L’art d’ignorer les pauvres | Everything you need… | Scoop.it

« Le déséquilibre entre les riches et les pauvres est la plus ancienne et la plus fatale des maladies de la République », écrivait Plutarque au 1er siècle après J.C. Presque 2000 ans plus tard, le constat est toujours vérifiable et la problématique toujours d’actualité. C’est la raison pour laquelle les éditions des Liens qui libèrent (Le Monde diplomatique) réunissent trois textes dans un ouvrage: L’art d’ignorer les pauvres,  (publié pour la première fois en novembre 1985 dans Harper’s Magazine, puis en octobre 2005 dans Le Monde diplomatique), Economistes en guerre contre les chômeurs, de Laurent Cordonnier (paru en décembre 2006 dans le mensuel), et Du bon usage du cannibalisme (texte de 1729, publié en novembre 2000 dans Le Monde diplomatique), par Jonathan Swift (1667-1745), l’auteur des Voyages de Gulliver. Et un fil conducteur entre ces textes, l’idée fixe des gouvernements selon laquelle « les riches seraient plus entreprenants s’ils payaient moins d’impôts ; les pauvres seraient plus travailleurs s’ils recevaient moins de subsides », souligne Serge Halimi dans la préface du recueil...

 


Via Alcofribas