.vous devez introduire ces déclarations et payer, le cas échéant, le solde de la TVA due  au plus tard le 20 du mois suivant le trimestre des activités en question (voir calendrier).

Cas particuliers

vous devez rentrer des déclarations mensuelles si le chiffre d’affaires de votre entreprise est supérieur à 250.000 euros (hors TVA) pour l’ensemble de vos livraisons :de produits énergétiques (huiles minérales ou autres produits destinés à être utilisés comme carburant ou combustible)d’appareils de téléphonie mobile, d’ordinateurs et leurs périphériques, accessoires et composantsde véhicules terrestres à moteur soumis à la réglementation sur l’immatriculationvous devez rentrer des déclarations mensuelles si vous êtes déjà tenu au dépôt mensuel de votre relevé à la TVA des opérations intracommunautaires, parce que le montant total trimestriel des livraisons de biens à reprendre dans ce relevé a dépassé 50.000 euros soit au cours du trimestre concerné soit au cours d’un des quatre trimestres précédents.

Vous devez rentrer ces déclarations et payer, le cas échéant, le solde de la TVA due qui en résulte au plus tard le 20 du mois suivant le mois des activités en question (voir calendrier).

more...
No comment yet.
Scooped by Philippe Roose
Scoop.it!

Pourquoi les taux en branche 21 ont-ils baissé?

Pourquoi les taux en branche 21 ont-ils baissé? | Finance Belgium | Scoop.it
La baisse des cours des obligations a pesé l’an dernier sur les rendements offerts par les assurances placements de la branche 21. Une seule exception: Generali a amélioré son rendement.
Philippe Roose's insight:

Plusieurs assureurs ont communiqué hier le rendement brut de leurs produits d’assurance-épargne de la branche 21. Ces produits offrent une garantie pour le capital et pour le rendement. Les assurances-vie à taux garanti bénéficient aussi d’une protection allant jusqu’à 100.000 euros.

Au taux garanti peut s’ajouter une participation bénéficiaire, en fonction des résultats du fonds sous-jacent, dans lequel les primes des assurés sont investies. Lors des dernières années, le rendement de ces produits très sûrs a reculé et le mouvement ne s’est pas inversé en 2013.

 

A savoir

Rappelons que les intérêts des produits d’assurance-épargne de la branche 21 sont exonérés de précompte mobilier si l’épargnant conserve son placement pendant huit ans. Ou si le contrat prévoit aussi une assurance décès complémentaire portant sur au moins 130% des primes versées. L’épargnant doit aussi prendre en compte les frais d’entrée. Depuis le 1er janvier 2013, chaque prime versée subit une taxe de 2%.

La plupart des assureurs ont en effet généré l’an dernier un rendement brut inférieur au rendement net de 2012 (après déduction des frais de gestion). C’est le cas chez Allianz et Belfius Insurance notamment, qui expliquent cette évolution par la faiblesse persistante des taux d’intérêt. Les produits de la branche 21 étant à capital et rendement garantis, les assureurs sont forcés d’investir les primes collectées dans des placements sûrs, soit des obligations, dont les taux restent faibles. Les emprunts d’État belges à 8 ans ont affiché en 2013 un rendement de seulement 1,94% en moyenne, contre 2,61% en 2012, rappelle-t-on chez Belfius Insurance.

• AG Insurance et BNPP Fortis affichent les mêmes rendements au titre de 2013. Mais AG Insurance compte des frais de gestion allant jusqu’à 0,50%, contrairement à BNPP Fortis. Belfius Invest Capital affiche un rendement net de 2,18% tandis que celui de Belfius Safe Invest Bonus atteint 2,38%.

• Generali est le seul assureur qui améliore son rendement en 2013. Une évolution qui s’explique par trois facteurs, selon Eric Monsieur, directeur de la distribution chez Generali. "Generali a acheté des emprunts d’État belges au sommet de la crise politique à la fin de l’année 2011, lorsque le rendement était très élevé. En 2013, notre portefeuille d’investissement n’a plus souffert des variations négatives des obligations des pays périphériques. Et en comparaison avec nos concurrents directs, nous avons investi, avec succès, 5% de notre portefeuille en actions." Generali ose investir en actions parce que le taux garanti offert est peu élevé. Une stratégie menée également par Afer Europe, dont le fonds garanti a affiché un rendement net de 3,36% en 2013.

• Delta Lloyd communiquera le montant des participations bénéficiaires en branche 21 dans le courant de la semaine. ING n’a pas encore annoncé ses rendements.

 

 http://www.lecho.be/r/t/1/id/9454291.

more...
No comment yet.
Scooped by Philippe Roose
Scoop.it!

Dumping social : ne tirez pas sur le plombier polonais !

Dumping social : ne tirez pas sur le plombier polonais ! | Finance Belgium | Scoop.it
Difficile de concurrencer un routier ou un plafonneur venant de l’Est lorsqu’il offre ses services trois fois moins chers qu’un Belge. Comment lutter contre ce dumping social toléré par l’Europe ?
Philippe Roose's insight:

L’Europe ne s’est jamais construite sans heurts. Le « dumping social » en est une preuve supplémentaire. Aujourd’hui, certains secteurs économiques belges, comme le transport, la construction ou l’horeca, sont confrontés à une concurrence déloyale sans précédent. En cause : la directive UE 96/71. Cette législation européenne, adoptée en 1996, facilite la libre circulation de la main-d’œuvre au sein de l’Union. C’est l’esprit même de la construction du grand marché européen. La directive permet ainsi à une entreprise européenne d’employer temporairement du personnel détaché d’un autre Etat membre. Le hic : depuis le 1er mai 2004, quand l’UE est passée de 15 à 25 membres, et surtout, depuis le 1er janvier 2007, lorsque la Bulgarie et la Roumanie, ont rejoint le cercle étoilé, ce « détachement » de main d’œuvre a donné lieu à des abus. 

Selon les règles européennes, les travailleurs qui viennent d’un autre pays de l’UE doivent bénéficier des mêmes conditions de travail et salariales que les travailleurs du pays qui les accueille. Or c’est loin d’être le cas. Ce qui fait dire, par exemple, à l’Union des transporteurs belges (UPTR) que les chauffeurs de certains pays étrangers ont cannibalisé le transport international, et même une partie de notre transport national. On tient le même discours dans le secteur de la construction. Dans une Europe où les différents Etats proposaient à peu près les mêmes standards en matière d’emploi, c’était jouable. A 27, avec des disparités énormes entre pays occidentaux et certains pays de l’Est, c’est devenu infernal. 

D’où la nécessité de revoir la directive 96/71. Celle-ci est sur la table de la Commission européenne depuis plus d’un an. Mais les négociations coincent durablement entre le camp occidental (Belgique, France, Allemagne, Italie, pays scandinaves…) et la plupart des derniers arrivés du bloc de l’Est. Un antagonisme, somme toute, logique, qui s’est durci avec la crise, mais qu’il faut résoudre sans plus attendre. L’idée des Occidentaux n’est pas de remettre en cause le principe du détachement, mais de renforcer les contrôles et la coordination administrative entre pays pour s’assurer que les règles soient respectées. En particulier concernant les salaires. 

En effet, la législation européenne veut que le salaire d’un transporteur roumain (par exemple) qui roule temporairement pour un transporteur belge soit payé en Roumanie aux mêmes conditions que le travailleur belge. Or certains chauffeurs roumains ne voient même pas la couleur de leur salaire. Des sociétés boîtes-aux-lettres ont également vu le jour dans certains pays pour brader les services d’ouvriers sous-qualifiés à des entreprises belges (par exemple) qui s’en accommodent évidemment sans problème. Sans contrôle strict ni collaboration entre pays, ces abus deviennent légion. Il ne faut donc pas tirer sur le plombier polonais. Car celui-ci n’en peut rien. Il subit la situation au même titre que le plombier belge. Mieux vaut tirer sur l’Union européenne pour que celle-ci s’accorde sur un meilleur respect des règles. Au risque, sinon, de laisser se développer un racisme intra-européen qui, en période de récession et à six mois des élections, peut très vite déraper et faire le jeu des populistes...


http://www.levif.be/info/levif-blog/le-midi-du-vif/dumping-social-ne-tirez-pas-sur-le-plombier-polonais/opinie-4000469979666.htm

more...
No comment yet.
Scooped by Philippe Roose
Scoop.it!

7 règles à respecter si vous mangez à votre bureau

7 règles à respecter si vous mangez à votre bureau | Finance Belgium | Scoop.it
Vous savez très bien que manger devant son écran à midi est mauvais pour votre santé, pour votre concentration et pour votre bonne humeur.
Philippe Roose's insight:

Malgré tout, vous le faites quand même, parce que tout le monde le fait pareil dans votre société ou parce que vous avez trop de travail.

Si vous avez décidé de manger à votre bureau (malheureux !), faites au moins en sorte de le faire poliment. Voici quelques règles d’étiquette pour déjeuner devant son ordinateursans devenir la bête noire de ses collègues.

1. Evitez les aliments odorants

Vous aimez l’ail, l’oignon, le thon, le curry, le fromage à pâte molle et les andouillettes ? Vous avez tellement raison, c’est délicieux. Malgré tout, ce n’est vraiment pas une bonne idée de manger ce genre de plat en open space : ils vont rapidement embaumer la pièce etretourner l'estomac de vos collègues.

2. Respectez les horaires

Si vous sortez votre petit doggy bag à 11h ou à 16h, vous serez non seulement pris pour un olibrius mais vous risquez en plus de déranger vos collègues. Soit parce que vous leur donnerez faim, soit parce que vous leur donnerez la nausée. Pour éviter ces deux cas de figure, essayez de manger à votre bureau à des heures « normales ».

3. Acceptez les interruptions

N’espérez pas que votre patron et vos collègues vous laissent tranquille sous prétexte que vous mangez. Si vous restez à votre bureau, vous envoyez un message dedisponibilité. Vous pouvez bien sûr changer votre statut de messagerie instantanée et ne répondre ni aux mails ni au téléphone, mais vous restez physiquement présent…

4. Eteignez votre téléphone

D’ailleurs, éteindre votre téléphone quand vous mangez à votre bureau est un must. Tout d’abord parce que votre pause sera de meilleure qualité, même si vous continuez à travailler ou à répondre à vos e-mails en retard. Ensuite parce qu’on ne parle pas la bouche pleine, même (surtout) au téléphone avec votre meilleur client.

5. Faites attention aux bactéries

Votre téléphone, clavier et souris sont de véritables nids à microbes. Si en plus vous mangez à votre bureau, cela va devenir franchement dégoûtant. Nettoyez et désinfectez régulièrement votre lieu de travail et ne laissez jamais traîner vos restes de repas ou votrevaisselle sale, sinon vos collègues vont vite vous étiqueter comme le crade de service.

6. Gardez la cuisine propre

Etre confronté à des piles de vaisselle sale et à une table graisseuse énerverait n’importe quel travailleur. Nettoyez le micro-onde et les plans de travail après votre passage, et ne laissez pas votre vaisselle s’empiler dans l’évier. Autre détail d’importance : ne laissez pas de la nourriture périmée se décomposer tranquillement dans le frigo sans rien faire. Soyez sympa, jetez vos vieux plats.

7. Demandez si vous dérangez

Si vous avez un doute, n’hésitez pas à demander directement à vos voisins de bureau si le fait que vous mangiez à votre bureau les dérange. D’autant plus si vous avez parmi vos collègues des femmes enceintes ou des personnes allergiques à l’un ou l’autre aliment.

more...
No comment yet.
Scooped by Philippe Roose
Scoop.it!

La taxe de circulation peut être réclamée dans deux pays à la fois

La taxe de circulation peut être réclamée dans deux pays à la fois | Finance Belgium | Scoop.it
Des taxes de circulation peuvent être réclamées dans deux pays à la fois à un même conducteur possédant ou louant des habitations dans ces deux pays, a confirmé jeudi la Cour européenne de justice dans un arrêt concernant une Belge travaillant aux...
Philippe Roose's insight:

Cette femme, propriétaire d'une habitation en Belgique et locataire d'un appartement aux Pays-Bas pour des raisons professionnelles, a immatriculé son véhicule en Belgique et l'utilise dans les deux pays, selon qu'elle vit d'un côté ou l'autre de la frontière.

Elle a payé 4.957 euros sa taxe de mise en circulation belge et se voit désormais réclamer 17.315 euros de taxes de circulation aux Pays-Bas, ce qu'elle conteste.

Amenée à trancher la question, la Cour de justice de l'Union européenne a débouté la conductrice. Elle a reconnu à la Belgique et aux Pays-Bas le droit de réclamer ces taxes.

La compétence fiscale des États membres n'est pas harmonisée sur ce point, souligne la Cour, pour qui un Etat membre n'est pas tenu d'adapter son régime fiscal à ceux des autres États membres pour éviter une double imposition.

Les juges de Luxembourg ne voient non plus aucune entrave à la liberté d'établissement, dès lors que le véhicule est effectivement utilisé dans les deux pays et de manière durable, et pour autant que l'impôt ne soit pas discriminatoire.

more...
No comment yet.