Vente de SFR : rencontre secrète entre les patrons de Numéricable et de Vivendi | FAI | Scoop.it
“A quelques heures de la fin des négociations exclusives entre Vivendi et Numéricable pour le rachat de SFR, l'heure est aujourd'hui aux grandes manoeuvres. Le Conseil de surveillance deVivendi doit se réunir aujourd’hui dans le plus grand secret pour se prononcer sur le choix du repreneur.”
L’heure est restée secrète, mais à 14h40,Patrick Drahi, le président d’Altice, le holding de Numericable, qui pilote l’offre de rachat de SFR, est arrivé au siège de Vivendi, avenue de Friedland, à deux pas de l’Arc de triomphe, aux côtés de Jean-René Fouretou, le président de Vivendi. L’homme d’affaires y est resté une vingtaine de minutes avant de repartir, seul. Surprenante visite, moins de quatre heures après une ultime surenchère surprise de Bouygues qui a remis sur la table la modique somme de 1,85 milliard d’euros, en cash, ce qui porte l’ensemble des liquidités déposées sur le bureau de Vivendi par le groupe de BTP pour racheter SFR à 15 milliards d’euros. A comparer aux 11,75 milliards proposés par Altice-Numericable. Cependant, cette nouvelle offre de dernière minute s’accompagne parallèlement d’une baisse à 10% de la participation restant à Vivendi dans la future entité, contre 21,5% dans l’offre précédente. Bouygues mise en fait sur l’appétit supposé de Vivendi pour le cash qui doit financer de nouvelles activité du groupe. Mais est-ce le critère déterminant dans cette vente ?«On va voir si Vivendi crache sur plus de trois milliards»Pourquoi 15 milliards ? «En début d’année, Fouretou avait déclaré que SFR valait 15 milliards d’euros, explique un proche du dossier côté Bouygues, nous lui proposons ces 15 milliards, je ne vois pas comment il peut refusermaintenant d’étudier le dossier». Et d’ajouter, «Henri Lachman (Ndlr : administrateur de Vivendi) avait justifié l’entrée en négociations exclusives avec Numericable au motif qu’il proposait 450 millions d’euros de plus que nous. Il avait dit : «On ne crache pas sur 450 millions d’euros. Nous allons voir si Vivendi crache cette fois sur plus de trois milliards de liquide de plus...».Tout est possible dans cette dernière ligne droiteL’arrivée en début d’après-midi de Patrick Drahi a surpris plus d’un observateur. S’agit-il de voir avec lui s’il peut encore relever à son tour son offre, sachant que Altice-Numéricable était bien parti pour emporter SFR et qu’il a de longue date le soutien de Jean-René Fouretou ? Ou s’agit-il de le préparer à un changement d’orientation du board qui pourrait décider dans les toutes prochaines heures d’entrer cette fois en «négociations exclusives» avec Bouygues ? Tout est possible dans cette dernière ligne droite décidément pleine de rebondissements et de suspens...
LeParisien.fr
Via Thomas Kalhauge