FIGURATIVE Art - Art FIGURATIF XVII° - XIX° Oeuvres disponibles - works available
604 views | +4 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by MAISON d-ART Eric MAGNANT
Scoop.it!

Suiveur de Jean Antoine WATTEAU (1684-1721) «Fête champêtre»

Suiveur de Jean Antoine WATTEAU (1684-1721) «Fête champêtre» | FIGURATIVE Art - Art FIGURATIF  XVII° - XIX°  Oeuvres disponibles - works available | Scoop.it
MAISON d-ART Eric MAGNANT's insight:

Suiveur de Jean Antoine WATTEAU (Valenciennes 1684-1721 Nogent-sur-Marne)

 

«Fête champêtre»

Huile sur panneau du XVIII° 24.5x20.5cm

 

Collection privée & Vente Bonhams London. Personnages en mouvement galant dans le cadre d’une fête champêtre. Ce tableau découvert à Londres a pu être réalisé vers 1719-1720, puisque l’on sait qu’en 1719, l’artiste avait choisi de partir à Londres, sans doute pour consulter le docteur Richard Mead, un des médecins les plus réputés de l'époque et  admirateur de l'œuvre du peintre.

 

Vente publique comparable

Suiveur/ Entourage de Watteau : Le retour du bal/La finette 20/12/89 4939 € Huile/bois (2) Ader-Picard-Tajan Paris 23x26 cm lot 9

more...
No comment yet.
Scooped by MAISON d-ART Eric MAGNANT
Scoop.it!

Félix BRACQUEMOND (1833-1914 PARIS Vue du Pont des Saints Pères - 1877

Félix BRACQUEMOND (1833-1914 PARIS Vue du Pont des Saints Pères - 1877 | FIGURATIVE Art - Art FIGURATIF  XVII° - XIX°  Oeuvres disponibles - works available | Scoop.it

Eau-forte

MAISON d-ART Eric MAGNANT's insight:

Félix BRACQUEMOND (1833-1914)

 

PARIS Vue du Pont des Saints Pères - 1877 Eau-forte sur papier Vergé crème épais titrée, signée et datée à la pointe dans le sujet. Imprimée chez Salmon. Bonnes marges. 19,7 x 24,6cm  (feuille 30,1 x 43,1cm). "La vue est prise du Pont-Royal. Au fond, le dome de l'Institut, Notre-Dame, le Palais de Justice. La pluie tombe a flots et l'on voit un arc-en-ciel au-dessus du pont des Saint-Peres. A droite se trouve une péniche de transport de charbon. Pour le pittoresque, les arbres du quai sont representés bien plus en saillie qu'ils ne le sont reellement," On lit au bas et a droite: A M. le conseiller Bachelier, Bracquemond 1877. Oeuvre publiée dans le magazine l'Art.Exemplaire est visible sur le site Fine Arts Museums of San Francisco (Achenbach Foundation for Graphic Arts).

 

PARIS View from the Bridge of the Holy Fathers - 1877 Etching on heavy cream paper signed, dated, titled in the print 19.7 x 24.6 cm (sheet 30.1 x 43.1 cm) "The view is from the Pont Royal. Basically, the dome of the Institute, Notre Dame, the Palais de Justice. Rain falls and streams has seen a rainbow sky above the bridge the Holy Fathers. the right is a coal barge. for the picturesque, tree of the dock are represented much more protruding than they really are, "we read at the bottom and right: Mr. a Bachelor advisor, Bracquemond 1877. Work published in the magazine Art. A copy is visible on the website Fine Arts Museums of San Francisco (Achenbach Foundation for Graphic Arts).

 

Bracquemond left his mark on the art world in the late nineteenth century. He was a painter but better known for his prints and for his friendship with artists such as Manet, Degas, Rodin & Chéret. He played an important role in the revival of the decorative arts in France in the 2nd half of the 19th century.

Catalogue raisonné de Beraldi, Les graveurs du XIXe siècle, vol III Bracquemond N°217 et 217-3&4

 

Vente publique comparable - Similar public auction

Vue du pont des Saint-Pères (1877) Eau-forte/Japon vergé (24,6x20 cm) 375 € Piasa SA Paris 5/5/2011

 

http://web.artprice.com/classifieds/fineart/show/765279?from=mystore&l=fr

more...
No comment yet.
Scooped by MAISON d-ART Eric MAGNANT
Scoop.it!

Rodolphe BRESDIN (1822-1885 La Sainte Famille aux cerfs 1871-187

Rodolphe BRESDIN (1822-1885 La Sainte Famille aux cerfs 1871-187 | FIGURATIVE Art - Art FIGURATIF  XVII° - XIX°  Oeuvres disponibles - works available | Scoop.it
MAISON d-ART Eric MAGNANT's insight:

Rodolphe BRESDIN (1822-1885)

La Sainte Famille aux cerfs 1871-1878

 

Belle épreuve sur chine appliqué (report sur pierre de l’eau-forte). Impression posthume de 1899 signée «RB" en bas à droite du timbre sec de la fille de Bresdin, Rodolphine.Timbre encré de collection «AA" en bas dans la marge.Auréole, déchirure réparée sur 4cm & pliure horizontale en marge en bas. Dimensions 46,2x32,1cm Sujet 26,3x20,1cm

 

Fine proof on chine appliqué (carry on stone etching). Posthumous printing of 1899 signed "RB" in the bottom right of the embossed stamp of the daughter of Bresdin, Rodolphine.Timbre inked collection of "AA" in the bottom marge.Auréole, about 4cm tear repaired & horizontal folding down the sidelines. Born in 1822, Bresdin was strongly influenced by the etchings of Rembrandt and other Dutch masters. He began his career as an engraver at the age of seventeen and his earliest engravings were all in very small format, some no larger than a postage stamp. He was known by the nickname "Chien-Caillou and was admired by his contemporaries, including Courbet, Baudelaire and Mallarme. Bresdin was ultimately considered one of the great visionaries of the 19th century.

Dirk van Gelder Catalogue raisonné de l'oeuvre gravé. 1976., n° 137 II, pp. 130-131, repr. (vol. II)  & Maxime Préaud Bresdin Robinson graveur, BNF Paris, 2000., cat. n° 51 p. 94, repr. p. [93]

 

PUBLIC AUCTIONS RESULTS

 

Lithographie (26,3x20,1 cm) EUR 6500 Bassenge , Berlin 24/11/2011

Eau-forte (report sur pierre) (26,2x20 cm) EUR 8 200  Jean Dit Cazaux-Sahuquet Bordeaux 19/11/2005

Lithographie/chine jaunâtre appliqué. 1st state/2 42,2x29 cm) 6 640 € Sotheby's , Londres 10/10/2002

Gravure (report/pierre)/chine/vélin (26x20 cm) EUR 9 909 Chayette-Cheval , Paris 19/06/2000

.
http://web.artprice.com/classifieds/fineart/show/861928?from=mystore&l=fr

more...
No comment yet.
Scooped by MAISON d-ART Eric MAGNANT
Scoop.it!

Henri de Toulouse Lautrec (1864-1901 "La Modiste Renée Vert" 189

Henri de Toulouse Lautrec (1864-1901 "La Modiste Renée Vert" 189 | FIGURATIVE Art - Art FIGURATIF  XVII° - XIX°  Oeuvres disponibles - works available | Scoop.it
MAISON d-ART Eric MAGNANT's insight:

Henri de Toulouse Lautrec (1864-1901)

 

"La Modiste Renée Vert" 1893

38 x 29 cm Etat avant la lettre. Lithographie vert olive & gris beige sur papier Vélin signée dans la pierre du monogramme TL, éditée à 50 exemplaires. Catalogues raisonnés de Delteil 13, Adhémar 17, Adriani 13, Wittrock 4.Parmi les compositions les plus sensibles du Maître, cette commande particulière fût destinée à l'illustration du menu du dîner de la Société des Indépendants du 23-6-1893. Renée Vert était une modiste spécialisée en chapellerie qui avait épousé Adolphe Albert ami de l'artiste, en Septembre 1893. Lautrec a ainsi illustré l'exercice des talents d'une femme qui faisait partie du cercle de ses intimes depuis longtemps.

"Renée Vert the Milliner" 1893

 

38 x 29 cm. State before the texts addition. Lithography printed in olive green on beige wove paper put on cardboard, signed in the stone with the monogram TL, Published in 50 pieces. Catalogues raisonnés Delteil 13, Adhemar 17, Adriani 13, Wittrock 4. Among the most sensitive compositions of the Master, that particular command was intended to illustrate the dinner menu of the

Société des Indépendants on the 23-6-1893. Renée Green was a milliner who married Adolphe Albert friend of the artist, in September 1893. Lautrec has shown the exercise of talents of a woman who was part of the circle of his intimate for long.

 

Résultats de ventes publiques - Public auctions results

 

La modiste, Renée Vert (1893) Lithographie 46x29cm 5771 € Sothebys Londres 1/7/1998

La modiste, Renée Vert (1893) Lithographie 50,5x33cm 3925 € Sothebys New York 29/10/2004

La Modiste, Renée Vert (1893) Lithographie 46x29cm 3750 € Ketterer Munich 5/5/2003

 

http://web.artprice.com/classifieds/fineart/show/934464?from=mystore&l=fr

more...
No comment yet.
Scooped by MAISON d-ART Eric MAGNANT
Scoop.it!

Auguste RENOIR (1841-1919) "Baigneuse debout, à mi-jambes" 1910

Auguste RENOIR (1841-1919) "Baigneuse debout, à mi-jambes" 1910 | FIGURATIVE Art - Art FIGURATIF  XVII° - XIX°  Oeuvres disponibles - works available | Scoop.it
MAISON d-ART Eric MAGNANT's insight:

Auguste RENOIR (1841-1919)

 

"Baigneuse debout, à mi-jambes" 1910

16,8 x 11,2 cm

Catalogue raisonné de Stella N°23

 

Gravure originale sur papier Vergé ne portant jamais de signature, publiée dans l’ouvrage de Duret «Manet et les Impressionnistes français» de 1910. Stella note au catalogue raisonné l'existence de "quelques réimpressions ... en éditions limitées». Par rapport aux deux autres éditions, les tonalités sombres ont été ici davantage encrées pour ajouter du contraste, ce qui aboutit à un peu moins de détails dans la chevelure.

 

Les estampes de Renoir furent produites à cause de son succès. Stella en répertorie 60 (25 eaux-fortes et 35 lithographies) dans son catalogue des estampes de Renoir. La plupart étaient destinées à tenter de satisfaire la demande du fait de sa célébrité. La plupart après 1900 par Théodore Duret, porte parole de l'impressionnisme (dans des livres et portefeuilles d’estampes) et par Ambroise Vollard, son marchand grand amoureux des estampes.

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by MAISON d-ART Eric MAGNANT
Scoop.it!

Jacques CALLOT (1592-1635) La tentation de St Antoine - The temptation of St Anthony 1635

Jacques CALLOT (1592-1635)  La tentation de St Antoine - The temptation of St Anthony 1635 | FIGURATIVE Art - Art FIGURATIF  XVII° - XIX°  Oeuvres disponibles - works available | Scoop.it
MAISON d-ART Eric MAGNANT's insight:

Jacques CALLOT (1592-1635)  «La tentation de St Antoine» 1635

 

Très rare 3° Etat de la seconde version de l’eau forte signée à gauche vers le bas «Jac. Callot inven. et fe». Dimensions 45,9 x 35,9cm dont 4,5cm de marge en bas.  Catalogue raisonné Edouard Meaume  (1860) N°139 et Lieuré 1416.

 

Il y a 4 états de cette planche décrite :

« III. Dans les 2 états précédents on ne voit que dix rosettes dans les armoiries du dédicataire. On en voit ici vingt et une ; de plus, entre les mots : IUSSIONUM et VIRO qui se lisent à la fin de la première ligne de la dédicace, On a ajouté IIII ; le mot caecis du premier vers de gauche a été changé en coecis. Enfin, dans l'avant dernier vers de la colonne de droite,  les mots reparans que ont été réunis par 2 traits (reparans=que) ».

Epreuve présentant une pliure verticale au milieu, un petit accident réparé dans la marge en bas à gauche, des salissures mais aucun manque et des marges d’origine. L’impression de la partie inférieure « Cum privil. Reg. Israel excu 1635 » est estompée. Composition peuplée d'une quantité prodigieuse de démons qui ont emprunté les formes les plus hideuses, les attitudes les plus variées, pour tourmenter Saint Antoine retiré dans le désert. Ces figures diaboliques paraissent avoir été vomies par l'esprit malin, enchaîné au haut de l'estampe, et qui en vomit encore. A droite, vers le bas, on voit saint Antoine entouré d'une légion infernale qui cherche à l'entraîner vers une partie de la composition où de nouveaux tourments attendent le Saint ermite. On lit à gauche, vers le bas, entre les jambes d'un démon qui met le feu à une machine infernale : Jac. Callot inven. et fe . Dans la marge ornée des armoiries du dédicataire, est une dédicace en latin, adressée par l'artiste à M. Louis Phelipeaux de la Vrillère, suivie de dix vers latins en deux colonnes égales. On lit au bas de la planche, à droite et à gauche des armoiries : Cum privil. Reg. Israel excu 1635. Callot l'a gravée dans les dernières années de sa vie et c'est un de ses plus beaux ouvrages, un chef d'œuvre de l'Art. L'ironie qui met en conflit l'homme et la brute pour tourner en dérision les habitudes et les façons mesquines de l'homme est le symptôme d'un esprit profond. Les figures grotesques de Callot, à moitié humaines, à moitié bestiales, dévoilent à l'observateur judicieux et pénétrant toute la secrète morale qui se cache sous le masque de la servilité. Quelle invention dans ce diable dont le nez transformé en arquebuse, se dirige menaçant vers le Saint ermite ?  Le joyeux diable artificier, et l'autre qui joue de la clarinette en se servant d'un organe tout particulier pour souffler dans son instrument, ne sont pas moins divertissants.

 

Jacques CALLOT (1592-1635)  The temptation of St Anthony 1635

Very rare 3rd Condition of the second version of the etching signed left down "Jac. Callot invention. and themselves. "Dimensions 45.9 x 35.9 cm with 4.5 cm margin at the bottom. Edward Meaume catalog raisonné (1860) No. 139 and Hare 1416. There are four states of this board described: "III. In the two previous states you can only see ten rosettes in the arms of the dedicatee. We see here twenty-one, moreover, between the words and IUSSIONUM VIRO that read at the end of the first line of the dedication, was added IIII; caecis the first word to the left was changed coecis . Finally, in the penultimate to the right column, the words reparans that was raised by two lines (= reparans that). " Test with a fold down the middle, a little accident repaired in the lower left margin, but no shortage of dirt and original margins. The impression of the bottom "Cum Privil. Reg. Israel excu 1635 " is blurred.

One of the masterpieces of the master. which there are two versions and four states. Callot engraved it in the last years of his life and this is one of his finest works, a masterpiece of art. The irony puts in conflict the man and the beast to deride the petty habits and ways of man is a symptom of a deep mind. The grotesque figures of Callot, half human, half bestial, reveal to the observer judicious and penetrating all the moral secret which lies beneath the mask of servility. What invention in this devil whose nose turned into a musket, moves threateningly towards the Holy hermit? The merry devil bomb & another who plays clarinet in using a special body to blow into his instrument, are no less entertaining.

 

Ventes publiques du 3° Etat Seconde version - Public auctions of the 3 State Second version

La Tentation de Saint Antoine 1635 Eau-forte 35,7x46,1 cm 11680 € Christies Londres 1/12/1992

 

http://web.artprice.com/classifieds/fineart/show/861711?from=mystore&l=fr

more...
No comment yet.
Scooped by MAISON d-ART Eric MAGNANT
Scoop.it!

Jan I MORETUS (1543-1610) « Mariae Beatae Officium » 1600 1°édition originale

Jan I MORETUS (1543-1610) « Mariae Beatae Officium » 1600 1°édition originale | FIGURATIVE Art - Art FIGURATIF  XVII° - XIX°  Oeuvres disponibles - works available | Scoop.it
MAISON d-ART Eric MAGNANT's insight:

Jan I MORETUS (1543-1610) 

« Mariae Beatae Officium » (Offices de la Vierge Marie) 1600-1601

Très rare première édition originale de 1600 sur papier Vélin in-4, imprimée par la renommée imprimerie Plantin d'Anvers à seulement 500 exemplaires et qui ne fût disponible qu’en 1601.

 

Beau livre d’heures imprimé en noir et rouge en gros caractères romains, illustré de 41 gravures à l'eau-forte de Théodore GALLE (1571-1633) à pleine-page, 25 vignettes placées en cul-de-lampe et 60 ornements de début de ligne.

Reliure en maroquin XVII° avec décors dorés en partie effacés.

Théodore GALLE est éditeur et distributeur de gravures, fils de Philippe Galle. Elève de son père, admis en 1596 à la Guilde de St-Luc à Anvers, il établit un commerce d’estampes. Il voyage en Italie avec son frère Cornelis cette même année où il grave à partir de ses propres dessins. Epouse la fille de l'éditeur Jan Moretus l'aîné d'Anvers et après la mort de son père en 1612 reprend la direction de l'atelier Galle et de la maison d'édition. 

 

L’Archiduc d’Autriche Albert passe commande à Jan MORETUS de ce livre d’heures illustré exceptionnel qui deviendra un des plus beaux volumes publiés par Moretus. Il s’agissait de célébrer son mariage en 1598 avec l'infante Isabelle, fille de Philippe II d’Espagne et reine des Pays-Bas. Cette édition, conçue avec le secrétaire particulier d'Albert, se distingue par son type de lettres inhabituellement grandes (pour faciliter la lecture d’Albert qui est myope) et le nombre exceptionnellement étendu d'illustrations textuelles gravées et de queues de textes dont la plupart ont été fabriqués spécialement pour le projet. De plus toutes les illustrations sont des gravures alors qu’habituellement la Maison Plantin imprimait des bois gravés moins onéreux que les estampes sur cuivre.

 

Une fois conclu l’accord sur les 35 copies destinées à, il eut toute liberté pour vendre à son profit les 465 autres. L’intérêt que rencontrèrent ces 465 exemplaires l’incita à préparer durant plusieurs années, sa propre version de 1609 de ce livre richement illustré avec des suppléments.

 

*En page de titre une large vignette gravée représentant la Vierge avec de part et d'autre un ange tenant le blason des époux. Officium beatae Mariae virginis. PII V Pont. Max. Issu Editum Nunc mandato Serenissimorum Belgij Principum hac augustiori forma excusum. Anvers, ex officina Plantiniana, apud Ioannem Moretum, Année 1600 (Offices de la Bienheureuse Vierge Marie. Pie V étant souverain pontife).

*En dernière page : « Anvers, De l’atelier Plantin, assisté de Joannes Moretus, en 1601 »  (Antverpiae : ex officina Plantiniana ; apud Ioannem Moretum, 1601)

 

EX LIBRIS

Docteur Baudry -  F. Garet - Dr C... (Mt de Marsan) - M... (Bordeaux)

 

Les deux éditions de la « Mariae Beatae Officium » de 1600 et 1609 sont considérées comme les plus belles oeuvres produites par l’atelier d’Anvers.

 

Cet ouvrage fait partie des trois plus beaux livres illustrés de l'époque. Le recueil de dévotion liturgique de 1600 est un chef d’oeuvre visuel du point typographique et artistique mais il illustre le rôle moins important de l'Officina Plantiniana dans la vie intellectuelle de l'époque.

 

La Maison d’édition imprimerie Plantin passa des mains de Christophe Plantin (1557-89) à celles de son gendre et fidèle assistant Jan I Moretus qui la dirigeat pendant vingt et un ans, jusqu'à sa mort en 1610.

Jan Moretus était un homme de bon sens qui avait grandi dans le commerce, un être cultivé qui parlait et écrivait en néerlandais, français, allemand, italien et espagnol avec aisance et connaissait le grec et le latin. Entré au service de Plantin à 14 ans, une grande partie de ses connaissances résultèrent de ses propres efforts. Son érudition le plaçait comme Plantin avant lui, sur un pied d'égalité avec les plus grands humanistes de son temps. Travailleur acharné, aimable et digne, il fût bien plus qu’un assistant exécutant et lorsqu’il dirigeat l’atelier, il sut ne pas se contenter des acquis du nom et de la fortune de la Maison Plantin.

La réputation de la Maison reposait surtout sur ses ouvrages savants et les ouvrages de référence des publications de la 2°moitié du XVIe siècle citent les éditions Plantin en termes d'érudition et de culture.

Mais elles produisaient aussi beaucoup d'oeuvres liturgiques et religieuses qui devinrent majoritaires avec Moretus.

 

A L’image de cette première édition du « Mariae Beatae Officium » de 1600, il en fît des chefs-d'œuvre typographiques abondamment illustrés par les graveurs de l’école d’Anvers, florissants durant la période des frères Wiericx et de la famille Galle. Les bréviaires, missels et ouvrages de piété illustrés de l'Officina Plantiniana firent la réputation des graveurs d'Anvers dans tout le monde catholique et ils inspirèrent les peintres et dessinateurs de sujets religieux en Amérique latine et jusqu’en Chine.

 

Au XVIIe siècle, le Nord est devenu le principal héritier de la tradition érudite des Pays-Bas, alors que le sud, revenu sous la domination espagnole, devient en quelques années un bastion du catholicisme pour les forces de la Contre-Réforme. Ainsi dans les très catholiques Pays-Bas du Sud,  les meilleurs esprits sont sous l’influence du clergé. Il existe des intellectuels qui n'ont pas renoncé aux sciences naturelles et sociales et ont tenté de concilier leur philosophie et vision de la vie et leur vision chrétienne. Mais pour les intellectuels du Sud catholique la première considération réside dans la relation de l'homme à Dieu et à l'Église. Leur intérêt et leur activité étant surtout dirigés vers la réflexion théologique, ce qu'ils confient aux imprimeurs sont des discours et écrits théologiques de dévotion pour les masses.

Plantin fût un imprimeur humaniste dont l’environnement fût habité par un intérêt intense pour la nature et l'homme. Ses successeurs à Leiden purent poursuivre cette tradition parce que leur environnement restat fidèle à cet esprit. Alors que Jan Moretus dut s’en détourner  parce que la société dans laquelle il vivait et travaillait avait pris une direction  culturelle différente. Il devint par nécessité l'imprimeur de la Contre-Réforme et de la spéculation religieuse.

 

Un éditeur imprimeur n'est pas un philanthrope pouvant juger de l'utile et de l’approprié, mais une entreprise qui doit prendre en compte le marché. Moretus n’eut pas d’autre choix et même Plantin ne l’aurait pas eu.D’ailleurs chronologiquement, les publications de l’Officina Plantiniana subissent l’influence de la Contre-Réforme dès le retour de Plantin de Leiden en 1585. On y trouve déjà les caractéristiques des productions de Moretus à partir de 1589.

Il est également notable qu’à la mort de Plantin n'y avait que quatre presses en fonctionnement et le personnel était passé de 56 dans les années fastes de 1574 à 1576 à 16 (sept imprimeurs, sept compositeurs, deux relecteurs). Jan Moretus a donc hérité d'une entreprise beaucoup moins florissante et se trouva aussi obligé d’indemniser les cohéritiers en empruntant aux taux d'intérêt paralysants des usuriers. Ce handicap réduisit sa liberté d'action pendant de nombreuses années. Les comptes de Jan Moretus montrent qu'il dut mener une lutte difficile pour assurer la viabilité de la Maison Plantin.

L'Officina Plantiniana n’était peut-être plus le plus grand imprimeur dans son genre de la chrétienté, mais elle faisait partie des leaders et sans doute la plus grande des Pays-Bas du Sud. Moretus se montra digne de son beau-père et assura la pérennité de la Maison, une tâche difficile dans une période qui le fût tout autant.

 

Leon Voet, Histoire de la Maison Plantin-Moretus Vangendt & Co, Amsterdam / Routledge & Kegan Paul, London / Abner Schram, New York 1969-1972.

 

Les estampes de Théodore Galle (1571-1633) en ventes publiques

Christus am Kreuz Eau-forte 43.2x28.7cm 1620 € Bassenge Berlin 3/6/2010  

Virginis Mariae vita Gravure 12x8cm 1020 € The Romantic Agony Brussels 16/6/2006  

Passio & Resvmectio Domini nostri Iesv Christi 1605 Gravure 12x8cm 780€ Romantic Agony Brussels 16/6/06   Die Windmühlen nach Johannes Stradanus Gravure cuivre 20.3x27.4cm 1105 € Bassenge Berlin 24/11/2000

Storia di Giobbe Gravure 1080 € Sothebys Milan 11/5/1999

more...
No comment yet.
Scooped by MAISON d-ART Eric MAGNANT
Scoop.it!

Utagawa HIROSHIGE (1797-1858) « Le temple de Kinryuzan Kannon à Asakusa » Circa 1830

Utagawa HIROSHIGE (1797-1858) « Le temple de Kinryuzan Kannon à Asakusa » Circa 1830 | FIGURATIVE Art - Art FIGURATIF  XVII° - XIX°  Oeuvres disponibles - works available | Scoop.it
MAISON d-ART Eric MAGNANT's insight:

Utagawa HIROSHIGE (1797-1858) « Le temple de Kinryuzan Kannon à Asakusa » Circa 1830 Aquarelle sur une Gravure sur bois. Signée par Utagawa Hiroshige 35,3 x 22,3 com

En ce début des années 1830 l'artiste trouve sa voie et se révélera l'un des maîtres des estampes de paysages du Japon.

Il y a un peu plus de deux siècles, naissait dans la caserne de pompiers de Yayosu, à Tokyo, Ando Tokutaro,  fils de Ando Genemon, officier de la brigade du Feu de la ville de résidence du Shogun Tokugawa et de son Gouvernement. La famille Ando était titulaire dune charge héréditaire qui lui permettait de disposer d'une troupe de trois cents pompiers. La responsabilité en découlant -et le prestige- étaient réels dans cette ville très peuplée, aux maisons de bois. A 14 ans, il réussit à intégrer le studio de Utagawa Toyohiro (1773-1828) qui fut à l'origine du développement de l'estampe de paysage. Toyokuni et Toyohiro avaient eux-mêmes été élèves de Utagawa Toyoharu, fondateur de l'Ecole Utagawa qui domina le monde de l'estampe jusqu'au milieu du 19 e siècle. Le prénom - pseudonyme de Ichiryûsai fut transmis de Toyoharu à Toyohiro, puis de celui-ci à Hiroshige; ce dernier pseudonyme (le plus connu de cet artiste qui en utilisa une dizaine) découle évidemment de Toyohiro. Pour nom d'artiste, il prit évidemment celui de son Ecole, soit Utagawa. Il semble que les premières estampes, signées Ichiryusai Hiroshige, aient été  imprimées à partir de 1818; il s'agissait essentiellement de personnages, selon la mode de l'époque.

Mais c'est au début des années 1830, à la faveur de plusieurs évènements, que l'artiste trouvera véritablement sa voie et se révélera comme l'un des maîtres de l'art du Japon.

La mort de Toyohiro en 1828 lui conféra une responsabilité éminente au sein de l'Ecole Utagawa, pour les estampes de paysages. Un phénomène de même ordre mais pour la représentation des femmes et acteurs, s'était produit peu avant au profit d'Utagawa Kunisada (1786-1864) et de Utagawa Kuniyoshi (1797-1861), après la disparition de Toyokuni en 1825.

Par ailleurs, le succès considérable, dès 1830, de la série des "36 vues du Mont Fuji "  de Katsuchika Hokusai (1760-1849) créa une demande renouvelée en direction des paysages de qualité ou les personnages ne sont pas absents.

Hiroshige intégra en 1832 un cortège shogunal, de Edo à Kyoto, empruntant la fameuse route du "Tokaïdo". Ses croquis pris sur le vif lui permirent de dessiner sa série la plus fameuse, reste inégalée, du "Tokado Gojusan Tsuji-no Uchi ". Il s'agit des vues animées des 53 relais, auxquelles s'ajoutent une vue de Edo au départ, et une de la capitale impériale à l'arrivée.

En réalité, les estampes sont plus nombreuses encore, puisque plusieurs relais ont donné lieu à des planches différentes, que l'on peut comparer, mais non assimiler, aux états des gravures occidentales. Ainsi, Edward Strange, dans son guide sur Hiroshige, compte 77 planches, certaines vues ayant jusqu'à quatre versions (ici, une montagne apparaît; là un cavalier monte à cheval alors qu'une autre version le montre descendant de sa monture etc...).

Ceci souligne la grande richesse de cette série et son originalité. Elle compte plusieurs planches connues de tous par la reproduction systématique dans la plupart des livres traitant de l'art japonais. Ainsi " Shono " ; chacun connaît cette estampe toute en diagonale, ou la pluie battante vient frapper quatre personnages courant se mettre à l'abri.

On a souvent dit que les japonais ont appris à connaître leur pays en admirant les estampes de Hiroshige. Toujours est-il que le dessinateur consacrera plusieurs autres séries à la route du "Tokaïdo " , plus de dix, d'abord horizontales, puis verticales, telles le "Gysho Tokaido" (1840), le "Reisho Tokaido " (1850), celle publiée par Tsutaya en 1855, ou celle dessinée pour Ibasen et Ibaki ,en 1855 encore, par Hiroshige, Kunisada (Toyokuni III) et Kuniyoshi qui montre plutôt des personnes habitant les relais de la route. Deux séries existent aussi en format chuban, des "Tokaido" publiés par Sanoki vers 1840 et Tsutaya en 1855.

Bien entendu, d'autres paysages du Japon ont inspiré Hiroshige, qui répondit jusqu' sa disparition, à la demande pressante d'éditeurs nombreux. Le talent du dessinateur fut aussi de sélectionner avec les éditeurs les plus sérieux, les meilleurs ateliers de gravure et d'impression.

C'est le cas pour toutes les estampes des séries des " 60 Provinces " (Da Nippon Rokuj Yoshu Meisho Dzuye) de 1853/56, des "Cent vues de Edo"   (Meisho Edo Hyakkei) de 1856/58, des " 36 Vues du Fuji " (Fuji Sanjû Rokkei), de 1858 etc...

Les estampes de Hiroshige comportent presque toujours un ou plusieurs bokashi, c'est à dire un savant dégradé de couleurs. Le plus connu est un bleu profond pour marquer le ciel et l'eau de la mer ou des rivières. Ces bokashi varient en dimensions, et parfois en positionnement, d'une planche l'autre.

Au total, ces éléments -ajouts aux variantes et versions- font qu'il est pratiquement impossible de trouver deux estampes strictement identiques d'Hiroshige. Ceci accentue certes l'intérêt pour cet artiste, mais aussi conduit à des différences notables de côte (en dehors même de l'état de conservation des planches).

Utagawa Hiroshige est également célèbre pour ses planches  Kacho-ga (fleurs et oiseaux). Tanakaya a déja présenté plusieurs estampes d'oiseaux, signées Hiroshige, au cours de trois expositions en 1992, 1997 et 2004. Il existe aussi des représentations de poissons, dont trois des séries majeures de 1830/40.

Hiroshige mourut le 6e jour du 9e mois de 1858, emporté par une épidémie de choléra.

Il eut peu d'élèves.

Le plus connu est Hiroshige II (1826-69), son fils adoptif et époux de sa fille. Suzuki Morita utilisa le pseudonyme de Hiroshige II entre 1858 et 1865, puis signa Shigenobu ou Ryûsho. Il participa certainement aux derniers travaux de son maître, notamment en donnant quelques planches pour la série "Meisho Edo Hyakkei ". Sa production, limitée en nombre comporte plusieurs planches de belle qualité, recherchées par les collectionneurs.

Ando Tokubei (1843-94), également élève de Hiroshige, pris en 1865 le pseudonyme laissé vacant par Hiroshige II, et utilisa à la fois le nom de Ando et la signature Hiroshige. Son œuvre demeure limitée et assez secondaire, à l'exception de quelques kachô-ga et de planches amusantes montrant la transformation du pays durant l'Ere Meiji (immeubles de briques, chemin de fer etc...).

A noter que les trois artistes ont utilisé exactement la même signature à certains moments de leurs carrières, ce qui peut engendrer des difficultés pour les non initiés.

A noter aussi que les oeuvres de Hiroshige ont été copiées, réeditées notamment entre 1870 et 1920 pour satisfaire le public occidental, reprises sur papier crépon etc ...Ces éditions ne présentent aucun intérêt.

L'appréciation de ces tirages se fait essentiellement sur la qualité des papiers et des encres, et sur celle de la gravure et de l'impression.

Utagawa Hiroshige occupe une place particulière parmi les artistes japonais. Son génie fut de montrer certes les paysages les plus remarquables de l'Archipel, mais aussi des vues plus communes, de simples rues et maisons. Surtout, il anima ses planches de japonais modestes, du peuple actif de Edo. La vie est toujours présente ou suggérée; le choix du dessinateur ne se portait pas sur des personnages inaccessibles: les grands acteurs de kabuki, les sumotoris, les bijins à la beauté et à la grâce trop parfaites. II se portait sur le peuple en mouvement, celui du Japon profond.

Cette humanité, ce respect des autres et de la nature étaient et demeurent immédiatement perceptibles    

 

RESULTATS de VENTES PUBLIQUES « The Kinryuzan Temple at Asakusa »  Print (oban tate-e) 36x24,3cm 2170 € Christie's , London 12/7/06 « Pin du succès et oumayagashi, rivière Asakusa » (1856) Estampe couleur 35,6x24,7cm 3250 € « Shono: pluie blanche, l'orage » (c.1832) Estampe couleur 23,4x35,6 cm 4000 € « La rue Yakuboji à Atagoshita » 1857 Estampe couleur 34x22,4cm 4250 € Pierre Berge & Associes Paris 19/09/2010

 

http://web.artprice.com/classifieds/fineart/show/639221?from=mystore&l=fr

more...
No comment yet.
Scooped by MAISON d-ART Eric MAGNANT
Scoop.it!

Henri de Toulouse Lautrec (1864-1901 "Nu de jeune femme" 1893 Aquarelle au pochoir

Henri de Toulouse Lautrec (1864-1901 "Nu de jeune femme" 1893  Aquarelle au pochoir | FIGURATIVE Art - Art FIGURATIF  XVII° - XIX°  Oeuvres disponibles - works available | Scoop.it
MAISON d-ART Eric MAGNANT's insight:

Henri de Toulouse Lautrec (1864-1901)

"Nu de jeune femme" 1893  Premier Etat 25,5x20,5 (carton 36.4x28.6 cm)  Aquarelle au pochoir de bleu et de jaune, sur lithographie imprimée en vert olive sur papier Vélin ivoire marouflé sur carton. Signée et numérotée dans la pierre "HTLautrec" & "N°66". Référencée aux catalogues raisonnés Delteil 24, Wittrock 11, Adriani 33

 

"Young woman nude" 1893 1°state 25,5x20,5 (cardboard 36.4x28.6 cm) Pochoir blue & yellow waterpainting on r lithography printed in olive oil colour on ivoiry Velin paper put on cardboard. Signed "HTLautrec" & numbered "N°66" in the stone. Catalogues raisonnés Delteil 24, Wittrock 11, Adriani 33

 

Résultats de ventes publiques-Public auctions results

Etude de femme (1893) Lithographie vert olive 25x19,5 cm 10990 € Sothebys Londres 14/5/2002

Étude de femme (1893) Lithographie olive green Ed.100 25,5x20,5 cm 11051 €

Sothebys New York 23/3/2001

 

http://web.artprice.com/classifieds/fineart/show/934461?from=mystore&l=fr

more...
No comment yet.
Scooped by MAISON d-ART Eric MAGNANT
Scoop.it!

Henri de Toulouse Lautrec (1864-1901 «"Yvette Guilbert: sur la Scène"» 1898

Henri de Toulouse Lautrec (1864-1901 «"Yvette Guilbert: sur la Scène"» 1898 | FIGURATIVE Art - Art FIGURATIF  XVII° - XIX°  Oeuvres disponibles - works available | Scoop.it
MAISON d-ART Eric MAGNANT's insight:

Henri de Toulouse Lautrec (1864-1901)

 

«"Yvette Guilbert: sur la Scène"» 1898 32x26.2cm Lithographie sur papier Vélin signée dans la pierre "HTL". Référencée au catalogue raisonné Delteil 252. Provenance Ernest Brown & Phillips, Ltd, The Leicester Galleries. Dès 1890, elle inspire le peintre qui la représente d’abord dans l’affiche de 1893 du café-concert, le Divan Japonais. Il mettra ensuite en avant sa silhouette caractéristique, son attitude typique et ses mimiques expressives. Dans ses longs gants noirs Lautrec synthétise la célèbre diseuse dans 2 albums de lithographies rehaussées de crachis. La Suite française  en 1894 puis la Suite anglaise de 1898 et ses 9 lithographies au dessin épuré (album édité à 350 exemplaires) où elle interpréte ses plus fameuses chansons dont celle proposée.

 

"Yvette Guilbert: on the Stage" 1898 Lithograph on vellum paper 32x26.2cm signed in stone "HTL". Catalogue raisonné Delteil 252. Provenance : Ernest Brown & Phillips Ltd., The Leicester Galleries. Since 1890, she inspired the painter who represented her 1st poster of the café-concert, Le Divan Japonais, in 1893  He will then forward her characteristic silhouette, typical attitude & expressive gestures. In her long black gloves Lautrec synthesized the famous fortune teller in 2 albums of lithographs enhanced crachis. French Suite in 1894 and the English Suite in 1898 and nine lithographs refined design (album published in 350 copies) where she interpreted her most famous songs (including this one).

 

Résultats de ventes publiques - Public auctions results

Yvette Guilbert, sur la Scène 1898 Lithographie 29,9x24,2 cm 3260 € Swann Galleries NY 22/05/1997

 

http://web.artprice.com/classifieds/fineart/show/934473?from=mystore&l=fr

more...
No comment yet.
Scooped by MAISON d-ART Eric MAGNANT
Scoop.it!

Auguste RENOIR (1841-1919) «Le fleuve Scamandre» 1900 1°planche 2°Etat

Auguste RENOIR (1841-1919)  «Le fleuve Scamandre» 1900  1°planche 2°Etat | FIGURATIVE Art - Art FIGURATIF  XVII° - XIX°  Oeuvres disponibles - works available | Scoop.it
MAISON d-ART Eric MAGNANT's insight:

Auguste RENOIR (1841-1919)  «Le fleuve Scamandre» 1900 

1°planche 2°Etat  33x25cm Sujet 23x18.5 cm  

 

Très rare gravure originale (eau forte et vernis mou) aux chaudes tonalités du 2° état de la 1° planche sur fin papier légèrement azuré. Timbre imprimé de la signature à droite. Après le rare 1° état sans signature, ce 2° état signé a été limité à 35 à 50 exemplaires. La plaque a été rayée après l'impression et il n’y eut aucun retirage de cette gravure qui est une des plus fameuses de Renoir. Il existe 2 estampes avec ce titre. La 1ère est une esquisse pour la seconde. Dans l'esquisse, la femme les bras ouverts s’offre à l'heureux dieu de la rivière. La gravure définitive où seul son bras gauche est tendu, est identique à une esquisse peinte destinée à un panneau décoratif qui n'a jamais été exécuté. Les estampes de Renoir furent produites pour tenter de satisfaire la demande du fait de sa célébrité. Stella en répertorie 60 (25 eaux-fortes et 35 lithographies) dans son catalogue des estampes de Renoir. La plupart après 1900 par Théodore Duret, porte parole de l'impressionnisme (dans des livres et portefeuilles d’estampes) et par Ambroise Vollard, son marchand grand amoureux des estampes.

 

Le Scamandre est un fleuve côtier de la Troade, région historique du nord-ouest de l'Asie où se trouvent les ruines de la ville de Troie. Dans la mythologie grecque, c’est un dieu fleuve sous le  nom de Xanthe qui fait partie des dieux, comme Apollon, Arès, Artémis, Aphrodite et Léto qui aident les Troyens à combattre les Grecs lors de la guerre de Troie. Achille héros grec n’est sauvé de Scamandre que par l’intervention d’un autre dieu, Héphaïstos, qui allume un feu divin asséchant les eaux du fleuve. L’Iliade parle ainsi de deux cours d’eau issus du Scamandre dont l’un est chaud et l’autre toujours frais.

Very rare original engraving (etching and soft ground) to the warm tones of 2 ° 1 ° of the state board on end paper slightly azure. Indicia of the signature on the right. After the rare 1st state without signature, signed this 2 ° state was limited to 35 to 50 copies. The plate was removed after printing, and there was no reprint of this print is one of the most famous of Renoir. There are two prints with this title. The first is a sketch for the second. In the sketch, the woman with open arms itself to the happy god of the river. The engraving final where only his left arm is stretched, is identical to an oil sketch for a decorative panel which was never executed. Renoir's prints were produced in an attempt to meet demand because of his celebrity. Stella lists 60 (25 etchings and 35 lithographs) in his catalog of prints of Renoir. Most of them after 1900 by Theodore Duret, spokesman of Impressionism (in books and portfolios of prints) and by Ambroise Vollard, his dealer great lover of prints. The Scamander is a coastal river of Troas, historic region of northwestern Asia where the ruins of Troy. In Greek mythology, he is a god as the river Xanthus, which is part of the gods, like Apollo, Ares, Artemis, Aphrodite, Leto and helping the Trojans to fight the Greeks during the Trojan War. Achilles Greek hero is saved from Scamander by the intervention of another god, Hephaestus, lighting a fire divine draining the river. The Iliad refers to two streams of the Scamander from which one is hot and the other always fresh.


Loys Delteil Le peintre-graveur illustré, Vol 17. 1906-1926  N°24

Joseph G. Stella  Catalogue raisonné of the graphic work of Renoir N°24  1st plate

Jean Leymarie - Michel Melot, Les Gravures des impressionnistes 1971, vol.1  N°24

 

Similar work in auction : Le fleuve Scamandre, 2e planche Eau-forte 5460 € Piasa Paris 7/12/2006

 

http://web.artprice.com/classifieds/fineart/show/849874?from=mystore&l=fr

more...
No comment yet.