Tous les événements à ne pas manquer !
16.4K views | +0 today
Follow
Tous les événements à ne pas manquer !
PARIS TONKAR™ magazine :: Graffiti, street art & Old school :: Site web & publication en kiosque :: news et photographies :: Vous pouvez vous abonner en ligne ici : http://www.ihh.bigcartel.com
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Paris Tonkar magazine
Scoop.it!

[Paris Tonkar magazine] #graffiti #streetart #urban #lifestyle: Bearz :: soirée café concert

[Paris Tonkar magazine] #graffiti #streetart #urban #lifestyle: Bearz :: soirée café concert | Tous les événements à ne pas manquer ! | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Paris Tonkar magazine
Scoop.it!

#expo Croisement :: Galerie Celal, Paris

#expo Croisement :: Galerie Celal, Paris | Tous les événements à ne pas manquer ! | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Paris Tonkar magazine
Scoop.it!

Street art ou l'art dans la rue à Enghein

Street art ou l'art dans la rue à Enghein | Tous les événements à ne pas manquer ! | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Paris Tonkar magazine
Scoop.it!

[Paris Tonkar magazine] #graffiti #streetart #urban #lifestyle: G-Kill : Body Painting

[Paris Tonkar magazine] #graffiti #streetart #urban #lifestyle: G-Kill : Body Painting | Tous les événements à ne pas manquer ! | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Paris Tonkar magazine
Scoop.it!

[Paris Tonkar magazine] #graffiti #streetart #urban #lifestyle: Certains comprendront le message !

[Paris Tonkar magazine] #graffiti #streetart #urban #lifestyle: Certains comprendront le message ! | Tous les événements à ne pas manquer ! | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Paris Tonkar magazine
Scoop.it!

Exposition l'effet papillon" à la galerie Géraldine Banier 54 rue Jacob/ Paris

Exposition l'effet papillon" à la galerie Géraldine Banier 54 rue Jacob/ Paris | Tous les événements à ne pas manquer ! | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Paris Tonkar magazine
Scoop.it!

MR SCRUFF | NOUVEL ALBUM "FRIENDLY BACTERIA" | NINJA TUNE | 19 MAI

MR SCRUFF | NOUVEL ALBUM "FRIENDLY BACTERIA" | NINJA TUNE | 19 MAI | Tous les événements à ne pas manquer ! | Scoop.it

Un nouvel album du buveur de thé le plus réputé de l'écurie Ninja Tune, j'ai nommé Mr Scruff, est toujours un album que l'on attend avec une impatience toute particulière. Connu pour ses Dj sets de plusieurs heures, qui ravissent les fans à chaque fois, Andy Carthy est de retour. Fort de son expérience de plus de 20 ans dans le métier (on ne compte plus ses albums et EP, sortis chez Ninja Tune pour la plupart), l'homme nous revient avec un nouveau cadeau musical ! Cet opus affiche une musicalité assez dépouillée, une profondeur inédite. Selon les propres mots de Mr Scruff, la musique se fait "plus sévère, moins dense, avec moins de samples, et plus de basse. Plus de chant et de collaborations, et des morceaux plus courts". Voilà pour la description. En ce qui concerne la musique à proprement parler, on retrouve ici quelques éléments qui ont fait le succès des précédents disques : un mélange de funk, soul, sons jazzy, tout en incorporant des petites doses de techno, voire même d'acid. Le résultat est splendide, groovy et simple à la fois. Frais, différent mais toujours diablement efficace !

more...
No comment yet.
Scooped by Paris Tonkar magazine
Scoop.it!

L'art contemporain rencontre la Toile de Jouy

L'art contemporain rencontre la Toile de Jouy | Tous les événements à ne pas manquer ! | Scoop.it

L’artiste contemporain Christian Castor, en partenariat avec le musée de la Toile de Jouy, remet au goût du jour, en cassant les codes, cette célèbre toile utilisée à la Cour de Versailles qui a laissé sa trace dans l’histoire des arts décoratifs.
 
A l’image de Jeff Koons et Takashi Murakami au château de Versailles, Christian Castor mêle aux œuvres de l’exposition permanente de la toile de Jouy des "rayonnages de super marché", des fruits enchâssés dans du cellophane, des "portraits robots" et des sculptures en aluminium (souvenir de sa période "Figuration Libre"). Pour mieux participer à cette fusion il a utilisé sa maîtrise des techniques numériques pour draper de toile de Jouy des statues antiques  (Vénus de Milo, Aphrodite Turtle, Aphrodite de Sanuissa) et recomposer l'œuvre de Ingres "La grande Baigneuse" en s'aidant de toile de Jouy.
On aurait pu penser que deux mondes aussi différents, celui d'un artiste contemporain et le monde du 18ème siècle auraient pu entrer en conflit ; bien au contraire, nous assistons  à une fusion, à une complicité entre ces deux univers tellement différents grâce à l'habileté de la directrice du musée, Esclarmonde Monteil, qui a su marier ces contraires.

 
Castor Christian est né en 1953. A la fois peintre et sculpteur, il a fait partie, dans les années 80-90, du mouvement « figuration libre ». Il a participé à de nombreuses expositions comme l’Art Chicago 1991 et l’Art Expo de Los Angeles en 1992 et certaines de ses œuvres ont été acquises par le musée Pouchkine de Moscou ainsi que par de nombreux collectionneurs (Ventes publiques Maître Cornette de Saint-Cyr, Maître Briest, Drouot … ). Avec Richard Di Rosa il a exposé une centaine d’œuvres à l’espace de Nesle Paris en 1999. Pour reprendre les mots de Louis Pradel : « Sa fraîcheur revigorante bouscule allègrement les catégories esthétiques connues. Les formes et les couleurs s’en donnent à cœur joie. Même le savoir-faire a la discrétion de se donner des airs de jeux d’enfants. Alors se dessinent en arabesques virevoltantes les contours d’un éden exubérant peuplé d’acrobates longilignes et de baigneuses ravies ».  

Exposition du 29 Janvier au 30 Mars  
Musée de la Toile de Jouy - Château de l'Églantine 54, rue Charles de Gaulle 78350 Jouy-en-Josas
Tel : 01 39 56 48 64

more...
No comment yet.
Scooped by Paris Tonkar magazine
Scoop.it!

Exposition d'art contemporain au musée des Avelines de Saint-Cloud

Exposition d'art contemporain au musée des Avelines de Saint-Cloud | Tous les événements à ne pas manquer ! | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Paris Tonkar magazine
Scoop.it!

De la laine, du crochet et du street art avec l'artiste Olek au M.U.R XIII

De la laine, du crochet et du street art avec l'artiste Olek au M.U.R XIII | Tous les événements à ne pas manquer ! | Scoop.it

Le M.U.R. XIII vous invite le lundi 10 mars à l'inauguration de l'œuvre d'OLEK, crocheteuse hors pair de renommée internationale

OLEK recouvre de sa laine hyper colorée du mobilier urbain, les murs de grands centres d'art ou encore des locomotives, des prisons, des voitures...

Son mur est visible depuis le 24 février sur les quais de seine entre Petit Bain et le Batofar. L'artiste sera présente pour l'inaugurer le
Lundi 10 mars à partir de 18h00 avec de nombreuses surprises (vernissage, tricots, performances et sérigraphies exclusives)

Le M.U.R. XIII est une association qui s'attache à la promotion de l'art urbain. Sa volonté est de présenter toutes les trois semaines sur son panneau de 8m x 3m une œuvre unique créée par un artiste émergent ou déjà établi ( tel que Monsieur Chat, O'Clock, Lek, Sambre, Clemens Behr ou encore Apôtre).

more...
No comment yet.
Scooped by Paris Tonkar magazine
Scoop.it!

JonOne "Evolution to Oils" - Du 22 mars au 24 mai 2014

JonOne "Evolution to Oils" - Du 22 mars au 24 mai 2014 | Tous les événements à ne pas manquer ! | Scoop.it

Galerie Rabouan Moussion
121 Rue Vieille du Temple, Paris, France
Paris 75003
France

more...
No comment yet.
Scooped by Paris Tonkar magazine
Scoop.it!

Lek x Sowat x Arnaud Liard "CONTREBANDE" @ David Bloch Gallery - Marrakech on Vimeo

Prod. by WackyBrother Sound design by Natas The David Bloch Gallery is honored to host Lek, Sowat and Arnaud Liard for their "CONTREBANDE" exhibition. The…
more...
No comment yet.
Scooped by Paris Tonkar magazine
Scoop.it!

ra crew | Urbaines - Pays de Lorient

ra crew | Urbaines - Pays de Lorient | Tous les événements à ne pas manquer ! | Scoop.it
Le RA Crew est une association de peintres et de plasticiens fondée en 2010 à Rennes. Joe Popi, Mimo, K.Cendre, Mya, Mediocr & Aeon mêlent leurs univers gr
more...
No comment yet.
Scooped by Paris Tonkar magazine
Scoop.it!

[Paris Tonkar magazine] #graffiti #streetart #urban #lifestyle: Exposition “ L’ART DES SUPER-HEROS MARVEL “

[Paris Tonkar magazine] #graffiti #streetart #urban #lifestyle: Exposition “ L’ART DES SUPER-HEROS MARVEL “ | Tous les événements à ne pas manquer ! | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Paris Tonkar magazine
Scoop.it!

#exposition Anthony Perrot à l'Atelier 17 à Moulins

#exposition Anthony Perrot à l'Atelier 17 à Moulins | Tous les événements à ne pas manquer ! | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Paris Tonkar magazine
Scoop.it!

Exposition DaCruz à la galerie 13 #paris

Exposition DaCruz à la galerie 13 #paris | Tous les événements à ne pas manquer ! | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Paris Tonkar magazine
Scoop.it!

[Paris Tonkar magazine] #graffiti #streetart #urban #lifestyle: Soirée MIX by CRAZY LEGZ rock steady crew

[Paris Tonkar magazine] #graffiti #streetart #urban #lifestyle: Soirée MIX by CRAZY LEGZ rock steady crew | Tous les événements à ne pas manquer ! | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Paris Tonkar magazine
Scoop.it!

[Paris Tonkar magazine] #graffiti #streetart #urban #lifestyle: Baba Jam graffiti :: 8 mars 2014

[Paris Tonkar magazine] #graffiti #streetart #urban #lifestyle: Baba Jam graffiti :: 8 mars 2014 | Tous les événements à ne pas manquer ! | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Paris Tonkar magazine
Scoop.it!

Happywallmaker (Paris, France) - Artist - Global Street Art...

Happywallmaker (Paris, France) - Artist - Global Street Art... | Tous les événements à ne pas manquer ! | Scoop.it
Artist profile for Happywallmaker (Paris, France) - "A self-taught painter, I was born in Paris in 1971...
more...
No comment yet.
Scooped by Paris Tonkar magazine
Scoop.it!

Exposition Jean-Michel Pradel-Fraysse

Exposition Jean-Michel Pradel-Fraysse | Tous les événements à ne pas manquer ! | Scoop.it

Sans parler de la complaisance un rien gâteuse dont font preuve avec leurs chats ou leurs chiens tant de ces héros solitaires de la création, fût-elle d'avant garde, force est de constater que l'animal aime bousculer la vision " progressiste " du bel art moderne, comme si sa présence, sa représentation ou son évocation résistaient à toute espèce d'enfermement entre les grilles de lecture convenues. Même lors de son passage à l'abstraction, Kandinsky n'a jamais oublié son cheval ! C'est ainsi que Jean-Michel Pradel-Fraysse nous promène dans les dédales d'un ailleurs d'autant plus qu'il s'offre comme familier par les moyens plastiques mis en œuvre comme par les objets et figures qu'il peaufine avec une patience scrupuleuse. Les repères, les amers visibles jusqu'à l'évidence qui ponctuent les rivages de l'exposition n'y peuvent rien, ils nous égarent, ils nous invitent à la rêverie poétique que suggère le dodelinement paisible des vaches dans l'agitation fébrile et stridente des rues de Bombay. Les artistes singuliers, qui ne sacrifient pas aux modes saisonnières du toujours plus nouvel art contemporain sur fond d'amnésie et de consommation, conduisent à de tels égarements en quête de l'intelligence du monde plutôt que de ses contingences quotidiennes qui définissent territoires, frontières et usage précipité du temps. Quand l'art se prend à avoir des penchants animaliers la concordance des temps n'y résiste pas. C'est ainsi qu'en 1922, l'année de la mort de l'auteur de la Recherche du Temps Perdu et de l'Ulysse de James Joyce, l'Ours blanc de Pompon devient l'exact contemporain du Licht-Raum Modulator de Laszlo Moholy-Nagy qui partagent la même volonté d'éblouir, l'un surenchérissant sur l'éclat des banquises, l'autre sur le lumino-cinétisme que promet la ville du futur. L'un et l'autre se concoctent leurs big-bang, fondent des origines.


L'animal est un drôle d'oiseau, surtout s'il est signé Brancusi et qu'il échappe aux catégories convenues, au point qu'en 1926 la vigilance des douaniers new-yorkais lui refuse l'exonération de la taxe d'importation accordée aux œuvres d'art, le qualifiant d' objet ménager ! Il est vrai qu'il arrivait aux USA dans les caisses de Marcel Duchamp, le roi du ready-made qui avait l'habitude de se fournir au Bazar de l'Hôtel de Ville ! Il ne fallut pas moins d'un procès de deux ans pour que " l'Oiseau dans l'espace " puisse entrer librement dans celui de l'art aux États-Unis. Ces douaniers sûrement pointilleux nous apprennent à reconnaître l'inqualifiable qui caractérise bien des œuvres de Jean-Michel Pradel-Fraysse. L'homonymie me fait ici avouer que les premières œuvres d'art que j'ai vénérées, à quatre pattes dans le tas de sable du square de la Porte Saint-Cloud, furent L'Éléphant d'Emmanuel Fremiet et Le Rhinocéros d'Henri-Alfred Jacquemart, deux énormes fontes de fer grandeur nature, posées sur de hauts socles, qui avaient été fondues pour l'exposition universelle de 1878, et qui trônent aujourd'hui à l'entrée du musée d'Orsay. J'appris par la suite que le premier de ces excellents sculpteurs avait connu un grand succès au Salon de 1887 avec un Gorille enlevant une femme dont l'érotisme torride lui valut d'être exilé au musée de Nantes avant que King Kong n'en réhabilite les charmes. Le second est l'auteur des deux dragons de la Fontaine Saint-Michel qui exaltent la témérité de la pratique du rendez-vous qui se déroule à leurs pieds et qu'immortalisent d'innombrables photos-souvenir dispersées aux quatre coins du monde. Depuis la stèle la plus primitive jusqu'aux héroïques monuments aux grands hommes, la sculpture favorise les rencontres avec les morts comme avec les vivants. Quand elle est complice du monde animal, elle devient le catalyseur des passions les plus inconvenantes. Balzac n'avait-il pas décrit celle d'un soldat de l'Empire pour une panthère et " sa croupe rebondie " ? Que déclencheront comme fantasmes sexuels des retrouvailles dans la salle des groins et des trompes, voire dans celle des laisses ou des muselières ?  J'imagine déjà la débauche de lingeries ou l'orchestration de cérémonies délicieusement sacrilèges.


Si la sculpture animalière défrise les jolies boucles de l'histoire de l'art et s'attarde du côté du XIXe siècle, le siècle qui décida qu'il n'y avait plus de vérité en art, c'est que, dans la hiérarchie des genres, rien n'était plus vulgaire que la représentation des animaux, sauf ceux, canoniques, qui accompagnent les évangélistes et bien sûr l'agneau mystique
ou le cheval de la statue équestre. Cantonné à un rôle d'entrée en matière au bas des grandes compositions sculptées ou peintes, l'animal ne côtoyait, au bas de l'échelle des beaux-arts, que la nature morte. Il ne participait qu'à ce banquet de saveurs et de textures déployé par l'habileté de l'artiste à hauteur d'homme, ses convives forcément communs, avides de sensations fortes, le spirituel se déroulant au-dessus. Mais, depuis la brèche ouverte par le Salon des refusés, celui de 1864, la bête recommence à prendre le dessus. Ce n'est pas pour autant Lascaux, mais les appartements haussmaniens de la bourgeoisie triomphante qui, ne doutant de rien, croit pouvoir domestiquer les beaux-arts en domptant une ménagerie de bronzes ennuyeuse comme un déjeuner dominical. La bête se pose sur les guéridons et grimpe sur les cheminées. Ce zoo d'animaux plus ou moins sauvages, confiné dans des espaces restreints, comme une vaisselle inutile, ne prend guère ses aises. Interdits d'extravagances, ces animaux engoncés dans leurs habits du dimanche ne vont pas tarder à fournir un répertoire d'emblèmes triomphants aux dictatures. De quoi subir un long purgatoire, illustré par des BD et des dessins animés édifiants qui surfent sur un vague recyclage d'Ésope et de La Fontaine qui ne prendra fin qu'avec le souffle d'air frais des années soixante. Du désespoir infini des " Gros chiens " de Chaval aux tonitruants éclats de rire des " Chats " de Siné en passant par Peter Saul ou Bernard Rancillac qui font la peau à l'anthropomorphisme bien pensant de Walt Disney, comme avec les sculptures " énormes " d'Erik Dietman ou les lièvres farceurs de Barry Flanagan, déferle un art animalier furieux et débridé, lourd du silence des trahisons d'un monde dévasté, riche de complexités sémantiques et d'inconscients jaillissants. Sens et forme scellés par une même énigme, l'animal est un médiateur bien peu médiatique aux antipodes de l'usage qu'en fait aujourd'hui le tiercé gagnant des marchands du temple de l'industrie du luxe où rivalisent le bestiaire de cadavres plongé dans le formol de Damien Hirst, les animaux empaillés de Maurizio Cattelan ou les chiens et nounours démesurément kitsch de Jeff Koons. Autant d'asepties dérisoires et d'inepties commerciales que balaie l'incongruité intempestive de la figure animale dont la provocation permanente surgit partout avec son corps du délit et sa vérité d'insurrection nécessaire qu'aucune laisse ou muselière ne peut contenir. L'indignité du corps échappe toujours. N'en déplaise à ses prédateurs comme à ses protecteurs, il échappe. Il incarne l'altérité radicale.


C'est tout l'art de Jean-Michel Pradel-Fraysse dont les masques ou les perruques de gastéropodes disent assez, comme Jacques Derrida, " l'animal que je suis ". Les affirmations tranchantes de son savoir-faire démoniaque se jouent des apparences, des rapports de domination qui hantent le monde, pour ramener du fond des continents noirs qui habitent le monde et les corps, de beaux morceaux qui viennent fouailler l'imaginaire et rejoindre la longue migration des minotaures et des centaures qui tracent la route des grands récits sans commencement ni fin dans la chaleur desquels on reprend souffle, à mi-chemin de l'enfer de la forge et des vents glacés.


Jean-Louis Pradel

more...
No comment yet.
Scooped by Paris Tonkar magazine
Scoop.it!

SYMBOLS & SCRIBBLES - BLIND ADAM AU 104 Kléber 15/03/14

SYMBOLS & SCRIBBLES - BLIND ADAM AU 104 Kléber 15/03/14 | Tous les événements à ne pas manquer ! | Scoop.it

MAD Agency présente Symbols and Scribbles, la première exposition solo de Blind Adam en France à la galerie 104 Kléber.

Vernissage le 15 mars 2014 de 17h00 à 22h00 à la Galerie 104 rue Klebber, 75116 PARIS.

Thanos Kyriakides a développé il y a plusieurs années une Retinitis Pigmentosa, une rare maladie génétique qui obstrue progressivement la vision de l’être atteint, résultant en un aveuglement total après quelques années.

C’est en réaction à cette cécité progressive et avec une énergie formidable et un désir très primitif de communiquer, de cristalliser le procédé du langage que Thanos est devenu Blind Adam et qu’il a imaginé cet alphabet de nœuds de laines noires qu’il incorpore à chaque niveau de son travail, sur ses toiles, sculptures ou installations.

Plus d’ infos : http://madagency.fr/2014/blind-adam-au-104-kleber/

more...
No comment yet.
Scooped by Paris Tonkar magazine
Scoop.it!

«3» trois artistes du Sri Lank Exposition d'art contemporain et défilé de mode

«3» trois artistes du Sri Lank Exposition d'art contemporain et défilé de mode | Tous les événements à ne pas manquer ! | Scoop.it

Deneth Piumakshi vous invite à l'exposition :

«3» trois artistes du Sri Lanka
Exposition d'art contemporain et défilé de mode

Galerie « 59 Rivoli », 59, rue de Rivoli, 75001, Paris


Vernissage
Mercredi 26  février 2014 à 18h00 - 23h00

Défile de mode collection été
Vendredi 28th février 2014  à 19h00 - 20h00

La galerie est  ouverte du mardi au dimanche de 13h00 - 20h00
et l'exposition aura lieu jusqu'au 9 Mars.

Cette exposition vous présente 3  artistes issus de la même famille :
Muné - le père (peinture à l'huile/ sculpture/installations)
art contemporain/ art moderne (www.muneisnotdeadyet.blogspot.com)

Bimba - la soeur (gravure/dessin/ impression numérique)
art contemporain
(www.bimbachampion.com)

Deneth - moi-même (peinture sur textile/ mode) art contemporain
(www.denethpiuma.blogspot.com / www.denethpiuma.com )

Les peintures, sculptures, gravures et  pièces de mode exposées représentent la route que nous avons parcouru ensemble, les différentes voies que nous avons empruntées pour explorer la vie avant que nos chemins se croisent à nouveau, 16 ans plus tard.
Nous souhaitons partager avec vous nos expériences, susciter l'inspiration et raconter notre culture.


Artistes

Muné
Munasinghe Wedaarachchige commence à peindre à l'âge de 12 ans : il est alors écolier et ses professeurs ne l'encouragent pas dans la voie des arts graphiques. Aussi, il délaisse la peinture et s'oriente vers la musique puis le sport, pour ensuite se concentrer sur l'étude de l'histoire et de la géographie Il développe un grand intérêt pour la nature ainsi que les enseignements de Bouddha.

À l'âge de 20 ans, il se prend de passion pour le 7e art et dans les années 1980, sous les conseils du célèbre réalisateur indien Satyajit Ray, Mune se plonge dans le monde du cinéma de Bombay.

Pendant toutes ces années, tout en travaillant comme jardinier et intendant dans les temples, il continue de dessiner et de peindre sur tous les supports possibles : depuis le petit bout de papier jusqu'à la housse de son oreiller ! En collaboration avec un ami, il se lance dans la peinture d'enseignes de boutiques, de publicités et d'affiches de cinéma.

Il organise sa première exposition de peinture à Kurunegala, sa ville natale, en 1974, puis une seconde en 1992 sur le rocher d'Ibbagala, intitulée "Mune Male Netha" (Mune n'est pas encore mort). Première exposition en son genre dans la région, Mune utilise le cadre naturel comme galerie d'art, accrochant ses tableaux aux branches des arbres, permettant au public de découvrir les oeuvres au gré d'une balade entre les arbres, au son des instruments des musiciens qui jouent pour l'occasion.
Il crée dans sa maison un jardin d'artiste qu'il nomme "The Shrubbery" (Les buissons), un mélange de végétation, peinture, sculpture et autres installations artistiques, sorte d'exposition permanente en constante évolution.

Mune y a créé un oasis d'art et de nature, ouvert aux jeunes artistes et amateurs d'art curieux, cadre rêvé où ont grandi ses deux filles, Bimba et Deneth, et source de leur apprentissage des arts.

Les toiles de Mune reflètent le quotidien de ceux qui vivent dans la pauvreté et la marginalité, comme ce moine marchant à l'aide de béquilles en demandant l'aumône, un homme mendiant dans la rue ou un réparateur de bicyclette. La puissance de ses oeuvres est intensifiée par l'attention méticuleuse que l'artiste porte à la composition et à la couleur.

D'autres oeuvres sont composées d'objets de récupération, comme la sculpture "Thinking Man" (Le Penseur) réalisée à partir de câble et d'un chauffe-eau usagé.

Ses oeuvres récentes sont plus colorées et humoristiques mais continuent de témoigner des réalités de notre société.

Mune vit simplement, sans télévision et sans téléphone, et donne occasionnellement des cours de peinture.



Bimba
Née en 1977

Je m'appelle Bimba. Je suis la fille aînée de Mune.
J'ai grandi au Sri Lanka, dans une petite ville entourée d'arbres et d'animaux.
J'ai passé mon enfance à regarder mon père peindre, à faire voler des cerfs-volants sur un rocher derrière notre maison et à jouer au cricket avec mes amis.
Je ramenais souvent des animaux abandonnés à la maison en rentrant de l'école, surtout des chats et des chiens, et j'abritais des grenouilles dans des coquilles de noix de coco sous mon lit.
À la saison sèche, nous avions deux invités très particuliers : un varan qui venait se rafraîchir dans l'eau du bassin de notre jardin, à l'abri de la chaleur sous les arbres, et une famille de charmeurs de serpents qui nous offraient du maïs, du miel et des légumes. Chaque année nous les attendions avec impatience ma soeur et moi, épatées par leur cobra qui mangeait un oeuf au petit-déjeuner et par leur singe qui réalisait des tours.

Aujourd'hui je vis et travaille à Londres où il n'y a ni cobra, ni singe, ni varan, ni oiseaux exotiques mais où il existe toutefois une beauté subtile et variée.

En 2010-2011, j'ai enseigné la Gravure à l'Université de Westminster dont je suis moi-même diplômée en Illustration.
À l'été 2013, j'ai créé "Bimba Champion Studio", proposant des ateliers de gravure, des créations graphiques et des tirages à la demande, des articles de maison et des articles de papeterie.

Mon travail s'inspire des endroits que je visite, des histoires que j'entends, et des personnes et des animaux que je rencontre.

www.bimbachampion.com


Deneth
Née en 1980
Je suis la fille cadette de Mune.
Peintre et styliste, je suis née à Kurunegala, au Sri Lanka.
Je vis actuellement à Paris, à la Cité Internationale des Arts.
J'ai grandi parmi les pinceaux, les tubes de peinture et l'odeur de la térébenthine - ma préférée.
Enfant, je jouais au basket-ball et avais davantage le souhait de devenir une future Michael Jordan que celui de devenir artiste.

Ces dix dernières années, j'ai voyagé à travers l'Asie, les États-Unis et l'Europe, où j'ai présenté et développé mon travail et rencontré de nombreux artistes avec lesquels j'ai créé toutes sortes de projets artistiques.

Mon travail se caractérise principalement par l'emploi du "cheetha", un textile traditionnel de coton du Sri Lanka que j'utilise pour créer des oeuvres d'art, des vêtements et accessoires de mode dans un esprit moderne et éthique.

Le "cheetha" est une cotonnade imprimée de motifs floraux colorés, essentiellement populaire parmi les générations âgées des villages sri lankais, où il était porté pour réaliser les tâches de la vie quotidienne à la maison ou dans les champs de riz.

Ce textile porte mes souvenirs d'enfance : petite, j'habillais mes poupées de ce tissu fleuri que ma soeur et moi portions également.

Mes toiles sont fortement inspirées de mes voyages, d'histoires et expériences vécues, des personnes que j'ai rencontrées, des musiques que j'ai écoutées.

Je peins sur le tissu fleuri et c'est au spectateur de s'aventurer à travers les motifs pour y découvrir l'image peinte.

Grâce à mon travail de styliste, je contribue "à ma petite échelle" à pourvoir un travail à des familles de ma ville natale, Kurunegala, essentiellement des femmes qui travaillent depuis leur maison et m'aident à réaliser mes créations.

En créant des vêtements contemporains dans ce même textile que j'utilise comme toile pour mes tableaux, je souhaite préserver un aspect du patrimoine rural du Sri Lanka qui tend à disparaître, en le réinventant afin que d'autres générations puissent en profiter.

En 2013, j'ai été invitée par la délégation sri lankaise de l'UNESCO à Paris à présenter une collection de vêtements et de peintures, poursuivant mon chemin en vue de changer le monde, petit à petit, à ma façon, à l'aide de fleurs et de couleurs.

more...
No comment yet.
Scooped by Paris Tonkar magazine
Scoop.it!

Des sardines géantes en plein Paris « Les sardines », l'œuvre lauréate du Prix façade :: 4e édition du Prix Canson® Art School

Des sardines géantes en plein Paris  « Les sardines », l'œuvre lauréate du Prix façade :: 4e édition du Prix Canson® Art School | Tous les événements à ne pas manquer ! | Scoop.it

OEuvre de Clémentine Guivarch -Ecole Jean Trubert © Pascal BARIL -PlaneteBleueImages/CANSON
 
Oeuvre visible du 20 février au 13 avril 2014 sur la façade du 59Rivoli
www.prixcansonartschool.com
 
L'œuvre lauréate du « prix façade » de la 4e édition du Prix Canson® Art School a été dévoilée et inaugurée le 20 février 2014, au 59Rivoli. Réalisée par Clémentine Guivarch, étudiante à l'Ecole Jean Trubert, l'œuvre monumentale « Les sardines » sera visible jusqu'au 13 avril, et ne manquera pas d'ébahir simples curieux et amateurs d'art !
 
Un banc de sardines version pop art sur la façade du 59Rivoli !
Pour la 2e année consécutive, le Prix Canson® Art School, en parallèle du concours individuel, comporte un 2e volet : le « prix façade », décerné à un étudiant et son établissement. Cette année, c'est Clémentine Guivarch de l'établissement Arc en Ciel-Ecole Jean Trubert, encadrée par son professeur Caroline Krzykowiak qui remporte le privilège d'exposer son œuvre monumentale sur près de 70 m2 sur la façade du 59Rivoli, du 20 février 2014 au 13 avril 2014.
 
Sans s'apparenter aucunement au street art, cette œuvre monumentale de 70 m2 s'inscrit dans l'espace urbain, interpellant les passants. Elle s'adresse directement à l'humain. Voyageur sorti d'un métro bondé, passant perdu dans la foule, consommateur écrasé par les panneaux publicitaires d'une rue fort commerçante : l'assimilation à la sardine est évidente, nous sommes bien cernés...et bien serrés ! Serrés également sont les artistes dans la capitale, un des constats à l'origine de la création de ce lieu d'art. Sur la façade « s'accrochent » donc des sardines de 9m de haut, de tout âge et des deux sexes : souriantes adeptes du shopping ou moustachus au monocle représentants du mouvement hipster.
 
Visuels simples, relevant d'un esprit volontairement naïf, et couleurs vives, très pop art, créent un impact immédiat et très fort. Simples mais non sans références : à l'esprit très éclectique du 59Rivoli, aux passants...à l'histoire de ce quartier des Halles, où le poisson se vendait au son des foules agitées. L'étudiante confie : « J'ai essayé de faire un projet cohérent. Volontairement décalé. Mais, plus qu'une critique, c'est surtout une sorte de reflet dont le sens est allégé par un style personnel... ». Le traitement relève de l'illustration (orientation de l'étudiante), et, spécifiquement, du cartoon. On devine également le clin d'œil facétieux aux personnages zoomorphes du caricaturiste du XIXe siècle Jean-Jacques Grandville. Des sardines animées des plus malicieuses dénonciations qui soient...
 
---> L'avis du 59Rivoli
Muriel Ryngaert, Administratrice et Aurélien Ettori Dufour, chargé événementiel ; membres du jury de la catégorie « façade » :
« Des sardines hors de leurs boîtes pour la façade du 59. On a tout de suite adhéré ! On retrouve là l'esprit frondeur et militant de ce lieu dédié à l'art, dans un Paris qui semble parfois trop plein. Quelques sardines colorées pour habiller le 59, qui invitent à la rêverie et à la folie créatrice...ce qu'a bien compris cette lauréate».
 
« Dans l'ambiance morose de la société de consommation ça sent le poisson. Mis en boîte, l'art contemporain est souvent considéré par le grand public comme un monde à part, dont les spéculations sont organisées par une petite poignée de puissants plus spécialistes en montage financier qu'en bon goût. Alors ironisons et appâtons les badauds avec un étalage de produits frais réalisé par Clémentine Guivarch qui n'a pas manqué d'intégrer quelques clins d'œil aux artistes du 59Rivoli. Mais ce qui en façade apparaît comme une critique déjà vue de notre société se révèle bien plus pertinente quand on plonge dans l'ivresse des profondeurs de l'art. »
 
Arc-en-Ciel - Ecole Jean Trubert, l'école lauréate
Arc en Ciel - École Jean Trubert est une des seules écoles de Bande Dessinée en France, située à Paris et Antony. Elle est répertoriée par le Festival de Bande Dessinée International d'Angoulême et les Amis du Musée de la Bande Dessinée d'Angoulême. Établissement supérieur technique privé reconnu par l'académie de Versailles, c'est une école spécialisée dans les formations en Illustration et Bande Dessinée. C'est la 2e année que cette école remporte le prix façade du Prix Canson® Art School.
 
Informations pratiques
OEuvre monumentale exposée sur la façade du 59Rivoli du 20 février au 13 avril 2014.
Exposition collective des lauréats des autres catégories
à la galerie du 59Rivoli du 21 mars au 13 avril 2014
 
59RIVOLI
59 rue de Rivoli - 75001 PARIS
Métro : Châtelet (L.1-7-14-4-11) - Parking : Q-Park Rivoli Pont Neuf
www.59rivoli.org
             
Plus d'informations : www.prixcansonartschool.com

more...
No comment yet.
Scooped by Paris Tonkar magazine
Scoop.it!

Open-Mic le 06 Mars 2014 ! Lady's Night+Showcase Eli Mc / Netna / Jenna ! au Jamaica Montpellier !

Open-Mic le 06 Mars 2014 ! Lady's Night+Showcase Eli Mc / Netna / Jenna ! au Jamaica Montpellier ! | Tous les événements à ne pas manquer ! | Scoop.it

******** LONGUEUR D'ONDES & MAD HABITS WORLD WIDE *********
PRESENTENT :
OPEN MIC SESSION #5 Lady's Night ! Nouvelle formule !
avec en guest ELI MC / NETNA / JENNA

Au Jamaica Happy Pub ce Jeudi 06 Mars 2014
Avec en Show Case Exceptionnel de 3 artistes femmes a l'honneur :
ELI MC (Rap)/ NETNA (Rap/Dancehall)/ JENNA (Soul)
+
Les 8 participants sélectionnés pour le Concours Rimes Fight*
avec Gio/Lacraps/Clepto Saisai/Vin's/Melis/Petitcopek/Radikal Mc/Nedoua
8 MC'S talentueux s affrontent sur scène, le perdant va se rhabiller...

*50eu a gagner pour le vainqueur du Concours Rimes Fight sur Applaudimètre !!!

C'est l’événement à ne pas manquer!

Rendez-vous le JEUDI 06 MARS 2014 dès 21 heures.
SAVE THE DATE!

************** LINE UP **************

DJ B-DAVE & DJ MAD HABITS
OPEN MIC
SHOWCASE ELI MC + NETNA + JENNA
Les 8 participants sélectionnés pour le Concours Rimes Fight

************** INFOS PRATIQUES **************

JEUDI 06 MARS 2014
DE 21H A 01H
ENTRÉE 5 €
Au Micro : C'est TOI !!!
INSCRIPTION SUR PLACE : De 21h à 22h
Passage par tirage au sort / 3 Mc's à la fois sur 2 ou 3 Instrus différentes.

LIEU : JAMAICA HAPPY PUB (Montpellier)
129 Avenue de Palavas
ACCÈS EN TRAME LIGNE 4 : Arrêt Garcia Lorca
ACCÈS EN AUTO: Rond-point de près d'Arènes / A9
ESPRIT HIP HOP DE RIGUEUR.

more...
No comment yet.